chapitre 10

par dragonise

Note de l’auteur : petit chapitre mais intéressant nous avons laria en MC giver

 

Une fois arrivée à l'hôtel je m'enferma dans la salle de bain, il fallait que j'évacue un bon coup, je ne voulais pas que quelqu'un me voit dans cet état.

Je me
regarda dans le miroir, pathétique aurai été le mot juste pour me qualifier à cet instant, je ne ressemblais plus à rien, je refis mon maquillage avec une touche assez légère et ressorti de la pièce transformer, reprenant ma bonne humeur.

J
e m'asseya au côté de georg, antoine et david étaient aussi dans le salon, sûrement pour faire un point sur la journée et pour nous expliquer ce que nous ferions demain.

- La matinée c'est bien passé, les photos sont vraiment réussi, pour le problème de ce midi laria tu t'expliquera avec antoine, ensuite pour l'interview, je ne sais pas ce qui vous a pris!! S'exclama david en se retenant de crier.

Je
vous dis, on en menée pas large, un silence s'installa et david reprit d'un ton plus doucereux.

- Enfin, v
ous avez rattrapé le coup à certain moment et puis vous n'avez rien dit de trop grave.
On peut repren
dre notre souffle, la crise d'hystérie n'est pas passée loin, ouf!

C'est au tour d'Antoine de prendre le relais, il doit avoir peur que david nous pètes une durite.
- Si
non pour demain, debout et pt dans le hall à 9h, on tournera dans une école, celle-ci ne sera pas bone vu que nous serons dimanche, les figurants ont déjà été sélectionnés.

B
on rien de nouveau, on s'y attendait tous, sauf que Gustav hésite à prendre la parole, on le sent vraiment gêner.
- Hum... e
uh david, Est-ce que Julia pourra passée la journée avec nous? Demanda-t-il en se tortillant les doigts en signe de nervosité.
- D'accord mais faites attention surtout s'il y a des photographes. Répondit David d'un ton las.

C'
est qui Julia? C'est moi ou je suis toujours à la masse! Antoine me rane à la réalité en toussotant, il me fait signe d'aller dans ma chambre, j'avais presque oublié que je devais m'expliquer pour le problème de ce midi. -_-

Il referme la
porte après que je sois entrée, on s'installe sur le lit et il me fixe d'un œil neutre attendant que je parle.

- Je m'excuse
auprès de toi et david, cependant sache que je ne regrette pas mon acte! Il me cherche depuis le premier regard que j'ai poser sur lui, et aujourd'hui j'en ai eu marre! J'ai dut lui dire mes 4 vérités ou j'allais devenir folle.

- Laria,
tu me déçois, tu as affronter bien pire et plus dur! Ta force de caractère c'est elle autant affaibli pour que tu te laisses emporter de la sorte pour un rien.

Je baisse
la tête honteuse, il a raison, je suis montée sur mes grands chevaux trop vite, surtout que nos chamailleries entre tom et moi n'allaient pas s'arrêter du jour au lendemain.

Antoine me
fait promettre de ne plus faire de scandale de ce genre, je fus donc contrainte d'accepter, tant qu'on ne m'obliger pas à m'excuser.

Quand je f
ut libérer du supplice je rejoignis georg toujours installer sur le fauteuil et seul, je lui demanda qui pouvait être Julia et pourquoi Gustav été t'il si nerveux.

- Julia est sa p
etite amie, disons que personne ne l'aime réellement. Répondit il en fixant une émission quelconque à la télévision
- Ah bon
pourquoi? Demandais-je avidement, ma curiosité reprend le dessus.

-
Hm! On pense qu'elle n'est avec lui que par intérêt et ce sert de lui, seulement il ne veut pas nous croire, il préfère rester avec elle.

- Bah je
verrais bien par moi-même demain, si c'est vrai et bien on essayera d'ouvrir les yeux à hamtaro, il est bien trop gentil pour qu'une personne en abuse.

I
l est d'accord avec moi, et bien demain mission espionnage et décryptage de julia.
Georg part faire un
tour, je me retrouve seule dans la suite et décide de prendre une bonne douche, rien de tel après une journée aussi éreintante.

Le seul bémo
l fut quand je me rhabilla, j'entendis un clac sur la porte, qui m'intrigua fortement, je voulu ouvrir la porte mais impossible, je força un peu mais rien.
Non
il n’a pas osé quand même?

- Tom ouvre s'il te plait ce n'es pas marrant
là! M'écriais-je
- Pourtant sa l'es! Tu peux
crier si tu veux mais il n'y a personne avant 1h voir plus. S'exclama-t-il goguenard.

Je cri
ai un peu, sans espoir, même tom était parti, la pièce était vraiment humide et étouffante. Il fallait que je me calme et que je réfléchisse. Il devait bien avoir un moyen pour sortir d'ici, malheureusement aucune fenêtre et tom avait la clef avec lui.

Arg... Si je sor
tais d'ici, j'allais le tuer, le découper en petit morceau.
Au bout de 10 minut
es dans cette fournaise, une idée me vint, je chercha sur une étagère, farfouillant à droite, à gauche et trouva l'objet tant convoiter.

(J’ai failli être
sadique est arrêter là!! mais non je vous met le chapitre en entier)



Je pri
s l'épingle et m'approcha de la serrure, il fallait que ça marche, c'était ma dernière chance!
Un petit c
lique se fit entendre, je posa ma main sur la poignée et la baissa lentement tout en poussant...

Niaaa victo
ire! Libre de cette prison! ( c'est Mc giver laria XD)
Je fis une petite danse de la victoire
assez ridicule mais libératrice!

Je redevins
sérieuse d'un coup et prépara ma vengeance en fermant à clef avec mon épingle, ensuite je partis me cacher dans ma chambre.

Une dizaine de
minutes après, tom entra dans la pièce un sourire narquois sur le visage, il sifflotait tout en s'avançant vers la salle de bain.

-
Alors laria, un bon bain de vapeur ta rendu intelligente? Quoi que avec toi ce sera un miracle! S'exclame t'il de bonne humeur.

Je m’empêchai tant
bien que mal de lui répondre il fallait que je tienne, il continua ces provocations et au bout de quelques minutes s'inquiéta de n'avoir aucune réponse de ma part.

Il inséra la clef nerveusement, ouvrant la porte lentement et entra dans la salle de bain encore remplis de vapeur.

Il laissa la clef dans la serrure, une
opportunité de vengeance s'offra à moi et je fonça, quand tom fut à l'intérieur de la salle de bain, je sauta sur la porte et la ferma à clef. Il tambourina sur la porte, tentant de sortir.

- L
aria! T'abuses, tu vas pas me laisser là?
- à
charge de revanche ma petite serpillière. Déclarais-je

Il commença à hur
ler pas mal de mot grossier, mais je le laissa masserez un peu dans cette vapeur, il n'avait que se qu'il méritait.

Je partis lire un magazine, avec pour f
ond sonore les hurlements de tom, il avait un vocabulaire dès plus prometteur.

Mes consciences me
rappelèrent à l'ordre au bout de 10 minutes, eh oui bill, Gustav et georg venaient d'arriver et je leur avais expliqué la scène, donc par pure bonté d'âme je partis libérer notre monsieur poulpe.

Quand il sorti de
cette pièce, je m'écroula de rire et ne pus m'empêcher encore une fois de faire un commentaire quand aux autres ils le fixèrent incrédule.
- la serpillière es
t prête à être essoré!!

Tom en restant trop lon
gtemps dans la salle de bain avait une coiffure dès plus original, ces dreadlocks avaient absorbé une bonne partie de l'humidité.

Il bouil
lonnait de colère mais ce retint face au regard de son jumeau qui avait comprit son intention.

Pour ne pas mourir jeune et i
nnocente, je passa le reste de la soirée dans ma chambre, enfin un moment calme où pour une fois je pus manger tranquillement sans être déranger ou bataille