Chapitre 4

par plume-de-chine

Chambre 109


Le soleil s'était levé depuis un bon moment sur Séoul et nombre de ses occupants avaient commencé leurs journées. Tout était silencieux dans la chambre de Ryeowook. Il n'avait toujours pas quitté son lit, étendu sur le ventre et recouvert de ses draps, il ne bougeait pas.

Quand une femme de ménage rentra dans la chambre afin de faire son travail, elle sursauta en voyant que son occupant était toujours là. D'habitude, ils quittaient toujours leurs chambres pour permettre aux professionnelles de nettoyer la pièce.


-Monsieur... Monsieur vous allez bien? Demanda-t-elle d'un ton hésitant.


Elle s'approcha lentement au milieu de la spacieuse chambre pour mieux voir le jeune homme. Alors que celui ci ne bougeait toujours pas, elle osa demander à nouveau :


-Monsieur...?


Aucun son ne sortit de la gorge de Ryeowook, seule une larme coula le long de sa joue pour venir s'étaler sur l'oreiller blanc. La femme ne savait que faire devant ce manque de réaction et décida d'aller voir les collègues du jeune homme qui devaient certainement se trouver dans leur salle de repas. Ce fut Leeteuk qu'elle trouva en premier au rez de chaussé. Elle lui fit part de ses inquiétudes. Ce dernier remercia la femme et se hâta d'aller voir son ami. La porte était encore entrebâillée, il la poussa et rentra dans la pièce.


-Eh Ryeowook, qu'est ce qui se passe? Demanda-t-il d'une voix douce, comme s'il ne voulait pas le réveiller.


Toujours pas de réaction. Doucement, Leeteuk vient s'assoir sur le lit et demanda encore :


-Qu'est ce que tu as?


On pouvait apercevoir sur le visage de Ryeowook la trace de ses larmes qui avaient roulées sur ses joues. Ce dernier tourna lentement et péniblement la tête de l'autre côté du lit pour éviter le regard de Leeteuk et lui tourna le dos.


-C'est... Il t'a fait du mal?


Sans pouvoir se retenir, Ryeowook renifla alors que ses yeux picotaient de nouveau. Leeteuk soupira, n'osant imaginer ce que son ami avait dû subir une nouvelle fois.


-Laisse moi regarder, s'il te plait...


L'homme se recroquevilla brusquement en position fœtale et resserra entre ses doigts tremblants sa prise sur la couverture.


-Je vais chercher Sungmin, il va s'occuper de toi, dit Leeteuk avant de quitter la chambre en fermant bien la porte derrière lui.


Il dévala les escaliers au bout du couloir à la tapisserie rouge et courut presque jusqu'à leur salle de repas. Quand il aperçut Sungmin au bout de la table, il se précipita vers lui, en essayant tout de même de ne pas paraître suspect aux yeux des autres. Pendant que Siwon parlait d'un client qui était venu pour la première fois dans sa chambre hier soir et qui était finalement partit bredouille par manque d'expérience, il lui murmura à l'oreille qu'il avait besoin de lui parler en privé. Sungmin fronça les sourcils mais se leva et suivit Leeteuk à l'extérieur de la pièce. Sitôt informé de l'état de Ryeowook, Il se rua vers la chambre de son ami, son cœur battant à tout rompre dans sa frêle poitrine. Il ouvrit rapidement la porte et se précipita au chevet du jeune homme qui n'avait toujours pas changé de position.


-... Ryeowook...


Sungmin caressa du bout des doigts sa joue trempée et déposa ses lèvres sur son front en une tendre pression.


-Je peux voir comment tu vas? Demanda-t-il tout doucement.


Ryeowook leva des yeux rouges et humides vers lui et acquiesça lentement. Sungmin se leva, ferma la porte à clé et revient près de son ami. Il souleva un peu la couverture et s'assit sur le lit tout en veillant à faire des gestes lents et mesurés pour ne pas brusquer le jeune homme. Puis il descendit le drap qui recouvrait les épaules de Ryeowook jusqu'à l'exposer presque complètement. Des marques d'ongles parsemaient les hanches du jeune homme qui tremblait. Sungmin posa doucement sa main sur son dos et descendit jusqu'à ses fesses avant de demander :


-Je peux regarder?


Ryeowook acquiesça encore alors que le jeune homme examinait la partie de son corps qui n'avait sans aucun doute pas été laissée de côté. Tout portait à croire que son client n'y était pas allé de main morte. Une bouffée de colère étreignit Sungmin qui respira lentement pour se calmer. Il ne savait pas quels mots pouvaient réconforter Ryeowook, il était même persuadé que tous les mots du monde n'auraient aucun effet dans cette situation. Il se sentait juste impuissant, comme toujours.


-Il faut que tu te laves. Je vais te faire couler un bain, après j'irai changer tes draps, tu veux bien? Demanda Sungmin en cherchant son regard.


-Oui... Lui répondit une voix brisée.


Sungmin aida un Ryeowook chancelant à se mettre debout. Chaque pas lui arrachait une vive douleur, lui dérobait une nouvelle larme. Puis Sungmin fit couler un bain et aida son ami à s'installer dans la baignoire. Il déposa un nouveau baiser sur son front et alla chercher des draps propres dans la blanchisserie afin de refaire le lit. Celui-ci fait, il chercha des habits propres pour Ryeowook et retourna dans la salle de bain. Le spectacle qu'il vit en ouvrant la porte lui fit mal au cœur. Les yeux dans le vague, son ami paraissait complètement ailleurs. Sungmin déposa les vêtements sur un tabouret et s'approcha de la baignoire pour s'agenouiller à côté. Il regarda pensivement Ryeowook, se demandant toujours ce qu'il pourrait faire pour l'aider. Il soupira, sachant très bien qu'il n'y avait rien à faire, juste être présent.


-Je peux te laver?


L'absence de réaction du jeune homme lui fit penser que c'était un « oui ». Sungmin prit un gant qu'il tartina de gel douche et commença à frotter doucement les épaules du garçon. Ses yeux lui picotaient aussi, il avait envie de se réveiller de ce cauchemar qui durait depuis trop longtemps. Il avait envie de se réveiller et de croire qu'au fond, la vie était belle.


*-*-*-*-*



Un bruit de semelle sur le sol troublait le silence du couloir. Leeteuk n'avait pas envie de faire du bruit, il n'avait pas envie d'être là mais il n'avait plus le choix. Il devait protéger ses amis, sa famille autant qu'il le pourrait, autant que ses forces le lui permettraient. Il apercevait au fond du couloir la porte noire qu'il détestait tant. A mesure que ses pieds foulaient le sol, des voix se rapprochaient. Des rires gras étouffés par la cloison de la porte vinrent péniblement frapper ses oreilles. Il n'était pas seul, ses acolytes ne le lâchaient jamais. Enfin, il atteignit la porte et frappa fermement à celle-ci, se gonflant de courage par la même occasion.


-Entrez, lui répondit une voix bourrue.


Leeteuk ouvrit la porte, retenant presque sa respiration alors que trois paires d'yeux se tournèrent vers lui. Les deux gardes du corps de « gros tas » étaient tranquillement assis sur les fauteuils disposés contre la large bibliothèque qui recouvrait un mur. Du mépris se lisait dans leurs yeux et Leeteuk ne prit même pas la peine de leur transmettre son propre mépris. Il ne regarda que son patron qui l'observait, installé à son bureau de mafieux tel un roi sur un trône. Ce n'était pas réellement un mafieux, c'était juste un gamin pourri gâté qui voulait se sentir important malgré sa minable petite vie, se disait toujours Leeteuk.


-J'ai à vous parler, en privé, dit le jeune homme, maitrisant sa voix.


Après un échange visuel aussi froid que la neige, « gros tas » fit signe à ses hommes de quitter la pièce. Ils partirent après un dernier regard hautain que Leeteuk ne prit pas la peine d'intercepter, comme si l'indifférence était la plus belle des réponses à leur donner.


-Je t'écoute, dit l'homme derrière son bureau.


Il s'était adossé à son fauteuil de cuir et posait ses coudes sur les bras du fauteuil alors qu'un faible soleil caressait ses cheveux gras. Leeteuk les imaginait gras, en réalité, il n'aurait vérifié pour rien au monde, cet homme le répugnait.


-Ryeowook ne va pas bien, son client a abusé de lui.


L'homme n'eut pas de réaction, se contentant de le fixer d'un air blasé, comme si ses mots l'avaient traversé sans l'atteindre. Un lourd silence s'installa avant que le patron ne soupire et vienne croiser ses bras sur le bureau.


-Qu'est ce qu'il a encore? Demanda l'homme d'un ton ennuyé.


-Il ne va vraiment pas bien. Je n'ose même pas imaginer ce que lui a encore fait son client...


-C'est un bon client, le coupa son patron.


-C'est une ordure!


-Peut être mais il paye bien!


Leeteuk avait envie de vomir, se demandant comment l'homme en face de lui pouvait être si inhumain. Ce dernier le regarda d'un air franchement ennuyé et sortit dans un nouveau soupir :


-Je lui donne 3 jours de repos. Maintenant va t'en! Je t'ai assez vu.


Leeteuk ne demanda pas son reste et quitta le bureau d'un pas furieux. Il n'arrivait pas à se calmer alors qu'il longeait les couloirs de l'hôtel. Il atteignit sa chambre et put enfin libérer ses larmes. Il s'assit sur son lit, le dos courbé, sa tête entre ses mains. Dans 3 jours, Ryeowook allait encore souffrir. Son petit frère allait souffrir et il ne pourrait rien faire, juste le regarder se détruire un peu plus, toujours un peu plus. Un infime sourire se posa sur ses lèvres desséchées. Ce soir, il allait voir Kangin. Ce soir, il allait vivre.


*-*-*


Chambre 119


Les aiguilles blanches de son réveil bleu nuit affichaient approximativement : 14h35. Eunhyuk, adossé contre le lit fixait la petite aiguille se balader le long du cadran.


-26... 27...28...29...


Sa voix monotone sortait tel un murmure de sa gorge. Ses bras s'étaient enroulés autour de ses jambes pliées contre son torse. Sa tête reposait contre les couvertures quelque peu froissées du lit et le bout de ses pieds tapotaient en rythme sur le sol. A côté de lui, à même la moquette se trouvait un petit sachet transparent sur lequel s'étalait une poudre blanche. Les effets duraient déjà depuis un moment mais la descente était lente. Il était presque amorphe, les yeux à moitié ouverts.


-59... 0... 1... 2...


Un frappement à la porte ne le fit pas réagir. Il ne réagit pas non plus quand Donghae s'accroupit en face de lui, l'air triste et inquiet.


-Je n'aime pas quand tu touches à ça, dit son ami d'une voix agacée.


Eunhyuk arrêta de compter et tourna lentement la tête pour planter ses yeux sombres dans ceux de Donghae.


-Tu savais qu'il y a 60 secondes dans une minute?


Un silence d'approximativement 3 secondes régna dans la pièce avant qu'Eunhyuk n'éclate de rire. Il ne fallait pas être très malin pour savoir qu'il n'était plus dans son état normal. Eunhyuk riait tellement qu'il était à présent étendu sur le sol, ses chaussettes balayant la poudre blanche. Donghae avait mal au cœur de voir son ami se mettre dans des états pareils parce qu'il ne supportait plus sa vie. Il ne pouvait pas le laisser là. Il lui prit la main et le força à se mettre debout alors que des éclats de rire résonnaient encore dans la pièce.


-Viens, on sort.


Donghae lui fit mettre ses baskets qui trainaient dans un coin de la pièce et le tira hors de la chambre, jusqu'à sortir de l'hôtel. Il réfléchit à un endroit où il pourrait amener son ami, il opta pour un petit parc à 5 minutes de marche. Il le tira par la main et arrivé au parc, Donghae fit assoir Eunhyuk sur un banc alors que celui ci était toujours dans un drôle d'état. A moitié en train de rire et à moitié en train de pleurer. Donghae ne put que soupirer devant ce spectacle.


-Calme toi s'il te plait... Murmura-t-il sans grande conviction, se doutant bien qu'Eunhyuk ne l'écouterait pas.


Finalement, Eunhyuk se calma. Donghae regarda son ami à moitié avachi sur le banc de bois. Sa tête penchait vers l'avant et ses yeux fixaient les graviers qui parsemaient l'allée devant eux. Ils attendirent longtemps, ils attendirent en silence, caressant les minutes de liberté qui leur étaient offertes. Quand Eunhyuk se mit à pleurer sans raison apparente, Donghae le prit dans ses bras et le serra fort contre lui. Sa propre chaleur se mêla à celle d'Eunhyuk et un léger sourire se perdit au coin de leurs lèvres.



*-*-*


Chambre 109


Enfouit sous sa couverture, Ryeowook se serrait contre Sungmin. Ce dernier lui caressait lentement le dos, espérant que son ami s'endormirait. Leeteuk était venu quelques temps auparavant les prévenir qu'il avait réussi à obtenir 3 jours de congé pour Ryeowook, mais cela n'avait pas vraiment eu d'effet sur le jeune homme. Il était toujours triste et renfermé sur lui même. Il n'avait pas de raison d'être heureux, dans 3 jours son cauchemar recommencerait. Un silence presque total régnait, seul les frottements des tissus et des draps se faisaient entendre. Sungmin avait fermé les yeux et se berçait contre cette source de chaleur. Il pensait encore à Kyuhyun, il n'arrivait plus à se concentrer sur autre chose. Il se repassait inlassablement leur nuit dans sa tête. Il était parti sans un mot et Sungmin avait toujours l'espoir de le revoir même s'il savait que les chances étaient minces, très minces. Ils restèrent là une bonne partie de l'après-midi, écoutant le silence et perdus dans leurs pensées. Quand Sungmin dut retourner dans sa chambre afin de travailler, Ryeowook eut du mal à le laisser partir. Il s'accrochait à son tee-shirt alors qu'il tremblait de tous ses membres.


-Ryeowook, je dois y aller. Tu sais bien que je préférerais rester ici. Ferme la porte à clé si tu veux et repose toi, d'accord?


-Tu... Tu reviens vite? Demanda-t-il d'une voix suppliante.


-Oui, demain matin dés que je peux, je te le promet.


Ryeowook lâcha alors lentement le vêtement de son ami qui quitta la chambre après avoir déposé un baiser sur son front. Seul dans cette grande pièce vide, Ryeowook alla rapidement fermer la porte à clé et se remit dans son lit, se cachant sous les couvertures. Le silence était insoutenable, il se remit à pleurer. Ses larmes coulaient le long de ses joues sans pouvoir s'arrêter. Il se leva rapidement et dans des gestes fébriles, il alluma la télévision en face de son lit et se posta devant, ses genoux repliés sur sa poitrine. Il voulait arrêter de penser, il voulait se faire aspirer par l'écran et vivre la vie de rêve des personnages de série B. Il voulait juste arrêter de penser, juste arrêter...