Chapitre V

par Prince_Alek

J'ai peur, pourquoi fait-il aussi noir ? Pourquoi suis-je en train de m'enfoncer peu à peu dans les ténèbres, pourquoi suis-je en train de me faire engloutir par le néant ? J'ai froid, mon corps se gèle peu à peu, s'il-vous-plait, quelqu'un.. sauvez moi !  Suis-je en train de mourir ? On dirait bien. Mais je me souviens que je n'étais pas seul il y a quelques minutes de ça. Emily ?! Je ne dois pas la laisser, je dois me redresser, je ne dois pas sombrer, il ne faut pas. Je ne peux pas mourir comme ça et la laisser seule ! Tout redevient blanc, j'ai ouvert les yeux, je suis dans la voiture, elle est retournée et moi encore attaché la tête à l'envers et gravement blessé. Je sens un liquide couler le long de mon visage et teinté ma vision de rouge, du sang ?! Je me frotte les yeux puis commence enfin à réaliser la chose. Nous avons eu un accident. Je cherche donc du regard ma femme, et je la vois, les yeux clos et le crâne en sang. Je me mets donc à hurler son nom "Emily, Emily ! Ne me laisse pas seul, résiste encore un peu. Les secours ne vont pas tarder j'en suis sur. Tu n'as pas le droit de me laisser ! Réveille-toi Emily !" Après cette phrase elle entrouvrit les yeux et se tourna très lentement vers moi et esquissa un faible sourire, les yeux larmoyant. "TaekWoon ? Je suis si heureuse de.. de..te voir.. une dernière fois..avant de..de partir. M-mon corps est si froid, je..je ne sens plus mon corps. TaekWoon, mon amour..je .. je suis dé-désolée d'avoir été aussi faible, pardonne moi mon amour et v-vie pour..pour..pour nous deux je t'en pris ..je..je..t'ai...me". Ceci  fut ses derniers mots, ce fut la dernière chose que j’entendis d'elle, la dernière chose que je vis d'elle avant de sombrer peu à peu à mon tour en espérant sincèrement au fond de moi que les secours n'arrivent pas à temps pour me sauver. Mais la vie est joueuse et capricieuse, car aujourd'hui encore je suis vivant, vivant mais si vide.  -TaekWoon-

Pendant toute la journée WonSik fut pire qu'une pile électrique, Vendredi était arrivé bien vite, il n'avait presque pas vu le temps passer, par contre sa journée de travail eu le don de le rendre aussi énervant que HakYeon, WonSik finissait sa paperasse trop rapidement et se retrouvait à chaque fois sans rien à faire jusqu'à ce que son patron arrive et lui donne quelque chose. Et durant ces longs moment d'ennuie il ne trouvait rien d'autre à faire que de lancer des boulettes à ses collègues, ou juste de simplement venir les déranger. Une fois son travail enfin terminé le coréen fonça hors de son entreprise pour ensuite se diriger vers le métro et rentrer chez lui pur s'habiller confortablement. Il enfila alors un pull blanc très fin et prêt du corps, avec par dessus celui-ci une chemise à carreau bleu et blanche, un jean troué au niveau des genoux et pour finir des baskets montantes noires et blanche. 
Etant donné que l'hiver avait prit place en ce mois de fin Novembre, WonSik avait aussi prévu d'enfiler un bonnet noir, ainsi qu'un long manteau et une écharpe de la même couleur. Il se regarda dans la glace et fit un clin d'œil à son propre reflet avant d'enfin partir, oubliant au passage de laisser un petit mot à sa femme. 
Le coréen avait au moins trente minutes d'avance, ce rendez-vous il l'avait tellement attendu en même temps. Dix minutes plus tard TaekWon arriva, celui aux cheveux blancs le vit de loin avec son long manteau noir et son écharpe rayée noire et blanche qui lui montait jusqu'au nez. Comme d'habitude le brun portait peu de couleur, son pantalon et ses chaussures, tout était noir, sauf son écharpe. Sur ce point là, son ami n'avait pas changé ce qui fit sourire WonSik. Il le salua donc d'une accolade chaleureuse et fit un pas en arrière pour lui sourire. 

- Bonjour TaekWoon, fait frais aujourd'hui n'est ce pas ? 

Le brun hocha la tête, son nez était rougis, c'était adorable. 

-Allons à l'intérieur, je sais que tu supportes difficilement le froid toi. 

Aussitôt dit, aussitôt fait les deux furent tranquillement installés, au fond de la salle prêt d'une fenêtre qui donnait vu sur de jolies décorations lumineuse de noël, TaekWoon semblait fasciné par cela. Son ami se permit donc un petit commentaire sur ces décorations. 

-C'est vraiment beau. Faut que j'en achète moi aussi pour au moins en mettre à la fenêtre de mon appartement. Toi au moins tu es tranquille, tu pourras décora toute la façade de ta maison comme tu le souhaite. 

Le brun esquissa un sourire triste et finis enfin par glisser quelques mots. Des mots que WonSik attendait depuis le début de leur rencontre devant le restaurant, la voix de son ami était l'une des choses qu'il aimait le plus au monde, donc l'entendre parler était un vrai plaisir, car TaekWoon avait une voix mélodieuse, apaisante et très chaleureuse malgré son tempérament introvertis. 

-Oui, j'espère qu'elle sera la plus lumineuse du quartier. 

Puis il commença à lire le menu tranquillement, ils étaient tout les deux venus dans un restaurant typiquement coréen qui servait des plats traditionnel. Rien que les noms de plat donnaient l'eau à la bouche. Quelques minutes plus tard ils avaient enfin choisi et quand le serveur arriva ils commencèrent tout deux à commander leurs plats. C'est TaekWoon qui prit la parole en premier. 

- J'aimerais commander un Bulgogi s'il-vous-plait. 

Ce plat lui ressemblait bien niveau gout, un plat simple qui mélange le sucré et le salé et qui est très souvent populaire auprès des enfants. C'était son coté doux et enfantin qui ressortait à travers ce plat. 
Quant à WonSik, lui il préféra prendre des Samgyeopsal, plat très masculin à base de viande de porc et de laitue que l'on mange souvent avec du soju (alcool coréen), d'ailleurs il n'hésita pas à en commander pour célébrer leurs retrouvailles. De toute façon, d'après ses souvenirs, TaekWoon tenait bien l'alcool. 

On leur apporta leurs plats, tout ce passa bien, il dégustait cela en parlant de tout et de rien, le brun demandait à son ami à quoi ressemblait sa femme, quant à WonSik, lui il avait demandé à son ami dans quel domaine il travaillait, dans le domaine de la mode et plus précisément dans la publicité c'est lui qui gérait la parti mode d'un célèbre magasine de mode masculine coréen. Celui au cheveu blanc fut étonné d'entendre ça, TaekWoon devait bien gagner sa vie au moins. 
Quand ils eurent finis, WonSik proposa à son ami de le raccompagner, il avait un peu trop bu, c'était d'ailleurs étonnant de sa part. Le plus vieux n'avait jamais vu son ami être pompette ou pire. Le brun accepta la proposition de celui aux cheveux blanc et il commença à le guider jusqu'à chez lui en titubant très légèrement, c'est pour cela que WonSik le surveillait de près. 

Une fois arrivé devant chez son ami celui aux cheveux blanc s'approcha du brun pour lui dire au revoir, mais à ce moment là, TaekWoon agrippa les avants bras du coréen et le regard avec un air, triste, effrayé, perdu et commença à lui parler, sur le ton de la supplication. 

-S'il te plait, WonSik, ne me laisse pas seul aujourd'hui, je t'en supplie, j'ai peur de me faire engloutir par les ténèbres. 

Sur le coup, le plus âgé ne comprenait pas vraiment, il se disait que son ami parlait sous l'emprise de l'alcool, mais dans un autre sens son regard semblait vraiment sincère. WonSik décida donc d'entrer chez le plus jeune, pour lui tenir au moins compagnie jusqu'à ce qu'il se calme un peu.

La maison de TaekWoon était grande, et bien rangée digne d'une maison d'exposition, il manquait d'ailleurs de la vie dans cet endroit, à croire que personne ne vivait là. 
Les murs étaient dans des tons chaleureux couleur chocolat, le sol était du parquet de couleur clair pour contraster un peu avec les murs. La plus part des meubles étaient soit noir, soit en bois et il y avait des touches de blanc ici et là ainsi que beaucoup de plante très joli qui donnaient de la couleur. 

WonSik installa le brun sur le canapé blanc du salon puis partit allumer la lumière principale de la pièce, ensuite il ferma la porte à clé et s'installa prêt de son ami. Un petit moment de silence prit place jusqu'à ce que le plus âgé ne se mette à prendre la parole pour chasser cette ambiance des plus gênante. 

-Euh, tu veux mettre de la musique ? Ou allumer la télé ? 

TaekWoon regardait dans le vide, mains sur les cuisses, puis il redressa la tête, les yeux rougis et fixa son ami avant de prendre difficilement la parole. 

-C'es aujourd'hui qu'elle est morte. Un 23 Novembre, c'est ce jour là que je l'ai vu périr dans la voiture... j'ai l'impression que je ne vais jamais pouvoir passer à autre chose, que je vais devenir fou ! 

Son corps commençait à trembler et ses larmes coulaient à flot le long de ses jours rosies. WonSik n'avait jamais vu son ami dans cet état là, et il aurait aimé ne jamais le voir comme ceci d'ailleurs. 

- Chaque années de jour arrive et j'ai l'impression de me faire tirer un peu plus vers le fond, j'ai l'impression de mourir un peu plus de l'intérieur au fur et à mesure que le temps passe. Tout les matins je me réveil, seul, sans sa présence, tout les soirs quand je rentre il n'y a personne pour m'accueillir, il a juste le silence, le silence que sa mort à laissée. Comment puis-je vivre ainsi ?! Rongé par la solitude est incapable d'avancer et de renoncer au passé... 

Plus ça allait, plus le discours du brun faisait se serrer le cœur du plus vieux qui attrapa le menton de son ami entre ses doigts pour lui faire redresser la tête vu qu'il l'avait baissé juste avant à cause des larmes qui ne cessaient de couler. WonSik essuya donc les joues mouillé de son ami et il approcha son visage tout doucement, jusqu'à ce que TaekWoon puisse sentir le souffle chaud du coréen sur sa joue. Celui aux cheveux blancs fixa quelques secondes son ami, hésitant et le cœur battant, et il se décida enfin à commettre l'irréparable, c'est donc dans un élan de folie que WonSik colla ses lèvres à celles du brun qui écarquilla les yeux sous le coup de la surprise. Le corps de TaekWoon était soudainement devenu très raide, il ne comprenait pas trop la situation, mais il se calma peu à peu en sentant la chaleur des mains de WonSik sur les siennes et ferma lentement ses yeux pour savourer ce baiser que le plus vieux lui avait offert. Le temps semblait s'être arrêté, aucun des deux ne savaient pourquoi ceci était arrivé et pourtant les deux hommes ne s'étaient pas refusé ce moment intime, étais-ce à cause de l'alcool ? De la pitié ou juste pour se prouver quelque chose ?