CHAPITRE 5 : PARK CHANYEOL

par Gaïa-sama

CHAPITRE 5 : PARK CHANYEOL



Séoul, Octobre 2013



Ca faisait déjà un moment que je m’étais rendu compte qu’il m’arrivait des trucs bizarres… Mais depuis que j’étais entré dans cette nouvelle fac, j’ai constaté que je n’étais pas le seul.

J’ai d’abord croisé un petit gars, j’aurai parié qu’il était plus jeune que moi, mais apparemment il n’est pas si jeune que ça. Ses yeux avaient changés de couleur. De bruns ils étaient passés à rouges, et sa force avait décuplé. J’avais essayé de lui reparler mais il m’évitait…

Alors que je me baladais pour découvrir Séoul, j’avais remarqué qu’un mec courait super vite. J’ai essayé de le suivre, mais je l’ai perdu. Par chance, il a refait le chemin inverse et je l’ai donc croisé. Il fallait que je lui demande… Mais il n’avait pas l’air enclin à discuter non plus.

J’avais moi-même déjà eu recours à une force dont je ne connaissais pas la provenance, j’avais eu aussi une petite frayeur le jour où je me suis rendu compte de la vitesse à laquelle j’avais fait mon footing et un jour où je me suis énervé après ma sœur, j’ai constaté avec horreur que mes yeux changeaient de couleur.

Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive et c’est assez effrayant, mais j’essaie de faire avec. J’étais tellement content de rencontrer des gens comme moi que j’avais vraiment envie de leur parler, de pouvoir comparer nos situations et qu’on essaie de trouver la solution ensemble… Mais ils sont tellement distants que c’était seulement un échec.

Je continuais de me promener dans Séoul sans vraiment trop savoir où j’allais. J’avais entendu parler de cette histoire de bêtes soit disant dangereuses, mais j’en avais jamais vu une seule, personnellement. Et je ne crois qu’à ce que je vois. Je m’assois sur un banc et lève la tête vers le ciel…

J’avais décidé de venir habiter seul à Séoul pour mes études. J’avais besoin de liberté, de m’émanciper de ma mère et de ma sœur. Elles me manquaient c’est sûr, mes amis me manquaient tous aussi… Mais je me sens bien ici. Je baisse la tête et remarque un garçon qui me regarde.

On se fixe un instant, puis il me sourit. Je décide de me lever et d’aller le rejoindre.

Je le détaillais un petit peu. Il n’était pas très grand, même assis il paraissait petit à côté de moi. D’un autre côté, qui ne l’était pas à côté de moi ? Il avait un petit côté sauvage qui me plaisait bien.

Il était quand même un peu étrange… Je me levais du banc. Il fallait que je rentre, il commençait à faire nuit et froid, par la même occasion.

L’expression de son visage avait changé et il arborait maintenant un air inquiet.

Est-ce que j’avais trouvé quelqu’un comme moi et qui voulais bien m’en parler ?

Je lui fis un sourire tandis que lui n’avait pas l’air de comprendre ma réaction. J’ai juste hâte d’être la semaine prochaine.