Chapitre 19, Forgiveness

par Fruity


~~ POV JONGIN ~~~~


Les premiers rayons du soleil commencèrent à s'introduire dans mon salon, éclairant au grand jour ma paperasse, mes mégots et autres choses prouvant mon
profond déséquilibre.

Je m'étais endormis sur ma table de cuisine, ou plutôt, je m'étais effondré à cause de la fatigue et des sensations causées par ce substitut d'Amour.

Je me levai difficilement, ma gorge était sèche, très sèche, je ne possédais plus vraiment de force dans les jambes.

Je marchai vers ma salle de bain, cherchant à me passer de l'eau sur le visage.
Une fois rafraîchi, je levai la tête pour me coiffer, chose que je ne faisais plus beaucoup maintenant.

" Putain..."

Je me figeai face à mon miroir. Mon visage était creusé, mon teint était grisâtre, mes yeux vitreux et explosés par la fatigue.
Je me repassai de l'eau sur le visage, pensant que je rêvais, mais non, c'était bien moi.
Mes cernes noirs, les lèvres déshydratées...Je me défis de mon t-shirt et fis un pas en arrière pour observer mon corps.

Je déglutis face à cette vision. En une année je venais sûrement de perdre une dizaine de kilos. Toute ma masse musculaire avait fondu et laissée place
à des cotes visibles, des bras amaigris et un torse décharné.

Je venais de prendre 10 ans d'un coup, c'était un miracle que mes dents soient restées en bonne santé.

Je partis en direction de mon salon pour débarrasser les déchets d'hier soir, repoussant aux paroles qu'avait prononcées Chanyeol.

" C'est peut-être préférable pour lui tu ne crois pas? "


Je me mis à sourire bêtement. Je ne pouvais pas m'occuper de lui, ni même le protéger. Kyungsoo ne pouvait plus aimer quelqu'un de faible comme moi.
Je n'osais pas imaginer sa réaction, lui qui fut toujours innocent.
J'avais mal, non pas pour moi mais pour lui. J'allai le blesser, encore une fois. Peut-être qu'il allait culpabiliser, ou même pire, pleurer devant moi.
Mes yeux se fermèrent et je me remémorai ce jour... cette terrible journée.

"Ne me laisse pas seul... Jongin..."

Je n'avais pas eu aussi mal de ma vie. De ma faute, il était malheureux, et je n'avais rien su faire que lui imposer un baiser. Je n'avais fait
qu'écouter mes pulsions, sans même me demander s'il était consentant. Il avait versé beaucoup de larmes de ma faute, je lui avais promis de ne jamais
le laisser seul, je lui ai promis de ne jamais l'abandonner, de l'aider, pourtant je n'ai rien su faire quand il est parti, sauf pleurer et le supplier.

Cela me donnait la gerbe, je me faisais honte à moi-même, j'étais faible.







---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

~~~~~~ POV KYUNGSOO ~~~~~~




Toujours aucun message de Jongin.
Depuis que je lui avais envoyé ce message j'étais resté devant mon portable, comme un idiot, à attendre.

J'étais vraiment naïf.

Il avait sûrement autre chose à faire que de se préoccuper de moi, je ne savais même pas ce qu'il faisait dans la vie, peut-être était-il en couple,
comme moi.

" Comme moi"

Ces mots résonnèrent dans mon crâne.

-" SUNYOUNG ! " criai-je. ( Pour la énième fois)


Kyungsoo, il est indéniable, tu es un pauvre con.

Je faisais n'importe quoi. Je m'engageais, ou du moins, je souhaitais m'engager alors que j'étais déjà en couple.
Je lâchai un soupir, que pouvais-je lui dire à part: " Salut, c'est après un an de réflexion que je vais renouer le contact avec l'HOMME que j'aime."

-" Aish, je vais lui briser le coeur..."

Soyons honnête, je ne l'aimais pas. Enfin... j'éprouvais des choses, du désir ou jenesaispasvraimentquoi, mais pas de l'amour, le vrai.
D'ailleurs, en y pensant sérieusement, je me demandais comment faisait-elle pour être attiré par moi.
Après mes histoires d'homosexualité, mon harcèlement, ma déprime...

Cela me rendait triste, que cela soit pour elle ou pour moi. Elle avait été là au bon moment, et c'est grâce à elle que j'ai su remonter, à moitié,
cette pente. Et moi... je profitais de l'instant présent pour saisir ma chance, et vivre ce que j'ai toujours souhaité au fond de mon coeur,
être avec Jongin.


Pourquoi la vie en elle-même est compliquée? Cela me désespérait. Mais néanmoins je restais optimiste, du moins j'en avais l'impression.
J'attendais ce moment depuis longtemps, je l'attendais, lui, Kim Jongin, voleur de premier baiser, charmeur de première.

Suis-je gay? je ne sais pas. J'ai toujours refusé de me coller cette " identité" sur le front. Je me sentais capable d'aimer n'importe qui, seul mon
petit coeur fébrile tenait les rênes, à mon grand dâme.



Il était maintenant presque midi, je me trouvais encore en pyjama, encore en train de piétiner dans ma chambre, encore en train de râler d'impatience,
encore en train de souffler pour quinze mille raisons... et encore? Je débloquais à cause de l'amour.


Soudain mon téléphone sonna. C'était un message.

YEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH AZDOIHAZDOAZDAD. Je courus autour de mon téléphone, tremblant et gémissant d'excitation et d'angoisse.
Mon coeur battait à 300 à l'heure, et je sentais déjà les suées froides monter en moi.
Je n'osais même pas lire le message, tant cela m'effrayait.

-" Bon, on souffle un coup Kyungsoo, 1...2... deux et demie.... deux trois quarts..."


De: Jongin
à : Kyungsoo.

C'est qui?




... ... ... Que l'on me tende une corde s'il vous plaît.


Il n'avait donc pas mon numéro. Non pire, il ne se rappelait pas de ce qu'il avait fait la veille?
Je voulais bien croire que Jongin prenait un malin plaisir à troller, taquiner, faire ****** ses contacts, mais il ne pouvait pas être sérieux?
Il m'avait harcelé pour me ramener chez moi, il avait même rusé pour me glisser son numéro dans ma poche de jean... MAIS IL N'AVAIT JAMAIS PRIS LA PEINE
DE M'ENREGISTRER DANS SON REPERTOIRE, BRAVO.


J'étais remonté comme un coucou, il ne montrait aucune motivation, du moins c'était ce que je ressentais. Il était passif, peu bavard... pourtant c'était
lui qui avait souhaité me revoir. Plus bipolaire que lui, tu meurs.


Je ne perdis pas une seconde, je me mis à composer son numéro.

S'il faut attendre trente ans pour recevoir une réponse par message, autant l'appeler directement.

BIP_________________BIP___________________BIP_____________________



Mon coeur se mit à accélérer, au fond de moi, j'appréhendais de l'avoir au téléphone.

Mon regard se posa à mes pieds, plus précisément sur le bout de papier où se trouvait son numéro de téléphone.
Finalement, les rôles étaient inversés, c'était dorénavant moi qui l'harcelais à moitié pour obtenir un quelconque signe de vie de sa part.



-" Oui allo? "

-" C'est Kyungsoo, Jongin, c'est moi qui t'aie envoyé ce message tout à l'heure..." répondis-je en tentant de rester calme.

-" Ah, excuse-moi, je n'avais pas enregistré ton numéro..."

-"Hm...."


Je pouvais clairement cerner un manque d'enthousiasme dans sa voix. Cela me fit mal au coeur et confirma ma crainte: Il n'en a plus rien à faire de moi.
Je ne répondis pas, attendant qu'il engage à nouveau le dialogue, après tout, il avait du lire mon message.
Mais il ne fit rien, hormis renifler péniblement.

-" Excuse moi Kyungsoo... Mais je crois avoir attrapé froid hier." rémondit-il enfin.

-" Je comprends, reposes-toi bien alors..."

-" Tu souhaites passer chez moi? tu souhaitais me parler..."


Un immense sourire s'étira sur mon visage et mon coeur commença à battre. Enfin.

-" Tu vis toujours dans l'appartement à Gangnam ? " demandai-je, excité.

-" Non, plus maintenant, je vis à Myeong-dong maintenant, je t'envoie l'adresse par message, d'accord?"

-" Cela ne te dérange pas... t'es sûr?" fis-je hésitant.

-" Non, ne t'en fais pas. Mais ne t'attends pas à du luxe, c'est petit chez moi maintenant..." me répondit-il en riant.


Il avait l'air plus détendu et moins froid. Cela me rassurait un peu plus.. quoi que, non, pas du tout.
Me retrouver seul avec lui n'était pas une si bonne idée en fait, pas du tout, pas du tout. Je perdais déjà mes moyens, parler avec Jongin, ou plutôt
me déclarer correctement chez lui.... Pitié.


Mais il est trop tard pour reculer maintenant. Je devais savoir, coûte que coûte ce qui allait se passer entre nous maintenant, et j'étais déterminé
à obtenir ce que je souhaitais... non, en réalité, j'étais terrifié à l'idée de ne pas obtenir ce que je voulais.



Je soupirai...

" Pourvu que tout cela se passe bien."







---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

~~~~~~ POV JONGIN ~~~~~~






Je rangeai à toute vitesse mon appartement, cachant ce qu'il y avait à cacher, dans l'espoir de faire bonne impression.
Quoi que, c'était surtout car je ne souhaitais pas le décevoir.
Je ne sais pas ce qu'il m'était traversé à l'esprit pour lui proposer de venir, et surtout, proposer de me voir là, maintenant.


Mon esprit et mon corps ne sont pas en bonne condition pour cela. Je ne me sentais même pas la force de dialoguer convenablement à vrai dire.
Comment vais-je faire pour le regarder droit dans les yeux? comment vais-je m'y prendre pour parler de ma vie actuelle?
Mes questions et mes craintes grouillaient dans mon crâne.


Kyungsoo devait tout comme moi se demander ce genre de chose, il voulait peut-être éclaircir ce qu'il s'est produit hier? J'en doute.
Pour une fois, c'était lui qui prenait l'initiative de faire quelque chose, cela me faisait plaisir et en même temps énormément mal.


Si lui en avait la motivation, moi je n'en avais plus. De même pour le fait de se projeter dans le futur, je ne me voyais pas dans cinq ans, dix ans
ou encore moins vingt ans.
Cela ne m'attristait pas de savoir que ma vie était prématurément terminée, car honnêtement, je n'aimais pas la Vie.
"
Je ne pouvais plus apprendre la danse et le chant, j'étais renié de ma propre famille et "aimer" m'était désormais impossible. Même si nos sentiments
sont réciproques je sais que rien n'avancera. Je me suis imposée des chaînes aux poignets, des contraintes, car je n'ai pas su être ressaisi par mes
proches à l'époque. Je ne les blâme pas, car mes seuls amis ont eux aussi sombré dans cette " merde " qui est d'ailleurs un sujet très tabou.


Je me mis à rire seul dans mon appartement à cette idée, à croire que je suis attiré par les choses interdites et illégales.









Il n'allait plus tarder, et j'étais prêt à l'accueillir. Mon appartement n'avait jamais été aussi propre et ordonné.
Je m'étais préparé et encore une fois rafraichi la figure, histoire de me ôter cette sensation de fatigue et de déséquilibre sur mon visage.


/////TRINNNNNNNNNNK////

La porte sonna, "enfin".



Je lui ouvris la porte et l'accueillit de mon plus grand et beau sourire -forcé-, pour faire en sorte qu'il soit à l'aise.
Chose qu'il ne semblait pas être.

Il s'avança dans l'appartement silencieusement, hésitant à lever les yeux pour regarder mon charmant petit todi.
Je me pinçais les lèvres derrière lui, hésitant à engager la conversation.
Sa présence me mettait mal à l'aise. Son effluve odeur de gel douche me donnait presque envie de rougir. Il venait sûrement de se préparer avant de venir,
comme moi. On s'était mutuellement fait " présentable" pour ne pas décevoir l'autre.

-" Ahaha." me mis-je à rire avec maladresse.

-" Hum?.
"
Il se retourna vers moi pour me fixer de ses grands yeux, ne comprenant pas l'objet de mes rires.

-" Rien, je suis juste nerveux." m'expliquai-je en me grattant la tête. " Mets-toi à l'aise, je te sers quelque chose?"

-" Non merci, c'est gentil." me répondit-il en se dirigeant vers le canapé pour s'y poser.


Je vins m'asseoir en face de lui, dans le fauteuil d'en face, ne faisant rien contre ce silence presque morbide.

Mon coeur crut rater un battement lorsque je croisai son regard. Il m'observait avec insistance, ses yeux divaguaient de droite à gauche, de bas en haut,
me donnant l'impression d'être un inconnu à ses yeux. Je pus apercevoir qu'il se serrait les mains, prouvant une sorte d'anxiété.
C'est en levant les yeux vers son visage que je me rendis compte qu'il arborait une mine triste, son regard était vide, comme s'il venait de perdre
en un quart de seconde sa vitalité.


-" Tu as perdu du poids je trouve..." rompit-il le silence.

Sa remarque me fit un point au coeur, il s'inquiétait pour moi. Je ne voulais pas lui faire de la peine.

-" Je bosse beaucoup tu sais... je n'ai pas vraiment le temps de manger..." tentai-je de le rassurer en lui esquissant un sourire.

-" Tu travailles dans quoi exactement? tu as décidé de déménager à cause de tes parents?" fit-il d'une voix claire.

-" Je suis serveur dans un bar, au Event Bar à Myeongdong. Je fais aussi des heures au Booking club, à Itaewon. Je m'entends bien avec le gars
qui gère le Booking Club, les pourboires sont sympas. " Commençai-je.

Kyungsoo me regardait avec ses grand yeux, paraissant obnubilé par ce que je racontais. Je lui souris, un peu gêné de m'ouvrir aussi subitement.

-" Pour l'appartement à Gangnam... c'était mon père qui payait le loyer, et sans lui il m'était impossible de m'y installer.
Et puis.. je n'ai pas eu le temps de déménager en fait. J'ai du rapidement trouver un appartement au loyer correct et un boulot."


Un silence s'empara dans la pièce, Kyungsoo voyant que je n'étais pas décidé à être plus clair dans mes propos, m'adressa un signe de la main pour
m'inciter à approfondir mes propos.
Je ne pus m'empêcher de trouver cela...comment dire... viril. Il avait pris un air sérieux que je ne connaissais pas de lui.



-" Le soir de... enfin lors de l'accident, mon père m'a mis à la rue. Je me suis retrouvée avec deux valises sous le bras et j'ai dormi la première
nuit à la rue. Le lendemain Chanyeol m'a hébergé et j'ai dû chercher une solution... Je n'ai pas arrêté l'université de mon plein gré en vérité,
mon père a usé de son poste pour me renvoyer. Comme je n'avais pas de diplôme, j'ai postulé pour des petits boulots n'en demandant pas. Puis grâce
à une connaissance de Sehun, j'ai pu devenir serveur et barman. Chanyeol m'a logé pendant ces trois mois, le temps que j'ai assez d'argent pour payer
la cotion qui était hors de prix, même pour un petit appartement de 25 m2. "


-" Pourquoi...pourquoi ce...pourquoi ton père a fait cela? Et ta mère? aucune personne de ta famille ne t'a aidé?"


-" Mon père est le chef de famille, on ne peut pas vraiment le contester. Et puis... " dis-je en baissant les yeux.
" Le reste de ma famille a appris pour mon homosexualité, il a été préférable de m'exclure de la famille Kim. "


Kyungsoo avait baissé la tête, pour lui aussi regarder ses pieds. Je n'osai pas le regarder, trop embarrassé par ma dernière phrase.
Les choses étaient assez humiliantes comme cela.

-" Je suis désolé." m'interpela Kyungsoo.

Il avait la tête enfouie dans ses frêles épaules et les mains posaient sur les genoux, et l'on pouvait deviner qu'il se retenait de pleurer.

-"Je t'interdis de pleurer Kyung, tu sais très bien que je ne peux pas résister à tes larmes." répondis-je sur le coup.


Il redressa la tête, et je pus apercevoir ses joues rosies par la gêne. Le bout de son nez brillé et ses yeux étaient humides, cette vue de lui
me fit rougir à mon tour. Il venait de reprendre son côté mignon, frêle et innocent.
Ce changement d'attitude avait le don de me déboussoler.


-"Et tu n'as pas à t'excuser, rien de tout cela est de ta faute." Le réconfortai-je du mieux que je le pouvais.

-" Si je ne t'avais pas dit cela... si l'on n'avait pas coupé les ponts, tu n'aurais peut-être pas galéré ainsi. Je suis désolé d'avoir tout gâché."
me coupa-t-il en encrant à nouveau son regard dans le mien.


Et hop, il avait de nouveau cet air sérieux et viril.
Je ne devais plus m'attacher à lui, je devais le voir comme un simple ami, juste un simple ami, au risque de le faire souffrir encore une fois.


-" Je vais faire du thé, je reviens." Dis-je au bout de 5 minutes de mutisme.


.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.



Je déversai l'eau bouillante dans nos tasses, veillant à ne pas me brûler.
Jusqu'à maintenant je tentais de ne pas y penser, et la sensation de manque était minime, mais m'isoler un court instant dans la cuisine avait suffi
à réitérer mon besoin. De peu je me brûlais en voulant saisir les tasses, je commençais à attraper des suées et mes mains tremblaient.
Une vague de mauvaises palpitations me gagna le corps et je dus m'arrêter en plein transfert de tasse pour souffler.

-" Pas maintenant putain..." me soufflai-je à moi-même.

-" Jongin, est-ce que ça va? " Me demanda Kyungsoo de l'autre pièce, se demandant sûrement pourquoi je mettais tant de temps à revenir.

-"Oui... oui... encore deux minutes s'il te plaît..." Répondis-je, la voix tremblante.


Il ne devait pas me voir ainsi, ni même savoir.
Je pris appui sur l'évier, basculant ma tête en arrière pour reprendre mes esprits.

-" Jongin... je voulais te parler de quelque chose, mais je ne pense pas que ce soit le bon moment pour toi..."


Sa voix résonnait du salon, provoquant un stresse et une pression supplémentaire.
Je voulais en prendre, rien qu'un peu, cela était plus fort que moi. J'avais besoin de cette fausse sensation de bien-être, ici et maintenant.
Je divaguai dans ma cuisine, cherchant sans but la chose qui allait abréger mon manque.

Soudain, j'entendis un bruit, un pas ou quelque chose du genre.

Il ne devait pas bouger.


-" J'ai dit " Deux minutes" PUTAIN " criai-je de panique.


Je regrettai immédiatement mes mots. Je venais de lui hurler dessus.
Il n'y avait plus aucun bruit dans l'appartement et je supposais qu'il s'était arrêté dans ce qu'il entreprenait.

Je sentis quelque chose couler de mon menton, je bavais à cause de la colère.

"Mais en colère contre quoi? "



La tentation était trop forte. Je me précipitai vers l'un de mes tiroirs et en ressortis une boîte à gâteau métallique. Je l'ouvris sans précaution et
pris le reste du petit sachet de coc' de la veille.
Je l'entrouvris et me mis à tracer un rail de cocaïne sur mon plan de cuisine, sans vraiment m'appliquer.

C'est au moment où je me baissai pour consommer que...




-" Je... je crois bien que je vais rentrer." me surprit Kyungsoo à l'entre de la porte.




Je me trouvais dos à lui, figeais. Je n'osais même pas me retourner pour lui faire face. Mes mains tremblaient, mes muscles battaient, je
n'arrivais même plus à articuler tant j'étais horrifié à l'idée d'être surpris.


-" Désolé... Pars... il vaut mieux." murmurai-je, en rassemblant discrètement la poudre blanche dans le sachet.


Je sentis soudainement sa main m'agripper l'épaule droite et me tirer vers l'arrière. Surpris, je manquai de tomber et me mis à attraper le col de
Kyungsoo. À son tour,il m'attrapa par le col de mon t-shirt et me poussa en arrière de façon assez violente.
Je me cognai contre le coin de la table, cherchant à reprendre mes esprits. Kyungsoo m'avait aussitôt lâché pour saisir ma dose.

-" Jongin... ne me dis pas que... "

Sa voix tremblait, tout comme sa main qui tenait le sachet.

-" Lâche ça s'il te plait."

-" Non."

-" Ecoute, cela ne te regarde pas, pose-moi ça. " ordonnai-je en me redressant.


Je m'approchai de lui, me voulant menaçant. Mais rien n'y faisait, il ne bougeait pas, m'affrontant du regard en tenant fermement ma dose.
Mon corps se colla pratiquement au sien, et bien que j'étais d'une tête plus grand que lui, il ne se laissait pas intimider.
Mes tempes battaient, et mon esprit était brouillé.


-" Je ne voulais pas que tu tombes sur cela... aller donne." demandai-je plus gentiment en lui tendant la main.



-" Il est hors de question."


Je n'eus pas le temps de réagir qu'il me poussa à nouveau pour s'extirper.


Je partis à sa poursuite pour le rattraper, mais en vain.


-" DONNE MOI CA PUTAIN KYUNGSOO." Lui hurlai-je dessus en lui courant autour de la table.

-" SINON QUOI? JE SAVAIS QUE QUELQUE CHOSE N'ALLAIT PLUS CHEZ TOI... TU.. COMMENT TU PEUX PRENDRE CELA " riposta-t-il à son tour.


Mes yeux voyageaient entre les siens et ses mains, voyant le moindre de ses gestes.
Il commença à ouvrir le sachet, ne me lâchant pas du regard, essoufflé par notre petite course.
Juste derrière lui se trouvait l'évier, et je craignais le pire.

-" Surtout pas Kyungie, ne fais pas ça."


Trop tard, il se tourna et vida l'intégralité du sachet dans l'évier, ouvrant à toute vitesse l'eau. Je me jetai sur lui malgré la présence de la table et
me mis à le ceinturer de mes bras pour l'empêcher de son geste. Il s'agita et tenta de se défaire de moi. Je ne me contrôlais pas et avais perdu toutes
notions, il avait beau hurler dans mes oreilles, tout résonnait.
C'est lorsque je m'aperçus qu'il venait détruire intégralement ma dose que je le lâchai, reculant d'un pas pour mettre fin à notre combat.
Lui aussi à son tour se recula tout en gémissant mon prénom en pleurant.




Je me mis à l'agripper par les cheveux et mis son visage devant moi, scrutant le moindre de ses traits purs et angéliques. Il était figé et sa tête
tremblait dans mes mains.

-" Tout cela est de ta faute, pourquoi je suis tombé amoureux d'un pauvre égoïste de ton espèce." soufflai-je avec dédain et colère.



///////////// BAFF//////////////////////////////




Sa tête bascula sur le côté et son corps se laissa tomber. Je venais de le glifler.





-" Tu sais combien coûte le gramme de cocaïne putain? !"







Mes nerfs surchauffaient, mon corps tout entier bouillonnait. Bien que je n'étais plus moi-même, je savais qu'il pleurait.
Kyungsoo s'était réfugié dans un coin de la pièce, comme une bête sans défense et apeuré. Il m'adressait un regard plein de colère, orné par de
chaudes larmes.


-" Je t'ai dit de ne pas pleurer devant moi putain..." montai-je le ton en donnant un coup de pied dans une des chaises.


J'étais devenu un monstre, une ordure. La pire chose que je craignais venait de se produire: il m'avait vu sous mon véritable jour.















Je suis désolé, Kyungsoo.....