Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Les Caprices de la femme en rouge
    Revue Les Caprices de la femme en rouge
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - réaliste - imaginaire
    Délai de soumission : Ouvert jusqu'à nouvel ordre
  • Musiques de parfums
    Le Cherche-Midi
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2018
  • Démons Japonais
    Éditions Luciférines
    Nb de signes : < 35 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/01/2019
  • En situation de handicap... dans le futur
    Arkuiris
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 03/03/2019
  • L’école du futur
    Marathon Editions
    Nb de signes : 18 000 - 22 000 sec
    Genre : imaginaire - fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 07/01/2019
  • La vérité
    Revue Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2019
  • Temps(-)Mort
    L’Alchimiste éditions
    Nb de signes : 10 000 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 30/01/2019
  • Sweek Stars 2018
    Sweek
    Nb de signes : < 100 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 21/01/2019
  • Romance
    Editions du Saule
    Nb de signes : > 150 000 sec
    Genre : romance - érotique
    Délai de soumission : Ouvert jusqu'à nouvel ordre
  • Tous métamorphosé.es
    Les Nouveaux Corps Éditions
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - libre - imaginaire - art visuel - atypique - fiction - contemporain
    Délai de soumission : 23/11/2018

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Interview de Dorian Lake
 par   - 27 lectures  - Aucun commentaire

Dorian Lake, un ancien rôliste, auteur, et éditeur chez Noir d'Absinthe, sera interviewé en direct sur la chaîne youtube de studio-Infinite.
Ils vont parler de son expérience, de littératures de l'imaginaire, et de la rencontre organisée avec lui lundi 3 décembre à l'ExtraLife Café sur le thème Conflit & enjeux : écrire une bonne intrigue.

 

Writecontrol, le couteau suisse pour écrire vos histoires
 par   - 447 lectures  - Aucun commentaire

Writecontrol est un outil d'écriture en ligne, sécurisé, accessible et personnalisable.
Ce que vous écrivez est sauvegardé automatiquement.

Éditeur de texte avec compteur de mots
gestion de chapitres
gestion des personnages
dictionnaire de synonymes
divers thèmes
des éléments modulables
recherche wikipédia
gestion de favoris
export du livre
couverture personnalisable
etc.
En bref, tout ce qu'il faut pour écrire un livre. Et encore, plein d'autres fonctions sont prévues (*) !

Et vous savez quoi ? C'est gratuit !

(*) Il y a un sondage sur le site pour savoir quelles nouvelles fonctions seraient le plus utiles.

La page facebook : https://www.facebook.com/writecontrol/

 

Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 3275 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...

Voir les Blogs | Liste des blogs par auteur

DjoDjoCute

Connaître la fin de son histoire.

Bloggé le 31-10-2018 00:12 avec 208 Vues

Bonjour

J'ai eu l'idée de créer ce blogue à la suite d'une discussion avec une amie.

Eh bien, voilà! Moi, je suis une auteure qui si elle doit donner un seul conseil d'écriture à un auteur débutant, ce serait de savoir d'avance la fin de son histoire avant de passer à l'écriture.

J'ai l'impression que trop d'écrivains se lancent dans la (fan)fiction sans savoir comment leur histoire va se terminer.

Combien d'auteurs ont avoué s'être lancé à la suite d'une bonne idée et de se mettre ensuite à publier en se disant: "on verra ce que cela va donner?"

Bien entendu, c'est un point qui rebondit sur l'importance d'avoir un plan avant de se lancer en écriture. Mais j'ai toujours eu l'impression que de savoir la fin de mon histoire m'aide à m'orienter dans mes péripéties et donc constitue un point crucial de ma planification. 

Pour moi, c'est comme se lancer dans un voyage en mer. Devant le vaste océan, c'est facile de se perdre et de se décourager, mais si tu sais dans quelle direction tu vas, eh bien, c'est plus facile d'avancer sans se décourager et sans tourner en rond.

Bien entendu, il se peut qu'il y ait des auteurs qui parviennent à pondre de beaux récits sans savoir la fin à l'avance. Mais quand je regarde le nombre de fictions abandonnées, je me dis que ce n'est vraiment pas donné à tout le monde. (Attention! Il existe plusieurs raisons pour qu'une fiction soit abandonnées mais je soupçonne que c'est l'un des facteurs).

Et vous, qu'en pensez-vous? Quelle est l'importance que vous accordez à la fin du récit?


>>> Signaler ce Blog <<<



Signaler

J'ai récemment apprit qu'il existait en fait deux type d'auteur: les architectes et les explorateurs. Les architectes planifient soigneusement leur histoire de A à Z et la règle dans les moindres détails avant de tout coucher sur papier. Les explorateurs eux, crééent une situation de base avec des personnages solidement ancrés, pour ensuite les laisser se développer naturellement.

Toutefois, dans les deux cas, une très grosse préparation en amont est demandée. L'architecte, pour des raisons évidentes, l'explorateur, pour partir d'une base solide, sous peine de voir son histoire se casser la gueule au bout d'un moment. 

Les deux approches ont leurs avantages et leurs inconvéniants. Un architecte aura tendance à passer beaucoup de temps en "préproduction" et si vous êtes un tantinet indécis, vous pouvez aisément vous retrouver avec un projet qui restera des années sans dépasser le chapitre I, parce que vous allez passer votre temps à la modifier avec le reste de l'histoire du background (et là je parle d'expérience, cela fait près de 2 ans que je passe mon temps à remanier un projet original sans jamais pouvoir dépasser les deux premiers chapitres). De l'autre côté, un explorateur peut rapidement se retrouver avec une histoire complètement décousue, ou se faire coincer par sa propre histoire.

 

Après, je ne suis pas sûr que ces méthodes d'écriture aient autant d'impact que ça dans la création du cimetière d'épave local. Je pense surtout que le problème vient du rythme d'écriture et de l'endurance des auteurs. Je vais sortir des chiffres de mon cul de trèfle, mais, je pense pouvoir affirmer sans trop me tromper qu'environ 9/10, les fanfiqueurs se lancent bille en tête dans l'écriture de leur projet pour aussitôt le publier.  On se retrouve généralement avec un premier jet, qui n'a ni les bases pour permettre un parcour d'explorateur, ni la planification d'un architecte. 

Puis, ensuite, on doit écrire pour sortir les autres chapitres et finir l'histoire. Au début, quand on est passionné par son histoire, on peut aller jusqu'à sortir presque un chapitre par jour, comme moi lorsque j'ai démarré ici. Puis, on arive à un moment où soit l'on bloque sur son histoire, soit l'IRL nous empêche de garder le même rythme, ou bien l'on se retrouve sur une panne totale d'inspiration. On ralentit le rythme progressivement, puis, le temps passe et d'autres idées nous viennent en tête. On se retrouve petit à petit avec un oeuvre qui a perdu son intérêt pour l'auteur, qui peut même apparaître comme une corvée par celui-ci, ou bien qui prend une tournure qu'il ne peut pas rectifier sans effacer un bon paquet de son travail. 

Pour les un peu plus tenace, vient alors la phase de réécriture, ou de hiatus, qui généralement signifie qu'on place la fanfic dans un couloir de la mort, avant de l'abandonner définitivement quelques temps plus tard. 

 

C'est pour cela que, avant même de publier une fanfiction ou quoique ce soit, je conseille fortement d'avoir complètement terminé son projet... du moins si on est dans l'optique de publier un travail finit et complet.


Signaler

Je crois que je ne commence jamais un texte sans en connaître la fin... et pourtant, je galère comme pas possible avec le moindre de mes projets. Parce que si je n'ai jamais trop de problèmes à trouver le début et la fin d'un texte, en revanche, ce qu'il y a entre les deux, c'est presque toujours... juste gavé de trous énooooormes que je ne sais jamais vraiment comment remplir et d'idées de scènes qui me plaisent beaucoup, mais que j'ai beaucoup de mal à relier les unes aux autres (Et la fin en fait clairement partie).

Du coup, en ce qui me concerne, connaître la fin... ça n'a pas beaucoup d'importance vu qu'elle ne m'aide pas plus que ça à me diriger. ^^'


Signaler

Merci de vos réponses!

blackshamrock: merci pour des explications des deux types d'auteurs qui est très instructive. De ce que je peux comprendre, tout dépend de l'auteur. Dans mon cas, pour ma fic principale, j'ai commencé à écrire une fois que j'ai eu la fin et l'intrigue principale. Et pourtant les péripéties ont évolué au fil de l'histoire. Du coup, j'ai réussi à être architecte en me gardant un fil conducteur tout en étant exploratrice pour me laisser une marge de manoeuvre au cours de l'évolution du récit. Cela a fonctionné car je n'ai jamais souffert du syndrome de la page blanche. Mais encore une fois, tout dépend de l'auteur. 

Erwin: Encore une fois, ton démarche démontre que cela dépend de la personnalité de l'auteur.XD


Signaler

Je suis assez d'accord avec l'analyse de Blackshamrock. En réalité, c'est un peu plus compliqué qu'un simple cataloguage d'auteurs en 2 groupes, mais l'idée est là.

Beaucoup d'auteurs se lancent dans la fanfiction sur un coup de tête, simplement parce qu'ils ont "une idée super-méga-géniale" qu'ils souhaitent développer. A tout hasard : et si Hermione allait avec Drago ? et si une adolescente sans ami était en fait la princesse d'un monde parallèle à sauver ? et si ce chanteur k-pop sortait avec cet autre chanteur k-pop ? et si naruto ne se mariait pas avec hinata ? (ca va ? j'ai bien résumé 92% des fics là ?)

Le souci, c'est qu'une histoire, c'est pas seulement "une scène" ou "une situation" ou "un -et si-". Une histoire doit avoir un début, un milieu, et une fin. Sounds obvious ? Allez donc checker combien d'histoires ne remplissent même pas ces critères de base...

Certains auteurs parviennent à partir sur une idée vague pour ensuite développer au fur et à mesure. C'est difficile mais possible. Et cela requiert pas mal d'expérience d'écriture, de tenacité, de motivation, et de maturité.

D'autres ont besoin de savoir où ils vont dès le départ. A un degré de précision plus ou moins élevé. Parmi eux se trouvent les auteurs qui ont besoin d'un axe général (sans aller dans les détails, ils savent déjà comment ca va se passer "en gros" du début à la fin). Et aussi les auteurs qui veulent avoir un plan complet avant de rédiger, quitte à le modifier légèrement en cours de route.

Je fais partie de cette dernière liste car elle me semble la plus efficace pour arriver au bout d'une histoire. Je suis du genre "c'est soit je fais quelque chose, soit je ne le fais pas, mais quand je commence, je finis, et quand je me lance, je le fais du mieux possible". La trame de ma fic principale n'a pas beaucoup bougé depuis ces vingt dernières années, et pourtant j'ai déjà fait des milliers d'édits dessus, et au moins quatre réécritures complètes pour une première partie de fic qui fait 200,000 mots. Ouais, faut le vouloir.

Pour conclure, soit vous êtes un écrivain expérimenté qui sait ce qu'il veut, et alors vous pouvez vous lancer dans la rédaction sans trop préparer, soit vous préférez vous organiser un brin au préalable. Les deux sont viables, c'est juste une question de profil d'auteur.


Signaler

"Je suis assez d'accord avec l'analyse de Blackshamrock. En réalité, c'est un peu plus compliqué qu'un simple cataloguage d'auteurs en 2 groupes, mais l'idée est là."

Ouais, j'ai oublié de le préciser, mais effectivement, ce ne sont pas des modèles gravés dans la pierre. 


Signaler

Je pense, en effet, qu'il est important de connaître la trame de son histoire, et donc la fin, avant de se lancer dans l'écriture. Cependant, comme le souligne très justement BenP, c'est surtout une question de motivation. Combien d'idées germent dans ma tête, combien de chapitres traînent dans mon disque dur sans que je ne les développe et les achève ?

 

Quand je me suis inscrite sur ce site, il y a un petit moment déjà, j'étais du genre à publier une histoire et à l'abandonner sur le bord de la route sans jeter le moindre coup d'oeil au rétroviseur... Tout simplement parce que j'écrivais comme ça... parce que le sujet me plaisait... parce que j'avais quelques fantasmes à réaliser sur tel ou tel personnage... Rien de bien concluant, et pourtant je connaissais déjà la fin de ces histoires (cela se terminait souvent dans un lit ! {#[ :lol: ] Laughing}). 

 

Puis, il y a les autres histoires. Celles pour lesquelles on s'investit réellement, entièrement. Et pour le coup (cela m'est personnel), connaître la fin ou non devient secondaire. Quand un écrit devient une obsession, lorsqu'il s'intègre de gré ou de force dans ton quotidien, tu ne peux plus y faire grand chose. Tu te sens obligé de poursuivre ce travail, ça s'apparente à un besoin vital (encore une fois, cela ne concerne que moi). Evidemment, j'ai une trame mais je ne m'y réfère pas à chaque fois. La fiction que je rédige depuis maintenant presque dix ans a connu quatre fins très différentes, et il y en aura peut-être encore. Or, il m'est impossible de l'abandonner !

 

Puisque tu parles d'océan... Si Ulysse était rentré directement à Ithaque, je n'aurais pas pu me moquer de lui à chacune de ses mésaventures. C'est bien d'errer, de temps en temps !

 

Allez, la folledingue retourne sniffer son manuscrit. {#[ :frusty: ] Frusty}

 

 

 


Signaler

BenP: Merci pour ton opinion toujours aussi constructive.

Honorine: J'aime comment tu réfères à des types d'histoires qui sont comme des besoins vitaux. Des fois, je me dis que si j'ai réussi à ne jamais abandonner mes écrits, c'est peut-être parce que cela devenait un projet de vie. Je me compare au début où j'écrivais des histoires juste pour être écrivaine et non pas pour partager un univers qui me séduise vraiment (et du coup, je produisais des nullités sans nomXD). Enfin, comme tu l'as précisé, cela demeure au final une question de motivation et là-dessus, chaque auteur est différent. 

Sinon, pour ma métaphore de l'océan, bien sûr, il faut errer de temps en temps. Mais Ulysse savait qu'il voulait se rendre à Ithaque. C'est ce qui compte. C'est pour cela que j'utilise l'image de l'océan et non de l'autoroute pour démontrer cette importance de possibilités de chemins!^^




© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales