Chapitre 1

par evangeline

Chapitre 1

- Ah je poussai un long soupir

C'était enfin le dernier jour des vacances d'octobre et qu'est-ce que je faisais ?

Eh bah des devoirs ! C'est les vacances me direz-vous alors pourquoi des devoirs ? Et bien parce que devant mes lacunes assez prononcées en sciences ma mère a eu la merveilleuse idée de me faire suivre des cours supplémentaires pour rattraper mon retard. J'ai eu beau essayer de la persuader en lui disant que le retard je l'ai depuis la naissance, rien n'y a fait et voilà pourquoi je suis à 22 h 30 sur un exercice de maths, on dit merci qui ? Cela faisait donc dix minutes que j'étais bloquée sur la même question et je m'écroulai finalement, tête contre mon bureau.


- Oh j’ai besoin d'une pause ou je vais court-circuiter là


Je décidais donc d'aller me désaltérer, je me baladais dans la cuisine en sirotant mon verre de soda calmement puis me postais devant la fenêtre. J'aimai bien regarder de ce côté de la forêt, il y avait cet effet bizarre la nuit comme si elle me happait comme quand on regarde le vide. Notre maison était juste à la lisière de la forêt donc la fenêtre donnait directement sur celle-ci, de nuit on n'y voyait pas grand-chose mais soudain, ils étaient. Deux grands yeux jaunes me scrutant, je restai figée pendant quelques secondes comme si le temps avait été en suspens. Je commençais à avoir la chair de poule et tous mes muscles étaient tendus au possible. Tout à coup ma mère entra dans la cuisine, étonnée je lâchai mon verre de soda qui vint s'écraser au sol dans un fracas assourdissant, le temps de me retourner et plus rien, ils avaient disparus.


Je me mis à fixer la vitre aveuglément en clignant des yeux jusqu'à ce que ma mère s'écrie :


- Minha fais attention regarde ce que tu as fait, ta maladresse nous perdra, s’écrit-elle en commençant à ramasser les bout de verres éparpillés sur le sol. Elle releva la tête et vis sa fille toujours scotchée sur la vitre.

- Maman, il y a des animaux dans la forêt à côté de chez nous ?

- Bien sûr, il doit y avoir quelques renards et peut être même des lapins, enfin je ne suis pas sûr mais pourquoi tu me pose cette question, arrête de rêvasser et aide moi plutôt à ramasser !

- Non mais je veux dire des gros animaux comme des ours ou même des loups !

- Mais bien sûr que non c'est une petite forêt ce n'est pas possible, dit-elle en souriant puis elle regarda sa fille d'un air inquiet, j'ai l'impression que tu as besoin de sommeil. Chérie arrête avec les révisions pour ce soir et va plutôt te reposer je m'occupe de ce carnage.

- Tu as sûrement raison je pense que j'en ai assez fait pour aujourd'hui, désolé maman je ne t'apporte que des soucis.

- Mais ne dis pas ça, va te coucher ça ira mieux demain.

- Bonne nuit.

- Bonne nuit ma chérie.


Ce soir-là j'avais bien vu quelque chose même si j'essayais de me persuader du contraire. Les sensations que j'avais ressenties à ce moment-là étaient bien trop réalistes pour qu'elles soient issues de mon imagination. Sur ces pensées je m'endormis calmement.


Cette nuit fut agitée, quelques bribes d'images me traversaient l'esprit rapidement sans que j'en comprenne le sens, tout était juste flou et confus. Le lendemain en me réveillant je me retrouvais complètement retournée dans mon lit, un pied sur l'oreiller et l'autre en travers du matelas. Je me demandais bien comment j'avais bien pu ne pas me réveiller dans une tel position, mais bon grâce à mon sommeil d'ours en plein milieu de son hibernation je ressemblais désormais à un épouvantail.


En descendant les escaliers je croisais ma mère qui venait également de se réveiller et je compris rapidement que je n'étais pas la seule à avoir mal dormit à en juger par les cernes qui se formaient sous ses yeux. Je me senti légèrement coupable, j'avais dû faire grincer les lattes de mon lit en bougeant cette nuit. Je lui envoya un de ces regards qui veut dire « c'est pas ma faute si je suis un boulet pardonne moi » elle me sourit en retour malgré son air fatigué et je compris que c'était déjà oublier.

Sur cette note réconfortante je descendis prendre mon petit déjeuner en vitesse, ce matin ce serait céréales. Je parti ensuite me préparer pour l'école, j'enfilais mon uniforme et me regardais rapidement dans le miroir, cet uniforme … qu'est ce qu'il était laid. Les couleurs de notre école étaient le jaune et le bleu, nos uniformes étaient donc accordés en conséquence ce qui fait que je ressemblais a un poussin géant quand je me baladais dans la rue. Minseok arrête pas de me répéter que c'est pas si terrible que ça et qu'on aurait pu avoir vert et orange comme l'académie de daegu mais ça ne suffit pas à me faire changer d'avis.

Minseok est mon meilleur ami, il est tout le temps optimiste et sourit tout le temps comme un idiot je le connais depuis la grande section de maternelle, depuis lors on ne s'est plus séparés. Ce qui m'attriste c'est qu'il ne sera pas là cette semaine (il me laisse seule le lâche) il a ses raisons je suppose, il prolonge ses vacances car il est parti en nouvelle Zélande. Une partie de sa famille vit là-bas apparemment mais c'est tout ce qu'il m'a dit et il a beaucoup de choses importantes à régler la bas donc je ne préfère pas m'en mêler. En parlant de famille ma mère adore Minseok, sûrement parce que lui est très doué pour les études contrairement à moi, elle croyait surement qu'avec les années il déteindrai sur moi mais rien n'y fait. J'imagine que je resterai un boulet toute ma vie ! En attendant qu'il revienne j'imagine que je vais devoir bosser rien, que cette pensée suffit à me déprimer.


Je fini de me préparer en trois coups de brosse et descendis en courant dans l'entrée, j'étais encore en retard, je passais en coup de vent prendre une tartine de nutella dans la cuisine et me précipita dehors pour avoir mon bus à temps. En ce mois d'octobre le vent commençait déjà à se lever, je me disais bien que j'aurai du mettre des collants ce matin. Voilà encore un inconvénient des uniformes, les jupes, déjà que je n'aime pas ça mais m'en faire porter toute l'année ça relève du crime ! Ils veulent nous faire attraper une pneumonie ou quoi ?!


J'arrivais finalement à l'arrêt de bus et dû courir après le véhicule pour le rattraper à temps, le chauffeur ayant l'habitude et surtout pitié de moi me laissa entrer. Voilà une journée qui commence super bien me dis-je à moi-même et cerise sur le gâteau je commençais par deux heures de maths. Autant tenter le suicide maintenant, seulement avant de commencer ce merveilleux cours on devait réorganiser les places de la classes j'avais complètement oublié ce vieux rituel inutile qui nous obligeait à changer de place à chaque rentrée, de toute façon la plupart s'arrangeait entre eux après la distribution.


Je me retrouvais donc à piocher un numéro dans l'urne et super dernier rang à côté de la fenêtre, ça faisait tellement longtemps que j'attendais de tomber sur cette place et Minseok n'était même pas là pour partager cette euphorie. Je trottinais donc vers ma nouvelle place m'attirant les regards noirs d'une bonne partie de la classe, en effet les places du fond étaient très prisées, pouvant notamment épargner un bon nombre d'heure de colle.

Bien entendu toute la classe avait compris que la place à côté de moi était réservée à Minseok car on faisait toujours en sorte que ce soit le cas.


Lorsque tout le monde s'était enfin installé, le prof commença son cours, j'étais soudainement très intéressée par ce qu'il se passait dehors. Seulement quelques minutes après que le cours ait commencé, quelqu'un frappa à la porte ce qui suffit à me sortir de ma rêverie. C'était un surveillant qui venait accompagner un nouvel élève.

- Il semblerait que nous ayons un nouvel arrivant, il s'adressa au nouveau venu, présente toi s'il te plait

- Bonjour à tous je suis Park Chanyeol j'espère pouvoir m'intégrer, prenez soin de moi.

Durant sa présentation nos regards se croisèrent, bizarrement il me disait quelque chose, j'avais l'impression de l'avoir déjà vu quelque part mais où ?

Il accompagna ses dires d'un sourire à faire pâlir la pub Colgate, les murmures commençaient à fuser dans la pièce et le prof reprit la parole.

- Bien tu n'as qu'à t'assoir … tiens à côté de Minha au fond.

- Mais monsieur j'avais gardé cette place pour Minseok.

- Je suis sûr que monsieur Kim pourra survivre un petit trimestre loin de vous.

La remarque engendra quelques rires.

- Bien monsieur Park si vous avez besoin de rattraper certains cours je suis sûr que mademoiselle Choi sera très heureuse de vous aider. Malheureusement je crains que vous ne deviez-vous débrouiller tout seul en science.

Deuxième rire de la classe. Je poussai un long soupir et jeta un regard noir au prof et aux pintades qui gloussaient.

- Salut !!

Trop occuper à bouder je n'avais même pas remarqué que le nouveau s'était déjà installé.

- Salut, répondis-je nonchalamment (oui j'ai toujours été très douée pour tisser des liens sociaux)

- Désolé si je dérange j'essaierai de me faire tout petit.

Je gloussai légèrement, ça risquait d'être difficile vu la taille de l'énergumène.

- Tu es quand même beaucoup mieux quand tu souri, dit-il en me souriant chaleureusement.

Je sentais mes joues rougir, mais qu'est ce qu'il m'arrivait. C'était vraiment pas le moment. Finalement les maths passèrent beaucoup plus vite que prévu, ce mec était un vrai moulin à parole mais il me faisait bien rire.