Conférence et amusement

par EliiAruna

Chapitre 7 :


Je me réveille lentement, la chaleur du corps contre moi me fait me sentir bien. C'est étrange comme sensation, mais très agréable. Je baisse la tête pour regarder Jenissi, dormant toujours à poings fermés, roulé en boule contre moi comme un enfant. Son visage semble plus paisible. Il s'est un peu agité cette nuit dans son sommeil, mais rien de bien alarmant comparé aux fois précédentes.

Je passe doucement ma main dans ses cheveux pour le réveiller, et je sens l'odeur de son shampoing arriver jusqu'à moi. C'est un parfum très plaisant, assez subtil, qui arrive à mes narines à chaque mouvement de ses mèches. Ses yeux bougent un peu sous ses paupières en sentant mon geste, puis il les ouvre en me regardant d'un air endormi. Il est adorable comme ça, vraiment.


Je me sens un peu coupable de le réveiller aussitôt, seulement nous avons un rendez-vous important aujourd'hui. Des journalistes ont contacté en masse Jenissi en lui demandant une interview pour avoir des nouvelles de la situation de l'entreprise suite à la mort de ses parents. De vrais rapaces. Mais il n'a pas pu refuser, son image aurait pu être ternie à cause de ça. Le voilà donc obligé d'affronter les journalistes... Et je vois bien qu'il n'en a pas envie du tout. Il est fragilisé avec tout ce qui lui est arrivé, ça se voit.

Il lâche un gros soupire en réalisant ce qu'il doit faire ce matin. Je lui tire doucement les joues avec un sourire d'encouragement.


« Aller Jenissi, ça va vite passer, d'accord ?


-Oui... mais en quoi tirer mes joues va m'aider ? Tu vas me faire des marques si tu continues Jiho...


-Les gens penseront que tu auras du blush, c'est tout.


-Super, j'en suis ravi, ironise-t-il avec un sourire amusé avant de s'éloigner de moi pour libérer ses joues. »


Il se lève et s'étire de tout son long, puis se retourne vers moi en s'ébouriffant sa tignasse blonde.


« Tu peux rester couché, je vais prendre mon petit déjeuner.


-Non non attend, je descend aussi ! »


Je sors du lit à mon tour et le suis jusqu'à dans la cuisine. On s'installe l'un en face de l'autre en commençant à manger en silence. Je suis plus occupé à l'observer qu'à manger pour être tout à fait honnête. Il semble préoccupé, sûrement à cause de l'interview.


« Jenissi, tu as peur pour tout à l'heure ?


-.... oui, un peu... Je n'ai pas envie de me retrouver en face d'eux... c'est vrai que ça me fait peur, avoue-t-il en jouant avec sa nourriture. Dis Jiho, tu pourrais pas m'accompagner ?


-Moi ?


-Bah oui, on est sensés être.... mariés, non ? Alors tu as le droit de venir normalement... »


Il rougit un peu en disant cette phrase. C'est la première fois qu'on reparle du mariage depuis notre rencontre, et je trouve ça toujours aussi bizarre... Mais il a raison, grâce à cette excuse, je peux sûrement m'inviter pour rester avec lui. Après tout, les journalistes n'avaient pas pu nous approcher grâce à mes parents qui avaient refusé toutes les interviews à notre sujet. Je les remercie grandement pour ça d'ailleurs ! Mais je suis rassuré de pouvoir partir avec lui en fait, au moins il sera sous mes yeux, je pourrai le surveiller.


« C'est une bonne idée, je veux bien venir avec toi !


-C'est vrai ? Ça te dérange pas ? Je veux pas que tu te sentes obligé de...


-T'inquiète, ça ne me dérange pas du tout ! »


Il me sourit, paraissant beaucoup plus soulagé tout à coup, et me remercie avant de finir de manger. Après ça nous retournons dans les chambres pour s'habiller, enfilant des vêtements un peu plus habillés pour l'occasion. Je déteste porter des costumes, c'est tellement pas pratique pour bouger... Jenissi rentre dans ma chambre, habillé lui aussi d'un costume, et se poste devant moi avec un regard interrogateur.


« Je fais pas trop tâche comme ça ? Demande-t-il en tournant un peu sur lui même, un peu inquiet.


-Non, ça te va très bien. »


Je ne mens pas, il est très classe habillé comme ça. Ça le change de style, mais ce n'est pas choquant pour autant. Il sourit en faisant le nœud de sa cravate.


« Merci, toi aussi ça te va bien le costume, tu devrais porter ça plus souvent.


-Non merci, très peu pour moi ! Je peux pas bouger correctement là-dedans ! »


Ma phrase le fait bien rire apparemment. Je me rend compte que j'aime bien le voir rire, sa fossette sur sa joue droite le rend vraiment mignon. Son sourire est aussi communicatif que celui de Hansol, il devrait vraiment passer son temps à sourire. Ça me plairait bien... Mh... Je divague un peu là, je dois pas être bien réveillé...


Une fois nos préparations terminées, nous nous rendons à la compagnie de la famille de Jenissi, c'est là que va se faire la rencontre. Lorsque nous arrivons, les journalistes sont déjà sur le qui-vive, parés à nous sauter dessus dès que l'un de nous deux aura le malheur de quitter la voiture. Jenissi me lance un regard mal assuré, puis regarde notre chauffeur : je suis presque sûr qu'il serait capable de demander pour repartir. Mais il ne le fait pas, il reste simplement comme ça sans rien dire. Notre chauffeur nous regarde avec un air encourageant, restant aussi silencieux qu'à son habitude.


Nous sortons rapidement de la voiture pour nous engouffrer dans le bâtiment, accompagné par le crépitement énervant des flashs. Une secrétaire nous indique le chemin pour nous rendre à la salle de l'interview. Heureusement qu'elle est là, parce que j'aurai été capable de me perdre moi là-dedans... c'est trop grand pour moi ! La société des parents de Jenissi est immense ! Une fois arrivés dans la salle, nous nous asseyons à nos places, c'est à dire devant une vingtaine de journalistes armés de caméra, micro, carnet et stylo. Tous les yeux sont fixés sur nous. Vraiment très rassurant comme ambiance... Tu m'étonnes que Jenissi ait la phobie de la foule...

Après un moment de silence, sans doute pour nous laisser le temps de nous installer, ils commencent à tous parler en même temps. Oh la la, ça va être dur... Je sens que Jenissi est dépassé par la situation, il se tourne vers moi sans savoir quoi faire avec un regard implorant. Un homme de la sécurité demande alors le silence et le calme, ordonnant aux rapaces de poser leurs questions les uns après les autres. Je lui lance un profond regard de remerciement et de gratitude ; ce mec sait ce faire respecter ! Jenissi prend une grande inspiration, essayant de se calmer le plus discrètement possible.

Finalement, l'interview peut enfin commencer avec la première question :


« Monsieur Kim Taeyang, comment vous sentez-vous après la mort de vos parents ? »


Mes yeux s'écarquillent en entendant ça. Quoi ? Il est sérieux lui ? Mais c'est quoi cette question ?!! Je sens que je commence à m'énerver. Je ne veux pas que Jenissi endure ce genre de chose, cette question est totalement stupide et indécente. J'allais lui dire d'aller se faire voir mais un petit geste de mon ami retient mon attention. Je tourne la tête pour le regarder sans comprendre. Il fixe le journaliste calmement, avec exactement la même attitude qu'il avait eu lors de notre rencontre : un air qui semblait détaché et un regard qui transperçait son interlocuteur avec froideur. Il s'est à nouveau renfermé sur lui-même pour s'adresser au journaliste.


« Comment voulez vous que je me sente ? Vous iriez bien vous si votre famille disparaissait du jour au lendemain sans que vous ne puissiez rien faire ? Je vous prierai de ne pas poser de question aussi stupide à l'avenir. »


Il avait dit ça d'une voix si calme qu'elle faisait presque frissonner. Je vois le journaliste se recroqueviller sur sa chaise, honteux de s'être fait remettre en place par un gamin, tandis que des chuchotements se font entendre parmi le reste de l'audience. Je suis soulagé de voir que Jenissi ne s'est pas laissé atteindre par cette question, même si je suis sûr qu'il fait de gros efforts pour rester aussi détaché ; je vois ses mains trembler un peu. Je suis impressionné par sa capacité à parler aussi facilement malgré sa peur, il a les idées claires et ne bafouille à aucun moment.

Un autre journaliste relance l'interview sur un autre sujet, ayant sans doute compris qu'il valait mieux éviter les questions risquées.


« Monsieur Kim, comment s'est passé ce mariage ? Aucun journaliste n'a été convié à cet événement important, pour quelle raison ?


-Le mariage s'est bien passé, il n'y avait aucun intérêt à inviter des journalistes puisque vous n'êtes pas de nos familles, répond-t-il à nouveau d'une voix cassante.


-Vous vivez actuellement chez Monsieur Sin Jiho et ses parents, comment se passe l'entente entre vous et votre belle-famille ? »


Jenissi me lance un regard avant de répondre, semblant légèrement gêné l'espace d'un instant. Mais il ne laisse rien paraître aux journalistes, ses prunelles se sont noircies dès qu'il repose ses yeux sur la foule.


« Tout se passe bien, je suis très bien accueilli par la famille de Sin Jiho et tous les deux nous sommes devenus amis. Je pense que cette union est un succès.


-Monsieur Kim, suite à ce terrible accident qu'on eu vos parents, vous vous retrouvez à la tête de cette compagnie. Quels sont vos projets en tant que nouveau dirigeant, surtout avec votre jeune âge ?


-Je n'ai aucune expérience et connaissance dans ce domaine... Alors... j'ai décidé de donner la compagnie aux parents de Sin Jiho. Le contrat a déjà été signé. »


Un grand silence accompagne cette déclaration, comme si tout le monde s'était prit une claque. Je suis le premier sur le cul. Je ne m'attendais absolument pas à ça ! A-t-il vraiment réfléchit avant de parler ?? Sa réponse ne semble pas plaire aux journalistes qui commencent à contester, disant que ça n'avait aucun sens. Jenissi soupire en les coupant, agacé :


« Je vous rappelle que je me suis marié avec Jiho justement pour que l'entreprise de ses parents et celle des miens puissent se rapprocher et fusionner ! J'ai confiance en eux, et je sais qu'ils géreront très bien la compagnie. Je ne vous demande pas d'approuver mon choix, parce que votre avis n'a strictement aucune valeur à mes yeux. »


Nouveau silence, je suis sûr que je peux entendre une mouche voler à l'autre bout de la salle maintenant. Je suis vraiment touché par ce qu'il a dit, de savoir qu'il fait confiance à ma famille. Même s'il aurait pu m'en parler avant, histoire que je fasse pas une tête de poisson rouge en apprenant la nouvelle... question crédibilité on repassera hein. Mais bon ça me fait plaisir quand même.


Suite à sa déclaration, l'interview se termine très rapidement, je pense qu'ils ont tous compris que Jenissi est agacé, et ils ont surtout bien compris qu'il ne fallait pas l'énerver plus. Ce gosse fait assez peur quand il est comme ça, c'est déstabilisant. Sa capacité à se protéger de sa peur est vraiment impressionnante et déstabilisante, mais j'admire son courage.


Une fois l'interview finie, nous sortons rapidement pour nous retrouver dans la voiture, et j'indique à notre chauffeur de nous ramener à la maison. Dès que Jenissi s'assoit sur la banquette, il se détend instantanément et je vois son regard redevenir normal. Il me fixe avec un air embarrassé.


« J'espère qu'ils ne terniront pas l'image de la compagnie avec mon comportement...


-Mais non, ne t'inquiète pas de ça. Tu as bien fait de réagir comme ça. Tu m'as beaucoup surpris tu sais ?


-Ah... ? Et c'est... mal ?


-Absolument pas ! Tu m'as impressionné, j'avais peur que leurs questions t'affectent beaucoup, mais tu as pu gérer ! Dis-je en lui ébouriffant les cheveux.


-Uniquement parce que tu étais à côté de moi ! Si j'avais été seul, j'aurai jamais pu m'en sortir vivant tu sais ! »


Wow, ça c'est du compliment ! Ça me gêne un peu, mais en même temps ça me fait plaisir. Je suis pas très logique dans mes pensées aujourd'hui, ça me désespère... Je le remercie en lui ébouriffant à nouveau sa tignasse, ce qui provoque une grimace sur son visage. C'est amusant de l'embêter, ses réactions sont vraiment attendrissantes.


Nous rentrons à la maison pour nous changer et mettre des habits plus confortables, la fameuse tenue du t-shirt, jean, basket. Rien de mieux à porter en journée, moi je vous le dis ! Jenissi prend son temps pour revenir me voir. Je mets un peu de musique en attendant et me poste devant mon miroir. Je sais pas trop pourquoi mais j'ai envie de danser un peu, ça fait un moment que je me suis pas entraîné, et ça me manque.

Je commence donc à danser une chorégraphie que je connais par cœur, juste histoire de m'échauffer tranquillement. Je pourrais la faire les yeux fermés tellement je l'ai répétée encore et encore à mes débuts aux cours de danse. Quand je repense à toutes ses heures d''entraînement, j'ai encore l'impression d'avoir les courbatures que j'avais subies... Je devrais être traumatisé par cette danse mais au contraire, je l'aime encore plus qu'avant. Je ne m'étonne plus de ma logique de toute façon.

J'entends un bruit à côté de moi qui me fait arrêter de danser. Je regarde Jenissi, caché sur le pas de la porte en train de me regarder avec des yeux brillants de curiosité. Je lui fais un signe pour qu'il s'avance.


« Viens Jenissi, reste pas comme ça !


-Je veux pas te déranger si tu t'entraînes...


-Mais tu me gênes pas ! Aller, viens danser avec moi, je vais te montrer quelques pas !


-Q-Quoi ? Non, c'est pas une bonne idée, je suis pas doué pour danser !! répond-t-il en secouant sa tête avec un air paniqué. Vraiment pas ! Je te regarde continue !


-Pas question, viens danser avec moi ! »


Je lui attrape le bras et le tire pour le rapprocher de moi. Je relance la musique en mode ''répétition'' avec un sourire. Il lève la tête vers moi avec un air suppliant, ses joues ayant prit une teint plus rosée.


« Vraiment, je sais pas danser Jiho...


-Ne t'en fais pas, je vais t'apprendre des pas simples, d'accord ? »


Il n'a pas l'air convaincu, mais il ne s'enfuit pas en courant lorsque je le lâche. Je commence alors à lui montrer les premiers pas, les simplifiant au maximum. Il n'est pas très à l'aise, mais fait de son mieux pour reproduire les gestes que je fais. Il ne fait que regarder ses pieds et les miens, concentré sur les mouvements. Je rigole en le voyant comme ça, ce qui le fait relever la tête pour me regarder, avant de rire aussi, un peu embarrassé.


« Je t'avais prévenu hein...


-Tu t'en sors bien je trouve, vraiment !


-Mouais, je fais vraiment tâche comparé à toi ! J'arrive pas à bouger comme tu le fais ! Comment tu fais ça sérieusement ? Tu es humain ?


-C'est parce que tu es trop raide là, attend laisse moi t'aider. »


Je me met derrière lui et pose mes mains sur ses hanches, le regardant à travers le miroir.


« Il faut que tu sois plus détendu, que tu laisses ton corps bouger librement et après ça sera plus simple, regarde... tu as vu comme tu es crispé là ? »


Je force doucement ses hanches à bouger pendant qu'il évite mon regard, gêné. Au bout de quelques minutes, il comprend le geste que je lui fais faire et arrive finalement à se détendre. Je me recule alors pour l'observer refaire la chorégraphie. Même si les gestes sont toujours hésitants, il semble plus à l'aise. Je me remet à ses cotés pour danser avec lui, heureux de le voir essayer autant.

À la fin de la partie, il se tourne ensuite vers moi, me demandant de ses grands yeux mon avis. Je pose ma main sur sa tête avec un sourire.


« Tu t'es très bien débrouillé ! Bravo !


-C'est vrai ? J'ai l'impression d'être ridicule face à toi...


-Mais non, j'aime bien te voir danser moi ! J'espère que tu danseras avec moi encore une fois, Jenissi ! »


Il se gratte la nuque en rougissant un peu, puis hoche la tête.


« Si ça te fait plaisir... pourquoi pas alors... »


C'est mignon. Je le préfère vraiment comme ça à quand il est froid et distant, même si je sais à présent que c'était un simple réflexe d'autodéfense. C'est vraiment quelqu'un d'adorable en fait. Je lui tire les joues, ce qui le fait grogner.


« Aller, pour te féliciter de ta danse, je t'offre une glace, ok ? Je connais un très bon glacier dans la ville ! »


Je vois ses yeux briller et illuminer tout son visage instantanément, et il accepte immédiatement la proposition avant de sortir de la chambre à la vitesse de l'éclair. Je l'entends descendre les escaliers rapidement, il va finir par tomber s'il continue... Je le suis et descend à mon tour, pour le trouver devant la porte, ses chaussures et sa veste déjà enfilées, sautillant avec impatience. Bon, je crois que j'ai trouvé quelque chose qu'il aime bien !


« Dépêche toi Jiho ! J'ai envie de glace maintenant ! 


-Quelle impatience, t'es vraiment un gosse toi hein ! »


Il me tire la langue en me faisant signe de me dépêcher, ce qui me fait lever les yeux au ciel avec un sourire. C'est bon, j'ai compris le message !


Je l'emmène donc à mon glacier préféré, qui est aussi celui de Hansol. Bon en fait, c'est Hansol qui me tirait toujours ici au début de notre amitié, je devrais le remercier de m'avoir montré cet endroit. Il n'y a jamais trop de monde en plus, parfait pour Jenissi.

On s'installe à la table que je prend habituellement, située un peu à l'écart des autres, avec des banquettes très confortables, et illuminée grâce à une petite fenêtre juste au dessus. Jenissi semble un peu mal à l'aise, certainement parce qu'il s'agit d'un endroit inconnu pour lui. Je le rassure un peu en lui assurant que je connais bien cet endroit et qu'il n'a rien à craindre, ce qui semble marcher. Un serveur vient immédiatement vers nous, avec un sourire aimable affiché sur son visage. Tous les serveurs nous connaissent de toute façon.


« Bonjour Jiho, vous avez amené un nouvel ami ? C'est rare que Hansol ne sois pas avec vous !


-Bonjour, oui Hansol est occupé aujourd'hui, et j'ai promis à ce gosse de l'emmener manger une glace. Voici Taeyang.


-Je suis heureux de voir que vous avez trouvé un nouvel ami, dit le serveur en serrant la main de Taeyang, qui ronchonnait un peu après avoir entendu le mot ''gosse''. Très bien, Taeyang, que puis-je vous servir pour vous faire plaisir ?


-Euh... une glace vanille-grenade, avec beaucoup de chantilly s'il vous plaît.


-C'est noté ! Et pour vous, Jiho ?


-Chocolat-grenade, avec supplément coulis de fraise s'il vous plaît. »


Il hoche rapidement la tête avant de s'éloigner. Je regarde Taeyang, un peu surpris.


« Je savais pas que tu aimais la grenade.


-Ma mère en achetait souvent, c'était son fruit préféré, explique-t-il avec un léger sourire. Elle a dû me refiler ses goûts sans doute !


-Je vois... J'espère que tu aimeras ce que tu as commandé !


-Je n'en doute pas. Le serveur est vraiment gentil en tout cas. Ça se voit que tu es un habitué.


-C'est un reproche ?


-Absolument pas ! »


Il rigole et reporte son attention vers le bar, voyant le serveur revenir avec nos coupes de glaces. Je peux presque le voir baver en apercevant sa commande. La nourriture semble être le seul moyen de lui faire baisser sa garde à ce moucheron en fait ! Dès que les coupes atterrissent sur notre table, il attrape une cuillère et avale une bouchée à la vitesse de la lumière. Je cligne des yeux plusieurs fois, un peu surpris de sa rapidité, pendant que son visage se met à rayonner.


« Mhhh ! C'est délicieux !


-.... Et après tu oses dire que t'es pas un gamin ?


-Tais-toi et mange Jiho, sinon je mange la tienne aussi ! Menace-t-il avec un sourire tout en reprenant une cuillerée pleine.


-Et toi savoure un peu au lieu de gober comme un idiot ! »


Il me tire la langue, rougie à cause du froid de la glace, avant de replonger le nez dedans. Ça me fait plaisir de le voir comme ça, je pensais qu'il allait être déprimé par ce qu'il lui est arrivé mais il prend sur lui pour se montrer résistant. Je le croyais pas capable de ça, sûrement que le fait d'être entouré l'aide à surmonter tout ce qui lui est arrivé.

Je me rend vraiment compte que sa présence à mes côtés est loin d'être énervante. Je m'étonne moi-même. Je ne pensais pas pouvoir m'attacher à lui aussi rapidement...


À suivre...