Chapitre 16

par evangeline


Chapitre 16


(Mettre : https://www.youtube.com/watch?v=BQeMxWjpr-Y)


Minha s’était réveillée en sursaut, c’était comme si elle l’avait senti arrivé, l’air était étrangement lourd et elle comprit de suite en voyant Yungi rentrer dans la maison, des traces de sang encore frais sur le visage et les cheveux, sans un mot elle sut que quelque chose était arrivé. Dans un regard il lui demanda de la suivre, elle ne prit pas la peine de prendre un manteau et traversa le camp en pijama jusqu’au chalet du chef. Elle suivit Yungi à travers le long couloir sombre avant qu’il ne s’arrête.


Sa voix la fit presque sursautée elle était rauque et enraillée, pleine d’amertume. Elle ne sut quoi répondre son regard était vide encore sous le choc elle fit coulisser la porte et entra. La pièce n’était éclairée que de bougies qui encerclaient le corps. Minha réprima un sanglot, maintenant qu’elle était face au fait elle ne pouvait plus reculer, et toutes ses émotions se bousculaient, Elle s’agenouilla à côté du corps, les flammes des bougies lui brulaient la peau mais elle ne bougea pas. Ils l’avaient lavé, mais on pouvait encore voir quelques traces de sang sécher dans ses cheveux. Les larmes coulaient sans qu’elle ne les retienne. Elle prit sa main dans la sienne, elle était glaciale.


Quelques heures plutôt :


En ce début de soirée Cheondung était comme à son habitude en train de faire le guai à la frontière, les mains encrées dans ses poches de blouson. Le froid et la lune le tenaient éveiller. Il ne préférait pas compter les heures qu’il passait ici à faire des allers retours, il avait parfois l’impression de se transformer en statue de glace tellement le temps lui paraissait long.

Un mois, un mois que la panique et l’angoisse avaient gagné le camp, ils étaient peu, quatre peut être cinq mais l’effet de surprise leur a permis d’infiltrer facilement le territoire. Personne n’avait été blessé, ils se sont contenter d’endommager des habitations. Le message était bien passé, cette attaque n’était qu’un avertissement, une démonstration de leur force mais ce dont Cheondung était sure c’est que c’était tout sauf du bluff, les Kim avait surement plus d’une vingtaine de lycaons entrainés prêt à fondre sur le village. C’est ainsi que des gardes étaient placé aux quatre coins du village et veillaient à la sécurité de la meute à tour de rôle. Lorsque Cheondung ne faisait pas le guai, il s’entrainait, ce train de vie commençait à le rendre fou. La seule chose qui l’aidait à tenir c’était sa sœur, Dara. Chaque soir elle prenait le prochain tour de garde ce qui leur permettaient de discuter en mangeant des sandwiches au poulet. Il affectionnait beaucoup ces moments, pendant quelques instants il avait l’impression que cette guerre n’était qu’un mauvais mirage, qu’il vivait une vie paisible auprès de sa famille.


Pendant ce temps Dara finissait d’emballer les derniers sandwichs pour son frère. Il devait être aux alentours de 21 h, elle prendrait le prochain tour de garde dans une demi-heure. Avant de partir rejoindre Cheondung elle monta à l’étage et toqua à la porte de Minha.

Elle la gratifia d’un léger sourire, cette petite est plus forte que ce que l’on pourrait croire et elle en avait bien besoin à l’heure qu’il est se dit-elle. Elle quitta la maison avant de s’engager sur le sentier nord menant à la frontière gardé par Cheondung. La neige s’était amassée et ses pieds s’enfonçait jusqu’aux mollets. Pour l’instant elle chassait les doutes qui s’immisçaient et espérait juste faire pour le mieux après tout elle était l’ainé c’était son rôle de veiller sur les garçons. Plongée dans ses pensées elle ne se rendit pas immédiatement compte que quelque chose clochait, comme une odeur différente dans l’air qui devenait plus forte à chaque pas. Une odeur nouvelle, elle était la meilleure pisteuse de la meute, elle pouvait décrypter ce qu’elle sentait. Elle sentait de l’angoisse et surtout de la colère beaucoup de colère. Pourquoi son frère ressentirait une haine aussi intense ? Il n’en avait aucune raison. A moins que ce ne soit pas Cheondung.

A cette conclusion Dara lâcha les sandwiches et se mit à courir en direction de la frontière.


Cheondung était toujours assis sur son rocher, l’air lui gelait le nez à chaque inspiration, il n’aurait même pas pu sentir une biche si elle était à deux mètres de lui. En plus de ça la fatigue le gagnait, rester immobile aussi longtemps ne lui réussissais pas du tout.


Cacher dans les épines d’un pin à seulement quelque mètres de là, elle l’observe.

Plus elle le regardait, plus l’envie de lui sauter à la gorge montait. Il était la cause de toutes ses souffrances, tous ses tourments. En l’éliminant elle pourrait enfin venger la mémoire de son frère et se libérer elle-même de toute cette haine. Xiumin avait pourtant interdit à quiconque de s’approcher des frontières mais depuis la mort de son Grand père elle ne faisait plus confiance à personne et surtout pas à ce soit disant Alpha sorti de nulle part. Elle n’avait rien à faire de cette pseudo guerre entre clans, son seul but était de venger son frère même si elle devait y laisser la vie. Il y a peu elle était encore considérer comme la douce Kim Taeyeon, la petite fille chérie du Clan Kim toujours souriante et gentille mais tout à changer à la mort de Kangin elle est devenu amère et froide puis c’est lors du décès de l’alpha Kim qu’elle prit la décision de venger son frère et elle était à deux doigt d’accomplir son but.


Tout se passa très vite, trop vite, Taeyeon bondit, Cheondung se retourna, Dara arriva au même moment hors d’haleine.



Le sang coulait sur la neige blanche lui rappelant ce triste jour il y a deux ans. Ce sang qu’il voyait couler n’était cependant pas inconnu cette fois ci. Ses mains tremblaient il tenait sa tête relever et soutenait ses jambes de l’autre main. Il lui parlait pour la garder éveiller, sa voix s’enraillait et les larmes ravageaient son visage, il se mit à courir plus vite, si il pouvait y avoir ne serait-ce qu’une chance qu’elle s’en sorte. Ils étaient presque arrivé au village, il voyait avec horreur ses paupières se baisser lentement,

Il entendit quelques battements irrégulier puis plus rien. Il arriva quelques minute plus tard chez son grand père, ce dernier resta muet, il savait que c’était finit. Sans un mot il avait soulevé sa petite fille avant de l’emmener dans le salon. Il demanda à Cheondung d’aller prévenir les autres pour la veillée funéraire, il ne pensait pas qu’il aurait à faire ça encore une fois et surtout pas pour Dara. Il remplit une bassine d’eau chaude et y trempa un linge, il s’appliqua à enlever le sang sur son visage et ses cheveux. Voir un de ses petits-enfants partir avant soi est l’une des pires choses qui lui soit arrivé, il la revoyait encore dans son berceau et aujourd’hui il était assis là devant son corps sans vie, son sang sur ses mains. Aucun enfant ne devrait vivre dans la peur et le sang. Si seulement il avait su arrêter tout cela plus tôt.


La veillée s’était fait dans le silence, le corps fut transporté jusqu’au lac, tout le clan suivait en file. Elle avait été déposée dans un cercueil en osier et entourée de jacinthes bleues et violettes, ses fleurs préférées. On l’avait recouverte jusqu’au épaules d’un drap blanc, elle paraissait sereine, comme si la mort l’avait apaisée. Le chef devait enflammer le cercueil et le laisser bruler sur le lac, il déposa un baiser sur le front de la défunte et approcha une torche mais son bras se figea. Il se retourna et tendit la torche à Chanyeol, ce dernier le regarda dans le blanc des yeux incrédules, il plissa le nez et parti en courant. Quelques secondes passèrent, Yungi se contenta d’avancer et prit la torche des mains de son grand-père. Il approcha la torche du couffin qui s’embrasa immédiatement au contact de la flamme. Ils regardèrent ensemble le feu dériver sur le lac, la fumée s’élevant dans le ciel.



On dit parfois que nous somme reliées aux personnes qu’on aime par un fils rouge, en ce moment c’est Comme si Chanyeol l’avait senti se rompre au bout de son petit doigt comme un léger pincement il comprit après quelques instants que ce pincement aller laisser place à une peine immense. Il se sentait vide et seul comme si tous les autres fils rouges s’effilochait un par un. Lorsque Cheondung avait ramené le corps sans vie de Dara le monde s’était écrouler. Dara était une grande sœur pour lui, il avait passé leur enfance ensemble. Il réalisait qu’il ne verrait plus jamais son sourire, il aurait tant voulu qu’elle vienne le frapper et le gronder pour être aussi pessimiste. Il lâcha un soupire à cette pensée. Qu’est-ce qu’elle lui dirait de là-haut. « Lève ton cul de ce rocher et va voir ta famille, et arrête de t’apitoyer sur mon sort, sale petit ! » Cette fois ci il rit à gorge déployé tout en pleurant. Il se leva et se mit à crier en dirigeant son regard vers les étoiles.

Dans cette situation il ne connaissait qu’une personne qui serait capable de l’aider. Il prit alors son smartphone et fit défiler sa liste de contact et appuya sur « call », il patienta en entendant deux bip puis on décrocha.