19/ un chien obéissant.

par tii

Kyungsoo se réveille doucement en sentant la main de Kai faire des petits cercles du bout de ses doigts dans le dos du brun. Kyungsoo n’ouvre pas les yeux il est trop bien là… et il sait qu’une fois qu’il montrera au blond qu’il est réveillé tout s’arrêtera. Alors il reste lover contre Kai, il entend la respiration régulière du blond et il sent son odeur si agréable comparé à la sienne.

Un portable vibre, Kai retire sa main pour le saisir il s’agit de Chanyeol qui prend des nouvelles. Kai sourit heureux a l’idée de savoir Chanyeol inquiet tout comme lui. D’une seule main il tape un long message au géant où il explique ses initiatives. Son téléphone ne tarde pas à vibrer a nouveau « tu es fou de lui avoir tout enlevé comme ça ! Kyungsoo arrive à le supporter ? S’il te plait surveille-le de près maintenant. Kyungsoo n’a plus rien pour se faire du mal alors il pourrait trouver une manière plus radicale… l’idée de se suicidé pourrait facilement lui traversé l’esprit en pleine crise. » Kai ouvre de grand yeux, il est bête pourquoi il n’y a pas pensé. Il faut qu’il fasse oublié le manque à Kyungsoo mais de quelle manière ? Kai rassure Chanyeol en lui disant que pour l’instant ça va.

On entend d’un seul coup les pneus crier sur la route. Puis un bruit de choque. A ce son directement Kyungsoo se tend et ses mains serrent un peu plus le teeshirt de Kai. Les mauvais souvenirs reviennent sous forme de flache : La dispute, la perte de contrôle, la collision, le sang. Kyungsoo se redresse une main posé sur sa poitrine où il peut sentir son cœur affolé bondir a un rythme soutenu. « kyung ça va ? » demande Kai, le brun le lève sans prendre le temps de répondre et se rue dans la salle de bain. Kai ne tarde pas à la suivre inquiet. Le brun est devant le lavabo il se rince le visage a l’eau froide puis ses bras prennent appuis contre le rebord, l’eau du robinet coule toujours. Kyungsoo a les yeux fermé ses sourcils froncé il essaye de faire taire ses souvenirs. Ses souvenirs qui le rongent et qui le rongeront toute sa vie.

Kai éteint l’eau et tend une serviette au brun. « kyung, parle-moi qu’est ce qu’il ne va pas ? »

« ça va… ça va… » Souffle le brun, il devra bien si faire un jour. Il va devoir apprendre à vivre avec. Mais plus il essaye d’arrêter ses souvenir de revenir plus il revienne. L’enterrement, le son des sanglots, la distance qui se créer, les paroles dure et froide et même l’ignorance, jusqu’à ce que son frère parte puis sa mère. Les propos cru qu’on lui a dit ne cesse de résonné dans sa tête s’est insoutenable. D’un seul coup il se sent tirer contre un corps, son odeur rassurante l’enivre, il sent l’étreinte ferme donnant la promesse de ne pas partir. « Je suis là… je suis là… » Répète Kai. Kyungsoo remarque alors que ses mains tremblent, son corps demande encore une fois ça dose, il demande une nouvelle ligne. Les symptômes reviennent, les idées noires reviennent. Son cœur se sert, sa respiration devient difficile. Il rejette l’étreinte de Kai car il a besoin d’air. Ses mains tremblent de plus en plus.il à la bouche sèche. Son esprit est maintenant tourner que sur une chose, se tailler. « Ça va ? » demande Kai inquiet de voir kyungsoo si pale. Le brun relève les yeux sur le blond et lui adresse un regard noir. S’il se sent mal c’est de sa faute. Ses bras le démangent, il se met à les gratter énergiquement ne pouvant pas s’arrêter. Il se sent oppressé, il a envie d’hurler de se faire du mal, de tout détruire, de se détruire.

Il s’adosse contre le mur est se laisse glisser jusqu’à se retrouver assis. La fraicheur du carrelage le soulage une seconde. Il a des bouffé de chaleur, il a l’impression de suffoquer. Il ne sait pas combien de temps il reste là, dans le silence. Mais dans cette état-là chaque minute, chaque seconde est un calvaire. Kai s’accroupit près de lui et passe une main dans les cheveux de Kyungsoo.

Pourquoi est-il là d’ailleurs ? Si Kai ne serait pas là alors tout serait plus simple finalement, Kyungsoo se serait soulagé en se coupant, en regardant la beauté de son sang qui s’en va de son corps écœurant. « Kai… » dit-il dans un souffle

« Oui ? »

« Pourquoi tu fais ça hein ?! Je sais ce que je fais putain ! Pourquoi tu rends les choses compliqué ? » Hurle kyungsoo

« kyung je… »

« Ça t’amuse de me réduire à ça ? Ça t’amuse de me voir comme ça ? »

« n-non… c’est… »

«Laisse moi.» kyungsoo ramène ses genoux contre son torse il se sent si honteux d’être là au sol, impuissant face à lui-même, face au désire, a l’addiction. Kyungsoo est comme un chien, un chien qui dépend de son maître, la seul personne pour lui, le seul moyen pour se sentir bien. Et le maitre de kyungsoo est la scarification.

Kyungsoo est un chien obéissant.

Une main se pose sur son épaule et Kyungsoo se dégage de cette prise rapidement, il ne veut aucun contact avec Kai, il le déteste parce qu’il empêche d’obéir. Il casse cet équilibre qu’il s’était créer avec son maître. Et un chien sans maitre ne vaut rien.

Kyungsoo se lève les jambes tremblantes, mais la colère le guide, le besoin le guide. Il marche le long de couloir et enfile ses chaussure, il faut qu’il s’éloigne de Kai il se sent oppressé par lui. Et si Kai ne part pas c’est Kyungsoo qui va le faire. Il s’en fou d’être vêtu de son jogging et sweat qui lui serve normalement de pyjama.


Kai lui n’a pas l’intention de lâcher Kyungsoo, il suit les conseils de Chanyeol à la lettre. Il retient Kyungsoo par le bras « calme toi… je suis désolé de faire ça mais je…»

«  Je sais, tu as besoin de faire du mal au gens ça a toujours été dans tes habitudes ! » les deux se regarde dans les yeux, Kyungsoo a un regard noir tandis que Kai le regarde blessé par ses propos. À l’entente de cette phrase Kai a le cœur qui se brise, il lâche le brun durant une seconde, une seconde qui suffit à Kyungsoo pour s’échapper de l’appartement. Kai est bouleverser voilà que Kyungsoo pense comme les autres, finalement Kai n’a pas changer il est toujours le même.

La porte claque derrière Kyungsoo et Kai se remémore les dire de Chanyeol. Il panique, il court s’habiller, il saisit son portable et sort. Il faut qu’il le rattrape et vite. Kai traverse quelque rue mais ne voit aucune trace de Kyungsoo. Il colle son portable à l’une de ses oreilles en même temps que ses pas foule rapidement sur le bitume « allo ? » Dit une voix ensomeillé.

« Chen ! Désolé d’appelé mais j’ai besoin de votre aide… »

~

D’une main le brun pousse le portail métallique qui grince, il avance lentement sous la pluie, il ne sait pas depuis quand il air dans les rues, il n’a pas son portable et il a perdu la notion du temps.

Il regarde la tombe face à lui, le nom de son père finement gravé, une tombe nue et triste. Depuis le jour de l’enterrement il n’est jamais revenu et il se demande pourquoi ses pas l’on guidé ici. Fatigué Kyungsoo s’assoit sur le sol mouillé et fixe la tombe un moment sans rien dire. Puis finalement il prononce lentement « désolé » il baisse les yeux mais ne pleure pas, le ciel le fait à sa place.

Le froid et l’humidité s’est infiltré dans sa peau, la nuit est tombée, la pluie a cessé. Kyungsoo est encore là, adossé au pied de la tombe il regarde le ciel étoilé.

Le portail grince, Kai pénètre dans le cimetière il ne tarde pas à repérer kyungsoo il est soulagé de le voir, de l’avoir trouvé.il remarque deux bouteille de soju vide a côté de lui. Il envois rapidement un message au deux frère puis s’avance« kyungsoo » le brun ne réagit pas. « Rentrons. » Kyungsoo redescend son regard sur Kai. « Oh ! Un ange tombé du ciel ! » S’exclame-t-il, le blond soupir désespéré. « rentrons Kyungsoo, tu vas tomber malade si tu restes là. »


« Papa… » Geint Kyungsoo « je ne veux pas le laisser seul. » Kai regarde la tombe tristement, puis il se place juste devant kyungsoo et lui tend une main pour l’aider à se relever « viens » voyant que Kyungsoo ne bouge pas il rend de force son bras et le relève. Kyungsoo titube un peu, kai comprend qu’il va être difficile de marché il prend alors le brun sur son dos, son corps et si mince si léger qu’il a l’impression de porter un enfant. Kai avance silencieusement leurs chemins éclairés par de faible lampadaire « Mon papa doit se sentir vraiment seul… » Marmonne Kyungsoo au bord de l’endormissement bercé par la démarche de son ami.