Chapitre dix

par Hon no Shojo

En attendant, chez les DBSK…

POV YunHo

                Nous venons de rentrer de la SM, les autres et moi, et décidons de passer l’après-midi à la maison pour faire une sieste. La matinée a été rude, shooting photos, le nouvel album, entraînement… tout un ensemble de choses agréables MAIS épuisantes. Arrivés à l’immeuble, JunSu se rue sur la porte et cherche frénétiquement ses clefs dans son sac. YooChun surgit dans son dos et passe ses bras autour de sa taille pour prendre les clefs dans sa poche droite.

« Oooh, c’était là qu’elles étaient, ces coquines ! s’exclame notre dauphin en les arrachant des mains de l’autre rappeur.

- Qui c’est qui est coquin, ici ? lui demande sensuellement ce dernier en descendant ses mains un peu trop bas pour que ce soit réglementaire.

- Yaah, les gars ! râle ChangMin en prenant les clefs pour ouvrir. Vous n’allez pas faire ça ici ? On est là pour faire la sieste, LA SIESTE !!

- Roh, ça va, hein ! lui réplique JunSu en se tordant le cou pour embrasser son chéri. On sera silencieux, promis !

- Ouais, ouais, la dernière fois, vous avez alerté les voisins ! Vous pensez faire quoi quand les DBSK auront une réputation de violeurs gays pervers, hein ? J’ai raison, pas vrai, YunHo hyung ? »

                J’hoche la tête, au grand dam des deux amoureux qui pour se venger, s’appuient contre la porte et s’embrassent à pleine bouche, nous barrant le passage. ChangMin les pousse – et les fait tomber par terre, ce qui, soit dit en passant, ne les empêche pas le moins du monde de se peloter quand même- et entre pour s’enfermer dans sa chambre. Je me tourne vers JaeJoong qui jusque-là n’a toujours rien dit et l’aide à porter les quelques sacs de courses pour le repas de ce soir.

« Toujours aussi amoureux, ces deux-là, sourit notre hyung à tous en rangeant les achats dans le placard.

- Ouaip, mon frère, répondis-je en l’aidant.

- Tu devrais aller te reposer, YunHo, c’est toi qui as le plus travaillé aujourd’hui. Allez, profites-en, tu as jusqu’à ce soir pour dormir.

- Dormir ? Je ne peux pas dormir ! C’est impossible !

- Ah oui ? Et pourquoi ?

- Parce que… tu le sais très bien !

- Mais YunHo… »

              Je vous raconte tout, ce sera plus simple : il y a quelques temps tout au plus, nous travaillions sur notre dernier titre, Mirotic, qui était pressenti pour être quelque chose de pêchu, viril, quelque chose de sexy, quoi ! Et alors que nous achevions la dernière partie du tournage pour le clip, toujours vêtus de nos costumes – chemises et hauts ouverts pour JaeJoong, JunSu et moi, plus baskets et pantalons –, nous apprêtant à rejoindre les vestiaires, je sentis deux mains se poser sur mes hanches. Je me retournai : JaeJoong. Que me voulait-il ? Je n’en savais rien mais cette proximité commençait à me gêner. Je me dégageai doucement et demandai :

« Qu’est-ce que tu fais ?

- YunHo, tu veux venir avec moi essayer le nouveau salon de beauté pour hommes, dans la rue près du marchand de Kimbaps ? »

                Je le dévisageai : il semblait très sérieux, voire suppliant. Mon corps et mes muscles étaient endoloris par ces heures passées à toujours danser la même partie, les mêmes pas, j’avais les pieds en saturation et j’avoue qu’un petit massage – par de belles jeunes femmes, en plus – ne m’était pas désagréable. J’acceptai donc et nous partîmes nous changer avant de quitter le studio. Ce salon était loin, assez pour que l’on prenne un taxi. Lorsque nous arrivâmes, deux filles nous demandèrent si nous avions pris rendez-vous. J’allais répliquer que non mais mon collègue me devança en s’exclamant :

« Oui, il y a deux mois, je crois. »

                Je le regardai, surpris : il avait déjà tout prévu ?

« Ce salon a ouvert il y a peu de temps mais il y a déjà beaucoup de clients alors il fallait anticiper, me chuchota JaeJoong en m’entraînant avec lui. De plus, ça tombe exactement au moment où on en a le plus besoin, étrange coïncidence, non ? »

                Etrange, oui, en effet. Suspicieux, je le suivis quand même. Plus nous avancions, plus il faisait chaud et c’est avec cette chaleur torride qui collait nos vêtements à la peau que nous arrivâmes au bord d’un bassin d’où émanait de la vapeur à profusion. Je n’en croyais pas mes yeux : des thermes ! Ou plutôt, onsen, devrais-je dire. On proposait ce genre de services dans les salons ? Les deux filles nous guidèrent aux vestiaires et nous quittèrent avec une lueur de regret dans les yeux. JaeJoong s’enferma dans une cabine tandis que je faisais de même de mon côté. Enlever mes habits me fit le plus grand bien, ils étaient trempés de sueur ! J’attachai une serviette autour de ma taille et sortis. Comme par hasard, mon compagnon fit la même chose et nous tombâmes l’un sur l’autre – dans le sens, sortir en même temps, hein, n’allez pas penser autre chose ! Je détaillai attentivement JaeJoong : grand, mince, finement musclé, la peau pâle qui donnait envie, les cheveux collés au front à cause de la chaleur, la bouche charnue et tout à fait désirable… JaeJoong était un homme à marier, un homme apte à remplir tous les souhaits d’une femme, il était gentil, doux, attentionné, doué de ses mains – puisqu’il savait cuisiner, faire la ménage, tout l’inverse de moi qui ne sais même pas faire la différence entre du spray pour les fenêtres et du produit vaisselle –, beau pour ne rien gâcher et poétique au possible. Un vrai homme de ces dames, si vous voulez mon avis !

« On y va ? me demanda-t-il en désignant le bassin à vapeur. »

                J’acquiesçai et nous nous dirigeâmes vers le fameux remède contre les courbatures. J’avais dit que JaeJoong était un homme à marier, je n’ai jamais précisé qu’il était aussi très maladroit – il l’est toujours, d’ailleurs – et comme un malheur n’arrivait jamais seul, il glissa sur le bord du bassin et se serait cassé le dos si je ne l’avais pas rattrapé à temps. Mon bras autour de sa taille fine, il se tourna vers moi et me souffla :

« Aaah, merci, YunHo… »

                Sa peau était plus que tentante, je pouvais la toucher de mes propres mains. Douce comme une pêche. Je rapprochai mon visage du sien, les joues rouges à cause de la chaleur, mais m’arrêtai mentalement au dernier moment et nous redressai en détournant le regard.

« Bon, on y va, alors ? »

                Je sentis son regard étonné sur moi et il me prit la main pour m’aider à descendre. L’eau était chaude, à la température idéale ! Hmmm, quel plaisir ! Je me sentis tout d’un coup très détendu et je l’aurais été tout à fait si je ne savais pas que nous étions, Jae et moi, nus dans cette piscine, avec seulement un mètre entre nous. Mon hyung était aux anges, les traits tirés qui marquaient son doux visage pendant le tournage avaient disparu et on pouvait y lire une sérénité absolue. J’avais la tête qui tournait à cause de la vapeur et sans que je ne m’en rende compte, j’étais à côté de lui, les mains un peu trop proches de son corps. Il me regarda, les yeux embués, et me susurra :

« On est bien, hein, YunHo ?

- Hmm… On le serait encore plus si… »

                Je ne terminai pas ma phrase et collai mes lèvres aux siennes. Il ne me repoussa et au contraire, répondit fougueusement à mon baiser, y ajoutant sa langue qui ne tarda pas à rejoindre la mienne pour une danse sensuelle. Sa bouche était un véritable péché mignon, son corps un appel au viol, même rien que son visage était une incitation perverse. Je le pris dans mes bras et l’installai sur mon torse, entre mes jambes. Allongé sur moi, les yeux fermés, il ressemblait à un dieu, mon JaeJoong. Mes mains ne mirent pas longtemps à arriver à ses hanches tandis que l’une des siennes enserrait ma nuque, l’autre caressant mon dos. Je descendis encore plus bas et arrivai à son entrejambe. Il poussa un petit gémissement qui se perdit dans ma gorge, ce qui m’excita encore plus. Mon bas-ventre commençait à se faire douloureux, d’autant plus lorsque mon érection naissante rencontra la sienne. Il ondula son bassin contre le mien, frottant nos virilités, les faisant durcir un peu plus. Il quitta mes lèvres pour balancer sa tête en arrière, criant son plaisir de sa voix d’ange. La chaleur nous excitait tous les deux, on ne savait pas ce qu’on faisait, on était juste fous et pas prêts pour deux sous à s’arrêter. Jusqu’à ce que…

« Mais qu’est-ce qu’on fait ? soufflai-je d’une voix blanche en le faisant reculer. »

                Il planta son sublime regard dans le mien avant de se décoller entièrement de moi et de sortir précipitamment du bassin en disant :

« Tu… Tu as raison, qu’est-ce qu’on était en train de faire, tous les deux ? »

                Il était rouge, mais rouge de quoi ? De honte d’avoir fait… ça avec un homme ? D’intimidation d’avoir été nu contre mon corps ? De peur que ça ne gâche nos relations ? Je sortis à mon tour et lui pris la main pour en embrasser le dos en murmurant :

« Si tu as peur que cela entache notre amitié, tu n’as aucun souci à te faire : je te verrai toujours comme le JaeJoong que je connais et moi, je serai toujours U-Know YunHo, le leader des DBSK, et ton meilleur ami, ta seconde moitié. Alors ne t’en fais pas pour ça. »

                J’avais dit ça mais en attendant, je n’arrive pas à dormir depuis cet épisode au bassin à vapeur, et ça fait déjà un mois que nous avons été là-bas ! JaeJoong a fait confiance à mes paroles et ne s’est pas encore aperçu que je me sens troublé en sa présence. Mon corps a développé une envie irrépressible pour le sien et l’appelle à chaque fois, le matin, il est bien là pour me le faire comprendre : je me réveille à chaque fois en sueur, une érection plus que conséquente en prime ! Mes rêves sont tous tournés vers lui, vers sa peau délicieuse à laquelle j’ai pu goûter une fois et j’en redemande encore et encore !

                Je suis les conseils de JaeJoong et pars me coucher. La tête posée sur mon oreiller, je médite un peu sur cet épisode marquant : le contact avec sa peau était électrisant, je ne sais pas, mais j’étais littéralement fasciné par son corps, chaque parcelle de peau qui se présentait à moi me donnait toujours plus envie, le monde aurait pu s’écrouler à ce moment-là, nous serions restés collés l’un à l’autre à se découvrir, se trouver et à continuer toujours plus loin ! Seulement, ce n’est pas bien, je le sais, il ne faut pas qu’on laisse nos pulsions prendre le dessus une nouvelle fois, nous avons un groupe à préserver ! JunSu et YooChun peuvent faire ce qu’ils veulent, si les deux plus vieux dérapent à leur tour, ChangMin – malgré sa grande maturité – pourrait mal l’encaisser. Je commence à m’endormir – enfin ! – quand des coups frénétiques à notre porte se font entendre. Enervé, je murmure dans mes dents que je vais tuer cet importun qui me gâche une sieste désespérée mais ma colère retombe d’un coup quand je vois que ce n’est personne d’autre qu’HeeChul, en pleurs, dans le salon, blotti dans les bras de JaeJoong. Qu’est-ce que ma Cinderella vient faire ici ?

« Oh, YunHo ! sanglote-t-il encore plus en quittant mon aîné pour se jeter sur moi et m’étouffer de ses bras.

- Là, là, du calme, Chullie, lui murmurai-je doucement en lui frottant les cheveux.

- C’est, hic… Hanie… huh…

- Oh, c’est toi, HeeChul ! s’écrie JunSu qui débarque, suivi de YooChun, tous deux en boxer, la respiration saccadée. Oh là là, mais pourquoi tu pleures ?

- C’est, huh… HanKyung…

- Attends, tu vas te calmer, lui ordonne JaeJoong en l’asseyant sur le canapé, et nous raconter tout ensuite ! »

                Notre aîné à tous renifle. JunSu lui tend le mouchoir dans lequel il avait délicatement – et c’est une façon de parler – essuyé son nez et notre HeeChul international se mouche bruyamment dedans, continuant toujours à pleurer. Quelques minutes plus tard, toujours un peu secoué par les spasmes que ses sanglots ont engendrés, il nous avoue enfin tout ce qu’il s’est passé.

« Mais il ne t’a pas dit qu’il y avait eu quelque chose entre eux quand ils se sont revus, ne se gêne pas de lui faire remarquer JunSu – toujours à mettre les pieds dans le plat, celui-là.

- Oh, mais je m’en doutais ! s’indigne HeeChul en se redressant. Le premier amour, la première fois, ça ne s’oublie pas si vite !

- Dans ce cas, toi aussi, il ne t’a pas oublié, fait YooChun. Puisque tu es aussi une première fois… »

                Sur ce coup-là, il n’a pas tort. C’est vrai que si on regarde bien, HanKyung a eu deux premières fois : son ex petite amie pour les filles et Chullie pour les hommes. Quand on y pense, le chinois a toujours déclaré haut et fort que c’était le seul qui comptait à ses yeux et qu’il l’aimerait pour la vie.

« Mouais, bougonne la Cinderella, vaincue mais trop fière pour l’avouer. Mais je ne veux pas retourner à la maison ! Ça me ferait trop mal de le revoir !

- Tu n’es pas obligé de rentrer, lui dit doucement JaeJoong en posant sa main sur son épaule. Tu peux rester ici autant que tu le veux.

- Mais LeeTeuk va venir me chercher, un de ces jours, et je serai obligé de partir ! Et je veux pas partiiiiir !

- LeeTeuk sait que tu es venu chez nous ? m’étonnai-je.

- Oui.

- C’est plutôt raté, pour une fugue, assène une nouvelle fois JunSu.

- Il va encore râler et me dire « tu déranges tout le monde, je me demande encore comment tu peux avoir des amis ? » ou « même absent, tu nous crées des ennuis, tu n’en as pas assez ? » !

- On lui téléphonera ce soir pour lui dire que tu restes à la maison quelque temps, le rassure mon fantasme. Et s’il veut venir te chercher, on le menacera de te jeter du balcon ou on lui fera croire que tu es mort en t’étouffant avec ton vomi.

- Et s’il vient quand même ? LeeTeuk n’est pas du genre à avaler ce genre de conneries.

- Eh bien, on te jettera par le balcon, alors.

- C’est une blague ?!!!?

- Non, ce n’est pas une blague. Quand on dit, on fait, c’est tout. »

                HeeChul me lance un regard suppliant et je le venge en tirant doucement les cheveux de JaeJoong. Il n’y a que s’il est vraiment embêtant qu’on le jettera par le balcon, ce qui me semble assez compliqué, vu que nous n’avons pas de balcon !