Chapitre 8

par eucma

Chapitre 8

La journée de Ryeowook avait été particulièrement difficile, les patients s’étaient enchainés plus rapidement que d’habitude et il avait cru ne jamais voir la fin de son service. Il se dirigea d’un pas rapide jusqu’à l’arrêt de bus en desserrant sa cravate et eut la désagréable surprise de voir qu’il avait raté son bus et qu’il devrait attendre une heure avant d’en avoir un nouveau. Il profita du temps qu’il avait pour envoyer un sms à son frère afin de le prévenir de son retard, et s’arma de patience jusqu’à l’arrivé du prochain bus. Lorsqu’il arriva enfin, il était plein à craquer et, comble du malheur, resta bloqué dans les bouchons pendant un long moment.

Le jeune homme lâcha un soupir, il avait vraiment hâte de rentrer chez lui… Heureusement, il était de repos pour les deux prochains jours. Ryeowook était content, il avait son week-end pour se reposer tranquillement, rattraper ses heures de sommeil et passer un peu de temps avec son petit frère qu’il voyait très rarement en ce moment. Après plus d’une heure de trajet, il arriva enfin dans son quartier et monta jusqu’au quatrième étage, avant de pénétrer dans son appartement.

Il posa ses clés sur le meuble d’entré et rangea son blouson sur le porte-manteau, avant de se diriger vers le salon, attiré par le volume très élevé de la télé. Il y retrouva son frère assis sur le canapé et les mains contre les enceintes posées sur la table basse. Les sous titre défilaient sur l’écran et Ryeowook identifia la série comme étant Shut up, flower boys band. Son frère adorait les dramas musicaux, à chaque fois qu’il les regardait, il partait dans son monde et il était difficile de l‘en sortir. Le jeune interne s’installa à côté de son frère, Hyungsik, et le détailla un instant. Il avait encore des joues d’enfant, mais sa mâchoire était déjà très masculine et ils avaient tous les deux les même yeux rieurs. Mais malgré leurs cinq ans d’écart, son frère avait quinze bons centimètres de plus que lui, à son plus grand désespoir. Tout en observant son dongsaeng, Ryeowook eut une pensée pour le petit Minwoo. Comme quoi, on pouvait vivre même en étant sourd, en effet, Hyungsik l‘était. Le jeune homme de dix-sept ans était né ainsi, mais son handicap ne l’avait pas empêché d’aller dans une école normale. Il savait lire sur les lèvres et signer, mais il ne parlait pas. Certains sourds le faisaient, mais son frère n’avait jamais voulu. Il avait développé une certaine passion pour la musique; bien qu’il ne l’entende pas, il aimait sentir les vibrations produites par celle-ci et s’imaginer ce que pouvait être la mélodie. A l’âge de dix ans, Ryeowook avait dû apprendre à signer pour pouvoir communiquer avec son frère et ce ne fut que quand Hyungsik fut scolarisé qu’il avait appris à lire sur les lèvres.

N’ayant nullement suivit le drama que regardait son petit frère, Ryeowook fit un tour de la pièce du regard, notant mentalement qu’il fallait qu’il fasse le ménage. Il remarqua quelque chose d’étrange, impossible de trouver le téléphone.

Il tapota l’épaule de son frère pour attirer son attention et lui demanda où était le fixe.

« Il y avait un message sur le répondeur et le voyant n’arrêtait pas de clignoter. Ça attirait mon attention et m’empêchait de regarder mon drama, alors j’ai caché le téléphone. » Signa son frère, avant de retourner à sa série.

Ryeowook décida donc de partir à la recherche de son téléphone fixe et quand il le trouva, il remarqua qu’il avait bien un message vocal, et de l’assistante sociale. Elle n’avait toujours pas compris que cela ne servait à rien de téléphoner à la maison quand il travaillait... Il soupira et écouta le message. Elle voulait bien entendu savoir s’il traitait bien son frère etcetera, etcetera. Il avait le droit au même discours tous les mois.

A la mort de leurs parents dans un accident de voiture, Ryeowook avait dû prendre en charge son frère. A l’époque, il venait à peine de finir ses études de médecine et vivait encore dans un logement étudiant. Son frère avait quinze ans et lui vingt et un. Ce fut difficile, il avait obligé d’utiliser l’assurance vie que ses parents avaient laissés pour acheter un appartement, et faire venir son frère d’Incheon à Seoul. Le changement, accompagné du deuil, avait été difficile pour Hyungsik, et avait mis pas mal de temps avant de retourner à l’école, et le faite que Ryeowook commence son internat à l’hôpital le rendait moins présent et inquiétait l’ assistante sociale. Le plus drôle, mais en même temps le plus pathétique, était qu’elle demandait à parler à son frère.

Il supprima le message et retourna s’asseoir sur le canapé. Sentant le celui-ci s’affaisser, Hyungsik se tourna vers son grand frère et lui demanda qui avait laissé un message. Ryeowook lui répondit tranquillement que c’était l’assistante sociale, comme d’habitude. Son frère haussa légèrement les épaules et posa sa tête sur les genoux de Ryeowook qui joua distraitement avec ses cheveux. Ils restèrent ainsi un moment, jusqu'à ce que le ventre de Hyungsik se mette à gargouiller. Le jeune interne se leva en souriant et partit préparer le repas.

Il regarda ce qu’il restait dans le frigo et se mit à penser qu’il fallait également qu’il fasse les courses. Il soupira, il s’en occuperait demain, et son frère viendrait avec lui, qu’il le veuille ou non.

Il mit le riz dans l’autocuiseur et fit réchauffer des restes de kimchi. Durant le repas, Ryeowook s’enquit de l’ambiance de l’école à son frère et celui-ci lui demanda comment c’était passé sa journée. Une fois leur assiette terminée, les deux frère regardèrent tranquillement un film avec un grand saladier de pop-corn, avant d‘aller se coucher à minuit passé.

Le lendemain matin, Ryeowook réveilla Hyungsik aux alentours de neuf heure pour aller faire les courses malgré les protestations de celui-ci, car s’ils y allaient trop tard, il y aurait trop de monde et plus assez de choix. Les deux frères se dirigèrent vers le petit magasin qui était au coin de la rue se séparèrent pour aller plus vite quand Ryeowook, au détour d’un rayon, tomba sur Kim Kibum. Kibum était un interne de la même promotion que lui, mais le jeune homme c’était dirigé vers le service de cancérologie. Quelques personnes le surnommaient Key car il était capable d‘élaborer un plan à partir de rien et il avait un excellent esprit d‘analyse, si bien qu‘on lui avait conseillé à plusieurs reprises de se diriger en psychologie.

« Hey Ryeowook ! Comment ça va ? Ça fait un moment qu’on ne c’est pas vu ! » Dit joyeusement le jeune homme.

« Je vais bien et toi ? » Sourit Ryeowook en saluant son interlocuteur.

« Ça va, ça va, beaucoup de travail mais on ne va pas s’en plaindre !

-Effectivement, d’ailleurs, qu’est ce que tu fais ici ? » Demanda innocemment Ryeowook.

-Comme toi j’imagine. » Dit-il en désignant son panier à peine rempli.

Key rigola et Ryeowook se frappa mentalement d’être aussi stupide par moment.

Ryeowook sentit soudain uns pression en bas de son tee-shirt. Il se retourna et vu que c’était son frère qui se cachait légèrement derrière son dos. Il se décala et prit son frère par les épaules.

« Key, je te présente mon frère, Hyungsik. »

Le dit frère s’inclina devant le collègue de son hyung, puis, il se replaça à côté de son frère et lui demanda si il avait encore de choses à acheter. Ryeowook lui répondit que oui et lui donna la liste pour qu‘il continu les courses de son côté. Key assista étonné à la scène, et resta silencieux durant tout l’échange et ne reprit la parole qu’une fois Hyungsik partit.

« Alors… Comme ça ton frère est… » Commença Key.

« Sourd, oui effectivement. » Répondit tranquillement Ryeowook.

« Et ça ce passe bien ?

-Bah tu sais, par moment les autres enfants sont profondément débiles mais, depuis qu’il est dans une école spécialisée, ça va beaucoup mieux.

-Tant mieux – sourit Key - Et toi, aux urgences, ça ce passe comment ?

-C’est très chargé, mais c’est bien car on peut voir beaucoup de choses différentes. Ah ! En parlant de ça, à un moment, j’ai fait transférer un patient avec une énorme tumeur à l‘estomac, tu sais comment il va ?

- Et bien il s’est fait opérer et est maintenant en réanimation. Mais, dit-moi les urgences, ce n’est pas super épuisant ?

- Je viens de finir mon stage en néonat’ et j’avoue que c’est beaucoup moins fatiguant que les urgences.

-Oh ! Tu as bossé en Néonat’ ? » Demanda Key, intrigué.

« Oui j’ai fait une semaine de stage là-bas.

-Alors ? Comment c’est, parce que d’après les bruit qui courent, la chef est psychorigide et l’infirmier complètement laxiste.

- Non, le chef n’est pas si rigide que ça. » Rigola Ryeowook en se souvenant des briefings matinaux.

Key le regarda, soupçonneux et peu convaincu.

« Bon, tu as raison, je me suis cru dans un camp militaire.

-Et l’infirmier ?

-Qui ? Heechul ?

-Ah ! Oui c’est ça ! Encore d’après les rumeurs, il parait qu’il a couché avec beaucoup, beauuuuucoup de monde et qu’il adore s’en vanter.

-Et bien, il est très compétent dans son travail, mais en revanche les rumeurs sont vraies, il adore se vanter de ses conquêtes. »

Key se mit à s’agiter dans tous les sens, sous le regard incrédule de Ryeowook.

« Olala, quand les collègues vont savoir ça ! »

Le jeune homme ne semblait pas se calmer et continua de discuter avec son collègue, tandis que pendant ce temps, Hyungsik avait fini de faire les dernières courses. L’adolescent rejoignit les deux hommes et dit à son frère qu’il avait envie de rentré, sinon il allait louper la suite de son drama.

Ryeowook soupira, son frère était vraiment trop accro aux séries. Key, qui s’était calmé, se demandait ce qu’il se passait.

« On a fini les courses et mon frère veux y aller, je vais te laisser. » Répondit calmement Ryeowook avant de saluer son collègue.

Key regarda son panier, puis l’heure, et soupira, il avait passé quasiment une heure au supermarché et ses achats n’étaient toujours pas terminés. Son colocataire allait le tuer...

Arrivés à la caisse, les deux frères attendirent patiemment que la grand-mère devant eux ait fini de faire son chèque pour pouvoir payer leurs achats. Une fois rentrés chez eux, ils rangèrent tout cela dans la cuisine, quand Hyungsik signa:

« Dit Hyung, c’était qui l’homme avec qui tu discutais ? »

 « Oh, un collègue de travail. » répondit tranquillement Ryeowook en rangeant les courses dans les placards.

« Hyung, pourquoi je n’ai jamais vue tes collègues de travail ? Tu as honte de moi ?

- Je n’aurais jamais honte de toi ! Tu es mon petit frère chéri ! Mais tu ne m’as jamais demandé à les rencontrer et je n’y ai pas vraiment pensé. Tu sais, on a beaucoup de travail et pas vraiment l’occasion de s’inviter. Et puis, avec tout ce qui c’est passé, j’ai pensé que tu voudrais être au calme. Si tu veux vraiment rencontrer mes collègues, j’essayerai de les inviter un jour, d’accord ? »

Rassurer pas les mots de son grand frère, Hyungsik fini de ranger tranquillement les courses, avant de se précipiter sur la télé pour ne pas manquer une miette de son drama.

Ryeowook resta quelques minutes à réfléchir dans la cuisine pour savoir ce qu’il préparerait à midi, quand le téléphone sonna. Il se dirigea vers le meuble et regarda le numéro qui s’affichait: encore ces assistantes sociales… N’allaient-elles donc jamais le lâcher ?!

Il soupira et décrocha:

« Kim Ryeowook à l’appareil.

-Ah ! Monsieur Kim, je peux enfin vous joindre. J’ai pourtant bien laissé un message sur le répondeur mais personne ne m’as rappelé.

-Je n’ai vu le message que tard hier soir et mon frère ne peux pas utiliser le téléphone.

-Bon, j’imagine que vous savez pourquoi je vous appel ?

-Bien sur, comme tout les mois, vous voulez savoir si Hyungsik est bien nourrit, s’il va bien à l’école… Et bien sachez que mon frère a de très bons résultats, je peux vous scanner ses bulletins si vous le voulez, il mange à sa faim, vous voulez aussi son poids peut-être ? Autre chose ?

-Ne soyez pas si agressif avec moi s’il vous plaît. Oui, je voudrais parler à votre frère.

-Vous n’avez toujours pas compris depuis le temps ?? Mon frère est sourd, S-O-U-R-D ! Il ne peut pas utiliser le téléphone ! Sur ce, bonne journée madame ! »

Ryeowook raccrocha violemment le téléphone et le jeta sans ménagement sur le meuble. Non mais vraiment, cette assistante sociale était complètement sénile ! Depuis maintenant plus de deux ans qu’elle les suivait, elle n’avait toujours pas intégré le fait que Hyungsik était sourd. Il tourna la tête vers son frère, et pensa que des fois, ça avait quelques avantages, car cela lui évitait d’entendre ce que pouvait dire ces assistantes sociales.