Episode 02 - Fil Rouge

par Lampe de Nuit

 

 

Minseok courait derrière un papillon en riant gaiement, les mains tendues vers lui dans l’espoir de pouvoir l’atteindre. Il faisait beau et chaud ce jour-là, et on pouvait entendre résonner son rire dans tout le voisinage. Voyant qu’il ne pouvait pas attraper la créature, il s’arrête en faisant une moue enfantine. Puis, sentant son chat se frotter à ses pieds, il reprit vite le sourire se mit à le caresser, le souleva et le poursuivit en recommençant à s’amuser et découvrir tous les recoins de leur jardin. Tantôt c’est le chat, tantôt un vers de terre, tantôt ses autres jouets. Il avait l’impression d’être un grand aventurier qui découvrait les territoires que bientôt il dirigerai. Mais tout à coup le ciel se couvrit de gros nuages, le tonnerre gronda et la pluie s’abattit sur le quartier à grosses gouttes. D’abord étonné, le garçon se lèva et s’amusa avec les gouttes qui tombaient sur lui en criant et riant de joie à la façon que seuls les enfants peuvaient faire.

« -Minseok ! Minseok mon chéri rentre à la maison, tu risques d’attraper froid !

C’était sa maman qui l’appelait depuis la terrasse. Mais il n’avait pas envie de rentrer et continuait de jouer avec la pluie, ses vêtements étant de plus en plus trempés.

-Minseok ! Viens rejoindre maman et te sécher. Dépêches toi mon chéri.

Pourtant il ne venait toujours pas.

-Minseok ! Minseok ! Elle se résolut à aller le chercher sous la pluie en continuant de l’appeler. Minseok ! Minseok ! Xiumin ! Dépêches-toi ! » Au moment où elle se baissa vers lui pour le soulever Xiumin se réveilla en sursaut. Il entendait vaguement quelqu’un l’appeler et lui secouer l’épaule alors qu’il luttait pour garder les yeux ouverts.

« -Xiumin hyung. Réveille-toi nous sommes arrivés. On est en train de débarquer, dépêches-toi, hyung. »

Il voyait beaucoup de gens sortir en file avec un petit brouhaha. Il clignait les yeux et lorsqu’il leva les yeux vers son interlocuteur il reconnut Tao. Ils étaient donc déjà arrivés en Chine. En se passant vigoureusement les mains sur le visage il répondit à son colocataire.

« -J’arrive. Merci Tao. »

 

Il se dépêcha de se lever, pris ses affaires et mis un masque pour cacher son visage gonflé et tiré par la fatigue. Il n’avait ni le temps, ni la force ni l’envie de se refaire une petite beauté. La fatigue l’avait rendu irritable et la seule pensée de l’aéroport et des fans bruyantes l’énervait. Une fois dans le van il ne parla à personne et regardait par la vitre fumée. Les autres rigolaient entre eux et même si ça ne le dérangeait pas, ça l’énervait quand même. Mais il n’en dit rien aux autres, bien sûr. Un peu de repos achèvera de faire revenir sa bonne humeur. Il préféra ne pas repenser à ce rêve qu’il avait fait et qui lui revenait de plus en plus. Exo était une Chine pour une énième remise de prix, ils repartiraient le lendemain. Arrivés sur le lieu de tournage ils se changent, se font coiffer et maquiller et vont dans la salle pour recevoir leur prix. Toujours le même scénario. Ils font mine d’être étonnés de l’avoir reçu, montent tous sur scène en remerciant « chaudement » les fans, parfois font une ou deux prestations puis s’en retournent à leurs sièges en attendant un prochain prix ou la fin de la cérémonie. Oh bien sûr, ils étaient fiers et contents de recevoir tant de prix, mais à force, comme toute chose, l’effet s’émousse et ils sont devenus un peu blasés. On se lasse de tout dès lors que ce tout devient trop récurrent. Ils jouaient simplement une parfaite comédie face caméra en faisant mine de considérer le prix reçu comme le meilleur du monde et comme l’objet le plus cher à leurs yeux. « Beaucoup de choses ne sont que pures comédie dans ce métier », se dit Xiumin en souriant en coin.

La cérémonie terminée, direction l’hôtel. Là-bas,  il décida de partager sa chambre avec Lay pour avoir du calme et ce sentir apaisé. Lay lui donnait toujours ce sentiment de sécurité et de sérénité qu’il avait perdu avec le départ et Luhan. Tous les deux étaient sur leur lit respectif. Lui couché sur le dos, les deux mains derrière la nuque, en train de penser à tout et rien, Lay assis au bord de son lit en train de jouer quelques notes guitare, parfois un petit morceau doux et lent. Xiumin aimait ça. Il tourna sa tête vers lui et l’observa de dos. Lay ne portait comme lui que son caleçon et un tee-shirt qui laissent apparaître son corps musculeux. Il était à la fois concentré et désinvolte, les yeux fixés sur les cordes de son instrument. De toute évidence il jouait aussi pour se détendre avant de dormir. En le voyant comme ça Xiumin éprouva de la peine en se souvenant du moment où Lay avait perdu toutes ses compositions. Il avait été inconsolable ce soir-là. Même Chen s’était montré compréhensif et sincèrement triste pour lui. Brusquement Xiumin se leva de son lit et parti s’asseoir à la droite de Lay. Il le poussa gentiment de l’épaule en souriant.

« -Hey…, dit-il d’un ton faussement sérieux.

-Mmh… ?

Bon. Lay ne semblait pas trop vouloir discuter. Il n’a même pas levé les yeux vers lui.

-Hey… recommença-t-il.

-Quoi…

-Je dois te dire un truc.

-Je t’écoute.

Il se penche vers son oreille, comme pour lui faire une confidence des plus importantes et murmure :

-Je me fais chier !

En prenant une mine blasée, Lay se retourne vers lui et observe le visage de Xiumin sur lequel s’affichait un sourire. Il décida de ne pas tout de suite entrer dans son jeu.

-Sans blague… Tu n’avais qu’à appeler NaEun je suis sûr qu’elle s’empressera de venir vous rejoindre. Rigola-t-il.

-Quoi ? Oh non ce fils de pute de Sehun il t’a raconté ? Il m’a trahi…

Il prit un ton faussement blessé avant de continuer :

-Et comment ça " vous " ?

-Oui et pas qu’un peu ! Bah vous, vous… toi et mini-Xiumin ! Ou plutôt géant Xiumin ?

Les deux hommes s’échangent un regard avant de tous deux éclater de rire.

-Je sais pas tu veux que je fasse une petite démo ?

-Oh non très peu pour moi !

Pressentant le danger de sa prochaine phrase Lay pose sa guitare et se lève pour fuir Xiumin d’avance.

-Mais sinon je serai curieux de savoir comment gémi la NaEun. " Kyaaa Xiumin-ssi ! Encore ! "

Il prenait une voix de fille en dodelinant sur place pour le provoquer. Ce qui marcha. Xiumin bondi pour le poursuivre en riant et en lui demandant de se taire. Mais Lay continuait en le fuyant dans toute la chambre. Au bout de plusieurs minutes il se laissa attraper, trop fatigué pour lutter, et tous deux tombèrent sur son lit.

-T’es vraiment con.

-Je sais !

-Tch… .

Ils reprenaient une respiration normale. Lorsque la conversation reprit, le ton était plus sérieux et emprunt de fatigue. Ils somnolaient l’un contre l’autre.

-Je suis crevé...

-Moi aussi.

-Alors ta gueule et dors. »

 

Ils étaient rentrés de Chine et avait mis leur trophée avec les nombreux autres depuis bien longtemps déjà lorsque les dix jeunes hommes s’entrainaient d’arrache-pied pour leur comeback, en face du grand miroir que leur offrait le mur du fond de ce qui leur servait de salle d’entraînement. Évidemment depuis que Exo est devenu plus connu et à commencer à générer beaucoup de bénéfices, leur dortoir et leur salle d’entrainement avaient évolués. Cette dernière est passée de petite au sous-sol à grande et spacieuse, un équipement plus moderne ainsi que de quoi se reposer durant les pause. Mais pour l’instant ils exécutaient tous les mouvements avec minutie et habilité. Pour les fans le spectacle eu été grandiose. D’autant plus que certains avaient ôté leur tee-shirt ou que d’autre ne se rendaient pas compte comme leur sex-appeal avait été grossi par l’effort et la sueur. Passons. Leur comeback allait être une tuerie, Xiumin en était sûr. Parce que son agence ne va pas manquer de les promouvoir dans les règles de l’art mais aussi et surtout parce que les jeunes hommes ont fourni un travail considérable pour cet opus et se sont donnés à fond. Ils ont progressé depuis Overdose et ils espéraient tous que les fans le remarqueront et aimeront leur travail. Cela va sans dire que les voix de ceux qui sont partis manquaient et que cela faisait drôlement bizarre d’enregistrer les pistes et s’entrainer sur la chorégraphie sans eux. Mais dans ce genre de moment Xiumin se donnait surtout à fond et se disait qu’il fallait aller de l’avant. Avec ou sans eux, le groupe continue.

Suite aux répétions de danse ils se réunissent tous ensemble pour travailler sur les pistes enregistrées. Les voix de KyungSoo, BaekHyun et de Chen l’impressionnaient toujours par leurs forces et leurs beautés singulières. Il y était habitué mais de telles voix étaient rares, même dans le grand monde qu’est celui de la Hallyu, et il était heureux que de tels talents puissent se trouver dans son groupe. On les sentait vraiment passionnés. Les garçons s’entrainaient donc dans une bonne ambiance relative, riant sans méchanceté lorsque l’un ou l’autre faisait une fausse note... sauf évidemment monsieur le roi Chen.

« -Ne riez pas… dit-il lorsqu’il observât les rires de ses camarades suite à sa fausse note.

-Sinon quoi, tu vas aller te plaindre dans les jupes du CEO ? Nargua Tao, ce qui fait encore plus rire les autres.

-C’est ça rigolez... Des fausses notes ça arrive !

-Mais on sait, la preuve. Calme-toi, répondit Chanyeol.

-En plus je n’arrive pas à retenir ces fxcking paroles !

-Oh ça va hein, reprit Tao. Maintenant tu dois avoir les deux tiers des paroles des M à toi tout seul ! Moi j’ai 3 phrases par chansons, arrête de pleurnicher.

-J’avoue… Approuva Lay.

-Et alors ! Ma voix le mérite de toute façon. Je dois être mis en valeur.

À l’écoute de cette phrase ils s’esclaffent tous, habitués à l’orgueil de Chen.

-Ca recommence ! Dit Chanyeol.

-Ah Kaebssong… rajouta Baekhyun avant d’éclater de rire avec les autres. »

Pour sa part Chen ne rajouta plus rien mais n’en pensa pas moins. Son heure viendra.

 

 

Quelques jours plus tard

 

" Tu es prêt ? Qu’est-ce que tu fous ? Je t’attend là où tu sais."

" Oui. A tout de suite. "

Après avoir répondu à son message Baekhyun rangea son téléphone dans sa poche et soupira en levant le visage vers le beau soleil d’hiver. Il faisait doux ce jour-là, un jour parfait pour prendre du repos comme s’était le cas pour son groupe. Il sortit de son agence, bien camouflé et ce dirigea ver ce fameux endroit. Oui il savait où il se trouvait, bien sûr qu’il le savait. Cela faisait bien plus d’une dizaine de fois qu’il se rendait dans cet endroit. Heureusement pour eux, il avait quartier libre pendant la plupart de leur journée de repos. Tant qu’ils ne créaient pas de scandale, ils faisaient ce qu’il voulait sans être surveillés. Chaque fois qu’il se rendait dans cet endroit il se demandait quel genre de connerie il faisait et surtout pourquoi il s’était foutu dans un pétrin pareil. Mais il était comme fasciné par ce groupe et l’aura de violence et d’autorité malsaine qui émanait du leader. Il ne pouvait se l’expliquer mais savait qu’il allait le regretter un jour. Ou alors simplement que la sournoiserie cachée de sa petite-amie avait dépeint sur lui, pensa-t-il en souriant sous son masque. Qu’est-ce qu’il l’aimait sa Taeyeon. Il était si fier de pouvoir être son petit-ami, si fier d’avoir obtenu le cœur de la leader des légendaires SoNyeoShiDae… En marchant il se remémora la scène durant laquelle tous les deux s’étaient fait prendre par un photographe dans la voiture de Taeyeon. Ils étaient alors garés dans un parking vide, pensant être assez vigilants et à l’abri des regards. Foutaises. Ce soir-là, Taeyeon lui avait offert une bague de couple et ils avaient dialogués de tout et de rien, surtout du fait qu’ils se manquaient l’un l’autre. Après quoi ils s’étaient échangés caresses et baisers amoureux. Le rencard s’arrêta là. Baekhyun arriva devant une vieille usine abandonnée qui ne servait plus depuis belle lurette. Elle se trouvait dans un petit coin pommé de Séoul. En entrant il ne prit pas la peine de s’annoncer, il s’avait d’avance ce qui se passait là et le spectacle qui allait s’offrir à lui. D’ailleurs à peine franchit-il la porte qu’il entendit un coup de poing partir et le sourd cri de douleur de celui qui le recevait. Il s’avança vers Chen debout face à JunYeon, les mains rougies par les coups qu’il portait à ce dernier. Comme toujours JunYeon était assis attaché sur une chaise en fer, les deux mains liées dans le dos. Oui, il s’agit bien du JunYeong des ZE :A qui, lors de sa « rébellion » contre son agence, a dit savoir tant de choses sur elle et les secrets qui minent le monde de la Kpop. Il aurait mieux fait de se taire, les nouvelles vont vite, surtout quand les chefs se sentent menacés. Depuis cette période pas mal de grands labels et entreprises liées à eux cherchent à savoir ce qu’il sait. La SM en première ligne. Et Chen, en bon toutou formé, s’était porté volontaire. Comme si le confucianisme ne faisait pas déjà assez d’eux des soumis. Société de merde. Arrivé à hauteur de Chen, Baekhyun chassa ses pensées de son esprit.

« -Alors ?

-Alors rien. Il est tenace. Tu veux tenter ta chance ?

-‘Pas envie cette fois. »

JunYeon avait un moral solide et jouissait du fait qu’ils ne pouvaient pas faire trop de dégâts à son visage sous peine de prendre le risque d’ébruiter l’affaire. Mais tout de même le reste du corps en prenait un sacré coup.

« -Espèce d’enfoiré, tu ne vas donc pas parler ?! S’énerva Chen et lui assenant un énième coup un ventre. »

 

***

 

La jeune femme achevait de mettre son haut devant son miroir avant de regarder son apparence et arranger sa coiffure. Satisfaite, elle prit son sweat à capuche zippé rouge bordeaux, l’enfila et descendit rapidement les escaliers jusqu’à sa porte d’entrée. Elle s’assit sur le parquet pour enfiler ses baskets. Tout en le faisant elle criait dans la maison.

« -Maman je sors, je vais faire mon footing !

-Oui ! Attend tu vas me faire quelques courses !

La jeune femme grimaça et enfila vite ses baskets pour ne pas avoir à prendre la liste de course. Mais lorsqu’elle s’apprêtait à partir elle senti le corps de son petit frère lui encerclé la jambe.

-Noona, laisse-moi venir avec toi !

-ChangWoo lâche-moi, je dois y aller !

-Emmène-moi avec toi noona ! »

Elle se débattait pour se libéré de lui mais trop tard, sa mère lui apportait déjà la liste. Elle se résigna. Elle la prit en soupirant, se libéra de l’emprise de son petit frère et sortit rapidement de la maison en courant déjà, sans faire attention aux mises en garde de sa mère.