Chapitre 4

par JEWELFISH

A la base, le juge Park Sung souhaitait faire de longues études pour rétablir l’ordre et la paix dans son pays et envoyer les plus grands criminels derrière les barreaux où ils finiraient leur vie, hantés par leurs erreurs. Mais pour devenir juge en affaires criminelles, les études furent tellement fastidieuses que lorsque l’opportunité de se tourner vers les affaires familiales apparut, il saisit cette chance et finit son parcours scolaire en peu d’années.

Cependant, chaque matin en regagnant son bureau au palais de justice, il soupirait de ne pas avoir continué ses études. Les dossiers s’accumulaient avec toujours les mêmes problèmes. Un mari qui avait trompé sa femme et qui n’avait pas été assez malin pour le cacher correctement alors un divorce devait être proclamé ou une séparation d’un couple qui ne pouvait plus se voir en face mais où il faut assigner la garde des enfants à un parent. Il aurait dû continuer ses études pour juger des personnes qui méritaient d’être jugées pour des faits graves et non passer ses journées à décider du sort d’un énième couple.

D’autant que la délibération ne relevait d’aucun suspense. Etant donné que le mari avait été pris en flagrant délit d’adultère, la femme se montrait féroce et voulait mettre les comptes en banque de son mari à sec. Et il paraît que les femmes ont la fibre maternelle qui les pousserait à prendre plus soin de leurs enfants que leur mari alors même les gardes partagées n’ont plus de secret pour le juge Park qui savait déjà que les enfants iraient à la mère. Le père est malheureusement réduit à peu dans ces cas-là.

Alors lorsqu’il souleva le dossier « Affaire Lee » où il vit inscrit deux noms d’hommes sur un dossier de garde partagée, il eut comme un rictus car une bonne journée s’annonçait. Enfin une affaire différente. Sans mari infidèle ou enfants remis à leur mère à cause d’une soi-disant « logique des choses ». Il ouvrit alors le dossier qu’il tenait et se mit à l’éplucher tout en sirotant son café matinal.

Les heures passèrent et, il se leva pour mettre l’habit traditionnel qu’il portait à la Cour et entra dans la pièce où un silence montrait autant le respect pour sa personne que l’anxiété des hommes face à lui. Le juge fit signe à tout le monde de s’assoir et seuls les avocats restèrent debout. Une première personne se fit appeler et on lui demanda de jurer qu’aucun mensonge ne sera dit lors de cette séance. Le concerné leva la main et acquiesça.

-          Monsieur Lee Donghae, vous avez toujours souhaité devenir père ? Demanda son avocat

-          Oui. Je suis quelqu’un qui se soucie de sa famille et qui aime prendre soin des gens alors il était évident pour moi d’avoir un enfant. Voire même plusieurs.

-          C’était donc quelque chose de réfléchit pour vous ?

-          Oui.

Donghae se sentait comme engoncé dans son costume qu’il avait acheté spécialement pour l’occasion. La cravate l’empêchait de respirer correctement, la chemise aux manches longues et la veste par-dessus lui donnait chaud et ses chaussures neuves lui faisaient mal. Le stress ne l’aidait pas à se détendre et le raisonnement de son avocat lui était plus mystérieuse qu’autre chose ce qui ne l’aidait pas. Il frotta ses mains contre son pantalon pour tenter de les rendre moins moites mais son avocat le coupa dans ses pensées.

-          Votre travail vous offre-t-il une stabilité dans votre vie personnelle ?

-          Eh bien, maintenant oui. Je suis traducteur depuis de nombreuses années mais au début, c’était difficile. Il faut trouver des contrats, des éditeurs et c’est au jour le jour mais, aujourd’hui j’arrive à avoir un bon salaire chaque mois.

-          Vous pouvez donc profiter de votre fille facilement.

-          Oui, j’ai des horaires très libres car la plupart du temps je suis à domicile. Il n’y a qu’en fin de semaine où je dois rendre mon travail. On passe du bon temps ensemble Haru et moi, dit-il en souriant même si personne dans le tribunal ne lui rendit son sourire.

Son avocat passa sa vie privée au crible pendant toute la matinée en essayant de prouver que sa situation était plus que correcte et qu’il était la personne la plus adéquat pour la garde de l’enfant mais, l’avocat de Hyukjae se leva et pris place devant Donghae.

-          Monsieur Lee, nous avons parlé précédemment de votre volonté d’avoir des enfants.

-          Oui. Dit Donghae en fronçant quelque peu les sourcils, par peur de la question qui pourrait arriver

-          Vous évoquiez l’idée d’une famille soudée aussi.

-          O-oui.

-          Pourtant, selon le rapport de mon client et de vous-même, seulement quelques mois après votre rupture, vous vous êtes remis en couple, n’est-ce-pas ?

Donghae ne percevait pas clairement la question. Il jeta un coup d’œil à son avocat qui paraissait tout aussi perplexe face au raisonnement de son adversaire mais, Donghae fut ramené à l’ordre par le juge qui lui demanda de répondre à la question de l’avocat.

-          Oui, je me suis mis rapidement en couple avec Yujin mais-

-          Vous qui prônez l’idée d’une famille que vous aimez chérir, vous avez donc ramené une jeune femme, totalement inconnue chez vous, avec votre fille âgée d’à peine quelques mois.

-          Elle ne m’était pas inconnue, je l’ai rencontr-

-          Avez-vous laissé votre fille seule avec cette femme ? Demanda l’avocat

-          Je fais confiance à Yujin.

-          Vous ne répondez pas à ma question Monsieur Lee.

Donghae vit le magnifique tableau de la famille idéale dressée par son avocat se détruire au fur et à mesure devant lui, dans ce tribunal où tout le monde avait les yeux rivés sur lui. Son avocat avait la tête entre ses mains pendant qu’il relisait le dossier, certainement pour chercher quelque chose pour défendre son client mais, il se sentit terriblement seul l’espace d’un moment. Il jeta un regard furtif aux personnes assises derrière les avocats et croisa Yujin. Il tenta de se persuader qu’il n’avait rien fait de mal dans l’éducation de sa fille. Pourtant, l’espace d’un instant il inversa les faits et se mit à la place e Hyukjae. Lui en aurait-il voulu d’obliger sa fille à vivre avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas ? Il soupira et regarda l’avocat de son ex petit-ami.

-          Oui, il m’est arrivé de laisser Yujin s’occuper de Haru lorsque je m’absentais.

L’avocat sourit discrètement et retourna à sa place. Le juge lui demanda s’il n’avait rien à ajouter et il regarda un instant ses notes.

-          Je voulais aussi mettre en avant la stabilité professionnelle de Monsieur Lee Hyukjae contrairement à Donghae et la différence de salaire qui permet à mon client de subvenir aux besoins d’un enfant mais, je pense que ça ira.

Les deux maîtres de justice et le juge se retirèrent un instant pour se concerter en attendant le verdict final et l’avocat de Hyukjae revint, un sourire victorieux.

-          J’ai ici un papier qui vous accorde des visites pour voir Haru. Seulement en présence de Donghae mais, vous avez le droit d’aller la voir quand vous voulez.

Hyukjae fut soudainement ravi et oublia l’image de Donghae assis à cette place en train de se faire questionner sur sa paternité. Il relut à nouveau le papier de son avocat et fut soulagé un instant. Il passa les portes du tribunal et fut rapidement ramené à la réalité. La mère de Donghae se leva du banc dans le couloir tenant Haru dans ses bras mais malgré l’insistance de la fillette pour descendre rejoindre son père, vu le regard qu’il recevait de la part de son ancienne belle-mère il n’osa pas s’avancer et dut attendre que Donghae apparaisse.

-          Laisse-la aller vers lui. Il a le droit, dit-il à sa mère.

Haru descendit et abandonna rapidement son sac d’école pour courir vers Hyukjae qui l’accueillit chaleureusement. Il la souleva du sol et s’assit sur le banc à son tour pour profiter de la présence de sa fille. Elle lui raconta ses histoires folles qui se passaient avec ses camarades d’écoles et Hyukjae dévora ses paroles en intervenant avec des ‘Oh’ et des ‘Ah’. La fillette se marrait et Hyukjae n’en avait jamais assez de voir ce sourire qui accentuait les joues bien rondes de Haru.

Il prit Haru par la main et s’approcha doucement de Donghae et sa mère pour saluer poliment et demander par la suite quand est-ce qu’il pourrait voir Haru.

-          Je n’aurai jamais cru ça de toi Hyukjae ! Cracha la mère de Donghae

-          Maman arrête ! J’aurai fait la même chose à sa place !

-          A sa place, tu serais resté !

Donghae se planta devant elle et lui demanda d’arrêter ses critiques. Il pensait quasiment la même chose mais, il mettait un point d’honneur à ce qu’aucune dispute n’est lieu devant Haru. Alors il se tourna simplement vers Hyukjae en lui disant de passer quand il voulait, après tout c’est ce qui était écrit sur le papier du juge. Hyukjae aurait voulu avoir au moins des horaires pour savoir lorsqu’il serait chez lui mais il n’osa pas demander plus. Il s’accroupit à hauteur de sa fille et la prit contre lui en la chatouillant, juste pour voir encore un instant ce sourire. Il l’embrassa sur la joue et lui dit à demain et quitta le bâtiment en regardant sa fille agiter énergiquement sa main pour lui dire au revoir.

Donghae rentra chez lui extenué. Il avait l’impression d’avoir littéralement été assommé par ce qui venait de se passer. Haru s’était déjà installée dans la véranda où elle retrouvait ses jouets et Yujin s’était mise en cuisine. Pourtant il n’arrivait pas à s’enlever les paroles de l’avocat de la tête. Avait-il obligé sa fille à vivre avec une inconnue ? Yujin n’avait jamais évoqué ses souhaits de fonder une famille et pourtant elle avait été propulsée dans cette relation avec Donghae et Haru. Avait-il été un bon père ? Est-ce qu’il n’aurait pas dû vivre seul et continuer à mener sa relation avec Yujin en vivant séparément ?

Il sursauta en entendant la porte du réfrigérateur claquer ce qui le poussa à faire les premiers pas vers Yujin. Elle lui sourit poliment et passa sa main sur la joue de Donghae comme pour lui dire que s’il avait besoin de parler, elle était là pour lui. Il lui rendit son sourire mais fut incapable de faire davantage de marques d’affections. Il se tourna vers le frigo pour attraper la carafe d’eau et, fixa un instant les dessins de Haru, aimantés sur la porte. Elle n’avait jamais représenté la famille avec Donghae, Yujin et elle. Il y avait toujours un autre personnage apparemment masculin qui se tenait près de Donghae. Il dégagea la feuille des aimants et la prit un instant pour la montrer à sa fille.

-          Chérie, c’est qui déjà lui ? En pointant le personnage

-          Hyuk appa ! Affirma la jeune fille comme si le rond qui formait la tête et les quelques bâtons pour les membres du corps pouvaient clairement faire penser à Hyukjae.

Il alla s’assoir autour de la table sans écouter la demande de sa compagne de mettre la table. Hyukjae avait ses torts mais, dorénavant Donghae aussi. Lui qui faisait attention à l’éducation de sa fille, à ce qu’elle grandisse dans le meilleur environnement possible, il avait fait l’erreur bête de faire entrer une tierce personne dans leur vie sans demander l’avis de qui que ce soit.

Yujin déposa un verre d’eau fraîche face à lui et s’assit à ses côtés. Elle passa sa main sur la sienne et attendit que Donghae relève le visage vers elle.

-          Ne culpabilise pas, ça ne sert à rien. Dit-elle pour le réconforter

-          On a emménagé directement ensemble, sans réfléchir à quoi que ce soit.

-          Haru ne manque de rien, regarde-la ! Elle va bien !

Donghae jeta un œil à sa fille, assisse sur le tapis de la véranda en train de jouer. Effectivement, elle ne paraissait pas triste du tout. Yujin se leva pour prendre Donghae dans ses bras et l’embrasser.

-          Ne les laisse pas t’atteindre, d’accord ?

Donghae sourit et la remercia pour ses paroles. Même s’il aurait eu besoin des mots réconfortants de ses amis proches, la présence de sa petite amie l’aida à s’enlever tout cela de la tête et à se coucher plus serein pour attaquer la semaine qui s’annonçait difficile avec cette affaire.

A chaque arrivée dans ce tribunal, Hyukjae et Donghae se retrouvaient dans le même état. Ils avaient la sensation que plus rien autour d’eux n’existait et étaient à fleur de peau comme si le moindre bruit pourrait les faire exploser tellement le stress était à son maximum. Les délibérations finales n’auraient pas lieu cette semaine mais, les nombreuses interrogations les rendirent malades. Chaque avocat passa en revue des épisodes de leur vie en les tournant de manière à ce que cela pèse dans la balance de la garde de Haru mais, ils évoquèrent aussi des anecdotes pour contrer et, c’était le plus douloureux. Aller fouiller dans le passé et se voir expliquer en quoi des erreurs ont été commises était difficile à vivre.

L’avocat de Hyukjae avait l’habitude de ce genre de cas concernant la garde entière d’un enfant et savait ce que le juge voulait entendre. Hyukjae avait un emploi depuis de nombreuses années qui lui assurait un revenu fixe et avait une habitation proche des écoles. Il tentait de rationaliser les faits sans prendre en considération la relation qu’il y a eu entre les deux hommes de chaque côté du tribunal. Sauf que pour mettre en avant l’un des deux partis, il fallait écraser l’adversaire et Hyukjae assistait impuissant à la mise à mal de son ex petit-ami. Il voyait dans son regard et entendait dans sa voix que Donghae ne voulait qu’une seule chose, que tout cela ne cesse et qu’il puisse rentrer à la maison. Ils le voulaient tous les deux, mais ils voulaient aussi tous les deux rentrer avec Haru.

En fin de semaine, Donghae se mit quasiment à courir pour quitter le tribunal, pour au moins reprendre son souffle. Il passa les portes mais n’eut pas la chance de pouvoir se laisser aller car Heechul l’accueillit avec un grand sourire et Haru dans les bras. Donghae ne prit pas la peine de saluer son ami, il attrapa sa fille pour l’avoir au plus près de lui et se mit à la bercer comme pour se calmer. Il lui chuchota que ce soir ils regarderaient un dessin animé avec des bonbons pour grignoter. Une soirée rien que tous les deux. La fillette était aux anges et réclamait même des bonbons particuliers que Donghae promis d’acheter sur le retour vers la maison.

Donghae prit le sac de Haru et remercia brièvement Heechul mais Haru vit Hyukjae arriver et elle l’appela. Le jeune père de retour en Corée sourit en voyant la fillette pleine de joie mais, il entendit Donghae dire à Haru qu’ils étaient pressés et qu’ils devaient partir. Haru appela à nouveau Hyukjae mais reçu un non catégorique de la part de son père. La fatigue physique de la semaine et le coup au moral de chacun n’aida personne et Haru, à peine âgée de 3 ans, ne réussit pas à se rationnaliser et refusa de partir. Elle se débattit dans les bras de Donghae qui haussa le ton devant Hyukjae qui voulut simplement la prendre dans ses bras mais, lorsqu’il s’avança, il reçut un regard noir :

-          Laisse-nous t’en a déjà assez fait je pense. Dit Donghae

Donghae tenta de calmer Haru qui se mit à pleurer et crier pour avoir accès aux bras de Hyukjae mais Donghae lui ordonna de se calmer et Hyukjae les regarda partir en voyant les yeux rougis par les larmes de sa fille.

Heechul s’approcha pour déposer sa main sur l’épaule de son ami mais, Hyukjae se déplaça et lui tourna le dos un instant. L’aîné le vit tenter de reprendre sa respiration et passer sa main sur son visage pour effacer les larmes qu’il n’avait pas contrôlées. Il réussit à entrelacer doucement ses doigts entre ceux de son cadet qui, en sentant l’aide de son ami s’effondra encore plus. Les tremblements le paralysaient et malgré le réconfort d’Heechul, Hyukjae n’arrivait plus à raisonner. Tout était à cause de lui en fait. Il était parti, il les avait quittés et aujourd’hui il essayait de les séparer. Il se tourna vers son aîné comme pour lui demander de l’aider à sortir la tête de l’eau

-          Aller, viens, je te ramène chez toi. Dit simplement Heechul en passant son bras par-dessus l’épaule de son ami

Une fois à la maison, Heechul le dirigea dans la salle de bain et prépara un bain chaud et ordonna à Hyukjae de s’y glisser pendant qu’il préparait le repas même s’il n’était pas sûr que le plus jeune avale quoi que ce soit. Au bout d’une demie heure, Heechul prit son téléphone et envoya un sms à Donghae pour s’assurer que tout allait comme il voulait lui aussi. Il n’attendit pas la réponse et posa son téléphone en évidence sur la table à manger pendant qu’il finissait sa spécialité, des pâtes instantanées cuites en trois minutes. Il manqua de se renverser de l’eau bouillante sur la main quand il entendit la sonnerie de son téléphone. Il alla décrocher mais n’entendit rien à l’autre bout du combiné.

-          Donghae ? Demanda l’ainé

-          S’il-te-plait Chullie, viens…

Heechul raccrocha et retourna dans la salle de bain. Il entrouvrit la porte et jeta des vêtements à Hyukjae, lui indiquant que l’heure du bain était finie. Le jeune homme se sécha et s’habilla mais au moment de passer à table Heechul lui affirma qu’ils ne dineraient pas ici. Ils montèrent en voiture et la fatigue se fit sentir chez les deux amis qui n’eurent pas la force de s’adresser un mot pendant le trajet. Heechul gara la voiture à l’emplacement prévu à cet effet et frappa à la porte. Ils n’eurent pas besoin d’attendre longtemps, Donghae vint rapidement ouvrir et les laisser entrer.

Heechul fronça les sourcils en voyant l’état de Donghae qui avait les yeux fatigués et rouges, une tenue et une coupe de cheveux négligés. Aucun des deux invités ne demanda si Yujin était présente, Hyukjae avait directement entendu les pleurs de Haru depuis sa chambre.

-          Elle te réclame depuis tout à l’heure. Dit Donghae en lui tendant le doudou que sa fille utilisait habituellement pour dormir.

Hyukjae ne chercha même pas des excuses de la part de Donghae, il saisit le doudou rapidement et entra dans la chambre où sa fille était dans son lit toujours habillée de sa tenue d’école. Elle ne pleurait même plus de chagrin ou de caprice mais simplement de fatigue. Il s’agenouilla et la prit contre lui pour la bercer de longues minutes. Il lui affirma que tout allait bien maintenant, il n’y avait plus de raison de pleurer. La fillette réussit à se calmer même si quelques reniflements persistés. Hyukjae se décala et attrapa son pyjama pour la changer et s’allongea dans le lit avec elle, trop petit pour lui évidemment, pour lui lire un livre qui trônait par terre, certainement une tentative ratée de Donghae. Haru ne tarda pas et s’endormit en quelques minutes. Hyukjae resta pourtant un moment auprès d’elle, à passer doucement sa main contre la joue de sa fille. Il espérait tellement ne jamais revivre cela. Il l’embrassa sur la joue en lui souhaitant de faire de beaux rêves et se leva, replaça la couverture sur la fillette et regagna le salon où Heechul discutait avec Donghae.

-          Elle s’est endormie. Dit simplement Hyukjae

-          Merci Hyuk, fit Donghae en le regardant et en le pensant sincèrement

-          Yujin n’est pas là ? Se risqua-t-il

-          On s’est disputé.

-          Tu as mangé ?

-          Non.

-          Alors on va manger, fit Hyukjae en se dirigeant vers la cuisine sans demander la permission

Chacun aida pour participer au repas, succin mais qui était nécessaire. Ils se posèrent sur le canapé et ils oublièrent un instant la situation dans laquelle ils s’étaient mis et se posèrent devant un film avec des bonbons.