Chapitre 1

par Lee Nana

Quand tout bascule du jour au lendemain, que les personnes qu’on aime le plus nous quittent un par un, nous laissent grandir et nous perdre dans ce monde vil et injuste, quand rien ne nous épargne jusqu’à qu’un petit miracle apparaisse dans votre vie, détruit tout votre quotidien, votre haine envers ce monde qui jusqu’à maintenant ne vous avait rien offert à part la vie.

 

« Pourquoi est-ce si dur de reproduire ces pas dans ce noir permanent ? » Je me le demandais depuis longtemps mais pour moi, depuis tout jeune, c’était le noir complet. Aucune lumière ne filtrait cet épais rideau qui couvrait mes yeux. Pourtant, j’arrivais à faire ce que j’aimais le plus, danser. La seule et unique chose qui pouvait me faire vivre et vibrer. Je ne callais pas mes mouvements sur les autres c’étaient généralement les autres qui me complétaient. Cela était quelque peu agaçant au début, toutefois je m’y étais habitué. Après maints efforts, j’avais grandi dans cet univers et aujourd’hui j’en avais fait mon métier, danseur professionnel.

« La vie est injuste » m’avait-on toujours dit. Pour moi, cela m’était égal, car la lumière je l’avais vu de ma naissance jusqu’à mes sept ans. Je m’étais accoutumé à cette absence. J’avais trouvé un autre rayon soleil, celui qui me réchauffait le cœur quand j’étais triste, qui adoucissait mes peines et qui me faisait sourire en toutes occasions. Rien ni personne ne me l’enlèvera.

Pourtant ce jour où j’avais pensé ces mots, tout avait basculé. Cet incident m’avait pris un bout de soleil. Je vais tout vous expliqué. Ce jour où presque tout avait commencé…

 

POV DongHae

-«  Ah aujourd’hui il faut que j’y pense ! »

-« Que tu penses à quoi Donghae-ah ? »

-« À acheter de la nourriture pour l’anniversaire de la mort de mes parents, Eunhyuk tu pourrais m’aider si tu n’as rien de prévu ?! »

Je sentais que je le mettais mal à l’aise à chaque fois que j’en parlais. Pour certaines personnes, la célébration d’une mort était considérée comme triste, moi je voulais montrer à mes parents que malgré les désagréments que la vie m’avait apporté je vis très bien même s’ils me manquaient terriblement, je ne voulais en aucun cas les inquiéter.

-« Allez Hyuk, pour me faire plaisir ! »

-« D’accord Hae mais arrêtes de sautiller comme ça tu vas te faire mal. »

J’approchai ma main de ce que je pensais être son visage, il me sourit. Un même sourire apparait doucement sur mon visage. Il ne réagit plus à ce genre de contacts étant probablement habitué depuis tout ce temps.

-« Hyuk, cela fait combien de temps maintenant ? »

-« Combien de temps ? »

-« qu’on se connait voyons, petit singe ! »

Je commençai à courir dans le couloir que je connaissais par cœur désormais. J’explose de rire en attendant marmonner derrière mon dos qu’il n’était pas un singe et me rejoignit au pas de course. Je sentis sa présence dans mon dos. Cependant, je ne vis pas arriver les centaines de chatouilles qu’il avait l’intention de me faire subir. Heureusement pour moi, Ryeowook vint à ma rescousse.

-« Eunhyuk, laisse-le ! »

-« Mais il m’a traité de singe ! »

-« En même temps il n’a pas tort, tu es aussi agile qu’un singe… »

Je sentis Eunhyuk se relever comme satisfait de cette remarque mais je savais que Ryeowook n’allait pas s’arrêter sur d’aussi bonnes paroles, j’en rigolai davantage.

-« …Et aussi bête ! »

J’attendis qu’il réagisse mais rien n’était venu. Pourquoi ?

Je frissonnai de tous mes membres, un courant d’air ? Je tournai ma tête vers ce vent frais qui s’était invité dans la pièce.

-« Qui est-ce Hyung ? »

Rien. Le silence total me répondit. Qu’est-ce qu’il se passait ?

-« Kyuhyun que viens-tu faire ici ? Je ne pense pas que Sungmin va être heureux de te voir ici… »

La voix froide de Ryeowook me tordit le ventre d’un mauvais pressentiment.  Cela faisait deux semaines que Sungmin n’était pas venu à l’entrainement, pourtant il ne loupait aucun entrainement d’habitude. Ryeowook et Eunhyuk m’avaient dit qu’il allait bien, que cela était seulement un chagrin et que ça lui passera. Alors j’avais attendu que notre Hyung revienne. Il nous avait appelés quelques heures plus tôt, annonçant son retour parmi nous. Et j’allai de nouveau apprécier nos entrainements. Car Il fallait bien l’avouer si l’un d’entre nous n’était pas là, cela laissait un manque.

-« Wookie, je veux juste lui parler. »

Cette voix grave m’avait surprise. Une voix calme et doucereuse malgré le fait que la tristesse l’habitait. Mon cœur se serra. Je ne savais d’ailleurs pas pourquoi. Inconscient de mes mouvements, je m’approche d’un pas lent vers cette voix. Le monde entier semblait avoir disparu dans la pièce, les souffles s’épuisaient dans un silence commun, cela aurait pu être reposant si la tension qui régnait dans l’air à cet instant n’était pas électrique. Mon dos fut parcouru d’un énième frisson. Je tendis le bras devant moi, jusqu’à toucher un torse qui soi-disant passant était finement musclé, ni plus ni moins. Je laissai ma main vagabonder jusqu’à son visage, la laissant quelques secondes sur sa joue.

Je fus projeté au sol. Mes fesses rencontrèrent brutalement le sol. Des mains vinrent m’aider à me relever, j’étais un peu sonné par le choc.

-« Yah Kyuhyun tu es obligé de réagir comme ça il ne t’a rien fait ! »

-« DEPUIS QUAND ON TRIPOTE QUELQU’UN QU’ON NE CONNAIT PAS ! MAIS CA NE VA PAS LA TETE OUI ! C’est quoi son problème ? »

Le silence s’installa dans l’entrepôt qui nous servait de lieu de répétition quand on n’était pas à l’agence. J’avais bien compris ce Kyuhyun était parti après sa tirade mais il m’avait laissé un couteau dans mon cœur. Oui il m’avait blessé au plus profond de ma personne. Je savais pertinemment que les personnes communes n’étaient pas habituées à ce genre de contacts pourtant de là à me rejeter aussi violement …

-« Désolé Donghae il n’est pas très tactile de nature. Ne lui en veut pas d’accord ? »

J’hochai affirmativement aux paroles d’ Eunhyuk. Ne voulant plus y penser, je voulais à tout prix oublier. Cependant, une question me trottait dans la tête. J’étais hésitant à la poser toutefois cela me brûlait terriblement les lèvres.

-« Dis, les gars, je peux vous poser une question ? »

Le silence me répondit.

-« Les gars ? »

-« Donghae tu ne viens pas à l’agence ? »

Je compris alors assez vite que j’avais posé ma question dans le vide. Je soupirai, un peu agacé mais les rejoignis hors de l’entrepôt. Je montai dans la voiture d’Eunhyuk qui nous conduisit vers le Paradis et l’enfer mélangés. Il fallait  bien avouer que même si j’adorais danser, à l’agence c’était moins libre, les autres groupes nous critiquaient, et n’hésitaient pas à me traiter de tout ce qui leur passait par la tête. Cela faisait bien longtemps que j’avais passé le stade « dépression ». Eunhyuk m’avait beaucoup aidé par le passé. M’aidant à apprendre les chorégraphies, ce qui nous avait rapprochés considérablement. Mon cœur battait bien vite à ses côtés. Comprenant bien vite que  ces sentiments étaient d’amour. J’avais courageusement avoué mes sentiments qui étaient à mon plus grand bonheur réciproques. Nous faisions tout pour être discrets. Malheureusement, tout avait été trop beau, des jaloux avaient tout raconté au CEO, qui nous interdisait tout rapprochement de ce genre. On avait dû arrêter notre relation, restant malgré tout très proche. Les sentiments étaient toujours là.

Aujourd’hui, cela faisait trois ans qu’on ne sortait plus ensemble, une rupture contrainte. Mon cœur se serra à cette pensé.

Nous étions enfin arrivés à l’agence. Même si c’était de la torture, nous allions retrouver Sungmin.

-« Viens Hae »

Une main caressa tendrement ma joue. Je sus de suite que celle-ci appartenait à Eunhyuk. Je posai la mienne sur la sienne et la pris.

-« Guide-moi »

Il adorait le faire. Ne pensez surtout pas que je sois dépendant des gens qui m’étaient proches, au contraire en temps normaux, je n’aimais pas cela. Toutefois, Hyuk s’était autre chose.

Il me guida dans les escaliers où j’entendis toujours les mêmes rancœurs.

-« Encore l’aveugle, il ne sait même pas se démerder, qu’il est pitoyable… »

-« Je te paris qu’il a un jumeau pour danser à sa place, hahaha… »

-« En plus, il croit qu’avec le peu de beauté qu’il a il peut se la péter, que voulez-vous les chats ne font pas les chiens. »

Oui toujours les mêmes rancœurs. J’en soupirai d’agacement. Ils me faisaient tous pitié. Eunhyuk resserra ma main plus fortement, me donnant du courage.

La minute d’après, nous étions dans le couloir qui nous conduirait vers notre salle d’entrainement loin de ces rapaces. Alors que je suivais Eunhyuk, je rencontrais son dos.

-« Hyuk ? »

Je me sentis tirer de force.

-« Yah Kyuhyun ! Laisse-le tranquille. »

Tout se mélangea dans ma tête. C’était Kyuhyun qui me tirait de force ? J’avais dû courir pour le rattraper et m’éviter de tomber. Un vent frais passa dans mes cheveux et la prise sur mon poignet se desserra. J’entendis un cliquetis de porte comme si on la fermait à clé.

Un frisson de peur passa le long de mon dos.

-« Tu pourrais me regarder ? »

Je rigolai de cette expression, ne comprenant d’ailleurs pas pourquoi il me la posait.

-« Je crois que cela ne va pas être possible ? »

-« Et pourquoi donc ? »

Je souris. Il n’avait toujours pas vu que j’étais aveugle ?

-« Je me demande bien lequel de nous deux est aveugle… »

J’avais soupiré tout bas ma réponse, pensant réellement qu’il ne l’entendrait pas. Mais je m’étais trompé. Mon dos se cogna contre le mur, me faisant gémir de douleur. Il passa son bras sous ma gorge.

-« Tu te fous de moi ? »

-« Non pas du tout. »

Le silence prit place entre nous, laissant le loisir au vent de crier son désespoir. Une tempête devait arriver cette nuit. D’ailleurs, je remarquai très vite que la température avait considérablement baissé depuis notre arrivée. Dans un élan d’inconscience totale de la situation, je lui fis baissé son bras un peu trop violement.

-« Maintenant que tu t’es amusé à me trainer ici, à nous enfermer et que tu m’as limite broyer le dos, on peut rentrer à l’intérieur ? Parce que personnellement avec la tempête qu’ils prévoient je ne veux absolument pas rester dehors ! »

-« Hein mais je n’ai pas fermé la porte à clé ! »

Un ange passa avant que je ne l’entende se précipiter sur la porte, tentant désespérément de l’ouvrir. Il cria au secours, tapa sur la porte et vu les bruits, il avait aussi essayé de la défoncer vu les bruits. Pour ma part, je m’étais assis contre le mur, essayant de frictionner mes muscles pour qu’ils se réchauffent. 

-« Laisse tombé à cette heure-ci personne ne viendra. Tout le monde est à son entrainement. »

Il soupira et s’installa un plus loin, le plus loin de moi.

-« Dis le si je pue hein ! Au lieu de faire ta tête de mule, on devrait plutôt se serrer les coudes pour survivre à ta brillante idée d’aller je ne sais où dehors ! »

J’étais passablement énervé. Je ne le connaissais pas et il me créait des ennuis. De plus, de ce que j’avais compris il avait fait souffrir Sungmin. Il n’était sans doute pas une bonne personne. Un bruissement de vêtements me sortit de mes pensées et compris qu’il se déplaçait pour se coller à moi. Cette proximité effaça toutes les mauvaises pensées que j’avais eues quelques secondes auparavant. Pourquoi ? Pourquoi mon cœur s’accélérait non il n’avait pas le droit. Tentant de me calmer, je n’avais pas remarqué qu’on était aussi proche quand je sentis son souffle tapait sur le côté de mon visage. Je déglutis difficilement. Essayant par tous les moyens, de ne pas y penser. Mais rien ne marcha.

-« Ça va ? »

Non ça n’allait pas, tu es trop proche de moi.

-« Oui …je crois. »

Je sursautais brusquement quand ses mains vinrent me frictionner les bras.

-« Tu trembles… »  Comme s’il se justifiait.

Je souris à cette intention et oubliant qu’il ne supportait pas les contacts, je le pris dans mes bras. Il se crispa.

-« Qu’est-ce…qu’est-ce que tu fais… ? »

-« Je te réchauffe que veux-tu que je fasse ? »

Il se détendit au fil des secondes qui passèrent.

-« Dis Kyuhyun, je peux te poser une question ? »

-« Dis toujours… »

-« Qu’est-ce qui s’est passé avec Sungmin ? »

Seul le bruit du vent me revint aux oreilles. Son souffle était saccadé, je pouvais l’entendre distinctement grâce à notre proximité réduite. Des gouttes tombèrent sur mon épaule. Surpris, je levai devant moi la main ouverte vers le ciel attendant que d’autres gouttes se glissent sur celle-ci mais rien. Je remis ma main dans le dos de Kyuhyun. Des couinements se firent entendre. Kyuhyun pleurait ?

-« Tu pleures ? »

Il ne me répondit pas cependant hocha la tête dans un moment imperceptible. Sincèrement, je ne me serais pas retrouvé aussi près de lui, je ne l’aurais jamais su. Voulant à tout prix le réconforter, je resserrai ma prise et le berçai doucement dans mes bras comme une mère le ferait pour son enfant.

J’attendis patiemment qu’il se calme un peu avant de reposer ma question.

-« Tu veux bien m’en parler ? »

-« C’est assez long à raconter… »

-« Je pense que comme on est bloqué ici on a tout le temps qu’il faut… »

Je voulais savoir ce qu’il se passait. C’était bien assez frustrant de ne rien voir, alors ne rien savoir m’était insupportable.

-« Sungmin sortait avec un certain KangIn dernièrement. Cet homme, je l’ai vu avec un autre homme…en boite… il racontait qu’il avait un faux-petit-ami  célèbre qu’il menait à la baguette… et il n’arrêtait pas de bécoter sa nouvelle proie, je ne l’ai pas supporté alors j’ai pris des photos et je les ai envoyé à Sungmin mais dans un sens je n’aurai pas dû le faire. Sungmin est quelqu’un qui ne montre pas ses sentiments facilement, il cache tout jusqu’à ce qu’il s’écroule de tristesse ce qui a fini par arriver. Je l’ai fait souffrir et je m’en veux terriblement, je suis aussi horrible que son ex… »

Je comprenais mieux la réaction de Ryeowook et Eunhyuk vis-à-vis de Kyuhyun. Pourtant, on ne pouvait pas en vouloir à Kyuhyun, même s’il a réfléchi qu’après avoir agi, il s’en est tout de même rendu compte, de plus ce n’était pas lui qui était en tort dans cette histoire mais ce KangIn !

Je frottais énergiquement le dos de Kyuhyun, ne me rendant pas compte que je tremblais moi-même.

Un grondement de tonnerre se fit entendre au-dessus de nous. Je sursautai d’un coup et poussai un cri peu masculin. L’orage n’était pas ma tasse de thé. Le grondement m’avait toujours fait peur. Encore plus maintenant. Je paniquai totalement.  Je m’étais relevé et étais parti à tâtons vers la porte que je ne trouvai pas. C’était désormais mon tour de verser mes larmes, cependant pour une toute autre raison. Mon cœur battait excessivement trop vite, stressé d’entendre une nouvelle fois ce bruit que je considérais comme terrible.

-« Donghae ? Tu as peur du tonnerre ? »

Je ne pris pas la peine de répondre car mon corps réagit plus vite lorsque quand Kyuhyun avait parlé un nouveau coup de tonnerre avait retenti.  Je m’écroulai au sol, perdu sans repères. Voulant à tout prix, rentré dans l’agence. Pourquoi il avait fallu que je me fasse enfermer ici ?

Un troisième coup retentit.

-« Non ! »

J’avais crié tellement fort que le son de ma voix me revenait lointain et étrangement inconnu.

L’instant suivant je ne compris plus rien. Tout ce que je me rappelais c’était ses lèvres sur les miennes qui m’avaient étrangement calmé. Qu’il s’était reculé, et que dans un geste impulsif, je l’avais rapproché de moi, l’embrassant de nouveau. Je ne savais pas pourquoi j’en avais besoin. Sa peau douce, ses lèvres chaudes, son corps près du mien, je perdais toute notion de la réalité, mes pensées complètement floues.