Decision

par Evil_Keshi

Chapitre sept: Décision

Jungwan sortit de son bureau et ferma doucement la porte derrière lui, laissant ses trois clients seuls: il avait décidé de leur laisser un peu de temps pour réfléchir à la solution qu'il leur avait proposée.

Il ne savait pas du tout à quoi s'attendre: le jeune adolescent voulait avoir l'humanoïde à ses côtés, point final, mais ses parents - surtout son père - semblaient être bien plus indécis.

En tant que PDG de la Compagnie Kang, il était évident qu'être autorisé à garder l'humanoïde ne dérangerait absolument pas Jungwan: Jonghyun serait un bon sujet pour de nouvelles recherches scientifiques.

Cependant, il doutait fortement que cela arrive, puisque ses clients semblaient rechigner à abandonner leur humanoïde. Enfin... Peut-être que Monsieur Kim en viendrait à conclure que c'était trop dangereux, étant donné que mettre en danger la sécurité de sa famille semblait être sa plus grande peur. Dans ce cas, peut-être que Jungwan pourrait garder Jonghyun. Mais pour le moment, il n'osait pas se faire de faux espoirs.

Dans le bureau, tout était calme, même si Kibum aurait voulu crier et laisser éclater sa colère; il ne savait pas vraiment à qui il en voulait: à Jonghyun ou à Kang Jungwan ? Il était en colère contre le PDG pour des raisons évidentes et d'une certaine façon, il était également fâché contre l'humanoïde: il ne pouvait pas avaler le fait que Jonghyun se soit porté volontaire pour ce projet malsain. A présent, il voulait seulement trouver l'humanoïde et le secouer jusqu'à pouvoir faire rentrer un peu de bon sens dans cette tête de mule.

Son ami n'était pas beaucoup plus âgé que lui lorsqu'il avait choisi de renoncer à son existence humaine, et maintenant que ses émotions se réveillaient, que se passerait-il s'il commençait à regretter sa décision ? Jonghyun s'était vu privé du droit d'expérimenter une vraie vie... C'était déjà une pensée douloureuse, alors personne ne pouvait décider de lui enlever le cœur. Si quelqu'un devait manifester son accord quant à une telle décision, c'était Jonghyun lui-même, mais peut-être que son actuel état de confusion ne le lui permettrait pas.

- Maman, papa... murmura finalement le garçon.

Ses parents se tournèrent vers lui, l'expression sérieuse et les yeux tristes.

- S'il-vous-plait... Ne lui faites pas ça. Jonghyun...

- ... pourrait être dangereux, le coupa Chin Hae d'un ton calme mais attristé.

La gorge de Kibum se fit sèche, si sèche que les mots qu'il avait voulu dire se réduisirent à un son étouffé, et l'adolescent observa son père avec impuissance, ses grands yeux brillant de larmes non versées.

Est-ce que cela voulait dire... qu'il voulait se débarrasser de Jonghyun ? Son ami, la personne qu'il considérait comme son frère ? Kibum avait grandi avec l'humanoïde, il avait toujours été à ses côtés et il ne pouvait simplement pas le laisser partir. Non... Tout mais pas ça.

Chin Hae se massa les tempes et ferma les yeux, poussant un profond soupir et manquant - ou ignorant délibérément ? - le regard détruit de son fils.

- Papa... coassa Kibum.

Le blond hésita, essaya de trouver les bons arguments pour convaincre son père. Il ne put en trouver aucun. Aux yeux de Chin Hae, le fait que Jonghyun puisse les mettre en danger, même sans en être conscient, était probablement suffisant pour l'écarter d'eux et peu importe ce qu'il pourrait dire, Kibum était certain que son père avait déjà pris sa décision.

Sept ans. Il connaissait Jonghyun depuis sept ans, plus de la moitié de sa vie. Comment... Comment pourrait-il vivre sans lui ? Comment pourrait-il continuer à vivre avec tous ces souvenirs ? Jonghyun l'avait nourri à la petite cuillère quand il était plus jeune et trop têtu pour manger tout seul, il avait placé des pansements dinosaures sur ses petites blessures, il l'avait sauvé d'une noyade dans la mer et lui avait même appris à nager correctement... Jonghyun était une partie de sa vie, une partie importante. Le laisser derrière... Cela reviendrait à lui arracher une partie de son âme.

Un sanglot brisé franchit les lèvres scellées de Kibum; les paupières de son père se soulevèrent finalement en papillonnant et il fixa son fils avec surprise.

- Pourquoi tu pleures, Bummie ?

Ce surnom... Jonghyun avait l'habitude de l'appeler comme ça, lui aussi. Tout lui rappellerait l'humanoïde et bien qu'ils n'aient pas encore tout à fait quitté son ami, Kibum le sentait déjà, il savait qu'il ne serait jamais capable de passer à autre chose. Et essayer de l'oublier serait tout bonnement impossible.

Le blond renifla bruyamment et utilisa la manche de son pull à capuche pour essuyer rapidement une larme salée qui roulait le long de sa joue pâle. Il parvint finalement à hoqueter:

- S'il... S'il-te-plait, lai... laisse-moi lui dire a... adieu. Laisse-moi le voir... Une d... dernière fois...

Ses yeux larmoyants croisèrent ceux, grand ouverts, de son père et l'homme secoua lentement la tête, murmurant doucement:

- Bummie... Quand ai-je dit que tu ne le verrais plus ?

La respiration de l'adolescent se troubla et il aperçut finalement le petit sourire s'étalant sur les lèvres de son père.

- Q... Quoi ? Mais je... Je croyais...

Il s'interrompit, sa tristesse se transformant en surprise alors que ses yeux passaient de son père à sa mère. Avait-il bien compris ? Etaient-ils... prêts à laisser une chance à Jonghyun ? Pour de vrai ? Il n'osait pas demander confirmation à ses parents, de peur de briser les faibles espoirs qui s'éveillaient à présent en son cœur.

- Si Jonghyun avait été un humanoïde normal, commença Chin Hae à voix basse, je ne pense pas que j'aurais accepté une telle chose, mais cela aurait été une décision difficile à prendre. Mais... Maintenant, nous savons tout. Nous savons qu'il a été un humain comme toi et moi et je... Nous ne pouvons pas l'ignorer. Enlever son cœur...

Il soupira et ce fut Na Yung qui acheva sa phrase, prenant la parole d'une voix ferme:

- Cela ne ferait pas de nous des gens meilleurs que ceux qui ont utilisé des humains pour mener leurs expériences scientifiques. Jonghyun va rentrer avec nous, sain et sauf. Il mérite de goûter à la vie dont il a été privé.

Kibum ouvrit la bouche mais il ne put prononcer la moindre parole, il se leva alors simplement et courut maladroitement jusqu'à son père, aveuglé par les larmes qui coulaient à présent et qu'il ne se préoccupa même pas de dissimuler, pleurant dans un mélange de joie et de soulagement. Il s'effondra dans les bras de son père et l'enlaça étroitement, murmurant une infinité de merci à son oreille alors que son géniteur frottait gentiment son dos en mouvements apaisants.

L'adolescent tendit le bras et saisit la main douce de sa mère pour la serrer, lui souriant à travers ses larmes. Ils demeurèrent ainsi un petit moment et Kibum ferma les yeux, posant sa tête sur l'épaule de son père alors que l'homme le balançait de gauche à droite à un rythme lent, lui donnant l'impression d'être redevenu un bébé.

- Merci, dit finalement le blond qui souriait à présent. Merci à vous deux... Je suis tellement heureux que Jonghyun reste avec nous !

Chin Hae s'éclaircit la gorge avec embarras et Kibum releva la tête, clignant de ses yeux innocents dans lesquels se voyait un soupçon de curiosité.

- Je suis désolé de ruiner l'ambiance... Mais je pense qu'il serait utile d'établir quelques règles auxquelles nous devrons tous nous soumettre.

- Des règles ? répéta l'adolescent en se levant, grimaçant déjà.

Son père hocha la tête et dit fermement:

- Qu'aucun d'entre nous ne reste seul avec Jonghyun, ayez toujours quelqu'un à vos côtés qui sera capable de vous aider s'il devient agressif. Plus de combats amicaux, Kibum. Et plus de câlins.

L'adolescent retint son souffle. Il pouvait comprendre la raison pour laquelle son père ne veuille plus qu'il se batte - même pour rire, comme quand il était plus jeune - avec Jonghyun; il supposait que ce n'était pas vraiment une bonne idée de se montrer violent envers l'humanoïde, puisque ça pouvait l'amener à réagir d'une mauvaise façon, mais... Plus de câlins, vraiment ?!

Ce... Ca allait être difficile. Très difficile: Kibum adorait le contact, que ce soit celui de ses parents, ses amis ou l'humanoïde - surtout le sien: il aimait être auprès de Jonghyun et il avait pris l'habitude de l'enlacer à chaque fois qu'il se sentait déprimé - l'humanoïde avait l'étrange faculté de lui remonter le moral même sans rien faire - ou de lui tenir la main pour l'emmener quelque part, tout excité. En résumé, il ne pouvait pas garder ses mains pour lui.

- Mais... Papa... marmonna le jeune garçon dans une faible tentative de protestation.

Il fut surpris lorsque ce fut Na Yung qui prit la parole et interrompit son fils.

- Kibum, mon ange... Je sais que tu ne veux pas ça mais essaie de comprendre... Jonghyun a presque tué Taemin ! Même s'il n'a pas réalisé ce qu'il faisait, il est fort et nous ne devrions pas l'oublier. Garder nos distances pour le moment est la meilleure chose à faire pour éviter toute situation dangereuse et s'il perdait de nouveau le contrôle, je ne pense pas que tu voudrais être tout seul à côté de lui.

Il avait beau détester l'avouer, l'adolescent était bien obligé d'être d'accord avec elle; l'humanoïde était incapable de se contrôler et personne ne pouvait prédire quel serait son comportement à l'avenir. Le blond n'avait toujours pas oublié les traces bleues marquant la gorge pâle de Taemin. Cependant, il ne pouvait concevoir que Jonghyun lui fasse un jour du mal. Peut-être lui faisait-il un peu trop confiance, malgré tout ce qu'il s'était passé ?

Mais si se plier aux règles de son père voulait dire que Jonghyun pouvait rentrer à la maison avec eux, alors Kibum le ferait volontiers - enfin, il rechignerait moins.

- D'accord... murmura finalement l'adolescent, s'en rendant à la volonté de ses parents et s'affalant sur sa chaise.

Na Yung et Chin Hae hochèrent la tête et sourirent, soulagés que leur fils ait si facilement accepté: se disputer avec lui était la dernière chose qu'ils voulaient après toute cette histoire avec Jonghyun; tout ce qu'ils désiraient faire pour le moment, c'était rentrer chez eux et continuer à vivre paisiblement, bien qu'ils sachent tous deux que rien ne serait plus jamais comme avant: ils ne pouvaient ignorer leur humanoïde émotionnellement instable, ils avaient intérêt à se préparer pour ce qui était seulement à venir.

Finalement, Na Yung attira de nouveau l'attention de Kibum sur elle alors qu'elle se levait et s'approchait de lui. Elle enlaça son fils par derrière, ses bras entourant ses frêles épaules, et elle chuchota:

- Bummie, je voudrais te présenter mes excuses.

Son fils tourna la tête et la regarda avec incompréhension et surprise en clignant des yeux. De quoi pouvait-elle bien s'excuser ? D'avoir amené Jonghyun ici ? Elle ne devait pas faire ça, ça avait été la bonne chose à faire.

- Je suis désolée de ne pas t'avoir cru quand tu nous as parlé du changement dans le comportement de Jonghyun. Tu avais raison. Pendant tout ce temps... Il ressentait réellement des émotions, même s'il ne les comprenait pas. Je suis tellement désolée, Kibum...

- C'est... C'est pas grave. Tu ne pouvais pas savoir...

- Mais nous aurions pu te faire confiance, dit Chin Hae en ébouriffant gentiment les cheveux de son fils.

- Ouais... J'imagine, marmonna Kibum.

Le jeune garçon essaya de ne rien laisser paraître mais en vérité, il était plus qu'heureux de voir que ses parents réalisaient à quel point ils s'étaient trompés. Il n'était pas en colère parce qu'ils avaient ignoré ses avertissements, il comprenait que ça puisse être difficile à croire mais... Bon, d'accord: en cet instant, il voulait simplement se lever et hurler je vous l'avais bien dit !

Au lieu de dire quoi que ce soit, Kibum décida de rappeler à ses parents la raison pour laquelle ils étaient là et il demanda doucement:

- On ne devrait pas rappeler Monsieur Kang ?

- Si, répondit Chin Hae en acquiesçant.

Na Yung se releva et retourna vers sa propre chaise; en chemin, elle contourna le bureau du PDG et pressa fermement son doigt sur le bouton sur lequel l'homme leur avait dit d'appuyer lorsqu'ils auraient décidé de ce qu'ils voulaient faire. Ils furent immédiatement mis en contact avec la secrétaire de Jungwan, dont la voix résonna à travers de minuscules haut-parleurs alors que son visage apparaissait sur un petit écran holographique.

- Oui, Madame Kim ?

- Nous avons pris notre décision, dit Na Yung. Pouvez-vous nous envoyer Monsieur Kang, je vous prie ?

- Il sera là dans une minute.

L'écran disparut aussitôt et la mère de Kibum avait à peine eu le temps de s'asseoir quand le PDG ouvrit la porte et sourit à ses clients, se dirigeant vers son bureau pour s'installer sur son fauteuil à roulettes en cuir. Il croisa ses doigts élégants alors qu'il fixait les trois personnes en face de lui, attendant que l'un d'entre eux prenne finalement la parole.

- Nous allons garder Jonghyun, tel qu'il est, dit enfin Chin Hae.

Kibum relâcha un souffle qu'il n'avait pas eu conscience de retenir jusque là, comme si entendre ces mots dits à voix haute lui avait vraiment permis de réaliser qu'il n'était pas prêt de perdre Jonghyun de si tôt.

Jungwan hocha la tête avec compréhension et sourit, parvenant remarquablement bien à cacher sa légère déception - c'était une véritable perte pour la science, après tout - mais le client était roi et il n'avait pas d'autre choix que d'accepter leur décision.

- En êtes-vous certains ? demanda-t-il quand même, vu la gravité de la situation.

- Oui, répondit Na Yung en même temps que son époux, ce qui les fit tous deux sourire légèrement.

L'autre homme hocha de nouveau la tête et appuya sur le bouton sur son bureau, ordonnant aussitôt à sa secrétaire:

- Dites à Park Chanhyun de nous retrouver dans le grand hall dans dix minutes. Avec l'humanoïde, bien entendu.

Il n'attendit pas de réponse et rompit la communication, afin de se concentrer à nouveau sur ses clients.

- Avant que nous ne rejoignons Monsieur Park et Jonghyun... Que les choses soient claires: si vous changez un jour d'avis et décidez de vous débarrasser de l'humanoïde, que ce soit pour des raisons de sécurité ou quoi que ce soit d'autre, sachez que vous pouvez tout à fait le ramener ici. N'hésitez pas.

Kang Jungwan se leva et fit signe aux Kim de faire de même; ils se dirigèrent vers la porte mais juste comme le PDG posait sa main sur la poignée, il se ravisa et se retourna.

- Une dernière chose... dit-il à voix basse. Ne dites rien à propos du passé de Jonghyun. Il ne se souviendra de rien et je ne crois pas qu'il soit nécessaire de lui révéler ce qui est arrivé à sa famille ou à lui-même.

- Ne mérite-t-il pas de connaître la vérité ? protesta Na Yung. C'est sa vie !

L'homme secoua la tête.

- Comment réagiriez-vous si on vous annonçait tout d'un coup que votre famille est décédée ? demanda-t-il calmement.

Na Yung demeura silencieuse, sa main raffermissant sa prise sur l'épaule de son fils, jusqu'à ce qu'elle murmure enfin:

- Je m'effondrerais. Ou j'exploserais...

- Exactement. Et je ne vous conseille pas de faire quoi que ce soit qui pourrait mener à une telle réaction. Jonghyun est instable et s'il apprend ce qui est arrivé à sa famille, je ne suis pas certain qu'il parviendra à garder son calme.

Na Yung acquiesça avec hésitation et ils quittèrent finalement le bureau, se dirigeant vers l'ascenseur de verre qui les ramènerait au rez-de-chaussée. Dès que les portes s'ouvrirent, Kibum aperçut deux figures attendant dans le hall et il laissa échapper un piaillement d'excitation lorsqu'il reconnut Jonghyun.

Les nouvelles règles de son père déjà oubliées, le garçon s'élança en avant et ne prêta pas la moindre attention aux avertissements de ses parents avant de se jeter sur Jonghyun, enroulant étroitement ses bras minces autour de sa nuque et dissimulant son visage contre la poitrine de l'humanoïde.

Comme cela lui avait manqué ! Il ne se souciait même pas du froid de la peau de Jonghyun qu'il pouvait sentir même à travers la chemise de l'humanoïde, il ne se souciait pas de sa joue à présent glacée, pressée contre son torse. Ce n'était pas grave que l'adolescent ne puisse pas encore entendre de battement de cœur, il savait que c'était là, juste en-dessous de son oreille, et il était certain qu'un jour viendrait où il pourrait finalement entendre cette preuve de l'humanité de Jonghyun.

L'humanoïde lui rendit automatiquement son étreinte, plaçant lentement ses mains sur les hanches du jeune garçon et pendant un moment, Kibum crut fermement que les deux semaines qui venaient de s'écouler n'avaient été qu'un rêve - ou un cauchemar. Jonghyun était toujours là et tout irait bien.

L'homme debout à leurs côtés s'éclaircit la gorge et lorsqu'il fit un pas en arrière, l'adolescent lui lança un regard noir en constatant qu'il ne s'agissait de nul autre que de Park Chanhyun, le scientifique grognon qu'il avait déjà rencontré auparavant, quand ils avaient amené Jonghyun à la Compagnie.

Kibum retourna finalement près de ses parents - sourd à leurs réprimandes - et il leva les yeux au ciel en s'apercevant qu'ils s'étaient arrêtés un peu en retrait de Jonghyun. Il avait dit à son père qu'il obéirait à ses règles, qu'il avait déjà outrepassées - il n'avait aucun regret - et garder autant de distance entre eux n'allait pas lui rendre la tâche plus aisée.

Le blond fixa son ami et chercha de petits changements dans son attitude, mais il ne put en trouver aucun. Le visage de Jonghyun n'exprimait aucune émotion particulière et Kibum réalisa qu'il était un peu déçu: après leur discussion avec Kang Jungwan, il s'était imaginé que l'humanoïde serait capable de faire passer des sentiments mais... Jonghyun ne semblait pas vraiment heureux de les voir. Il ne paraissait pas malheureux non plus, simplement... Normal. Son regard était aussi vide que d'habitude.

L'adolescent mâchonna sa lèvre inférieure alors qu'il réalisait que Jonghyun ne serait pas capable d'exprimer ses sentiments avant un long moment. Mais il l'attendrait. Il attendrait son regard ahuri, son expression émerveillée, son rire et son sourire, aussi lumineux que celui sur la photo de son dossier dans le bureau de Kang Jungwan.

- Est-ce que tu vas bien ? demanda Kibum à l'humanoïde tandis que ses parents discutaient avec le scientifique et le PDG - toujours en lançant des regards en coin à Jonghyun de temps en temps.

- Je ne sais pas.

Oh. Hé bien, ça c'était nouveau. D'ordinaire, l'humanoïde aurait répondu par l'affirmative mais n'aurait pas compris la vraie signification de ces mots, étant donné qu'il ne pouvait pas vraiment se sentir bien ou mal. Cette fois cependant, on aurait dit que Jonghyun saisissait enfin les mots mais n'était plus capable de se comprendre lui-même.

- Ont-ils trouvé ce qui n'allait pas chez moi ? demanda l'humanoïde. Je suis réparé, à présent ? Ils ne m'ont rien dit...

Kibum secoua la tête.

- Il n'y avait rien à réparer, Jonghyun, répondit-il avec un sourire. Tout était normal. Tu vas rentrer à la maison avec nous et tu ne reviendras jamais ici.

- Vraiment ? demanda de nouveau son ami. Mais... Et la blessure alors ?

Kibum sentit son sang se glacer dans ses veines. Une blessure ?

- De quoi... De quoi est-ce que tu parles ? murmura-t-il, abasourdi.

- Le jour où je suis arrivé ici... Ils m'ont emmené dans une pièce et ont examiné mon programme et ses connections, jusqu'à ce qu'ils se mettent à se disputer et Monsieur Park m'a poignardé dans le dos avec une lame. Et je... Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais je... Il y avait de la... d... douleur ? A l'intérieur de moi ?

Le ton de Jonghyun était incertain, comme s'il ne savait pas comment expliquer cette sensation étrange, comme s'il ne pouvait pas croire que c'était lui qui avait ressenti cela. Et Kibum ne pouvait pas croire que personne ne leur ait parlé de ça auparavant, raison pour laquelle il s'emporta contre le scientifique, la voix emplie de colère:

- Mais bordel, pourquoi vous l'avez poignardé ?! Vous n'aviez pas le droit de faire quelque chose d'aussi cruel ! Il est blessé ! Et pourquoi n'avez-vous rien dit ?

- Kibum, ton vocabulaire ! ronchonna Chin Hae avant de se tourner vers le PDG, les sourcils froncés. Je suis d'accord avec mon fils, cependant. Quelle blessure ? Je pense que vous nous devez une explication.

- Je l'ai mentionné, répondit calmement le PDG, parlant à voix basse pour ne pas se faire entendre de l'humanoïde qui était à quelques pas de là. Je vous ai dit qu'il avait réagi à une sorte de stimulation... C'était la lame, un scalpel. Ne vous inquiétez pas, il va bien ! La blessure n'est pas tellement profonde mais étant donné que le corps de Jonghyun est toujours principalement gelé, sa peau ne peut pas générer de nouvelles cellules, nous avons donc mis des points de suture pour refermer la blessure. Les points sont solubles et la blessure va guérir progressivement. Rien dont vous deviez vous inquiéter.

Chin Hae renifla. Comment ne pas s'inquiéter, franchement ? En plus d'un humanoïde émotionnellement instable et potentiellement dangereux, ils devraient gérer un humanoïde en lente convalescence. Ils avaient toutes les raisons du monde d'être inquiets.

- Si vous n'avez rien d'autre à dire, commença Chin Hae d'une voix froide, je pense que nous devrions partir. Monsieur Park, Monsieur Kang... Ce fut un plaisir de vous rencontrer.

Kibum retint un gloussement: son père était le roi de l'ironie.

- Viens, Jonghyun, dit gentiment Na Yung en faisant signe à l'humanoïde de les suivre alors qu'ils se dirigeaient vers la sortie.

Kibum prit une grande inspiration lorsqu'ils quittèrent le bâtiment, ayant l'impression qu'un fardeau avait finalement été ôté de ses épaules, et il courut vers leur voiture, devenant extatique lorsque ses parents autorisèrent l'humanoïde à conduire. Il avait hâte de rentrer et d'appeler Taemin pour lui faire part du retour de Jonghyun.

Son ami était vraiment un ange: même après ce qu'il s'était passé avec l'humanoïde, l'autre garçon l'avait beaucoup soutenu, remontant le moral de Kibum lorsqu'il se sentait trop déprimé à cause de l'absence de Jonghyun. Taemin n'était pas en colère contre l'humanoïde, bien qu'il en ait peur. Il ne voulait plus vraiment s'approcher de lui - jamais - mais il savait à quel point Jonghyun était important pour l'adolescent blond et il l'avait accepté. Il avait même demandé à son ami de le tenir au courant de ce qui se serait dit lors de leur rencontre avec le PDG de la Compagnie.

Lorsqu'ils arrivèrent enfin en face de leur demeure, Kibum attendit que son père déverrouille la porte d'entrée et il grimpa aussitôt les escaliers, puis il se dirigea vers sa chambre et claqua la porte derrière lui afin d'appeler son meilleur ami. Il composa le numéro du jeune garçon et s'assit sur son bureau, observant le petit jardin à l'extérieur depuis sa fenêtre.

- Kibum ? résonna finalement la voix de Taemin.

- Salut Taeminnie !

- Oh, tu es rentré ? Alors, comment ça s'est passé ?

Kibum sourit à l'entente du ton curieux de son ami et il répondit rapidement:

- Jonghyun est revenu avec nous. J'étais tellement inquiet à l'idée que mes parents ne veuillent plus de lui ! Mais on a appris plein de choses à son sujet et mon père a changé d'avis.

- Ils ont réparé le programme de Jonghyun ?

Le blond hésita quelques secondes. Le PDG leur avait demandé de ne pas révéler à qui que ce soit le secret de la création des humanoïdes mais... Taemin était son meilleur ami. Il lui faisait confiance et il était persuadé qu'il ne divulguerait jamais un secret.

- Le programme n'était pas exactement défectueux... dit-il enfin. Taemin, je pense que tu devrais t'asseoir.

- Je suis couché sur mon lit. Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?

- Ne répète jamais ça mais... Jonghyun n'est pas un humanoïde normal. Il est l'un de ceux qui ont été créés en premier et ils étaient... Ils étaient humains. Jonghyun a perdu sa famille dans un accident de voiture, ils sont tous décédés et il ne pouvait pas supporter la douleur, alors il s'est porté volontaire pour devenir un humanoïde mais... Taemin, le fait est qu'il redevient humain ! Enfin, plus ou moins, mais ses émotions ont commencé à revenir, il... Tu imagines ? Des émotions !

Kibum ne s'aperçut pas qu'il devenait de plus en plus excité ni qu'il parlait un peu trop fort alors qu'il continuait d'expliquer la situation à son ami, lui parlant de tout, des règles de son père à ses propres espoirs de voir un jour le sourire de Jonghyun. Ses espoirs que l'humanoïde le considère enfin comme un véritable ami et les aime en retour, lui et ses parents.

Il ne remarqua jamais Jonghyun, la main sur la poignée de la porte et figé à l'entrée de la chambre alors qu'il entendait toute la conversation, avant qu'il ne recule silencieusement et ne referme la porte.