CHAPITRE 16 : VINDICTAM

par Gaïa-sama

CHAPITRE 16 : VINDICTAM



Séoul, Décembre 2013



J’étais attaché. Je voyais toujours le regard bleu mais apeuré de Luhan qui se tenait à côté de moi… Je n’ai aucune idée de ce qu’il va m’arriver. Je n’ai aucune idée de la raison pour laquelle ils veulent absolument s’en prendre à Luhan et à moi… A ma grande joie, la mère de Luhan se racla la gorge et commença à parler.

Elle rigolait. Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle en ce moment… Elle est complètement folle !

Elle souriait, faisant une petite pause dans son discours. Je jetais un coup d’œil vers Luhan, il n’avait pas bougé, se contentant d’attendre les ordres de sa mère. J’avais déjà une mauvaise image de ses parents, mais je pense que ça ne pouvait pas être pire que maintenant…

Je le vis prendre une seringue remplie d’un liquide vert, mais elle ne se dirigea pas vers moi, mais vers Luhan. Les yeux de Luhan s’ouvrirent de frayeur, mais il se laissa faire. Le liquide vert coulait maintenant dans ses veines, et c’est avec une certaine surprise que je vis ses yeux redevenir brun.

« Luhan ! Tu m’entends maintenant ? »

Je constatais avec joie que ça ne raisonnait pas dans ma tête. Il avait donc normalement entendu…

« Je peux… Mais je n’arrive plus à bouger… »

Pardon ? Je tournais la tête vers lui, il était droit comme un piquet… Et… Qu’est-ce qu’elle fait elle ?!! La mère de Luhan tenait un objet dans sa main, un objet dont le bruit ne me rassurait pas du tout. Elle porta l’objet qui grésillait vers le cou de Luhan et le colla à celui-ci.

Je me cambrais. Je ressentais de nouveau la douleur que ressentais Luhan… Et je n’ai pas pu me retenir. Je savais que c’était ce qu’elle voulait, elle voulait tester la profondeur du lien qui m’attachait à Luhan… Et elle avait réussi. Je voyais Luhan sursauter au sol, ses yeux partaient dans tous les sens et ses cris me faisaient mal au cœur… Comment on en était arrivé là ?

« Pardon… Pardon Sehunnie… Tu as mal à cause de moi… »

Je pleurais. Il s’excusait alors que c’était lui qui avait mal, c’était lui qui souffrait depuis bientôt toute une journée… J’étais venu le chercher, mais je n’arrive même pas à le sauver de cette horrible femme. Un nouveau coup de cet objet me fit me tordre de douleur… Qu’est-ce que doit ressentir Luhan si moi j’ai mal comme ça…

Tao… Tao il ne faut pas qu’il se mêle de ça… La mère de Luhan rigolait, et remit un coup à Luhan. Je commençais à ne plus voir grand-chose sous la douleur.

J’entendis Tao changer de forme et grogner… Ses pas se rapprochaient à une vitesse affolante.

J’entendis Tao s’arrêter d’un coup. Est-ce qu’elle allait vraiment arrêter ?

Je tentais de calmer ma respiration et d’ouvrir les yeux… Luhan était immobile au sol, il devait s’être évanoui… Sa mère avait maintenant pris une seringue bleue et l’injectait encore dans le bras de Luhan, qui se remit debout d’un coup, les yeux de nouveau bleus.

Elle lui glissa une seringue bleue et le poussa vers moi. Il s’approchait lentement, comme si il essayait de lutter contre ce contrôle que le produit exerçait sur lui, mais il n’y arrivait apparemment pas. Il dirigea la seringue vers mon bras, je ne le lâchais pas des yeux, essayant de le faire revenir avec nous. La seringue était à quelques centimètres de ma peau… J’allais devoir être sous le contrôle de cette folle…

Il se stoppa, ferma les yeux et pris une grande inspiration. D’un coup il tourna la tête vers Kris et acquiesça. Il se retourna vers moi… Son regard était brun. Ensuite tout est allé très vite…

Luhan me libéra de cette chaise, tandis que les autres étaient tous sur la mère de Luhan. Il me fit une légère caresse et couru aider les autres… Moi je ne pouvais plus me transformer, alors je ne pouvais que regarder. En quelques minutes, sa mère était au sol et attachée. Je n’en revenais pas.

Elle rigolait toujours… Elle est coriace cette femme.



FIN POV SEHUN



C’est une blague ? Une putain de blague ? Ma mère… Ma mère vient vraiment de m’annoncer que je n’ai jamais servi à rien ? Est-ce que j’ai bien entendu ? Un accident ? Pas aimé ? Comment… Comment un être humain peut-il être aussi cruel avec une personne qui vient de son propre corps ? Elle m’avait fait, je venais du plus profond de ses entrailles, mais elle n’avait aucun respect, aucun amour pour moi. C’était bien pire que ce que j’avais imaginé.

Elle m’avait fait du mal, elle ne s’était jamais occupé de moi, je n’avais jamais connu ce qu’était l’amour d’une mère, elle avait voulu faire du mal à ma famille… Ma vraie famille, celle qui m’aime, qui prend soin de moi, celle qui m’a choisie. Et en plus de ça, elle me dit toutes ces choses dégueulasses…

Je m’approchais d’elle, bien que mes larmes trahissaient une certaine tristesse, je voulais lui montrer, je voulais lui cracher ma haine à la gueule. Elle ne méritait pas une seconde que je pourrisse ma vie pour elle, pas une seconde que je laisse tomber toutes ces personnes qui sont avec moi maintenant…

SBAF

Elle me regardait, outrée par ce que je venais de faire.

Je fis un rire faux.

Je sentais que je tremblais, j’avais la haine et j’étais triste. Mais elle ne m’aura plus, je ne la laisserais plus m’atteindre, ni moi, ni ma famille. Je sentis Sehun passer ses bras autour de ma taille et m’attirer vers lui doucement. Il caressait lentement mon ventre… Ils s’étaient tous retransformés… Ils étaient tous à poil bordel.

Je me détachais de ses bras et allait chercher trois seringues bleues.

Kris s’avança, posant sa main sur mon épaule, l’air désolé.

Je lui fis un sourire triste. Qu’est-ce que je pouvais y faire après tout ? De toute manière ça n’a jamais été ma famille, ces gens-là étaient des inconnus pour moi.

Je grimpais sur le dos de Suho et on repartait en direction de la maison… Est-ce qu’on allait vraiment être tranquille maintenant ? Ou est-ce qu’il allait falloir aussi attaquer d’autre gens ? Je sentis une langue me lécher la main et constatais que c’était Tao… Ah Tao… Il m’avait bien aidé aujourd’hui.

Etant donné la rapidité de course de Suho, on arrivait à la maison en un rien de temps. Ils m’allongèrent sur le canapé, m’apportèrent à manger, Lay soignait mes blessures et Tao me caressait gentiment les cheveux…

Oh… C’est tellement mignon. Ils pensaient que j’allais leur en vouloir pour leurs taquineries ? J’ai toujours pensé qu’ils s’en foutaient des conséquences !

Je vis tout le monde sortir… Je regardais autour de moi, j’étais chez moi. J’avais retrouvé mon chez moi… J’aime ma vie comme elle est avec tous ces loups, tous mes loups.

« Sehunnie… Tout se passe bien ? »

« Oui, on est sur le retour…C’est un peu plus long avec Kyungsoo. Mais… Je suis content que tu sois rentré, Luhannie. »

C’est sur cette dernière phrase que je laissais mes yeux se fermer et le sommeil m’emporter… La voix de Sehun est toujours aussi douce dans ma tête…