Chapitre onze

par Hon no Shojo

POV HanKyung

                Finalement, je n’ai pas pu parler à mon Chullie sur ce que s’est passé la nuit d’il y a quelques jours : il s’est enfui de la maison, d’après LeeTeuk. RyeoWook a fondu en larmes, KangIn et KyuHyun se sont gentiment fendus d’un « bon débarras » et les autres me regardaient d’un air peiné. J’ai terriblement de mal à m’en remettre ! Quand je me suis réveillé de ma sieste, il n’était plus là. Son lit avait encore son odeur. Comme pris d’une impression douloureuse, je me suis allongé dessus et l’ai reniflée, j’ai serré la couette à pleines mains, l’ai embrassée et suis finalement allé dans le salon. LeeTeuk se disputait avec KyuHyun.

« J’en ai marre que tu ne penses qu’à toi ! Tu pourrais au moins compatir pour lui !

- J’en ai strictement rien à faire, LeeTeuk ! Il fait ce qu’il veut, il est grand, arrête de toujours vouloir te mêler de ce qui ne te regarde pas !

- Ce qui ne me regarde pas ? Je suis le leader, vous êtes tous sous MA responsabilité ! Je ferai comment, moi, quand on nous rapportera que Kim HeeChul, 26 ans, membre des Super Junior, s’est jeté du haut de la tour Namsan, hein ! »

                Je me fige en entendant ces mots : qu’est-ce qu’il vient de dire ? Mon sang ne fait qu’un tour et je me jette sur le leader en hurlant :

« Quoi, HeeChul ?!!? Il s’est blessé ?!? Il va mal ? Où est-ce qu’il est ?!!? Réponds !!!

- Du calme, HanKyung, du calme, m’ordonne LeeTeuk en me repoussant. Yaah, tu m’as détendu mon pull !

- Tu t’en fiches, leader, puisque tu ne vas pas le garder longtemps sur toi, ironise KyuHyun en jaugeant KangIn du regard.

- Où est HeeChul ? lâchai-je, épuisé d’avoir crié autant.

- Je ne sais pas, me répond LeeTeuk. »

                Il ne sait pas ? Lui ? Il ne sait pas ? HeeChul pourrait être n’importe où, en train de se bourrer la gueule, en train de pourrir dans les bras d’un autre qui oserait me le prendre, à MOI ?!?

« Je vais le chercher ! Lançai-je en décrochant ma veste.

- Hop, hop, hop, tu restes là, toi ! Me retient SiWon en se saisissant le bras.

- Lâche-moi, SiWon ! Il faut que j’aille le voir, il faut que je sache s’il va bien, s’il ne fait pas n’importe quoi…

- HeeChul, faire n’importe quoi ? s’exclame KangIn, narquois. Nan, ça ne lui ressemble pas. »

                Sa phrase sonne faux. Je me défais de l’emprise de SiWon et me dirige vers la porte.

« HanKyung, tu restes là ! M’arrête la voix de LeeTeuk. »

                Je me retourne : il s’est levé, ses yeux sont pleins de larmes et pourtant noirs de colère. Cela a l’effet de me calmer un peu mais je ne lâche pas l’affaire.

« HanKyung ! Me rappelle mon leader. Tu restes ici, j’ai dit !

- Il faut que j’aille le voir…

- Je m’en fiche ! Tu ne vas pas dehors, un point c’est tout !

- Teukie… s’il te plaît… j’ai tellement envie de le revoir, de le serrer dans mes bras…

- J’ai dit : TU RESTES !! ‘Tain mais HeeChul te rend complètement gaga, ce n’est pas possible ! »

                Je reste interdit devant sa remarque. HeeChul me rend quoi ? Gaga ? N’importe quoi !

« Retire ce que tu viens de dire.

- Pardon ?

- Retire ce que tu as dit, LeeTeuk.

- Hyung, calme-toi, sanglote RyeoWook en se réfugiant dans les bras de SungMin. C’est dur pour nous aussi. »

                Ils me regardent tous. LeeTeuk et RyeoWook ont raison : je ne peux rien faire, je suis impuissant. HeeChul ne me reviendra pas de cette façon. Je retire ma veste et pars m’enfermer dans ma chambre. Je m’effondre sur mon lit et me mets à pleurer toutes les larmes de mon corps. Chullie… Mon Chullie est parti ! Qu’est-ce qu’il me reste, désormais ? Rien. Rien à part ma souffrance.

                KangIn m’appelle pour venir manger. Je n’ai absolument pas faim mais il faut que je me force, c’est pour le bien du groupe, je ne peux pas l’abandonner. J’attendrai HeeChul comme ça. Je l’attendrai toujours. Quand j’entre dans le salon, LeeTeuk me dévisage immédiatement ; je lui réponds par un regard que j’espère le plus neutre possible et vais m’asseoir à côté de RyeoWook qui me sert une grosse portion de riz, sûrement de peur que je ne mange rien. J’attrape mes baguettes et commence à manger. Lentement. Je n’ai vraiment pas le cœur à ça et la tête ailleurs. Mon dongsaeng s’en inquiète.

« Hyung, ça va ? Tu n’as pas l’air dans ton assiette du tout.

- RyeoWook, mange ! lui ordonne brutalement LeeTeuk. »

                Wookie se fige et s’enfonce subitement dans sa chaise, plongeant le nez dans son bol. KangIn lance un regard noir à son amant et le déloge de ses genoux – chose que le leader déteste – pour aller rejoindre KyuHyun et SungMin. LeeTeuk prend un air très surpris puis douloureux. Je lui en veux terriblement : il n’a pas à mêler les autres à cette affaire et encore moins leur crier dessus pour des choses qu’ils n’ont pas commises. Je le déteste quand il est comme ça. Le téléphone brise cette atmosphère pesante. YeSung va décrocher, devançant subtilement le leader, et s’exclame :

« Allô ? »

                La personne à l’autre bout du fil doit lui dire quelque chose car tout de suite après, il s’écrie :

« Ah, YunHo, c’est toi ! »

                Qu’est-ce que le leader des DBSK nous veut à cette heure-ci ?

« Ah bon ? Ah, je ne savais pas. Il va bien ? Hm, je vois. D’accord. OK. Oui, pas de souci. Oh, non, bien sûr, ça ne nous dérange pas. Oui, oui. OK, parfait, YunHo. Au revoir ! »

                Il repose le téléphone. Lorsqu’il va se rasseoir, nous le fixons tous, attendant des explications. Mais il n’en est rien, YeSung ne nous dit rien sur sa conversation téléphonique et se contente de manger son poisson frit. LeeTeuk – encore lui – lui demande :

« Qui c’était ?

- T’as entendu, non ? Riposte durement notre leader vocal. »

                Notre leader en reste bouche bée. YeSung le fusille du regard et replonge dans son assiette. LeeTeuk fronce les sourcils et insiste :

« Non, je ne sais pas.

- Tiens, leader, tu t’essayes à l’humour, maintenant ? Ironise l’intéressé en faisant un petit sourire coin. Désolé, ça ne te va pas du tout.

- YeSung !

- Ecoute, LeeTeuk, je suis gentil et tolérant mais il y a bien une chose que je ne supporte pas chez toi, c’est quand tu fais la sourde oreille alors que tu as une ouïe de chien pour écouter ce qui se raconte aux portes. Ne dis pas le contraire, KangIn est mal à l’aise quand il prend la douche et qu’il sait parfaitement que tu es derrière. »

                LeeTeuk blêmit et reporte son attention sur KangIn qui se fend d’un sourire victorieux. Bien sûr, il n’aurait pas eu l’idée de le dire lui-même à son amant parce qu’il est trop gentil et qu’il ne voudrait pas le blesser. Notre leader est bien trop sensible, pour supporter un tel fardeau, voyons !

« Bref, esquive-t-il en se raclant la gorge. Qu’est-ce qu’il voulait, YunHo ?

- Ah, tu vois, tu as entendu ! s’exclame YeSung, un sourire aux lèvres. Rien, il voulait juste savoir si HeeChul allait bien. »

                Je me raidis sur ma chaise.

« Et ? l’interroge SungMin.

- Ben, je lui ai dit qu’il n’était pas là.

- Hein ? Mais pourquoi ? S’égosille LeeTeuk, ahuri. Pourquoi tu lui as menti ?

- Ça ne sert à rien d’alarmer les autres inutilement. On va attendre HeeChul bien tranquillement jusqu’à ce qu’il revienne. »

                YeSung me lance un regard entendu. De toute façon, on ne peut rien faire d’autre. A part l’attendre…

 

POV JunSu

« Yaah, Kim HeeChul assieds-toi ailleurs, c’est YooChun, là ! »

                Je déloge délicatement avec un bon coup de pied aux fesses ce grand dadais incapable de se démener avec son petit ami de sa chaise et y installe confortablement le mien, lui nouant sa serviette autour du cou et lui donnant ses couverts. JaeJoong revient de la cuisine avec une casserole et la pose sur la planche en bois de la table.

« Bon, je suis désolé, HeeChul, ce ne sera pas royal aujourd’hui : raamen instantanées, lui annonce le plus vieux de notre groupe avec une pointe de contrariété.

- Ce n’est pas grave, j’ai l’habitude avec tous ces feignants chez moi qui ne savent même pas faire bouillir de l’eau, réplique-t-il à la limite du mépris.

- Oh, nous, on a de la chance, rigole mon amour, on a un petit cordon bleu à la maison qui nous fait bien gentiment la cuisine !

- YooChun, tes commentaires, on s’en passe, soupire JaeJoong en servant notre invité.

- Merci. »

                Je m’assieds à côté de mon petit ami et lui donne à manger. C’est un rituel rigolo chez nous, on se donne mutuellement à manger, tantôt c’est moi, tantôt c’est lui mais le plus souvent, c’est moi, la maman oiseau. Je ris intérieurement, on est les seuls à faire ça ; Jae et YunHo sont deux coincés fou amoureux l’un de l’autre, ça se voit comme des légumes au milieu des raamen, mais il a dû se passer un truc entre eux deux parce que depuis quelques mois, ils ne se parlent pas ou presque pas et YunHo élude toujours en quittant le salon pour s’enfermer dans sa chambre. J’en ai un peu parlé avec JaeJoong, il va vraiment mal.

Flash-back…

« Dis, JunSu… Je peux te parler, cinq minutes ? »

                Lâchant YooChun qui rejoint le photographe pour poser à son tour, je me tourne vers mon ami, tout sourire, et lui répond :

« Mais bien sûr, Umma, tu sais que tu peux toujours te confier à moi !

- Pas… ici… s’il te plaît… »

                En disant ces mots, il s’est tourné avec un regard douloureux vers YunHo ; qu’est-ce que notre leader a à voir là-dedans ? Je suis les pas de JaeJoong qui m’emmène dans les vestiaires. Là, il s’affale d’un coup, avec tellement de désarroi que j’aie peur qu’il se sente mal et s’évanouisse. Je m’approche de lui et lui caresse le dos, inquiet, mais il arrête mon geste et me dit faiblement :

« Ce… Ça va aller, je ne suis pas si mal en point que ça… »

                Non, en effet, je défaille presque mais sinon, tout va bien, JunSu, tu n’as pas à t’inquiéter ! Petit joueur, va…

« C’est à propos de YunHo, j’parie, soupirai-je sans tact. »

                Il se raidit, c’est bon signe ! De toute façon, j’ai toujours su qu’il y avait quelque chose entre ces deux-là, ce n’est pas possible qu’ils ne le voient pas ! Allez, un peu de nerfs, quoi, j’ai parié vingt mille wons avec ChangMin pour que vous finissiez ensemble, vous n’allez pas me laisser tomber, quand même !

« Ou… Oui.

- Eh ben alors ?

- Ben, tu… tu sais, tu te rappelles à la fin du tournage de Mirotic ?

- Ouais !

- Je… Je l’ai invité à essayer le nouveau salon de beauté, à côté du marchand ambulant…

- Et ? Vous vous êtes fait de torrides massages plus bas que les épaules ?

- JunSu ! Non, en fait… on est allés à l’onsen et…

- Ouh, ça devient chaud ! T’as vraiment osé faire ça ?

- Oui et on s’est baignés dedans et puis, tu sais, il faisait vraiment chaud et…

- Et, et, et ?

- On s’est embrassés et puis…

- Non ??!!? Vous vous êtes embrassés ?

- Jun ! T’es pire qu’une fille ! Si tu continues, je ne te raconte plus rien !

- Oh, non, je t’en supplie, continue ! Je VEUX savoir !

- On s’est embrassés mais… on n’a pas fait que ça… »

                Il rougit violemment.

« Vous l’avez… fait ?

- …

- JaeJoong !

- Ou… Oui…

- ALLELUIA !!! »

                Je lui saute dessus et le serre dans mes bras, entamant une danse de la joie au milieu des vestiaires.

« Ouah, mais c’est génial, Jae !! Alors, vous êtes ensemble ?

- Ben, soupire-t-il, l’air soudain très déçu. On n’est pas vraiment allés jusqu’au bout, il… il m’a arrêté avant et…

- What ? Il a fait CA ?!!? Oh, non, alors que ça devenait intéressant !

- Mais, mais il a eu raison, on allait faire une bêtise…

- Quelle bêtise ? Quand on s’aime, c’est normal !

- Mais je… je ne sais pas s’il m’aime, lui…

- Et toi, Jae, tu l’aimes ou pas ? »

                Il ne répond et baisse la tête, les joues en feu.

« Ben, je…

- Tu ?

- Je crois que… que… que oui…

- Et alors ? Y a aucun mal à cela, Jae, tu es amoureux, c’est formidable !

- Mais lui, je ne sais pas si…

- Mouarf, YunHo est comme ça, toujours brute de la pomme, mais je suis sûr que sous ses airs de caïd, il a des sentiments pour toi ! Et puis, notre leader est quelqu’un de super ! Enfin, moins que mon YooChun mais bon…

- Co… Comment je pourrais lui dire que je l’aime, à ton avis ?

- Tu devrais y aller franco, je veux dire, ne le ménage pas quoi, il te fait suffisamment souffrir en te prenant ton petit cœur, ça ne sert à rien de lui préserver, c’est pas un pur, notre YunHo !

- Tu as peut-être raison.

- Oui et tu vas le lui dire, à cette asperge sans cervelle, que tu l’aimes et je te promets qu’il va te tomber dans les bras !

- OK. Merci… JunSu. »

Fin du flash-back…

                Merci JunSu, merci JunSu, ouais, ben en tout cas, YunHo ne sait toujours rien et JaeJoong est toujours en dépression amoureuse ! Nan mais je sers à quoi, alors, moi ? Et ChangMin qui me nargue en disant que je devrais peut-être comment à sortir le portefeuille… Dans ses rêves, je vais lui rabattre le clapet, au maknae, moi ! Heureusement, HeeChul reste HeeChul et franchement, un sérieux allié !

« Et vous deux, alors ? demande-t-il en se tournant vers YunHo et JaeJoong qui mangent silencieusement l’un à côté de l’autre. Ça avance ? »

                HeeChul, mon dieu, je t’aime ! JaeJoong se crispe d’un coup et pique dans son assiette tandis que YunHo rougit légèrement et réplique, gêné :

« Euh, mais, comment ça, Chullie ? De quoi tu parles ?

- Oh, ne fais pas exprès, YunHo ! Tu sais très bien ce que je veux dire : quand est-ce que tu te fais Jae, merde ? »

                Aucun tact, aucune pudeur dans ces mots mais qu’est-ce que c’est bon à entendre ! JaeJoong est sur le point d’exploser tant il est rouge, j’ai peur qu’il s’évanouisse. YunHo est encore plus gêné qu’avant.

« Allez, tout le monde le sait à la SM que vous vous aimez, faites comme nous, vous savez, ce n’est pas si dégueulasse !

- Affirmatif ! confirmai-je en chœur avec YooChun.

- Mais, euh, HeeChul, YunHo et moi, on ne… enfin, on est amis, ce…, hasarde JaeJoong.

- Amis ? Ah oui ? Parce que, s’envoyer en l’air dans un onsen, c’est être juste amis, peut-être ? »

                Il leur a coupé le souffle. Comment sait-il ça ? YunHo et JaeJoong ne peuvent plus reculer, ils ont été grillés, ils le savent. Maintenant, la moindre des choses serait d’assumer…

« OK, on s’est un peu laissés aller, avoue YunHo, mais ça ne veut rien dire, on ne savait pas ce qu’on faisait. C’était juste du plaisir entre amis, c’est tout, rien d’autre. Aucun sentiment, juste… du sexe et rien d’autre. Pas vrai, Jae ? »

                JaeJoong ne répond pas, il a la tête baissée. Il tremble beaucoup et semble secoué. Il redresse soudain la tête et juste à ce moment-là, je peux voir que YunHo est allé trop loin : notre Umma est en pleurs et a le visage ravagé par les larmes ! Il se lève d’un coup, se tourne vers notre leader et lui balance à la tête :

« Eh ben, si pour toi, il n’y a que du sexe et rien d’autre alors plus jamais, tu ne me touches, t’as compris, YunHo !!! »

                Avant de s’enfuir dans le couloir pour s’enfermer dans se chambre, détruit. YunHo l’a détruit… et il ne compte peut-être même pas ramasser les morceaux ! Je suis furieux. Furieux contre notre leader qui reste debout, les bras ballants, au milieu du salon, les yeux écarquillés de surprise. J’oublie tout, HeeChul qui est là, ChangMin et YooChun aussi, et plaque l’imbécile contre le mur en hurlant :

« Tu te rends compte de ce que tu lui as fait ?!!? Abruti !! Et tu prétends être notre leader ?!!? Leader Prince des crétins, oui !! »

                Et, sous les regards ahuris de tous, je me rue dans la chambre de mon ami qui se morfond dans son lit, étouffé par la couette, secoué de sanglots. C’est douloureux à voir, c’est plus que je ne peux le supporter ! Je me glisse contre lui et le prends dans mes bras pour lui chuchoter :

« Là, là, du calme, Jae, du calme…

- JunSu… il, il…

- Je sais… c’est un idiot.

- Mais m-moi, je-je… je l’aime, JunSu, je l’aime tellement ! Pourquoi est-ce qu’il me fait ça, pourquoi ? Je ne fais que l’aimer, qu’est-ce que je fais de mal en l’aimant comme un fou ? Dis-le-moi ! »

                Je lui caresse doucement les cheveux ; il se calme peu à peu mais les larmes ravagent toujours son beau visage. Je sens encore la colère monter en moi. Des pas se rapprochent dans le couloir et la porte s’ouvre lentement. Je devine qui c’est ; je m’écarte de JaeJoong qui reste à pleurer sous la couette et me dirige vers la porte. Il est toujours là.

« Tu ne sais pas comment c’est douloureux d’aimer, non, tu ne le sais vraiment pas. »