+ 16 ; Jiwon x Atom - Ghost.

par GangBangster

Le grand brun sentit son coeur se serrer lorsqu'il raccrocha. L'hôpital venait de lui annoncer que Kim Sanggyun, son petit ami, avait succombé cette nuit à son insuffisance cardiaque. Hier encore Jiwon déballait ses cadeaux d'anniversaire, avec quelques proches et son jeune petit ami qui le regardait, tout sourire avec des étoiles dans les yeux. Une larme roula de son oeil avant de s'écraser sur son pull. Bientôt un torrent incontrôlable prit place sur ses joues, la tristesse déformant ses traits. Son meilleur ami,Hyuntae, avait passé la nuit dans son appartement, afin de le soutenir au cas où cette sombre éventualité se présenterait...

Quelques jours étaient passés, l'enterrement de Sanggyun avait été un traumatisme pour le grand brun qui restait cloîtré chez lui. Certains de ses amis venaient lui changer les idées pour quelques dizaines de minutes. Bien qu'il leur en soit véritablement reconnaissant, tout rappelait à Jiwon la présence de Sanggyun et il fondait en larmes à la moindre occasion.

Cette nuit, une énième insomnie le rongeait. Il avait envie de dessiner. Son métier de tatoueur l'obligeait à dessiner quotidiennement mais il adorait dessiner ce qui lui passait par la tête pendant son temps libre sans aucune contrainte imposée par un client.

En cette heure avancée de la nuit, il ne pensait qu'à son petit ami récemment décédé. Sans réfléchir, il prit le carnet à dessins ainsi quel le stylo que lui avait offert Sanggyun pour son anniversaire. Il se concentra et commença par de grossiers traits afin de respecter sa morphologie. Une fois la silhouette terminée, il s'attaqua aux détails de son corps. Il l'imaginait dans son costume noir recouvrant sa chemise blanche, et son chapeau sombre posé sur sa longue chevelure rougeoyante et ondulée. Il souriait en repensant à la personnalité pétillante de l'autre. Il ne voulait pas l'oublier. Il voulait que ses fossettes qui se creusaient quand il souriait perdure, que la sensation de ses cheveux soyeux au creux de ses mains reste gravée dans sa mémoire.

Il y passa toute la nuit et une partie de la journée car lorsqu'il leva les yeux, le soleil était déjà à son zénith. Il s'étira et se frotta les yeux, non mécontent de son travail. Il grignota un bout et bien que ce soit le milieu de la journée, il partit se coucher.

Alors qu'il dormait d'un sommeil paisible et réparateur, Jiwon se fit réveiller par un grand froid. Il sursauta, croyant d'abord qu'il avait oublié de fermer une fenêtre. Il alla dans toutes les pièces de son appartement, recherchant la cause de cette chute de température. Il finit par le salon, et toutes les fenêtres étaient bien fermées. Le grand tatoué se massa la nuque en soupirant. Une étrange lueur vers la table basse, devant le canapé, attira son regard. Elle semblait venir de son carnet de dessin. Il l'ouvrit et s'arrêta sur le dessin de Sanggyun. Il lui semblait plus que fictif, comme s'il avait pris vie.

Alors qu'il sentit les larmes monter au bord de ses yeux, il redressa la tête et sursauta. Une silhouette lumineuse se tenait devant lui, en lui souriant tristement. Cette silhouette, il la connaissait trop bien. Ce n'était autre que Sanggyun. Il poussa un cri de surprise, son coeur battant à un rythme effréné. Il jura que le fantôme lui souriait.

"Salut Jiwon."

Le brun écarquilla les yeux, et sous l'effet de la peur, se leva.

"Tu ne peux pas... Être réel...

- Je suis ici parce que tu le souhaites. Je sens que tu ne peux m'oublier.

-Tu me manques, murmura le brun entre deux sanglots. J'ai l'impression que ce jour là n'était qu'un mauvais rêve. Reviens, je t'en supplie…

-Tu sais que je ne peux pas, Jiwon.

-Alors pourquoi es-tu là, ce soir ?

-Je veux te prouver que même si je ne suis plus à tes côtés, je t'aime quand même…

Jiwon avait ouvert la bouche pour répliquer, mais la silhouette fantômatique de Sanggyun s'était rapproché furtivement et avait placé sa main sur ses lèvres. Le tatoueur ne sentait pas la main du plus jeune mais plutôt une sorte de force statique plus qu'un contact physique. De sa main libre, son partenaire glissa le long de son débardeur blanc, puis atterit sur sa braguette. Le plus grand fixait ces doigts, posés sur son intimité, tout en se demandant ce qu'il se passait. Puis il releva la tête, en détaillant le corps de Sanggyun : il était comme il l'avait dessiné. Son oeuvre était devenue réelle. Il avala sa salive et observa son vis-à-vis se pencher vers lui afin de l'embrasser tendrement. Une fois leur échange terminé, le cadet essuya du bout des lèvres les larmes qui continuaient d'affluer.

Ne pleure pas, s'il te plaît. Je n'aime pas quand tu es triste.”

Jiwon dut faire un effort mais il parvint à arrêter le flot de perles sales qui dégringolait sur son visage.

Il avait la sensation que son entrejambe était en feu, et il se sentait plus qu'à l'étroit dans son boxer. Les doigts de Sanggyun lui procuraient déjà du plaisir. Il gémit doucement, tout en rejetant sa tête en arrière. Il sentit que le plus jeune avait encerclé sa virilité de sa bouche et commençait des vas et viens. Jiwon se laissa faire, tout en extériosant les délicieuses sensations qu'il ressentait de sa voix remplie de désir.

Alors qu'il se sentait durcir une dernière fois, tout son corps se tendre, il redressa la tête. Sanggyun n'était qu'une silhouette floue qui se mouvait au dessus de ses hanches, et il n'avait même pas ôter son sous-vêtement. Jiwon se demanda si cela était bien réel, car il était partagé. Sanggyun avait succombé à sa malformation cardiaque, pourtant le plaisir était bien là. Aujourd'hui plus que jamais, il pouvait sentir à quel point Sanggyun l'avait aimé, désiré, et l'aimait encore.

Il ne tarda pas à venir, humidifiant son boxer. Sanggyun s'était redressé et avait ce sourire que le plus vieux aimait tant, celui qui faisait ressortir ses fossettes. Avec son chapeau, le plus petit était vraiment sublime. Jiwon ne se lasserait jamais de le regarder.

Laisse moi partir, supplia le fantôme. Maintenant, tu sais que je t'aime comme un fou, mais te voir malheureux de la sorte m'empêche de partir et de trouver enfin la paix.

-Sanggyun, murmura Jiwon, ému. Je t'aime, je ne veux pas te perdre… Pas encore.

-Tu ne m'as pas perdu ! Je suis toujours là…”

L'ombre pointa du doigt le coeur de Jiwon, qui s'était remis à pleurer.

Je t'appartiens, Jiwon. Maintenant, sois heureux. Je t'attends.

Jiwon ferma les yeux, et laissa partir Sanggyun, même si cela lui coutaît énormément. Une idée lui traversa la tête… Il prit son stylo et son carnet, avant de se diriger dans sa salle de bains. Il se fit couler un bain chaud, entra dedans, et commença à dessiner.

Une fois son autoportrait dessiné, il remplaça son stylo par son rasoir. Alors qu'il avait entamé la première scarification, il vit une nouvelle fois apparaître Sanggyun, à côté de lui, le jaugeant de son regard désapprobateur.

Pourquoi tu fais ça ?

-Tu me manques trop, Sanggyun. Je ne peux pas vivre sans toi.

-Tu es bien sûr de toi, là ?

-Oui… Je veux te rejoindre !

Celui aux cheveux longs baissa la tête, tandis que le plus âgé continuait son affaire. La douleur ressentie ne fut rien par rapport au bonheur éprouvé de pouvoir rejoindre l'amour de sa vie… Jiwon attendit calmement que son sang quitte ses veines, allongé paisiblement dans la baignoire. Le tatoué regardait le dessin qu’il venait de terminer, le représentant. Il ne pensait qu'à une chose : rejoindre Sanggyun.