Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Elements
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Début(s)
    Débuts - la revue
    Nb de signes : < 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Isthme
    Poétisthme
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - libre - poésie
    Délai de soumission : 20/12/2020
  • Folies
    Editions Hurle-Vent
    Nb de signes : < 31 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 15/01/2021
  • Artistes (re)confinés
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - fiction - récit de vie - réaliste
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Revue Encre[s] N°7
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 30/11/2020
  • Enfance
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 500 - 40 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Eclats d'Etoiles
    Eclats de Lune Editions
    Nb de signes :
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 02/11/2020
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 339 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 398 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1894 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Voir les Blogs | Liste des blogs par auteur

DjoDjoCute

Les gros clichés: un fléau?

Bloggé le 16-12-2010 04:55 avec 4511 Vues

Bonjour tout le monde^^

Si l'idée du blog a déjà été prise, merci de m'en avertir.

Alors, comme vous l'aurez constaté, j'ai l'intention de vous parlez ici des clichés. Ah! Les clichés. Nous le savons tous, ici dans l'univers de la fanfiction, ils fusent par centaines. Et nous sommes bien nombreux à nous plaindre continuellement de ces fameux récits aux scénarios mâchés et remâchés avec des scènes qui reviennent sans cesse, un manque total d'originalité, bref, les torchons, comme on les appelle.

Donc, je me suis dit: pourquoi ne pas parlez un peu de ces fameux clichés pour pouvoir approfondir le sujet?

D'abord, pour commencer, sachez qu'un cliché dans sa propre définition, est tout à fait INÉVITABLE dans n'importe quel récit. En effet, à la base, le cliché sert à caractériser un genre littéraire ou cinématographiques en introduisant des stéréotypes. Exemple: essayez d'écrire une histoire romantique sans inclure une scène de baiser à quelque part, vous verrez, vous aurez de la difficulté. Donc, déjà, il est absurde de chercher à éviter à cent pourcent les clichés car ils sont fondamentaux pour définir un type d'histoire en tant que tel. (À moins que tu inventes un nouveau genre, alors tu créeras tes propres futurs clichés.)

Mais, alors, pourquoi s'en plaint-on, s'ils sont nécessaires dans l'écriture d'une fiction? Facile, il y a une large différence entre cliché et Gros cliché. En effet, le gros cliché est le cliché trop voyant qui enlève de l'originalité à l'histoire et où il n'est plus question de définir un genre mais un scénario en entier et une personnalité. En effet, utiliser un gros cliché revient le plus souvent à utiliser le même caractère d'un personnage emprunté à un autre. Également, les scènes en eux-même deviennent semblables au point où on finit par pouvoir deviner d'avance à quoi va ressembler la fin tellement des idées de scènes et de scénarios ont été repris à une trop grandes échelle maintes fois. Ce n'est pas un phénomène qu'on voit uniquement dans les fanfictions mais partout ailleurs (surtout dans les films^^"), et je pense que la plupart d'entre vous serons d'accord avec moi.

Bref, ouvrons maintenant le sujet. J'aimerais maintenant vous interroger.

-Comment réagissez-vous face aux Gros clichés? Les tolérez-vous, les repoussez-vous ou bien arrivez-vous à en apprécier? (Ben quoi? On peut être surpris.)

-Quels sont les types de Gros clichés qui vous marquent le plus? Que ce soit des gros clichés reliés à un fandom, à la romance, aux scénarios, aux personnalités, etc. (Allez-y, c'est le moment de vous défouler.xD Vous pouvez même dresser une liste si l'envie vous tente, ce ne sera que plus intéressant.)

-Pourquoi, selon vous, on se retrouve avec autant de gros clichés qui débordent de partout dans les fandoms populaires en particuliers. (Question souvent posée et répondue mais il est toujours bien de faire un retour là-dessus.)

Bref, c'est cela que je cherche à savoir et je suis spécialement en quête d'opinion car, il y a bien longtemps que l'envie de discuter du sujet me prend. Donc, merci d'avance à tout ceux qui prendront le temps de lire et de répondre.

Bisous!! DjoDjoCute!!^^


>>> Signaler ce Blog <<<

 1  2 


Signaler

Bonjour !

DjoDjoCute, je répondrai en premier lieu à tes questions puisque c'est le but, hein... Et après je me laisserai de l'espace pour parler de façon plus générale.

1 : Ma réaction aux Gros Clichés.
Je n'en ai pas d'autre que ce que me souffle mon humeur du moment. Si à l'instant précis où je tombe dessus c'était ce que j'avais envie/besoin de voir bah...je le prends bien. Et si non, bah...je le prends moins bien. Mais ça ne dépend uniquement de moi, pas de l'auteur, ni du cliché en question. Sauf sur un point précis, mais j'y reviendra à la toute fin de ce commentaire. Et donc fatalement OUI il m'arrive d'aprrécier d'énormes clichés, vus et revus et usés jusqu'à la trame voire pire ! Et je ne vois pas où est le problème ! ^^

2 : Les Gros Clichés qui me marquent le plus.
Hum...sûrement ceux qui touchent au relationel et aux motivations des personnages. Vu que c'est le point qui m'interesse le plus dans mes lectures.

3 : Pourquoi, selon vous, on se retrouve avec autant de gros clichés qui débordent de partout dans les fandoms populaires en particuliers ?
Parce qu'un Gros Cliché c'est terriblement efficace à mettre en place, à transmettre et à faire comprendre. Dur de se planter avec un cliché : quoi qu'il arrive le message passe. "Pourquoi se compliquer la vie  ?" en somme.

Valavala...

Maintenant que j'ai répondu à tes interrogations j'aimerai revenir sur l'introduction...

J'ai bloqué sur un mot : "torchon".
Parce qu'on se contente de réutiliser des idées maintes fois utilisées (parce qu'elles sont efficaces) cela abaisse la qualité d'un texte ? Et la recette de mamie qu'on aime faire et refaire et transmettre à son tour c'est quoi ? Du ratage de diner alors que tout le monde s'est resservi ? Et on devrait se mettre à faire du feu à partir de silex ? Voire à réinventer la roue ? Je ne vois pas pourquoi un texte ou tout autre œuvre aurait vocation a être en premier lieu originale. Du moment qu'on ne tombe pas dans le plagiat complet... Et des clichés on en découvre voire redécouvre assez souvent. (Certains tombent dans l'oublie, trop décriés et puis un jour ils reviennent !)
Et puis, il est possible d'aimer lire des clichés et même d'apprécier deviner l'intégralité d'une histoire grâce aux Gros Clichés. Ca peut être rassurant quelque part : avoir les mêmes bases que els autres et pouvoir prévoir les développements futurs. La Communication Parfaite quoi... Alors oui, la notion de surprise est un peu/beaucoup amoindrie. Mais ce n'est pas si grave quand même, depuis quand le but ultime est-il de surprendre ? Le plaisir de la redécouverte. L'histoire maintes fois relue à l'identique le soir quand on était petit. Et la colère quand le parent lecteur se trompait d'un seul mot, voire changeait de façon infime sa diction ?
Et sinon il me vient un exemple : il peut être plus "facile" de travailler son style en usant de Gros Clichés pour que le lecteur ne s'accrochent qu'à la façon dont ils sont créés...
En gros tout dépend du but de l'œuvre, de ce que recherchait l'auteur et le lecteur. J'ai un peu de mal avec tous les jugements qualitatif et de valeur, je l'avoue...

Après, je ne suis pas partisane des clichés. (A part la Liberté et peut-être la Justice je ne défends rien en même temps...) Mais il me semblait important de dire, qu'en soit, les clichés, ça n'était pas Le Mal. Et pour ma part les Gros Clichés ne me gênent que lorsqu'ils ne correspondent pas à la situation ni aux personnage. Lorsque l'on sent que l'on colle une situation au fandom... Que le cliché rate sa vocation de transmettre un message vu qu'on le sait déjà falsifié, impossible. Tout sauf crédible. Et même cela ça n'est pas si grave que ça, du moment que l'auteur ne prétend pas détenir la vérité absolue...

 

Je crois que j'ai fini. Ça n'était pas une attaque, rien que mon avis tout à fait personnel et qui n'engage que moi.


Signaler

Il y a un cliché qui m'énerve dans le yaoi, c'est l'idée qu'il y a forcément un dominant & un dominé que ce soit seulement au niveau sexuel ou bien dans la vie quotidienne, avec le côté protecteur qui s'ensuit. Je trouve ça d'un ridicule! Déjà pourquoi parler de domination? Je ne vois pas le lien entre le fait d'être pris & une quelconque domination, les deux partenaires s'impliquent autant l'un que l'autre dans le rapport sexuel même si ce n'est pas de la même manière.

Autre point qui rejoint le premier: pourquoi faut-il que dans beaucoup de fic yaoi,ce soit toujours le même qui soit actif soit passif sans jamais changer?Bien sûr ça doit arriver irl aussi mais ça doit être de l'ordre de 90% des fics qui suivent ce shéma quand même. Je ne sais pas si c'est parce que les auteurs transfèrent le modèle hétéro au yaoi ou si ça relève d'un cliché sur l'homosexualité en général mais c'est assez agaçant.

 


Signaler

Ah, les clichés ! J'aime beaucoup les clichés. Je les détruit dans chacune de mes histoires [ :twisted: ] Twisted Evil

Je dirais que de toute manière, ils sont incontournables, alors pourquoi se priver de les utiliser ? toutefois, à mon sens, il faut savoir manier le cliché. Dans les fandoms où j'écris principalement (heroic fantasy et fantasy), les clichés sont inévitables, au point qu'on peut dire que malgré leur originalité, beaucoup d'histoires se ressemblent. Enfin, y a un qui me casse les bonbons, c'est la manie de certains de nous écrire leur thérapie littéraire en se la jouant Ewilan. Ok, je m'explique : je n'en peux plus du coup de la pauvre petite lycéenne qu'a une meilleure amie et un beau gosse en vue, mais qu'elle ose pas approcher parce qu'elle est pas "pouplaire", tatati tatata. Du coup, paf, elle est transférée dans un univers de fantasy où elle est super-forte, super pouplaire (bon je caricature, mais vous comprenez l'idée) et son petit copain est une bête sexuelle.

Je préviens, ce genre d'histoire, je vais le parodier, je vous jure que ça va faire mal [ :lol: ] Laughing

Du coup, moi, comme je viens de le préciser, je m'acharne à détruire les clichés en les utilisant, puis en les décrédibilisant (genre le vampire âgé de mille ans qui se met à la cuisine [ :lol: ] Laughing véridique). C'est très drôle, et ça apporte une touche d'originalité.

Voili Voilou !


Signaler

Les clichés, faut voir. S'ils sont suffisamment bien maniés pour que l'on ne devine pas l'intrigue, et que le style demeure solide, pourquoi pas, mais si c'est pour voir un éléphant de subtilités débarquer dans un corridor avec des étagères remplies de porcelaine, c'est pas la peine, je m'ennuierai très vite.

Parmi les clichés que je ne supporte pas (ou plus), les personnages "parfaits" comme on en voit partout sont sûrement ceux qui m'exaspèrent le plus.

Mais comme cela a été dit, si on en retrouve tant et partout, c'est surtout parce que c'est une incroyable solution de facilité, qui évite d'avori à mettre en place ses propres engrenages pour faire tourner partiellement ou totalement son histoire. Après, rien n'empêche de prendre une "enveloppe" clichée et d'en changer les rouages internes par d'autres plus originaux.


Signaler

Je trouve un peu curieuse ta distinction entre "cliché" et "gros cliché" ! Pour moi, un baiser dans une description de relation amoureuse, ce n'est pas un cliché, c'est un élément qui coule de source. Pas indispensable, mais ça choque personne quand on en met une.

Le cliché, on est pas du tout obligé de le mettre (et quand on en met un, ça se remarque !). Je pense notamment à cette scène de film d'horreur ou le héros est en stress et entendu un max de bruit, sursaute, et en fait c'était qu'un chat qui faisait le pitre dans les poubelles... ça, à mon avis, c'est un cliché. Le truc tellement vu et revu que tu le vois arriver à cent kilomètres ! Et devant lequel tu rigoles [ :mrgreen: ] Mr. Green

Pour moi, mettre des clichés ça peut être intéressant à utiliser dans un contexte qui prête à sourire, mais c'est comme l'alcool : trop de clichés tue le cliché !


Signaler

Merci à chacun de vos réponses et je vais me permettre de répondre à certain.

Seveya: Superbe opinion encore une fois. Au passage, j'ai mis le mot torchon simplement pour me faire comprendre de la majorité et aussi plus axer sur les fictions qui dérangent un peu plus quand abus de gros clichés il y a lieu. Comme tu le viens de spécifier, tu arrives à en aimer certains, d'autres moins. Pour ma part, j'ai beaucoup trop de mal avec ça. Surtout que moi, je préfère ne pas avoir une idée de la fin. J'aime lire pour la surprise. Mais c'est simplement mon opinion. Aussi, je trouve sensé que tu puisses dire que certains apprécient de voir des histoires aux scénarios classiques simplement pour pouvoir redécouvrir ces fictions. Ils ne sont quand même pas populaire pour rien! Bref, tu as une belle opinion et je la respecte entièrement. Cela permet de voir des points de vue différents.

 AlCh95: En effet, il faut savoir manier le cliché. Certains en utilise beaucoup mais savent comment les mettre en oeuvre pour ne pas trop gâcher l'intrigue. Par exemple, dernièrement, j'ai regardé un film où cela commençait de manière cliché. Genre le garçon et la fille qui se rencontrent et là, la fille échappe un objet lorsqu'ils entrent en collision et la fille s'excuse tout en souriant bêtement, et le garçon qui se propose pour l'aider. Ouais, ça c'est cliché. Je m'en suis même plaint à voix haute durant la diffusion, mais j'ai poursuivi et le reste m'a surpris. Il y avait de l'action, de l'humour, des bons jeux d'acteurs. Bref, la preuve qui peut arriver de maîtriser les clichés sans que ce soit trop pénible. Mais il ne faut pas s'attarder à ce que ça devienne envahissant, c'est ce qui m'agace par-dessus tout et que j'appelle communément les gros clichés.

Herr magog: Je ne dis pas n'importe quoi, au passage. J'ai fait des recherches sur wikipédia, tu iras voir au passage, si l'envie te tente. Mais je n'ai pas exagéré sur ma définition du mot cliché, sache-le. Et oui, la scène de baiser est considéré comme un cliché. ^^

Merci encore.

Bisous!! DjoDjoCute!!^^


Signaler

You fail, Anakiel... Il me semble que les deux sujets ne sont pas semblables... Sinon, dans mon cours d'Ethique Religieuse, on n'aurait pas voulu nous apprendre la différence entre Appel au préjugé et Appel au cliché. Remarque, dans l'autre sujet, on ne parle pas des préjugés que l'on peut trouver dans les fictions.

D'ailleurs, il y a pas si longtemps, j'en parlais avec une amie et même avec ma mère. Comme par exemple le cliché de la fille toute innocente, toute gentille, orpheline, qui a aucun défaut, qui est incapable de faire du mal à une mouche, qui a mille prétendants, qui est trop sensible et qui se fait toujours embarquer dans des histoires sans que ce soit sa faute pour autant, etc, etc, etc.

Avec ma mère, c'est plus les clichés de films d'horreur ou de films romantiques. Du type "Mais pourquoi cette espèce de blonde va se cacher là où IL FAUT PAS qu'elle se cache ? Direct LÀ où le tueur/monstre/caniche enragé/Rat-Singe de Sumatra (rayez la mention inutile) l'attend ! Personne dans la vraie vie irait faire ça !". Ou plutôt les clichés romantiques ; La fille découvre qui est vraiment l'ordure qu'est le garçon principal (ou croit savoir) et s'en éloigne mais il lui fait une déclaration mieleuse. Mieux, il lui court après et ça se clot en un baiser hollywoodien. Dans la même optique, il y a le gars qui débarque juste au bon moment pour arrêter le mariage de l'héroïne avec quelqu'un qui ne la mérite pas. Classique...

Bon, j'étofferais plus tard ; je pars en cours.
Bonne journée, elle est partie !


Signaler

Je suis d'accord,un cliché n'est pas un préjugé.Comme son nom l'indique,un préjugé,c'est un jugement préconçu.Un cliché,c'est une idée qu'on a vue & revue.


Signaler

Un cliché n'est pas forcément mauvais à partir du moment où on sait bien étaler la confiture autour pour qu'il ne soit pas remarquable. Ou alors quand on en fait une parodie!

Naturellement, ces deux exercices sont très difficiles, c'est pour ça que beaucoup de gens pensent avoir en horreur les clichés tout en tombant dedans les pieds joints.


Signaler

Huhu, la petite référence à Braindead, je kiffe... [ :8): ] Cool


Signaler

De retour.

J'avais commencée à répondre mais j'ai pas pu clarifier plus que cela ce que je voulais écrire.

Je suis d'accord pour dire que les gros clichés ne sont pas forcément un mal. Mais n'empêche que lorsqu'on n'en a pas l'humeur, on n'a aucune envie de les voir et ça, c'est quand ils sont mal utilisés. Quand ils suivent un chemin tout fait. Parce que, selon une intro déjà reprise, il faut que l'histoire suive point par point à partir de ce début revu au centuple ? Argument pas valable...

J'y vais avec un exemple que je connais ; Nabari. L'histoire est clichée, le scénario est bourré de trucs réchauffés au micro-onde et pourtant le travail sur les relations entre les personnages change la donne de ce Shônen (qu'on confond assez bien avec un Shônen-ai IRL... je vois pas vraiment les gars fans de Naruto s'extasier sur ce manga-là).

C'est fun de voir à quel point un élément du scénario fait que malgré les trucs pris et repris, ça reste quand même bon et intéressant. Si j'en reviens aux fics et à la littérature en tant que tel ; il existe également les clichés de style. Ou juste les clichés physiques. Les blondes aux yeux bleus, for example. Encore plus si ce sont de vrais cadeaux angéliques.

Elle avait des cheveux blonds comme les blés...

Ses yeux étaient d'un bleu plus profond que l'océan...

On se dit que l'auteur n'a pas eu à chercher très loin pour ses formulations. Mais si on part de ce principe, c'est que toute les phrases que l'on écrit sont en fait des clichés. Juste dire "Ça me fait rouler des yeux", c'est cliché. Alors il est de bonne entente que l'on parle de ce que tu appelles "Les gros clichés", DJoDJocute. Oui ils exaspèrent, surtout s'ils sont utilisés tels quels et marqués en gras (dans le cas d'une non-parodie), mais même sans eux, on ne pourrait pas écrire de belles histoires.

Tout ce qu'on écrit devient classique. Par exemple, si je parle d'un homme qui se lève de son lit, il s'appelle Paul, c'est un type ordinaire et qui va travailler. Son rôle en lui-même est un cliché. Donc si je tiens à retirer tous les clichés possibles du scénario, voilà ce qu'il va se passer. Alors je continue.
Au début il ne se passe rien. Et après non plus il ne se passera rien. Paul ira au travail, comme d'habitude, dans une grande entreprise. Cliché ça aussi, alors on essaye d'en éviter d'autres. Paul continue sa journée, travaille, travaille, travaille et ne prend pas de café car l'homme de bureau qui prend la pause café, c'est aussi un cliché. Alors voilà il travaille. Le soir, il est dans un état banal, ni béat, ni indifférent, ni fatigué, car ces trois-là, c'est cliché. Paul ne fera aucune rencontre qui bouleversera sa vie durant cette journée et finira la soirée tout simplement, comme d'habitude, saluera sa femme et ses enfants. Le lendemain, Paul se lève, déjeune, se douche, va travailler. Pas de promotion, pas de renvoi, rien ne se passe. Les heures coulent et il rentre chez lui à telle heure, toujours une attitude semblable à la journée précédente. Alors il saluera sa femme, dira bonne nuit à ses enfants et aucun évènement ne perturbera son existence. Et le lendemain ce sera la même chose. Et ainsi de suite. Et ainsi de suite. Et ainsi de suite.

Voilà ce qui arriverait sans les clichés. C'est une vie TROP ordinaire qui illumine la petite vie des personnages. On ne parle pas de vie parfaite ni d'une vie médiocre puisque dire l'un ou l'autre devient un cliché. Après rectification, je dirais même qu'un héros à la vie plus qu'ordinaire est déjà un gros cliché. Sauf que là il ne se passe rien pour rendre son histoire extraordinaire. Si par hasard cet homme devait faire la connaissance d'une personne qui prétend le surveiller depuis des années sans que lui ne le sache ou que du jour au lendemain sa vie est brisée par une menace qui plane sur la tête de ses proches et de lui-même, on fait face au cliché. Alors il n'y a aucun moyen d'y échapper.

Je prend un autre exemple qui vient de moi : J'écris un roman (ou plutôt je le réécris). Là-dedans, il est question d'un jeune homme qui quitte le monde normal pour faire une entrée fracassante dans un Univers merveilleux. Oui, ça c'est un gigantesque cliché. Je ne trouve pas ça rare de voir un scénario de fantasy, d'heroic fantasy ou de fantastique avec ce pitch de départ. Pourtant, repartons à la base. Le but du héros lors de ce genre de scénarios presque trop faciles, c'est d'évoluer. Comme par exemple le garçon timide et peureux deviendra quelqu'un de courageux qui n'aura pas peur d'hausser le ton. Certes, dans mon récit, le héros finit par ressentir des sentiments pour tel ou tel personnage (comme la haine ou l'amour) mais il ne change pas réellement psychologiquement, même physiquement. Parlant du héros, si jamais je ne lui mets aucun traits particulier, ce n'est plus un héros propre à moi. S'il n'est pas plus petit que la moyenne, s'il n'est pas insolent, s'il n'est pas plus futé que les autres enfants de son âge, s'il n'a pas une coupe de cheveux caramel style balais, s'il n'est pas âgé en bas de treize ans, s'il n'a pas de grands yeux verts, s'il n'est pas maigre, s'il est intéressé à l'amour, ce n'est plus mon personnage tel que je l'ai imaginé. Il s'agit là seulement de l'archétype du personnage du préadolescent banal, sans être plus fouillé. Pareil pour les autres personnages qui l'entourent.


Bon, comme j'ai assez fait mon vieux con illuminé sous un saule pleureur, voilà ce qui me fait grincer des dents (aha ! clichetier !^^)

Je suis d'accord avec Kumfu pour le principe du viol dans le Yaoi et dans l'hétéro. Pourquoi le dominé ou la fille doit se faire faire un truc pareil dans le détail total ? Désolée, mais je suis jamais triste en voyant ce genre de scènes et y a pas d'exception à la règle niveau fics. Tellement habituée que ç'en devient banal. Oh oui, il/elle se fait violer, c'était du non-consentant, il va en souffrir tout du long de sa vie (ou jusqu'à ce que le dominant ou le gars aille péter la gueule au méchant... si lui-même n'est pas "le méchant" qui a commis une petite bourde)... Ce qui pourrait bien changer la donne dans une histoire hétéro... c'est que ce soit LE GARS qui passe à deux doigts de se faire violer ou que ce soit à lui que ça arrive tout court. Ça changerait un p'tit peu. Tant qu'à utiliser le cliché...

Le cliché de la femme fatale ou de l'homme fatal qui a un millier de groupies. Genre quand le héros, gars ou fille, demande "Mais qui est X ?" et son meilleur ami répond, outré "TU SAIS PAS QUI EST X ??!" et vient la rencontre où le fameux ou la fameuse(plus rare) X est entouré de dix-mille fans en pâmoison... et c'est le coup de foudre. Évidemment, dans certains cas, le héros ou l'héroïne fait l'indifférent qui n'est pas touché par la beauté du bellâtre, maaaaaiiis...
Et oui, en fait le bellâtre va être attiré par la fille (ou le garçon) ordinaire et une chose irrésistible va les pousser l'un vers l'autre ! Aaaah, vive l'amour...

En fait, je suis plus exaspérée par les clichés romantiques et fantastiques puisque je lis des trucs du genre. Mais en vérité il y en a tellement qui m'exaspèrent... tiens, par exemple, celui qui fut nommé plus tôt ; la fille qui est amoureuse d'un garçon mais elle est trop timide pour aller lui parler mais elle va dans un autre univers et elle s'accouple avec monsieur beau ténébreux par excellence. Ou le truc de la prophétie, ou le truc de l'élu du nouveau monde, ou le truc du pouvoir renfermé à l'intérieur du héros pour une raison vite fait (GOD'S LIGHT !!!) et qu'il doit être protégé par une garde rapprochée...

Dans le type cliché fantasy, il y a aussi le style médiéval qui me tracasse. C'est obligatoire, les elfes, les nains et toute la propagande de Donjon Dragon ?

Edit : Et il y a aussi le cliché du héros qui m'énerve... j'aimerais nommer des exemples, mais ce serait méchant... Moi, c'est vraiment le héros banal mais banal... je peux pas vous le décrire, mais je vous assure qu'il est toujours pareil (ou presque). Celui auquel on a droit au POV et qui est indifférent à tout "soi disant"... Je sais que c'est juste un ado blasé, mais pourtant j'y arrive pas, trop souvent... certes, c'est un cliché dont je me servirais, juste pour le fun d'une fic, mais à part ça, je le trouve lourdement ennuyeux... surtout quand il est grande gueule... ah c'est compliqué...


Signaler

Salut Djodjo ^^ !

Pour moi, un cliché n'est pas, à la base, bon ou mauvais.
S'il est bien amené - et ce, même si à la base il aurait plutôt tendance à m'agacer - je le prends volontiers.
*j'ai souvenir d'un style de personnage que je ne supporte pas (la nana toute gentille et discrète qui vire hystérique quand elle manage une équipe de foot, par exemple) et qui pourtant était bien passé dans une fic que j'avais suivi - mais ce fut bien la seule fois, je crois ^^'*

Ca dépendra donc du style de l'auteur et si l'histoire, à la base, me plait ou pas.
Ainsi, à l'opposé, si le gros cliché vire à la caricature grossière envahissante que j'ai déjà vu trop de fois, c'est directement : "on dégage, ça me gonfle !"...dommage s'il y avait autre chose d'intéressant à côté, mais ça gache tout.

Ensuite, comme certains, les clichés qui me marquent le plus sont ceux liés au tempérament des personnages. Je me moque un peu que le décor soit récurrent ou pas...

Et pourquoi il y a tant de gros clichés ?
Ben déjà, s'il n'y en avait pas autant, ça ne s'appellerait pas comme ça (je rigole !), mais surtout parce que je pense que c'est quelque chose qui doit se mettre facilement en place dans l'esprit/l'imaginaire des auteurs - quelque chose qui doit correspondre à une espèce de point commun entre beaucoup et dans laquelle on aimerait à se retrouver (euh...j'suis claire ou pas ^^' ?).

Voilààà pour moi.
Alors bonne journée à tous ^^,
ewanna.


Signaler

Strawberry-black => Ah ouais, you're right girly ! J'ai regardé trop vite. :p


Signaler

Herr Magog => J'avais oublié ton petit commentaire mais en effet, le Rat-Singe de Sumatra vient bel et bien de Braindead (ou Dead Alive). Un Classique...[ :mrgreen: ] Mr. Green

Anakiel => Sometimes, girly are right !

Et il y a encore d'autres clichés, dont celui dont a parlée Maud. C'est toujours la même personne qui est dominante dans une relation et c'est toujours le même qui subit quand on parle d'homosexuels.

Et il y a également l'idée du boulet qui hésite. "Dois-je me battre pour le clan des gentils ou rejoindre le clan des méchants ?", "Devrais-je choisir la fille sur laquelle j'ai des vues depuis la maternelle ou le garçon qui est arrivé cette année et qui a bouleversé ma vie ?", "L'oeuf ou la poule ?". Non mais espèce d'abruti ! Décides et choisis ! De l'hésitation pendant deux à quatre chapitres, ok... mais pas tout le long de l'histoire, surtout si on connait déjà la fin...

Ça me donne juste envie d'écrire une fic du genre tout en ne me prenant pas au sérieux... Je sais pas, peut-être que certains clichés passent mieux quand c'est moi qui les fait que quand c'est les autres. Comme par exemple, le garçon criard qui ne veut pas s'avouer homosexuel, juste à titre d'exemple. Il est quand même assez récurrent le ; "Je ne lui appartiendrais jamais ! Pas même par la force !".

Oui oui, c'est exactement ça ; c'est le même personnage de la vierge effarouchée, vous avez vu juste.

Au temps pour moi, si la femme ou l'homme fatal peut m'énerver lorsqu'ils ont une trimballée de fanatiques, ce personnage peut me plaire... à condition qu'il ait des défauts. Par exemple, j'ai un personnage qui est très charismatique, courtisé de tous les côtés et apprécié de tout le monde... mais qui cache en fait une obsession démente pour un autre personnage cliché lui aussi ; l'ingénu (qui l'est encore plus que le jeune héros et la cruchotte de service) miraculeux.

Il y a aussi le cliché de la fille qui tombe sur le gars ou vice versa (que ce soit un couple hétéro ou homo). Les deux se regardent en rougissant et niaisent de longues minutes à hésiter s'ils doivent s'embrasser ou pas... ou même ils s'embrassent par accident en tombant l'un sur l'autre et en profitent carrément. Méchante solution de facilité ! Un panneau de signalisation qui déclare "Attention, battements cardiaques dépassant les milles à l'heure pour cause de gêne cuisante dans moins de trente secondes" aurait été moins précis. Le même trip que "Oh mais que dois-je faire, mon coeur bat si fort, je ne sais plus quoi penser, je ne sais pas comment lui exprimer mes sentiments"... Dans ce temps-là, TA GUEULE et FONCE !

Pour l'amour de garçons dans les fics d'Heroic Fantasy, je passe.

(Moi ? Anti-romance ? N'importe quoi [ :mrgreen: ] Mr. Green)

 1  2 



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales