Chapitre 5

par evangeline

Chapitre 5


J’avais passé presque toute ma nuit à osciller entre le sommeil et l’éveil entre rêve et cauchemar, oui car j’aurai espéré que ce que j’avais vu soit loin d’être réel toute ces choses que mes yeux ont vu m’aurait-elle autant traumatisé? Pourtant je cherchais encore à savoir. Les questions affluaient à une vitesse et un nombre beaucoup trop important pour que je ne puisse les supporter. Hier j’avais passé toute la journée enfermer dans ma chambre à tourner en rond, cette situation me donnait envie de m'arracher les cheveux, ma mère avait tenté plusieurs fois de me parler mais je préférais ne rien lui dire, elle eut tout de même la gentillesse de passer mon déjeuner sous la porte.


Finalement, après avoir usé le parquet à force de tourner en rond dans ma chambre je me disais que j’étais encore plus ronger par la curiosité que part la confusion et envoya un message.


- Retrouve moi devant le lycée à 10h et t'a intérêt à venir.

- Ok je serais là.


Je me rendis donc devant les grilles à 10h pile et effectivement il était déjà là, je l'emmenai donc sur une aire de jeux, pas loin histoire d’être tranquille, de toute façon aucun parent n'aurait laissé son enfant sortir par ce temps. Nous nous installâmes donc sur deux vielles balançoires qui grinçaient au vent. Un long silence s’installa jusqu'à ce que Chanyeol prenne la parole.


- Je croyais que tu ne voudrais jamais me revoir, que je te terrorisais.

- Et pourtant je suis là, devant toi. Il me répondit par un petit sourire en coin.

- Alors va falloir que tu m’explique tout en détail avant que ma cervelle explose.

- J’imagine que j’ai plus trop le choix.

Mon air grave avait dû sérieusement lui faire peur puisqu’il n’osait plus me regarder dans les yeux.

- Je commence par quoi ?

- T'es marrant toi parce que je suis sensée m’y connaître ?

- Nan, mais vaut mieux commencer petit à petit vu ce que tu as à encaisser.

- Croît moi en deux jours j’ai eu le temps d’y réfléchir sérieusement.


- Bien bah commençons par le commencement, tes yeux.

- Ah! Ça c'est la première étape de la transformation les pigments des yeux changent, certains vieux lycaons peuvent le contrôler mais souvent ils changent automatiquement de couleur selon nos humeurs puis après ça suit la déformation du corps et tu connais la suite. Je ne te cache pas que la première fois est assez douloureuses jme rappel ma première transformation c'était à mes treize ans. Les nouveaux lycanthropes sont initiés lors de leur première transformation ils doivent rester sous leur formes animales durant une semaine pour s’y habituer et survivre seul en territoire hostile, les parents doivent être prêts à perdre leur enfants à n’importe quel moment c'est la loi de la nature, seul les plus forts survivent. Le processus commence à la puberté, on a plus de force, nos humeurs changent plus facilement mais on apprend à contrôler ça au fils des années et les ainés sont là pour nous apprendre, après tout dépend de ta place dans la famille qui va aussi déterminer ta place dans la meute. Tu as du entendre parler des hiérarchies dans les meutes de loups et bien on a la même enfin presque.

il y a trois caste dans la meute : les gamma ,en bas de la pyramide social ,ils doivent se soumettre à tous les autres loups, ensuite les bêta qui sont au-dessus des gamma doivent être puissant et fidèle au chef de meute, un des bêta est souvent supérieur aux autres, c'est lui qui prendra la place de l'alpha en cas de problème, il possède une grande autorité et pour finir l'alpha qui est en tête de la hiérarchie, tous les autres loups doivent se soumettre à lui et lui obéirent en toute circonstance, il devient par la même occasion chef du village lorsque nous somme sous forme humaine et ils a tout droit sur sa meute.


- Et c'est quoi la tienne ?

- De quoi ?

- Bah de place dans la meute.

- C'est compliqué actuellement ...


- Ok …. Et l'odorat ?

- C’est sur on passe une bonne partie de notre vie à chasser donc ce sens est très développée même sous forme humaine.


- Et la télépathie ?

- Oh certains ont des aptitudes plus développés que d’autre je connais un mec qui peut persuader n'importe qui de faire ce qu'il lui demande c'est une histoire de phéromones ou je ne sais quel réaction chimiques mais la télépathie ça c’est juste un truc pour vous faire flipper ou vous faire croire qu'on est des gros psychopathes qui peuvent lire dans vos pensées!!! s’écria-t-il en s'égosillant.

- Ah oui c'est sûr, vous vous êtes des psychopathes tout court.

- Hein ??!!! Mais c'est pas vrai !!

- Venant de quelqu'un qui m’a épier de ma fenêtre, est ce que je suis sensée le prendre sérieusement?! Lui répondit-elle avec un air boudeur.

- C'était pas de ma faute il y avait de la lumière et je t’ai vu, j’ai pas pu résister.

- Mais en fait t'est juste un gros psychopathe ET un voyeur!!! Je comprends mieux et c'est quoi la prochaine étape le fétichisme, parce que compte pas sur moi!

- Mais attends, calme toi j’ai rien fait de mal à ce que je sache désolé si je t’ai surpris ce jour-là j’ai pas penser que ça t'aurai autant fait flipper.

- Et bah si! T’en rencontre pas tous les jours des bêtes aussi énormes par ici.

- Maiiieeeeuuuuh soit pas si méchante je fais attention à ma ligne ces temps-ci en plus je suis si gros que ça ? Dit-il en regardant son ventre.


Elle le regarda, soudain silencieuse et éclata de rire, il finit par la rejoindre dans son fou rire, ils ne pouvaient plus s’arrêter et finirent par être à bout de souffles tous les deux.

- Je crois que ça me suffit pour aujourd'hui, aha mon meilleur ami est un loup garou si un jour on m’avait dit que je dirai ça !!

- Ton meilleur ami ?

- Mais oui voyons, tu croyais que j’allais t'oublier juste parce qu’il t'arrive d’avoir une pilosité anormal les soirs de pleines lunes!

Nous rirent encore. Un silence paisible s'installa

- Merci d’être là Minha.

- Je serai toujours là lui répondis-elle en lui ébouriffant les cheveux.


Minha coupai le silence qui s'était installés.

- Et ta meute elle est où ?

- J’ai déserté mon village il y a maintenant deux ans. Le chef, mon grand-père voulait m’imposer ses choix pour mon avenir et ça je ne l’acceptais pas donc un jour je suis parti et je n’y suis pas retourné depuis.

- Et les autres ils ne te manquent pas un peu ?

- Oh si, chaque jour je pense à eux mais c'était ça ou rester piéger par des responsabilités pour le restant de mes jours.