Chapitre 19

par evangeline


Chapitre 19


Chanyeol sorti en furie de la maison de son grand père. Il était tellement frustré, il savait bien que si lui était contre, d’autre serait du même avis mais ce n’était pas le moment de baisser les bras. Il était temps que tout cela change et il serait celui qui ferait le premier pas peu importe le temps que ça prendrai. Pendant son entrevue avec l’ancien chef de clan il avait demandé à Cheondung de rassembler tout le clan sans exception, même les plus jeunes, tous devaient être au courant. Il leurs expliqua qu’il voulait que le clan quitte le village et s’adapte à la vie humaine pour vivre enfin sans crainte. Les expressions qu’il vit sur leur visages était très différentes certains semblaient choqué, d’autre indignés et même apeuré. Dès qu’il eut fini d’expliquer une montagne de questions venant surtout des plus vieux lui tomba dessus.

Il était perdu dans tout ça mais une voix familière prit le relais.

Yungi m’invita à continuer et je le remerciais d’un sourire.

Il réussit à en convaincre beaucoup grâce à ce discours, il s’était découvert un potentiel de leader qui était resté enfouit trop longtemps. Une poignée refusait d’abandonner leur vie ici, il espérait que l’effet de foule les ferait changer d’avis. Les mœurs n’allaient pas être changées en une nuit évidemment mais il espérait le meilleur pour les futures générations de lycans que ce soit des Park ou des Kim. Ils méritaient de profiter de la vie au lieu de vivre dans la peur, cachés. Il laissa aux autres le temps d’assimiler tout ça et de faire leur choix. La foule se dispersa dans un brouhaha. Chanyeol souffla bruyamment, être chef de clan était épuisant. Il s’assit sur une des buches qui servait de sièges pendant les feux de camp. Il senti la buche bougé et tourna la tête et vis Minha, un sourire serein aux lèvres. Il se sentait beaucoup mieux tout à coup.

Minha lâcha un rire cristallin.

La promesse qu’il avait faite à Xiumin lui revint à l’esprit, il ne devait rien dire à Minha.

Il avait envie de pleurer, Dara avait toujours était très curieuse du monde elle aurait surement adoré partir à sa découverte.

Chanyeol prit sa main frêle dans ses grandes paumes et la regarda en souriant

Chanyeol se leva, d’un élan soudain.

Minha parut troublée, cette confiance dans le regard de Chanyeol était tellement inhabituel, ses yeux poser sur elle formait comme un bouclier contre le monde.

Minha fut pris de cours elle ne s’attendait pas à ce qu’il se déclare de cette façon, les mots restèrent coincés dans sa gorge, ses yeux était plongés dans ceux de Chanyeol. Ce dernier vint poser sa main sur sa joue et y dessina des cercles invisibles avec son pouce.

Chanyeol se pencha et captura ses lèvres, c’était si doux et agréable que Minha ne put s’empêcher de se demander si elle ne l’avait pas rêvé. Il la serra ensuite dans ses bras.

Minha ne se retint pas de pouffé à la remarque tu géant il avait vraiment un don pour ruiner une ambiance mais c’était l’une des nombreuses choses qu’elle aimait chez lui.

Minha se défit de son étreinte et se mit sur la pointe des pieds pour déposer un léger baiser sur les lèvres du plus grand.

Un sourire s’étira sur le visage du lycan.


Pdv Minha :

L’après-midi passa à une vitesse fulgurante. Je m’étais proposé pour discuter avec les membres du clan les plus réticents, histoire de les rassurés, j’étais quand même la mieux placer pour parler de vie humaine, enfin je crois. Le soir Cheondung, Yunggi, Hoseok, Chanyeol et moi nous retrouvèrent dans la maison du plus vieux. Nous avons beaucoup discuté, même rient. Je me sentais vraiment chanceuse de pouvoir connaitre des gars aussi géniaux. Au bout d’un moment Cheondung s’endormit sur le canapé. Je dus batailler dix minutes avec Chanyeol qui voulait lui dessiner sur le visage.

Grace à l’aide Yungi, Cheondung ne ressemblait pas à Salvador Dali ou à Hercule Poirot lorsque nous partîmes nous coucher. Yungi m’avait laissé sa chambre puisqu’il partait dormir chez Hoseok, mais je n’arrive pas à fermer l’œil, je me retourne toutes les deux minutes. Je finis par en avoir assez, je tire la couverture, m’extirpe du lit et sort de la chambre et sans même m’en rendre compte je me retrouve devant la porte de la chambre de Chanyeol le point lever, prête à toquer.

J’entre finalement sans frapper, il ne dort pas lui non plus. Il me regarde d’un air surpris. Il se demande surement ce que je viens faire là. Je ne sais pas trop quoi lui dire, mes pieds m’ont juste guidé à lui naturellement, j’ai juste envie de passer du temps avec lui. Ai-je vraiment besoin d’une raison ? Il se racle la gorge en passant sa main derrière sa nuque, embarrassé.

Sa tête me fait sourire, pendant quelque secondes on aurait dit qu’il avait vu un fantôme. Je m’avance vers le lit et me glisse sous les couvertures. Je le sens se crisper puis il passe son bras autour de mon épaule pour me rapprocher de lui, c’est officiel Chanyeol est le meilleur oreiller dont on puisse rêver ! Je me blottis contre son torse, je peux entendre les battements de son cœur et sentir son souffle contre mon front.

Un rire rauque et grave résonne dans sa gorge. Il laisse un baiser sur mon front et pose son menton sur ma tête. Je me sens bien, j’aimerai que ce moment dur indéfiniment.

Alors tout se finit comme ça. Ça semble tellement facile. Plus j’y pense plus je réalise que tous ce qui s’est passé en quelques semaines m’a paru durer des années, le temps passe surement moins vite lorsque rien ne va. Parfois il n’y a pas de piège il faut juste saisir l‘occasion quand elle se présente. L’orage dans lequel je vivais s’est évanoui et je compte bien profiter du soleil qui s’annonce.


Je laisse échapper un bâillement, je ne me suis même pas aperçu que j’étais perdu dans mes pensées. Je sens le torse de Chanyeol se soulever de manière régulière, il s’est endormi. Je retire ma tête lentement pour ne pas le réveiller et repli son bras, sinon il ne le sentirait plus le demain du au poids de ma tête. Je l’entends déjà se plaindre en tenant son bras endormie. Cette pensée me fit sourire. Je dépose un léger baiser sur sa joue avant de fermer les yeux et de laisser le sommeil me gagner.