Farm Boy & City Boy 9

par DreamBIG

#Seaside#

 

 

Même si Hyukjae avait pris du temps à se l’avouer, il devenait de plus en plus réceptif à la présence de Donghae. Certes, il avait détesté le brun dès sa première rencontre avec lui, mais plus le temps passait, plus il était heureux d’avoir été envoyé à la ferme. Il avait eu de la chance de tomber sur deux personnes aussi adorables et compréhensives.
Aussi, il appréciait plus qu’il ne devait la proximité qu’il avait avec Donghae en ce moment. Juste lui, Donghae, et un paysage agréablement magnifique à ses yeux. Il n’avait jamais vécu ça auparavant, c’était nouveau de pouvoir se sentir presque libre.

-          Donghae ? demanda doucement Hyukjae, comme pour ne pas briser le silence réconfortant qui s’était installé entre eux.

Pour toute réponse, le brun se contenta de humer, lui aussi profitant du paysage en compagnie de l’argenté. Mine de rien, à force de le côtoyer tout en en apprenant plus sur sa vie, Donghae commençait également à l’apprécier.
Mais finalement, Hyukaje n’osait plus rien dire. Peut-être que Donghae allait se moquer de lui, peut-être qu’il était juste comme ça avec lui parce qu’il avait pitié. Et puis, il ne savait pas réellement quoi lui dire, il avait juste eu envie de lui parler sur le coup.

Le brun releva la tête, surprit de ne pas entendre Hyukjae en retour.

-          Hyukjae ? Qu’est-ce qu’il se passe ? s’inquiéta-t-il.

Il le regarda, l’argenté gardant obstinément son visage baissé vers les grains de sables, sa tête étant toujours posée sur l’épaule du brun.
Avait-il rêvé ? Il n’était même pas sûr de l’avoir entendu l’appeler.

Au moment où il baissa à son tour sa tête afin de voir si Hyukjae était bel et bien réveillé, ce dernier releva son visage. Leur visage était trop proche l’un de l’autre, beaucoup trop proche. Ils se regardèrent les yeux dans les yeux quelques instants, sans briser cette courte distance. Ils pouvaient sentir le souffle chaud de l’autre, contrastant délicieusement avec la fraicheur nocturne qui les avait encerclé.

Donghae s’approcha lentement, le regard toujours planté dans celui de son vis-à-vis. Celui-ci ne bougeait plus, appréhendant ce qui allait se passer. Il ne savait plus quoi faire, il n’osait même pas repousser le brun. Est-ce qu’il en avait envie, que Donghae l’embrasse ?

Il était sur le point de fermer les yeux lorsqu’il entendit le rire de l’autre. Il rougit fortement, honteux d’avoir pu s’imaginer des choses alors que Donghae était visiblement en train de se foutre de lui, plié de rire en se roulant presque dans le sable comme un enfant.

-          Pa- Pardon ! il explosa de rire de nouveau. T’es juste trop chou quand t’as froid !

Hyukjae n’en croyait pas ses oreilles. Alors comme ça, il se fichait de lui juste parce qu’il avait froid ? Lui qui s’était imaginé tout plein de scénarios dans sa tête…

-          Y-Yah !

L’argenté frappa Donghae sur l’épaule, histoire de lui montrer qu’il était contre son fou rire – qui n’avait pas lieu d’être selon lui.
Il se releva, balançant sur le sable le manteau que le brun lui avait gentiment prêté quelques minutes plus tôt. Il était vexé, non seulement parce qu’il n’acceptait pas qu’on se moque de lui, mais aussi parce qu’au fond il avait espéré autre chose de la part du brun.
Donghae s’étonna, à vrai dire, il n’avait pas prévu que Hyukjae réagisse ainsi.

Tandis que l’argenté se dirigeait vers leur hôtel au pas de course en regardant l’heure sur son téléphone portable, Donghae se leva à son tour pour se lancer à sa poursuite.

-          Hyukjae ! Je rigolais, reviens ! le supplia Donghae.

Il le rattrapa, lui volant son portable au passage.

-          Rends-moi ça !

-          T’as qu’à venir le chercher ! rigola-t-il.

Seulement, il n’avait pas prévu que Hyukjae se mette réellement à le courser sur la plage. Alors il se mit à courir aussi, le plus vite possible.
Ils coururent un long moment, un échange parsemé de rires et de cris. Au final, même l’argenté riait à gorge déployée. Même une fois qu’il ait réussi à récupérer son téléphone, les deux continuèrent de courir l’un après l’autre, faisant des allers et retours sur le sable.
Hyukjae finit par rattraper Donghae une bonne fois pour toute dans sa course, le faisant tomber en même temps qu’il lui tomba dessus. Ça non plus, ce n’était pas prévu.

Pour se défendre, le brun attaqua Hyukjae en le chatouillant, retournant la situation. Il était désormais à califourchon sur Hyukjae qui, lui, tentait vainement de se débattre pour échapper à cette torture. C’est à ce moment que Donghae comprit à quel point ce rire était précieux. Rare, et pour cette raison même : précieux. Il lui découvrait une nouvelle facette. Une facette joyeuse, rieuse, et surtout attendrissante. Jamais il n’avait vu l’argenté comme cela – et il doutait que quelqu’un d’autre que lui l’ait déjà vu. En effet, l’argenté riait à s’en décoller la mâchoire. Il avait toujours détesté les chatouilles, n’ayant plus aucune défense. Il ne pouvait plus s’arrêter de rire, pourtant, ni pensant plus, Donghae appuya un peu trop fortement sur ses côtes. Face à la douleur, Hyukjae ne put s’empêcher de laisser échapper un léger gémissement de douleur.

-          Oh pardon ! Je voulais pas ! s’excusa Donghae, vérifiant qu’il ne lui avait fait mal nulle part d’autre.

Hyukjae se mit à sourire, sans réelle raison pourtant. Il était juste bien, là, s’amusant en compagnie de Donghae, même si ce dernier passait son temps à lui faire mal involontairement.
Remarquant le soudain silence, son sourire s’effaça peu à peu. Il avait peur d’en avoir fait de trop, il n’aurait surement pas dû prendre autant de plaisir à s’amuser après tout.

Son regard s’ancra dans celui sérieux de Donghae, celui-ci plaçant ses bras de parts et d’autres du visage de Hyukjae. C’était la même situation qu’un peu plus tôt, un tas de scénarios s’enchaînant à une vitesse fulgurante dans la tête du décoloré. Il vit Donghae s’approcher lentement – peut-être trop lentement à son goût – de lui.

-          Quoi ? Tu vas faire comme tout à l’heure ? demanda Hyukjae sans pouvoir s’en empêcher, une pointe de déception dans la voix.

Donghae secoua la tête de gauche à droite.

-          Hyukjae… Pourquoi tu ne ris pas plus souvent ?

-          H-hein ?!

-          T’es vraiment beau quand tu souris…

Avec toute la douceur qu’il lui avait été donné, le brun déposa ses lèvres sur celles de son vis-à-vis. Automatiquement, l’argenté ferma les yeux. Il ne savait pas si c’était bien de faire ça avec Donghae, mais il n’arrivait plus à réfléchir correctement. Dès qu’il sentit les croissants de chair de Donghae se mouvoir sur les siens, il les ouvrit instinctivement afin que leurs langues se retrouvent. C’était doux, délicat, réconfortant, et tellement bon. C’était la première fois depuis la disparition de son frère que Hyukjae se sentait aussi bien, presque comme si ce simple contact lui avait permit de revivre. A l’instant même où Donghae avait commencé à l’embrasser, le décoloré s’était sentit merveilleusement bien, oubliant peu à peu tout ce qui se passait autour de lui.

 

*****

 

Hyukjae était dans sa chambre, assis en tailleur sur son lit, réfléchissant à ce qu’il s’était passé sur la plage. Ils n’en avaient pas reparlé, chacun s’étant contenté de retourner dans sa chambre respective. Pourtant, le décoloré n’arrêtait pas d’y penser. Il ne pouvait tout simplement pas faire comme si rien ne s’était passé, il avait beaucoup trop apprécié pour le nier.
Alors il s’était installé sur son lit, fixant la porte de sa chambre depuis presqu’une heure dans un espoir vain que Donghae vienne le retrouver.

Il abandonna, ses pensées se mélangeant dans son crâne. Il finit par s’allonger sur sa couverture, ayant bien trop chaud pour se recouvrir. Est-ce qu’il avait chaud à cause de ça ? Il avait beau avoir eu plusieurs relations, jamais il n’avait eu aussi chaud après ne serait-ce qu’un baiser.
Malgré le fait qu’il veuille dormir, il ne put arrêter de fixer la porte d’un regard noir, comme si c’était la faute de cette dernière si Donghae ne venait pas le rejoindre.

Au bout d’un moment, le sommeil commença finalement à prendre le dessus, ses yeux se fermant tous seuls. Seulement, son portable n’était visiblement pas d’accord avec lui puisqu’il se mit à vibrer. Un appel, numéro inconnu.
Il grogna, lui qui avait espéré pouvoir dormir pour se remettre les idées en place. Et puis d’abord, qui pouvait bien l’appeler aussi tard dans la nuit ?

-          Allo ? souffla-t-il.

-          Je te manque ? murmura la voix de l’autre côté du téléphone.

-          Ou- Donghae ?! s’exclama haut et fort Hyukjae, se redressant vivement sur son lit en comprenant qu’il s’agissait de Donghae. Mais comment t’as eu mon numéro ?!

-          Chuuuuut ! Et puis c’est pas le plus important, si ? pouffa-t-il. Tu viens pas juste de dire que je te manquais ? ajouta le brun malicieusement.

Hyukjae manqua de s’étrangler en avalant sa salive. Bien sûr que non, Donghae ne lui avait pas manqué le moins de monde. C’est pas comme s’ils étaient en couple ou une autre connerie du genre de toute façon.

-          Mais ça va pas dans ta tête ?! T’es complètement malade ! Pourquoi tu me manquerais ? C’est juste que…que…tu m’as réveillé abruti ! menti Hyukjae.

-          Mouais… Donghae fit la moue, pas très convaincu par le ton employé par l’argenté. Dis…je peux te rejoindre dans ta chambre ? demanda-t-il soudainement, surprenant fortement Hyukjae qui commençait à jubiler intérieurement.

-          D-dans ma chambre ? Pourquoi faire ?

-          Juste…attends-moi, j’arrive !

De nouveau assis en tailleur sur son lit, il ne fallut pas plus d’une minute à Hyukjae pour voir la porte s’entre-ouvrir, laissant apparaître la tête de Donghae dans l’entrebaîllement.

-          Qu’est-ce que tu fais à m’attendre comme ça si je te manque pas ? le taquina le brun en entrant complètement dans la chambre avant de refermer la porte.

Comme pour montrer son mécontentement, Hyukjae lui lança un regard noir – qui paraissait pourtant plus mignon que méchant – et s’affala sur son lit en se tournant vers le mur pour ne pas avoir à faire face au sourire moqueur de Donghae.

-          Sois pas brute, tu vas te faire du mal, lui fit Donghae, sérieusement inquiet qu’il puisse se blesser une nouvelle fois.

-          C’est pas grave, tu viendras m’aider… Pas vrai ? se retourna Hyukjae, planta ses yeux dans ceux du brun.

Donghae souffla, il ne savait pas si Hyukjae était sérieux ou non. Dans tous les cas, avait-il fait exprès de se faire tabasser pour qu’il vienne l’aider ?
Il s’avança vers le lit, s’abaissant juste devant le visage du décoloré qui était resté couché.

-          Hyukjae… Rassure-moi, tu ne t’es pas fait frapper juste pour que je vienne t’aider ?

Sa voix se voulait neutre, et pourtant, il savait que les remontrances implicites qu’il lui faisait étaient visibles dans le ton qu’il avait employé. Il vit l’argenté hausser les épaules, un peu comme si lui-même ne connaissait pas la cause de ses actes

-          Je sais pas… Au début non, je le faisais juste pour…pour montrer à mon père que j’existais, c’étaient les seules fois où il entendait parler de moi… que ce soit en bien ou en mal, ça changeait rien pour lui, il continuait simplement de me détester… il s’arrêta un instant, cherchant ce qu’il pouvait rajouter tout en gardant le contact visuel avec Donghae. Et puis, je sais pas pourquoi mais…dès que t’es venu m’aider la première fois, j’ai voulu que tu reviennes après…

Donghae ne savait pas quoi ajouter, non seulement Hyukjae en était arrivé à un point où lui-même cherchait à se faire du mal sans en connaître la raison, mais aussi, il s’était mis à placer de l’espoir en Donghae sans qu’il n’y ait de réelles raisons à cela.
Le brun s’approcha doucement du décoloré, déposant ses lèvres sur le front de ce dernier.

-          Hyukjae, tu veux bien me parler…de tout ça ? hésita-t-il.

Il savait pertinemment que ce n’était pas quelque chose dont l’argenté voulait parler, et il le comprenait parfaitement. Lui-même n’aurait pas aimé s’ouvrir ainsi, et dévoiler ses faiblesses.
Seulement, contre toute attente, Hyukjae lui fit signe de venir s’installer à ses côtés, sur le lit.

 

 

-          Les gens comme toi sont des monstres ! Sors de chez moi sur le champ ! hurla l’homme.

-          Papa ! Comment est-ce que tu peux dire ça ? Je suis ton fils, qu’est-ce que maman aurait pensé de t-

Le jeune homme se tut soudainement, la tête penchée sur le côté, tenant sa joue à l’aide de sa main.

-          Tu me dois le respect, espèce d’ingrat ! Ne me tutoies pas.

-          Mais-

-          Ose encore me reparler de ta mère, et tu ne seras pas le seul à en pâtir !

-          Q-Quoi ?

-          Ne joue pas à ce petit jeu avec moi, je sais très bien que ton frère est comme toi !  J’ai encore le temps de le faire rentrer dans le droit chemin.

-          Ne t’avise pas de toucher à Hyukjae ! lança le jeune homme sur la défensive, la voix extrêmement menaçante.

-          Tu sais ce qu’il te reste à faire si tu ne veux pas que je m’occupe personnellement de cette tapette. Disparais !  gronda le vieil homme.

Sans demander son reste, le châtain sorti de cette pièce, se dirigeant vers les escaliers pour rejoindre sa chambre. Il savait qu’il n’avait pas le choix, il allait simplement rendre une vie meilleure à son petit frère. Oui, il allait simplement le faire pour son frère. Rien ne devait lui arriver, surtout par sa faute, il ne se le pardonnerait jamais.

Tout en enjambant les marches qui le mèneraient à sa chambre, il remarqua une silhouette repliée sur elle-même.

-          Hyukjae, qu’est-ce que tu fais là ? le sermonna-t-il. Tu as écouté aux portes ?

-          Hyung ! Tu vas quelque part ?

-          Ne t’occupe pas de ça, tu ne dois surtout pas t’en mêler, trancha-t-il.

-          Mais hyung, vous parliez de moi, j’ai le droit de savoir.

Il ne répondit pas, continuant son chemin en ignorant les plaintes de son petit frère. Bien sûr que Hyukjae avait le droit de savoir, seulement il était encore trop jeune à ses yeux pour pouvoir endurer tout ça. Il apprendrait déjà bien trop la vérité sur tout ce qu’il se passe autour de lui, alors en aucun cas il n’avait le droit d’enfoncer encore plus son petit frère dans ce monde impitoyable.

Une fois dans sa chambre, il commença par préparer un sac.

-          Hyung ! Hyung, dis-moi au moins où tu vas !

Il prit plusieurs feuilles de papier vierge, une trousse remplie de différents stylos, puis attrapa deux ou trois hauts qu’il fourra précipitamment dans son sac à dos. Il ne manqua pas de prendre ses documents officiels, si jamais il en avait besoin.

-          Mais Hyung… pleura le garçon à chaudes larmes… Tu vas revenir me voir, hein ? Pas vrai, hyung ? sanglota-t-il toujours plus fort.

Tout en mettant une épaisse écharpe autour de son coup, le plus grand s’abaissa légèrement à la hauteur de son frère, le prenant fraternellement dans ses bras par la même occasion.

-          Bien sûr qu’on se reverra, sourit-il. Je ne sais pas encore quand, mais on pourra vivre en paix tous les deux, d’accord ?

-          Tu me le promets hyung ? renifla le plus petit.

-          Bien sûr, je te le promets.

Il ébouriffa les cheveux du plus petit tout en prenant congé de lui. Encore une fois, il ignora les plaintes qui survenaient derrière lui, et sortant le plus vite possible de la demeure, il se retourna une fois.

-          J’espère qu’on se reverra le plus tard possible, Hyukjae. Je suis désolé…

Il avait murmuré ces paroles, mais au fond, il aurait préféré que son petit frère adoré l’entende. De cette façon, il aurait pu se méfier de tout ce qui l’entourait.

 

*****

 

Neuf jours plus tard.

Le garçon claqua violemment la porte derrière lui en rentrant dans le bureau de son père, une lettre froissée dans les mains. Il était furieux, hors de lui. Si bien qu’il était incapable de retenir des larmes de rages, mélangées aux sanglots incontrôlables qui avaient pris possession de son corps entier.

-          Qu’est-ce que vous lui avait fait ?! hurla-t-il à s’en déchirer les poumons, plaquant la feuille de papier sur le bureau de marbre. Il est partit à cause de vous ! Tout est de votre faute !

Il était devenu fou, lançant à travers la pièce tout ce qui lui passait sous la main. Il voulait juste retrouver son grand frère, rien d’autre ne lui importait.

-          Rendez le moi ! Ramenez-moi mon grand frère ! Les larmes coulèrent à flot sur ses joues, inondant son visage. Je vous en supplie !

Il tomba à terre, incapable de se retenir plus longtemps. Il poussait des cris effroyables, des hurlements d’horreurs. Il ne voulait pas y croire ; son frère ne pouvait pas être parti comme ça, il ne pouvait pas juste lui avoir laissé une lettre. Il lui avait promis de le revoir…
Sans qu’il ne puisse faire quoique ce soit d’autre, il fut violemment attraper par les bras, les gardes de corps allant l’enfermer dans sa chambre sous les ordres catégoriques du doyen de la demeure.

 

 

-          Hyukjae je…je suis tellement désolé…

Une larme unique avait coulé sur le long de la tempe de Hyukjae pendant son récit, sans pouvoir la retenir. Il n’en pouvait plus de se montrer si faible devant Donghae, seulement, il savait que celui-ci ne le jugerait pas.

-          Et…et qu’est-ce qu’ils ont fait…quand tu étais enfermé ?

-          …rien. Ils ont juste attendu que je calme. Dès qu’ils venaient m’apporter de la nourriture, ils me frappaient parce que je refusais de manger…

-          Hyuk ! soupira Donghae, ce qui fit sourire l’argenté, ce dernier sachant très bien qu’il allait réprimer pour avoir refusé de se nourrir convenablement mais aussi pour s’être fait battre aussi longtemps. Tu es resté combien de temps comme ça ?

A vrai dire, il n’était même pas sûr de vouloir connaître la réponse. Quelle qu’elle soit, il savait pertinemment que cela n’allait pas lui plaire.

-          Ah…euh…j- je sais plus, tenta le décoloré, ne voulant pas s’attirer les foudres du brun.

-          Hyukjae. Ne me mens pas, fit-il durement.

En voyant Hyukjae se crisper légèrement face à son ton un peu froid, Donghae se reprit immédiatement.

-          Excuse-moi…

-          Sept mois, chuchota Hyukjae, comme honteux.

-          Sept mois ? Donghae n’avait pu s’empêcher de se redresser sous la nouvelle.

Ça expliquait beaucoup chose, notamment le corps maigre et frêle de l’argenté, mais aussi son habitude de ne presque rien avaler pendant les repas. Alors il avait dû endurer toute cette souffrance seul, sans personne pour l’aider à cette époque ?

-          J’étais en colère, je n’arrivais pas à me calmer, et c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour le faire réagir…

-          Et ? Qu’est-ce qu’il a fait ?

-          Absolument rien, si ce n’est de leur ordonner de taper plus fort.

Hyukjae renifla. C’était la première fois qu’il parlait de ça à quelqu’un, autre qu’à son frère. Personne n’avait jamais su ça, pas même ses amis. Mais bizarrement, il se sentait bien d’en parler à Donghae. Parce que Donghae prenait soin de lui en même temps, glissant tendrement ses doigts le long de son bras pour l’encourager, l’étreignant agréablement pour le réconforter.
Alors comme pour répondre aux questions silencieuses de Donghae, il continua quelque peu son récit.

-          Ils m’ont forcé à avaler toutes sortes de médicaments, des calmants j’imagine, et j’ai été obligé de consulter un psy, il se stoppa un instant pour réfléchir. Au final, je pense que c’est grâce à lui que j’ai arrêté de me faire frapper aussi souvent et que j’ai fini par sortir…

Donghae l’interrogea du regard, se demandant comment son psychologue s’y était pris pour réussir à le calmer.

-          Il leur a dit que je devais arrêter d’être violenté s’ils voulaient que je calme, et que je devais rester seul… Tous les jours, à n’importe quels moments de la journée, j’explosais en larmes, mais j’ai fini par comprendre qu’il ne reviendrait pas…alors je me suis calmé…

Il n’avait plus rien à dire, plus rien à dévoiler pour cette nuit. Il se sentait trop mal pour continuer, et ça, le brun l’avait compris. Hyukjae lui parlerait de son frère plus tard, ils avaient le temps.

-          Donghae ? Moi aussi, je pourrais t’emmener quelque part ?

Le brun se rapprocha de lui, entremêlant leur jambe et serrant un peu plus sa prise sur le corps fatigué du décoloré.

-          Bien sûr, je serai content que tu me fasses découvrir ton monde, dit-il tout en embrassant délicatement les lèvres de Hyukjae.

Hyukjae sourit, d’un vrai sourire. D’un sourire qui montrait qu’il était heureux d’être là à cet instant, même s’il avait dû énormément souffrir pour en arriver jusque là.
Le sommeil prenant le dessus, il nicha son visage dans le coup de Donghae, l’homme qu’il détestait parce qu’il l’aimait.