Chapitre : Quand les différences se rencontrent

par Venea






Chapitre 1 :











Quand les différences se rencontrent …



La sonnerie venait de le sortir de son moment tant aimé de solitude et de calme. Ce seul moment où il n'avait pas à subir les moqueries, les railleries, les injures … ce seul moment où il pouvait respirer tranquillement, rêver tranquillement et se dire que ce n'était pas si mal après tout de venir ici, cinq jours par semaine. Mais le bruit diabolique de cette cloche le fit redescendre sur terre et lui remit les idées en place … Non … arrête de rêver Jongdae … tu ne seras jamais tranquille ici …




Il referma son livre et se passa une main devant les yeux puis souffla. C'est donc le cœur serré et le pas lourd que le jeune homme sauta du rebord sur lequel il s'était allongé pour entrer en contact avec le sol chaud du début d'après-midi. Il se baissa et remit en vitesse ses chaussettes ainsi que ses baskets qu'il laça d'un geste, se recoiffant de l'autre main. Il ne fit pas attention aux cris et rires des élèves qui s'amusaient en bas. Ils n'étaient que la source de son isolement et de son mal alors pourquoi devrait-il s'en préoccuper … Tout ce qu'il désirait c'était de vite terminer ses années lycée. Jongdae souffla à cette pensée. Il ne lui restait qu'un an après tout, il en avait fait plus de la moitié déjà de ses douloureuses années lycée. Jongdae essaya de se motiver comme il le pouvait en regagnant la cage d'escalier qui lui permettrait de descendre du toit et de rejoindre son étage où son cours avait sûrement déjà commencé vu la lenteur avec laquelle il avait enfin prit la décision de bouger. Mais être en retard le lui était complètement égal. Il était le meilleur élève de toute sa classe et avait même réussit à se placer devant certains des meilleurs terminales aux derniers examens. Bien qu'il ne soit pas un acharné du travail il avait quelques facilités ce qui lui avait permit de sauter une classe au collège. Ce qui, malheureusement pour lui, faisait de sa personne la plus jeune de sa classe de terminale en plus du fait qu'il soit né en fin d'année. Il descendit rapidement les escaliers et arriva en quelques minutes à sa salle. Il évita sur le chemin les élèves qu'il ne voulait pas voir mais ne put esquiver indéfiniment les moqueries à son passage. Mais il s'en fichait, il avait apprit à ne plus y prêter attention et même si encore aujourd'hui certaines insultes sont plus dures que d'autres à encaisser, il avait apprit à sourire et à faire comme si de rien n'était.



Une fois devant la grande porte porte en bois où était inscrit le numéro de sa classe il attendit quelques secondes pour souffler et se décida enfin à frapper. Aucune réponse ne se fit entendre alors il réitéra l'action encore une fois. Toujours pas de réponse. Il haussa les épaules et ouvrit la porte discrètement. Il s’apprêtait à s'incliner pour s'excuser mais lorsqu'il comprit que personne ne se souciait de lui il referma la porte et alla s'asseoir à sa place au fond près de la fenêtre cassée. Il sortit ses affaires tout en regardant autours de lui. Il trouvait l'atmosphère étrange. Leur professeur principale et d'Anglais Lee n'était toujours pas arrivée, elle qui était toujours en avance à les attendre. Il remarqua aussi l'absence des idiots de la bande à Kyungsoo. Il jubilait intérieurement devant leurs chaises vides. L'espoir de passer une après-midi tranquille germait en lui. Le fait qu'ils ne soient pas là allait très certainement pouvoir remplacer la matinée pourrie qu'il venait de passer après avoir été enfermé dans les toilettes pendant presque deux heures à se ramasser des seaux d'eau par deux cons de secondes trop fiers de s'en être prit à la personne la plus détestée de l'école. Pourtant Jongdae n'avait jamais rien fait, jamais rien demandé pour être traité de la sorte, toujours discret et timide il n'avait jamais rien fait de mal pour être ainsi prit pour cible … rien fait de mal à part peut être être différent des autres, chose qu'ici, dans ce petit lycée de campagne où tout le monde se connaît, n'était pas tolérée. Heureux à l'idée de passer une journée sans encombres il se mit à chantonner une de ses chansons préférées dans sa tête, le sourire aux lèvres. Mais un cri de son professeur le sortit de sa joie intérieure et l'entente d'un nom lui glaça le sang.



« _ Do Kyungsoo, Oh Sehun et Byun Baekhyun vous venez en cours immédiatement ! Ne croyez pas que je ne vous ai pas vu petits vauriens dépêchez-vous ! »



La voix forte de son professeur résonna dans sa tête comme un bruit sourd et réduisit en une seule phrase tous ses espoirs en cendres et l'apparition du plus petit des trois n'arrangea rien à son soudain malaise. Pendant une seconde leurs regards se croisèrent et la salle devînt silencieuse. Aucun son ne s'échappait ni ne résonnait. Il n'y avait que le cœur battant à tout rompre d'angoisse de Jongdae qui fît office de rythme. Il avait peur. Qu'allait il lui arriver encore aujourd'hui à cause de ce nain sadique … Mais il n'eut pas plus le temps de se poser des questions car leur professeur entra et somma tout le monde de se rasseoir. Un petit sourire glacial étira les lèvres de Do Kyungsoo et provoqua un frisson d'effroi dans le corps de Jongdae qui n'avait pas bougé d'un poil. Les deux acolytes de la petite terreur le suivirent et tout trois allèrent s'asseoir à leurs places à l'autre bout de la sienne. Il relâcha la pression lorsque ils furent un peu cachés par les élèves qui se trouvaient entre eux puis tourna sa tête vers le ciel bleu sans prendre la peine d'écouter les excuses de son professeur quant à son retard. Il s'en fichait qu'elle soit en retard ou non … ses illusions venaient de se détruire et il essayait d'imaginer la journée insupportable qu'il allait sûrement vivre. Il se perdit dans la contemplation du ciel en se disant que s'il avait eu des ailes comme les oiseaux il aurait été facile pour lui de s'envoler loin de cette école pourrie, de ces mentalités attardées, de ce village arriéré et surtout de cette société étouffante. Mais la vie l'avait faite humain et lui avait donné la malchance de vivre différemment et de ne pas correspondre au genre qu'il fallait être pour survivre ici. Il souffla et reporta son attention sur le cours qui venait de finalement débuter. Grammaire Anglaise. Il souffla à nouveau et ouvrit son cahier à une nouvelle page où il inscrivit la date d'aujourd'hui. Lentement le cours avança mais lorsqu'un élève fut interrogé pour aller traduire une phrase au tableau, on entendit frapper à la porte. Le professeur s'interrompit et alla ouvrir puis s'inclina devant le directeur après l'avoir laissé entrer. Toute la classe se leva d'un mouvement et s'inclina devant leur directeur qui leur demandait de se redresser. Lorsque Jongdae se releva son regard se stoppa net sur le nouvel élève qui leur faisait face.



Il n'écouta même pas le discours du directeur qui leur annonçait la venue de ce nouvel élève dans leur classe tant il était figé et obnubilé par la beauté froide du jeune homme et du charisme glacial qu'il dégageait. Il était assez petit de taille mais il semblait être très musclé au vu de sa carrure assez carrée, même si l'uniforme empêchait de s'en faire une idée bien nette. Jongdae le détailla de tout ce qu'il pouvait. Il était tellement hypnotisé par ce nouveau … Son visage joufflu à la fois mignon et tellement froid était incroyablement énigmatique. Ses cheveux rasés sur les côtés et ramenés en arrière sur le dessus lui donnait un air sexy et mauvais garçon à souhait. Jongdae remarqua une petite boucle d'oreille en acier pendre à son oreille. Mais la soudaine interruption du directeur le sortit de ses pensées et il se rendit compte qu'il avait finit son discours de bienvenue puisque tous les élèves applaudissaient faussement. Le vieil homme salua la classe avant de s'en aller et laissa le soin au professeur de s'occuper du nouvel élève. Elle demanda à ses élèves de se rasseoir après que la porte se referma et invita le jeune homme à se présenter. Jongdae se redressa involontairement sur sa chaise pour mieux entendre et le voir. Le jeune garçon acquiesça et fixa la classe de ses yeux froids et impassibles. Personne ne parlait, tout le monde attendait qu'il parle et c'est avec une voix plutôt claire qu'il se mit à se présenter.


« _ Bonjour à tous je m'appelle Jin Xiumin et je viens de Shanghai. Prenez soin de moi. »



Il s'inclina et se redressa la seconde d'après. Personne n'osait bouger. Sa manière hachée et extrêmement polie de parler avait jeté un froid et un malaise dans la pièce. Beaucoup voulaient rire de son accent chinois et de sa façon un peu trop studieuse de parler mais personne n'ouvrit la bouche, pas même Do Kyungsoo qui ,d'habitude, était maître en la matière. Leur professeur mit un petit temps à réaliser et balbutia quelques peu avant de le remercier et de lui demander d'aller s'asseoir en face de Jongdae. Xiumin la regarda un peu hésitant et elle finit par comprendre qu'il ignorait qui était ce camarade. Elle le somma alors de se lever, ce qu'il fit sans attendre, et laissa s'échapper un petit gémissement plaintif. Dans son empressement inexpliqué Jongdae s'était cogné la cuisse contre la barre de fer qui soutient un côté de la table. Plusieurs rires exagérés éclatèrent et Jongdae paniqua silencieusement de passer pour un idiot devant ce garçon si attrayant et mystérieux. Mais Xiumin n'en avait cure. Il ne fit attention ni aux rires ni même à son camarade de classe quand il vînt s'asseoir en face de lui. Il ne lui adressa aucun sourire, aucune expression. Rien. Il s'assit simplement et lui tourna le dos laissant Jongdae debout et bête, la cuisse brûlante.



« _ Soyez indulgent avec votre nouveau camarade, il ne parle pas très bien notre langue alors aidez-le et soyez patient avec lui. »



Les mots du professeur tombèrent dans les oreilles de sourds. Personne ne prêta attention à ce qu'elle disait. Les filles étaient un peu trop occupées à le dévisager pour écouter et les garçons se laissèrent aller à des insultes racistes basses. L'ambiance avait prit une tournure ambiguë et Jongdae fixait le dos de la prochaine cible de cette classe infernale, car il le savait, la différence ici n'est pas tolérée et un chinois qui parle à peine notre langue n'allait sûrement pas échapper à cette règle. Le cours reprit comme si de rien n'était et Xiumin écrasa sa tête dans ses bras et s'endormit jusqu'à la fin de l'heure. Jongdae le fixa silencieusement pendant tout le reste de l'après-midi sans oser lui parler alors qu'il voyait bien qu'il avait un peu de mal avec le cours d'histoire et en littérature mais il ne dit mot. Il se contenta de le regarder hésitant et lorsqu'il se décida enfin à lui proposer de lui prêter ses cahiers de cours pour qu'il puisse rattraper son retard depuis le début de l'année la sonnerie qui annonçait la fin du cours sonna et il n'eut le temps d'ouvrir la bouche que son camarade étranger avait déjà balancé son sac sur son épaule et quitta la salle sous les regards mauvais des élèves. Jongdae se rassit, déçu de lui même et bizarrement attristé de le voir s'en aller. Il aurait aimé qu'il lui parle, même un simple sourire lui aurait suffit, il voulait que quelqu'un dans cette école se comporte différemment avec lui et le traite comme un humain égal et non comme une sous-merde comme ils aiment tant l'appeler. C'est donc avec amertume qu'il rangea son cahier et ses stylos dans son sac quand un cahier vient lui frapper la tête et un autre s'écraser sur sa table. Jongdae soupira et ne prit pas la peine de se demander qui cela pouvait il bien être.



«  _ Fais moi ça pour demain petite tapette. »



Oh Sehun … Un autre livre prit place sur la table accompagné d'un petit rire que Jongdae détestait tant.



« _ Les miens aussi tafiole et sans retard ! J'espère que la dernière fois t'a suffit. »



Oh que oui ses jambes s'en rappelaient encore de la souffrance qu'un refus et un retard lui avait causé. Il accepta en silence. Si faire simplement leurs devoirs étaient ce qu'ils lui avaient réservé pour aujourd'hui était quelque chose de tout à fait supportable pour lui. Bien plus que le fait de retrouver ses affaires brûlées dans son casier comme la semaine dernière ou sa table dans la cour avec des insultes plus qu'obscènes écrites dessus comme il y a deux mois … faire leurs devoirs ne lui prendrait pas longtemps … Certains pourraient se révolter et leur crier d'aller se faire voir, se rebeller et traiter Jongdae de faible et de lâche mais il serait alors bien sot de le faire. Kim Jongdae s'était révolté, il s'était battu de toutes ses forces pour ne pas se laisser faire mais lorsqu'on est seul contre tous, se battre use et fatigue et un jour, malgré tout, on finit par plier. Jongdae n'avait « accepté », ou du moins supportait, cette maltraitance que depuis peu et il se battait désormais chaque jour d'une autre manière. Il n'utilisait plus inutilement ses poings faibles mais se forgeait un mental d'acier, infaillible et indestructible. Il se battait chaque jour pour ne pas craquer, pour ne pas pleurer et pour ne pas abandonner l'école. Il souriait tout le temps, devant ses parents, devant ses professeurs, devant l'infirmière qui pensait ses blessures mais par-dessus tout il leurs souriait à ces trois démons sans cœur ni compassion.



Il récupéra tous les cahiers et se leva pour quitter la salle mais la voix exécrable de son pire ennemi le retînt sur le pas de la porte.



« _ Utilise des gants quand tu toucheras nos cahiers, on ne sait pas où tes doigts sales ont traîné … »



Des éclats de rires mélangés à des expressions et cris de dégoûts vinrent accompagner le sourire narquois du petit diable. Jongdae tourna les talons, les poings serrés et quitta la salle sous les rires infernaux et mauvais de ses camarades insupportables. Il s'enfonça dans le couloir et sortit rapidement du lycée en enfonçant ses écouteurs dans ses oreilles où une ballade de son groupe préféré se jouait. Il se sentit libéré et serein lorsqu'une petite brise vînt lui chatouiller les cheveux. Il remonta son sac sur ses épaules en tirant sur les brides et accéléra le pas sur le trottoir. Il n'en avait pas pour longtemps à rentrer chez lui étant donné la petite ville dans laquelle il vivait. Il y allait à pieds, un quart d'heure de marche ce n'était pas grand chose et puis de toute façon il n'avait pas le choix. Le seul bus qui passait dans ce village de pêcheur était une ligne qui permettait de rejoindre la métropole de Busan à une heure de route d'ici. Il ne vit pas le temps passer et arriva chez lui en un éclair. Il ouvrit le petit portillon en bois blanc et fut heureux de voir son chien lui faire sa fête quand il le vit. Il lui sauta dessus avec une telle force qu'il le fit tomber en arrière. Les fesses sur les petites dalles de l'allée Jongdae rigolait tout en caressant son gros nounours qui lui servait de chien.



« _ Hé mon beau moi aussi je suis content de te voir !! Il esquiva la langue de son chien et rigola à nouveau en le voyant aussi content. Aller Rocky pousse toi de là espèce de gros sac je dois aller me changer et tu vas me tâcher mon uniforme ! »



Il lui fit un bisou dans le cou et lui tapota gentiment la patte pour qu'il se calme et le laisse se relever. Il finit par parvenir à s'écarter de l'étreinte de son Saint-Bernard puis se dirigea vers la porte d'entrée qu'il ouvrit en enlevant ses chaussures. Il cria son retour à sa mère qui était en train de faire à manger. Elle vînt l'aider et le débarrassa de leur chien un peu trop foufou. Elle lui demanda comment s'était passé sa journée et son fils lui répondit toujours avec le même sourire forcé qu'il avait passé une super journée, comme d'habitude. Il lui demanda en retour comment s'était passé la sienne et elle lui répondit que rien n'avait changé de d'habitude, lui racontant les nouvelles qu'elle entendait au café où elle travaillait et que son père avait appelé pour dire qu'il rentrerait dans deux jours et la pêche avait été florissante et riche. Elle laissa ensuite son fils aller se reposer et lui annonça qu'elle l'appellerait quand le dîner sera prêt. Jongdae sourit à nouveau et monta dans sa chambre pour aller ôter son uniforme et enfiler quelque chose de plus confortable. Il ferma la porte et alluma sa chaîne pour mettre un peu de musique en fond. Il balança son sac sur son lit et enleva sa veste, déboutonna sa chemise et retira son pantalon pour enfiler un T-shirt large de son groupe préféré et un bas de survêtement. Il sorti les cahiers de son sac et les posa sur son bureau près de la fenêtre. Il s'assit sur sa chaise et entreprit de faire tous ses devoirs ainsi que ceux des trois imbéciles puis de relire les cours qu'il avait eu aujourd'hui. Une bonne heure et demie plus tard il s'étira et s'écria de joie qu'il avait enfin fini. Les exercices de maths ont été un peu longs à faire mais il avait réussit à les comprendre et à résoudre les problèmes. Bien qu'il avait tendance à préférer les matières littéraires et linguistiques les sciences et les maths n'étaient pas totalement incompréhensibles pour lui. Par contre le sport était une tout autre affaire bien plus compliquée et obbscure pour lui. Il jeta un coup d’œil à son réveil. L'heure affichée indiquait qu'il était déjà vingt heure quarante et en fut étonné. Il est déjà si tard mais sa mère ne l'avait toujours pas appelé pour manger. Il pousse sur mes mains et fit rouler la chaise jusqu'à sa porte puis éteignit sa chaîne à l'aide de la télécommande et sa lumière puis descendit pour voir ce que sa mère fabriquait. En descendant il regarda avec un sourire les photos qui ornaient le mur. Il y a avait des photos de lui bébé, de ses parents, de leur mariage, de son frère aîné bébé et une qu'il affectionnait particulièrement qui le représentait avec son grand frère lorsqu'ils avaient attrapé leur premier gros poisson. Ils devaient avoir dans les sept et neuf ans et devaient se mettre à deux pour porter la carcasse du sabre de mer qu'ils avaient peiné à attraper. Jongdae ne pouvait s'empêcher de rire à chaque fois qu'il se remémorait ce souvenir. Son frère lui manquait tellement, il était parti en début d'année à Séoul pour ses études universitaires et un grand vide s'était installé dans la maison. Ce fut très dur pour lui de voir son aîné partir. Il était le seul à qui il pouvait librement se confier, sans être jugé ou critiqué. Son frère l'aimait comme il était et ne cherchait pas à le changer et il l'avait toujours protégé alors le voir partir et ne parler physiquement parlant avec lui uniquement pour les grosses fêtes était difficile à supporter. Mais il fallait grandir et il savait qu'un jour ou l'autre lui aussi aura la chance de partir dans la capitale pour aller étudier. C'est sur cette pensée légère et heureuse qu'il finit de descendre les marches et se tourna pour aller dans le salon où sa mère regardait un téléfilm à l'eau de rose.



« _ M'man … Il n'eut pas de réponse alors il s'éclaircît la gorge et retenta un peu plus fort. M'man ! Cette dernière sursauta et laissa échapper un petit cri de surprise.


_ Non mais ça ne va pas de me faire peur comme ça ! Tu veux que je meures avant l'heure ou quoi ? Oh mon petit cœur calme toi … Elle reprit ses esprits et se tourna de nouveau vers son fils et l'interrogea du regard.


_ Bah tu ne m'a appelé … Il est presque neuf heure du soir et tu ne m'as pas appelé …


_ Ah et bien parce que je suis montée toute à l'heure mais tu étais tellement concentré sur tes devoirs que je n'ai pas voulu te déranger. J'ai attendu que tu finisses.


_ Tu n'as toujours pas mangé ?! »




Ce soudain haussement de ton fit de nouveau sursauter sa mère qui avait déjà du mal à se remettre de son premier choc. Il faut dire aussi que depuis le départ de son fils aîné son cœur et ses émotions ne lui laissaient aucun répit, elle était constamment à fleur de peau, au grand damne des deux derniers hommes de la maison. Elle lui demanda de se taire et se leva pour aller chercher le repas dans la cuisine mais son fils fut plus rapide et rassembla les couverts avant elle et les emporta dans le salon puis revînt dans la cuisine quand il comprit quel plat sa mère avait fait. Il vit dans un saladier posé dans le four une salade de pinces de crabes et des nouilles sautées aromatisées dans la casserole sur la plaque de cuisson. Sa mère le dégagea de la main, le priant d'aller s'asseoir dans le canapé et qu'elle n'était pas encore trop vieille pour apporter le repas à son jeune fils. Jongdae lui fit un bisou sur la joue et s'amusa de son comportement . Elle le traitait comme un vrai bébé et un vrai prince depuis le départ de son frère, ce qui était loin de lui déplaire. Il s’exécuta et s'assît sur le canapé en faisant un peu de place sur la table basse. Sa mère arriva avec les assiettes pleines et les posa sur la table. Ils se souhaitèrent un bon appétit et attaquèrent leur repas divin en fondant tout deux comme des guimauves devant le film niais qui passait à la TV. Après la fin du film et le ventre bien rempli Jongdae aida sa mère à débarrasser et lui souhaita une bonne nuit. Il retourna alors dans sa chambre enfiler son pyjama et alla se laver les dents et les pieds avant de rejoindre son lit douillet. Il éteignit la lumière et programma son réveil pour le lendemain. Il s'enroula dans ses draps et ferma les yeux en repensant au petit nouveau qui avait fait son apparition aujourd'hui. En revoyant son visage imperturbable il prit une décision. Demain il ne sera pas aussi lâche que ce qu'il avait été aujourd'hui. Demain il ira le voir et lui parler. Oui c'est ce qu'il fera. Déterminé et fier de sa décision il s'endormit sans problème et alla rejoindre ses doux rêves où le monde n'est en rien celui dans lequel il vit chaque jour.






- - - - - - - - - - - - - - - - - -





Xiumin remit son casque sur ses oreilles et tourna un peu dans les couloirs pour retrouver la sortie. Bien que le lycée n'était pas aussi immense que celui dans lequel il allait à Shanghai, celui-ci avait de nombreux couloirs qui ne se rejoignaient pas. Il finit par trouver et descendit pour se retrouver dans la cour. Il repéra le portail où son père l'avait déposé le midi même. Son téléphone sonna plusieurs fois mais il ne décrocha pas. Il ne voulait pas entendre la voix mielleuse de cette femme qu'il détestait tant. Il essaya de se rappeler le mieux qu'il pouvait la route qu'il avait emprunté la veille pour aller à son cours particulier de coréen pour étrangers. Bon en même temps il n'y avait qu'une seule grande route qui menait au « centre-ville » si on pouvait appeler ça de la sorte. Il arriva dans le petit centre où plusieurs personnes étaient déjà installées en vingt minutes et s'excusa de son retard puis alla s'asseoir à côté d'une jeune Anglaise. Il salua tout le monde de la tête et le cours commença tranquillement sur les particules locatives, ce qui promettait d'être fortement ennuyant.



Deux heures plus tard le cours se termina et Xiumin en sorti aussi rapidement qu'il l'avait fait au lycée. Il remît son casque sur ses oreilles et marcha en direction de chez lui au rythme de ses playlists favorites. Sur le chemin il repéra un petit restaurant chinois qui faisait apparemment des spécialités de Shanghai et se promit d'aller y faire un tour un jour dans la semaine. Cela lui faisait tellement bizarre de devoir marcher pour retourner chez lui, avant il devait toujours prendre les transports peut importe l'endroit où il voulait se rendre mais ici il n'avait pas vu l'ombre d'un bus alors un métro n'en parlons pas … La nuit était bien tombée et les reflets de la lune sur la mer le rendit nostalgique et à la fois tellement énervé. Il détestait tant cet endroit, ce patelin paumé où tout le monde savait tout sur tout le monde, ce bled merdique qui puait le poisson à longueur de temps … Il n'avait jamais demandé à venir ici, à devoir abandonner ses amis et sa petite vie en Chine, il n'avait jamais demandé à devoir suivre le choix ridicule et inacceptable de son père quant à vouloir venir emménager avec sa nouvelle femme coréenne qu'il avait rencontré à Shanghai. Il arriva devant sa nouvelle maison en bordure de forêt. Il entra sans s'annoncer et monta directement dans sa chambre pour s'étaler de tout son long sur son lit. Il se débarrassa de sa veste et déboutonna les deux premiers boutons de sa chemise après avoir retiré sa cravate qui alla rejoindre sa veste par terre. Fatigué et las il fixait le plafond éclairé par de nombreux stickers en formes d'étoiles, de planètes et de soleil … cette vision l'apaisait tellement … Il adorait l'astronomie, les planètes et la vie ailleurs … Il était persuadé qu'un jour il trouverait une planète loin de celle-ci où la vie existait. Ils ne pouvaient pas être les seuls à peupler la galaxie … cette idée lui était impossible et ridicule, il y avait forcément de la vie ailleurs et l'espoir qu'un jour il la découvrirait avait été son stimulant pour travailler dur chaque jour à l'école et se surpasser pour pouvoir intégrer la grande Université d'Astrophysique Jia Tong de Shanghai. Mais ses rêves se sont complètement écroulés lorsqu'il dû tout quitter pour venir se perdre dans cette bourgade où le nombre d'habitant ne dépassait même pas celui de son district. Il souffla une nouvelle fois et une vague de haine le submergea à cette pensée. Il se frotta les cheveux et ferma les yeux pour se calmer mais une sonnerie le sortit de ses songes. Il tourna la tête et leva un sourcil interrogateur. Son ordinateur portable allumé ne cessait de sonner et il se leva d'un bond lorsqu'il comprit qu'il recevait un appel vidéo. Il le prit et retourna s'asseoir dans son lit en se calant contre le mur. Il décrocha et un immense sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu'il vit ses trois amis.



« _ Oh les gars !! ha ha je suis trop content de vous voir putain !


_Nous aussi mec ! Tu as perdu des joues toi ! S'écria le plus vieux des trois.


_ Tu manges au moins ici Ge hein !


_ Oui t'inquiètes pas Tao je bouffe leur nourriture horrible !


_ J'ai vu un reportage à la TV avant hier et j'ai vu comment ils faisaient leur chou orange bizarre là … Le plus jeune grimaçait en cherchant ses mots, balbutiant et créant l'hilarité de ses amis qui se tordaient de rire sur leurs chaises, euh Komji ou kimli … non attend-


_ Hahahaha Kimchi Kimchi … Xiumin s'amusait de l'ignorance de ses amis en matière de langues étrangères, à part quelques mots en Anglais ils n'étaient vraiment pas doués en la matière, ouais j'ai failli mourir quand l'autre m'en a fait à manger la semaine dernière … Horrible ce truc je vous jure !


_ Et les cours alors comment ça s'est passé aujourd'hui ?


_ Bof … Et vous ? Luhan tu as eu ton match de sélection hier ?!


_ Oui !! répondit le chinois roux avec sa petite tête enjouée, Ils m'ont sélectionné comme capitaine … mais c'est tellement chiant le foot sans toi Ge !


_ Oui bah te plains pas … moi je sais même pas s'ils ont un club dans cette … ce patelin … Des nouvelles de Kris, Lay ?


_ Oui mais il est quand même plus heureux que toi d'avoir déménagé !


_ Oui bah Vancouver ce n'est pas une village de merde hein … »



Les trois amis rigolèrent et passèrent une bonne partie de la soirée à discuter. Du moins Xiumin écoutait inlassablement et avec envie les histoires de ses amis jusqu'à la voix de son père le força à couper la communication. C'est avec regret qu'il quitta la conversation et se dirigea dans le salon où son père lui avait demandé de venir.



«_ Tu as déjà mangé ? Tae Hee a fait des jiao zi et des crevettes frits si tu veu-


_ J'ai pas faim. »



Le ton sec de son fils le figea, il ne s'était toujours pas habitué à ce changement de comportement si soudain depuis leur arrivée le mois dernier. Il savait que cela pouvait être dur pour lui de devoir tout quitter pour reconstruire sa vie ailleurs mais il pensait avant tout à sa santé. Les pics de pollutions à Shanghai devenaient bien trop fréquents et importants il craignait pour sa santé et trouvait que cette solution de venir s'installer ici l'éloignerait un peu du risque de développer un cancer lui aussi, tare qui se répandait de plus en plus ces dernières années en Chine.



« _Fais un petit effort … elle s'est donné beaucoup de mal pour ce repas !


_ Je lui ai rien demandé. Et arrête de me parler coréen !


_ Ce n'est rien Ji Hoon, il doit être fatigué … tenta de le rassurer sa nouvelle épouse en lui prenant le bras et en lui adressant un sourire rassurant que Xiumin trouvait écœurant. Il ne supportait pas cette femme qui était la cause de tous ses soucis.


_ Tu es vraiment gentille … Je suis désolé que cet enfant ingrat te traite si mal …


_ L'enfant ingrat ne t'a jamais demandé de venir ici ! J'étais bien moi à Shanghai !!


_ Écoute Minseok je sais que ça ne doit pas être simple pour toi mais tu peux me parler si tu en as env-


_ Mon nom n'est pas Minseok idiote !!! Ne me parle pas ! Ne me touche pas et ne me regarde pas !! Tu as peut être réussit à envoûter mon père stupide et sans morale sorcière mais tu ne m'auras pas ! Tu n'es ni ma mère ni mon amie ! Tu n'es rien et tu ne sauras jamais ce que je vis alors ferme la 


_ Xiumin ! »



Mais le jeune homme furieux ne souhaita pas rester plus longtemps dans cette pièce étouffante. Il remonta dans sa chambre en tapant lourdement sur les marches puis claqua la porte qui fit un boucan infernal. Il tapa dans tout ce qu'il trouvait sur son passage. Tremblant de rage, les larmes voulaient s'échapper de ses yeux mais il les retînt en fermant les paupières. Il ne devait pas pleurer. Il se l'était promis. Il lui avait promis. Le visage rouge il réussit à se calmer lorsqu'il croisa la photo de sa mère posée sur sa table de chevet. Il reprit un rythme normal de respiration et s'approcha de ce souvenir figé et immortel. Sa mère était si belle avec sa jolie robe à fleur et son chapeau de paille sur son vélo. Elle avait l'air d'une Européenne sur sa bicyclette dans les rues pavées du sud de la France. Son sourire illuminait tout son visage et cette vision réchauffa immédiatement le cœur crispé du jeune homme. Elle lui manquait tellement … c'était ça le plus dur pour lui … être loin de ses amis était évidemment difficile à supporter mais le plus invivable pour lui était de ne plus pouvoir aller garnir et nettoyer la tombe de sa mère, restée seule là-bas.



Il attrapa la photo et ouvrit la porte fenêtre de sa chambre pour aller s'accouder à la rambarde de son petit balcon boisé. Il posa sa tête contre le grand arbre qui y prenait appuis. Il leva les yeux au ciel en serrant fort la photo qu'il porta contre son cœur et se mit à parler tout bas, les yeux brillants grâce à la lune. Il lui parlait le cœur plus léger et serein.







Bon … Maintenant il faut y aller … tu te l'étais promis Jongdae ! Alors un peu de courage merde tu as déjà laissé filer toutes tes chances de lui parler ce matin ! C'est ce que se répétait Jongdae depuis dix bonnes minutes en fixant son camarade chinois assit en face de lui, seul, à une table un peu plus loin. Son casque sur les oreilles il semblait absorbé par ses nouilles mais n'avait pas touché à son riz sauté au Kimchi et aux œufs. Jongdae quant à lui n'avait même pas entamé le moindre aliment. Trop occupé à se motiver et se dire qu'il pouvait le faire, qu'il n'allait pas le manger. De toute façon que pouvait il faire de pire que ces babouins débiles qui lui servaient de camarades de classe ? Il se leva d'un bond et tira son plateau jusqu'à sa table, le cœur hurlant de peur. Pourquoi fallait il qu'il soit toujours aussi timide … Mais il ne reculera pas, non, et c'est avec la démarche tremblante et le pas hésitant qu'il s'approcha de la table du nouvel élève solitaire qui ne leva pas les yeux malgré qu'il ai remarqué la présence d'un élève devant sa table. Il continua de manger, sans relever la tête jusqu'à ce que le ton hésitant du perturbateur vînt titiller sa curiosité.



« _ Euh … »



Xiumin s'arrêta un instant et fixa de son regard dur le visage crispé de son interlocuteur timide qui semblait se faire violence vu les grimaces qu'il faisait. Mais étant donné qu'il n'y avait pas de suite à sa pauvre onomatopée il reprit sa dégustation.



« _ Ça t'emb-bêtes si je m'assois ? »



Surpris, Xiumin leva de nouveau la tête, les yeux un peu ronds mais se ressaisit vite et en une fraction de seconde son visage redevînt sans expression et froid, mettant dans l'embarras Jongdae qui avait réussit à sortir tous les mots dans le bon ordre et sans trop bafouiller. Il baissa les yeux sur la chaise vide en face de lui et reprit son repas sans dire un mot. Jongdae prit ça comme une invitation et avec la retombée de stress il posa son plateau avec force, renversant son verre d'eau sur la table.



«_ Oh non non non !! P-pardon je suis désolé v-vraiment je n'ai pas fait exprès ohlalalala mais quel b-boulet sérieusement je crains purée ! Attends bouge pas j'ai des serviettes mais mais mais non ça va pas suffire !! Ah tu es déjà en train d'utiliser la tienne … Je … Je … Je vais en chercher d'autres bouge pas !! »



Sur ces derniers mots Jongdae partit en courant et bouscula quelques personnes sur le chemin puis disparût à un angle. L'eau continuait d'avancer vers le plateau de Xiumin qui était resté bête devant le flot de paroles qu'avait débité le grand brun sans qu'il n'en comprenne un seul mot. Il avait parlé si vite qu'il n'avait même pas pu discerner les syllabes. Oui il comprenait mieux le coréen que ce qu'il le parlait mais il ne fallait pas abuser … ce type avait sorti son monologue si rapidement qu'il était sûr que même les coréens n'auraient pas comprit. Suspectant qu'il soit partit chercher des serviettes il sortit un paquet de mouchoirs de sa poche de veste et en sortit plusieurs pour éponger l'eau. Lorsque Jongdae revînt des tonnes de serviettes dans les mains, il fût surpris de voir la multitude de mouchoirs qui recouvrait la table. Il rigola et se rassît en se traitant d'idiot les serviettes toujours dans les mains. Xiumin ne bougeait pas et le regardait avec attention et amusement. Quel était cet étrange phénomène qui s'agitait comme un petit singe en face de lui, se traitant d'imbécile. Xiumin le fixa encore un peu et lorsque leurs regards se croisèrent un long frisson parcourut le corps de Jongdae qui cessa sur-le-champ de se tortiller sur sa chaise. Se sentant rougir il baissa les yeux sur son assiette et empoigna sa fourchette pour commencer à piquer dans ses morceaux de canard qui refroidissaient. Après plusieurs bouchées il prit à nouveau son courage à deux mains et se lança pour parler.



«_ Si tu veux je peux te passer mes cours. Comme tu n'arrives qu'au mois de Mai tu as dû prendre du retard sur le premier semestre et je ne sais pas si le programme est le même à Shanghai donc si tu veux je peux te les passer. Xiumin le fixait sans retenue mais Jongdae se refusait de flancher cette fois-ci. Il soutiendrait son regard coûte que coûte. Ah mince peut être que tu comprends rien à ce que je raconte … Il se frotta l'arrière de la tête et s'enfonça un peu sur sa chaise, stupide de ne pas avoir pensé à cette éventualité qu'il ne le comprendrait peut être pas.


_C'est bon j'en ai pas besoin. Il replongea sur son bol bientôt vide, laissant à nouveau Jongdae sans-voix. Et je comprends ce que tu dire. Je parle pas bien coréen mais je comprends bien. »



Jongdae trouvait son accent terriblement mignon et ses petites fautes de grammaire adorables, ce qui dans un sens enleva un petit peu de la peur qu'il inspirait. Il hocha la tête et allait lui demander la raison pour laquelle il n'avait pas touché à son riz mais il ne lui en laissa pas le temps puisqu'il ne finît pas son bol et prit son plateau pour s'éloigner vers la sortie de la cafétéria. Jongdae le regarda s'éloigner en se mordant la lèvre. Il se sentait à nouveau stupide et maladroit. C'était sûrement déplacé de lui dire qu'il ne comprenait sûrement rien … S'il est venu en Corée c'est qu'il comprend au moins un minimum la langue … Non mais quel idiot tu fais Jongdae franchement ! Plus bête il n'y a pas c'est pas possible ça !!



La cloche annonçant la reprise des cours sonna et il se hâta de déposer son plateau sur le tapis roulant et courut jusqu'à sa salle de classe. Il n'arriva pas en retard malgré la distance qui séparait la cantine de sa classe et s’assît en vitesse à sa place avant que les critiques ne fusent. Xiumin était déjà installé, la tête toujours dans les bras croisés sur la table. Jongdae se mordit la langue et se maudissait de ne pas avoir eu plus de tact. Leur professeur d'économie venait d'entrer alors il se pressa de s’asseoir. Le cours se passa tranquillement jusqu'au moment où le vieux professeur interrogea Xiumin qui ne semblait rien comprendre. Il se leva et fixa le tableau sans faire attention aux railleries chuchotées de ses camarades peu indulgents. Lassé il allait dire franchement au professeur qu'il n'en avait aucune idée et que la réponse à sa question lui était complètement étrangère mais Jongdae en décida autrement en lui chuchotant les réponses. Xiumin tourna alors doucement la tête et vit du coin de l’œil son camarade l'inciter à répéter ce qu'il lui disait puis au bout de quelques secondes les remarques cessèrent et Xiumin se décida à suivre aveuglement les indications de son étrange camarade. Le professeur satisfait le remercia et lui demanda de se rasseoir. Xiumin s’exécuta et se tourna alors vers Jongdae qui n'avait pas quitter son sourire depuis le début de la journée. Il le regarda de haut en bas puis se retourna pour lui tourner de nouveau le dos sans dire un seul mot. Il écrivit sur un petit morceau de papier les caractères chinois permettant de dire merci et le jeta sur sa table. A peine quelques secondes plus tard il sentit un doigt tapoter son épaule et se retourna. Jongdae lui tendait le petit bout de papier et lui colla sur l'épaule pour qu'il le récupère. Xiumin le prit et s'attendant à y voir une insulte en coréen fut figé de surprise en voyant les caractères un peu mal écrits qui signifiaient « de rien ». Un hoquet de surprise le prit mais lorsqu'il croisa le regard noir d'une fille de la classe il se redressa sur sa chaise et attendit patiemment la fin du cours pour demander des explications à ce jeune homme. La fin de ce cours incroyablement ennuyeux arriva rapidement et alors que tous les élèves se mirent à chahuter au départ de leur professeur, Xiumin, lui, se retourna encore une fois et posa le bout de papier sur la table de son voisin de derrière qui fut assez étonné de le voir lui faire face, lui qui pensait qu'il avait déjà oublié.



Ses yeux froids et noirs le troublèrent tellement mais il osa néanmoins lever un sourcil interrogateur à son mystérieux interlocuteur.



«_ Tu parler chinois ? »



Jongdae voulu rire de ce petit accent qu'il trouvait tellement en contradiction avec la figure charismatique qu'il émanait mais il se contenta de sourire en lui parlant doucement.



«_ Tu parles chinois.


_ Quoi ? » Jongdae sourît de nouveau et s'éclaircît la voix. Tu ne peux pas dire « parler » ça c'est le verbe à l'infinitif, tu dois le transformer selon la forme de politesse que tu veux utiliser. Là tu peux juste dire « parles » parce qu'on est entre nous … enfin je veux dire on a le même âge je suppose alors tu n'as pas besoin d'utiliser une forme très polie. »



Xiumin assimila discrètement ce que lui racontait son camarade brun, assez content bizarrement que quelqu'un le corrige. Mais n'ayant pas eu la réponse qu'il attendait il insista un peu du regard ce que Jongdae ne mit pas longtemps à comprendre.





Xiumin trouva ceci mignon et se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas sourire. Il lui tendit le papier où Jongdae remarqua une petite rature rouge. Il déplia alors le papier et s'aperçut de la faute qu'il avait fait dans le caractère.



«_ Tu vois, ici tu pas peux utiliser cette clé, c'est elle que tu dois utiliser. »



Xiumin réécrivit à côté le caractère correctement écrit et le présenta à Jongdae qui hochait la tête en même temps que son voisin réécrivait les traits. Une fois qu'il eu finit Jongdae lui sourît de toutes ses dents en le remerciant pour cette explication. Xiumin lui répondit un peu timidement et choqué d'une telle explosion de gratitude qu'il n'y avait pas de quoi. Jongdae, tellement heureux de pouvoir parler avec quelqu'un d'autre que sa mère ou son chien sans se faire harceler et insulter, réfléchît donc à un marché qu'il trouva favorable à tous les deux.



«_ Si tu veux je peux t'aider à t'améliorer en coréen et toi en retour tu m'aides avec le chinois. Comme ça on pourrait progresser tous les deux … c'est une bonne idée non ?! »



Xiumin hésita … Il ne voulait pas … Il avait déjà ses cours particuliers … mais en même temps il les trouvait tellement chiants que l'idée d'être avec quelqu'un de son âge pourrait peut être être plus … amusante ?



«_ OK. »


Un sourire radieux et sincère éclaira tout le visage de Jongdae qui avait oublié depuis quelques peu le regard de Sehun fixé sur lui. Il sautillait un peu sur sa chaise mais se redressa lorsqu'il vit le professeur de Maths entrer dans la salle. L'après-midi de cours se poursuivît comme à son habitude sauf que cette fois-ci c'était le cœur plus léger que Jongdae finît sa journée. Juste avant de s'en aller il rattrapa Xiumin qui avait déjà plié bagage en lui courant après dans le couloir. Xiumin ôta son casque et Jongdae lui recommanda de prendre un repas à emporter demain midi car leurs cours commenceraient à la pause du déjeuner. Xiumin ne dit rien et s'en alla en remettant son casque sur les oreilles, réfléchissant à ce que voulait dire « casse-croûte ».



- - - - - - - - - - - - - - - - - -




Le lendemain Jongdae attendit impatiemment la fin du cours, son pique-nique sur les cuisses. Il était excité comme une puce à l'idée de pouvoir partager un repas avec quelqu'un tout en parlant de langues. Regardant de manière incessante la pendule au dessus du tableau il lâcha un petit cri de joie lorsque cette dernière annonça midi. Il rassembla rapidement toutes ses affaires et se plaça devant la table de son camarade qui ne comprenait pas comment ce dernier faisait pour avoir constamment ce sourire collé aux lèvres. Il se leva et suivit Jongdae sans un mot, écoutant le programme qu'il lui avait réservé quant à ce qu'ils allaient voir aujourd'hui. Ils longeaient les couloirs mornes et abîmés à certains endroits puis s'enfoncèrent dans une issue de secours glauque et Xiumin se demandait si son camarade ne préparait pas un sale coup mais ses doutes se dissipèrent lorsqu'il ouvrit une porte cassée pour rejoindre une cage d'escaliers en parfait état. Son camarade dont il ignorait toujours le nom le tira en lui demandant de se dépêcher s'il voulait pouvoir avoir le temps de se poser un peu pour manger et le soleil lui aveugla presque les yeux lorsque ce dernier ouvrit la porte. Xiumin posa un pied sur le sol blanc et fissuré en regardant tout autours de lui. Il était sur le toit du lycée. Plusieurs grosses climatisations faisaient un boucan infernal et le vent caressait de nombreux linges blancs pendus. Il perdit de vue son camarade et se mit à le chercher quand il le trouva assis sur le rebord, les pieds dans le vide. Son cœur rata un battement et il se précipita sur lui pour le tirer, croyant qu'il voulait faire une bêtise. Jongdae rigola devant le visage apeuré normalement si impassible du petit chinois. Ce dernier vexé le lâcha avec force et le poussa pour s'asseoir par terre.



«_ OK disons que tu as peur du vide … »



Jongdae s'assît en tailleur à ses côtés et sortit de son sac en plastique des makis que sa mère lui avait préparé le matin même.



«_ Ici personne ne viendra nous embêter on sera tranquilles. »



Voyant que Xiumin ne bougeait pas il s'interrogea et lorsqu'il comprit qu'il n'avait rien emporté avec lui il lui tendît plusieurs makis qu'il posa sur le couvercle de son tupperware. Xiumin cligna plusieurs fois des yeux et se ramassa la définition de ce qu'était un casse-croûte en pleine tronche. Il se traitait d'idiot et accepta gentiment le cadeau de son camarade souriant. Alors qu'il allait mettre un maki dans sa bouche une pensée le heurta soudainement.



«_ Je sais pas ton nom.


_Ah c'est Kim.


Xiumin réfléchît quelques secondes … Non non ce n'était ce qu'il avait demandé.





Jongdae s'arrêta de manger, la bouche gonflée de riz et se remua les méninges pour comprendre ce qu'il voulait dire.





Les yeux de Xiumin s'agrandirent et il acquiesça heureux qu'il ait compris.



_ Je m'appelle Jongdae.


_ Zongtae ?


_ Non J-O-N-G-D-A-E … euh comme ça … Jongdae écrivit sur le sol avec son doigt les lettres de son prénom mais vu la tête que faisait Xiumin il laissa tomber et se risqua de lui dévoiler son surnom que seuls ses proches utilisaient … mais bon il n'était pas obligé de le savoir ça … Sinon appelle moi Chen.


_ Chen ?


_ Oui comme le caractère « réussir » tu sais … celui là … »



Il redessina par terre et Xiumin y vit à présent plus clair et sourit en répétant sans interruption ce nom. Ils mangèrent leur repas en se demandant alternativement comment dire tel ou tel mot dans leurs langues respectives et ne virent pas le temps passer. La sonnerie retentît au plus grand désespoir de Jongdae qui rangea rapidement son tupperware dans son sac. Xiumin l'aida à se relever et tous deux repartirent en direction de leur salle de classe où un autre cours passionnant allait se dérouler. Xiumin n'écouta pratiquement rien des autres cours car il fut trop occupé à essayer de retenir les nouveaux mots que lui avait apprit Chen. La journée se finît tranquillement et tous deux se dirent à demain. Jongdae rentra heureux de cette journée qui avait été parfaite vu l'absence de Kyungsoo et de son échange avec le nouveau. Il se disait que finalement si chaque jour pouvait être comme celui qu'il venait de vivre alors venir à l'école ne serait plus un fléau … Mais cet espoir ne fut que de courte durée …




- - - - - - - - - - - - - - - - - -




«_ Lâche moi putain !!! C'est tout ce que tu sais faire Do ? Laissez les autres frapper pour toi ?! Tu te crois puissant comme ça c'est ça ?!!! 




Adossé contre la porte des toilettes, Do Kyungsoo se frottait les mains devant les coups de plus en plus forts de ses deux amis qui jubilaient à frapper la mâchoire, les côtes et le ventre d'un Jongdae impuissant et terrifié. Le sang coulait de plus en plus et très vite une marre emplissait le sol. Après que la cloche eut retentit les trois tortionnaires lui crachèrent dessus en lui hurlant de ne surtout pas arriver en retard puis ils s'en allèrent, l'air de rien, parfaitement innocents en claquant la porte de ces toilettes condamnés où personne ne venaient jamais … personne … sauf lui …






Surpris de ne pas voir voir son nouvel instructeur un peu brouillon au premier cours du matin Xiumin attendit de voir s'il arriverait au deuxième. Mais c'est avec inquiétude qu'il ne le vit pas arriver. Alors que leur professeur d'Anglais entra dans la salle Xiumin tourna les yeux vers la grande perche qu'était Oh Sehun qui rigolait amèrement avec son ami aux cheveux noirs et aux yeux globuleusement effrayants. Un autre élève, Baekhyun, lui lança un regard mauvais tandis que deux idiotes s'amusaient à l'insulter en dialecte de Busan. Mais il s'en fichait royalement … ne pas voir Chen, qui venait pourtant chaque jour sans faute depuis les deux semaines qui s'étaient écoulées, lui flanqua un très mauvais pressentiment. Il n'aimait pas ça … pourquoi n'était il pas là … C'est lui qui avait l'habitude de sécher pas ce petit studieux de Chen …Il lui envoya un message pour lui demander si tout allait bien et attendit impatiemment sa réponse qui ne vînt jamais …



L'heure avança et ne pouvant plus se retenir il se leva d'un bond, attrapa son sac et passa devant son professeur sans même la regarder et sans se préoccuper de ses cris et avertissements d'expulsion de la journée. Il longea les couloirs en essayant de l'appeler encore et encore sans succès … Il ne savait pas pourquoi il était si inquiet … peut être qu'en ces deux petites semaines à le voir chaque midi il s'était finalement un peu attaché à cette tête de dinosaure souriante … Il lui rappelait son ami Kris, c'est lui qui l'aidait pour l'Anglais alors que Chen l'aide en coréen lui faisait sûrement penser à sa vie en Chine. Ses pas s’accéléraient à mesure qu'il ne le trouvait nulle part. Il fonça d'abord sur leur toit mais fut dégoûté de ne pas le voir là-bas alors il redescendit et continua sa recherche perdue de son camarade jusqu'à ce qu'il réponde enfin à un de ses nombreux appels.



«_ A-allô ?


_ Chen ?


_ Hm …


_ Où es tu merde ? Pourquoi n'es-tu pas en cours ? Est-ce que tout va bien 


_ T-tu parles t-trop vite Xiumin … J-je suis à … au l-lycée.


_ Où ?


_ T-tu n'as pas à venir … J-je me sens un peu malade, je v-vais r-rentrer … »



Ce genre de phrase l'aurait d'habitude freiné mais pas cette fois-ci … la voix tremblante de son camarade, son souffle qu'il trouvait bien trop lourd et saccadé à son goût ne lui disait vraiment rien qui vaille …



« _ Où ?! »



Devant son ton si autoritaire Jongdae ne pût mentir plus longtemps et pour une raison qu'il ignorait complètement il lui dévoila l'endroit où il se trouvait … à contre cœur et anxieux … Il raccrocha et tenta de se relever à l'aide de la cuvette des toilettes où plusieurs filets de sang avaient séché. Mais avec le corps si courbaturé il ne put se relever et se maudissait d'être aussi lamentable et pria de tout son être pour que Xiumin ne vienne pas et que jamais il ne le voit dans cet état …




La porte s'ouvrit dans un fracas et lorsque Jongdae leva timidement les yeux les larmes se mirent à couler le long de ses joues ensanglantées en voyant Xiumin essoufflé et rouge de sa course. Ce dernier, le regard plein de haine et de tristesse lâcha la porte et s'avança lentement jusqu'au corps blessé de Chen. Il constata l'ampleur des dégâts sur son pauvre corps fin et abîmé et ne put retenir une montée de rage puissante grandir en lui. Il s'agenouilla et aida Chen à se redresser en faisant le plus doucement possible en voyant les grimaces de douleur qu'il faisait et les gémissements plaintifs qui s'échappaient de sa bouche amochée. Une fois stable contre le mur Xiumin se leva puis passa un de ses mouchoirs sous l'eau pour aller nettoyer un peu les plaies sur son visage mais en vain … Les plaies n'avaient pas cicatrisé et un simple mouchoir humide n'allait en rien aider.



« _ Qui a fait ça à toi ? »



Les larmes se remirent à se déverser à flot sur les pommettes rougies de Jongdae qui ne voulait rien dire. Mais Xiumin ne laissa rien passer … Il insista encore et encore jusqu'à ce qu'il comprît, dans un souffle presque inaudible, un nom sortir. Il demanda à Chen de tenir le mouchoir et se leva sans rien ajouter d'autre. Il sortit des toilettes en claquant la porte, laissant Jongdae dans la confusion la plus totale et courut jusqu'à sa salle de classe.



Il enfonça la porte du pied et se dirigea directement vers le coupable en le soulevant par le col. Il le balança par terre et s'accroupît sur lui pour le ruer de coups. Plusieurs élèves apeurés hurlaient pendant leur professeur regardait la scène impuissante. Xiumin continuait de frapper Kyungsoo en hurlant des injures et des menaces de mort en chinois, le sang qui pulsait fortement contre ses tempes. Cela fait longtemps qu'il n'avait pas autant perdu le contrôle de lui-même mais il n'en pouvait plus … Il ne pouvait pas … Qu'avait bien fait Chen, lui si gentil et différent de ces petits cons racistes pour mériter ça … Rien ne méritait pareil traitement … rien. Il le souleva à nouveau et alla écraser sa tête contre sa table en lui assénant des coups de pieds dans les jambes. Deux grands forts de la classe arrivèrent à le faire lâcher sa proie qui alla s'écraser contre le sol, les yeux brûlants de haine et choqués. Personne n'avait encore osé s'en prendre à lui … et surtout pas un sale chinois dans son genre pensait Kyungsoo. Ses deux amis vinrent l'aider à se relever et leur professeur qui avait repris ses esprits se plaça entre eux pour empêcher une nouvelle bagarre. Elle se retourna vers Xiumin en lui criant d'arrêter et de filer chez le directeur, qu'un tel comportement n'était pas autorisé. Mais Xiumin s'en fichait, il n'arrivait pas à quitter Kyungsoo des yeux. Il pointa son doigt vers lui en lui criant quelques mots dans un coréen parfait.



« _ Tu as touché la mauvaise personne petit connard ! Tu peux faire ta loi avec qui tu veux mais tu ne la feras jamais sur moi. Tu m'entends ! Retouche le une seule fois et je te tue ! Tu ne sais pas qui je suis alors n'ose plus jamais te croire plus puissant que moi en levant un petit doigt sur lui !! »



Il se débarrassa de l'emprise des deux gorilles qui le retenaient et sortit de la salle sous les regards ahuris et choqués des élèves et de son professeur. Il reparti vers les toilettes où Chen n'avait pas bougé, toujours assis par terre, le mouchoir rouge collé sur sa lèvre. Xiumin passa son bras par-dessus ses épaules et l'aida à se relever.



« _ Qu'est-ce que tu fait ? »


Xiumin avait réfléchit à ce qu'il allait faire de Chen sur la route, il ne pouvait pas l'emmener à l'hôpital puisque le plus proche se trouvait à Busan et le temps d'y aller toutes les plaies auraient cicatrisé vu la distance qu'il y avait à parcourir …



_ Tu vas venir chez moi.


_ P-pourquoi ?



Il n'avait pas tord et cette explication logique suffît à Jongdae pour se raviser et à accepter qu'il l'emmène chez lui. Une fois devant le portail Xiumin expliqua à Jongdae qu'ils en auraient pour un petit quart-d'heure à pied en prenant un raccourci et il lui demanda s'il se sentait de marcher ou s'il devait appeler quelqu'un. Mais le sourire aux lèvres Jongdae prit sur lui et lui assura qu'il pouvait marcher. Xiumin, peu convaincu, finit par se laisser emporter par le sourire du blessé et le s'accroupît par terre dans l'idée de le porter sur son dos pour faire le chemin. Jongdae se laissa faire et au moment où il dû enrouler ses jambes autours des hanches de son sauveur son rythme cardiaque se mit à accélérer et ce dernier ne se calma pas lorsque la délicieuse odeur qu'émanait le cou de Xiumin lui parvient au nez … Ses joues commencèrent à chauffer quand Xiumin le remonta un peu en exerçant une pression sous ses cuisses.



Une bonne vingtaine de minutes plus tard, ils arrivèrent enfin devant chez Xiumin qui poussa son portail avec son pied et ouvrit la porte d'une seule main. Personne n'était à la maison. Il monta tranquillement les marches et continua de porter Chen jusqu'à sa chambre. Il le déposa doucement sur le lit en lui demandant s'il voulait boire quelque chose. Mal à l'aise et encore chamboulé par les récentes sensations que son corps venait de lui faire vivre il refusa poliment. Xiumin quitta alors la chambre et alla prendre deux verres d'eau ainsi que la trousse de secours dans la cuisine puis remonta avec le tout dans sa chambre. Il posa les verres sur la table de chevet et la trousse sur le lit. Il tira sa chaise de bureau et vînt s'asseoir en face de Chen qui ne savait pas trop où poser ses yeux. Xiumin se frotta les cheveux et regarda intensément Chen.



«_ Avant que je te soigne, dis moi la raison pour qu'il t'ai fait ça. »



Jongdae reçu ses mots comme un coup de massue … Non … tu n'as pas à le savoir … Où tu finiras comme eux … tu me haïras aussi …



«_ Chen … »



Non il ne pouvait pas le dire … ses larmes se manifestèrent à nouveau et un hoquet le fît sursauter … Xiumin attendit patiemment, le regard toujours fixé sur l'être triste et blessé en face de lui … mais il voulait comprendre … pourquoi le seul qui n'ai jamais eu envie de l'aider à s'intégrer fût fracassé de la sorte … Jongdae renifla et ne put se retenir face à la tension qui s'était installée dans la chambre …



«_ Parce que je suis différent … Je ne suis pas comme eux … Je … Je suis malade … Il s'arrêta un instant mais devant le regard insistant de Xiumin il se força à continuer … Je … Je n'aime pas les … les filles … »



Il releva doucement sa chemise déchirée à plusieurs endroit pour que Xiumin puisse lire des mots qui eurent la conséquence d'un cataclysme dans sa tête … ces mots si durs qu'il avait horreur de voir … ces mots horriblement obscènes et rageur … Il baissa la chemise de Chen et prît un peu de désinfectant et commença à nettoyer ses plaies. Chen lui attrapa le poignet pour le faire s'arrêter.



« _ Ça … ne te dérange pas ?


_ De quoi ?


_ D'être dans la même pièce qu'un … qu'un … que quelqu'un comme moi … »



Xiumin n'afficha aucune expression sur le visage et poussa son poignet pour reprendre son nettoyage de ses blessures qu'il ne voulait plus voir, laissant les larmes de Jongdae couler pour rejoindre sa bouche étirée en un sourire qu'il commençait à trouver faux et en même temps tellement attirant …



«_ Tu es mon ami … peut importe qui tu aimes … idiot … »