Farm Boy & City Boy 4

par DreamBIG

#Countryside#

 

 

Pas un mot. Hyukjae ne lui avait pas pipé un seul mot depuis sa dernière remarque. Alors Donghae se posait des questions ; beaucoup trop de questions. Après tout, il n’avait fait que dire la vérité en annonçant que l’argenté avait un caractère des plus chiants qui puissent exister sur cette terre, alors pourquoi ce dernier se mettait à agir comme ça, en l’ignorant complètement ? Il était peut-être vexé, pensa Donghae. C’était en sa faveur, et il possédait également le droit d’avoir été offensé par ces propos. Seulement, il s’agissait là de Lee Hyukjae, le mec arrogant à la tête dure qui se voulait de glace face à toutes remarques. Mais justement, tout cela jouerait en sa défaveur si ce n’était qu’une façade. Il se voulait fort, mais l’était-il vraiment ?
Juste pour confirmer ses dires, Donghae tenait absolument à se donner raison, quitte à énerver un peu plus l’argenté qui ne semblait déjà pas le porter dans son cœur. Mine de rien, le brun s’inquiétait un tantinet de ce changement de comportement soudain. Premièrement car, du peu qu’il le connaissait, le nouvel arrivant n’avait pas l’air de se laisser marcher sur les pieds aussi facilement, mais aussi car depuis qu’il avait terminé de nettoyer les enclos, il n’était pas sorti une seule fois de sa chambre, même pour aller manger. S’il se mettait à faire la grève de la faim à chaque reproche, le brun n’en donnait pas cher pour sa peau ; il allait devenir un simple tas d’os poussiéreux à ce rythme là.

Alors, devant la porte de la chambre de son désormais cohabitant, Donghae hésitait grandement à entrer afin de lui demander ce qu’il se passait, surtout par peur de le déranger. Mais bon, il n’avait pas mangé depuis la veille au soir, Donghae pouvait bien faire un effort pour se faire pardonner. Et puis, ils pourraient très certainement repartir sur de bonnes bases…

-          Pourquoi tu n’es pas venu manger ? Je t’ai vexé tout à l’heure ? Si c’est le cas, je m’en excu-

Au final, il était rentré dans la chambre de Hyukjae – sans la permission, encore une fois. Mais il ne s’attendait pas à le voir dans cet état. En aucun cas il n’aurait cru possible que Hyukjae lui renvoi un jour cette image si…triste. Il ne savait pas ce qui le rendait comme ça, mais ça lui faisait mal au cœur. L’argenté semblait avoir tellement mal… Donghae trouva ça presque décevant de le voir ainsi, lui qui pensait réellement avoir à faire à une racaille de la ville, il s’était laissé avoir par l’apparence arrogante de Hyukjae.
Ce dernier était assis sur son lit, en tailleur, les mains violemment agrippées dans ses cheveux tandis que son visage était légèrement baissé. Mais visiblement pas assez, car Donghae pouvait très bien apercevoir les perles salées couler silencieusement sur ses joues. Le regard de Donghae alterna entre le visage démoli par la tristesse de Hyukjae et le petit carnet à moitié ouvert juste à côté de lui, où des pages entières semblaient être remplies d’une écriture noire, ne laissant que très peu d’espace vierge.

Arrêtant ses mouvements de balancier lorsqu’il remarqua la présence de l’autre, Hyukjae redressa la tête en plantant ses orbes sombres dans celles presque paniquées de Donghae, qui ne savait pas quoi faire au vu de la situation. Il aurait peut-être de toquer avant d’entrer, ou alors tout simplement ne pas s’inquiéter pour son colocataire.

-          Sors, murmura froidement Hyukjae en essuyant rageusement ses larmes à l’aide de son pull bleu marine. 

-          Pardon ? questionna Donghae car il n’avait pas entendu ce qu’il lui avait dit.

Il sursauta lorsque la voix horriblement dure, et rendue tremblante par ses pleurs, de Hyukjae retentit de nouveau dans la chambre.

-          SORS ! CASSE-TOI ! DEGAGE DE LA !  

-          Je… 

-          TIRE-TOI D’ICI !

Alors là, le brun ne s’y attendait pas du tout. Il tenta une approche, levant doucement sa main droite précédemment posée sur la poignée, mais le regard noir que lui lançait Hyukjae le fit tout de suite abandonner. Donghae sortit en quatrième vitesse de la chambre, allant lui-même se réfugier dans la sienne. Si son intention de départ était belle et bien de trouver des questions à ses nombreuses questions, il se retrouvait désormais avec le double de questions en tête. Lesquelles n’avaient aucune réponse, bien entendu.
Il ne savait pas du tout quoi faire maintenant. Bien évidemment, il avait espéré pouvoir nouer une amitié avec l’argenté, histoire de ne pas devoir se lancer des piques à chaque rencontre. C’était en partie pour ça qu’il avait décidé de mettre sa fierté de côté pour arranger les choses. Seulement maintenant, plus rien ne le retenait. Il avait essayé, mais l’autre avait refusé. Rien n’était plus clair que ça, même si l’autre était vraiment dans un état déplorable.

Donghae ne savait pas quoi faire de sa journée, sa grand-mère n’étant pas là jusqu’au soir. En temps normal, il serait allé l’aider, aurait discuté grandement avec elle et se serait amusé de sa petite vie tranquille ici. Pourtant, à ce moment même, tout était différent. A commencer par le fait que dorénavant, un nouvel habitant avait pris place dans cette ferme familiale, puis aussi que la discussion serait très réduite sachant que Donghae aimait par-dessus tout se plaindre de la ville. Or, il s’avérait juste de préciser à nouveau que Hyukjae était tout ce qu’il avait jusqu’à présent détesté : il représentait la ville, l’arrogance, la méchanceté gratuite, l’impolitesse et bien d’autres termes encore que Donghae rattachait directement à cet endroit qu’il méprisait.
Pourtant, l’image qu’il avait eu un peu plus tôt avait chamboulé celle du gars immature. Donghae l’avait vu dévasté, et quoiqu’il en dise, il était persuadé que cela avait un lien avec le carnet qui traînait juste à côté de Hyukjae. Le brun était de nature très curieuse, et par conséquent il ne pouvait s’empêcher de se poser mille et unes questions à ce sujet là. Autant dire que s’il tombait mystérieusement sur ce petit livre noir, ses doigts risqueraient de faire malencontreusement tourner les pages pendant que ses pupilles s’occuperaient discrètement d’imprimer dans sa mémoire chaque détail. Oui, il était curieux. Et bien que ça lui apporte parfois quelque problème, il avait plusieurs fois réussit à comprendre ce qui poussait telle ou telle personne à agir de la sorte. Peut-être qu’avec Hyukjae c’était pareil après tout, Donghae devait simplement s’inventer une petite ruse pour mettre son plan à exécution. Il voulait tout savoir, que ce soit sur son comportement insupportable ou sur cette image d’enfant détruit. Même s’il avait un peu de mal à se l’avouer, Donghae avait été profondément touché par la détresse de l’autre alors qu’il ne savait absolument pas ce qu’il se passait.

Au final, il avait décidé de passer son temps dans sa chambre après avoir mangé, tout en ayant attendu que Hyukjae ne daigne enfin sortir de sa chambre pour venir se remplir l’estomac. Mais comme il s’y était attendu, l’argenté n’avait même pas fait l’effort de donner ne serait-ce qu’un seul signe de vie. Alors il avait regardé un film. Puis deux. Il voulait en commencer un troisième, histoire de finir la trilogie, mais il savait qu’il décevrait sa grand-mère s’il ne faisait pas un minimum des tâches qui lui étaient attribuées.

Alors qu’il commençait à mettre ses chaussures, il se rappela soudain de la présence de Hyukjae – qui était quand même censé être là pour aider. Donghae l’avait complètement publié, surement parce que l’argenté n’avait fait aucun bruit depuis qu’il l’avait laissé seul dans sa chambre. Deux choix s’offrait alors au brun : aller le chercher pour l’obliger à travailler, ce qui dans un sens pourrait certainement l’aider à aller un peu mieux, mais qui dans l’autre l’énerverait très probablement ; ou alors le laisser à se morfondre comme un petit être désemparé et sans défense, au risque cette fois de le noyer dans son propre chagrin, ce qui reviendrait à provoquer sa colère. Le choix était vite fait, quitte à l’énerver, autant le faire bien. Le brun savait que c’était une très mauvaise idée, mais est-ce que Hyukjae pouvait réellement le détester encore plus que maintenant ? Après tout, Donghae avait déjà fait une gaffe dans la matinée, une deuxième ne serait pas d’un grand changement.

Il retira en vitesse ses chaussures et grimpa les marches de l’escalier deux par deux pour rejoindre la chambre de Hyukjae à l’étage. Comme à sa nouvelle habitude, il décida d’entrer en mode sauvage, s’attendant à s’attirer les foudres de l’argenté.
Pourtant, c’est un silence qui l’accueillit à bras ouvert. Aucune trace de Hyukjae, comme s’il n’avait pas été là de la journée, peut-être même comme s’il n’avait jamais été là. Seule son écharpe laissée sur le dossier de la chaise témoignait de sa présence dans cette chambre. Maintenant qu’il y pensait, en voulant mettre ses propres chaussures, Donghae avait vu qu’il manquait celle de l’argenté. Sur le coup, il n’y avait pas fait attention, un peu comme s’il avait oublié qu’il devait partager sa maison avec quelqu’un d’autre désormais.

Donghae s’inquiétait tout de même quelque peu, il n’avait pas été prévenu de son départ. Tandis qu’il allait sortir de la chambre, l’épisode de la matinée lui revint à l’esprit : c’était le moment parfait pour fouiller un peu ses affaires et ainsi découvrir ce qui l’avait mis dans un tel état.
A chaque objet déplacé, il prit soin d’imprimer leur place dans son esprit de façon à minimiser les indices qui aurait pu trahir son enquête. Il chercha longuement dans l’armoire, dépliant plusieurs vêtements sans jamais rien trouver. C’était pourtant comme ça dans les films ; les personnages finissaient toujours par faire tomber quelque chose de compromettant par terre en fouinant dans les placards. Et Donghae devait l’avouer, il était presque déçu que ce ne soit pas le cas. Il aurait préféré que Hyukjae se montre moins prudent, moins discret. Mais comme il devait s’en douter, Donghae était du genre à mettre son nez un peu partout si ça pouvait l’aider à assouvir sa curiosité. Et autant dire qu’il était en ce moment même très curieux au sujet de l’argenté. Il avait définitivement besoin de trouver ce fichu petit carnet, il était persuadé qu’ainsi il arriverait à comprendre le jeune homme, ses attentions, et peut-être aussi arriverait-il à compatir et partager sa peine.

Après une bonne dizaine de minute à remuer maintes et maintes fois plusieurs objets – juste au cas où il n’aurait pas vu le carnet à force d’être trop concentré – il commença à désespérer. Il tomba finalement sur ce qui semblait être une petite boîte, pile assez large pour accueillir le fruit tant attendu de ses recherches. Dans un élan d’espoir, Donghae tenta en vain de l’ouvrir. En effet, l’argenté avez dû penser à tout et cette petite boîte était fermé à clé, enfermant très probablement ce que Donghae voulait à tout prix lire. En y réfléchissant, le brun découvrit une autre facette du personnage de Hyukjae : il avait un petit côté mignon, à jouer le gros dur qui tient à jour un journal intime. Se rendant compte de sa remarque, Donghae ne put s’empêcher de rire à voix haute, déclenchant un fou rire qu’il ne put contrôler que quelque temps plus tard.

Ayant à nouveau l’esprit clair, il se rendit à l’évidence en reposant la boîte là où il l’avait trouvé pour ne pas éveiller les soupçons, et regagna la sortie de la chambre. Avec tout ça, il avait complètement oublié qu’il devait faire les corvées, tout seul puisque que l’autre l’avait tout bonnement abandonné sans le prévenir. Et ça, il allait lui payer à son retour.

 

 

#City#

 

 

-          Espèce d’enfo*ré, marmonna Hyukjae.

-          Je te demande pardon ? Ton petit jeu a assez duré, et ton comportement d’enfant rebelle m’exaspère au plus haut point Hyukjae. A partir de maintenant, tu vas me faire le plaisir de te comporter en tant que Lee digne de ce nom et arrêter de faire honte à ta famille, gronda l’homme au regard sévère.

Hyukjae pouffa, lançant à son tour un regard froid à l’homme qui paraissait plus que jamais dans son élément. Tout comme cet homme, l’endroit était étrangement froid, du blanc recouvrant chaque mur, des cadres plus que nombreux dévoilant des visages fermés pour la plupart, un grand tapis rouge longeant le couloir, une propreté à faire peur aux femmes de ménage. Un petit palais pour des gens riches, quoi de plus normal.

-          La honte de la famille, ça me va bien, non ? l’argenté grinça des dents. Comme si tu m’avais déjà autrement que comme ça de toute façon ! J’ai toujours été un incapable, un minable… Tu me regardes comme un pourri, comme tu l’as regardé lui avant qu’il parte !

-          Ne parle pas de ça ! asséna le vieil homme.

-          Il est parti par ta faute… murmura presque Hyukjae, les larmes au bord des yeux et la voix se cassant à cause du sanglot coincé dans sa gorge.

Il s’était promis de ne plus penser à tout ça, de ne plus avoir à y faire face et de rester fort. Seulement, tout ça était beaucoup trop pour lui. Il n’avait jamais eu personne pour l’aider à surmonter tout ça. Il n’était plus là désormais, il l’avait laissé. Hyukjae avait été incapable de le retenir, son père l’avait banni de sa vie bien avant. Il l’avait perdu, la seule personne sur laquelle il pouvait compter après la mort de sa mère. Mais son père l’avait fait partir, certainement dans le simple but de faire souffrir ne serait-ce qu’un peu plus l’adolescent qu’était Hyukjae.

-          Ne pars pas encore une fois sur ce sujet là Hyukjae, tu sais tout aussi bien que moi comment se termine tout ça, lança ironiquement le doyen. Je dois prolonger ta punition pour que tu me témoignes du respect ? Je suis ton père, il est de ton devoir de m’obéir aux doigts et à l’œil, c’est bien compris ?!

-          Tu ne m’as jamais considéré comme ton fils, pas vrai ? Aujourd’hui encore, après ce que tu lui as fait, tu continues de me traiter comme ça…

Sous le choc, Hyukjae tourna la tête en amenant sa main à sa joue. Cette dernière lui brûlait, le coup étant plus violent que ce qu’il avait attendu. Encore une fois, les larmes menaçaient de couler, mais il ne lui ferait pas ce plaisir. Pas cette fois. Il ne voulait pas lui montrer à quel point cet homme avait raison, à quel point il était faible depuis ce jour là.

-          Ça suffit maintenant ! Retourne d’occuper des vaches et ne remet pas un pied dans cette maison tant que tu ne seras pas un fils exemplaire !

Sans demander son reste, l’argenté écouta les ordres du doyen et courut presque vers la porte d’entrée sans adresser un seul regard à l’homme qu’il laissait derrière lui. Une fois dehors, Hyukjae se mit à accélérer le pas pour pouvoir sortir le plus vite possible de cet immense jardin. Il claqua le portail derrière lui et commença à courir. Il devait traverser quasiment toute une moitié de la ville, n’ayant pas l’envie de prendre un taxi. Il voulait décompresser, oublier, tout délaisser. Et courir l’aiderait certainement à se soulager ne serait-ce qu’un peu, comme à chaque fois. Il n’arrivait jamais à tout sortir de sa tête, il ne pouvait qu’y penser. Et pourtant, il savait que se défouler lui ferait un grand bien.

Il courut, encore et encore, s’attirant les regards inquisiteurs de la part des passants. Ça aussi, il en avait l’habitude.
Après avoir parcouru les rues pendant au moins quinze minutes sans s’arrêter de courir, ralentissant parfois, il se réfugia dans un parc où il s’affala lamentablement dans l’herbe. Il n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait, mais il n’y prêta aucune attention. Son envie de pleurer avait disparu pendant qu’il courrait, mais cette dernière revint le frapper de plein fouet lorsqu’il se rendit compte qu’une fois de plus, il n’avait pas rêvé. Tout ça s’était réellement passé, mais son cœur refusait toujours et encore de l’admettre. C’était trop dur…
Sa joue lui brûlait encore rien que d’y penser.

Hyukjae aurait aimé qu’il soit là, qu’il le console comme il l’avait toujours fait quand ils se retrouvaient, tous les deux. L’argenté s’en voulait terriblement, il n’avait pas pu empêcher qu’une telle chose arrive. C’était tout autant de la faute de son père que de la sienne…

Les larmes roulaient silencieusement sur ses joues tandis qu’il observait le ciel. Il reniflait de temps en temps, peut-être à cause de ses pleurs, ou bien alors parce qu’il avait oublié de mettre son écharpe en partant. En y réfléchissant, il ne savait même pas pourquoi il était allé là, il savait depuis le début que son père allait réagir de nouveau comme ça.

Peu importe le temps qu’il lui restait encore à attendre, il voulait voir les étoiles pour détailler les différentes constellations. Ils regardaient souvent les étoiles ensemble, avant. Il savait qu’il devait avoir l’air d’un fou, à rester dans la même position depuis un moment, à pleurer sans aucune raison apparente. Mais il s’en fichait pas mal. Il souffrait beaucoup trop pour se soucier du regard des autres sur lui à ce moment là.

Alors petit à petit, il observa les nuages défiler devant ses yeux, tremblant de froid par moment. Et ces nuages laissèrent bientôt place à un ciel pur, se teintant peu à peu à l’aide d’un manteau sombre et bleu, laissant apparaître les premières étoiles.
Il resta longtemps allongé dans l’herbe qui devenait humide. Seulement, il se faisait vraiment tard à en juger par le silence presque effrayant qui semblait régner sur la ville. Et puis, il commençait à avoir vraiment froid.

Il fit donc le chemin inverse qu’il avait emprunté pour venir dans cette ville dépourvu de vie à une heure si tardive. Il s’avançait dans les rues en traînant des pieds, si bien que quiconque aurait pu le confondre avec un zombie. Il essayait tant bien que mal de se couvrir le plus possible le visage grâce à sa capuche, il détestait être malade, et continua de déambuler dans le noir pour rejoindre la campagne. Aussi bizarre que cela puisse paraître, il se sentait presque soulagé de devoir y retourner…

 

 

#Countryside#

 

 

Donghae commençait très sérieusement à s’inquiéter. Dès que sa grand-mère était rentrée, il avait fait comme si de rien n’était, pensant que Hyukjae était tout simplement parti pour faire un tour. Alors il avait dîné en tête à tête avec la maîtresse de maison, profitant d’un instant calme pour lui demander comment c’était passé sa journée.
Mais voilà qu’il attendait une quelconque nouvelle de sa part, au moins pour lui donner un signe de vie. Depuis l’après-midi, il avait attendu qu’il rentre – plus pour l’engueuler qu’autre chose au départ.

Il était déjà quasiment minuit et toujours aucune trace d’un Hyukjae dans les parages. Alors Donghae avait décidé d’aller l’attendre directement sur le pallier, faisant un détour par la chambre de l’argenté pour récupérer son écharpe si jamais il en avait besoin à son retour.
Grelotant et claquant des dents, le brun faisait tout son possible pour rester éveillé. Il avait voulu faire des jeux sur son téléphone portable en espérant que cela le fasse rentrer plus tôt, mais ni ses gants ni la batterie de son portable de semblaient du même avis que lui.

Il sursauta en entendant des craquements non loin de lui ; dire qu’il n’avait jamais été rassuré dehors en pleine nuit était un euphémisme. Mais il se détendit immédiatement lorsqu’il reconnut la silhouette de Hyukjae dans la pénombre, zigzaguant en essayant tant bien que mal de trouver son chemin grâce à la lampe de son téléphone portable et reniflant fortement.

Hyukjae n’y avait jusque là pas fait attention, mais lorsqu’il arriva à hauteur de Donghae, il ouvrit grand les yeux en remarquant la lumière du perron sous laquelle le brun lui tendait sa propre écharpe.

Il l’attrapa furieusement, essuyant les derniers sillons laissés par ses précédentes larmes.

-          Ne t’avise plus une seule fois de poser un pied dans ma chambre.

Le ton utilisé était froid, affreusement dur. Et pourtant, Donghae avait l’impression qu’il l’appelait à l’aide.