Maintenant tu restes avec moi, à jamais.

par Hokaru

 

 

 

CHAPITRE VINGT -SIX.

 

 

[[P.O.V  Jongin]]

Mes doigts pressaient nerveusement sur mes tempes, j'essayais de calmer la douleur qui martelait mon sang. Ça faisait mal, c'était douloureux, Mais il fallait faire avec. Je m'étais déjà dopé à l'aspirine, alors je n'avais plus que ça.

 

 

C'était devenu extrêmement douloureux pour moi d'essayer de maîtriser le joyau qui logeait à l'intérieur de ma poitrine. Plus j'essayais de l'utiliser, d'utiliser son pouvoir, et plus il essayait de s'emparer de mon corps, de m'envahir. C'était comme ça qu'il avait dû avoir mon père. J'avais l'impression que le Joyau d'Alarod me colonisait, pour être honnête.

 

 

Mais c'était ce que je devais faire si je voulais m'en servir. Et puis Chanyeol restait avec moi, et me ramenait à la raison quand le pouvoir devenait trop grand. C'était bizarre, cette sensation de force, comme si tout était devenu facile. Alarod était beaucoup trop puissant pour moi.

 

 

L'hôtel que Chanyeol avait réservé pour nous était assez petit et simple, mais c'était suffisant pour ce qu'on y faisait. Il était parti chercher les autres à l'aéroport, alors j'en avais profité pour prendre un bon bain, chaud, et relaxant. La nuit qu'on avait eue avait été courte, et notre sommeil en pâtissait.

 

 

Mes mains glissaient sur ma peau pour masser mes cuisses et mes mollets douloureux par tous ces efforts et par les marques qu’avaient laissé les cours de ZiTao.

 

 

Bien sûr, je me sentais plus fort, plus puissant. Mais ça me terrorisait. La première chose que j'avais dit à Chanyeol, c'était qui si jamais je devenais un petit con arrogant, il devrait m'en foutre une belle pour me remettre les idées en place. Pourtant il n'y avait pas que ça, j'avais peur que le Joyau s'empare de moi, comme il avait fait avec son ancien détenteur. En plus, le combat qui se rapprochait à grand pas ne m'aidait pas à rester de marbre face à cette situation.

 

 

Je plongeai ma tête sous l'eau, pliant mes jambes pour allonger mon dos. Les yeux fermés, le corps presque complètement immergé, je me sentais bien. Dans l'eau, j'avais l'impression d'être… comment dire… protégé de tout ça. Du temps qui passe. Des dangers existants aux alentours.

 

 

 

Je finis par me relever lorsque je manquai d'air et hoquetai de surprise en voyant Kyungsoo en face de moi.

 

 

_ Tu m'as fait peur, espèce d'imbécile !

 

 

Je ne l'avais pas du tout vu ni entendu arriver, je ne m'attendais pas à ce qu'ils rentrent si vite. Il me sourit, avant de s'asseoir contre le rebord de la baignoire.

 

 

_ Tu me manquais, je voulais voir ta bouille de pervers.

 

 

Je souris à sa remarque, ne voyant pas de quoi il parlait. J'étais de loin le garçon le plus innocent qu'il ait dû connaitre dans sa vie. Mes doigts glissèrent sur sa cuisse et je caressai sa main avec tendresse.

 

 

_ Tu veux te baigner avec moi?, demandais-je avec des yeux de biches.

 

_ On tient à deux là-dedans?

 

_ Bien sûr, t'es tout petit.

 

_ Petit con.

 

 

Son regard avait trahi le mépris qu'il avait envers moi à cause de ma remarque sur sa taille, ce qui me fit rire intérieurement. Parce que si je me foutais de sa gueule ouvertement, je risquai ma vie, et je n'étais pas complètement fou, non plus. Il se releva et, malgré un petit soupir agacé, il finit par ôter son t-shirt, avant de s'éloigner vers la porte. Un frisson me parcouru lorsque j'entendis le cliquetis du verrou. J'avais l'impression qu'on allait faire des choses interdites, bien que je doute qu'on ait vraiment le temps.

 

 

Il revint vers la baignoire en débouclant la ceinture qui maintenait son jean, sous mon regard insistant.

 

 

_ Han, Kyungsoo me fait un strip-tease. J'ai trop de chance…

 

Je n'eus droit qu'à un sourire pour toute réponse. Un sourire pervers. Un regard brûlant. Il ne fallait pas que j'ai envie de lui maintenant

 

 

_ Pousse toi, femme.

 

 

_ Va te faire, boule de poils

 

 

 

Si ça, c'était pas de l'amour.

 

 

Après avoir enlevé le reste de ses vêtements, il me poussa de force pour s'installer derrière moi. Ses bras se glissèrent autour de mon torse pour me ramener contre lui. Ma tête se posa contre son épaule, et ses doigts chauds traçaient de légers cercles sur mon ventre.

 

 

Je me sentais bien comme ça. Encore mieux que tout à l'heure. Je ne savais pas comment il faisait pour me rendre si bien, mais avec lui, tout était parfait. Je le détestais pour ça.

 

 

_ Kyungsoooo, murmurais-je doucement.

 

_ Mmh?

 

_ Je sens ton zizi dans mon dos, hé hé.

 

 

Il soupira lourdement, avant de pincer la peau de mon ventre.

 

 

_ Je m'attendais à un mot doux…

 

_ Tu veux des mots doux?

 

 

Je relevai la tête vers lui et embrassa ses lèvres doucement, avant de sourire.

 

_ Si on dit trop souvent ce genre de mots, ils deviennent moins importants.

 

 

Ses yeux fixaient les miens,  puis descendirent sur mes lèvres. J'adorais quand il me regardait comme ça, son regard doux, tendre, et tellement profond.

 

 

_ Que dis-tu des gestes, dans ce cas?, susurra-t-il lentement.

 

 

Sans me laisser le temps de répondre, ses lèvres se posèrent sur les miennes d'une tendresse que je ne connaissais pas, alors que ses doigts effleuraient ma chute de reins, lentement. Trop lentement.

 

 

Un simple baiser, avant de se reculer, et sourire. Je répondis à son sourire, gêné.

 

 

Deux légers coups sur la porte nous firent retomber de notre nuage.

 

 

_ Désolé de vous embêter les amoureux, mais on n'a pas beaucoup de temps, retentit la voix de Chanyeol.

 

 

C'est vrai, je devais donner une réponse à mon oncle avant la mi-journée. Je me relevai le premier, et commençait à me sécher alors que Kyungsoo se lavait.

 

Si seulement on pouvait avoir une vie normale.

 

 

Chanyeol me sourit en me voyant sortir. Il devait être à peine huit heures du matin, mais il était déjà prêt et… au taquet.

 

 

_ Où sont les autres ?, lui demandais-je.

 

 

_ Ils sont partis manger quelque chose, Kyungsoo est le seul à être monté avec moi quand on est arrivés.

 

 

Je soupirai. On était quoi, six, sept ? Contre une armée. J'avais peur. Je mourrais de peur. Mais ça ne changerait rien, alors je ne disais rien. Me contentant d'obéir, et de me jeter dans la gueule du Loup, sans mauvais jeu de mots, tel un sacrifice.

 

 

La voix de Chanyeol me sortit de mes pensées.

 

_ Tu te sens prêt?

 

 

Prêt ? C'était un grand mot.

 

 

_ Pas le choix, répondis-je peu convaincu.

 

 

_ Surtout, ne t'en fais pas pour nous. On se débrouillera. Ne pense qu'à ta gueule.

 

 

Je ris, attendris par ses mots. Il me faisait rire lorsqu'i parlait comme ça. J'étais « le plus en danger », d'après Chanyeol, dans cette histoire parce que mon oncle en avait après moi en premier. Pour récupérer le pouvoir d'Alarod avant de prendre possession du titre de Roi.

 

 

 

 

_ Il est temps d'y aller.

 

 

La voix grave de Chanyeol avait marqué en moi quelque chose qui n'était pas prêt de s'effacer. C'était maintenant que tout commençait réellement. Et j'espérai du plus profond de moi que ça finirait tout aussi vite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Conseil des Lycans était difficile à trouver, lorsqu'on n'était pas soi-même un Lycan. Une bâtisse imposante, de quelques étages, sombre mais pas vraiment glauque.

 

 

Dans un coin reculé de la ville, miteux et avec un décor de fin du monde. Il y avait une grande porte, ou plutôt un grillage, entouré par pylônes massifs, qui se rejoignaient à près de quatre mètres de haut. Deux gardes étaient postés, de chaque côté  de la porte, ne voulant visiblement pas nous laisser passer.

 

 

Kyungsoo s'avança d'un pas de plus, un éclair doré traversa son regard, et il ordonna d'une voix douce.

 

 

 

 

_ Bougez de là.

 

 

 

Les deux hommes se lancèrent un regard avant de s'écarter sans plus attendre. Kyungsoo nous fit un signe de tête pour qu'on rentre, alors que les grilles s'ouvraient doucement.

 

 

Plus on s'avançait et plus mon cœur palpitait douloureusement dans ma poitrine. Je n'arrivais même pas à apprécier la beauté de la résidence dans laquelle on se trouvait. J'étais juste, terrorisé. J'avais peur, parce que notre plan était loin d'être infaillible, et il y avait énormément de risques. Il était en effet impossible qu'Ézéquiel soit d'accord avec le fait qu'on ne veuille pas accepter son offre. 

 

 

Tous les hommes qu'on croisait nous regardaient mal, enfin, par nous, c'était surtout Kyungsoo qu'ils regardaient de cette manière. Nous autres, ils s'en fichaient. On marchait lentement dans un long couloir, avec d'immenses portes de chaque côté des murs à presque tous les deux mètres. Le style victorien du bâtiment rendant ce moment encore moins réel.

 

 

_ Jong In, comme ça me fait plaisir de te revoir!, s'exclama avec joie une voix non loin de nous.

 

 

Ézéquiel s'approcha de nous, frottant ses mains, un sourire qu'on pourrait qualifier de chaleureux sur le visage. Il était arrivé par l'une des portes, après l'avoir refermée.

 

 

_ Ça me fait plaisir de tous vous voir, bien sûr, continua-t-il.

 

 

Son air qui semblait si gentil me donnait des envies de le frapper. Mais voyant qu'aucun de nous ne daignait à lui répondre, son sourire s'effaça. Ses pas le menèrent jusqu'à un petit buffet qui était calé entre deux portes, et il se servit un verre de champagne ou de vin, je ne saisissais pas la différence, ça pouvait peut-être même être de la bière, je n'étais pas trop alcool.

 

_ Jongin, j'aimerais te parler seul à seul. Après tout ce sont des histoires de famille.

 

 

J'ouvris la bouche pas rassuré, mais ça se voyait que ce n'était pas une question. Mais un ordre. Mon regard chercha celui de Chanyeol, qui me rassura.

 

_ T'en fais pas, Jongin, on sera juste derrière la porte.

 

_ Mais oui, ils seront juste derrière Jongin, ne t'en fais pas, ironisa mon oncle.

 

 

Je déglutis, peu rassuré, mais obéis tout de même. Je suivis l'homme jusqu'à une autre pièce, juste en face, en lançant un dernier regard à mes amis. Il avait ouvert la porte, la dernière du couloir, tout en apportant son verre jusqu'à ses lèvres.

 

 

Ézéquiel me fit entrer et referma la porte derrière lui. Le son de la fermeture de la porte provoqua un frisson désagréable dans mon corps. J'avais l'impression d'être pris au piège.

 

 

_ Tu as réfléchi à mon offre, Jongin?

 

 

 

Son "offre" disait-il. Bien sûr, quelle offre. J'avais le choix entre me faire arracher le Joyau de force, ou avec mon consentement.

 

 

_ Je suis désolé… Je ne veux pas qu'il y ait de guerre mais… Je suis contre ta façon de faire.

 

 

_ Tu es trop jeune pour comprendre. Accepte de me rendre ce qui est mien. Ce ne sera pas douloureux.

 

 

Il mentait comme il respirait, c'était affreux à quel point ça se sentait. En plus le Joyau réagissait à son morceau manquant qui se trouvait… Dans l'œil de cet horrible personnage qu'était mon oncle.  Il posait des questions mais ne s'intéressait pas à la réponse. Pour lui, ça revenait au même que je dise oui ou non.

 

 

J'ouvris la bouche pour parler, mais un fracas provenant de la pièce voisine me fit sursauter. Mon regard se figea sur la porte par laquelle on était rentré quelques secondes plus tôt.

 

 

_ Qu'est-ce qu'il se passe, là-bas?

 

 

_ J'ai juste pris des dispositions pour que tu fasses le bon choix.

 

 

 

Je serrai la mâchoire, ma respiration s'accélérant.

 

 

_ Ne leur faites pas de mal. C’… C'est moi le problème, non?

 

 

_ Il faut éliminer ceux qui causent du tort à une meute.  Le peuple Lycan est comme une très grande meute, dont je suis l'Alpha. Je me dois d'éliminer ceux qui veulent détruire ce que j'ai construit, tu comprends Jongin?

 

 

Il s'approchait de moi à pas lents, sa voix sonnait comme un grondement terrifiant. Je serrais la mâchoire pour ne pas laisser transparaitre la peur sur mon visage, alors que j'étais apeuré.

 

 

Un nouveau bruit retentit dans la salle adjacente, un bruit violent, comme quelque chose qui se brise. Comme quelqu'un qui avait été balancé très violement contre un mur. À cette entente, mon pouls s'accéléra. Ils étaient en train de se faire massacrer…

 

 

_ Arrête ça, c'est entre toi et moi cette his-

 

 

Je ne pus finir ma phrase, car une gifle me coupa dans mon élan. Le revers de sa main s'était écrasé contre ma joue d'une violence sans limite. Sa force était tellement plus écrasante que la mienne, que ce fut mon tour d'être envoyé valsé contre le mur, qui était à plus de deux mètres. La douleur était telle, que j'étais persuadé qu'il m'avait déplacé la mâchoire. Ce n'était définitivement pas n'importe quel Lycan.

 

 

Le temps des négociations était passé, au vu de son comportement, l'heure était à la persuasion par la force. Mon pauvre corps ne tiendrait pas longtemps si je jouais à ce jeu-là, et mon habilité à utiliser Alarod ne me permettait pas d'être dans la danse très longtemps. Ce pouvoir m'épuisait, et si je l'utilisais trop, je finirais par m'éteindre, consumé par son impétuosité.

 

 

Intérieurement, mes pensées se dirigeaient toutes vers mes amis, qui, je l'espérais, étaient encore entiers. Reprends-toi, Jongin, ils sont forts, ils ne mourront pas… Inquiète-toi pour tes fesses.

 

 

_ Jongin, arrête tes bêtises, tu ne fais que prolonger ta souffrance. Donne-moi ce Joyau.

 

 

Facile à dire, c'est pas comme s'il était enfoncé dans ma poitrine, hein? De toute façon, il reste où il est tant que j'en ai pas finis avec toi. Avec difficulté, je me décollais du mur sur lequel j'étais appuyé depuis qu'il m'avait frappé.

 

 

Tout ce qui comptait, c’était qu'il comprenne que si je venais à mourir ici, je l'emporterai dans ma tombe.

 

 

Mon regard était le plus déterminé possible, c'était comme cette fois-là, avec les Lycans, l'adrénaline avait prit le dessus, la peur n'était plus, ma force de caractère était inébranlable. Cette puissance me venait d'Alarod, m'empêchait de ressentir que la douleur était le plus important, et que je devais sauver ma peau, elle me donnait envie de me battre. L'occasion rêvée.

 

 

N'étant pas un homme-loup, je n'avais pas hérité de leur vitesse, ni de leur aptitude à se battre qui était plutôt élevée, donc je partais désavantagé. Même en possédant la quasi-totalité du Joyau, j'étais plus faible. Sur tous les niveaux. Tout ce qu'il me restait était mon inconscience. Parce que d'un point de vue technique, comme théorique, il avait l'avantage. Je soufflais un bon coup et me relevai complètement, prêt pour ce qui allait arriver.

 

 

 

 

 

Un affrontement de regards.

 

 

Ses yeux me donnaient froid dans le dos, mais ça ne faisait qu'exciter plus ces palpitations agaçantes dans ma poitrine. Si je ne frappais pas, cette puissance finirait par me tuer. Alors je fus le premier à bouger, m'éloignant un peu plus du mur pour me rapprocher de lui, le narguant d'un geste de menton.

 

 

_ Tu n'obtiendras rien de moi, Ézéquiel, si ce n'est que des mauvais souvenirs. Arrêtons ce jeu idiot maintenant.

 

 

Son rire cristallin s'éleva dans la pièce, il était excessif, rabaissant ma personne de plusieurs étages. Visiblement, je ne faisais vraiment pas le poids à ses yeux.

 

 

_ Tu crois pouvoir me tenir tête? Je suis le Roi des Lycans!

 

 

 

Il avait rugi, dévoilant ses crocs plus qu'imposants. Essayait-il de me faire peur?

 

 

_ Et si tu ne veux pas me donner cette pierre, je te l'arracherais moi-même, Jongin.

 

 

Venant de lui, mon prénom ne sonnait pas très mélodieusement. Il avait encore des efforts à faire sur la prononciation.

 

 

D'une rapidité éclaire, son pied prit appui sur le mur qui se trouvait sur ma droite, laissant une trace prouvant de l'importante masse de l'hybride, et il se jeta sur moi, gueule ouverte et griffes sorties.

 

 

C'était là que je comptais le plus sur Alarod.

 

 

L'assurance et la réactivité qui me venaient des leçons avec ZiTao m'avaient permises de dégainer mon poignard, accroché dans mon dos, assez vite pour ne pas me prendre son coup de plein fouet. Un bras devant mon visage, l'autre tenant fermement la lame dirigée vers sa paume, je tentais de me décaler légèrement pour ne pas me reprendre le mur. La collision fut tout de même violente. Ne semblant pas sujet à la douleur, il enfonça de lui-même sa main dans mon arme pour me frapper avec. De l'autre côté de la mâchoire cette fois, au moins elle avait dû être remise en place avec ça.

 

 

 

Fermement, mon poing agrippa le manche de mon poignard, étant ma seule arme, et car sans ça, j'étais mort. Cependant, un choc violent projeta mon dos contre le mur, pliant mon corps en deux, mon visage se retrouvant presque face au sol. Un voile de brouillard apparu devant  mes yeux, la douleur était si forte le seul son qui parvenait à mon cerveau était le tapage des battements de mon cœur contre mes tempes.

 

 

Devant mon regard trouble naissaient des taches vermeilles, s'intensifiant silencieusement au rythme de ma respiration saccadée.   N'ayant plus les idées en place, je mis quelques secondes à comprendre qu'elles n'étaient qu'autre que mon propre sang.

 

 

Un claquement aigu retentit, le bruit de l'argent qui entra en collision avec le sol, résonnant dans ma tête comme si ça avait été le vide. J'avais lâché mon poignard précipitamment, qui s'était retrouvé à terre,  pour me cramponner à l'avant bras de mon agresseur.

 

 

 

Un haut-le-cœur remonta dans ma gorge lorsque je sentis ses doigts bouger dans mon ventre. Ses griffes avaient lacérées ma peau, m'éventrant presque.

 

 

_ R… tire…

 

 

_ Ne t'en fais pas, tu mourras sur le coup quand je t'aurais arraché le Joyau, gronda-t-il contre mon oreille.

 

 

Un râle rauque s'échappa de ma gorge sans que je ne puisse le contrôler lorsqu'il enfonça sa main vers ma poitrine. Pris de spasmes, je remarquai à peine le liquide blanchâtre qui s'écoulait de mes lèvres.

 

 

Ce n'était plus quelques gouttes de sang qui gisaient au sol, mais bien flaque luisante qui provenait tout droit de mon ventre.

 

 

 

 

Retire-toi.

 

 

 

 

 

Ne me touche pas.

 

 

 

 

 

DÉGAGE!

 

 

Je ne sus que crier ma colère qui était à son paroxysme, conjurant toute la puissance  dont j'étais l'hôte de dégager ce fou furieux de moi. S'en suivit un fracas violent, dont le son fut presque étouffé par le rugissement qu'avait poussé mon oncle.

 

 

 

Mais bien vite ce sentiment haineux qui m'avait submergé se mélangea avec une certaine angoisse. Alors que je relevai les yeux, grimaçant à cause de la douleur, des vertiges commençaient à prendre possession de mon corps.  C'était moi qui avais fait ça? C'était moi qui avais détruit la pièce en envoyant cet homme loin de moi? 

 

 

La brûlure au niveau de mon torse m'empêchait de réfléchir. 

 

 

Du revers de la main, j'essuyai ma bouche, et dans un gémissement douloureux, parvins à me relever sur mes jambes défaillantes. 

 

 

Il ne fallait pas que je m'écroule maintenant. La vision trouble, le souffle erratique, le corps tremblant, je n'arrivais presque pas à aligner deux pas. Je jurai, perdant l'équilibre plusieurs fois.  Mais la fois de trop arriva, et je me retrouvais à genoux sur le sol, incapable de me relever plus.

 

 

 

Est-ce qu'il était mort?

 

 

 

De là où j'étais, je ne voyais que ses jambes, le haut de son corps étant caché par les reste du mur qu'il avait pulvérisé dans sa chute.

 

 

Un grincement.

 

 

 

Un léger tremblement.

 

 

 

Et il se releva.

 

 

 

_ 'chier…, murmurais-je pour moi-même.

 

 

 

Il avait un air de mort-vivant, je ne sus que détourner le regard en le voyant briser ses os pour les remettre à leur place. Cette auto-guérison était vraiment écœurante. Comment pouvaient-ils bouger leurs membres comme ça? Bien sûr, il guérissait, mais il n'était pas invincible.

 

 

Lentement, ses pas se rapprochèrent de moi, et je fus forcé de relever la tête lorsqu'il agrippa mes cheveux, comme à notre première rencontre.

 

 

_ Une dernière volonté, gamin?, parvint-il à articuler difficilement, au vue de ses blessures.

 

 

Je le considérai quelques secondes, le regard vitreux, et réussis à esquisser un léger sourire. Crève. Pensais-je très fort, incapable de dire un simple mot. Usant de toute la force qu'il me restait, j'enfonçais le poignard, que j'avais préalablement ramassé, entre ses deux cuisses. Ses os pouvaient repousser tant qu'ils le voulaient, cet endroit-là était douloureux pour tout homme.

 

 

J'aurais presque pu avoir peur de son beuglement, si je n'avais pas été shooté à ma propre douleur. Mes doigts s'étaient fermement accrochés à l'arme, si bien qu'il se l'était arraché lui-même en se reculant. Un soubresaut plus tard, et j'étais contre le sol, vidé de toute énergie. Et lui hurlait à la mort en gigotant dans tous les sens.

 

 

Je lâchais doucement le manche du poignard, pour faire glisser mes doigts sur la lame imbiber de sang.

 

 

C'était ce dont j'avais besoin.

 

 

 

Son sang.

Il ne restait plus que ça à faire.

 

 

Maladroitement, mes doigts glissaient sur le sol, laissant un tracé de sang flageolant.

 

 

 

D'abord le cercle.

 

 

Plus l'étoile.

 

 

Et enfin les signes.

 

 

 

 

Manquant de sang, je fus contraint de poser mes doigts sur ma propre blessure, retenant un râle de douleur.

 

 

Et mon sang.

 

 

Une fois la tâche accomplie, je laissais ma tête s'écrouler sur le sol, m'allongeant complètement sur le dos contre le carrelage frais.

 

 

 

C'était quoi la phrase déjà?

 

 

 

Ézéquiel s'était relevé, ravalant des larmes de rage à mon égard, s'approchant dangereusement de moi, le pas mal assuré.

 

 

 

Ah oui.

 

 

 

"Je t'invite sur Terre reprendre ce qui te revient de droit. "

 

 

Je t'en supplie ramène-toi.

 

 

 

 

 

 

_________________________________

 

 

 

 

 

 

 

_ Jongin, tu sais d'où vient le Joyau d'Alarod?

 

Je considérai Chanyeol quelques secondes. L'avion direction l'Italie avait décollé depuis quelques minutes déjà, et mon ami avait sorti un carnet de notes de son sac.

 

 

_... Absolument pas… d'’où?

 

 

_ Avec Jaejoong, on a cherché le cœur du problème. Trouver sa provenance. Selon diverses études, on a fini par découvrir que ce Joyau avait été fait avec des cristaux d'éclairs. Un cadeau du Roi des Enfers pour sa promise, Lilith.

 

 

_ Satan ? Hein ?

 

 

_ Il aurait été volé par un demi-dieu, et ramené et caché sur Terre. Le voleur est mort avant qu'on puisse retrouver la trace du Joyau, il y a plusieurs millénaires.

 

 

_ Et bah…

 

 

_ Tu t’y connais en satanisme?

 

 

_ Je te sens pas sur ce coup, Chanyeol.

 

 

_ On n'a rien à perdre. Bosse là-dessus. Lucifer ne peut pas venir s'il n'a pas été invité.

 

 

_ Attend, t… tu crois vraiment à ce genre d'histoires?

 

 

_ D'où pourrait venir un Joyau avec une telle force, Jongin? Imagine il tombe entre de mauvaise mains, et que le détenteur décide de faire un génocide, une guerre intergalactique tant qu'on y est. On ramène le Joyau d'où il vient, et il n'y aura plus d'histoire. D'après ce que j'ai lu, Lucifer est assez fairplay en plus…

 

 

_ … Sérieux. Putain. Je vais devoir me faire exorciser après ça?

 

 

_ J'ai étudié la question, si jamais on en arrivait à là. Je connais même quelques phrases en latin.

 

 

Je ne réussis pas à m'empêcher de soupirer, en souriant malgré tout. Ce mec était fou. Et je l'étais encore plus pour le suivre. C'était ça la solution, demander à Lucifer de venir récupérer son Joyau ?

 

 

__________________________________

 

 

 

[[P.O.V  EXTERNE ]]

 

S'il avait su un jour qu'il se mettrait à croire à ce genre de choses, Jongin aurait eu un fou-rire. Mais alors qu'il sentait ses dernières forces le quitter, il ne lui restait que ça, l'espoir. La douleur malmenait chaque parcelle de son corps, la souffrance était ultime, mais il n'avait plus la force de luter. Il se laissait simplement mourir.

 

 

 

Alors qu'il vit son oncle s'approcher de lui le pas boiteux, ses paupières voilèrent son regard, laissant s'y échapper une dernière larme.

 

 

Il était allé jusqu'à croire qu'il pourrait recevoir une quelconque aide provenant des bas-fonds de la terre, il avait été naïf. Maintenant, c'était trop tard. Son histoire touchait à sa fin.

 

 

 

 

 

Patiemment, il attendait qu'on lui ôte la vie, qu'on abrège ses souffrances, qu'on le libère de cette amertume.

 

 

 

Un souffle chaud prit possession de son corps, alors qu'il se sentait peu à peu délivré du malheur dans lequel il avait été plongé. C'était ça, de mourir? On se sentait léger, tellement qu'on pourrait se sentir voler?

 

 

 

 

Un murmure délicat parvint à ses oreilles. Le temps s'était arrêté tout autour de lui, clairement, il pouvait distinguer le Lycanthrope s'apprêtant à lui donner le coup de grâce. Mais il s'était figé en plein élan, tout ce qui les entouraient semblait être suspendu dans le temps. Difficilement, le jeune coréen finit par ouvrir une dernière fois les yeux, sentant qu'on le libérait de ce poids dans sa poitrine avec une douce violence.

 

 

Puis la lourdeur de son corps se fit sentir à nouveau. C'était comme si on l'avait gentiment soulevé, pour qu'il se heurte avec une animosité écrasante contre le sol. Après un dernier instant, le cours du temps reprit.

 

 

Un hurlement déchirant provenant de son oncle vibra dans ses oreilles, et une voix, une voix qu'il connaissait trop bien criait son prénom. Mais ce son semblait déjà lointain.

 

 

 

 

_ JONGIN!!

 

 

 

 

Il l'avait hurlé. De toute son âme.

 

Kyungsoo refusait de croire qu'il était arrivé trop tard. En face de lui, le Dirigeant du Conseil, salement amoché, braillait en tenant son visage, duquel se déversait des litres de sang. Sans chercher à comprendre ce qui lui était infligé, le jeune Loup attrapa sa tête entre ses deux mains pour la retourner d'une puissance qu'il ne se connaissait pas capable. Un craquement sordide berça ses oreilles, mais son sang-froid était parti depuis longtemps, il ne pouvait se contenter de ça. Son cœur ne s'était senti vengé qu'une fois que le corps de cet homme gisait au sol, alors qu'il tenait encore sa tête entre ses doigts. Sans plus de cérémonie,  ses doigts se décrispèrent et permirent à la tête de rejoindre le reste de son corps.

 

 

Il ne pouvait se reposer sur cette mort plus longtemps, il se dirigea vers le blessé, ses genoux heurtèrent violement le sol, à seulement quelques centimètres de celui qu'il aimait tant, dont le corps inanimé était étendu sur le sol.

 

 

La voix du jeune Loup craqua, alors que ses doigts prirent le plus délicatement possible le corps du garçon pour le relever légèrement.

 

 

 

_ JONGIN!, JONGIN… Jongin, je t'en supplie, ouvre les yeux.

 

 

 

 

 

Il battait encore.

 

 

 

Ce son était tout ce qu'il restait à Kyungsoo.

 

 

 

Les battements de son cœur, qui heurtait lentement sa cage thoracique.

 

 

 

 

________________________________

 

 

Chanyeol grimaça, l'odeur des hôpitaux lui donnait la nausée. Ils s'étaient retrouvés là, incapables d'expliquer comment ils en étaient arrivés à être aussi blessés. Bien que cinq garçons sur les sept ne présentaient plus aucune ecchymose une fois arrivés à la clinique. Seuls leurs vêtements imbibés de sang, et de poussières démontrait qu'il s'était passé quelque chose. Quatre heures s'étaient écoulées depuis qu'ils s'étaient rendus dans les locaux.

 

 

La bataille avait été rude pour tout le monde, ils s'étaient retrouvés face à plusieurs centaines de Lycans, un bon trois cent, dès lors que Jongin fut seul avec son oncle. Si Kyungsoo avait voulu ne pas blessé mortellement ses congénères au début, son choix changea rapidement lorsqu'un gémissement de douleur provenant de son amant était arrivé jusqu'à ses oreilles. Ça avait fait pencher la balance et il s'était, pour une fois, laissé guidé par son instinct de survie sans réfléchir. Ils s'étaient battus pour leurs vies, et ça avait fini en massacre. Plus que leur corps, c'était leur moral qui en avait pris un coup. Tuer, n'avait jamais été un acte facile, pour aucun des garçons qui étaient venus se battre pour une justice honnête.

 

 

 

Si les médecins avaient fini de bander les blessures de Chanyeol depuis plusieurs dizaines de minutes déjà, le garçon n'avait pas bougé de son lit d'hôpital, où il était assis, le regard perdu dans le vide. Ça avait été le plus dur pour lui, qui jamais dans sa vie, ne s'était vu ôter la vie d'une personne. Assumer ça, prendre conscience de ses actes, c'est ce qui était le plus dur pour lui.

 

Après la mort d'Ézéquiel, ZiTao avait dû emmener Sehun à l'hôtel, ce dernier qui peinait à contrôler ses deux parts. Leurs blessures guérissaient lentement, mais ils étaient tout de même épuisés, et mal en point.

 

De leurs côtés les deux Lycans, Yongguk et Yunho, s'étaient arrangés pour tenter de remettre tant bien que mal, l'ordre dans le bâtiment du siège du conseil.

 

 

 

Alors Chanyeol s'était finalement décidé à se lever, pour rejoindre quelqu'un qui moralement était tout autant, voire bien plus, affaibli que lui. C'était inhumain le self-control dont le jeune Loup faisait preuve à ce moment. Et Chanyeol l'avait remarqué. Si Kyungsoo semblait rester de marbre face à la situation, il n'en était rien. Il devait prendre énormément sûr lui pour ne pas frapper la première chose qui lui tombait sous la main.

 

 

_ Pas de nouvelles de Jongin?, demanda prudemment le plus jeune des deux garçons.

 

 

_ Son rythme cardiaque est de plus en plus faible. Sa température chute. Les médecins s'occupent toujours de lui.

 

 

Sa voix semblait dénuée d'émotions, et froide. Mais en réalité il était terrifié.

 

 

_ T'as fait tout ce que tu pouvais faire Kyungsoo, ne te blâme pas…

 

 

Ce dernier serra la mâchoire, le regard baissé, les sourcils froncés, ses traits exprimaient tant de remords, et de culpabilité.

 

 

_ Une seule goutte de mon sang aurait pu le sauver en quelques secondes. UNE SEULE!

 

 

Il frappa le mur à ces mots, se contrôlant du mieux qu'il pouvait pour ne pas réduire le bêton du mur en fumée. Des tremblements avaient pris possession des ses membres tant la culpabilité l'envahissait rapidement.

 

 

_ Il a refusé… il était encore assez conscient pour refuser  que je lui donne mon sang... Je ne peux pas le blâmer de ne pas vouloir devenir un monstre…

 

 

Maintenant il baissait les yeux, s'appuyant contre le mur, le regard vide. Lui aussi détestait les hôpitaux, l'odeur de la mort était beaucoup trop présente et enivrait ses narines, ça le rendait malade.

 

 

_ Tu lui en veux d'avoir refuser quand même, rétorqua Chanyeol.

 

 

Un léger hochement de tête fut la seule réponse qu'il eut.

 

 

_ Jongin n'est pas faible, il ne se laissera pas mourir, ne t'en fais pas, Kyungsoo. Tout ce qu'on peut faire maintenant… C'est attendre.

 

 

_ Sans lui je ne suis rien… Il ne peut pas me laisser.

 

 

Chanyeol posa sa main sur l'épaule de son ami. Il ne pouvait que comprendre l'épreuve que Kyungsoo endurait. Les conséquences de la mort de Jongin seraient énormes. Le Loup ne survivrait pas, du moins pas mentalement, à ça. Et l'annoncer à Sora, sa mère qui avait déjà perdu toute sa famille à cause de cette histoire, il n'aurait jamais le courage. Non, si Jongin mourrait, les conséquences seraient trop lourdes.  Tout comme son ami, Chanyeol avait peur, et plus que tout ils pensaient vraiment que Jongin ne méritait pas de mourir.

 

 

_ Il y a forcément un moyen de le sauver. Faisons confiance aux médecins.

 

_ Oui… Je sais, Chanyeol, mais je suis tellement-

 

Kyungsoo s'arrêta en pleine phrase, relevant ses yeux, grands ouverts, vers la salle où Jongin se faisait opérer. Son visage exprimait l'incompréhension, mais surtout la peur.

 

 

_ Kyungsoo?

 

 

 

 

 

 

_ Je n'entends plus les battements de son cœur.

 

 

 

_________________________________________ 

 

 

 

 

Cinq ans plus tard.

 

 

 

 

Le jeune homme se sécha rapidement après être sorti de la douche, laissant sa serviette trainer sur ses épaules, vêtu d'un simple sous-vêtement. Il gratta son torse en baillant, de toute la grâce dont il était capable, triant les quelques enveloppes qu'il avait reçu dans la matinée, posées sur son bureau. Peu motivé, il se dirigea vers son armoire, et après quelques secondes de réflexion peu utiles, il finit par enfiler un bas de jogging et son regard s'arrêta sur son reflet dans la glace. Doucement, ses doigts effleuraient les cicatrices encore bien visibles qui logeaient sur son ventre. Il y en avait une qui ressortait particulièrement.

 

 

Il ne l'aimait pas spécialement, cette cicatrice, ça lui rappelait les souvenirs de cette journée là. Cette journée où son oncle avait essayé de le tuer pour une histoire de puissance. Jongin s'en rappelait bien, de tout ce qu'il s'était passé. Il avait suivit les ordres de Chanyeol, le plan à la perfection. L'invocation sataniste, l'appel, le dessin tracé avec leurs sangs à tous les deux. Au début il n'y croyait pas, mais c'était la seule chose qu'il pouvait vraiment faire, puisqu'il n'était pas de taille à tuer son oncle.

 

 

Mas malgré ses doutes,  il était bien venu. C'était trouble, dans la mémoire de Jongin, bien sûr, il ne pouvait pas mettre un visage sur lui. Mais pourtant, il s'était manifesté, Jongin en était sûr.

 

Lucifer avait bel et ben entendu son appel. Ça lui faisait froid dans le dos rien que d'y repenser. Cette masse de brouillard noir, qui avait un impact écrasant, c'était lui. Le temps qui s'était arrêté. Le souffle chaud qui avait enveloppé son corps. Et le murmure dans son oreille.

 

 

 

"Je te revaudrais ça, Kim Jongin. "

 

 

 

 

Non, il ne l'avait pas rêvé, cette voix ténébreuse qui provenait directement des Enfers, cette vibration écrasante, ce sifflement affreux. Le jeune homme n'en était pas sûr au début, et puis tout son corps était tellement douloureux, tellement mal, son esprit était embrouillé par tous ces évènements, par sa mort proche. Mais il avait finit par comprendre qu'on avait répondu à sa supplication.

 

 

Puis Jongin avait senti qu'on lui enlevait un poids douloureux, de sa poitrine. Qu'on lui avait retiré le Joyau de son corps. Il l'avait repris, après tout c'était sa propriété, n'est-ce pas? Et Jongin n'allait pas s'en plaindre, vraiment, le sentiment qui l'avait conquis à ce moment là, c'était un sentiment de liberté. Il était enfin lui-même. Jongin. Sans le Joyau. Sans Alarod. Juste Jongin. Et même s'il pensait que ce sentiment n'allait pas durer longtemps, vu son état, il avait tout de même été heureux d'avoir pu y goûter avant sa mort.

 

 

Et il avait récupéré le morceau manquant dans l'œil du Lycanthrope aussi, mais sans plus de douceur. Enfin, le temps reprit son cours, quelques instants plus tard, alors que cette épaisse fumée noire disparaissait. L'oncle du coréen s'était mit à hurler, le sang se déversant avec abondance de son œil. Puis la voix de Kyungsoo avait retenti dans ses oreilles, il criait son prénom.

 

Mais même si Jongin l'entendait, il était totalement incapable de répondre, même s'il avait essayé. Sa voix était restée coincée dans sa gorge. La seule chose qu'il avait réussi à faire, il s'en souvenait, avait été de fermer la bouche pour ne pas que son amant ne lui donne de son sang. L'attention de Kyungsoo lui avait fait plaisir, mais Jongin préférait mourir que devenir un Lycan. Se rendre compte de la puissance du Joyau en lui avait été la pire expérience de sa vie, alors maintenant qu'on lui avait retiré il ne voulait pas redevenir… un monstre. Alors quand Kyungsoo avait présenté devant lui sa main blessée, d'où le sang coulait doucement, il avait tout fait pour ne pas en boire, malgré son manque de force.

 

Le pauvre garçon avait eu beaucoup mal à réaliser ce qu'il s'était passé après, son esprit était déjà à moitié mort. Il sentait des secousses, sans vraiment comprendre qu'on le transportait. Et puis l'odeur de l'hôpital avait enivrée ses sens, les cris de son amant qui appelait à l'aide aux médecins, puis tant de termes médicaux qu'il n'avait pas compris. Lui, n'arrivait plus à bouger, ni à parler, il n'avait pas pensé pas que ça mettait tant de temps de mourir. Au fond, il ne voulait pas mourir, mais à ce moment-là, il savait qu'il n'y avait plus d'échappatoire. La douleur elle-même se faisait moins présente. Il ne ressentait plus rien.

 

 

Peu à peu, il n'arrivait plus à entendre la voix de Kyungsoo, la seule chose qui sonnait dans sa tête, ça avait été les bruits des machines. Les bips incessants, les bruits stridents, les médecins qui criaient dans ses oreilles.

 

 

Puis son rythme cardiaque décéléra, jusqu'à s'éteindre.

 

 

Et ça avait été le trou noir. Si Jongin avait des souvenirs flous de ce qu'il s'était passé avant, à partir de ce trou noir les souvenirs était très nets, presque trop. Tout autour de lui était noir, les sensations qu'il avait ressenties étaient étranges. C'était presque comme s'il flottait dans cette obscurité immense.  Il sentait qu'il pouvait bouger mais ne se voyait pas. Ni ses mains, ni ses pieds, ni rien d'autre. Tout était noir. Il sentait son corps, il pouvait marcher, courir, mais rien ne changeait autour de lui, c'était le néant total. Il en serait presque devenu fou.

 

Ça lui avait semblé durer une éternité, jusqu'à ce que cette voix retentisse dans son crâne.  La même qui l'avait bercée avant qu'on lui retire Alarod de son corps.

 

 

Considère que ma dette est payée.

 

 

 

 

 

 

Avait-il dit. Et sans plus attendre, le jeune coréen se retrouva presque aspiré vers un autre endroit, peu à peu la lumière revenait, la lumière était trop blanche, ça lui piquait les yeux.

 

 

Un électro-choc puissant dans sa poitrine l'avait ramené à la vie. Son pouls reprit une course folle, alors qu'il respirait d'une façon très désordonnée.

 

 

 

Il était vivant.

 

 

Il avait sombré dans le monde des ténèbres pendant six secondes, et soixante six millisecondes.  Lui savait très bien que ce n'était pas une coïncidence, mais jamais il n'avait parlé de ça à quiconque, lui-même n'étant pas vraiment sûr que ce soit des souvenirs, ou une hallucination.

 

Après qu'il soit revenu de la mort, il était resté plusieurs jours dans un léger coma. Mais le réveil n'avait pas été très joyeux non plus. Déjà, le retour en Corée avait été douloureux pour son corps encore faible, et puis il avait du suivre des tonnes de séances de rééducation.

 

 

 

C'était il y a cinq ans, déjà. Et aujourd'hui il vivait dans une petite maison, avec l'homme qu'il aimait. Tous les deux avaient emménagé ici deux ans auparavant déjà, après que Jongin ait fini ses études, il était devenu professeur de danse. Et Kyungsoo… Kyungsoo était le Roi des Lycans, et c'était déjà un boulot à plein temps pour le jeune homme. Il avait un diplôme d'ingénieur, mais impossible de trouver du travail, son bénévolat de Roi lui prenait trop de temps.

 

 

Jongin soupira en regardant une dernière fois sa cicatrice avant d'enfiler un pull. Il aurait aimé que leur relation soit plus simple, mais il n'en était pas ainsi. Jongin avait l'habitude de se disputer tout seul, parce que Kyungsoo n'haussait jamais la voix avec lui, mais ils ne se disputaient pas moins pour autant. Ça n'arrivait pas tous les jours, -et bien non, Kyungsoo n'était pas là tous les jours-, mais ça arrivait souvent. Non pas que Jongin était contre qu'il s'occupe de son peuple, mais tout de même, les relations à distance, ce n'était pas son fort. Il aurait aimé avoir du répit.

 

 

 

 Finalement le jeune homme traina les pieds jusqu'à son salon, là où son ami l'attendait.

 

 

_ Tu as finis ta douche ? Alors tu vas faire quoi pour ce soir? Cinq ans, ça se fête quand même!, s'enthousiasmait le jeune homme.

 

Jongin s'assit à côté de son ami dans le canapé, las, et soupira.

 

 

_ Tu sais, à tous les coups il ne rentrera pas. Il n'est jamais là… Sérieux, Baek',  j'ai l'impression d'être marié à un militaire.

 

 

_ Bah… Je suppose que Roi des Lycans c'est un métier qui occupe. 

 

 

_ Ce serait bien que ça ramène des sous surtout, parce qu'avec mon salaire de prof, on ne va pas aller loin. On va finir par devoir vendre la maison pour se payer un appart' plus petit.

 

 

Pour toute réponse, son ami ne sut que faire une délicate grimace, ne sachant quoi dire de plus. Il espérait lui aussi que les choses puissent s'arranger entre eux. L'absence de Kyungsoo était ce qui le chiffonnait le plus. Mais il se disait que ce n'était plus qu'une question de temps, le Lycan avait déjà bien arrangée et mis en ordre les choses dans son peuple. Il allait bientôt revenir définitivement.

 

 

_ En parlant de mariage, Baekhyun…

 

 

L'appelé ne put s'empêcher de sourire et sautilla presque sur son siège.

 

 

_ Je suis content que tu en parles! J'ai acheté les bagues, regarde… Tu en penses quoi?

Il prit son sac sur ses genoux, et après avoir fouillé quelques secondes, sortit un petit paquet blanc, fermé par un ruban bleu. Délicatement, il en sortit une petite boîte et l'ouvrit devant son ami.

 

 

_ Je suis sûr que Chanyeol va mourir… Le pauvre ne se doute de rien, rigola Jongin en imaginant la tête de son ami.

 

Cela faisait déjà plusieurs mois que Baekhyun avait dans l'idée d'épouser son petit-ami. Au moins des fiançailles, se disait-il, il ne refuserait tout de même pas?

 

_ Je pense que ça va l'étonner que je lui propose, oui…

 

_ Tu penses que vous allez vous marier?

 

_ Il faudrait qu'on se marie autre part… Comme ici, ce n'est pas autoriser mais… Chanyeol n'est pas fan des voyages…

 

_ Mah, tu verras ça avec lui~

 

 

Le plus petit des deux sourit, tout en rangeant la boîte dans son emballage, avant de la remettre dans son sac. Il s'adossa à nouveau contre le dossier du canapé, à côté de son ami et lui lança un regard plein de sous-entendus.

 

 

_ Je suis sûr que tu as prévu quelque chose pour vos cinq ans quand même.

 

 

_ S'il rentre, je lui offre mon corps, répondit Jongin.

 

 

Le rire de son ami s'éleva dans la pièce alors qu'il frappa gentiment son interlocuteur.

 

 

_ Mais ça, il l'a déjà quand il veut ! C'est pas drôle, autre chose!

 

 

_ J'ai rien prévu, je te dis, soupira le garçon à la peau légèrement mate, un sourire aux lèvres.

 

 

_ Tu mens comme tu respires ! Je le sens !

 

 

_ C'est. Un. Secret~

 

 

C'était long pour que Baekhyun abandonne, mais il l'avait finalement fait, pour le grand soulagement de Jongin.  Ce dernier finit par s'allonger dans le canapé lorsque son ami avait dû répondre à un appel professionnel.

 

 

Et sans s'en rendre compte, il s'était assoupi.  Il avait cru s'endormir quelques minutes, mais en rouvrant les yeux, il se sentait vraiment engourdi. Comme lorsqu'on se réveille en plein milieu de la nuit, et qu'on se sent sortir d'un sommeil très profond. L'estomac de Jongin avait prit le dessus sur son cerveau, et la bonne odeur qui flottait dans l'air lui donnait l'eau à la bouche.

 

 

Un léger coup d'œil vers l'horloge du salon et il vit qu'il était déjà minuit passé. Après un froncement de sourcils, il finit par se lever, attiré par l'odeur. Ses pas le menèrent jusqu'à la cuisine où la lumière était allumée et où l'odeur était bien plus forte et délicieuse.

 

 

_ Baekhyun, tu n'aurais pas dû rester et- …. Oh…

 

Il s'arrêta, le visage surpris, et sentit son cœur s'emballer.

 

_ Kyungsoo…

 

 

L'appelé se tourna et offrit un sourire tendre au garçon qui était resté planté dans l'encadrement de la porte, penaud. Il était en train de préparer un rôti de poulet et posa le plat sur le plan de travail avant de murmurer.

 

 

_ Désolé, je suis en retard…

 

 

_ J… Je ne m'attendais pas à ce que tu rentres...

 

 

_ Je sais… Je ne devais pas… Mais je pouvais pas rater ça... J'ai déjà raté ton anniversaire.

 

 

Jongin hocha la tête, il s'en souvenait il l'avait passé avec leurs parents, et avait tout fait pour ne pas paraître trop déprimé. Mais aujourd'hui il était là. Officiellement, la date était passée, puisqu'il était plus de minuit, mais aucun des deux garçons n'était à cheval sur les dates, alors ils s'en fichaient un peu. Il s'approcha de son amant et vint poser délicatement ses lèvres sur les siennes, pour les sceller en un doux baiser. Lent, sincère, et passionné. C'était leur genre de baisers.

 

 

Bien qu'à contrecœur, il finit par se reculer pour le regarder, il avait l'impression que cela faisait des mois qu'il ne l'avait pas vu.

 

 

_ Ça me fait plaisir que tu sois là, finit-il par lâcher.

 

Kyungsoo lui offrit un sourire, et une légère caresse sur la joue, son regard voulait tout dire, lui aussi était bien content de revoir cette bouille. Après tout, il n'avait jamais voulu de cette vie de "Roi". Lui ce qui l'importait c'était sa petite vie paisible avec Jongin. Il remarqua d'ailleurs que ce dernier regardait la casserole avec envie. Jongin ouvrit la bouche en voyant la cuillère se rapprocher de ses lèvres. Les repas de Kyungsoo étaient définitivement les meilleurs.

 

 Alors que son homme s'était remis à la cuisine, Jongin en profita pour venir l'enlacer par derrière, fourrant son nez dans le cou de son amant, après avoir bien savourer le goût du rôti dans sa bouche.

 

 

_ Tu m'as manqué, Soo…

 

 

_ Toi aussi, terriblement.

 

 

Un léger silence suivit, alors que Jongin prenait le temps d'humer l'odeur de Kyungsoo. À se demander qui était l'animal. Mais le silence fut de courte durée, brisé par Jongin qui murmura.

 

_ J'ai envie de toi.

 

 

_ Après le dîner, d'accord?

 

 

Pour toute réponse, le cuistot eut droit à un baiser dans le cou, puis un deuxième et un troisième, chacun plus chaud que le précédent. C'était difficile pour Kyungsoo de cuisiner avec un Jongin en chaleur qui se frottait à lui.

 

 

_ Soo, murmura le garçon dans l'oreille sensible de son ainé,  si tu ne t'arrêtes pas, c'est moi qui prends les dessus cette nuit.

 

 

Et pour accentuer sa remarque tendancieuse, Jongin appuya plus son bassin, dont la virilité était déjà bien réveillée, contre le derrière de son hyung.

 

_ Jongin-

 

Kyungsoo s'était retourné, espérant gagner quelques minutes pour qu'ils puissent manger ce qu'il peinait à cuisiner, mais à peine leurs visages furent face à face qu'une bouche s'écrasa contre la sienne avec violence. Et il ne réussit pas à le repousser, il était vrai que ça faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu. Et ce baiser était clairement différent de celui qui l'avait précédé. Passionné, certes, mais avide, demandeur, et plus sexuel aussi.

 

 

Le jeune Loup avait espéré qu'ils puissent tout de même avoir un diner romantique, bougies allumées, repas préparé avec soin, et mots doux à volonté. Mais il avait oublié à quel point Jongin était une bête lorsqu'il s'agissait de sexe. Des deux, c'était clairement le plus accro.

 

Il finit par glisser ses doigts chauds dans la nuque de son petit ami, alors que ce dernier caressait déjà ses abdominaux sous son t-shirt.

 

 

_ Soo, j'ai vraiment envie.

 

 

Il ne lui laissait pas le temps de répondre, s'attaquant une fois de plus à ses lèvres. Quand il était légèrement fatigué, il semblait encore plus agressif qu'à son habitude. Pas que ça dérange son amant. Il se disait que c'était sa punition pour avoir été absent trop longtemps. D'abord le sexe, les mots doux après. Il le sentait, que là contre lui, le garçon n'avait pas envie de faire l'amour tendrement, il voulait juste défouler ses envies refoulées depuis trop longtemps.

 

 

À quand remontait la dernière fois qu'ils avaient fait l'amour? Plus de deux mois.

 

Kyungsoo opina intérieurement de la tête, c'était sa faute, il aurait du prendre plus soin de lui. Mais encore une fois, ça ne le dérangeait pas. Au pire, il réchaufferait le rôti le lendemain, et ils se diraient des mots doux au lit, avant de se lever. Jongin aimait beaucoup ça, les câlins du matin. C'était un vrai animal quand il voulait.

 

 

À cette pensée, le jeune homme repoussa doucement son petit ami, et déglutit avant d'humecter ses lèvres. Jongin rouvrit les yeux, ses lèvres pulpeuses à souhait étaient rougies par leurs baisers, ainsi que ses joues, sûrement dû à la température de son corps qui s'était chauffée d'un coup.

 

 

Il était vraiment trop sexy pour que Kyungsoo garde les idées en place.

 

_ Attend, Jongin… Même si tu ne veux pas manger, j'ai…il faut que je te donne ton cadeau.

 

 

Jongin haussa les sourcils, visiblement moins en transe que deux minutes avant, lorsqu'il était plongé dans leur baiser plus que passionné. Sans rien dire, il regarda son homme se diriger vers le couloir en secouant la tête, comme pour remettre ses idées en place.

 

 

Il disparu quelques secondes de la vision de Jongin, avant de revenir. Un chiot dans les bras.

 

 

_ Tu veux bien l'adopter, lui?

 

 

Les yeux de Jongin s'ouvrirent en grands sous la surprise, ainsi que sa bouche, et il ne sut quoi dire pendant plusieurs secondes.  Le chiot était minuscule, et rond, et adorable, avec de grands yeux adorables, une bouille adorable, des petites oreilles adorables, des pattes adorables, et un pelage beige adorable. Il savait de quoi Kyungsoo faisait allusion en accentuant sur le "lui". Parce que ça faisait déjà plusieurs mois que le plus âgé demandait à adopter des bambins. Mais Jongin avait été catégorique, ils étaient trop jeunes, et en plus, avec Kyungsoo qui n'avait pas d'horaires fixes c'était mort. Il avait laissé un espoir d'avoir peut-être des enfants, après ses trente ans. Mais pas avant. Il ne se sentait clairement pas prêt. Un chiot, par contre, c'était une autre histoire.

 

 

_ Est-ce que c'est un louveteau ?, demanda Jongin, surpris.

 

 

_ C'est un bâtard, sa mère était une louve oui… Et il est orphelin, lui répondit Kyungsoo alors que le petit animal fit un petit aboiement qui ressemblait plus à un couinement.

 

 

_ On… peut vraiment le garder?

 

 

_ Bien sûr… Si tu lui trouves un nom.

 

 

Jongin réfléchit, cette bouille était vraiment trop adorable. Il était faible face à ça. Il avait envie de le prendre dans ses bras et de le caresser.

 

 

_ Kai. Kai, c'est joli, non?

 

 

_ Adjugé, vendu. Alors, Kai, voila ta mère, Jongin.

 

 

_ C'est toi la mère, moi je suis le père, gronda le plus mate des deux, sûr de ce qu'il avançait.

 

 

Alors que Kyungsoo eut un léger rire, Jongin s'approcha vers le nouveau-né, qui semblait avoir à peine quelques semaines, et caressa le haut de son crâne doucement. Il était docile, et fermait ses petites paupières sous les caresses, gigotant de bien-être. Jongin était vraiment  faible face à ça.

 

 

_ Il a l'air tout fatigué, il peine à garder ses yeux ouverts, finit-il par dire à regrets.

 

 

_ Tu as raison… Je vais le coucher, j'ai ramené de quoi s'occuper de lui aussi. Mange, j'arrive ! , répondit Kyungsoo avant de disparaitre à nouveau dans le salon.

 

 

Il prit soin de déposer délicatement dans le panier qu'il avait préparé pour le dénommé Kai et le couvrit avec une petite couverture, avant de déposer un baiser sur son front. Le petit animal dormait déjà à moitié, et Kyungsoo ne put s'empêcher de sourire à cette vision.

 

 

Il finit par retourner dans la cuisine, et constata que Jongin n'y était pas. Mais son pull trainait sur le sol, alors que la gazinière était éteinte.

 

 

Un léger sourire étira les lèvres du Lycan. Un sourire tout ce qu'il y a de plus pervers.

 

 

Négligemment, il ramassa le pull du garçon et se releva, éteignit la lumière et se dirigea doucement vers les escaliers. Là où il ramassa un pantalon de jogging.

 

 

Il finit par arriver en haut des escaliers et devant la porte de leur chambre entrouverte se trouvait un caleçon bleu foncé qui trainait par terre. Il soupira, bien qu'il souriait toujours, et ramassa le dernier vêtement avant de pousser la porte de la chambre.

 

 

À peine fut-il entré de quelques pas que la lumière s'éteignit, la porte claqua et il sentit deux bras entourer son torse.  Et des dents mordiller son oreille.

 

 

Puis un souffle plus que chaud percuta son cou.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Jongin était vraiment en chaleur parfois. Kyungsoo le sentait. Il sentait son pouls s'accélérant au fur et à mesure que sa respiration cognait, contre l'épiderme de sa peau, d'une manière de plus en plus désordonnée. Il sentait que Jongin tremblait légèrement d'excitation, qu'il dégageait une odeur pleine de phéromones, et que ses muscles étaient tendus par l'impatience.

 

Mais il sentait aussi le sang affluant et palpitant vers sa virilité, et ça, il le sentait bien.

 

 

Doucement, les mains de Jongin remontèrent le t-shirt de l'ainé, jusqu'à ce qu'il soit obligé de le retirer lui-même. Il profita de ce geste pour faire face à Jongin, s'habituant peu à peu à la pénombre. Les volets n'étant pas fermés, ça leur était plus simple de distinguer l'autre.

 

 

Et Kyungsoo l'avait vu.

 

 

Ce sourire provocateur.

 

 

Sur les lèvres de Jongin, sa grande faiblesse. D'après lui, cette bouche était un appel à la débauche, totalement. Et il ne se gênait pas pour lui répéter, chaque fois qu'il en avait l'occasion.

 

 

_ Jon-

 

_ Ferme-là, hyung.

 

 

Sur ces mots, il le poussa, ses mains se plaquèrent violement sur son torse, le faisant tomber sur le lit sous la surprise. Kyungsoo haussa les sourcils, le regarda étonné et n'osa dire un mot. Jongin devant lui, complètement nu, ça lui donnait des pulsions… violentes.

 

 

Et ça, son petit-ami le voyait. Il s'approcha de lui et posa un genou sur le matelas, entre les deux jambes de Kyungsoo, avant de faufiler ses doigts sur la ceinture de se dernier. Le plus lentement possible, il fit glisser son pantalon sur ses jambes, jusqu'à le lui retirer complètement. Il en avait profité pour effleurer la peau devenue si sensible du Lycan, qui n'attendait que des caresses plus… approfondies.

 

 

À cette pensée, comme s'il l'avait entendu, Jongin se mit à genoux, sans détourner son regard des yeux de son beau brun. Il était provocant, et Kyungsoo aimait ça.

 

Les doigts de Jongin frôlèrent ses genoux doucement, avant d'écarter ses cuisses avec une pointe de violence. Juste ce qu'il suffisait pour l'exciter. Sa bouche, cette bouche qu'il aimait tant, se posa délicatement sur son épiderme brûlant, descendant de plus en plus vers son entre jambe, embrassant sa peau, la suçotant presque, sans le lâcher du regard.

 

Ses doigts se faufilèrent légèrement sous le tissus de son sous-vêtement, juste au niveau de ses cuisses, alors qu'il ouvrit dangereusement la bouche, à quelques centimètres de son membre gonflé par le désir qu'il éprouvait pour Jongin.

 

 

L'humidité qu'il finit par ressentir à travers le vêtement le faisait languir pour ce qui allait arriver plus tard. Sa bouche, contre son sexe mis à nu. Jongin embrassa lentement la bosse qui déformait son boxer, plusieurs fois, toujours plus… sexuellement. Plus provocateur. Plus sexy.

 

 

_ Jongin, je t'en prie…

 

 

C'était plus qu'une demande, c'était une supplication. Il savait que Jongin le faisait exprès, et il n'en pouvait déjà plus.

 

 

Pendant quelques secondes, le jeune homme lâcha le regard de sa victime, pour le reporter sur le fruit de ses désirs, dont il découvrit le bout, impatient.

 

 

Après l'avoir regardé avec envie, il finit par reporter son regard sur son homme, dévasté par l'excitation. Son visage était légèrement rougi, et ses veines ressortaient sur son front et dans son cou, alors qu'il peinait à garder une respiration normale.

 

 

Jongin lui offrit un sourire. Un de ses sourires en coin, très sexy, il était doué pour ça. Et son sourire ne s'estompa pas lorsque sa langue vint jouer avec le bout de son sexe déjà bien dur.

 

 

Kyungsoo ouvrit la bouche, ses yeux se fermèrent automatiquement pendant quelques secondes, cette sensation était vraiment électrisante. À cette vision, Jongin ne put s'empêcher de sourire un peu plus. Son visage était jouissif, ses sourcils légèrement froncés, ses yeux mi-clos, et ses lèvres… Kyungsoo aussi avait des lèvres très sexy.

 

 

Il finit donc par sortir complètement le sexe de son amant, le prenant dans sa main en se léchant les lèvres, pressé de le prendre en bouche.

 

 

_ Dépêche., grogna le Lycan, d'une voix rauque.

 

 

Jongin ne su qu'obéir, se penchant un peu plus, pour ouvrir sa bouche, fixant les yeux de son homme, et sucer le bout de son membre. Un râle de plaisir franchit les lèvres du plus vieux, qui se retenait de rejeter la tête en arrière, pour ne pas perdre de vu le regard si brûlant de son assaillant. C'était rare qu'il ait le rôle du dominé mais ça ne l'empêchait pas de prendre énormément de plaisir.

 

 

 

Lentement, les doigts de Jongin masturbaient la base de son sexe, et il approcha une nouvelle fois ses lèvres de son sexe, avant de lécher la fente de son gland. C'était incroyablement pervers, cette façon qu'il avait de le regarder, le sourire aux lèvres, alors qu'il s'occupait de son entre-jambe.

 

 

Sans plus attendre, Jongin enfonça plus profondément son membre dans sa bouche, commençant de longs mouvements de va-et-vient, longs et lents, alors que sa main continuait à s'activer sur la base de son membre.

 

 

Tous ses mouvements étaient lents, et doux, contrairement au baiser agressif qu'il lui avait offert peu avant. Il finit par retirer sa bouche, toujours aussi lentement, embrassa le bout de son sexe, avant de glisser sa langue, retraçant la veine désormais bien visible, palpitante sous son muscle.

 

 

Kyungsoo abandonna son idée de soutenir le regard de Jongin, le plaisir qu'il lui offrait était juste trop intense. Il s'appuya sur ses mains, et rejeta doucement la tête en arrière, ne retenant plus ses gémissements.

 

Jongin prenait un malin plaisir à le faire languir, jouant avec ses nerfs, il connaissait chacun de ses points sensibles, chaque endroit qui le faisait chavirer. Tous ses points faibles. Du moins, dans le sexe.

 

Et lui, ça le rendait fou de voir Kyungsoo comme ça. De savoir que c'était lui qui le rendait comme ça, c'était juste jouissif.  Sa langue vint jouer une nouvelle fois avec la fente, se délectant du liquide transparent qui s'en écoulait déjà. C'est avec son fameux sourire qu'il relâcha son sexe, sous le regard interrogateur de son homme, alors qu'il se relevait, les genoux rougis, tout autant que ses lèvres.

 

 

Jongin posa ses genoux sur le matelas, de chaque côté de ses hanches, tout en glissant ses doigts dans sa nuque. La peau de Kyungsoo était brûlante, recouverte d'une fine couche de sueur, qui le rendait plus que désirable.

 

 

Leurs regards ne se quittèrent plus pendant quelques secondes, jusqu'à ce que celui de Kyungsoo dévie sur les lèvres rebondies de son fantasme. Ce dernier en profita pour effleurer sa peau. Kyungsoo était presque hypnotisé par sa bouche, il la cherchait doucement, essayant de l'embrasser, mais Jongin jouait avec lui. Qu'attendait-il de lui ? N'était-ce pas lui qui voulait le faire directement ? Pourquoi se mettait-il à le taquiner ? Il était esclave de ses propres désirs.

 

 

_ J'ai pas envie que tu jouisses dans ma bouche, finit-il par murmurer contre ses lèvres.

 

 

Kyungsoo haussa les sourcils, sans lâcher les lèvres de Jongin du regard.

 

 

_ Ah, vraiment? Où est-ce que tu veux que je le fasse, dans ce cas ?, demanda-t-il, connaissant déjà la réponse.

 

 

Un sourire releva la commissure de ses lèvres si désirables, alors qu'il se penchait pour s'asseoir sur son sexe, lui provoquant une vague de chaleur qui se dirigea directement vers sa virilité.

 

 

_ Ici.

 

 

_ Tu es vraiment…

 

 

Il ne réussit pas à finir sa phrase, Jongin s'était mit à se déhancher doucement, emprisonnant son membre fièrement dressé pour lui, entre ses fesses. Le Lycan poussa un soupir de plaisir, et glissa à son tour une de ses mains sur le sexe de son amant, il ne fallait pas non plus qu'il soit le seul à prendre du plaisir.

 

 

Jongin s'accrochait à lui, les mains perdues dans ses cheveux maintenant en batailles, gémissant sans retenue le plaisir qui le submergeait. Son homme s'occupait à dévorer son cou de mille baisers brulants, sa main libre s'étant accrocher fermement à sa hanche.

 

 

Il fut le premier à céder, murmurant contre son oreille extrêmement sensible d'une voix rauque et tremblante de désir.

 

 

_ Je peux te la mettre ?

 

 

Il n'eut pour réponse qu'un hochement de tête, son amant trop occupé à gémir n'avait plus les idées en place. Il avait envie de le pénétrer comme ça, sans plus de cérémonies, mais il fit un énorme effort sur lui-même pour soupirer à nouveau contre son oreille.

 

 

_ Pas dans cette position.

 

 

Jongin rouvrit les yeux, bien que difficilement, et finit par sourire. Il préférait avoir le contrôle, alors ? Ce n'était pas comme si ça allait déranger Jongin non plus. Il releva sa jambe pour se poser contre le matelas, frissonnant au contact des draps froids, avant de s'allonger à moitié sur le dos.

 

 

Kyungsoo le regardait, et sa main retraça les courbes de sa cuisse lentement. Et il finit par fondre dessus, embrassant sa peau alors que Jongin, se tenant sur ses coudes, laissa sa tête se cogner doucement contre le mur derrière lui. Écartant ses cuisses outrageusement, il se mit à gémir sans retenu le nom de son homme, le quémandant de se dépêcher.

 

Au fur et à mesure que ses baisers s'intensifiaient, les gémissements de JongIn se faisaient plus forts. Les lèvres de Kyungsoo laissaient de légères brûlures sur sa peau, le faisant frissonner, lui procurant des sensations qui se dirigeaient directement entre ses jambes. Jongin passa ses doigts dans les cheveux ébouriffés du Loup, ramenant son visage près du sien, pour murmurer suavement contre ses lèvres.

 

 

_ Je te veux en moi.

 

 

_ À tes ordres. Mais pas comme ça, sourit-il avant de l'embrasser doucement.

 

Sans plus de douceur, il finit par empoigner ses hanches pour le replaquer contre le matelas, mais de face cette fois. Étouffant un léger gémissement dans les draps, Jongin sentit qu'on lui avait relever les hanches, alors il se releva tant bien que mal avec l'aide de ses bras pour se retrouver à quatre pattes, lançant un regard des plus désireux à son amant.

 

 

Lorsque ce dernier pressa son corps contre le sien, il pénétra de quelques centimètres son intimité involontairement en se collant à lui. Jongin ne su que baisser la tête, laissant sa voix dérailler sous le plaisir. Ses yeux fermés, ses sourcils légèrement froncés, ses lèvres ouvertes et humides, et son visage transpirant d'érotisme, tout son être rendait Kyungsoo complètement fou.

 

 

Son torse se colla complètement au dos de Jongin, alors qu'il le pénétra avec douceur, ralentissant vers la fin, s'enfonçant complètement en lui. Ses lèvres frôlèrent la nuque du plus jeune, lâchant un râle rauque, son souffle le faisant frissonner.

 

 

_ P… plus.

 

 

Jongin avait beau ne pas être habitué à la douleur de la pénétration sans préparation, il n'en avait rien à faire, il en voulait plus. Le plaisir était déjà bien présent. Et il se faisait ressentir.

 

 

Chacun des coups de Kyungsoo était lent, et profond, ralentissant encore plus vers la fin, jouant avec les nerfs de Jongin, frappant sa prostate dès les premiers coups.

 

 

_ Tu préfères ça par derrière, hein?, murmura Kyungsoo contre son oreille, contrôlant avec difficulté son excitation.

 

 

Sans même avoir la force de lutter, Jongin ferma la bouche, l'aidant à déglutir, et tenta d'essuyer la salive qui s'écoulait de ses lèvres vu sa position. Il ne su qu'hocher la tête, murmurant un léger:

 

_ O-oui.

 

Ses bras le lâchèrent, et il finit par poser son front contre l'oreiller, sans retenir pour autant ses cris. Plus les coups de reins allaient, et plus ils sentaient la fin approcher. Chaque fois, c'était plus profond, plus lent, plus… érotique.

 

 

Tous les deux s'étaient découverts un penchant pour l'agressivité pendant le sexe, mais rien n'était plus sexy que lorsque Kyungsoo se mettait à donner des coups lents et profonds comme il aimait les faire. La respiration de Jongin se faisait de plus en plus saccadée, et il se mit à pousser des gémissements plus aigus, semblables à de petits couinements, avant d'être prit de soubresauts.

 

L'orgasme s'était propagé dans tout son corps lui provoquant un cri qui le fit arquer son dos violement, alors que Kyungsoo se déversait encore en lui, continuant à s'enfoncer pour faire durer leur jouissance.

 

 

Il finit par s'effondrer sur Jongin, qui se laissa aussi tomber à plat ventre contre le matelas, complètement épuisé. Alors qu'il releva les hanches pour se retirer, il sentit la main de Jongin agripper la sienne. Elle tremblait encore, moite et chaude.

 

 

_ Reste… encore… un peu…

 

 

_ Tu veux le refaire, Jonginie? Tu n'es pas fatigué?

 

 

Un grognement s'échappa de la gorge du plus jeune, énervé de devoir encore parler.

 

 

_ J'aime… te sentir en moi…

 

 

À ces mots, ce fut au tour de Kyungsoo d'être pris par un doux frisson. Il se pencha à l'oreille de son amant pour murmurer doucement.

 

_ Tu sais bien que… Si je reste… ici… Je…

 

 

_ C… Ce n'est… Pas grave…

 

 

C'était plus qu'un frisson qui l'avait parcouru cette fois, c'était une vague de chaleur, assez puissante, directement dirigée entre ses jambes.

 

 

_ Dans ce cas…

 

 

La nuit allait, visiblement, être longue. Et érotique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[[Commentaire de l'auteur…]]

 

Ça y est, nous y sommes, la fin de Trust. Je m'excuse, je ne suis pas douée pour les derniers chapitres, les " et ils jouirent heureux et eurent beaucoup de petits chiots " ( hein romantic-shinee-fiction?), J'espère que vous avez tout compris, parce que les scènes de batailles, ce n'est pas trop mon fort. J'ai écrit ce chapitre chez ma grand-mère, paye tes moments épiques XD Et grâce à Berzek de Eminem et DARK AND WILD DES BANGTAN AJBKZAHBZAF, *feeeeels*

 

En tout cas, pour Jongin et Kyungsoo, c'est bel et bien finit, les voila heureux, et prêt pour recommencer leur nouvelle vie, Kyungsoo va s'occuper essentiellement des deux bébés de la maison hahah. Ils ont été heureux de partager leur histoire avec vous! Pendant un moment, j'ai voulu  faire, que ce que vous aviez lu n'était que le journal intime de Jongin, et donc à la fin on le verra mettre le point final et retourner au lit avec Kyungsoo, bref, j'ai eu pleins d'idées pour la fin mais je savais pas vraiment quoi faire ;;

 

Pour toutes celles qui espéraient que Kyungsoo soit prit violement par Jongin dans ce chapitre, sachez que je suis sur l'écrit d'une multitude de fictions, dont deux ou Jongin va se faire Kyungsoo comme vous l'aimez XD

 

Trust en elle-même n'est pas tout à fait finie, il me reste les trois épilogues portant sur les couples secondes, j'ai nommé HunHan, BaekYeol et Tao … Taooo??? Vous devez vous en doutez je pense.

Je voulais avoir votre avis sur lequel vous voudriez avoir en premier? J'écrirais en conséquence ^^

 Sur ce ! J'espère que Trust vous a plu autant qu'a moi, petit moment de nostalgie: 677 pages, 141 875 mots. Commencée le 28 juillet 2013, finit (sans compter les épilogues) aujourd'hui :')