Seule

par molly_stevenson

Je sais pas vraiment si je vais en faire une fic, ou si je vais laisser ça comme ça… ça dépendra… de mon inspiration, des goût des lecteurs… etc…

En tout cas, bonne lecture.

Chapitre 0 :

Seule

Se retournant pour la troisième fois dans son lit, elle soupire. Quelle idée d’avoir ancré sa péniche face au palais Bercy… Le jour où elle a eut cette idée stupide, elle aurait mieux fait de se casser une jambe… Deux ans. Deux ans qu’elle supporte cette saloperie de salle omnisport.

Mais maintenant, avec Summy qui va à l’école, ce n’est pas simple de tout changer, de quitter la ville, son emploi, tout…

Alors elle reste là, elle supporte. Sauf que bien sur, malgré les débordements des groupes précédents, Il continu de recevoir des groupes à midinettes. Et c’est peut-être ceux là les pires, parce que les émeutes qu’on provoquer des groupes comme Iron Maiden, ou Marilyn Manson sont géré par la police, mais que voulez-vous faire contre des collégiennes qui hurlent, sincèrement ? La réponse est rien. La seule chose à faire, c’est de se tourner, et de ne pas y penser.

Elle se demande tout de même comment Summy fait pour dormir.

Il faut dire qu’à trois ans, on a le sommeille lourd.

Elle se lève, et monte sur le pont, ça ne sert à rien d’essayer de dormir, elle n’y arrivera pas, pas avec tout ce bruit. Accoudé au bastingage, les pieds frôlant la surface de l’eau, elle fume. Pas quelque chose de fort, une simple cigarette, pour passer le temps, puisque de toute manière, elle n’a rien d’autre à faire à cette heure là.

Elle est restée là, disons une heure, peut-être un peu moins, peut-être un peu plus - Elle n’a pas de montre pour compter - quand elle entend les hurlements qui se des-intensifie, et qui sont remplacés peu à peu par un autre brouhaha, un peu moins aigu, mais tout aussi désagréable.

C’est le passage qu’elle aime le moins, l’après concert, quand les fans sont quasiment sur son perron, à discuter en attendant de voir leurs idoles sortirent. Encore une bonne demi-heure à attendre avant de retrouver enfin le silence et le calme qu’elle aime. Enfin, un calme relatif, elle habite tout de même en face de Bercy.

Elle entrevoit la tête des membres du groupe qui sortent, un à un, malmener par leur fan. Il monte dans l’espèce de gros quatre-quatre qui leur sert de voiture, et le véhicule démarre, passant juste sous ses fenêtres.

Et là, à travers le verre, un visage, à demi caché par le fumé des vitres.

Elle, elle s’appelle Alice Turner, elle était Anglaise avant, maintenant, elle est un peu Française aussi. Ses cheveux son châtain, parfois blond, sa dépend du soleil, de la pollution… en bref des éléments qui l’entoure. Des yeux bleu, parfois un peu gris, encore une fois ça dépend. Elle n’est pas très grande, taille moyenne, plutôt menue.

Très seule.

Elle s’appelle Alice Turner, et jamais elle n’oubliera le regard que Tom Kaulitz a posé sur elle en ce Jeudi 24 Juin.

Parce qu’à ce moment là, elle s’est senti un peu moins seule.