Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 339 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 398 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1894 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Voir les Blogs | Liste des blogs par auteur

Tentenette

Les schoolfics

Bloggé le 25-02-2012 23:14 avec 7649 Vues

 

J’ouvre ce blogue pour récolter vos avis sur le vilain petit canard des fandoms animes/mangas (plus particulièrement celui d’un blondinet apprenti ninja)le punching-ball des scribouillards, le bouc émissaire des échauffés du clavier dont l’un des passe-temps favoris est de pousser les jeunes auteurs dans leurs derniers retranchements artistiques, c'est-à-dire la porte de sortie de fanfic-fr.net. Mais là n’est pas la question^^, aujourd’hui c’est bien des schoolfics que je veux vous parler.

Bon, on va dire qu’à la base, l’idée semblait plutôt sympa, voir quasiment révolutionnaire : arracher nos héros à leur monde fantaisiste pour les plonger dans notre quotidien suppurant de banalité, et surtout les confier aux caprices de cupidon et du proviseur aigri, ça paraissait assez rigolos ! Sauf qu’à la longue, on avait un peu l’embêtante impression de tourner en rond, pire, de se faire tout bonnement arnaquer car les seuls « détails » qui semblaient varier d’une histoire à une autre se cantonnaient au nom de l’auteur et au titre de la fiction (et encore là, y’avait moyen de trouver des similitudes !), ce qui au final nous forcer à détourner les yeux fiça dés qu’on apercevait la fameuse introduction : sakura, jeune fille de dix-sept ans emménage à Konoha où elle s’inscrit au lycée de la ville, tombe amoureuse du beau gosse ténébreux aux tifs de porc-épic qui lui accorde autant de crédit qu’une peau de banane étalée sur son chemin, subit les misères de Ino-cochon mannequin et se fait secourir par sa bonne copine Temari apprentie catcheuse au caractère de goret !!! Et voilà comment, sans trop forcer son talent, on arrive à produire un coucou en plastique qui nous revaudra les félicitations du jury du dimanche avec une profusion de commentaires aussi élaborés que la rédaction d’une tête blonde de C.P.

Evitons de nous attarder sur les pairings qui font un peu penser à un étalage de confiture pas fraiche et malodorante, ce qui rend ce four-y-tout  de cantine vomitif au possible.

Hé ben moi je dis qu’il serait temps d’arrêter les frais !!!    

Quand on voit des fics comme « des ados en pleines cambrouses » ou « entre ça, ça et toi, mon cœur balance ! », ça donne envi de pousser son petit cri de guéguerre : « il faut sauver les schoolfics ! ».

Après avoir longuement médité sur le précédemment dit, je vous propose d’apporter votre contribution en répondant à ces deux trois questions :

Qu’est-ce qui selon vous ferait le succès d’une schoolfic où au contraire la bifferait immédiatement de vos potentielles lectures ?


>>> Signaler ce Blog <<<

 1  2  3  4 


Signaler

Je suis la première à commenter ! C'est la première fois que ça m'arrive !

Sinon, je suis complétement d'accords avec toi ! J'aime beaucoup les school-fics, mais, parfois, c'est toujours la même chose ; on y trouve toujours la pouf blonde super populaire qui ridiculise le personnage principal, le même gars dit «beau gosse» dont elle tombe amoureuse ( alors que moi, je préfére le p'tit blond laissait de côté ^^ ) , et tout le même train-train normal ! Y'a de quoi faire chier !

IL FAUT LES SAUVER ! ET TOUT DE SUITE ! Sinon, c'est «bye-bye» l'originalité, et bonjour les rituels ! NON, C'EST TROP POUR MOI !

Signée,

Chrystelle


Signaler

Je n'ai pas lu beaucoup de "SchoolFics". Et en plus, il apert que ce fut que des "parodies" ou des fanfictions bien plus humouristiques qu'autres choses.Je ne sais pas si les Harry Potter Fanfictions peuvent être considérées comme Fanfictions, cela dit. Sinon, oui j'en ai écrit une ou deux.

Cependant, je lis dans vos messages que vous voulez sauver ce genre à cause du fait que le genre soit sympa et révolutionnaire ? En fait, tout les gens de fanfictions sont "sympas" et "révolutionnaires", tout dépend de la manière où tout cela est amené, comme à chaque fois. Même la meilleure idée du siècle (même si on considère depuis un moment qu'on a écrit sur tout..) peut paraître insipide avec un style médiocre ou complètement inintéréssant (Sans parler des éventuelles fautes).

Pour ce qui est des clichés évoqués (Beau ténébreux, fille blonde et populaire, etc etc)...Ce sont des clichès qu'on rencontre dans les autres histoires aussi. Et les commentaires élogieux qui viennent avec (et qui sont totalement injustifiés) sont autant dans ce domaine que dans un autre. Ainsi que la fausse romance mal menée...

Bref, est ce vraiment que les SchoolFics qui sont touchés par le phénomène ou n'est ce pas plutôt inhérent aux fanfictions ? 

J'ai un peu du mal à penser que les schoolfics soient un genre à part entière. Je n'ai pas dû bien saisir le concept.

En tout cas, les histoires qui se passent " à l'école" (ou en partie) sont omniprésentes quand les héros sont jeunes..

Sinon, schoolfics ou pas, si le résumé m'attire, je ne suis pas réticente à la lecture..


Signaler

Une school-fiction, à l'origine, est une histoire qui se passe à l'école. (on reprend toujours des personnages de certains univers pour les coller au lycée, j'ai remarqué - J'ai tenté pour ça l'école primaire, mais ça demande quelques petites connaissances sur le passé des personnages) On en trouve des plus ou moins magiques. (comme je passe la plupart de mon temps sur le fandom de One Piece, un univers où des personnages mangent des fruits bizarres et ont des super-pouvoirs, parfois les personnages sont dans une école où on y accepte des élèves qui carbonise la tête des professeur ou ont la peau élastique. Sinon, ils sont normaux et sans pouvoirs) Mais souvent, j'avoue qu'on retrouve le même schéma :

Une nouvelle arrive dans un lycée au milieu de l'année, on va la coller à un groupe d'élève qui sera suivie d'un point de vue secondaire par l'auteur mais duquel on dégagera un mec (j'ai jamais vus encore de shool-fic avec du FxF) qui se démarque des autres par son caractère. Dans certains cas, il est juste beau et c'est le seul moyen de le faire démarquer de tout les élèves du lycée. Il est de nature rebel, solitaire, mystérieux, ... Bref, il cache une certaine sensibilité et un terrible secret (comme une passion pour un truc de "fille" qu'il veut cacher ou une peur pour éviter qu'on se moque de lui comme celle des araignées) que seule l'héroïne découvrira (accidentellement ou avec le temps le beau mec se confiera) . On prévoit déjà un couple et pour la fin, j'ai jamais suivis une de ces fictions jusqu'à la fin car souvent les auteurs s'arrêtent au premier chapitre ou je me désintéresse de leurs fictions car le schéma me parait déjà trop banal.

Reprendre un sujet déjà-vue, ça ne me gène pas si on y apporte une touche d'originalité ou qu'on prenne la peine de donner des descriptions sur la situation initiale. (si je me sens larguée dès le premier chapitre de - 1000 mots, je ne suivrai pas l'histoire) Je comprend que prendre un élève qui arrive au milieu de l'année permet de mieux avancer dans l'histoire (si une fête se produit dans le lycée, on la découvre à ses côtés car il ne la connait pas. C'est un idée assez banal mais peu encore exploité) puisqu'on est au début aussi insouciant qu'elle. (si notre héroïne renverse dès le premier jour du jus de fruit sur la nouvelle robe de la proviseur, le lecteur ne peut pas savoir son identité tant que l'héroïne ne se fera pas sermonner) Quand j'en vois une, je lis le début mais si je sens revenir d'outre-tombe l'éternel scénario des school-fic de One Piece je ne lis pas plus de trois chapitres.

Scénario de base d'une school-fic de One Piece souvent reprise par les nouveaux auteurs du site :

Nami est une jeune fille qui arrive au lycée One Piece (on reprend souvent ce nom, parfois pour un club de sport si c'est pas pour l'établissement) et qui va y faire la rencontre de tout un groupe de personnages. (pour ceux qui connaissent le manga, ce sont les membres de l'équipage de Luffy - Normal, elle est des leurs) On a Zoro un mec qui se balade tout le temps avec ses armes dans le lycée sans qu'on arrive à les lui enlever (soit les pions sont aveugles, soit Zoro leur fait peur et ils n'osent l'approcher) , qui aime boire lors des pauses et dormir en cours. Précisons qu'il possède ses sabres car c'est un champion de kendo. Il a un rival, Sanji, qui travaille dans un restaurant et aime draguer les filles au lycée. (souvent, Nami a peur de lui ou le répugne dès la première rencontre) Ils se battent souvent, sabres contre jambes, mais leurs amis connaissent ces habitudes. Qui sont-ils ? Usopp, un menteur qui aime trainer avec ses amis et mentir. (si Kaya est présente, soit ils sont amoureux soit ils ne tarderont pas à le devenir) On a ensuite un renne qui parle, il joue le rôle du médecin du lycée ou un simple lycéen de 15 ans. On a une femme du nom de Robin, 28 ans et c'est souvent une élève et la meilleure amie de Nami. Parfois, c'est un professeur. La meilleure amie de l'héroïne est alors une fille qui s'appelle Vivi. (c'est si important que ça, la meilleure amie ?) Bien sûr, Nami a une grande soeur qu'elle croisera souvent au lycée et celle-ci sortira avec un mec du nom d'Ace.

Mais notre héroïne aura aussi un petit copain, Luffy. Bon, c'est un couple increvable du fandom mais leur couple est toujours reprit dans des histoires "plates" . Nami trouve à première vue Luffy très beau (il a une chemise ouverte, un torse incroyablement musclé et un visage enfantin) et ils rougissent ensemble pour un rien. (on revient à l'école primaire) Entre eux, à coup sûr on a un coup de foudre direct. Allez, si on est imaginatif Boa Hancock (la plus belle fille du lycée) est amoureuse de Luffy mais il l'aime pas et Boa devient alors jalouse de Nami et sa rivale.

Si on est encore plus imaginatif, Nami a de gros problèmes psycologiques et elle se renferme complètement sur elle avant d'arriver au lycée. Elle va ensuite rencontrer les élèves, qu'elle repoussera. Elle les rejetera tous sauf Luffy. Ils vont être amis, puis elle va se rapprocher des autres élèves et tout le monde est content car Nami retrouve le sourire aux côtés de son amoureux très musclé et très beau. (on adore le rappeler au fil des chapitres)

Tout ça, on le résume en une phrase "Nami arrive dans un nouveau lycée et va y faire la rencontre de sa vie" . Je ne compte pas les phrases comme "Venez lire, ça vaut le coup" , "C'est ma première fic, j'espère qu'elle vous plaira" ou "Soyez indulgents" car je ne le suis pas si on a rien d'innovateur.

Je demande pas une histoire inversée, mais peut-être des touches nouvelles (Zoro qui fait des stages dans un salon de coiffure pendant les vacances ou Sanji qui est un ramasseur de balles dans un mini-golf après les cours) mais surtout un minimum de détails. Ce que je repproche souvent, aussi, ce sont les scènes que vivent notre héroïne : rien ne ressemble à des scènes qui pourraient se produire à notre quotidien ! Se faire une bande de potes dès le premier jour, c'est pas possible. (bon, trouver un groupe de gens sympathique, c'est bon, mais rien ne prouve qu'ils seront vos potes jusqu'à la mort dès le premier chapitre) Se trouver une meilleure amie dès le début après lui avoir dit "Tu veux être mon amie ?" , ça marche pas. Les relations, ça se construit avec le temps. On peut prévoir certaines amitiés mais dès l'arrivée on peut pas se faire 5 amis fidèles. En plus, pour être certains de cette amitié, il faut prouver qu'elle est très forte. (un ami sauve Nami d'une noyade, par exemple, ou la protège alors qu'elle se fait raqueter) Je déteste ces amitiés qui surgissent de nul part.

Les "premiers signes d'une relation amoureuse qui se voient aussi clairement qu'une tâche noire sur une toile blanche" , je les répugne aussi. On sait que quoi qui se passe, Nami et Luffy s'aimeront toujours et qu'on aura un jour ou l'autre un baiser entre eux.

Là, ce sont des schémas qui doivent aussi exister dans d'autres fandoms mais généralement si on prend le temps de créer des relations entre des personnages posément je lis l'histoire aussi longtemps que son auteur nous dévoilera ses chapitres. Bien sûr, d'autres genres que la school-fic peuvent suivre ce scénario. Si je reprend mes derniers paragraphes, et que mon avis est partagé, je m'attend désormais à des fictions originales et des school-fic dont l'auteur prend au moins la peine de lire celles déjà en lignes pour savoir les erreurs citées dans les commentaires qu'il ne doit pas reproduire ou les idées déjà reprises pour éviter le déjà-vue. Tout dépend des auteurs mais j'ai parfois l'impression qu'on se tourne vers school-fic car on trouve ce genre simple (bon, on peut y reprendre les personnages de l'univers choisit et les coller dans notre monde, c'est pas très dur) , qu'on se tourne vers la simplicité trop facilement. Maintenant, c'est aux auteurs de voir s'ils peuvent faire preuve de créativité ou s'ils peuvent reprendre des schémas peu ou encore jamais exploités.


Signaler

Tentenette : Je ne sais plus qui a dit ça mais on ne peut pas éviter tous les clichés. Une " school-fic " au vu qu'elle se passe dans un milieu assez " restreint " et à un temps précis - les héros sont des adolescents qui vont à l'école, on a beau dire et faire, ça limite vachement le milieu - apporte forcément son lot de clichés (qui ne sont pas forcément inhérents à la school-fic).

Du coup, on peut soit traiter ces clichés de manière clichée ou les traiter de manière originale. Ce qui ferait le succès d'une school-fic, selon moi, serait de rendre un tant soit peu original tout ce scénario cousu de fil blanc si bien résumé par : " Bonbon est la petite nouvelle au collège et tombe amoureuse de Dark, le sportif trop ténébreux qui cache un lourd passé. Malheureusement, Bonbon se fait des ennemies en les personnes de Couette, Massepain et Bérangère, les trois pouffs pom-pom girls qui sont aussi amoureuses de Dark. Mais tout va bien finir : Bonbon sera aidée par Jean-Jacques, son ami homo, et remettra les vilaines à leur place pour tomber dans les bras du beau Dark. " (Pour le passé ténébreux de Dark, c'est soit la mafia, soit l'assassinat prémédité de ses parents/famille proche, soit un cancer des cheveux - et c'est souvent oblitéré en cours de fic).

(Bonbon peut aussi être un mec, dans le cas d'un slash, remarquez. xD)

C'est pas forcément gagné, j'avoue, car c'est le genre de scénario qui se fait griller dès le début mais y a tout à fait moyen d'arriver à en faire quelque chose de suprenant - parce qu'au final, ce qu'on reproche à ce genre de fics, c'est bien une forme de monotonie qui fait qu'on en a assez de toujours voir les mêmes choses, non ? (Sinon, je suis complètement à côté de la plaque xD).

Bref. Aborder les choses de manière originale, ça me ferait lire des " school-fic ". Suivre une histoire dont je suis sûre de connaître le début, la fin et tous les rebondissements qu'il y aura entre rien qu'en lisant le premier chapitre, je n'y vois pas d'intérêt.

/HS/

DéesseMew : J'aimerais rebondir sur ce que tu as dit et qui me dérange un peu.

Ce sont des clichès qu'on rencontre dans les autres histoires aussi. Et les commentaires élogieux qui viennent avec (et qui sont totalement injustifiés) sont autant dans ce domaine que dans un autre >

J'ai du mal à saisir ce que tu veux dire. Un commentaire élogieux est-il forcément injustifié parce qu'il fait l'éloge d'une school-fic ou d'une histoire clichée ? On a encore le droit de poster un commentaire encourageant et sympathique si on a aimé une histoire, non ? :/ Bin sang, je savais pas qu'il fallait justifier tous les commentaires qu'on postait. Je pensais qu'au départ, on avait encore le droit de mettre ce qu'on voulait dans un commentaire, du moment qu'on restait respectueux de l'auteur. Au temps pour moi, tiens.. >.<

/FIN HS/


Signaler

Non, du tout. Ce n'est pas ça que je voulais dire.
Je revenais seulement sur le fait que les schoolfics "mal foutue" donc de ce fait des mauvaises fanfictions ont comme les autres mauvaises fanfictions des tas de commentaires qui sont élogieux alors qu'il n'y a vraiment pas de quoi.

Sinon, pour les autres fanfictions, bien sur qu'on peut commenter. Et même, c'est très recommandé.  


Signaler

Le problème de la school-fic n'est pas qu'il s'agit ou non d'une mauvaise idée. Comme l'a dit quelqu'un, c'est la manière de traiter cette idée qui fait qu'on accroche ou non. Personnellement, les school-fics, j'en ai une overdose : si j'en ai lu quand c'est sorti, c'est pour mieux les fuir par la suite puisque je ne trouvais pas vraiment d'intérêt. Il n'y en a que quelques unes que j'ai lues car intéressantes et bien écrites.

Le fait que ça se passe en milieu scolaire amène un certain nombre de situations prévisibles et limitées mais des clichés peuvent quand même être évités mais non ! Pourquoi toujours une nouvelle élève ? Pourquoi toujours le mec trop dark ? Parce qu'alimenté par les fantasmes des auteurs et la facilité que ça apporte à l'écriture : plus facile d'insérer l'histoire du personnage (féminin dans 90% des cas) en lui faisant raconter aux autres. Et le ténébreux est justement "type" et facile à décrire (pas besoin d'aller chercher loin une description : brun, mystérieux et méchant car blessé par la vie mais adorable en fin de compte).

La seconde chose qui m'énerve, c'est qu'on se croit vraiment dans une série américaine : bal de fin d'année (euh, on a juste fait une troisième mi-temps de fin de lycée, sans costard-cravate ni belle robe à deux cents euros la location, dans mon lycée), pom-pom girls et autres élèves à carrière internationale (parfois). Il y a aussi le mélange des cultures : soi-disant que ça se passe au Japon (souvent) mais le déroulement des cours est un mélange entre le système purement français et ce qu'on voit dans les productions américaines. Ok, on est pas tous des pros des systèmes éducatifs internationaux mais bon, quelques recherches, ça coûte rien... Et même si le but n'est pas de faire un miroir de la réalité, si les persos sont censés être projetés dans un univers normal, faudrait peut-être faire gaffe à pas trop s'en détacher, de cette normalité... En ayant lu quelques specimens, je me dis que le lycée a vachement changé depuis que j'y suis allée (et c'était pas tout à fait au temps des dinosaures) !

Sans parler du fait qu'on a l'impression que les adultes ne sont là que pour enquiquiner les ados, en les punissant/comprenant pas etc... Ok, ce sont des ados mais ya des profs et des parents bien, même une majorité, hein ! Quand les adultes ne sont pas absents ! On croirait qu'ils sont nés dans des choux, les gosses (genre sorties en boîte, traîner dehors à pas d'heure, etc), et que le lycée n'a pas de profs hormis le vilain proviseur et le gentil/pervers (au choix) médecin scolaire (là, on voit la fantaisie : l'infirmière de mon lycée n'était quasi jamais présente ! *déjà dehors*).

Bref, mon choix se fait lors de la lecture du résumé, si le titre n'a pas déjà éliminé la bête : un résumé banal plein de fautes et dont les couples sont annoncés (quoique...) me fera passer mon chemin et regretter d'avoir laissé glisser mes yeux et perdu du temps. En revanche, une parodie de school-fic (avec tous les clichés à fond et revendiqués) pourra me plaire, si elle ne tombe pas dans la non-parodie en cours de route.


Signaler

Je suis d'accord avec certains d'entre vous, moi qui suit une grande fan du manga "One Piece" je lis beaucoup de schoolfics dessus car voir nos héros pirates debarquer dans notre univers je trouve sa genial!! Malheuresement certains schoolfics gache ce contexte par exemple : j'ai lus il n'y a pas longtemps une schoolfics le début etait... mmm... simple voir ennuyeu. Mais j'ai preferer lire la suite car je suis curieuse mais ce qui ma beaucoup dessus c'est que dès le début de l'histoire, les mugiwaras rentrent en cours et on voit écrit "mon regard ce posa sur un jeune homme aux cheveux verts portant trois sabres a la ceinture". Je me suis directement dit que le prochain couple serait Zoro et l'auteur de cette schoolfics, pas très brillant comme idée de révéler dès le début de l'histoire le prochain couple :S

Aussi, pourquoi dans presque toutes les schoolfics l'auteur sort avec un personnage? Un peu d'originalité, comme une simple histoire, laisser les personnages avec le meme caractere! J'ai vu une school fic où Zoro pleurer!oO 

Si un jour je crée une schoolfic (ce que je pense que je ferais jamais parce que j'suis pas tres douée --') je serais directement dans l'equipage, on serait dans un lycée, chaqu'un avec notre caractère et on vivrais la vit habituelle des lycéens, avec les profs soulant, les cours qui semble durer une eternité, les conneries, les engeulades et peut etre une passion amoureuse mais jamais reveler. Je vais crées un extrait de schoolfics pour vous montrez a peu près quelle schoolfics m'interresserai (ps: je garde les droits d'auteur au cas ou, où j'en créerais une.)

"Les nouveaux arrivèrent, un garcon avec un chapeau de paille rentra, l'air paumer --', le suivant était un homme un peu plus grand, impassible et aux cheveux verts portant 3 sabres a la taille, l'autre était cette fois ci une fille, rousse et habiller court ^^, puis un garcon au nez long avec un lance pierre rentra suivis d'un blondinet où on ne voyait qu'un oeil, fumant une cigarette."

Puis c'est a ce moment que je créerai mon personnage:

"Une fille plus jeune que la précédente d'environs 1 ans entra avec son chats sur les épaules, elle était en débardeur bleu et jogging blanc, elle regardais en souriant les élèves de la classe.Chaqu'un allait s'asseoir, mais ne savait pas vraiment où ils étaient, personne dans la classe ne se doutait qu'ils étaient pirates, c'est le gouvernement qui les as envoyés sur cette drôle d'îles pour essayer de les mettres sur le droits chemins."

Voila pour moi sa serait un bon début mais bien sûr avec une petite intro avant ^^ et puis aprés je développerai l'histoire du héros que je me suis inventer mais j'essaierai de ne pas partir dans des délires avec des couples et avec une peste, un beau gosse mysterieux, une intello etc... Non je créerai des élèves au caractéres normal mais peut etre qu'il y aura une bande de jeune qui se la pête pour mettre un peu d'actions.

C'est tout ce que je pense et aussi :

Je pense que je vais faire une schoolfics car sa ma plus mais j'aimerais d'abord des commentaires sur le début avec de la commencer mais on est pas ici pour parler de sa on est ici pour parler de :

"Qu'est-ce qui selon vous ferait le succés d'une schoolfic ou au contraire la bifferait immédiatement de vos potentielle lectures?"

Aurevoir!!!!

ps: désolé pour les fautes. 


Signaler
moi je pense que les schoolfics pour la plupart sont les mêmes parce que les nombreux évenements comme l'as déja réumée Tentenette se ressemblent, aprés bien sur ya ceux qui arrivent a sortir du lot parce que la facon dont ils racontent l'histoire sont assez bien écrit, ou parce que il ya de l'humour ou encore que la romance dans la fic est bien amenée, par contre ce qui me ferait immédiatement hair une school fics c'est que soit c'est un couple habituel, (naruto/hinata - neji-tenten et j'en passe), de voir les personnages de Naruto avec toujours le même caractére me rébute aussi voila en gros ce qui me force a toujours par lire les shoolfics.

Signaler

Je suis d'accord avec toi fanaruto et tentenette evidemment ^^

Les schoolfics se ressemblent trop pour la plupart ex  (sa va etre sur one piece car je connais plus one piece que fairy tail et je regarde pas les autres mangas ^^)

"C'est une nouevelle eleve elle rentre dans une ecole avec les One Pieciens (oui je sais je suis folle ^^') ou vice-versa, il y a un couple, balade romantique dans un parc, soit c'est le garcon qui a aider la fille en cas de danger (et encore c'est rare) soit ils sont tout simplment tomber amoureux directement --'"

Je suis d'accord avec toi Tentenette

SAUVONS LES SCHOOLFICS!!!!!!!!!!!! 

Et fanaruto je ne connais que One Piece et Fairy Tail en manga mais c'est clair que se doit etre nul de jamais changer les couples et de garder les meme --'

 

AUREVOIR!!!!!!


Signaler

C'est vrai que petit à petit les school fic deviennent une routine étouffante, mais il y'en a certaines qui sortes du lot (heureusement), prenons comme exemple: "Dérochez la Lune pour devenir étoile" par Sachiko qui est une fiction vraiment géniale, et bien ses idées elle est allée les chercher seule (je vous la conseil vivement pour les fan de Naruto) alors que ce qu'on trouve c'est un peu toujours la même chose. Souvent le personnage principal est le même, Sakura ou quelques fois Hinata. Le problème c'est que l'idée de:

"Sakura est une jeune lycéene de 17 ans qui vient d'emménager Konoha et tombe amoureuse se Sasuke Uchiha"

venait plutôt d'une bonne idée! Le problème c'est que cette idée ce répète sans cesse parce qu'un lecteur l'a aimé alors il va faire pareil!

M'enfin bon, le fait qu'il y est tous le temps les mêmes couple ne me dérange pas tellement. Un peu d'originalité dans le contexte et HOP! C'est bon on peut en faire quelque chose, mais aller le faire comprendre à ce qui écrivent toujours la même routine.


Signaler

Quand on part de l'idée d'arracher nos héros pour les implanter dans notre univers, on rencontre forcément des clichés que certains aimeraient eux aussi transposer dans leur vie. De leur héros naissent leur espoirs. Ils font d'un personnage un beau gosse, d'une bande d'amis un garage band, parce qu'en réalité c'est ce qu'ils veulent dans leur quotidient d'adolescent. Il n'y a aucun mal à ça, le problème c'est que toutes ces fics se ressemblent pour la raison que je viens de citer. C'est donc normale de se heurter à du copier-coller.

J'ai moi même essayer de m'adonner à la School-fic et je crois que j'ai aussi fait un garage band, c'est dire. Cependant j'ai tenté d'éviter les grosses situations bien stéréotypé genre : " truc machin veut sortir avec bidule, sauf que truc machin se fait embrasser par bidule-chose alors elle lui fais la gueule ". D'ailleurs, j'ai pas vraiment de scène où ça se passe dans le " bahut " à proprement parlé.

Bref.

 


Signaler

(mon premier message ! o/)

 

Alors que dire ? Je ne ferais que de faire le péroquet... Mais je suis pas mal d'accord avec vous. Ma première fanfiction était une school-fic, écrite en langage SMS, sur Naruto, et plus tard sur FMA, et en plus de ça, sur Skyrock ! THE repère à School-Fictions !

Bon, ça c'était y a six ans quand même hein, depuis je pense avoir un minimum évolué.

Ce qui fait d'une School-Fic, en général, horriblement ennuiyante, c'est toujours le DEBUT. Car je ne pense pas qu'on arrive à lire jusqu'au milieu... Surtout qu'il y a souvent trois cent milles chapitres pour au final le seul intérêt de rapprocher Bonbon avec Dark (j'adore ces termes xD), si ce n'est pas déjà fait. Le début d'une school fic, c'est souvent aussi un début d'année. Donc on a la description du réveil de CHAQUE personnage (imaginez avec Naruto le paquet de réveils qui sont jetés au mur...), puis chacun se retrouve, délire, et regarde la répartition des classes : "Chouette on est dans la même classe !! :D" "Oh nooooon je suis pas dans la tienne ! T__T" Bref. Ce qui suit c'est un prof en retard, puis celui-ci qui explique je-ne-sais-quoi pendant trois plombes aux élèves.

D'ailleurs, POURQUOI dans ce genre de début les auteurs marquent TOUTE la liste des trois cent classes de 45 élèves ?! Quel intérêt à la lecture ! ><"

Enfin, breffons, breffons. Certaines school-fics sont très bien écrites, mais je finis par ne plus les lire, car à l'origine, je hais les clichés. Mais de toute manière, dans toute histoire il y a forcément une poignée de clichée, faut juste apprendre à les rendre un peu plus subtil... Ce qui n'est pas toujours facile.

Ce qui pourrait rendre une school-fic intéressante, je pense, c'est de plonger dans les pensées d'un élève qui réfléchit et observe beaucoup et se met à philosopher sur la vie banale qui l'entoure. ... Ouais ça me brancherait bien. *okayjesors*

Nan, il y a des school-fics originales, bien écrites et qui sortent du lots. Faut juste lancer un appel pour les trouver et faire le tri...

 

Mais avouez que le plus énervant, dans les school-fics, quand même, c'est les "Nom : ", les actions entres * *, les smileys (en dehors de ce site) et le personnage qui est pote avec tout le monde où on le voit s'amuser avec sa bande durant trois heures sans intrigue, juste pour nous montrer à quel point l'héroïne est heureuse.

Niark barf.

 

EDIT : je reviens sur mon histoire de clichés... Quelque part, c'est inévitable. Moi qui déteste ça, c'est souvent à cause de ça que je n'arrive pas à terminer une histoire le plus souvent, parce que je tombe forcément dans le cliché.

Un jour, j'écrirais un truc BOURRER de clichés juste pour me défouler u_u"


Signaler

Je suis entièrement d'accord avec toi, mais il est logique (comme on a déjà dû te dire dans les messages précédent) il est logique d'avoir des clichés.

Après bien entendus faut qu'il fasse des efforts, comme ne pas garder les même couple ou changé le personnage principale de l'histoire (qui sont souvent Sakura et Lucy)

DONC OUI! SAUVONS LES SCHOOLFICS!!!

 

 

C'est pour cela que je vous conseille "Baby Doll" de "NaN" mais aussi "On ne dit jamais tout" de "Akikaze" (schoolfic un peu banale mais très plaisante) pour ceux qui ne connaisse pas.


Signaler

Arg le genre que je fuis pour ces clichés et son manque flagrant (dans la quasi majorité, hein !) d'originalité. Généralement ceux-ci (avec en dessous quelques idées) :

 

Scénario

- Premier chapitre: la rentrée !! Mise en scène très codée: retard, entrée en classe avec accrochage contre la pouf de service.

>>> Stop !! Pitié, un peu d'idée, une entorse à la normalité. Pourquoi pas un élève parano de la montre qui arrive un jour avant ou bien un flemmard qui se pointe le jour d'après. 

- le/la protagoniste débarque, fait la révolution, tombe amoureuse, moults péripéties de larmes et de jalousie plus ou moins élaborées. Bisous-bisous. Zi end.

>>> remake du triangle amoureux en carré ou bien amour impossible car le/la désiré(e) est amoureux d'un élève d'un autre établissement.

- A l'inverse, la romance prof-élève avec, à la clé une scène de fesse.

>>> Mmm okay mais dommage de ne pas approfondir le côté éthique et la relation adulte-ado. Parce qu'il y a dire quand même... 

- Le passage obligatoire du cours de sport.

>>> Pauvre profs de sport, pourquoi pas une course d'orientation où les élèves sement le profs et partent se vider une cannette ou deux de coca, prétexte présenter le groupe d'amis/ ennemis phare de l'histoire.

 

 

Le corps enseigant et les élèves

- Les profs... se résumant au foldingue (de préférence de physique chimie ou de science voir de philo), l'ennuyeux soporifique (souvent de français ou d'histoire géographie) et le chiant causant chinois: maths; le/la stressé(e) qui gueule à tout bout de chant. et surtout le méchant inquisiteur nommé proviseur.

>>> A quand le prof d'espagnol gitan jouant de la guitre ou le prof d'italien roi de la pasta tomato ou bien le prof de musique fan de heavy métal ?!

- Le méchant >> La pouf. De préférence sponsorisée par Barbie avec une belle clique de moutons aux neurones tout aussi performants.

>>> Et pourquoi pas l'intello bilingue qui, en plus d'avoir réponse à tout, est d'abord ami ami avec le chara principal avant de la trahir.

- Le charmant et glacialement ténébreux populaire dont tout le monde est amoureuse. Le plus grand, le plus beau, le plus fort avec un caractère de capricieux et qui coupe court à toutes conversations.

>>> On prend le modèle à contre-pied. Le timide qui ferme toujours sa gueule, gentil au possible et au point de faire les devoirs des autres et qui, un beau jour pète un cable mais est sauvé in extrémis de la bagarre par le perso principal car l'aime en secret et ne veux pas qu'il s'abaisse à ce genre de chose.

 

Voili-voilà. Tout ce que j'avais à dire sur la question ^^


Signaler

Après avoir lu quantité de School-fics avec le même scénario désespérément vide et répétitif, j'en suis devenue malade. J'aimais bien à mes débuts, surtout quand j'ai commencé Naruto, j'en avais même une en suivie qui était pleine de smiley XD mais j'en ai aussi vu de bien meilleures comme celle de Kokonut, que Tentenette a citée. Ma première fic (abandonnée) sur Naruto était une school-fic basée sur un ShikaTema, que je trouve horriblement fade et cliché à présent, même si à l'époque j'avais essayé d'oser un peu en développant un GaaHina. xD

Ecrire des school-fics ça fait envie, parce que c'est plonger les personnages dans notre quotidien d'adolescent, avec tout ce que ça implique comme problèmes d'ordre affectif et sentimental, et ce genre a le non négligeable avantage de faciliter la mise en couple de deux personnages qui n'ont a fortiori aucun rapport ni aucune affinité dans l'univers original. Enfin, du moment que c'est bien justifié, pourquoi pas, mais malheureusement la plupart ne s'emcombrent pas d'arguments pour donner naissance à un couple super bien assorti... Ou pire, un couple classique mais dont les persos vont s'aimer dès le premier regard. Quand je cherche à lire une fic sur tel ou tel couple, j'attends autre chose qu'une explication basée sur un coup de foudre (même si oui, ça existe, bien sûr).

 

En même temps, je me dis que c'est difficile de faire une School-fic de qualité qui sorte du déjà-vu (néanmoins si on prenait tes idées comme base Emystral, on aurait déjà des pistes intéressantes ^^), car comme vous l'avez dit, il y a un bon nombre de clichés quasiment inévitables du fait même du genre. Mais d'un côté, notre milieu scolaire pullule aussi de stéréotypes, nan ? Moi le clan des filles hautaines qui fait bande à part et se met tout le reste de la classe à dos, je l'ai connu pendant mes deux années d'études (études sup en plus, même pas au lycée ou au collège) ; je ne parle même pas du play boy insolent, de l'élève introvertie (Hinata ?), du type le plus je-m'en-foutiste de la terre qui est quand même assez intelligent dans le fond (Shikamaru ?) ou encore de la nolife dont on se moque plus ou moins discrètement à cause de son style atypique, et de la conne qui a couché avec untel donc qui a volé le copain d'unetelle, véritable événement qui a ligué toutes les filles (et les commères) de la promo contre elle, filles qui n'avaient, soit dit au passage, aucun rapport avec les problèmes de coeur de la seule intéressée, mais se satisfaisaient pleinement de la curée collective dont la fautive faisait idéalement l'objet. Et c'était toujours pendant mes deux années d'études (oui, j'étais dans une promo de fous XD).

Si les auteurs s'inspirent de ce qu'ils vivent réellement, c'est pas étonnant qu'on ait ce résultat. Si j'écrivais une School-fic en prenant ma promo pour modèle, par exemple, je serais conspuée devant le manque d'originalité de mon histoire - pourtant, elle serait très réaliste, non ? xD

Après, les auteurs ont tendance à exacerber les qualités et les défauts pour bien enfoncer le clou et former trois camps : le camp des héros/victimes qui n'ont aucun reproche à se faire, le camp des méchants/salauds qui représentent à eux tous tous les vices de la terre, et le camp des profs relou et détachés qui ne prennent qu'occasionnellement part à l'action. De fait, là, on s'éloigne de ce qu'est une vie d'élève au lycée réellement. Même si le but n'est pas forcément d'écrire une fic au plus près de ce qu'on vit (ou de ce qu'on a vécu), un minimum de cohérence est bienvenu. Alors les histoires où Zoro se balade avec trois sabres à la ceinture dans la cour de récré, NON. xD Je sais que ça parait inconcevable, mais c'est pas comme s'il allait les dégainer pour rosser des caillera. De même pour Robin, à moins de la rajeunir, vous en voyez beaucoup des élèves de 28 ans vous ? Ou alors elle est étudiante à la Fac.

Voilà. J'adore les UA et je regrette de ne pas pouvoir en lire qui ne soient pas systématiquement des School-fic que je qualifierais pour la plupart de "fic poubelle", souvent un gros concentré de délires d'auteur. Et c'est triste mais j'ai l'impression que ces mêmes auteurs en écrivent aussi parce qu'ils voient que c'est ça qui marche, qui fait sensation, parce que c'est indémodable et dans l'air du temps.


Signaler

Je suis parfaitement d'accord avec toi, Tentenette, et avec beaucoup de chose qui ont été dites dans les différents commentaires. 

J'aime les school-fic, c'est plutôt sympa à lire, quand elles sont bien foutues. Ce qui est de plus en plus rarement le cas, surtout dans les fandoms généraux (Naruto, Bleach, Fairy Tail, et j'en passe). Les clichés sont partout, on ne peut pas toujours les éviter, malheureusement. Le truc, comme ça a été dit, c'est qu'il faudrait les exploiter de façon à les rendre originaux, et pas que ce soient toujours la même chose. Trop de répétition d'un auteur à l'autre, tue la répétition et l'envie de lire, et donne bien souvent envie de se suicider à coup de petite cuillère... 

 

Premier truc qui m'énerve : Pourquoi c'est toujours Dark et Bonbon (j'ai adoré ces expressions, alors je les emprunte), qui ont les premiers rôles ? Enfin, pourquoi c'est la plupart du temps, une fille, qui est placé au premier plan, et qui nous raconte sa pauvre petite vie de nouvel, dans un établissement de barge, avec des poufs, des racailles, des profs soit complètement dingue, soit complètement détaché, et inutile au déroulement de l'action ? 

Je sais pas moi, on pourrait peut-être, essayer de prendre le point de vue du prof, pour une fois, et lui faire raconter son histoire, avec la classe dont il est à charge, avec ses élèves et leurs problèmes personnels ? (Car oui, il existe des profs qui s'intéressent à la vie de leurs élèves, et les aident). 

Deuxième truc : Une majorité des school-fic sont écrites par des auteurs dont l'orthographe est souvent plus que douteux, soit parce qu'ils commencent (je ne dis pas que c'est mal de commencer, loin de là, il faut un début à tout après tout), soit parce qu'ils ont vraiment du mal dans cet art. C'est pourtant pas compliquer de chercher après quelqu'un qui voudrait bien poser ses mirettes sur les écrits pour l'aider à le corriger, non ? 

Troisième truc (et sûrement le pire) : POURQUOI dans beaucoup de school-fic, les auteurs se sentent-ils obligé de nous foutre un OC, qui plus est Mary-sue à outrance, en personnage principal ?! Je comprends que c'est tentant, de se mélanger à ses héros favoris, tout ça tout ça. Mais ce n'est pas leur histoire qu'ils sont sensés raconter, mais celle des personnages qu'ils empruntent à l'oeuvre originale. C'est bien pour cela qu'on appelle ce que l'on fait de la FAN-fiction, non ? 

 

Autrement, oui, de mon point de vue, ça serait vraiment cool de sauver la School-fic. Comme elle a déjà été sité, pour moi, NaN est une auteuse qui excelle dans le domaine de la School-fic, avec "Baby Doll", ou "Vous vous ennuyez en cours ? Nous avons la solution !". Mais à côté d'elle, il y a tout plein d'auteur dont le niveau ne frôle même pas le haut des paquerettes tellement il est bas... M'enfin bref. Tout ça pour dire, qu'il faut sauver la School-fic ! 


Signaler

 

 

SAUVONS LES SCHOOL-FICS !!!

 

 

 

Il est vrai que skyrock est un nid à school-fic clichées écrites par des ados, reflétant leurs rêves et désirs dans un texte, pauvre en qualités, et sans saveur ! {#[ :cry: ] Crying or Very sad}

 

Surtout les school-fics naruto, je vous fis le topo:

Réveil: DRIIIIIIIIING DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING !!!

 

Sakura: RRAAAAH saleté de réveil ! Va faire un gros calin au mur !

SCTICKBAMCRICKCRACKSHRIIIIII !!!

Sasori: T'es en retard il est 7h45 !

Sakura: Ho merde, t'aurai dû me le dire plus tôt !!!

Je m'appelle Sakura j'ai 17 ANS, je viens d'emménager à Konoha l'autre débile c'est Sasori mon grand frère, on vient de Suna, mes parents sont morts quand j'étais petite T.T . Sinon j'ai les cheveux roses, mais ATTENTION ! Ils sont 100% naturels, sans colorants ni conservateurs et j'ai les yeux verts émeraudes . Bon, je vais être en retard, là ! Je m'habille super sexy  mais sans être une pouf, tous les gars qui me voient se retrouve la gueule à terre mais ce sont tous des crétins !

 

Sasori: Ho t'as fait vite *se fait une tartine de nutella*

 

Sakura: Ho NUTELLAAAAAAAAAA !!! *w* MIAM !!! (pour le nutella, dur dur de ne pas tomber dns le cliché après tout c'est tellement bon !)

 

Sakura: Ho mince il est 8h05, je suis en retard ! *court le marathon*

 OUF ! Enfin arrivé ! Je vais voir le tableau d'affichage, regarde ma classe et vais la rejoindre ! J'entre ...

 

En gros c'est ça après on a le droit au poufs Karin, Kin et Tayuya, à Temari la feministe, Tenten le garçon manqué, Hinata bégayeuse pro et Ino l'ex-pouf devenu sympa ! Puis la fameuse bande des BBDMD les Best Beautiful Gosses de mes deux Naruto l'idiot débile, Shikamaru le flemmard, Kiba le dragueur à deux balles qui se balade avec son chien même au Lycée, Neiji l'Ice-Berg et enfin Sasuke, ténebreux, froid, distant, SO SEX, Intelligent et méchant !

 

Donc, oui sauvons les school-fics qui mérite mieux que ce enre de torchons pour les qualifier !

 


Signaler

Salut,

 


A Lady Mrou ---> Je pense que c'est une super idée, c'est pour ça que j'ai déjà à mon actif 1 chapitre (seulement 1 --')  qui reprend certaines critiques plus que constructive dans les différents commentaires.

Donc j'ai été réactive x) , par chance les com's que j'ai reçu en retour étaient tous positifs, ce qui est encourageant.

En un seul chapitre je n'ai pas pu railler tous les clichés du monde hein! Et puis je me suis surtout grouiller l'arrière train quand j'ai vu que certaines personnes commençaient à plaisanter sur le fait de voir nos Ninja favoris se trémousser en grand chapeaux et baguette magique car ils n'étaient pas si loin que ça de de mon idée, autant dire qu'en une soirée le premier chapitre était bouclé.

 

Tous ça pour dire que reprendre certaines suppositions de toutes les réactions n'est pas une mauvaise idée du tout... 

J'encourage d'ailleurs à prendre exemple sur tout l'ensemble de ce blog pour sauvre les school fic, du moins celles de Fanfic FR.


Signaler

Lady Mrou ---->  Oui, le première fois que j'ai lu une scool fic de Naruto elle était écrite en language SMS et je comprenais pas vraiment l'histoire et pourtant y'avais plien de " ouah! C'est trop bien la suite" , à la longue je me demandais si j'étais normal, après j'ai découvert Fanfic FR et finalement: je suis normale.

Mais ce qui m'a le plus choqué c'est que beaucoup de personnes qui écrivent des fanfiction sur Naruto ( school fic ou pas school fic) on pour la plupart dans les 16 ans! Alors que certains auteurs, à 12 ans (et je n'éxagère pas) écrivent dix fois mieux.


Signaler

Lady Mrou ----> et plus ça va , plus c'est cucul ma praline! Une horreur!

 

Et puis notre Shikamaru ? Il passe son temps à pionçer ! C'est vrai!

Sans oubiler MON Kiba ( Kiba, je l'aime c'est ma propriété XD) qui passe tous le temps pour le dragueur ou le second Naruto! Et pourquoi on appelle pas Naruto "le second Kiba" , hein? C'est injuste!

Et Neji et Saskue les ice man. Pourtant il y'a une certaine différence de comportement entre ces deux là! 

Et la pauvre Temari qui passent son temps à taper Shikamaru? Elle fout que ça dans la bande? C'est limité!

Sans oublier les profs HORRIBLES et leur cours ENNUYEUX, c'est toujours la même chose. Les ados se déchainent sur les profs pour se venger de ce qu'ils subissent! 


Signaler

Le problème ne vient pas du fait que c'est une schoolfic. Le problème vient des personnes qui, un beau matin, s'improvisent en auteur et décident de faire la même chose que "celui/celle qui a eu plein de coms et de fans". C'est pareil dans tous les domaines {#[ :lol: ] Laughing}

Il se trouve simplement que c'est tombé sur la schoolfic (la déferlante viendrait d'une fanfic sur ff.net qui a obtenu plus de trois mille reviews) et ça fait de ce genre le bouc émissaire. Ne pas vouloir lire de schoolfic ne rime pas forcément avec ne pas vouloir lire une mauvaise fic, car il y a aussi énormément de fics dans l'univers-même de Naruto - on va pas s'mentir, 99% du problème vient de là - avec des suites rocambolesques et des personnages aux pouvoirs overcheatés. 

Je n'ai rien contre les schoolfic (ça me foutrait mal d'ailleurs, puisque j'en réécris une). Je n'ai rien non plus contre les auteurs qui débutent et qui sont encore maladroits avec la langue. Je n'ai rien de plus contre les auteurs qui veulent écrire une fanfic "délire" juste pour s'amuser (à bas les commentaires élitistes qui voudraient que chaque auteur soit une perle en écriture ! Je regrette d'avoir été ainsi pendant une période de ma vie d'auteur). Ce qui me gêne surtout, c'est le gigantesque plagiat que constitue, comme tu l'as dit, la schoolfic bateau : le même scénario (à un ou deux détails près qui disparaissent dans le chapitre d'après en général), le même univers, etc, etc. Il fut un temps où, à l'époque où je venais de découvrir les fanfictions et où je n'écrivais pas, j'aimais beaucoup lire des schoolfics : mais je me suis vite rendue compte qu'elles se ressemblaient presque toutes (d'ailleurs je suis totalement incapable de vous citer un titre de schoolfic qui m'a marquée, c'est pour dire).

Finalement on se rend bien compte que le principe de la fanfiction est bafoué (que ce soit une schoolfic ou non, là n'est pas la question et j'ai bien conscience de sortir du sujet) : c'est censé être une histoire imaginée par un fan pour des fans, et non une quasi-copie de ce qui se fait, servant uniquement à flatter l'ego de l'auteur improvisé avec une vague de commentaires (qui se ressemblent tous aussi, drôle, non ?)

C'est vrai qu'il est dommage que la schoolfic s'en prenne plein la tronche juste parce qu'il y a eu ce buzz il y a quelques années. Comme tu le dis, le principe n'est pas inintéressant. Mais il semblerait que ce soit une mode qui a du mal à s'estomper {#[ :) ] Smile}


Signaler

Il y a quelques années de cela, j'ai écrit une school-fic avec une amie. Cela nous a beaucoup amusé car j'étais déjà prof à l'époque et elle-même était encore lycéenne, mais déjà très second degré dans sa manière de voir les choses.

Personnellement, avant d'écrire cette fic, je n'avais jamais lu de school-fic, mais il est possible qu'elle oui. Toujours est-il que nous nous sommes vite rejoint sur notre objectif implicite: la parodie de séries américaines. Et franchement, on s'est largement fait plaisir, dans la dose de second degré, d'humour, de situations, de stereotypes... Tout en cherchant à créer de vraies situations, de vrais personnages, afin de donner une vraie profondeur à l'ensemble.

Ce qui m'a toujours marqué depuis, c'est la vision qu'ont eu la plupart de nos lecteurs, ici ou ailleurs. 90% des lecteurs de schoolfics veulent de la schoolfic, c'est-à-dire fantasmer en s'imaginant être à la place de l'héroine. Je ne critique pas cette masturbation mentale, c'est même si on cherche des lecteurs un moyen d'accèder à une explosion du compteur des vues. (ce qui nous a totalement décontenancé, car ce n'était pas l'effet prévu. Et au final c'est frustrant quand tu as dans ta besace d'autres fics moins légères que tu as bossé cent fois plus et qui sont peu connues.^^)

Très peu de nos lecteurs se sont rendu compte de la parodie qui affleure. (décalage de générations peut être? Mon modèle c'était Berverly Hills, j'aurais dû me baser sur du Gossip Girl) Mais je n'ai jamais su déterminer si c'est un manque de maturité ou de recul par rapport aux années lycées ou si c'est parce que l'on n'y a pas été assez fort... (un peu des deux sûrement)

Je ne sais pas s'il faut vraiment tirer un boulet rouge contre les schoolfics parce qu'elles polluent un paysage. ça revient à tenter de lutter contre une épidémie de YAOI ou à vider l'océan avec une petite cuillère... Je préfère voir cela comme un moyen pour un jeune auteur de se lancer dans l'écriture en évacuant au passage une possible Mary Sue. Après, je suis peut-être mal placée pour en parler. Je n'étais plus vraiment un jeune auteur et mon amie non plus quand on s'est lancées et on savait qu'on voulait aller vraiment très loin avec nos personnages. Et depuis, j'avoue que je n'ai pas vraiment cherché de schoolfics dans les différents fandoms où je traîne. Alors si vous connaissez des schoolfics très parodiques, je suis preneuse!


Signaler

Bon, j'ai résisté à la tentation deux fois, la troisième je craque; je met mon grain de sel.

Bonjour à vous, insurgés et révoltés des school fics de bas de gamme, particulièrement pullulantes sur le fandom de Naruto.

Je suis partagée parmi vos réactions sur ce sujet. Ecrivant sur le si célèbre et martyrisé fandom de notre ninja blond, je partage en grande partie votre avis quant à ces... euh... plus ou moins premiers essais. Qui donc ne les connais pas, notre bon vieux Skyblog en regorge, les school fics, au mieux bâclées, au pire plagiées, se succèdent et se ressembles. Colorées jusqu'à vous dilater la pupille, bourrées de fautes et de SMS au point que l'on se demande quelle langue parle l'auteur et monstrueusement clichées, il y a de quoi faire palir plus d'un lecteur de "véritables" histoires, mis entre guillements car défoncées à je ne sais quelle drogue ou non, ceci reste une histoire quand même.

Beaucoup ont cité le fantasme de la jeune ado sans prétention et pourtant véritable Mary Sue qui parvient à charmer malgré elle le beau ténébreux, classe, sexy et narcissique. Ce cliché ne date pas d'hier. Souvent, l'auteur rêve simplement de mener une vie comme celle de notre bonne vieille Sakura Haruno, gosse de riches mais sans parents, petite soeur adorée d'un grand frère pas très futé mais pas méchant pour autant, qui a naturellement la classe malgré son côté dégenté, que tout le monde aime naturellement sauf les bonnes vieilles poufs du bahut qui lui en font voir mais qui perdront le jeux, et qui finira d'une façon ou d'une autre avec le mec le plus populaire de la ville et de ses environs après l'avoir détesté durant la moitié de l'histoire (si ce n'est plus).

Bon. Posons clairement les choses: ceci n'est pas un candidat au prix de l'écriture. Seulement une ado qui se défoule à travers une histoire complètement fantasmagorique. Et à l'image d'Aya Mikk, je ne trouve pas ça si mal, si ce n'est l'humble fait de rouler la réputation des school-fics dans la boue. Ces fan-fictions sont populaires parce que beaucoup d'adolescentes (je doute sincèrement qu'il y ait des garçons qui lisent ça) ne sont pas là pour réfléchir à des questions philosophiques, mais pour simplement et purement consommer. Et peut-on vraiment leur en vouloir ? Notre société baigne dans ce système. Les moutons bélâtres suivent le troupeau, c'est un réflexe naturel dit-on.

Par ailleurs, oui, il y a un début à tout. Bien sûr, il y existe des auteurs qui comprennent avant même de commencer ce qu'est écrire, et il y a de quoi les respecter, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. J'en suis l'exemple vivant. Oui, j'ai commencé par ces choses là moi aussi, j'ai écris une histoire en mettant le prénom du personnage qui prend la parole et j'ai mis des smiley, lapidez moi. (Pour ma défense, mon histoire avait quand même une intrigue ! Et elle n'a jamais été publiée >.>) Et maintenant que je travaille mes histoires, que je passe du temps dessus et que je les soigne, je comprends pafaitement la dose de déception que l'on peut avoir en voyant le succès monstre de ces machins là. Mais ça ne m'empêche pas de préférer continuer à faire ce que je fais.

Par contre, le OOC, ça, je ne le supporte qu'à très faibles doses.

"Pourquoi Kiba est-il toujours un dragueur à deux balles ?" Haha, c'est vrai que lui et Sai mangent pas mal sur ce point là. Je pense que l'auteur a besoin d'un personnage à côté de la plaque mais qui se croit irrésistible, histoire de l’humilier gentiment. Kiba étant un personnage relativement fanfaron dans l'histoire, il est fait un parfait candidat. Quant à Sai, aucune idée. Peut-être parce que les auteures prennent au premiers degré ce qu'il raconte sans s'apercevoir qu'il n'a strictement rien à faire de la gent féminine, comme masculine d'ailleurs.

Lady Mrou, je suis relativement d'accords avec ta diférentiation entre Neji et Sasuke qui, il faut le clamer haut et fort, sont indéniablement différents. Déjà sur un point: Sasuke agit pour lui, Neji agit davantage pour les autres. Sasuke me sort par les yeux, je voue un véritable culte à Neji (euh, HS non ?). Bref, cessons de les confondre. Enfin, je pense que Temari est représentée en violente parce qu'elle n'est pas très délicate dans sa façon de parler. C'est une fille un peu bourrue qui n'utilise pas la langue de bois. Donc le rôle de la brute, c'est pour elle. Les couples classiques sont simplement les couples qui paraissent les plus probables (ou pas) dans le manga et qui séduisent la plus grande quatité de lecteurs et je n'ai rien contre ça.

Bref, à moins de s'amuser à poster un gentil petit commentaire qui explique le pourquoi du comment à chaque auteures, je crois qu'il n'y a pas grand chose à faire.

Umi.


Signaler

C'est vrai qu'on se demande à quoi servent nos prof's qui nous apprennent à écrire correctement depuis le CP. C'est un peu rageant pour eux hein! 

Et puis non seulement ils écrivent des fictions sans intérets avec un orthographe à vomir, mais en plus les auteurs ne respectent pas le caractère des personnages. Soit ils les accentuent trop ou pas assez.

Le pire c'est Hinata qui met trois plombes à nous sortir un bonjour. Je n'ai rien contre une toute petite modification de caractère mais ça va trop loin, même le pauvre Naruto parait encore plus bête qu'il ne l'est déjà. 

 

De plus : avec les auteurs de Skyrock TOUS les personnages sont de gros malades, alors ça donne ça:

 

Naruto : excité de service qui est très con.

Sasuke : Ice-man qui dit que "mmh".

Neji :  Ice-man qui dit que "mmh" (oui, pour les auteurs, Neji ou Sasuke c'est la même chose - - ').

Sakura : Mary Sue, le personnages beau, intelligent; dès fois pas doué en sport mais c'est son seul défaut.

Ou alors elle passe pour la brute qui frappe tous le monde.

 

Tenten : Comme elle n'est pas un personnage avec une personnalité paq très explicite (elle n'est pas assez détailler par Masashi Kishimoto) , elle peut nous offrir une certaine liberté, mais elle finit toujours en fille dynamique et fofolle qui court partout.

Ou alors, elle n'a AUCUNE personnalité et fait tâche par rapport aux autres.

 

Lee: bon... en général sa personnalité est respecté... mais là, difficile de faire pire.

 

Shikamaru : il fait pas grand chose, soit il dort, soit il se fait taper par Temari, soit il joue son intelligent et APRES il dort.

 

Ino : Elle ressemble à une poupée Barbie. Tous ce qu'elle fait c'est s'intéresser à la mode.

 

Choji: Alors, lui. Soit il apparait pas, soit il bouffe tous le long de la fiction.

 

Hinata : THE timide of the world qui sait pas aligner deux mots sans bégayer et elle ne fait QUE la gentille, et pourquoi pas une Hinata diabolique aux allures timide? Ce serait plus amusant.

 

Shino: Alors, je ne l'ai presque jamais vu dans une fiction. Mais c'est pas plus mal, il est moins martyriser XD.

 

Kiba et Sai : Eux c'est simple, ils s'en prennent plein la gueule tous le long du récit. Ce sont les dragueurs qui se prennent des claques et qui ont toutes les filles dans leur lit sauf les personnages féminins principaux qui savent leur résister. Pour moi se sont les persos les plus bafoués avec Neji. Et moi qui vénère Kiba (et Akamaru), je dois avouer que ça me fiche un coup de savoir qu'on puisse le voir comme ça.

 

Temari : Brute sanguinaires qui tue à moitier Shika pour le réveiller.

 

Kankuro: Je le vois très rarement, mais en général, il fait tâche et quelques fois, c'est aussi lui qui joue le dragueur.

 

Gaara: Aucune personnalité, lamentable, on le reconnait à peine.

 

 

Ensuite les profs (ah bah oui, je vais faire tous le monde hein! pas de jaloux).

 

Kakashi: Lui c'est le prof un peu zarb' qui ne fait que lire son livre pervers tous le long de l'histoire.

 

Gai: Le prof de sport cinglé admiré par Rock Lee.

 

Anko: ah non mais elle c'est LA GROSSE fêlée de la fic, mais c'est pas faux, même dans le manga elle est complètement étrange.

 

Asuma et Kurenai: souvent se sont les professeurs gentil mais sans intérêt.

 

Et Yamato: le prof qui fait peur avec ses grimaces flippantes.

 

EN GROS C'EST CA, alors je vous ai fait tous le petit résumé pour dire que les caractères respectifs de chaques personnages ne sont pas respectés - - '.

 

 

 


Signaler

Me revoilà, me revoilà...

Alors alors, répondons dans l'ordre:

 

Lady Mrou: Et c'est bien moche. Oui c'est vrai, beaucoup d'auteurs ne prennent pas le temps de regarder l'orthographe ou pire, font exprès de la détruire. Là, je te suis entièrement. La langue française est respectable bien que très difficile, j'en suis tout à fait consciente. On ne demande pas aux auteurs d'avoir une orthographe, syntaxe et conjugaison parfaite, ça n'existe pas et moi la première j'en fais des vilaines (demandez donc à notre pauvre Sachiko-chan qui s'est arrachée les yeux sur ma première fiction...). Mais il y a une limite à tout. Et à commencer par au moins essayer d'écrire en français. Ma seconde revendication sera sans consteste de correctement écrire les noms des personnages car s'il y a une chose que je ne supporte pas c'est de voir écrit: Neiji. Diantre. Fichtre. Zut. Merde ! Où ont-ils vu ça ? C'est Neji ! Tout comme c'est Temari et non Témarie. Ils ne font pas de faute pour Sasuke, Sakura et Naruto, pourquoi agresser si violemment les autres ? Ah et je profite pour faire gentiment remarquer que Sasuke et Sas'ke, se prononce exactement de la même manière normalement. Mais là, à la limite, je pardonne vu qu'en version française, l'anime prononce le "u". Mais bon, la version française massacre pas mal les voix et les noms en général alors mon conseil serait de plutôt regarder les VOSTFR. Sauf que je m'éloigne du sujet.

Oh oh non Temari n'est pas une brute, par ailleurs, je ne me souviens pas qu'elle ait déjà levé la main sur quique ce soit en dehors d'un combat loyal. Mais bon, si ça peut les amuser de faire un peu de OOC, pourquoi pas... Hinata en bégayeuse pro parce que, il faut l'admettre, elle bégaye de temps en temps, lorsqu'elle est sous pression plus précisément. Et c'est tout. Il s'agit d'un trais de caractère déformé et amplifié pour caricaturer le personnage, finalement tous connaissent ça et y passent. C'est le principe d'un OOC; en soit rien de vraiment étonnant, mais le véritable problème, c'est que les auteurs ne semblent pas s'apercevoir que leurs personnages n'ont plus leur caractère original. Ils ne sont plus que de vulgaires caricatures qui font pâle figure à côté des véritables héros de la série. Après, ils font bien ce qu'ils veulent avec les personnages, c'est juste que je n'irais probablement jamais lire.

Lilimaster: Outch, fais attention à ne pas te contredire. J'ai cru comprendre que tu n'aimais pas franchement les modifications de personnage, mais tu nous proposes une Hinata diabolique, tu vois le paradoxe ^^' Hinata est constamment gentille parce que c'est une gentille fille, timide mais serviable, tout simplement. Je crois que sur ce point là, on ne peut rien leur reprocher. Pour Sasuke et Neji; grave erreur ! Ils ne disent pas "mmh" mais "hn" ! Nuance x)

Pour Lee par contre, je ne suis pas d'accords; son personnage est complètement déformé à mes yeux. Combien de fois j'ai pu le voir comme un perso avec des cheveux gras, moche à souhait, complètement stupide et abrutit fini ? C'est faux. Lee a les cheveux noirs et l'auteur en dessine les reflets, comme pour Hinata qui elle par contre s'évite les cheveux gras étrangement. D'ailleurs il aime tout comme Naruto particulièrement prendre de longs bains alors... Il n'est pas particulièrement moche, même s'il ne se range pas non plus parmi les cannons, c'est juste qu'il a des sourcils touffus, des yeux ronds et une coupe au bol. C'est tout. Je veux dire, il n'est pas difforme, il a un petit nez retroussé, un visage rond, un menton pointu... Bref, y'a pas que les sourcils dans la vie. Et caractériellement, non bon sang, Lee n'est pas complètement idiot ! Naïf, trèèès naïf, mais pas complètement idiot. Bien sûr il a sa dose de bétise dans le manga, mais il est surtout et avant tout insouciant comme p'tit gars. Il est loyal, fidèle, entousiaste pour peu de chose, courageux, aimable, chaleureux ! Mince quoi, c'est un chic type Rock Lee ! Etrange, exubérant, surprenant, mais pas stupide et point barre. Il faut vouloir exploiter son potentiel, c'est tout.

Il est vrai que mon pauvre Gai est lui aussi trainé dans la boue alors qu'il sait parfaitement être sérieux et il est loin d'être bête. Hé ! C'est LE rival (autoproclamé) de Kakashi ! Il ne peut décemment pas être stupide et inutile !

Oh une dernière chose inutile: les profs ne m'ont jamais vraimant appris à écrire correctement. Ils n'apprenent à personne à écrire correctement. Ils sont là pour te montrer comment marche la langue et souligner tes erreurs ainsi que te les expliquer. Pour arrêter de faire trop de fautes, il n'y a qu'avec sa propre volonté et un becherel du français que l'on y parvient.

Brefouille, c'est tout pour moi !

Bien à vous.

Umi.

 

 


Signaler

Umi ----> C'est vrai que Lee est adorable, bon, je le trouve particulièrement stupide, pareil pour Gaï, mais quand ils combattent, c'est autre chose! Mais ce qui m'attriste le plus c'est mon chouchou Kiba T O T

 

Lady mrou ----->  Je trouve quand même que pour ce qui est de l'imparfait, ils exagèrent. Pour moi c'est le temps le plus facile de tous!

Mais le pire c'est le passé simple, souvent le verbe "rire" : il ria.

Il ria hein? M'oui... c'est cela oui.

Je suis loin d'être madame orthographe mais quand même.

 

Et puis les répétitions aussi. comme:  "Sasuke était désamparé. Sasuke finit par sortir " 

 

Et oui, plus ça va moins les caractère des personnages sont pris en compte.

Heureusement, certaines school fics sortent du lot.

 


Signaler

Salut !

Bon, à la base, je me contentais de lire les réactions, parce que j'écris moi-même une school-fic et que niveau cliché, je me pose là xD J'en suis parfaitement consciente, soit dit en passant, et j'avoue que cette fiction n'est pas ma préférée et de loin, mais je ne l'écris pas dans la même optique que les autres, je le fais juste pour me détendre donc je ne me prends pas trop la tête. 

Lilimaster : Frappe-moi, Kiba n'est pas mon perso le plus travaillé >.>

M'enfin bref, en fait, je voulais réagir sur certaines remarques, sachant que pour l'essentiel, je suis d'accord avec Umi, je ne vais donc pas répéter ce qu'elle a déjà dit.

Par contre, Lady Mrou : Quand Umi disait que ses profs ne lui avaient pas appris à écrire, elle ne parlait pas de l'orthographe mais plutôt du style, voire peut-être même de la syntaxe, bien que là, les profs de français ont tendance à pointer ce qui ne va pas. Ne dit-on pas que le métier d'écrivain est le seul qui ne s'apprend pas ? On ne parle pas d'ortho, ici, mais de style, de patte d'auteur, je ne sais pas si on voit ce que je veux dire "heeeeelp" ! C'est pourquoi, quand tu dis, Lilimaster, que les répétitions sont des fautes d'ortho, je ne suis pas d'accord. C'est une maladresse de style, pas une faute.

Pour le reste, Umi, je reconnais-là une fan de la team Gai xD Non, c'est vrai, Lee et même Gai ne se résument pas à deux fous furieux adeptes de l'effort suprême, bien que... ! On ne va pas tous les refaire, Lilimaster a plutôt bien résumé les clichés des caractères pour les personnages et Umi les a plutôt bien défendus xD En gros, je parle pour ne rien dire, désolée >.>

En fait, j'avais autre chose à dire mais par manque de temps, je reviendrai peut-être plus tard !

By !


Signaler

Euh attention à la manière dont tu formules ta pensée:

Lady Mrou----->  Il faut que ça vienne du coeur, mais quand je lis les fameuses school-fics dont on clame les éloges ici, j'ai plutôt l'impression que ça vient du c** !

Je pense qu'aucun commentaire posté sur ce topic n'a fait l'éloge des fics bourrées de sms et autres horreurs qui vont dans le pack tout compris. Donc, ton "ici" fait sûrement référence à un fandom ou peut-être au site, mais précise-le. Merci, j'aimerais autant éviter qu'on m'imagine dans le même panier de crabes que les lecteurs de ce genre.^^ Je défends le "genre" en lui-même, pas ce que les autres en font... D'ailleurs, c'était le sujet de départ non? Pas une critique des auteurs "kikoolol", il y a déjà bien d'autres blogs sur ça.


Signaler

Lady Mrou : Parce que ça tomberait dans l'OOC, et que c'est justement ce que vous condamniez au-dessus.


Signaler

J'ai du mal à comprendre. Ce qui vous disiez au-dessus sur les school-fics, les personnages caricaturaux, toussa... Il s'agit avant tout de l'interprétation qu'en ont les auteurs concernés. Alors, oui, à force de forcer leurs traits de caractères les plus récurrents, ça vire à quelque chose qui ne ressemble pas vraiment au personnage de l'auteur, mais ça n'est pas une faute en soi. On ne peut pas demander à tout le monde de maîtriser toutes les nuances des caractères de tous les personnages sur le bout des doigts, c'est évident.

Quand tu dis que "trop de choses reviennent sans arrêt", je ne suis qu'à moitié d'accord. Si on est partout dans le même envirronement, avec les mêmes personnage, c'est forcé que certaines choses soient identiques. Certes, les auteurs pourraient faire des efforts, mais il faut aussi comprendre ce qui se passe de leur côté : Généralement, ce sont soit des débutants, qui, pour commencer et se donner de l'assurance, font comme tout le monde parce que ça "marche", soit ce sont ceux qui pour qui l'écriture est un passe-temps comme un autre - et ils n'ont peut-être pas trop envie de se casser la tête.

D'ailleurs, dans le scénario que tu proposes avec Hiashi Hyuuga, c'est justement de l'OOC. Après, il y a la libre interprétation des personnages, mais, tel qu'il m'est apparu dans le manga, Hiashi Hyuuga me semblait être un homme très digne et sévère. Alors, le voir pauvre, peut-être, mais s'extasier sur la grossesse de sa fille, bof...

À moins que l'auteur écrive comme un dieu, j'irais pas lire cxe genre de texte, moi.

Parce qu'au final, c'est un peu à ça que tout se résume - on trouve qu'ils écrivent mal. Mais, hého, les gens, le talent, ça tombe pas tout cuit dans le bec ! Comme je l'ai dit plus haut, ce sont souvent ds jeunes auteurs, qui tâtonnent un peu parce c'est nouveau pour eux. Je veux bien croire que pour les "bons" auteurs, c'est particulièrement énervant de voir son/ses fandom(s) de prédilection envahi(s) par ces fictions dites "de mauvaise qualité" et de voir qu'elles reçoivent des tonnes d'éloges ; mais, concrètement, je ne vois pas le mal. On a tous été débutant à un moment ou à un autre, alors je demandairais juste un peu d'indulgence pour ces auteurs maudits par tous les autres.

Bon, ça, c'était mon avis. Après, je maintiens que chacun fait ce qu'il veut, donc libre à vous de me couvrir d'injures pour prendre la défenses de ces fanfics. =)


Signaler

Je veux pas être méchante mais en lisant vos commentaires, je me suis dit : n'importe qui sur le moment qui avait envie d'écrire une school-fic va la remettre au placard de peur de mal faire.

C'était pas censé être "sauver les school fic" ?

Personnellement, j'évite les school-fic... car en effet c'est un style où il est difficile de se démarquer et donc je trouve ça rarement intérréssant. Mais si le résumé attise ma curiosité et que le premier chapitre est entrainant alors je peux faire l'effort de tout lire. 

Tout le monde, enfin presque, a déjà essayé de faire une school-fic. Parce que justement on ne se casse pas la tête à trouver des idées, le fil conducteur est toujours le même. Mais réduire la fiction à ce seul "fils" c'est quand même abusé... il faut étoffer, créer un univers, des passés, des rêves pour les persos... J'aime quand on retrouve des détails du manga original, comme un clin d'oeil qui fait sourire ^^

Mais bon, je ne pense pas avoir dit grand chose de nouveau, mais je trouverais dommage de décourager les auteurs en voulant justement leur éviter le fiasco. C'est mon avis personnel, vous n'êtes pas obligé d'y adhérer...


Signaler

j'ai lu ton lien lady mrou , je trouve qu'elle a raison.

 

De plus débuté, c'est quelque chose de compliqué, je suis bien placée pour le savoir je débute moi même en tant que fanfickeuse.

Mais JAMAIS il ne m'ai venu à l'esprit d'écrire en language SMS. J'aime trouvée mes propres idées, j'aime aussi créer un nouveau personnage pour la fiction qui pourrait en être le héros, bref, faire plein de trucs amusant. 

Enfin brefons, ma première fiction a été un FIASCO, bon, j'ai reçu des commentaires gentils (mon humour débile m'a sauvé la mise je pense - -) mais c'était nul quand même. Cependant, j'estime écrire mieux que des ados de 16 ans qui copient les histoires des autres et font TOUJOURS le même histoire et n'ont aucune originalité.

La première fanfiction qu'on fait, on sait pas toujours choisir le domaine le plus approprié. Alors on peut se tromper, ça a été mon cas je pense. En plus notre style d'écriture n'est pas du tout complet.

Donc beaucoup décide faire une : school fic. 

La school fic, c'est un art XD, donc déjà pour s'en sortir il faut avoir de l'imagination, savoir ce que l'on fait et ce que l'on veut faire.

Après il y'en a qui arrive à sortir du lot. Je comprend qu'on débute, mais quand je lis la fiction d'un débutant, il faut qu'il fasse de son mieux et non pas ce faciliter la tâche au maximum! Surtout si le début est comme les autres et que l'orthographe, le vocabulaire, la conjugaison et la grammaire sont baclés et de façon VOLONTAIRE.

Et puis pour la caractère des personnages, laissez moi dire que beaucoup ne sont pas étudiés et qu'ils sont fades.


Signaler

Je vais essayer de revenir sur le sujet initial proposé par Tentenette et répondre à cette question, "Qu'est-ce qui, selon vus, fait le succès d'une schoolfic", ou "comment sortir des sentiers ultra rebattus"?

- l'introduction d'OC: Cela me semble inévitable, le lecteur a besoin d'eux pour s'identifier au propos, il faut l'accepter sinon on n'écrit pas de schoolfic, mais pour autant cela ne veut pas dire que leur caractère, leur psychologie, leur passé doit tenir sur un timbre poste.

- l'ensemble des personnages doit avoir une évolution pyschologique crédible. On ne termine pas l'année de la même manière qu'on la commence. Après plus de neuf mois de "cohabitation", des relations se sont établies, ont évolué, dans un sens positif ou négatif, peu importe, mais les gens ont appris à se connaître et à "vivre ensemble". Ils sont censés avoir grandi d'une certaine manière, dont il faut sentir cette maturation chez l'ensemble des personnages et en distiller les raisons le long des chapitres.

- pour les personnages du canon qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif, on évite l'OOC. Et à nouveau, on commence par se poser avant de démarrer le premier chapitre bille en tête. On fait une liste ou un tableau des différents personnages que l'on veut utiliser, on cible les grands traits de leur caractère, leur personnalité, leurs relations familiales, amicales, que sais-je et ensuite... On essaie de transposer. Ne connaissant absolument pas le manga, je ne peux pas vous prendre des exemples avec Naruto, et je n'ai jamais songé aux persos de One Piece sous cet forme, alors je vais faire avec D Gray Man, mais bon, un shonen c'est un shonen, on retrouve toujours les mêmes bases!

ex: Allen, comment expliquer ses cheveux blancs et son bras atrophié? Pour ma part, on lui avait inventé un accident de voiture enfant, qui lui avait brûlé le bras, et cela avait été aussi le moyen d'expliquer sa relation conflictuelle avec Cross, car le grand frère qu'il jouait dedans ne pardonnait pas, quelque part, à son cadet d'avoir involontairement provoqué l'accident qui avait détruit leur famille. Quant aux cheveux blancs, on avait mis ça sur une malformation génétique.

Kanda et tous les autres beaux gosses ténébreux au passé triste et à l'asociabilité développée: Il y a toujours une raison pour expliquer ce retrait volontaire, cette attitude hautaine. Généralement, on peut derrière y développer une colère rentrée et profonde, un sentiment d'abandon, un souci de perfection... qui altérerait les rapports présents avec autrui par peur de faire confiance et de perdre ces repères si sécurisants qui font que le monde de l'asocial tient debout malgré tout.

- le choix des lieux: je pense là, qu'il ne faut pas hésiter à s'appuyer sur de l'existant avec une certaine touche d'exotisme au demeurant. Pourquoi pas un lycée français dans une capitale étrangère. Cela justifie l'utilisation du système scolaire connu, le melting pot évident de la classe, un certain niveau social... tout en s'appuyant sur du réel, ce qui facilite les descriptions, surtout pour les débutants. De même, il faut soigner le temps en cours et en dehors, le café squatté par la bande d'amis, la maison du héros comme autant de lieux récurrents qui doivent avoir leur propre ambiance.

- les adultes qui ne doivent pas juste être là pour .... être des parents castrateurs ou inexistants et des profs sadiques ou ennuyants. C'est à nouveau une question de dosage et ils doivent être utilisés comme moyens de faire avancer l'intrigue (en empêchant leur enfant de sortir ce qui fait qu'il va passer par la fenêtre ou en étant présent et soignant une peine de coeur à leur manière...) et non comme des empêcheurs de tourner en rond. S'ils sont OC, ils doivent avoir le même développement que les "OC principaux" et recevoir le même soin, pour rester crédibles.

- l'intrigue: là tout dépend de ce que l'on veut faire, mais il me paraît nécessaire qu'il n'y ait pas une seule intrigue (Machin et Bidule qui tombent amoureux) mais plusieurs intrigues paralèlles qui vont être développées tout au long de la fic, se croisant parfois ou jamais. Tenter de donner du temps d'antenne à chacun (délimiter bien au départ qui seront les vrais principaux) permet au lecteur de s'attacher à tous et de ne pas s'asphyxier avec les pérégrinations amoureuses de Truc et Bazar.

- voilà quelques idées pour le fond, quant à la forme, ce qui me paraît le plus facile, surtout pour des débutants, c'est le tryptique Un personnage= Une journée= Un chapitre. Même si pour des raisons d'intrigue, il peut y avoir plusieurs chapitres sur une même journée car vue par plusieurs personnages parce que c'est un tournant dans l'histoire, dans ce cas-là, ce serait Un chapitre= Une journée= Succession de vues. Je parle bien de "vues" et non de "POV", selon moi c'est différent, car une "vue" est une narration faite par un narrateur externe, le "POV" étant faite par le personnage lui-même à la première personne. Que l'on choisisse l'un ou l'autre, l'idée qui se cache derrière ça est de permettre à l'auteur d'appréhender du développement psychologique et de ne pas se contenter d'un dialogue interminable en style théâtral.

 

Voilà, je pense que j'ai fait le tour, du moins dans les grandes lignes. Je pense que les schoolfics, comme tout Univers Alternatif, sont très intéressantes pour travailler le caractère et la psychologie des personnages. Parce que dans notre triste réalité, pas de superpouvoirs ou de fruits du démon pour expliquer telle ou telle chose. Alors il faut se creuser la tête et chercher une autre explication à tel ou tel trait de caractère. De ce point de vue là, tous les UA sont des passerelles géniales pour développer son sens de la psychologie des personnages. Encore faut-il que l'auteur y ait pensé et en soit conscient.^^

 


Signaler

Re-bonjour !

[Hors Sujet]

Personnellement, je viens d’aller lire ledit message de la demoiselle sur son blog (parce que, sur celui vers lequel va le lien, le fond d’écran et les couleurs empêchent de lire !) et, si je suis d’accord avec elle sur la plupart des points qu’elle aborde, je ne comprends pas son malaise. Ok, un nombre incalculable de school-fic sur sky reprend le même schéma et le même couple et si elle n’aime pas, pourquoi aller voir ces auteurs pour leur adresser un message poli si elle sait qu’elle va se faire rembarrer. Ceux qui réagissent le plus mal sont ceux qui n’ont pas envie de progresser, qui ne pensent qu’aux commentaires, donc autant les laisser s’embourber dans leur merde et ne pas s’en préoccuper. Surtout si, en plus, les messages qu’elle reçoit en retour la blessent. Pourquoi s’acharner ? Et surtout, pourquoi les prendre autant au sérieux ?

Elle n’est pas la seule fiction écrite sur un couple original, ou juste boudée par les lecteurs alors que bonnes, donc son sentiment de solitude est, à mon sens, injustifié. Si elle aime son travail et si elle a des lecteurs qui l’aiment aussi, alors tout va bien, non ? Surtout que, devant son désespoir criant, je suis allée voir ses chapitres et que vois-je ? Une moyenne de 80 commentaires par chapitre ! Ah oui, s’est est une de délaissée, ça !

Il y aura toujours sur sky’ des centaines (j’exagère ? x) de school-fics banales, écrites par des ado en manque d’amûûr et de popularité qui copieront le canon qui fonctionne le mieux. Autant se faire une raison et continuer son petit chemin dans son coin avec ses lecteurs fidèles. A l’écouter, elle est la seule à aimer son couple, la seule à aimer l’originalité et la seule à partir en croisade contre le cliché. Et visiblement, ça la bouffe. Je n’arrive pas trop à comprendre comment elle a pu en arriver là. Si écrire une fiction revient à mener une guerre, pour elle, et non plus à un plaisir, alors oui, peut-être devrait-elle arrêter un moment le temps de se poser un peu. Parce qu’à la base, un auteur n’écrit pas vraiment pour voir son histoire faire exploser le conteur de com’ (surtout sur sky’) mais pour recevoir des avis construits, et beaucoup ne se contentent que d’un ou deux par chapitre. Ceux qui parviennent à terminer leur fiction avec juste un commentaire pour une trentaine de chapitre le font souvent comprendre que je suis chanceuse et que ceux qui se plaignent sont souvent ceux qui sont le mieux lotis.

Quant à sa crainte… chacun ses goûts. Perso, si je n’aime pas plus que ça le couple, je ne lis pas, je ne vais pas harceler l’auteur pour lui demander si son cerveau a grillé xD Et puis bon, j’ai déjà lu des textes sur des couples vraiment… hum… bizarre, alors le Shikamaru/Hinata pour moi, c’est presque un canon xD Bref, elle n’est pas la seule à penser ça, à se demander ce qui passe par la têtes des plus jeunes sur la toile mais qu’elle les laisse grandir un peu, mûrir et leurs goûts évolueront. On est tous plus ou moins passés par là. Donc, qu’elle abaisse sa hache de guerre, ça s’arrangera tout seul. Et puis, bon, quelle idée de ne publier que sur sky’ x) Enfin, si ça peut la rassurer, je connais plein de gens sur sky’ qui aiment les couples étranges !

Toujours est-il que je pense qu’elle se prend un peu trop la tête pour quelque chose d’insignifiant, en fin de compte. Ou alors c’est moi qui suis une sans cœur, je vous laisse le loisir d’en juger.

[Fin du Hors Sujet]

Pour en revenir au sujet principal de ce blog,  c’est-à-dire les school-fic et leurs clichés, j’ai du temps donc je vais revenir dessus.

Déjà, je suis d’accord avec  Aya Mikk (et comme je connais D-Gray-Man, j’ai encore mieux compris. D’ailleurs, votre fiction est-elle encore en ligne ? Ca me donne bien envie d’y jeter un coup d’œil ^^) avec un minimum de réflexion avant de se lancer à corps perdu dans la rédaction, on peut faire d’une school-fic une fiction travaillée, dont les chapitres se suivent vraiment, avec un minimum d’organisation et de lien. Parce que souvent, les jeunes auteurs se lancent dans un début d’idée et écrivent chapitre après chapitre selon les idées qui leurs viennent la veille et quand, finalement, ils n’en ont plus, leur fiction ne se termine jamais. Donc, juste prendre le temps de penser au début, aux grandes lignes du milieu et surtout à la manière dont on aimerait que ça se finisse, et on a quasiment le squelette complet de sa school-fic.

Après, pourquoi jeter la pierre au cliché ? Les reprendre n’est pas un mal, à mes yeux. Même celui de Sakura, qui se lève pour sa rentrée des classes, avec son frère Sasori (sérieux xD) et qui va tomber amoureuse de Sasuke, le super beau-gosse ténébreux au passé ultra lourd qui décide qu’elle, décidément, avec sa touffe rose, elle lui plait bien car elle sort du lot. Tout dépend de la façon dont s’est amené, narré et mis en place. C’est sûr que si c’est écrit en SMS, comme le copié collé de la fic d’à côté, ça ne vaut pas le coup de s’y attarder, mais si l’auteur y a un minimum réfléchi, (et s’il respecte son orthographe >.<) alors pourquoi pas ? J’avoue ne pas être d’accord avec l’envie qui se découle chez certains de flageller les clichés qui reviennent trop souvent alors, qu’en fin de compte, tout est une question de présentation et d’idée.

Pour ce qui est des grandes lignes du caractère des personnages, trop souvent repris (comme mémé Hiashi en méchant papa qui n’aime pas sa fille…) que dire ? Ok, il y en a qui exagère certains grands traits de la personnalité et en efface totalement d’autre ce qui rend leurs personnages inintéressants parce que trop plat, en fin de compte, mais à côté de ça, faut-il forcément passé d’un extrême à l’autre ? Genre, y en a marre d’avoir un Naruto goinfre et idiot alors je préférais ne voir que Naruto en mode sombre et populaire. Pourquoi ne juste pas se poser et analyser le personnage selon ce qu’on en sait, des scènes qu’on a aimé dans le manga et essayer d’esquisser un personnage qui soit le mélange de traits qu’on aime et qu’on aime moins ? On hurle dès qu’il y a O.O.C et en même temps, on a tendance à l’encourager pour sortir des sentiers battus…

Au final, ce n’est pas si facile que ça d’écrire une school-fic à la fois intéressante et réaliste, avec des personnages à la fois ressemblant à ceux que l’on connait avec toutefois une plus ou moins grosse touche d’originalité, le tout mixé avec une intrigue de folie. Certains sont doués pour ce genre, d’autre non xD Et encore d’autres n’en ont tout simplement rien à faire…

Pour sauver la school-fic, je pense que tous les ingrédients ont déjà été donnés et il faut aussi se dire que, même s’il y a plein d’essais infructueux, il y a aussi quelques perles dans le genre, comme pour tous les autres genres…

 

Sachiko


Signaler

OUAIIIIIIIS SAUVONS LES SCHOOLS FIIIIICS!!!!

 

Ok, d'accord, mais comment? J'avoue que l'idée de ce blog est bien choisie, mais cela ne restera qu'un vain coup de gueule, si je puis dire... Il est très pertinent de donner nos avis, et nos contributions sur la question, mais je ne pense pas que cela change grand chose... Qu'est-ce qui ferait le succès d'une school fic? Je ne sais pas. Les schools fics se ressemblent toutes, et ont pratiquement toutes du succès! Bah, ce serait peut-être un peu tout et n'importe quoi qui ferait le succès d'une school fic. C'est vrai que le sujet qui revient souvent dans les schools fics est fatiguant

(genre une fille totalement nunuche, qui tombe amoureuse du gars ténebreux, et qui se fait embêter par la méchante pimbêche blonde, etc, etc... elle a une meilleure amie, et blablabla et blablabla...)


mais je pense que tu auras beaucoup de mal à dissuader les quinze milles auteurs de school fics à changer dés maintenant leurs styles d'ecriture... La plupart des lecteurs de school fic sont des adolescents ( J'en suis une) , et à cette âge-la, on raffole de romance, de drame, de comédie, et d'humour... Et c'est ce genre de schools fics qui vient remplir nos penses!! Donc finalement, je ne comprends pas la question ''qu'est-ce qui ferait le succès d'une school-fic?'', parce que la quasi-totalité des schools fic ont du succès justement. (Je dis la  quasi-totalité, hein, pas toute).

Mais, peut-être qu'après la lecture de ce blog, certains vont enfin se décider à se démarquer de l'eternel cliché des schools fics -que je viens de citer plus haut-, et que de nouveaux auteurs vont décider de créer des schools-fic bien plus originales, et "intéressantes", si je puis dire...

M'enfin, faut pas trop en demander, hein. ~{#[ :mrgreen: ] Mr. Green}

 

 

 


Signaler

C'est vrai que les school-fics est un sujet épineux. Apprécié d'un côté par certains lecteurs, complètement haïs par d'autres, il est aussi devenu méprisé par beaucoup d'auteurs de fiction, il faut le dire.J'ai découvert les fanfics avec une school-fic, qui est d'ailleurs pas trop mal écrite. Et comme tu dis, c'était révolutionnaire pour moi. Je me suis dit :"Ca c'est une idée géniale !". Mais après, j'en ai lu d'autres, et là, ce fut le drame... {#[ :!: ] Exclamation} Mais je ne vais pas m'étaler sur mon expérience de la school-fic, bien que je n'en ai jamais écris une seule.

Je traine beaucoup sur le fandom Naruto, et ce dont j'attache beaucoup d'importances, dans une school-fic, et ce dans les autres fandoms :

- pas un truc complètement allucinant, où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Mais je ne veux pas non plus des personnages trop méchants, les relégant au stade de pouf ou de c**nard.

- ensuite, un truc qui me chiffone sévèrement dans une school-fic, c'est cette obligation pour les auteurs, qu'ils se mettent eux-mêmes, de mettre absolument tout le monde en couple. A croire que les célibataires ça existe pas dans les school-fics, sauf pour les poufs !

C'est surtout sur ces deux points que je juge si je vais lire une school-fic ou pas... mais après, même si j'ai envie de sauver les school-fics, je ne compte pas en écrire, car je n'aime pas trop en écrire. Je préfère rester dans mon domaine de base ! ;)

 1  2  3  4 



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales