First confrontation

par AkiKumiko

5 ~ First confrontation ~

SeungHo entamait les premières notes lorsque JiHoon et Akihito arrivèrent, interrompant leurs répétitions. Un peu irrités, le groupe composé de Ritsuka au violoncelle, Ayaka au violon, SeungHo au piano, Joon, JiYoon et HyunA à la danse, se dirigèrent vers eux.

-          Qu’est-ce qu’il y a hyung ? demanda SeungHo.

-          Eh bien, nous avons un shooting samedi après-midi. Avec les trois groupes, AnymA, MBLAQ et 4minute. Les autres sont déjà prévenus.

-          Dans trois jours ? Aussi tôt ?

-          C’était le seul jour disponible pour que les trois groupes puissent se réunir, expliqua Akihito. Il aura lieu à partir de deux heures.

-          Et puis, de toute façon, vous vous en sortez à merveille pour l’entraînement. Une petite pause ne vous fera pas de mal !

JiHoon n’avait pas tort. Malgré le peu de temps qui avait passé – deux semaines et trois jours – le groupe avait bien avancé, sans trop de difficultés, et tout se passait dans la bonne humeur. Il n’y avait donc pas de quoi s’inquiéter.

-          Même notre agence a accepté ? s’étonna JiYoon.

-          Oui, répondit Akihito. En fait, ça fera une partie MBLAQ/Aryca et l’autre partie 4minute/AnymA. Comme nous avons une certaine notoriété, malgré le fait que nous soyons indépendants et un peu trash sur les bords, ils ont bien voulu.

-          Vraiment ? commença Ritsuka en coréen, puis elle continua en japonais. Les coréens m’étonneront toujours !

-          Pas que toi, fit de même Akihito.

-          Bon, sur ce, nous vous laissons, termina JiHoon. Bon courage !

Tous saluèrent le plus âgé qui partait avec le leader d’AnymA. Puis SeungHo se replaça au piano, et ordonna d’une voix forte :

-          Allez, au travail. On reprend !

*****

Il était un peu plus de dix-neuf heures lorsque les filles arrivèrent à leur villa, les doigts engourdis de s’être trop longtemps entraînés avec leurs instruments à cordes. Ritsuka s’affala de tout son long sur le grand canapé du salon, se massant les mains et les bras. Ayaka alla chercher un verre d’eau glacée, puis s’assit dans un des fauteuils. ChunJi arriva alors, les bras chargés de paquets.

-          Bonjour les filles ! Alors ces répétitions ?

-          Fatiguant pour mes doigts ! s’exclama Ritsuka. Je n’ai jamais eu autant de ma vie répété sur ce fichu violoncelle. Je n’arriverai plus à écrire pendant une semaine.

-          N’exagère quand même pas.

-          Regarde mes doigts !

Elle montra ses extrémités de doigts totalement rougis et un peu gonflés, et ChunJi étouffa son rire par une toux simulée.

-          Plonge-les dans une bassine d’eau chaude, avec un peu d’huile essentielle, lui conseilla Yasuro qui arrivait lui aussi avec des paquets dans les bras. Au fait, tenez, c’est pour vous. Des paquets de fans, le staff nous les ont rapportés de notre adresse au Japon.

-          Et un paquet spécial pour toi, Ayaka, c’est ta famille qui te l’envoie, je ne sais pas pourquoi ça s’est retrouvé dans les cadeaux venant des fans ! rajouta ChunJi.

Les filles se plongèrent dans les colis, découvrant des lettres, des peluches, quelques bijoux, des dessins, et Ayaka ouvrit enfin celui que sa famille avait envoyé pour elle. Elle lut la lettre attentivement, puis découvrit un dessin d’enfant, et une petite boite où se trouvaient deux bracelets d’argent.

-          Ça vous dérangerait si une petite fille venait à la maison ? demanda avec un sourire Ayaka.

-          Non, JiYeon vient ici ?

-          Oui, mes parents nous la confient, ils partent dans un tour du monde, enfin, pas pour le plaisir. Ça fatiguerait plus JiYeon que de la faire venir ici et de nous suivre. De toute façon, en ce moment, on n’a que les répétitions et l’avancement de l’album.

-          Oui, c’est juste. Et elle est tellement adorable ta nièce, alors je pense qu’il n’y aucun soucis, fit Yasuro.

-          JiYeon ! s’exclama ChunJi. Je vais enfin pouvoir lui faire une robe, elle qui me le demandait sans arrêt. J’en ai un peu marre de jouer tout le temps de la basse, ça me changera les idées. Ta nièce est juste un excellent modèle, tout comme toi d’ailleurs, plaisanta-t-il.

-          Fais juste attention de ne pas devenir complètement gaga d’elle, elle risque de te faire tourner en bourrique !

-          Je crois que c’est déjà le cas !

Ils rirent tous de la plaisanterie de ChunJi, puis Ritsuka demanda :

-          Et quand arrive-t-elle ?

-          Dans trois jours.

-          Mais c’est pendant le shoot ! s’exclama ChunJi. On va faire comment pour aller la chercher ?

-          Si c’est le matin, aucun problème. Si c’est l’après-midi, en effet, le shooting va nous empêcher d’y aller, remarqua Yasuro.

-          Je vais aller voir avec mes parents. Mais je crains quand même que l’arrivée de JiYeon soit justement pendant ce shooting.

Ayaka s’éloigna, allant dans sa chambre, et saisit le combiné. Elle composa le numéro japonais de la demeure familiale, puis attendit quelques minutes avant qu’une voix douce ne lui réponde.

-          Bonjour, vous êtes bien chez les Lee-Isagami. Isagami-san à l’appareil.

-          Maman, c’est moi.

-          Ayaka ? Oh, comment vas-tu ma chérie ? Tu nous manques énormément.

-          Bien, et vous aussi vous me manquez. JiYeon arrive dans trois jours, n’est-ce pas ?

-          Oui, cela ne te dérange pas, j’espère. Ton père et moi ne pouvons pas faire autrement, et JiYeon n’arrête pas de te demander. Tu lui manques beaucoup, tu sais.

-          La coquine. Elle ne t’embête pas trop j’espère.

-          J’ai l’habitude des enfants. Ta sœur et toi étiez de vraies piles…

Sa voix s’éteignit dans un soupir.

-          JiYeon ressemble tellement à ta sœur lorsqu’elle était petite. J’espère que son karma ne sera pas aussi tendu.

-          Maman, ne t’inquiète pas.

-          Tu as raison… Mais je ne peux m’en empêcher, tu sais très bien que c’est ma nature de mère. Tu verras, quand tu auras pris de l’âge et que tu auras un enfant, tu me comprendras, rajouta-t-elle malicieusement.

-          J’espère que ce jour-là est dans longtemps ! répliqua Ayaka, amusée. J’ai le groupe et mon travail me tient à cœur.

-          Certes. Tu m’appelais pour JiYeon, non ?

-          Oui. Arrivera-t-elle le matin où l’après-midi ?

-          L’après-midi, ma chérie. Je sais très bien que c’est le matin d’habitude que tu es libre, mais là, c’est tout bonnement impossible. Nous partons en même temps que JiYeon, mais pour les Etats-Unis, et il était impossible pour ton père de décaler son rendez-vous.

-          Pas de soucis. Je trouverai le temps l’après-midi, pour aller la chercher. De toute façon, les quatre fous auront sûrement le moyen de combler ma présence pour une heure.

-          Je suis navrée, ma chérie. Mais tant mieux si tu ne vois pas trop d’inconvénients. Lorsque nous serons de retour, je veux vous inviter à déjeuner, toi, Akihito, Ritsu-chan, ChunJi et Yasuro. Ainsi que JiHoon, s’il veut se joindre à nous. Je pense qu’il est temps de lui pardonner, et c’est en quelque sorte le père de notre petite...

-          Ce serait avec plaisir, Isagami-san ! hurla au passage Akihito, qui passait devant la chambre d’Ayaka.

-          Hahaha, à la bonne heure. Bien, je te laisse, je vais aller préparer le dîner de ton père. Il te dit de bien prendre soin de toi, qu’il t’aime, et que tu dois dire bonjour de sa part à JiHoon-kun. Nous t’aimons.

-          Moi aussi. Je vous aime. A bientôt, et bon voyage.

-          Merci mon ange.

Ayaka raccrocha, puis alla voir le reste du groupe installé dans les canapés, sauf Yasuro qui cuisinait. Elle rejoignit Ritsuka et s’enfonça dans le fauteuil confortable.

-          JiYeon arrive l’après-midi, pendant le shooting. Il va falloir que je m’éclipse pendant.

-          Aïe. Ça va être dur. Je propose qu’on fasse d’abord le shooting avec les MBLAQ, vu qu’il n’y aura pas grand monde, comme la plupart sera en train de déjeuner. Groupe, puis individuels et duos, tu t’éclipse, puis on reprendra avec les individuels et duos avec les 4minute, puis groupe et enfin super photo de groupe, proposa Akihito.

Les autres acquiescèrent. Le planning était prêt.

*****

Douze jeunes hommes attendaient, lassés par leur emploi du temps et ces annulations de dernière minute.

-          Sérieux ?

-          Oui, sérieux.

-          Purée, on a bougé pour rien !

-          Calme-toi, Heechul hyung ! s’exclama Kangin.

-          Comment perdre du temps en une journée, soupira Yesung.

Le leader, Leeteuk, était absent, parti voir ce qu’il en était vraiment. Sungmin leva les yeux au ciel, puis regarda d’un air vitreux les autres membres du groupe. Leur promotion pour leur dernier album les avait tous fatigués, et cette annulation de shooting tombait mal. Ils avaient besoin de sommeil et de repos, et bouger pour entendre une telle nouvelle avait de quoi les exaspérer. Les yeux étaient cernés, et même le maquillage avait du mal à dissimuler tant de poids. Même Donghae, Eunhyuk et Shindong, habituellement joyeux, se terraient derrière un silence de mort.

Leeteuk arriva alors, un peu triste, interrompant les pensées de Sungmin, et leur expliqua la situation.

-          Ils ont oubliés qu’on devait être là.

-          Quoi ? s’écrièrent les autres membres du groupe.

-          Comment ça se fait, hyung ? demanda Shindong.

-          Quatre groupes ont pris notre place. Enfin, plus que trois maintenant. Mais ils doivent être assez importants pour qu’on les fasse passer avant nous.

-          Attends, c’est quoi le nom de ces groupes ? l’interrompit Heechul, impétueux comme toujours.

-          MBLAQ, 4minute…, commença leur manager.

-          Quoi ? Ce sont des nouveaux ! s’exclama vexé Heechul. C’est quoi, ce non-respect ?

-          Zen, hyung, zen ! tenta de le calmer Siwon, mais il était déjà parti en fulminant.

Sungmin ne le sentait pas vraiment, et se mit à le suivre, tout comme Leeteuk, Shindong, et Hangeng. Heechul se dirigeait vers une des salles de shooting, et entra, en hurlant sur tout le staff.

-          Mais c’est quoi ce boulot ?

-          Hyung !

-          Heechul !

Cinq filles et cinq jeunes hommes, posaient élégamment, et lorsque leur aîné entra en pestant, ils le regardèrent d’un air étonné. Heechul continuait à passer sa colère sur le staff, et Leeteuk avec Hangeng essayaient en vain de le calmer. Sungmin et Shindong entreprirent de s’excuser de l’attitude de leur aîné auprès des gens dans la salle, quand Sungmin vit un des jeunes hommes s’excuser à son tour poliment. Un autre vint à côté, et répondit à sa place.

-          Il n’y a pas de soucis. C’est un peu de la faute de nos managers aussi…

Mais Sungmin n’entendait pas les excuses. Il n’avait d’yeux que pour le premier, très androgyne et à l’air fragile.

                « Et merde. »

Shindong se courba à nouveau, puis vit Sungmin. Celui-ci avait l’air totalement abasourdi devant le jeune homme qui s’était courbé en premier.

-          Sungmin, viens. Je sais qu’ils sont…heu…ont un style particulier, mais ce n’est pas la peine de les regarder comme ça ! Excusez-le, nous sommes tous fatigués…

Sungmin n’entendait pas les voix, qui étaient comme mélangées dans sa tête. Il y avait comme un problème. Son cœur s’était mis à battre vite, trop vite, quand il l’avait vu. Il était attiré, et pas qu’un peu par ce jeune homme. Physiquement attiré.

                « Et merde. »

Et se rendant compte qu’il le fixait trop, il rougit légèrement, puis courut vers la porte. C’est cette sortie qui eut le mérite de calmer Heechul.

-          Il lui arrive quoi ? sortit l’aîné, d’un air étonné.

*****

Le groupe avait déjà entamé les photos en tant qu’Aryca, avec les MBLAQ. JiHoon les regardait, d’un air amusé, puis il regarda l’heure.

-          Ayaka, il faut aller chercher JiYeon !

Saluant les photographes et les assistants, Ayaka quitta la pièce, se changea et accompagnée de JiHoon, se rendit à l’aéroport. Le trajet fut rapide, et ils avaient dix minutes d’avances avant l’arrivée de la petite fille. Quelques fans reconnurent JiHoon, qui les salua poliment avant de retourner à la discussion qu’il avait avec Ayaka.

-          Alors, à qui ressemble-t-elle, cette petite JiYeon ? Elle doit être adorable !

-          Pas qu’un peu. Mais très fatigante parfois. Comme tous les enfants d’ailleurs. Mais je suis sûre que tu l’aimeras. On dirait Ayumi, comme le dit toujours ma mère.

-          En même temps… C’est sa fille.

Ayaka sentait comme une amertume dans la voix de JiHoon. Elle lui tapota le dos.

-          Mes parents te passent le bonjour. Ils ont très envie de te revoir. Et ma mère veut absolument un déjeuner à son retour avec nous tous. Akihito, ChunJi, Ritsuka, Yasuro et toi.

-          Vraiment ? Ils ne m’en veulent pas ?

-          Pourquoi t’en voudraient-ils ?

-          Leur fille est morte… Un peu par ma faute.

-          Tu n’es en rien responsable. D’ailleurs, ils te considèrent comme le père légitime de JiYeon.

-          Que… ?

-          Oui, même si tu n’es pas le père biologique, tu es de la famille pour mon père et ma mère.

Ils furent interrompus par un cri de fillette, qui courait d’ailleurs vers eux.

-          Ayaka-chan !

-          JiYeon ! ça va ? Allez, il faut que je retourne travailler. Tu nous accompagnes ?

-          Oui ! Qui est le monsieur ?

-          C’est un ami coréen. Il aimait beaucoup ta maman.

-          C’est vrai ?

Elle se tourna vers JiHoon, le salua, puis dans un coréen presque parfait, lui dit :

-          Bonjour ! Dis, tu n’as pas joué dans un drama toi ?

-          Haha, bonjour toi. JiYeon, c’est ça ? Je m’appelle Bi. JiHoon pour les amis.

-          Bi ! Oh, c’est…

-          Chut, JiYeon.

Elle fit semblant de se coudre les lèvres et posa son index devant la bouche. Puis, elle prit la main de JiHoon, toute contente de pouvoir se tenir à côté d’une telle star. JiHoon sourit, regarda Ayaka, puis d’une voix amusée, lança :

-          Bon, on retourne au boulot !

Le retour fut tout aussi rapide, et Ayaka se croisa un groupe de jeunes hommes exténués. Elle bouscula légèrement un des jeunes hommes, aux cheveux noirs violine, la mèche légèrement sur ses yeux. Elle s’excusa rapidement, puis retrouva sa loge, où elle se changea, un peu la tête ailleurs. Elle avait vu ces gens quelque part…

Elle retrouva les projecteurs, dans son costume masculin, posant avec JiYoon. Les autres membres les rejoignirent, pour les photos de groupe, quand un des jeunes hommes qu’elle avait rencontrés furtivement fit son apparition, telle une furie, hurlant sur tout le monde. Le manager d’AnymA arriva derrière les deux groupes, et leur expliqua à mi-voix le souci.

Tandis que deux tentaient de calmer celui qui était énervé, deux autres virent s’excuser à sa place. Un assez fort… Et le jeune homme qu’elle avait bousculé. Son visage était adorable, malgré la fatigue qui se lisait dessus. Ils se courbaient, alors que ce n’était pas de leur faute. Le cœur d’Ayaka se mit à battre un peu plus fort, puis elle s’inclina, et alors qu’elle allait s’excuser également, Akihito fit de même et prit la parole.

-          Il n’y a pas de soucis. C’est un peu de la faute de nos managers aussi…

Ayaka voyait que le jeune homme la fixait. L’aurait-il reconnu derrière son déguisement ? Un peu sonnée, elle recula un peu. L’autre qui s’excusait toujours tentait de le faire bouger.

-          Sungmin, viens. Je sais qu’ils sont…heu…ont un style particulier, mais ce n’est pas la peine de les regarder comme ça ! Excusez-le, nous sommes tous fatigués…

Et soudainement, le dénommé Sungmin s’enfuit, laissant tous les autres perplexes. Puis, les intrus du shooting quittèrent la pièce, non sans une dernière excuse envers tout le personnel.

-          Eh bien, fit en arrivant JiHoon. Qu’est-ce qui s’est passé là ? J’ai entendu des cris.

-          C’est Heechul qui est venu crier sur les photographes. On a commis une bourde, c’était les Super Junior qui devaient être en période de shooting…, expliqua un des managers.

-          Super Junior… ça me dit quelque chose, fit Akihito.

-          C’est le groupe qu’écoutait JiYeon quand on est venu la voir la dernière fois, fit pensive Ritsuka. Je les aime bien d’ailleurs…

-          Si ! s’exclama la principale intéressée. Ils étaient là ? Oh, zut…

Et Ayaka soupira de soulagement. Heureusement que sa nièce n’avait pas été là pour voir la scène de ménage. Mais plus que tout, un prénom lui trottait en tête.

« Sungmin… »