Air de grincheux

par Oksa_nana〜

C’est bon, je vais enfin lui dire. Il y une grande force en moi qui me dit de tout lui avouer et en finir une bonne fois pour toute ! Tout ce que je souhaite c’est qu’il ne soit pas dégouté de mon incroyable attirance envers lui.

Inconsciemment j’exerçais une forte pression sur le bras de Baekhyun que je tenais fermement pour ne pas qu’il parte. C’est vrai, je me sens mal, pas parce que je vais déballer mon amour au grand jour mais parce que j’ai le bide qui me trahit ! Je tenais mon ventre et j’ai dû aller vite fait au toilettes -je vous passe les détails bien évidemment-. Une fois sortie, je me sentais horriblement frustré de ne pas avoir pu faire part de mes sentiments. Baekhyun m’attendait dans le couloir les yeux grands ouverts et je me sentais rougir de gêne. C’était grave la honte !

Je voyais que ces lèvres tremblaient légèrement, ses mains allèrent lentement se diriger vers ces côtes. Il éclata de rire pour se moquer de moi comme à sa plus grande habitude. Après notre dispute de cette après-midi je le vois enfin rigoler - même si c’est pour ce foutre de ma gueule-. C’est vrai je suis déçu, mais grâce à ce mal de ventre j’ai pu voir le sourire enfantin de Baekhyun. Par contre le seul problème là c’est…

Quand il est comme ça, plus rien ne peut l’arrêter, à part un bon coup dans l’entre jambe, mais je ne m’appelle pas Sunny et je ne le ferai pas au risque au début d’une nouvelle dispute. Quand mon ami a commencé à se calmer, il reprenait petit à petit sa respiration mais elle fut vite coupée.

Monsieur Park Jung Soo nous accoursait avec une grande énergie.

Je suivais Baekhyun en sachant déjà qu’il allait nous sortir de ce pétrin, mais j’ai commencé à prendre peur en voyant ou il m’emmenait.

On fit pris de court, l’enseignant arrivé de nulle part et nous pris de chaque mains par le col de derrière. Il nous traina ainsi jusqu’au bureau du proviseur.

Je me frappai le front devant la débilité de Baek, il ne peut pas s’empêcher d’en rajouter une.

Je sentais que tout mon sang ne faisait qu’un tour, je plaquai ma main sur les lèvres de mon coéquipier pour le faire taire car je savais qu’il allait dire une connerie qui allait valoir un foutage de gueule des deux adultes. Il y a un grand blanc dans la pièce et je devais me justifier pour avoir cloué le bec à cet abruti.

Le directeur nous fixait sans nous lâcher d’une semelle et un sourire esquissa sur son visage, notre professeur lui n’en pouvait plus de nos conneries à répétition. Au final notre boss éclata de rire et tout le monde dans la pièce le regarda horriblement choqué.

C’était notre chance, pour une fois qu’on ressortait du bureau du grand chef sans bricoles. Baekhyun et moi on se regardait surpris de la décision, on remercia notre hyung et sortit vite fait bien fait.

Je n’y crois pas, Baekhyun qui s’excuse et aussi qui m’invite à la maison ?! Je dis oui tout de suite !!! Je ne peux pas laisser passer cette chance inouïe ! J’étais prêt à lui dire que j’étais d’accord, et mon corps fit le travail plus vite prévu. Je le pris dans mes bras, oui comme ça. Comme si de rien n’était mais… chut ! Je lui soufflais doucement à son oreille.

Je le lâchais lentement avec regret de ne pas pouvoir le garder plus longtemps près de moi. On se dirigeait vers la maison de Baekhyun et comme d’habitude, sa baraque me fout toujours un froid dans le dos. Je me demande comment il fait pour pouvoir vivre seul… Une fois à l’intérieur Baekhyun me fit comprendre que je pouvais faire comme chez moi. Je m’asseyais sur un des canapés du salon pendant que Baek allait chercher des boissons. Il me rejoignit un sourire aux lèvres et me passe la canette de Coca. Je pris la boisson et savoura chacune des gorgées, j’ai toujours était comme ça, profiter au maximum des biens qu’on me donne et ceux même si c’est qu’une vulgaire canette.

J’avalais de travers suite aux paroles du moins pas extraordinaire de Baekhyun.

Je claquai mes doigts contre la canette pour faire le plus de bruit possible et combler le silence qui avait pris le dessus. Baekhyun me tira la joue et rigola comme un bon vivant devant mon innocence… enfin je crois.

Cette phrase sonnait un peu bizarre venant de lui, mais rien de bien méchant car il se leva pour allumer la télé et amener de manettes de Ps4.

Il mit le disque en route et le jeu commença en montrant une jolie blondasse en bikini. Je regrettais déjà d’avoir proposé ce jeu douteux. C’est interdis à moins de combien ? … dix-huit ans ?! Mais on n’a pas l’âge ! On dirait que ça ne lui dérange pas à Baekhyun. Je pris la manette en main et me demanda comment ce truc marchait, j’appuyais sur tous les boutons et voyait que je faisais du grand n’importe quoi, mon personnage pris une grenade et la jeta à la figure du perso de Baekhyun. Celui mourra en petit morceaux…

Il souffla et s’approcha de moi sur le canapé, mon cœur fit un bond et il toucha mes doigts pour me montrer correctement ce que je devais faire dans le jeu sans le tuer « accidentellement ». La distance et le contact me troublait tellement que je n’écoutais même pas ce qu’il me disait. A la fin des explications l’aventure délirante débuta enfin… on a décidé de voler un avion, ce n’est pas gagné.

Durant tout le long ça à ressembler à ça. Et tout ce cinéma juste pour un avion qu’on n’a même pas réussi à s’approprier. Au premier essai on arrivé pas à trouver l’aéroport, donc j’ai proposé à un Baekhyun «  calme » pour l’instant de regarder sur la carte. Il me guidait pendant que moi je nous emmenais en voiture.

Quant au bout de trente minutes on a réussis à atteindre l’aéroport, Baekhyun m’a fait comprendre que si on rentre à l’intérieur la police va nous poursuivre et vont pas se gêner pour nous tirer des balles dans le fion. Une fois, deux fois, trois fois que je suis mort. C’est frustrant à force ! Je ne sais pas combien de temps on est sur ce foutu jeu mais on a par le biais de la chance je crois -ou par le désespoir de toujours perdre aussi- on a eu un avion, on a accéléré comme un malade sur la piste et… on s’est envolé… Nan sérieux on a réussi là ! Je ne peux pas vous dire la joie immense que j’ai ressentie quand on a atteint les nuages. Il se faisait tard et je décidai de partir à contre cœur.

Il posa dans ma main un sachet de cookies et me sourit gentiment, je le remerciais et lui fit un dernier coucou avant de lui tourner le dos et de disparaitre dans la nuit. Je suis trop heureux ! I’m so happy ! On s’est réconcilié et il ne me fait plus la tête ! Je marchais tranquillement dans une rue « riche » en décor et « bien » illuminé avec vraiment « beaucoup » de monde ! Non sérieux c’est la première fois que je me sens aussi seul dehors. Ma crainte s’accentua quand j’entendis un objet lourd qui tomba dans la pénombre.

J’entendais quelque chose derrière moi qui se rapprochais furtivement. Je me retournai pour voire de quoi il s’agissait mais cette chose sauta sur moi et me fit tomber en arrière, je me tapai lamentablement le crâne au sol. J’ouvrais doucement les yeux pour voire de quoi il s’agissait, et ma peur me fit défaut. Le chien blanc de ce matin avait des yeux couleurs ambre, il m’affichait un regard sans pitié. Il était juste au-dessus de moi et il posa son antérieur droit sur mon torse pour éviter que je me relève. Son autre antérieur était posé sur mon bras gauche et je pouvais bien sentir le bout de ses griffes à travers le tissu de mon haut. Malgré sa minceur, cette bête arrivait à me maintenir au sol. Il renifla farouchement tout mon visage.

Il poussa un grognement et me lâcha en se mettant à côté de moi sans faire d’embrouille enfin presque… Il posa son museau dans ma poche de pantalon prit sans vergogne le sachet de cookies que m’a donné Baekhyun. Il courra loin très loin avec le paquet entre les crocs. J’étais dégoûté et en colère, merde ! C’était mon cadeau ! Ma récompense ! Et tout ça volait par un chien errant qui va surement le régurgiter après les avoir avalé. Je me relevais et enleva la poussière de mes vêtements. Je me dirigeais vers la maison encore énervé de ce qu’il venait de se passer. Pas loin de ma baraque, je sentais qu’il allait m’arriver un autre ponpon. J’ai vu juste ! Le chien de tout à l’heure était en train de bouffer au bas de chez moi, les gâteaux que m’avait offert Baekhyun !

Il sursauta quand il me voyait et se recroquevilla sur lui-même pour annoncer qu’il allait attaquer.

J’avais déballé toute ma haine à ce chien qui est vraiment en mauvais état. Mais il m’avait trop énervé. Je suis quand même un sacré taré pour vouloir parler à un animal qui ne me veut pas du bien. Et je sens que je vais finir par être son repas si je ne m’en vais pas tout de suite. Mais comment faire ?! Il est juste devant ma porte et je ne peux pas passer ! Mais bizarrement après le pétage de plomb, ce chien- loup se calma mais il me regardait d’un air toujours aussi mauvais.

La bête fit quelque pas sur le côté pour me laisser le chemin mais il restait toujours sur ses gardes au cas où je m’en prendrai à lui. Je passai ma clef dans la serrure et ouvra la porte pour enfin rentrer sain et sauf, mais ce n’était pas encore finit. Le chien me retenait en plantant ses crocs dans le bas du pantalon.

Je posai mon regard sur lui et il se recroquevilla sur lui-même avec la peur et la méfiance je pense. Ses gestes et son corps me faisait pitié, je cherchais dans ses yeux le moindre sentiment commun qu’on pouvait avoir en ce moment même.

Il me lâcha et devient tout de suite plus raisonnable qu’avant. J’entrais et allumer toutes les lumières de la maison. L’animal scrutait le nouveau décor et semblait intrigué par tout ce qui nous entourait. Je jetais mon sac d’école sur le seul canapé du salon et sortit un gros steak pour satisfaire l’appétit de monsieur. L’intrus prit la viande et se réfugia dans un coin de la pièce pour la bouffer.

Il m’ignora et se contenta juste de manger, je m’approchais doucement près de lui mais il me grilla tout de suite et grogna.

Il mâchait et me guettait du coin de l’œil, j’avançais ma main vers lui en priant très fort qu’il ne me l’attrape pas.

Il leva la tête vers moi les oreilles en arrière, je décidai d’ignorer ses avertissements et toucha son doux poil le plus calmement possible. Il ferma les yeux pour mieux sentir cette caresse et je peux vous dire que j’étais fière de moi ! Je pouvais enfin le voire sous toutes les coutures, le mieux pour lui était de lui faire un bain. Il était sale et c’était le moment de le faire tout beau. Je l’emmenais dans la salle de bain et fit couler un bain à température ambiante, il hésita à se jeter dedans, après une minute de décision acharné, il sauta dans l’eau et m’éclaboussa au passage. Le chien poussait des petits cris craintifs et implorants quand il voyait l’eau qui bougeait sous ses pattes.

Bon j’arrêtais de me foutre de sa gueule, et je commençais à frotter son poil sale avec un gant de toilettes. Après le combat contre le pelage crasseux de l’animal je réussis enfin à le faire briller de mille feux. Il sauta de la baignoire et secoua tout son corps pour enlever toute l’eau. Je poussais un cri en voyant qu’il venait en un instant de ruiner toute la pièce avec ses conneries. J’ai dû frotter tout son bordel avec une serviette pendant que Monsieur se promenait dans la maison. Pour un chien errant il a vite pris ses aises je trouve. Je le rejoignis dans le couloir et je le voyais immobile en train de contempler une photo de ma mère et de moi quand j’étais encore qu’un gosse.

Il leva la tête vers moi surpris de ma réaction montrant ma gêne puis il continua sa route en s’en battant les steaks. J’en reviens pas comment une bête comme lui peut autant me rendre fou.

Il poussa avec le bout de son museau la porte entre ouverte de ma chambre et entra sans vergogne. Ok… sans scrupule la boule de poil. Après tout c’est l’heure de dormir. Tiens ? C’est une bonne idée de prénom ça « boule de poil » ! Bah justement, boule de poil s’asseyait face à la seule vitre de la pièce et regarda dehors. J’avais l’impression qu’il jugeait le monde extérieur avec ses yeux couleurs ambres, quand il me fixe, je me mets à stresser comme un malade car il lit en moi, j’en suis sûr. Je mettais mon pyjama dos à la bête, puis je sautais sur mon lit épuisé de la journée que je venais de passer. Boule de poil s’approcha timidement de moi, il me regardait avec des yeux humides comme si il me demandait la permission de dormir avec moi. Je tâtonnais la couette du lit pour lui montrer que la place étais libre, il se plaça la tête sur mes cuisses, j’hésitais fortement à le caresser par peur qu’il me face encore son ours grincheux.

La fatigue me prenait et me faisait dire n’importe quoi ou plutôt… une vérité que je n’ai révélé à personne, la bête leva une oreille attentive à mes paroles.

Bordel… je viens de me confier comme ça à quelqu’un qui n’est même pas humain et qui ne peut même pas me répondre. Depuis tout à l’heure je parle comme un dangereux psychopathe. Je dois être vraiment à bout pour avoir tout déballé à un chien de rue ! Mes yeux se fermaient tout seul sans que je puisse lutter et je dormis pour de bon.



Je me réveillais en sursaut après le cri que je venais d’entendre, c’était ma mère qui venait de se jeter sur boule de poil pour lui faire un câlin.

Elle me frappa la tête, je soupirais et me levai pour aller me préparer pour l’école. Je n’y crois pas, le cleb a déjà réussi à hypnotiser ma mère, je le sens mal. Et sur le chemin du lycée boule de poil avait décidé de me suivre pour me « protéger » d’après ma mère.

Merde ça me soûle ! Aujourd’hui il n’y en a que pour ce chien ! Je pris Baekhyun par le bras et le tira à l’intérieur du lycée. Aujourd’hui Baekhyun n’a fait que me poser des questions sur l’animal que j’avais trouvé, je lui expliquai un peu en gros ce qui venait de se passer. La journée ne fut basée que sur ça, c’était soûlant et j’avais hâte que ça soit finit.

Quand il est comme ça, ça me donne envie de le prendre dans mes bras. Je voyais de loin de boule de poil qui venait en courant, il était prêt à m’escorter jusqu’à mon lieu de travail. Je travaille au café du coin, je fais ça pour aider ma mère niveau économie. Une fois arrivé boule de poil m’attendait derrière les carreaux et regardais mes moindres faits et gestes.

Kangin mon supérieur, un mec plutôt baraqué et bon vivant. Je me suis tout de suite entendu avec lui quand je l’ai vu lors de mon premier jour de travail. C’est un homme bien, et je compte sur mes capacités à servir des verres pour l’aider à tenir son café ! J’enfilais mon uniforme dans les vestiaires, j’avais l’air d’être un majordome distingué habillé comme ça… Le service se termina tard, très tard. Boule de poil n’avait pas bougé durant tout le long. Sur le chemin du retour j’envoyais un texto à Baekhyun pour m’excuser de ne pas avoir pu venir. Il me renvoya un message pour me dire que ce n’était pas grave et qu’il comptait sur moi pour un autre jour de la semaine. Je me sentais battre des ailes et l’animal qui me suivait me regardait bizarrement après le message que j’avais reçu. Le lendemain au lycée c’était le jour de l’arrivé de la nouvelle, Baekhyun était excité de savoir qu’une nouvelle fille allait faire partie de notre classe. Bien sûr je cachais mon dégoût et contentais juste de dire encore et encore que les filles sont naïves et pas gentils !

La porte de la classe s’ouvra et Henry entra dans la pièce l’air complètement terrorisé. Il était tétanisé et crispé, il au milieu pour que tout le monde le voit et il avait du mal à en placer une tellement qu’il était blanc.

Cette nouvelle personne entra d’un air timide dans la classe.