Progress

par Evil_Keshi

Chapitre neuf: Progress

Kibum faisait les cent pas devant la chambre de Jonghyun, se demandant s'il devait frapper à la porte et entrer dans la pièce ou juste s'en aller et réessayer un autre jour - ou peut-être devrait-il juste continuer à reporter ça ?

D'ordinaire, l'adolescent n'était pas du genre à hésiter et à réfléchir éternellement à ce qu'il devait faire lorsqu'il avait un problème mais... Lorsqu'il s'agissait de ce qu'il désignait affectueusement comme étant le problème-Jjong, il n'était plus aussi direct: il doutait de lui, de tout et de n'importe quoi.

Plus jeune, il pensait qu'il pouvait comprendre l'humanoïde... Mais en vérité, il n'y parvenait pas. Il était incapable de saisir ce qu'il se passait dans le cerveau du garçon et les deux dernières années avaient été un bon exemple d'à quel point ses parents et lui pouvaient être perdus.

Le blond n'avait pas cru que le comportement de Jonghyun puisse devenir encore plus étrange que cela, mais il l'était devenu, indéniablement - au grand désespoir des Kim: qu'étaient-ils censés faire de Jonghyun ? Ils ne savaient plus.

Kibum était épuisé, non pas physiquement mais mentalement; il était trop difficile de gérer l'humanoïde et son actuel comportement. Pendant deux ans, Jonghyun avait été distant et froid envers lui, jusqu'à la semaine précédente: depuis que l'adolescent lui avait parlé de ce qu'être amoureux signifiait, l'humanoïde agissait encore plus étrangement qu'auparavant et Kibum ne pouvait pas supporter plus longtemps ces changements d'humeur constants. Cela faisait trop mal.

Le jour où l'adolescent lui avait parlé de ses sentiments secrets pour un garçon de l'école, le jour où il avait fait des confidences à Jonghyun - tout comme on parlerait à un ami - pour la première fois depuis deux ans, Kibum avait fermement cru que tout redeviendrait normal entre eux. Mais encore une fois, il s'était trompé.

Ces derniers jours, les Kim avaient remarqué que Jonghyun avait commencé à parler plus et à s'ouvrir de nouveau, et Kibum avait été particulièrement heureux de constater que l'humanoïde revenait lentement vers lui: ses gestes affectueux - du moins, il aimait penser qu'ils l'étaient - envers l'adolescent étaient de retour et le blond n'aurait pu être plus heureux. Ces câlins lui avaient manqué, ces petits tapotement sur la tête... Jonghyun lui avait manqué et les quelques derniers jours avaient eu le goût délicieux de son enfance, aperçu du temps où le voir loin de l'humanoïde était impossible.

Tout aurait été pour le mieux si le changement s'était arrêté là, l'amitié et la proximité refleurissant tranquillement entre eux... Mais bien entendu, rien n'était jamais aussi simple avec Jonghyun.

Le problème, c'était que parfois, l'humanoïde était sur le point de se blottir contre l'adolescent et la seconde d'après, il s'éloignait rapidement - s'enfuyant presque - comme si le contact de Kibum l'avait brûlé... Ce qui était impossible, pas vrai ? Vrai. Probablement. Mais voilà, rien n'était simple lorsque cela concernait l'humanoïde et ce qui semblait irréaliste un jour pouvait tout à fait s'avérer possible le suivant.

Alors que cela le rendait heureux de constater que Jonghyun n'était plus aussi distant qu'auparavant et qu'il se sentait tout étourdi quand l'humanoïde lui tapotait la tête, cela lui brisait le cœur lorsque le jeune homme lui tournait le dos et déguerpissait, le laissant seul et le noyant dans une douloureuse tristesse sans fin: est-ce que rester près du petit blond plus de quelques minutes était si difficile à supporter pour Jonghyun ? Dans ce cas, pourquoi ? Qu'avait fait l'adolescent à l'humanoïde, mis à part s'inquiéter pour lui, l'aimer et vouloir être son ami ?

Kibum se devait de mettre les choses au clair avec Jonghyun. Oh, il savait qu'il aurait dû le faire dès que l'humanoïde s'était mis à l'ignorer, deux ans plus tôt... Quand leur relation avait commencé à se détériorer. Mieux valait tard que jamais, n'est-ce pas ?

Après tout, quand Jonghyun avait pris ses distances vis-à-vis de leur famille pour la première fois, le blond avait cru que ce n'était qu'une phase, que ça ne durerait pas longtemps. Bien sûr, il avait réalisé qu'il avait tort mais que pouvait-il faire à part attendre ? Il était évident que l'humanoïde ne le voulait pas à proximité, alors qui était-il pour s'imposer ?

Il était clairement apparu auparavant que Jonghyun ne désirait pas rester avec lui, alors Kibum avait accepté le fait qu'il ne pouvait pas envahir l'espace personnel de l'humanoïde et qu'il devait rester en-dehors de sa vie si c'était ce que voulait vraiment l'autre garçon.

Mais à présent, la situation était différente: à présent, Jonghyun semblait déchiré entre deux options, redevenir proche de l'adolescent ou simplement continuer à l'ignorer, donc peut-être Kibum devait-il prendre ça comme l'occasion d'aider l'humanoïde à faire son choix et décider ce qu'il voulait vraiment être pour le garçon: un ami ou un étranger. Avec un peu de chance, Jonghyun garderait l'adolescent à ses côtés; c'était la bonne décision à prendre - enfin, elle l'était, pour Kibum. Un tel choix le rendrait incroyablement heureux et lui épargnerait l'horrible sensation de rejet. Il savait que voir Jonghyun lui refuser son amitié lui briserait le cœur en morceaux.

Prenant une profonde inspiration, Kibum expira vivement et se redressa, rassemblant tout son courage - pas beaucoup en fait - pour frapper à la porte de la chambre de Jonghyun. Les secondes avant qu'un doux "entrez" ne résonne lui parurent une éternité et l'adolescent abaissa la clinche avec un petit sourire hésitant, avant de finalement pénétrer dans la pièce.

Jonghyun était sur son lit, étendu sur le dos avec sa tête posée sur ses bras croisés, et il tourna légèrement le visage vers l'entrée lorsque Kibum s'avança.

- Hey, dit l'adolescent d'une voix faible et tremblante.

Il était ridicule. Pourquoi avait-il si peur de confronter Jonghyun ? Sérieusement, ça ne devrait pas être un gros problème: il allait simplement lui parler et résoudre ce bazar entre eux - ou du moins, il allait le tenter - et il n'y avait aucune raison de redouter cette petite conversation. Pas vrai ?

- Salut, fit Jonghyun en se redressant calmement. Est-ce que ça va ?

Kibum hocha la tête et se dirigea vers le lit, avant de se laisser tomber sur le matelas; il prit tout son temps pour s'allonger confortablement sur la couverture bleu ciel et il lança ensuite un regard à Jonghyun, seulement pour constater que l'humanoïde le fixait avec ce qui semblait être de la curiosité pure dans les yeux.

Une seconde.

De la curiosité ?

Les yeux de Kibum s'écarquillèrent et il saisit soudain Jonghyun par le col, l'attirant vers lui pour mieux voir son visage, et il se retrouva totalement ahuri lorsque les traits de l'humanoïde se distordirent en un éclair de curiosité, de surprise et enfin, d'indifférence figée une fois encore.

Jonghyun ne dit rien et attendit simplement, essayant de son mieux de contrôler son expression alors que son visage n'était qu'à quelques centimètres de celui de Kibum. Le blond l'avait pris par surprise et l'humanoïde savait qu'il s'était sûrement fait prendre: Kibum avait des yeux perçants, il était impossible qu'il ait manqué les différentes expressions qui étaient brièvement apparues sur son visage. Mais en cet instant, cela n'importait plus vraiment ou plutôt, Jonghyun ne pouvait se forcer à s'en soucier autant qu'il l'aurait dû: il ne pouvait se concentrer que sur Kibum et particulièrement sur ses lèvres qui étaient dangereusement proches des siennes. Quelque chose en lui le pressait de se pencher juste un peu plus, de surplomber totalement le corps du jeune garçon et d'enfin revendiquer ces lèvres... Ces lèvres rose, pleines, qui avaient probablement le goût du paradis et étaient aussi délicates qu'un pétale de fleur. Il aurait souhaité pouvoir les sentir.

Etait-il autorisé à embrasser le garçon ? Etait-ce... bien ?

Est-ce que c'est ça, l'amour ?

Jonghyun était toujours en train de débattre avec lui-même s'il devait faire confiance à son instinct ou simplement reculer mais Kibum prit soudain la parole et cela suffit à le ramener à la réalité.

- Jonghyun... dit-il précautionneusement, essayant de cacher son excitation grandissante alors qu'il dévisageait l'humanoïde. Est-ce que tu te sens... différent ? Comme si tu changeais ?

Jonghyun ne savait pas vraiment comment définir la haine mais il était presque certain qu'il se haïssait pour ce qu'il était sur le point de dire.

- Non.

Il fit exprès de le dire d'une voix froide, s'assurant que ses traits n'exprimaient aucune émotion alors qu'à l'intérieur, il brûlait du désir de raconter au jeune homme tout ce qu'il lui arrivait, de ses sentiments à son contrôle nouvellement acquis et toujours en développement sur son corps, mais il ne le pouvait pas.

Ne sois pas un fardeau.

Il remarqua la façon dont le visage de Kibum s'attrista à l'entente de ses mots mais il ne dit rien d'autre. L'adolescent le fixait toujours, essayant de saisir l'éclat d'une émotion pure dans les pupilles brunes de Jonghyun. Il n'y en eu aucun et le blond murmura finalement:

- Tu ne me mentirais pas, n'est-ce pas ?

- Tu sais que je ne peux pas.

Kibum acquiesça lentement, déçu. Il était certain d'avoir vu quelque chose, une chose qu'il n'avait pas vue depuis deux ans et il était presque sûr que cela n'avait pas été un tour joué par la lumière... Mais alors, pourquoi Jonghyun lui disait-il ne pas mentir ? Se pouvait-il que l'humanoïde lui-même ne réalise pas ce qu'il lui arrivait ? Etait-ce seulement possible ?

L'adolescent poussa un profond soupir et jeta un nouveau coup d'œil à Jonghyun, dont l'expression était aussi neutre que jamais, vide de toute émotion. Il ignorait que l'humanoïde essayait en réalité de cacher sa surprise du fait qu'il soit si facile d'avoir le dessus sur son programme: bien sûr qu'il mentait à Kibum - et il n'aurait pas dû en être capable. Mais il semblait que son côté humain soit définitivement plus fort que le programme qu'on lui avait donné...

L'adolescent blond paraissait néanmoins soupçonneux et puisque Jonghyun ne désirait pas voir son petit secret dévoilé, il changea rapidement - mais aussi subtilement que possible - de sujet.

- Alors, pourquoi es-tu venu ? Tu as besoin de moi pour quelque chose ? demanda-t-il.

Peut-être n'était-ce pas si subtil, en réalité... Mais cela sembla suffire car Kibum acquiesça bientôt et il détourna les yeux du visage de Jonghyun, puis il tapota le matelas, lui faisant silencieusement signe de s'allonger à ses côtés, ce que fit l'humanoïde avec une joie pure mais dissimulée.

- Tu sais comment je suis... dit le jeune garçon avec un petit sourire. D'habitude je ne tourne pas autour du pot, alors j'imagine que je peux juste te le dire... S'il-te-plait, Jonghyun... Ne me fuis plus.

L'humanoïde eut du mal à ne pas laisser l'incompréhension s'étaler sur son visage mais il n'eut même pas besoin de demander une explication: Kibum la lui donna de son plein gré.

- Nous sommes plus proches, depuis un moment... Et je veux qu'on reste comme ça, Jjong. Je veux dire que j'aime quand tu es à côté de moi, quand on parle juste comme ça, comme si... Comme si tu étais vraiment mon ami.

- Je suis ton ami, Kibumie, dit Jonghyun, réalisant seulement en cet instant à quel point cela avait dû être difficile pour le jeune garçon de le considérer comme son ami, quand l'humanoïde ne pouvait être que cela, un robot sans émotion.

- L'es-tu vraiment ? demanda Kibum d'une voix emplie de tristesse.

Jonghyun demeura silencieux. Que pouvait-il dire ? Oui ? Dans ce cas, le plus jeune comprendrait certainement que l'humanoïde n'était pas aussi froid qu'il essayait de paraitre. Non ? Alors, cela blesserait l'adolescent... Et Jonghyun ne désirait pas cela non plus.

Heureusement, Kibum n'attendait pas vraiment de réponse et il prit la main de Jonghyun dans la sienne, entremêlant leurs doigts et caressant doucement le dos de la main de l'autre homme avec son pouce, sentant la peau douce légèrement plus froide que la sienne sous la pulpe de ses doigts.

- Tu vois.. Ca fait du bien, ajouta Kibum avec un sourire, inconscient de l'inexplicable vague de chaleur qui se répandait à travers tout le corps de Jonghyun. C'est ce que j'aime. Mais je déteste quand tu... tu me tournes le dos et tu m'ignores, comme si je n'étais rien pour toi. C'est pour ça que je ne veux plus que tu m'évites... Parce que ça fait mal.

L'humanoïde fixa le garçon, dont les yeux brillaient de larmes contenues alors qu'il l'observait et attendait une réaction, une réponse qui apaiserait la douleur écrasante qu'il ressentait dans son cœur à la simple pensée que Jonghyun continue à l'ignorer.

- Ca fait mal... répéta lentement l'humanoïde. As-tu... As-tu déjà pleuré à cause de moi ?

Kibum mordit sa lèvre inférieure et hésita mais il hocha finalement la tête: il se souvenait encore des nuits qu'il avait passées à pleurer parce qu'il ne comprenait plus l'humanoïde, et à cause de cet horrible sentiment d'être impuissant à sauver ce qu'il restait de son amitié avec Jonghyun, même s'il essayait de s'accrocher aussi fort que possible à ses souvenirs heureux.

Les yeux de Kibum s'écarquillèrent de façon comique lorsqu'il fut attiré dans une étreinte serrée et il se retrouva soudain protégé du monde par les bras puissants de Jonghyun, avec sa tête posée sur la poitrine large de l'humanoïde. Ses doigts ébouriffèrent gentiment les cheveux blonds du garçon lorsqu'il dit:

- Je vais faire de mon mieux pour que tu ne pleures plus jamais à cause de moi. Je te le promets.

L'adolescent secoua rapidement la tête et leva des yeux brillants pour rencontrer ceux de Jonghyun.

- Peu importe si je pleure à cause de toi, dit-il, c'est la preuve qu'il y a quelque chose entre nous, même si ça fait mal. La douleur vaut mieux que rien du tout. Simplement... Promets-moi que tu seras toujours mon ami. Ne m'évite plus, reste à mes côtés. S'il-te-plait, Jonghyun... Tu ne sais pas à quel point j'ai besoin de toi...

- D'accord, Kibum, répondit l'humanoïde. Je te promets que nous serons toujours amis.

Honnêtement, Jonghyun n'était pas certain qu'il serait capable de tenir parole. Mais il essaierait, pour Kibum. Après tout, il savait que ce ne serait pas lui qui partirait un jour... Son seul vœu était de rester aux côtés de Kibum, parce que le jeune homme était son petit maitre et son ami mais, plus important, la personne qu'il aimait.

Oh, il savait que Kibum n'était pas amoureux de lui mais de son ami de l'école... Peut-être était-ce Taemin ? Jonghyun n'en était pas tout à fait sûr puisque le jeune blond ne lui avait jamais dit le nom de celui qu'il aimait, mais c'était probablement Taemin. Ils étaient très proches et Jonghyun avait enfin compris sa réaction de deux ans plus tôt, lorsqu'il avait attaqué le garçon... Ce jour-là, il avait été jaloux. Tellement jaloux qu'il aurait pu le tuer. Cette jalousie était là pour une bonne raison, non ? Et le fait que Kibum et Taemin soient amoureux était une raison suffisante.

Deux ans plus tard, Jonghyun était toujours jaloux. Mais il était aussi plus mature et ses sentiments n'étaient plus aussi faciles à comprendre: sa jalousie qui n'était jadis que cela, de la simple jalousie, était désormais teintée d'une sombre tristesse et d'un vide douloureux.

Jonghyun commençait seulement à réaliser que les émotions d'un homme pouvaient être compliquées et contrastées: il enviait la relation que Taemin et Kibum partageaient mais en même temps, il était reconnaissant que l'autre garçon soit là pour Kibum.

Taemin avait été là pour lui lorsque Jonghyun n'était rien d'autre qu'un robot, il avait été là pour partager des rires et des larmes avec le blond, il avait été là quand l'humanoïde avait instauré une distance entre lui et Kibum. Et bien que Jonghyun n'ait plus été aussi proche de l'adolescent, le garçon avait été heureux, n'est-ce pas ? Grâce à Taemin et ses autres amis. Si Taemin, ce petit humain au grand cœur, pouvait apporter à Kibum le bonheur que Jonghyun était incapable de lui offrir, alors il en serait satisfait. Après tout, le bonheur de Kibum devait être sa priorité principale, même s'il n'en était pas la source. Il ne pouvait pas se plaindre, aussi longtemps que l'adolescent allait bien... Mais si Taemin - ou n'importe qui d'autre, sur ce point - osait le blesser, alors il ne se retiendrait pas: il s'assurerait de leur faire regretter la souffrance qu'ils infligeaient à Kibum.

C'était une promesse faite avec lui-même: il serait toujours là pour le garçon, toujours son ami et son protecteur. Il ne pouvait jurer qu'il ne l'éviterait plus, puisqu'il devait toujours dissimuler ses émotions, mais il ne fuirait jamais - peut-être que Kibum le ferait, lui.

Kibum était jeune et entièrement humain, il avait tellement de choses à faire, tellement de gens à rencontrer... Peut-être ne se soucierait-il plus de son vieil humanoïde, d'ici quelques années... Peut-être l'oublierait-il. Peut-être... Peut-être que si Jonghyun ne dissimulait pas ses sentiments avec suffisamment de précautions, Kibum prendrait peur, le laisserait définitivement tomber et cesserait de se soucier de lui.

Il sortit de ses pensées lorsqu'il aperçut la main de Kibum s'élever lentement devant son visage, jusqu'à ce que des doigts délicats ne caressent sa joue droite.

- C'est arrangé dans ce cas ? demanda doucement l'adolescent.

- Bien sûr, Bummie.

Un sourire sincère et lumineux apparut enfin sur le beau visage du plus jeune lorsqu'il entendit ces mots et il se pencha rapidement pour placer un doux baiser sur la joue de l'humanoïde, là où ses doigts avaient caressé la peau froide quelques instants plus tôt.

Jonghyun fit de son mieux pour rester immobile et ignorer la bête qui s'agitait dans son corps, lui criant de capturer ces lèvres rose. Kibum rendait les choses si difficiles... Il lui rappelait toujours ses sentiments et c'était si douloureux d'agir comme si tout était normal, alors que cela ne l'était définitivement pas !

L'adolescent désirait qu'ils soient proches, d'accord. Jonghyun souhaitait juste qu'il puisse contrôler son corps et ses émotions... Son cerveau semblait penser que ce n'était pas une bonne idée de rester près du blond trop longtemps, qu'il se trahirait, mais son cœur lui disait de le faire, simplement. De profiter de la présence du plus jeune autant qu'il le pouvait.

De plus, Kibum avait dit qu'il avait besoin de l'humanoïde à ses côtés, parce que cela faisait trop mal lorsqu'il n'était pas là. Bien sûr que Jonghyun avait toujours su que l'adolescent n'appréciait pas la distance qu'il avait mise entre eux, mais jamais il n'avait pensé que Kibum en pleurerait... Il n'avait jamais pensé qu'il lui ferait mal.

Il ne pouvait pas laisser cela se reproduire, jamais. Donc, même s'il lui était douloureux d'accéder à la requête du jeune garçon et d'être aussi proche de lui qu'il l'était quelques années plus tôt, il le ferait - il ferait tout pour Kibum.

Après tout, qu'était sa douleur, comparée au bonheur de l'amour de sa vie ?


***


Quelques heures plus tard, après une séance de câlins avec Kibum qui avait laissé un arrière goût doux-amer dans la bouche de Jonghyun - l'humanoïde avait découvert qu'enlacer la personne qu'on aimait pouvait être merveilleusement bon, mais savoir que cette personne en aimait un autre faisait juste mal - l'adolescent était à présent dans sa chambre, étudiant pour une interrogation que son professeur avait prévue le jour suivant.

Le jeune garçon avait besoin d'être seul pour se concentrer correctement et Jonghyun s'était senti légèrement soulagé en sortant de la pièce: à présent, il avait un peu de temps pour lui et ne devrait pas s'inquiéter d'être surpris en train de fixer l'adolescent d'un regard hypnotisé qui n'était pas censé exister.

Un miaulement puissant et coléreux venant de quelque part autour de ses chevilles lui fit baisser les yeux et Jonghyun dévisagea le chat avec une expression proche de l'énervement.

- Ne me dis pas que tu as encore faim ?! s'exclama-t-il.

Le chat le regarda simplement de ses yeux perçants, presque jugeurs, et Jonghyun se baissa pour le prendre dans ses bras et lui chatouiller le ventre. Quelques secondes plus tard, le chat s'agita dans son étreinte et essaya de s'enfuir, jusqu'à ce qu'il parvienne enfin à décamper et à se cacher sous le canapé dans le salon - ce qui n'empêcha pas l'humanoïde de voir le mépris et la colère dans les yeux luisants du chat.

Mais soudain, Jonghyun réalisa qu'il ne pouvait plus apercevoir la petite boule de poils. Un voile flou lui tomba sur les yeux et il ne réussit plus à distinguer correctement les alentours, comme si sa vue déclinait et que les couleurs vives du monde étaient remplacées par des tons clairs et des contours troubles.

Fronçant les sourcils, Jonghyun se dirigea vers sa chambre, trébuchant presque dans l'escalier, et se retrouva finalement devant le miroir couvrant sa garde-robe. Il étrécit les pupilles dans une vaine tentative d'obtenir un meilleur aperçu de son reflet flou et il tenta de se concentrer sur ses yeux, mais il ne pouvait pas voir quoi que ce soit d'étrange en eux. Juste ses pupilles brunes et l'expression de confusion sur son visage mais rien d'autre...

Jusqu'à ce qu'il prenne conscience de la sensation de picotement qu'il pouvait sentir aux coins de ses yeux et de l'étrange reflet mouillé qui faisait briller ses pupilles plus qu'il ne fallait.

Soudain, ses paupières papillonnèrent rapidement avant de se fermer et là, tout ce que put voir Jonghyun fut l'obscurité. Noir. Une chose qu'il n'avait jamais vue auparavant. Une étrange peur l'envahit lorsqu'il expérimenta pour la première fois l'absence d'image et de couleur, un monde fait d'horrible noir où il ne pouvait voir ni ce qui l'entourait ni ce qui l'approchait - qui pouvait dire ce que renfermait peut-être en lui ce trou d'obscurité ?

Mais aussi soudainement que cela s'était produit, ses paupières battirent de nouveau et Jonghyun sentit une vague de soulagement courir à travers son corps alors que la lumière réapparaissait dans son monde.

Complètement perdu, l'humanoïde posa ses mains à plat sur la surface du miroir, se cognant presque dedans comme il regardait son reflet de plus près. Ses yeux n'avaient pas changé et la vue lui était revenue.

Que venait-il de se passer ? Tout ce noir... Pendant quelques secondes, il avait été incapable de contrôler son corps, ses yeux s'étaient simplement fermés d'eux-mêmes et... Une seconde. Etait-ce... Etait-ce ce qu'on appelait cligner des yeux ?

Jonghyun fit courir une main à travers ses cheveux teints en blond et continua à fixer le miroir, plongeant ses pupilles dans celles de son reflet. Cligner des yeux était un réflexe, il s'en souvenait. Quelque chose qu'il serait incapable de contrôler...

Sa prise se raffermit sur ses cheveux.

Non, non, non ! Pas maintenant ! Pas quand il se devait d'être là pour Kibum ! Comment cacherait-il cela ? Combien... Combien de fois par jour allait-il cligner des yeux ?

Il eut un indice de réponse lorsque ses paupières se fermèrent à nouveau après quelques minutes, un peu plus vite que la première fois. Le noir revint pendant un instant et c'aurait été mentir de dire que Jonghyun n'avait plus peur - et s'il ne pouvait plus jamais ouvrir les yeux après ça ?

Heureusement, il les rouvrit. Pour simplement cligner des yeux une fois encore quelques minutes plus tard. Il ne fallut pas longtemps à l'humanoïde pour comprendre que c'était lent et irrégulier, probablement parce que les muscles délicats de ses paupières avaient besoin de temps pour fonctionner correctement, mais cela n'arrangeait en rien la situation: lentement ou non, il clignait des yeux de toute façon et c'était un problème en soi.

Il attendit que revienne la sensation de picotement autour de ses yeux et il tenta de les garder aussi largement ouverts que possible, espérant désespérément qu'il serait capable de contrôler ses paupières et de s'empêcher de cligner des yeux.

Mais il en était incapable.

Magnifique. Une chose de plus dont s'inquiéter... Ne pas être vu en train de fermer les yeux.

Il était foutu.