Folie et KangIn part 1

par kumikoneko

Leader’Symphony.

 

OoO

 

 

4  Folie et Kangin part1  :

 

A un moment ou un autre, j’ai dû mourir. A un moment ou un autre, j’ai perdu le contact avec la réalité, je ne sais pas comment ni pourquoi. L’espace d’un instant, il n’y avait plus de symphonie, plus de requiem, juste la paix, le sentiment d’enfin être en sécurité, d’enfin être bien.

Et pourtant, tu n’es pas là, pas à mes côté. Alors pourquoi ? Pourquoi autant d’incompréhension…. Je veux retourner dans cet état, dans ce monde de paix 

Déboussolé, je regarde RyeoWook qui pleure en me serrant dans ses bras, me jurant qu’ils allaient m’aider et pleins d’autres choses que je ne comprends pas.

Tu ‘es pas là…. Mais pour la première fois depuis ton départ, je me sentais bien.

KangIn, puis-je te dire adieu ?Me pardonnera-tu ?

Sans un mot, il se leva et se dirigea vers la sortie.

-Teukie-Hyung ?

-On va manger, Wookie ? répondit le leader en souriant. Un vrai sourire, son premier depuis des mois.

Le plus jeune hocha la tête, ne sachant comment interpréter le comportement de son ami et le suivi, plus pour le surveiller que parce qu’il avait réellement faim.

 

 

                 SungMin était couché sur son lit, une peluche de lapin rose  dans ses bras et rêvassait. Le comportement de LeeTeuk avait le don de lui miner le moral et d’être triste pour lui mais une autre partie de lui ne pouvait s’empêcher d’éprouver une certaine jalousie et il se méprisait pour cela. Mais, après tout lui aussi avait des problèmes, lui aussi n’allait pas bien mais ça, personne ne s’en souciait. A peine cette pensée l’avait-elle effleurée qu’il la chassa, remplit de remords. Non, c’était du leader qu’il fallait s’occuper, c’était la meilleure chose à faire. Et puis il n’aimait pas vraiment qu’on s’occupe de ses affaires…. Alors pourquoi sa jalousie ne se calmait pas ? Peut-être parce que lui aussi aurait voulu connaitre une histoire d’amour aussi forte ? LeeTeuk savait-il la chance d’avoir pu avoir ça ? Et, de son avis, il bousillait ce précieux cadeau par égoïsme. Alors, oui, il avait le droit d’être jaloux, na !

Son téléphone se mit à vibrer, le sortant de ses pensées et il décrocha sans même vérifier qui l’appelait ;

-Allo ?

-hello Minie, c’est KangIn, je suis en perm’. On peut se voir ?

 

 

YeSung fronça les sourcils en entrant dans la cuisine et en voyant le regard impuissant de RyeoWook, visiblement au supplice. En effet, voir LeeTeuk envahir la cuisine était déjà un fait rare en soi mais le voir cuisiner pour un régiment divers plat du monde en chantant « Gee » a à peine sept heures du matin….

-Euh, Hyung ?

-Ah, YeSung, tu tombes bien ! Wookie ne veut plus goûter et m’empêche d’aller réveiller ShinDong ! Tu veux bien me donner ton avis ?

-Mhh oui et sur quoi ?

-Déjà, sur les crêpes au sirop d’érable. Je te rappelle qu’Henry viens nous rendre visite, cette après-midi, autant bien l’accueillir !

YeSung goûta donc prudemment la cuisine du chef amateur et écarquilla les yeux.

-Mais c’est très bon ?

-Ah, je le savais ! Tu vois, Wookie, tu fais vraiment la fine bouche !

Et sur ce commentaire, LeeTeuk retourna à ses fourneaux en recommençant à chanter.

SiWon et HeeChul choisir ce moment là pour entrer dans la cuisine et RyeoWook se résigna à aller réveiller les autres. C’est donc dans une ambiance bon enfant qu’ils prirent leur petit-déjeuner, tous biens trop contents de ressentir une si bonne atmosphère pour poser la moindre question.

Ce n’est qu’une demi-heure  plus tard que SungMin se leva de table :

-Désolé mais je vais à la douche en premier, j’ai rendez-vous, aujourd’hui.

-Oh et avec qui ? Demanda heeChul assez intrigué sur les conquêtes secrètes de son ami.

-Avec des amis que tu ne connais pas, sale fouineur ! répondit le plus jeune en lui tirant la langue avant de se sauver en direction de la salle de bain.

Il prit rapidement sa douche et sortit de l’appartement en hurlant un rapide au revoir au reste du groupe avant de rentrer dans sa voiture. Il roula une bonne demi-heure, sortant de Séoul vers la maison des parents son ami. Lorsqu’il sonna à la porte et qu’elle s’ouvrit, il sentit deux bras le serrer  et le soulever du sol.

-Je suis vraiment content de te revoir, Minie !

-moi aussi, kangIn mais si tu pouvais me reposer au sol, sa irait mieux !

-Désolé, merci d’être venu si vite…. Sa te déranges pas qu’on aille se promener ?

-Je te suis.

Ils quittèrent donc la maison et se dirigèrent vers le quartier commerçant de la ville.

 

                YeSung observait le leader, décidément, il y avait quelque chose de changé et il n’aimait vraiment pas ça ! Son instinct lui recommandait toute prudence et puis, RyeoWook lui avait raconté la scène de ce matin.

Il posa un bras sur les épaules de son ami et l’observa finir de mettre de la chantilly sur le gâteau qu’il faisait.

-tu es sûr que tout va bien, JungSu ?

Celui-ci hocha la tête, concentré sur ce qu’il faisait puis lorsqu’il eu fini, il se retourna et offrit un grand sourire au plus jeune.

-je n’ai jamais été aussi heureux  de ma vie.

Le plus jeune le regarda, sceptique.

-je t’assure ! Tout va bien, maintenant. Dis-moi, il y quelque chose que tu voudrais faire ?

-Je sais pas exactement, juste rester ici, au calme…

Dans ce cas…

 LeeTeuk attrapa le bras de son ami et le tira jusqu’au salon ou il s’affala dans le sofa, en entraînant YeSung avec lui, et le calant dans ses bras pour un long câlin.

Le plus jeune n’osait pas bouger, de peur de rompre ce moment qu’il avait toujours voulu vivre néanmoins, il ne pu s’empêcher de  demander d’une petite voix :

-Pourquoi ?

 L’ainé lui caressa doucement les cheveux, le sourire toujours accroché sur ses lèvres et répondit doucement :

-Pour te remercier d’avoir toujours veillé sur moi.

-dans ce cas, on peut juste rester comme ça ?

Le leader hocha la tête et ils restèrent ainsi durant toute la matinée.

 

                Il fallu qu’il fasse la moitié des boutiques pour que SungMin se sente un peu mieux. kangIn, à ses côtés, se moquait gentiment de lui mais l’aidait malgré tout à tout porter. Ce fut donc vers treize heures qu’ils s’affalèrent à la table d’un restaurant, épuisés. Ils passèrent commandes et puis, ce fut le silence, agréable et reposant. KangIn s’autorisa alors une question, un petit sourire aux lèvres.

-Comment va Leeteuk ?

A ses mots, le visage de SungMin s’assombrit et il répondit plutôt sèchement :

-Si tu voulais le savoir, tu n’avais qu’à l’appeler à ma place !

 Un léger rire échappa au jeune militaire avant qu’il ne reprenne son sérieux.

-Je sais déjà comment il va, j’ai sonné à SiWon juste avant de t’appeler.

-Alors tu sais que…

-Je sais tout ce qu’il y a à savoir. C’est aussi pour ça que je voulais que ce soit toi qui vienne. Me repointer à l’appart maintenant n’est pas une bonne idée…Qu’il me revoit, n’est pas une bonne idée….

-Mais….

-Je le connais, même très bien. Et je sais que, malheureusement, il à besoin de toucher le fond- et d’y rester un long moment- avant de pouvoir remonter. Mais quand il remontera, il sera quelqu’un de bien plus fort, encore plus sage qu’il ne l’est maintenant.

-Tu l’aimes toujours, non ?

KangIn le regarda, comme s’il cherchait ses mots :

-Non. Répondit-il prudemment, plus comme avant…. Plus maintenant.

-Il n’aura alors personne pour l’aider à remonter…

-Oh pour ça, ne t’inquiète pas, il aura la meilleure personne qu’il puisse avoir à ce moment là ! Celle qui l’aime vraiment et qui, contrairement à moi, ne lui fera pas de mal.

-Qui ?

KangIn ria une seconde fois mais ne répondit pas. Oui il avait aimé LeeTeuk et, oui, une part de lui l’aimera toujours, mais il avait comprit depuis longtemps que ce n’était pas son âme sœur et qu’il n’était pas non plus celle du leader. Alors, avant que le temps ne les tue à petit feu, il avait préféré rompre. Son service militaire avait été une parfaite opportunité. Une cassure nette qui leur faisait mal à tous les deux mais qui était inévitable pour une meilleure vie. Pour chacun d’eux.  Il reporta alors son attention sur le jeune homme devant lui.

-Et si on parlait un peu de toi ?

Oui, SiWon était très observateur et n’avait pas manqué de lui dire que son ami n’allait pas bien.