Epilogue

par GoldFish

Cela fait maintenant plus d’une semaine que je me suis vengé de JunMyeon et ma vie est plus ou moins redevenue normale pour le plus grand bonheur de mon couple. J’ai repris le travail et le fait de me rendre au bureau tous les jours me fait quand même du bien même si au début c’était difficile. Je sors d’ailleurs maintenant de plus en plus et en compagnie de Sehun. Tous les jours, après le travail, il vient me chercher et nous allons nous balader dans le parc. Je respire enfin l’air pur et frais qui m’entoure et je suis heureux avec mon homme. Je commence aussi à relever la tête lorsque je marche. J’arrive de nouveau à regarder le paysage qui m’entoure et croiser le regard des habitants de la ville. Leur rendre leur sourire et leurs salutations polies est encore difficile mais je travaille là-dessus tous les jours. Sehun n’oublie d’ailleurs jamais de me féliciter à chaque fois qu’on rentre à la maison. Il me sert toujours dans ses bras et me murmure à l’oreille que je suis sa plus grande fierté et qu’il m’aime. Ces mots sont forts et sont un véritable soutient et encouragement. Je ferais tout pour redevenir celui que j’étais, juste pour lui. Pour qu’il soit heureux à mes côtés. Cependant je n’arrive toujours pas à montrer mon amour pour lui en public. Je n’ai jamais fait ça et lui prendre la main devant tous ces gens m’est impossible. Mais j’aimerais tellement le faire pour lui prouver que lui et moi c’est sérieux et important. Je l’aime tellement !

 

En ce qui concerne YiXing, lorsque nous sommes rentrés ce soir-là, il m’a demandé pourquoi nous cherchions JunMyeon alors je me suis assis face à lui. J’ai parlé. Je lui ai raconté plus ou moins ce que son « meilleur ami » m’a fait à l’aide de la poudre blanche qu’il lui a probablement fourni, accompagné de ses quatre nouveaux copains. Je rajoute que JunMyeon souhaitait venir me voir avec lui ce soir-là pour venir jouer avec moi et sa réaction était celle que j’attendais. Il était sous le choc à cause de ce que je venais de lui apprendre. Il ne semblait pas au courant de ce qui s’était passé et donc JunMyeon lui avait surement menti. Il s’est excusé puis s’est effondré en larmes, m’avouant qu’il avait toujours été amoureux de moi depuis le début. Il a aussi dit qu’il était jaloux de toutes ces personnes qui pouvaient me toucher alors que lui n’avait jamais pu. Son aveu m’a surpris car j’ignorais tout ça. YiXing n’est pas quelqu’un de méchant, il est juste naïf et s’est fait manipulé par quelqu’un de mauvais qui souhaitait juste un acolyte pour ses plans foireux. A l’heure qu’il est, il est parti vivre dans le sud de la Corée du Sud pour reprendre une vie. Qui sait, peut-être qu’un jour nous nous reverrons en bonne entente.

 

Pour ce qui est de Sehun et moi, le contact se fait de plus en plus. Il y a une semaine encore je supportais son touché que partiellement. Aujourd’hui, je n’en ai plus peur alors il en profite et dès que nous sommes dans un moment tendre, il embrasse mon visage et mon cou. Mais je sens qu’il hésite encore et qu’il ne veut pas me faire paniquer. Il reste en surface et m’offre juste des baisers furtifs, rien de sexuel. D’ailleurs, nous ne nous sommes toujours pas embrassés et la tension est toujours palpable. Notre envie est bien présente, parfois trop même. Nos lèvres se retrouvent toujours à une distance infime au point que nos souffles se confondent mais on ne s’embrasse pas. On caresse nos lèvres de nos pouces et nos regards sont fondus dans celui de l’autre, se délectant de tout son être. On s’aime à notre façon jusqu’à pouvoir passer le pas et vivre comme tous les autres couples.

 

Aujourd’hui, nous sommes en week-end alors je m’offre une petite sieste digne de ce nom. Je suis allongé sur le flanc dans le lit alors qu’il est passé quinze heures. Je suis torse nu et à moitié couvert, profitant de la douce brise qui entre par la fenêtre. L’appartement est étrangement calme mais un sourire fend mon visage lorsque j’entends des pas entrer dans la chambre ouverte. Le lit s’affaisse et un poids vient se coller contre mon dos. Les yeux clos je pousse un semblant de miaulement d’aise quand Sehun m’enlace et blotti son visage dans mon cou, m’offrant un doux baiser. Je ris car il me chatouille alors il relève sa tête et vient pivoter la mienne, me tenant par le menton. Je lui souris, battant des cils pendant qu’il vient frotter son nez contre le mien.

 

_ Tu te prépares ? Me dit-il d’une voix douce et remplie d’amour.

_ Pourquoi ? Demandais-je, surpris.

_ J’ai envie de sortir avec toi ce soir, me dit-il en souriant, venant embrasser le bout de mon nez.

_ D’accord, je vais m’habiller alors. Répondis-je en me redressant, m’étirant.

 

Il sourit et m’attire contre lui, me chatouillant alors je ris et me tortille dans tous les sens, prisonnier de ses bras. On finit par se calmer puis il attrape mon visage, me regardant dans les yeux.

 

_ Je peux avoir mon Baekhyun ce soir ? Demande-t-il d’une voix timide et légèrement anxieuse.

 

Je sais ce qu’il veut et je ne me suis jamais apprêté comme je le faisais avant. Je lui souris et me lève, fonçant dans la salle de bain. Je prends rapidement une douche pour me rafraichir et me réveiller. Je me sèche et me regarde dans le miroir un long moment. Mon visage est si triste comme ça. Je souris à mon reflet et passe ma main dans mes cheveux, les relevant comme j’aimais le faire il y a quelques mois. Je repense alors aux paroles de Sehun lorsqu’il me voyait de la sorte et lorsqu’il m’avait dit qu’il adorait lorsque je me maquillais. Muni d’un caleçon, je traverse l’appartement et rejoins ma chambre où sont rangés mes vêtements et mes accessoires. J’ouvre l’armoire et regarde rapidement ce que j’ai dedans.

 

_ Sehun ! Appelais-je en ouvrant la porte pour qu’il m’entende.

_ Oui ? Entendais-je sa voix s’élevant de l’autre chambre.

_ Tu peux venir un moment s’il te plait ? Demandais-je, revenant au centre de la pièce.

_ J’arrive !

 

Ses pas arrivent vers ma chambre. Il ouvre la porte et entre, me découvrant en boxer devant mon armoire. Son regard se pose sur moi et m’observe longuement avant de se planter dans mon regard.

 

_ Tu ne devrais pas rester dans cette tenue mon amour, tu vas m’exciter. Me dit-il, gêné.

 

C’est vrai que depuis ce jour-là je ne me suis jamais trimbalé dans l’appartement si peu vêtu. D’habitude j’étais plutôt enroulé dans un pull trop grand pour moi et dans un jogging confortable. Je ris et m’excuse avant de venir le prendre par la main pour le ramener devant mon meuble.

 

_ Je ne sais pas quoi mettre… Aide-moi… Dis-je en baissant la tête, me triturant les doigts. Je… Je veux redevenir comme j’étais… Mais je n’y arriverais jamais de moi-même… Alors j’ai besoin que tu sois près de moi… Avouais-je, gêné par ma déclaration.

_ Ne sois pas gêné, mon cœur. Alors voyons voir ce que tu as là-dedans.

 

Il sourit avant de m’embrasser sur le bout du nez et se retourne face à mes vêtements. Je reste à côté de lui et le regarde en sortir quelques-uns et analyser, comme s’il se visualisait la façon dont je les portais. Je souris, attendri face à tant de minutie et son visage est tellement adorable. Il me surprend même à afficher des moues tellement mignonnes que j’ai envie de le dévorer sur place. Il relève soudainement la tête et me montre une tenue. Il s’agit de mon slim en jean noir et une chemise blanche. Je souris devant son choix car c’est ma tenue préférée et ça reste soft et classe. Je lui prends les vêtements des mains et embrasse sa joue avant de tout poser sur le lit, les enfilant. Il s’assoit pas loin et me regarde m’habiller, comme il a toujours aimé faire. Je peux croiser son regard sur moi et je reconnais l’admiration et la fierté qu’il avait lorsqu’il me regardait il y a encore quelque temps. Je ferme le bouton de mon jean et enfile ma chemise, attachant les boutons jusqu’à ce qu’il m’attire devant lui, retirant mes mains pour les boutonner à ma place. Je souris d’autant plus et glisse mes doigts dans ses cheveux.

 

_ Tu aimes toujours autant ça à ce que je vois.  Dis-je d’un ton taquin.

_ Evidemment ! J’adore te regarder te faire beau pour moi. Tu vas te faire beau pour moi, hein ? Comme avant ? Me demande-t-il, le visage triste.

_ Je ferais tout pour toi, mon cœur. Lui répondis-je en attirant sa tête contre mon ventre, caressant doucement ses cheveux alors qu’il enlace ma taille.

 

Il se recule alors et se permet d’embrasser mon ventre par-dessus ma chemise, ce qui me fait sourire. Il s’apprête à se lever mais j’appuie sur ses épaules pour qu’il reste assis et lui fais un clin d’œil, m’éloignant pour attraper mon eye-liner et mon miroir. Je reviens et m’assois en tailleur sur le lit, le regardant faire de même, face à moi. Je m’arme alors de mes outils et applique un trait noir et parfait sur mes deux yeux. Il est plus fin comparé à ce que je faisais dans le passé et je trouve que c’est vraiment inhabituel et étrange. Je croise alors le regard de Sehun et il semble ému par ce qu’il voit. Et moi aussi, d’ailleurs. Je me regarde un moment dans le miroir et repense à ma vie d’avant et à celle de maintenant. Aujourd’hui j’ai tout ce que je voulais. J’ai un petit ami génial et c’est tout ce que je veux. Je plante alors mon regard dans le sien, lui souriant timidement face au nouveau changement.

 

_ C’est moins extravagant comme ça, non ?  Demandais-je anxieusement de peur que ça ne lui plaise pas.

_ T’es parfait… Soupire-t-il, les larmes aux yeux. T’es magnifique mon cœur… M’avoue-t-il en venant baiser ma joue longuement et amoureusement. Je t’aime tellement, me murmure-t-il au creux de l’oreille, m’arrachant un frisson délicieux par la franchise de ses mots.

 

Sehun fini par se lever après m’avoir embrassé le coin des lèvres. Il retourne dans sa chambre se préparer alors je le rejoins pour le regarder faire. Je m’assois sur le lit et l’admire se déshabiller, ne pouvant m’empêcher de le reluquer et de me mordre la lèvre. Parfois j’ai vraiment très envie de son corps mais je me force à ne pas le toucher car j’ai peur. J’ai peur d’avoir mal et de le faire paniquer. Alors je me fais violence pour stopper mon excitation mais je commence à avoir du mal à la contrôler. Ça fait tellement longtemps qu’on n’a pas fait l’amour. Je rêve de ce moment toutes les nuits tellement son corps me manque. Je sors de mes pensées malsaines lorsqu’il se retourne face à moi, entièrement vêtu. Il porte un tee-shirt noir au col en V ainsi qu’un jean slim de couleur bleu ciel. Je rougie car il m’a pris sur le fait et rigole alors je fais de même, me levant pour venir contre lui. Je pose mes mains sur son torse et viens embrasser son cou d’un baiser presque sensuel.

 

_ J’adore cette tenue, elle te fait de très belles fesses. Souris-je en me mordant la lèvre.

_ Mon Baekie serait-il de retour ? Me demande-t-il en ricanant, m’enlaçant la taille.

_ Il commence, il lui faut encore un peu de temps mais avec un tel homme face à lui, c’est difficile de se contenir. Murmurais-je au creux de son oreille.

_ Bébé… Tu es en train de m’exciter à me parler comme ça… Mon corps est aux aguets quand il s’agit de toi, n’oublie pas… Soupire-t-il pour reprendre contenance.

_ Pardon… On y va ? Dis-je en me reculant, un sourire innocent aux lèvres.

_ Allons-y !

 

Sehun et moi descendons alors pour rejoindre le parc non loin de chez nous. Nous restons proches physiquement mais plus aucun gestes d’affections est établis. Je marche lentement sur le chemin terreux qui trace le parcours de l’espace vert, accompagné de mon petit ami. Il me raconte un livre qu’il est en train de lire et corriger pour son travail. Il a l’air vraiment intéressant et j’ai hâte qu’il sorte pour pouvoir le lire. J’en viens alors à parler du nouveau projet qu’a l’entreprise dans laquelle je travaille ainsi que de mon intégration suite à mon arrêt de travail. Le silence revient alors et on profite du beau temps ainsi que de la douceur du printemps. Je regarde parfois des enfants courir sous les regards de leurs parents mais aussi certains couples qui sont assis sur un banc ou allongés dans l’herbe. Je les jalouse de pouvoir vivre leur amour au grand jour. Je me tourne alors vers Sehun et le regarde, plongé dans mes pensées. Il le remarque et pivote vers moi, me souriant.

 

_ Tout va bien ? Me demande-t-il, un peu inquiet.

_ Oui, super même. Dis-je en souriant béatement. Je suis heureux… Mais j’aimerais l’être encore plus… Continuais-je tristement.

_ Qu’est-ce qu’il se passe ? Questionne Sehun, nous arrêtant, me faisant lever la tête vers lui.

_ Je… J’aimerais pouvoir te tenir la main, t’enlacer, t’embrasser devant tout le monde… Leur montrer que tu n’es pas un ami mais celui que j’aime de tout mon être… soupirais-je, regardant un couple qui riait, se bécotant sur un banc. Mais je n’y arrive pas…

_ Tout va bien mon cœur, on n’est pas obligé de faire tout ça, tant que je sais que tu m’aimes ça me va.

_ Je suis désolé, Sehun...

_ Ne t’inquiète pas pour ça mon amour. On s’aime c’est le plus important. Peut-être qu’eux ne s’aiment pas autant que nous et montre autant de choses de leur couple pour nous convaincre que c’est vrai. Nous on sait que notre amour est vrai, que c’est fort et sincère. Alors ne te rends pas triste pour ça. On s’en fiche de l’avis des gens. D’accord ? Me dit-t-il sans me lâcher des yeux, me laissant lire sa sincérité au fond de son regard.

_ D’accord…

_ Tu veux une glace ? Me demande-t-il en souriant, caressant furtivement ma joue.

_ Ouais ! M’enjouais-je en sautant sur place comme un enfant.

_ Vanille, comme d’habitude ?

_ Oui !

_ D’accord, tu m’attends là ? Je n’en ai pas pour longtemps.

_ Euh… Paniquais-je à l’idée de me retrouver seul dans ce parc. D’accord…

_ Je reviens vite, mon ange. Je t’aime.

 

Il s’éclipse rapidement, me faisant des coucous et m’envoyant des bisous jusqu’à ce qu’il disparaisse de ma vue. Je commence à stresser car je ne me suis jamais retrouvé seul dans un lieu public depuis que j’ai recommencé à sortir. L’idée de croiser des gens louches me hante et une boule douloureuse se forme dans mon ventre. Je m’avance vers un lampadaire et m’appuie contre lorsque je croise des regards que je connais. Je leur fais un signe de tête et les salues poliment, leur offrant un sourire sincère. Ils continuent leur chemin et ne s’occupe plus de moi, ce qui me soulage mais lorsque je tourne la tête, je vois un garçon très grand avancer vers moi. Son sourire est chaleureux et enjoué mais je ne peux pas m’empêcher de me méfier de tout le monde.

 

_ Bonjour ! S’exclame-t-il en venant s’appuyer de l’autre côté du poteau, me regardant alors je dévie le regard, gêné.

_ Bonjour… Répondis-je poliment, à la recherche de Sehun que je ne vois pas.

_ Que fais un si beau jeune homme, seul ? Me demande-t-il en souriant d’autant plus.

 

Mon sang se glace et je m’affole, cherchant plus rapidement mon copain que je vois arriver à l’autre bout du parc. Je suis soulagé mais panique quand même car l’autre s’approche de moi, un sourire taquin au visage.

 

_ Je m’appelle Chanyeol, continue-t-il alors que dans ma tête, calculant le temps que Sehun va mettre à arriver en fonction de ses pas. Et –

_ Excusez-moi mais…. Le coupais-je en pointant mon copain du doigt qu’il suit jusqu’à rencontrer Sehun qui arrive à ma hauteur. J’attendais mon petit ami. Avouais-je sans hésitation, gêné de le couper dans sa drague un peu lourde.

 

Je tourne alors la tête vers mon homme qui me tend ma glace avant de glisser sa main dans mon dos, un immense sourire aux lèvres. C’est la première fois que je le désigne comme étant mon petit ami et sans une seule hésitation. C’est sorti naturellement et spontanément et je suis fier de moi. Je suis heureux d’avoir réussi à passer le cap et de voir ce ravissant sourire orner son visage est une victoire et une fierté. Je lui lance alors un regard rempli d’amour et il me le rend, me caressant le dos pour me féliciter et me remercier. Le garçon se racle alors la gorge, regardant Sehun, puis moi et sourit, gêné.

 

_ Je suis désolé, je ne savais pas. Dit ledit Chanyeol, s’inclinant respectueusement devant nous. Vous allez vraiment bien ensemble tous les deux. Encore désolé. Je m’en vais de ce pas. Au revoir ! Dit-il avant de partir.

 

Je souris et regarde mon amoureux qui me tient par la taille, léchant sa glace. Je viens alors prendre sa main qui se trouve toujours dans mon dos et enlace nos doigts. J’ai envie de montrer aux gens qu’il est à moi et que je suis à lui. Il sourit et caresse mon pouce alors je suis le plus heureux des hommes. Avant de recommencer notre promenade, j’attrape son poignet et viens gouter sa glace, la trouvant délicieuse. Il veut gouter la mienne alors je la porte près de ses lèvres, le regardant se délecter de la crème glacée avant de pousser un gémissement de satisfaction.

 

_ C’est trop bon ! S’exclame-t-il en riant.

_ La tienne aussi est trop bonne !

 

Nous rions et marchons de nouveau dans le parc, main dans la main. Certains garçons nous regardent mais je me sens en sécurité auprès de Sehun et à l’heure qu’il est, je ne lâcherais sa main pour rien au monde. Je me sens à ma place pour la première fois depuis ma naissance et je ne compte pas l’abandonner ou la céder à quiconque.

 

Quelques heures plus tard, Sehun m’annonce qu’il a réservé une table dans un restaurant chic. Je suis surpris mais cette journée à tellement bien commencé que même si je ne voulais pas, je n’aurais pas pu refuser. Mais comme j’en ai trop envie ça tombe bien. Je suis tellement heureux d’avoir un vrai rendez-vous avec l’homme que j’aime. Et étrangement, j’ai un pressentiment qu’aujourd’hui sera le début de notre vie à deux et rien que d’y penser, j’ai envie de tout faire pour lui. Je me sens libre, léger. J’ai la sensation que des ailes me poussent dans le dos et que tout est possible, que je n’ai plus peur de rien. Pourquoi ? Parce que je suis avec lui.

 

Nous arrivons alors dans le restaurant et un serveur nous installe à notre table qui est légèrement isolées des autres. Je suis soulagé que ce soit ainsi car être au milieu de gens je n’aime pas trop ça depuis quelques temps. Puis quitte à être en tête à tête avec mon copain, je ne veux pas qu’on puisse entendre nos conversations. On commence alors à manger, parlant de tout et de rien, mais surtout d’aujourd’hui. On parle de nous deux et il me caresse les doigts par-dessus la table, me souriant tendrement. A chaque fois que mes yeux se posent sur lui j’ai la sensation que mon cœur explose en de millier de papillons qui volent dans tous les sens dans mon corps. Je suis tellement heureux avec lui. De jour en jour je me rends compte que je n’ai jamais ressenti de tels sentiments pour quelqu’un et de savoir que celui qui me fait vivre tout ça n’est autre que mon meilleur ami d’enfance. C’est incroyable mais pourtant tellement vrai.

 

Lorsque le dessert arrive, nous partageons une glace et deux coupes de champagnes. On se croirait à un diner romantique lors d’un premier rendez-vous, ou lorsqu’il y a une demande en mariage. Je prends un morceau de glace sur ma culière et la porte aux lèvres de Sehun. Je lui souris et il ouvre la bouche, attrapant le morceau. Je retire la cuillère et me nourrit avant que je ne le vois chercher quelque chose dans sa poche. Je m’arrête et le regarde, interrogativement. Son sourire devient timide et il baisse la tête, sortant une petite boîte de sa poche. De son autre main, il ouvre la mienne pour la poser dans sa paume. Je plante mon regard dans le sien et prends la boîte la tenant entre mes deux mains.

 

_ Ouvre la… Me conseille Sehun, timidement.

 

J’obéis alors et l’ouvre doucement, dévoilant deux bagues sur un coussin de velours. Mes yeux s’agrandissent et rencontrent ceux de l’homme qui fait battre mon cœur. J’ai du mal à comprendre ce que ceci signifie mais je trouve ces bijoux magnifiques. Elles sont en argent et comportent une gravure où je peux lire « Mo Aman Cara » entrecoupé d’un symbole représentant deux mains tenant un cœur couronné. Je n’ai aucune idée de la signification de ce symbole et de ce qui est gravé dessus mais je suis énormément touché et ému par son attention. Mes yeux s’embuent alors qu’il entre dans son explication.

 

_ « Mo Aman Cara » signifie « Mon âme sœur »… annonce-t-il en souriant, me prenant la main. Ces alliances signifient une appartenance lorsqu’elles sont placées d’une certaine façon. Et je veux porter cette bague et montrer au monde que je t’appartiens et que tu fasses de même. Je t’aime tellement que pour moi c’est une évidence que tu m’appartiens… et puis notre histoire est gravée dans la signification de ce symbole.

_ Qu’est-ce que ça veut dire ? Demandais-je, les larmes aux yeux, ému et bouleversé, montrant les symboles.

_ Ce sont des symboles Claddagh. La couronne signifie la loyauté car on a toujours pu se faire confiance malgré certains moments… La main signifie l’amitié que l’on vit depuis notre plus jeune âge. Et le cœur signifie l’amour que l’on démarre seulement et qui n’est pas prêt de s’arrêter car je ne te laisserais jamais partir.

_ Waw… Je ne sais pas quoi dire… tu me prends au dépourvu là. Ris-je nerveusement, admirant les anneaux devant moi.

_ Ne dis rien alors… Mais enfile cette alliance. Me dit-il en souriant. Il y a plusieurs façons de les mettre mais nous ce sera sur l’annulaire de la main droite. M’annonce-t-il, prenant l’un des anneaux.

 

Je souris et chasse une de mes larmes, tendant ma main tremblante vers lui. Il la tient dans la sienne et caresse son dos avant de présenter l’alliance devant mon doigt. Je renifle tant je suis pris d’émotions tellement fortes. J’ai l’impression de me marier. C’est tout comme, mais à notre façon. Il enfile alors l’anneau autour de mon doigt, le glissant jusqu’à être bien positionné puis tourne l’anneau, plaçant le cœur vers moi. Je le regarde, de nouvelles larmes gisant doucement de mes yeux. Il replie ma main et vient l’embrasser doucement en me regardant dans les yeux. Je le regarde et viens caresser sa joue pour le remercier. Je prends ensuite l’anneau qui lui est destiné et fait de même lui enfilant.

 

_ Il faut que le cœur soit vers moi. Ça signifie que quelque part, il y a quelqu’un qui possède l’autre et que je lui appartiens. Que je t’appartiens.

_ Waw… C’est vraiment beau comme signification. Dis-je dans un soupir, ne me remettant pas de mes émotions.

 

Je place alors l’anneau correctement puis enlace nos doigts de nos mains droites ensembles, réunissant nos alliances. Il approche sa seconde main de mon visage et vient effacer mes larmes de joies.

 

_ Je t’aime mon amour, se déclare-t-il en me regardant dans le fond de mes yeux.

_ Je t’aime, mon cœur… Je t’aime tellement. Murmurais-je, marquant un temps plus ou moins long. Sehun ?

_ Oui ? Demande-t-il, curieux.

_ Je suis prêt. Avouais-je en le regardant dans les yeux.

_ Prêt à quoi ?

_ A passé un nouveau cap avec toi. Je… Je suis prêt à me donner à toi… marmonnais-je, gêné de dire ce genre de choses.

_ Je n’ai pas compris, bébé. Râle-t-il, presser d’entendre.

_ Je veux qu’on le fasse ce soir… Avouais-je sans le lâcher des yeux, voyant son regard s’étoiler.  

_ Tu es sûr ? Me questionne-t-il, sous le choc de l’annonce.

_ Je crois que oui… Ça fait un moment que j’y pense… Et je veux essayer… Ton corps me manque tellement… Annonçais-je en baissant les yeux et la tête.

_ On essaiera alors… Me dit-il, hochant la tête sérieusement pour me rassurer.

 

Je rougie et me mord la lèvre car j’ai vraiment trop envie de l’embrasser mais juste quand je m’apprête à le faire, il se lève pour aller payer l’addition et nous finissons par sortir du restaurant. Il me prend la main et nous emmène sur une place où une fête est organisée, il y a du monde et des gens dansent au rythme de la musique. Je souris et me cramponne à lui pour ne pas me perdre. Nous avançons vers la piste où tout le monde danse et je sens mon homme bouger. Je le regarde et constate qu’il danse légèrement. Je me mets alors à rire, le lâchant pour le regarder faire mais il me reprend la main et m’invite à l’accompagner. Je ris encore et me prête au jeu, dansant au rythme de la musique entrainante. Son rire me parvient aux oreilles et cette mélodie me fait chaud au cœur. Le voir aussi heureux me comble de bonheur.

 

Je prends alors sa deuxième main et il me fait tourner. Je me retrouve alors dos contre son torse, les bras croisés, enlacé entre les siens. Je me mords la lèvre en le sentant poser sa tête contre la mienne, dansant doucement, tel un slow au rythme de la musique plus douce. Je souris et sens un baiser dans mon cou, offert par l’homme qui fait battre mon cœur. Il en dépose un autre, plus doux et encore un autre, qui m’arrache un frisson presque douloureux tant il est délicieux. Je lâche un soupir d’aise mêlé à du plaisir et lâche ses mains, me retournant face à lui. Je colle mon front au sien et ses bras se resserrent autour de ma taille, me collant à lui. Nous continuons de danser lentement, nos regards plantés l’un dans l’autre. Je n’en peux plus, j’ai tellement envie de l’embrasser. Ma main jusque-là posée sur son torse remonte presque sensuellement ses épaules, son cou, sa joue et se glisse dans ses cheveux alors que nos souffles s’accélèrent par la hâte et la magnificence de ce moment. Je sais que nos regards sont d’une intensité sans égale et qu’ils se disent tout ce que nous ne disons pas. Ils se dévorent et nous consume par un désir insoutenable.

 

J’appuie alors sur sa nuque, rapprochant nos lèvres qui s’effleurent, m’arrachant des frissons électrisants. Mon cœur va imploser et la proximité de nos corps et de nos lèvres me fait suffoquer. C’est tellement bon. Aucun de nous ne cille, se délectant de l’autre jusqu’à ce que j’appuie un peu plus pour sceller nos lèvres ensembles. Un simple contact mais une ruée de papillons dévorent chaque parties de mon corps. Un doux baiser, une infime pression qui ouvre les portes du bonheur infini. Un sentiment de fraicheur me secoue et j’embrasse ses jumelles plus amoureusement, glissant machinalement ma langue entre ses lèvres. La sienne la rencontre rapidement et mes yeux se ferment à ce contact délicieux. Je le caresse et il fait de même, m’arrachant de violent frisson qui me fond ouvrir la bouche pour soupirer d’aise contre la sienne. Sa main remonte le long de mon dos pour se glisser dans ma nuque pour me maintenir contre lui. Ne t’en fais pas mon amour, je n’ai envie d’être nulle part ailleurs.

 

Notre baiser reste doux mais extrêmement sensuel et amoureux. Je mords sa lèvre inférieure alors qu’il attrape ma supérieure, m’offrant une sensation merveilleuse. Nous entrecoupons notre échange de « Je t’aime » à tout va, nous le soupirant amoureusement avant de reprendre possession de l’autre. Lorsque nous manquons d’air, je me recule doucement, reprenant mon souffle tout en continuant de semer des baisers remplis de sentiments et d’envies contre ses lèvres, rouvrant les yeux pour rencontrer son regard pétillant de bonheur. Je souris comme un idiot heureux et caresse la joue de mon âme sœur, collant une nouvelle fois nos fronts l’un contre l’autre. Ses bras m’enlacent étroitement et fortement contre lui. Je me sens tellement bien à cet instant.

 

Après avoir profité encore quelques heures de la fête nous décidons de rentrer à la maison. Nous marchons alors à travers le parc pour y rentrer et il passe son bras sur mes épaules. Je me colle alors contre lui, prenant dans la mienne sa main sur mon épaule et passant mon second bras dans son dos. Nous avançons silencieusement pour profiter de ce moment calme au maximum. Pour ma part je fais un point sur la soirée. Tout était absolument sublime et je ne me suis jamais senti aussi heureux. Enfin j’ai réussi à embrasser Sehun et je suis tellement excité à l’idée de recommencer. Mais ce soir nous allons essayer de faire l’amour pour la première fois depuis que tout a dérapé et je dois avouer que j’angoisse un peu. Mais j’ai une confiance aveugle en lui, je sais que ça va bien se passer.

 

Nous arrivons finalement sur le palier de notre appartement et il insère la clé dans la serrure alors que je me colle contre lui. Je ris doucement avant de venir lui embrasser la joue. Il m’a l’air un peu tendu et je le comprends. Je le suis tout autant, voire plus, mais je veux vraiment essayer et pour ça on doit rester calme. Il ouvre alors la porte et pénètre l’appartement en premier, m’ayant sur les talons. Je ferme derrière moi et verrouille avant de commencer à entrer mais je me stoppe, le regardant s’éloigner. Si je ne le fais pas je sens qu’il va se bloquer.

 

_ Sehun ? L’appelais-je restant dans l’entrée.

_ Oui ? Qu’est-ce qu’il y a ? Ça ne va pas ? Me demande-t-il en déblatérant tout d’une traite, montrant son anxiété.

_ Viens… Soufflais-je en tendant ma main vers lui, le faisant approcher jusqu’à ce qu’il me prenne la main. Embrasse-moi… Lui ordonnais-je en tirant légèrement sur son bras pour le rapprocher de moi mais il hésite. Embrasse-moi ! Insistais-je de nouveau pour le convaincre qu’il ne devait pas avoir peur.

 

Son corps s’écrase alors doucement contre le mien, joignant nos lèvres dans un doux baiser en surface. Nous restons ainsi, collés l’un à l’autre jusqu’à ce que j’émette une nouvelle pression pour l’inciter à m’embrasser comme il le faisait toujours. Je veux lui faire comprendre que s’il ne prend pas les rênes je n’y arriverais pas tout seul. Il soupire alors longuement et semble se détendre, appuyant le baiser jusqu’à glisser sa langue contre la mienne. Nos lèvres se meuvent les unes contre les autres alors que nos torses se collent plus étroitement pendant que notre baiser devient plus fougueux. Un gémissement franchi mes lèvres lorsque je le sens me mordre doucement. Il recommence et suçote ma lèvre sensuellement, m’arrachant un frisson électrifiant.

 

_ Embrasse-moi, bébé ! Gémissais-je dans un couinement gênant.

 

Il sourit et reprend possession de mes lèvres, les dévorant presque sauvagement par le manque que nous avons eu de l’autre. La sensation de ses lèvres sur les miennes est tellement bonne que je n’ai pas envie de m’en détacher, soupirant d’aise à chaque fois qu’il émet une pression sur elles. Cependant ce n’est pas ça que je demandais.

 

_ Partout… Embrasse-moi partout, Sehun. Quémandais-je à bout de souffle, m’agrippant à sa taille. Touche-moi… Je veux sentir tes mains… Le suppliais-je.

 

Il a l’air surpris alors je plante mon regard dans le sien et hoche la tête pour l’inviter à le faire. J’en meurs d’envie. Je ne supporte plus le fait que ses lèvres ne me touchent plus. J’ai besoin qu’il me touche et j’ai besoin d’avoir un contact avec lui autre que ses mains sur ma peau. Il pose alors sa main sur ma joue et vient déposer un nouveau baiser sur mes lèvres, me chuchotant qu’il m’aime avant de se déplacer sur ma commissure, puis ma joue, jusqu’à rejoindre ma mâchoire qui le mène à mon oreille. Il descend dans mon cou et le parsème de baisers doux et sensuels à la fois, m’arrachant de violents frissons. Je gémis doucement lorsqu’il s’attarde un peu sur un point, m’offrant une sensation délicieuse. Je ferme les yeux et ressens d’autant plus le contact de ses lèvres glissant goulument sur ma peau rejointes par sa langue qui me lèche langoureusement. Je frémis et miaule de plaisir en m’agrippant à sa taille, subissant ces mêmes attentions sur la totalité de ma peau visible.

 

Son touché m’a tellement manqué qu’une simple caresse me fait décoller dans les nuages. Je remonte lentement mes mains dans son dos, recevant toujours cette parfaite torture qui me fait me mordre la lèvre sensuellement pour retenir mes gémissements. Mes doigts griffent son tee-shirt et s’y plantent par le plaisir qu’il m’offre lorsqu’il rejoint ma pomme d’Adam. Il sait que j’ai toujours aimé qu’on m’embrasse ici alors il s’y attarde longuement. Je bascule la tête contre la porte pour lui laisser la pleine satisfaction de ma peau, déployant mon point sensible à son maximum.

 

Mes yeux semi fermés perçoivent encore Sehun qui m’embrasse, menant ses mains sur le col de ma chemise, s’affairant à déboutonner mon vêtement bouton par bouton. Je redresse alors ma tête pour quémander un baiser langoureux, happant ses lèvres avec envie. Il répond à ma demande immédiatement tout en continuant son activité. Mes mains remontent alors le long de ses épaules, les contournant pour redescendre caresser son torse par-dessus son tee-shirt fin. La sensation de ses muscles formés sous mes doigts me fait mordre sa lèvre tant j’ai envie de mordre sa peau. Je rends alors le baiser plus sensuel, le sentant effleurer mon ventre de ses pouces lorsqu’il descend ses mains. Un gémissement inaudible franchi mes lèvres en même temps qu’un délicieux frisson me secoue de la tête au pied.

 

Mes doigts s’insinuent sous son haut et mon pouce caresse la peau de son bas ventre, le sentant se contracter. Je souris alors dans le baiser et remonte ma main le long de sa peau brûlante, percevant sa chair frémir à mon passage. Je caresse ses flancs, me rendant sur son ventre que je grimpe pour atteindre ses pectoraux légèrement musclés. Je sens ses tétons durcir à mon contact et je pousse un gémissement de satisfaction qui se mêle au sien, nous laissant reprendre notre souffle. Il ouvre finalement ma chemise et plante son regard dans le mien comme pour me demander mon accord.

 

_ Caresse moi… Lui dis-je en lui mordant la lèvre.

 

Je lui griffe doucement le torse en redescendant le long de son corps jusqu’aux pans de son haut. Je les attrape et les remonte doucement pour le lui retirer. Il m’aide et jette son tee-shirt par terre, venant capturer mes lèvres fougueusement, caressant ma langue et l’invitant à danser dans un bal enflammé et rythmé par nos caresses. Ses doigts se posent tout d’abord sur mes épaules, descendant lentement sur mon torse où il laisse rouler la pulpe de ses doigts, faisant vibrer tout mon être. Mon épiderme réagit à l’instant même où il me touche, ressentant un manque flagrant de son touché. Il descend alors plus bas, traçant de ses deux pouces une ligne brûlante sur mon ventre, laissant le reste de ses doigts effleurer mes flancs. Je me contracte et ne peux empêcher un soupir de plaisir de raisonner alors qu’il m’embrasse sensuellement.

 

_ Je t’aime mon amour… Me murmure-t-il en deux baisers.

_ Je t’aime… Répondis-je en dévorant ses lèvres.

 

Je romps enfin le baiser pour lui sourire, prenant ses mains dans les miennes puis l’entrainant à ma suite dans sa chambre. Une fois arrivé devant le lit, je me colle doucement à lui pour lui offrir un baiser rempli d’envie et d’amour, me faisant enlacer par la taille. Notre baiser, contrairement aux précédents, est devenu plus doux et attentionné. Il remonte ses mains dans mon dos, jusque mes épaules et laisse tomber ma chemise ouverte sur le sol, me dévoilant torse nu. Dans notre échange, il me fait reculer doucement pour que je monte sur le lit. Je m’assoie alors sur le matelas et il me suit, ne lâchant jamais une seule fois mes lèvres. Je remonte au centre, rapidement surplombé par son corps. J’agrippe sa nuque de ma main droite et appuie dessus pour l’embrasser langoureusement, collant nos deux corps ensemble. Son poids sur moi me fait gémir, d’autant plus lorsque je sens sa peau brûlante contre la mienne. Je tente de le faire basculer mais il m’en empêche, me regardant dans les yeux intensément avant de sourire.

 

_ Non… Dit-il en caressant ma joue. Ce soir c’est moi qui m’occupe de toi… Ce soir je te fais l’amour comme tu le mérites… En ne pensant qu’à toi, et rien qu’à toi. M’avoue-t-il, le regard rempli d’amour et de sincérité.

_ Bébé… Répondis-je, ému d’entendre ses mots. Je t’aime…

 

Je capture alors ses lèvres pour le remercier et en signe d’approbation. Il sourit dans le baiser et commence à dévier ses lèvres le long de ma mâchoire puis mon cou, s’affairant à me recouvrir de baisers, de coups de langue et de douce morsure. Une exquise torture par le meilleur des petits amis.

 

Ses doigts remontent sur mon torse, effleurant mes tétons qui durcissent à son contact, me faisant gigoter. Ses lèvres descendent petit à petit, baiser par baiser jusqu’à rejoindre ses doigts, m’arquant légèrement par la sublimité de son geste. Je sens une vague de frissons m’envahir lorsque la pulpe de ses lèvres embrasse mes boutons de chairs, les taquinant de sa langue. C’est tellement agréable de ressentir ça. Il s’y attarde encore un moment, passant torturer le second avant de continuer sa descente le long de mon ventre. Je le contracte et glisse une main dans ses cheveux pour lui faire comprendre que je veux qu’il continue car je sais où il se rend. Je sais ce qu’il a en tête et j’en ai plus qu’envie. Sa langue roule alors contre mon nombril et un gémissement faible s’échappe de ma bouche. Je me mords la lèvre lorsqu’il embrasse longuement mon bas ventre, rencontrant le tissu de mon jean.

 

Je baisse les yeux pour rencontrer les siens alors qu’il remonte tout mon corps en laissant glisser sa langue contre moi. Je vibre par cette attention, emprisonnant son visage entre mes bras, l’enlaçant en lui volant un baiser lourd de désir. Il répond fougueusement à mon baiser alors que sa main descend entre nos corps pour rencontrer mon entre-jambe en surface. Je me tends en sentant son contact à travers mon vêtement tant j’y suis sensible par l’envie et le manque. Il émet une pression sur mon sexe qui commence à prendre forme contre sa paume et je gémis et mord sa lèvre, en voulant plus. Il sourit et pars explorer mon lobe d’oreille tout en me caressant longuement. Un mélange de plaintes et de soupirs franchissent mes lèvres pendant que mon bassin essaie de rentrer machinalement en contact avec sa main. Ils sont d’autant plus puissants quand je sens ses lèvres sucer mon oreille. Je plante mes ongles dans ses dos et colle nos torses ensemble, voulant aussi le toucher.

 

Sehun stoppe subitement ses caresses, laissant glisser ses doigts pour rejoindre l’ouverture de mon pantalon. Il revient m’embrasser pendant qu’il déboutonne mon vêtement et ouvre la braguette. Il me murmure un énième « Je t’aime » avant de repartir rejoindre lentement ses mains maintenant dans mon caleçon. Le contact de ses doigts directement sur ma peau me fait gémir fortement, le regardant faire. Il se redresse et me retire mes derniers vêtements alors je l’aide en soulevant mon bassin, me retrouvant par la suite totalement nu face à lui. Je m’assoie alors pour pouvoir l’embrasser longuement, ne voulant être trop loin de lui. Après un long baiser doux, il m’offre un regard rempli de tendresse et d’amour, posant ses deux mains sur chacune de mes cuisses. Je les relèves alors, les écartant pour qu’il se place entre, le regardant de la même façon, contemplant son admiration dans son regard. Je souris lorsque je sens ses mains courir sur ma peau sensible, lui mordant la lèvre par le plaisir qu’il me donne. J’essaie de garder les yeux ouverts mais son contact est tellement bon que je succombe et les ferme. Je finis par me rallonger pour le laisser continuer, me mordant violemment la lèvre lorsque je sens ses doigts effleurer ce qu’il y a de plus sensible chez moi. Mon érection gonfle au simple touché de ses doigts sur l’intérieur de mes cuisses et j’en soupire d’aise. Je l’entends bouger et perçois maintenant ses lèvres contre ma peau sensible. L’embrassant en remontant doucement vers mon sexe dressé contre mon ventre.

 

Plus il avance vers l’objet de mon plaisir, plus mes membres tremblent d’envie et de hâte. Lorsque je ressens enfin ses lèvres se déposer contre la base, je me crispe et lâche un long râle de plaisir audible. Sa langue s’enroule autour avant de glisser tout le long, embrassant mon gland sensuellement. Je m’arque violemment et pousse un gémissement tremblant alors qu’il englobe mon sexe entre ses lèvres, l’enfonçant dans sa bouche entièrement. Je l’appelle érotiquement pour qu’il continue et ne s’arrête surtout pas, sentant une vague de chaleur me submerger, accompagné de nombreux frissons électrisants. Il applique alors de lentes pénétrations, poussant lui aussi des gémissements qui me font perdre la tête. Je tremble de tout mon corps et me cambre lorsqu’il glisse sa langue contre la partie la plus sensible de mon sexe. La suçant goulument, c’est un cri de pur plaisir qui franchit mes lèvres alors que ma main agrippe violemment ma chevelure. Il continue son activité sur mon gland, joignant sa main sur ma verge, la masturbant doucement, entrecoupant ses délicieuses succions de doux baisers. Son poignet continue de m’offrir de magnifiques sensations alors que ses lèvres descendent doucement s’occuper de mes bourses qu’il attrape entre ses lèvres, les aspirants dans sa bouche. Je ne suis plus que soupirs et couinement sensuels entre ses mains. Il continue et continue son chemin, relevant mes jambes pour placer mes pieds sur ses épaules. Son pouce effleure a fente de mon gland plusieurs fois, me faisant une nouvelle fois crier mon plaisir sans aucune honte alors que ses lèvres rejoignent mon intimité que je contracte à son touché, sentant un sentiment de panique me submerger.

 

Il cesse alors toute activité et remonte le long de mon corps, se plaçant sur moi. Mon regard est planté dans le plafond et je me sens soudainement tendu. Il laisse glisser ses doigts sur ma joue pour attirer mon attention alors je plante mes yeux dans les siens. Il pose son front contre le mien et ne me lâche pas du regard, effleurant mes lèvres des siennes.

 

_ Je t’aime… Murmure-t-il contre ma bouche.

 

Il scelle ensuite nos lèvres dans un tendre baiser amoureux. Je ferme les yeux et glisse mes doigts dans ses cheveux pour le garder coller contre moi et répond à son baiser, sentant la pression s’évaporer doucement. Il ne cesse de m’embrasser, caressant mon visage de ses pouces tout en me répétant inlassablement qu’il est amoureux de moi. Je finis alors par me détendre et rouvre les yeux pour rencontrer une nouvelle fois les siens. Il s’apprête à ouvrir la bouche mais je plaque mon index sur ses lèvres, le remplaçant rapidement par mes lèvres dans un baiser furtif. Il est un peu perdu alors je lui souris, l’embrassant encore une fois avant de me pencher vers la table de nuit, toujours à moitié sous lui. J’ouvre le tiroir et en sors un flacon de lubrifiant, m’asseyant ensuite près de lui. Je capture son regard et lui souris pour lui montrer que je suis sûr de mes envies. Je prends sa main dans la mienne, et ouvre le flacon, déversant de son liquide sur son majeur. Je jette le récipient plus loin et attrape son visage, l’embrassant fougueusement avant de faire descendre sa main entre mes jambes, la menant proche de mon intimité. Mon front se colle contre celui de Sehun et je le sens hésiter. Nos regards ne se lâchent pas et il m’interroge silencieusement alors je hoche la tête en souriant pour lui donner mon accord. Il m’embrasse langoureusement pendant que je le sens caresser mon anneau de chair entre mes mains. Je frémis en ressentant les cercles doux qu’il fait puis je me retire, le laissant faire. Je me rallonge, le gardant contre moi dans un long baiser des plus amoureux.

 

Je souffle longuement, battant des cils rapidement, le cœur tambourinant fortement dans ma cage thoracique et doucement, je le sens introduire son doigt en moi. Il capture mes lèvres pour me faire penser uniquement à lui et rien qu’à lui et ça marche. Ses gestes sont tellement doux que l’intrusion de son doigt ne m’offre aucune douleur. J’attrape sa lèvre supérieure entre mes lèvres, la suçotant alors que je vois son regard me jauger. Il cherche à savoir si il doit continuer ou s’arrêter alors je stoppe mes mouvements et le regarde dans les yeux, le rassurant. Je lui embrasse le bout du nez pour lui faire comprendre qu’il doit continuer. Il reprend alors possession de mes lèvres, enfonçant son doigt entièrement en moi. Un gémissement de plaisir franchi mes lèvres et je mords la sienne pour lui communiquer ce que je ressens. Je vois ses lèvres s’étirer et il retire son doigt, faisant ensuite des vas et vient d’une douceur délicieuse et qui me rassure. Il est tellement attentionné que ce que je redoutais se fait comme ça c’est toujours fait. J’ai même moins mal que la première fois où il m’a fait l’amour. Il est tellement attentif à mes réactions. Je pousse un cri étouffé lorsqu’il percute ma prostate, me faisant me cambrer et trembler de tous mes membres.

 

Il profite de cet élan de plaisir pour insérer un second doigt alors que je fonds sur ses lèvres. La douleur est presque inexistante et le plaisir est là même si je sens quand même un pincement au creux de mes reins. Après des mouvements de ciseaux pour élargir mon intimité, il se redresse pour se mettre à genoux devant moi. Je fais alors de même pour rester proche de lui bien que ce ne sois pas très confortable. Il m’embrasse et attrape de sa main libre mon érection, lui offrant de nouvelles caresses pour me détendre. Ses doigts en moi et ceux sur moi me procurent un plaisir inouïe, me faisant basculer la tête en arrière. Rapidement il remplace ses doigts par sa bouche, continuant ses vas et viens en moi à l’aide de ses deux doigts. J’agrippe ses cheveux et me laisse tomber lourdement sur le matelas, submergé par le plaisir ainsi qu’une vague de chaleur qui se propage de mon bas ventre. Je gémis son prénom et il accélère légèrement, appliquant une succion orgasmique sur mon gland. Je cris alors qu’il continue, insérant un dernier doigt en moi. Il sait que celui-ci est le plus douloureux alors il glisse sa langue sur la fente de mon sexe pour me faire oublier cette douleur. Il attrape ma main qui s’était logée dans ses cheveux et enlacent nos doigts, les caressant pour me rassurer et me détendre. La douleur s’estompe alors rapidement profitant de cette merveilleuse torture qui me fait perdre pied. Il retire alors ses doigts et sa présence me manque déjà. Il quitte mon membre et remonte sur mon corps pour me surplomber, se collant tout entier contre moi. Il capture mes lèvres dans un baiser chaud et fougueux tout en donnant de doux coup de bassin pour nous faire entrer en contact.

 

Je romps alors le baiser et il se redresse, cherchant à retirer son jean qu’il avait gardé jusque-là, mais je ne suis pas de cette idée. Je veux lui faire du bien moi aussi. Je m’assois alors, les jambes écartées autour de lui, à genoux devant moi. Je l’embrasse langoureusement, lui offrant ce regard qu’il aime tant. Je place mes mains sur ses deux pectoraux que je caresse, les embrassant avec envie alors que je descends déboutonner son vêtement, m’attardant sur l’un de ses tétons. Je l’entends soupirer et remarque qu’il y a une belle bosse rangée dans son pantalon. Je le baisse, ainsi que son caleçon jusqu’à mi-cuisse et libère l’objet que j’aime tant. Je l’attrape entre mes doigts et lui octroie de douces caresses vigoureuses, l’entendant gémir et le sentant gonfler entre mes doigts. Je regarde son sexe entre mes mains et me lèche les lèvres tant j’ai envie de retrouver le gout qu’il a. Je glisse mon pouce sur la fente de son gland et il grogne de plaisir, contractant son ventre que je viens embrasser.

 

_ Allonge-toi mon amour… Lui dis-je d’une voix sensuelle.

 

Il m’obéit et bascule sur le matelas, me laissant la pleine satisfaction de tout son corps. Je viens me placer entre ses jambes, attrapant ses vêtements et les lui retirant pour les jeter par terre. Je m’avance vers lui et m’allonge sur lui, faisant rencontrer nos érections tendues et nos torses brûlants. Il m’attire dans ses bras et je l’embrasse de tout mon amour et de toute mon envie, ondulant mon corps contre le sien. Nous nous embrassons alors longuement, gémissant contre nos lèvres qui se dévorent. Je fini par me reculer et reprends possession de son sexe que je caresse, descendant à l’aide de mes lèvres le long de son torse musclé. J’en profite pour l’embrasser, le lécher et le mordre. Rapidement j’arrive devant son érection qui tressaute et je lui offre un doux baiser avant de la glisser doucement entre mes lèvres. Je les resserre pour lui offrir un maximum de plaisir ce qui semble marcher en vue du gémissement rauque qu’il vient de pousser. Je sens aussi son membre gonfler entre mes lèvres, me faisant pousser un gémissement de satisfaction.

 

Après quelques succions, je remonte l’embrasser fougueusement alors qu’il inverse nos positions, se retrouvant sur moi. Je le regarde dans les yeux et il m’offre un baiser d’une douceur sans égale, me murmurant qu’il m’aime encore et encore. Malgré tout ça, je le sens encore hésiter.

 

_ Fais-moi l’amour Sehun… Lui demandais-je droit dans les yeux, plus sûr que jamais.

 

Un doux sourire étend ses lèvres, ainsi que les miennes et nous nous échangeons un énième baiser. Il se redresse et je le suis, voulant être au plus proche de lui dans ce nouveau cap que nous allons franchir ce soir. Je caresse son torse alors qu’il attrape la bouteille de lubrifiant. Je la lui prends des mains et en déverse une goutte sur la paume de ma main, la déposant sur son sexe que je lubrifie à l’aide de caresses sensuelles. Celles-ci le font gémir entre mes doigts et l’entente de ces sons est délicieuse à mes oreilles. Il attrape finalement son sexe et le présente à mon entrée, plantant une dernière fois son regard dans le mien pour être sûr que je le veux toujours. Je hoche doucement la tête et me rallonge, attrapant sa main libre dans la mienne, voulant vivre ce moment avec lui. Il me surplombe alors et me pénètre doucement, me recouvrant de baisers pour me détendre. Quant à moi, je me mords la lèvre par l’imposante présence en moi.

 

Le sentir s’enfoncer aussi doucement en moi et jouissif. Ça fait tellement longtemps que je rêve de ce moment qu’une larme coule de mon œil. Je me cambre, me collant contre le ventre de Sehun qui étouffe ses gémissements contre mes lèvres bien que je le sente crispé contre moi. Cependant il remarque cette larme et se stoppe plantant son regard dans le mien, inquiet.

 

_ Ça va mon cœur ? Panique-t-il.

 

Il s’apprête à se retirer mais je lui attrape le poignet pour qu’il ne le fasse pas. Je vais bien, je vais même très bien.

 

_ Tout va bien, lui soupirais-je plaisir, ne t’inquiète pas mon amour. Ça va même trop bien, c’est tellement bon de te sentir en moi. Lui avouais-je me mordant la lèvre, au septième ciel. Fais-moi l’amour Sehun… Répétais-je avec envie.

 

Il scelle nos lèvres dans un baiser doux et amoureux, commençant alors à bouger son bassin, se mouvant en moi délicieusement. Je gémis sans retenu pour lui montrer que j’aime ce qu’il me fait tout en agrippant ma main à ses omoplates alors que l’autre se perd dans ses cheveux, gardant son visage près du mien. Ses coups de reins nous font gémir alors il pose son front contre le mien, plongeant son regard rempli de désir et d’amour dans le mien. Nos souffles erratiques se confondent et mes yeux ont du mal à rester ouvert lorsqu’il frappe ma prostate. Je me cambre violemment, griffant son dos alors qu’il accélère la cadence, s’enfonçant plus profondément.

 

Le plaisir est à son paroxysme, et notre amour aussi. Après de nombreux vas et viens rapides et puissants qui m’ont fait toucher l’orgasme du bout des doigts, il ralenti, capturant mes lèvres tendrement, m’embrassant sensuellement. Je romps le baiser et il part s’échouer dans mon cou. Je le serre dans mes bras alors qu’il reprend une cadence rythmée par nos soupirs sensuels parsemés de cris de pure jouissance. Ses gémissements dans mon oreille sont un pur délice et les miens dans la sienne doivent l’être tout autant. Notre peau cogne l’une contre l’autre et le lit frappe le mur à la même cadence qu’il tambourine mon fond.

 

Petit à petit la chaleur s’empare de mon corps et une vague de plaisir commence à me submerger. Sa main vient caresser la peau de mon cou et c’est un gémissement puissant qui raisonne dans la pièce par ma sensibilité à ce moment-là. Je suis au bord de l’explosion et ses coups de reins m’emmènent jusqu’au point où une sublime décharge électrique me secoue. Un raz de marée m’envahi et les papillons s’envolent dans tout mon corps, le cambrant alors que je me déverse entre nos ventres. Je n’ai que son prénom à la bouche. Le plus beau prénom du monde. Le prénom de l’homme de ma vie. Je me resserre autour de lui et je le sens exploser en moi, grognant sensuellement mon prénom dans mon oreille, encore et encore à chaque giclé de semence qui se repends en moi.

 

Je l’embrasse de tout mon amour et de tout mon être, glissant mes doigts dans ses cheveux trempés de sueur. Il se retire d’en moi et caresse ma joue et le baiser devient doux, signant notre première fois en tant que couple. Je romps le baiser et souris comme un idiot, ouvrant les yeux et le voyant faire de même. Il frotte son nez au mien et se met sur le dos, m’attirant dans ses bras. On se répète qu’on s’aime et ce plus que tout au monde et qu’on ne veut vivre avec personne d’autre que l’autre. Le silence revient alors, se laissant juste entrecoupé par des bruits de baisers que je lui offre contre son cou. Il caresse mon dos tendrement et blotti son visage contre mon front, respirant l’odeur de mes cheveux. Mais il finit par se redresser alors je me décale, le regardant faire. Il se lève, nu, alors j’en profite pour l’admirer dans la plus simple tenue qu’il soit. La tenue qui lui va le mieux. Je regarde ses jolies fesses rebondies, ses longues jambes, les muscles de son dos, de ses épaules, puis son ventre, son sexe que j’aime tant, puis son visage que j’ai envie d’embrasser encore et toujours. Il s’arrête devant son armoire et prend quelque chose, revenant sur le lit muni d’un paquet. Il se rallonge et le pose entre nous, se plaçant sur le flanc pour me regarder.

 

_ Ouvre le. Me dit-il en souriant, caressant mon mollet car je viens de m’asseoir en tailleur devant lui.

_ Qu’est-ce que c’est ? Demandais-je, surpris de recevoir encore un cadeau.

 

Il sourit et me fais un clin d’œil alors je prends le paquet et le déballe, découvrant un album photo où il y a une gravure inscrite sur la page de couverture « Nouveau départ ». Je glisse mes doigts sur l’écriture, ouvrant l’album qui est vide. Je lève la tête vers Sehun qui sourit, cherchant des réponses.

 

_ Je veux qu’on continue de prendre des photos et qu’on les range dedans pour garder un souvenir de chacun de nos moments tous les deux. Comme tu le faisais avant mais cette fois-ci en tant que couple et non en tant que meilleurs amis.

 

Je souris de toutes mes dents et pose l’album sur le côté, me levant du lit pour chercher mon appareil photo, revenant en sautant sur le matelas, me glissant tout contre mon âme sœur. Il me prend l’appareil photo des mains et me regarde dans les yeux. C’est ainsi que je vois cette lueur qui s’enflamme et m’hypnotise. J’avance mon visage et happe ses lèvres avant de les attraper entre les miennes, entendant un bruit de flash. Je sursaute et me mets à rire de ma surprise, entendant la photo se développer. Il l’attrape et nous attendons qu’elle s’affiche. Une fois cette-ci parfaitement sèche, nous la regardons et constatons qu’elle est des plus intenses et belles. Je reprends alors l’album, l’ouvrant à la première page avant d’y insérer la photo. Nos la regardons un instant avant que Sehun pivote mon visage vers lui, me tenant le menton. Il approche ses lèvres des miennes et les scellent dans un tendre baiser débordant d’amour.

 

_ Je t’aime, Baekhyun. Se déclare-t-il, embrassent encore mes lèvres.

_ Je t’aime, Sehun. Répondis-je en souriant. C’est notre nouveau départ. Dis-je en souriant, caressant sa joue.

 

Ne changez pas pour quelqu’un qui ne sait pas vous accepter comme vous êtes.

Cessez de regarder autour de vous, votre âme sœur est sous votre nez.