Chapitre onze: besotted.

par pixiear

Chapitre onze

b e s o t t ed



La musique éclatait. Elle rebondissait sur les murs et s'infiltrait dans l'air, tourbillonnant telle une tornade au cœur de la pièce. Les douze garçons soufflaient, expiraient, mouvaient leurs corps dans un rythme effarant et parfaitement synchronisé. C'était dur, d'être une idole. Mais ils tenaient le choc; parce que c'est ce qu'ils voulaient faire, ce qu'ils aimaient faire.


Byun Baekhyun avait enfin réintégré les répétitions. Alors, il se déchaînait, il donnait tout ce qu'il avait, parce que enfin il pourrait remonter sur scène; et ça l'électrifiait, ça lui donnait un second souffle. Parce que Byun Baekhyun aimait chanter et que c'était désormais son métier, celui qu'il avait lui-même choisit. Son propre choix et pas celui d'un autre.


Parce que toute sa vie avait été réglée en fonction de son enfance et il s'en rendait compte de jour en jour, d'heure en heure, tandis qu'il regardait Chanyeol du coin de l’œil à chaque fois qu'il se trouvait dans un périmètre assez proche pour qu'il puisse l'apercevoir. Et Baekhyun avait mal au cœur. Parce que Chanyeol lui manquait, parce que les flashs du passé se faisaient de plus en plus présent dans son esprit.


Parce qu'il avait besoin de lui tout comme Chanyeol avait eu besoin de lui.


- Ça fait du bien de te revoir parmi nous, tu sais! lança Jongdae en glissant son bras par-dessus ses épaules.


Baekhyun se crispa légèrement mais répondit tout de même d'un sourire en hochant la tête. L'autre fronça les sourcils mais n'ajouta rien, s'éloignant rejoindre Yixing qui se trouvait un peu plus loin. Le blond soupira et quitta la salle; l’entraînement était terminé. Il laissa ses pas le guider à travers les couloirs de l'agence, son sac sur le dos. Des brides de conversation entraient dans ses oreilles pour y ressortir immédiatement, trop dans sa bulle pour y faire attention. La dernière chorégraphie l'avait épuisé, il voulait tellement montrer aux autres qu'il n'avait pas perdu son énergie dû à son repos forcé qu'il ne l'avait pas bien dosé.


Ayant encore un peu de temps avant que le van ne vienne les chercher, il décida de passer par la machine à café, afin de se revigorer. Baekhyun n'aimait pas ça mais il en avait besoin si il ne voulait pas s'écrouler sur le sol et provoquer une émeute autour de lui. Personne faisait attention à lui et il préférait ça. Son gobelet rempli, il se rapprocha d'une table haute et s'écroula sur le siège, ses yeux cernés près à tomber sur la surface froide.


Le café était l'une des boissons favorites de Chanyeol.


Et cette pensée lui fit fermer les yeux tandis qu'un soupir lasse franchissait la barrière de ses lèvres rougit par la température de la boisson. Il grimaça lorsqu'il l'apporta à ses lèvres; il n'aimait vraiment pas ça.


Étrangement, il sentait quelque chose peser dans son dos, le broyer de l'intérieur. Sa peau brûlait et il comprit sans trop d'effort ce qu'il se passait. Ouvrant les yeux, il fixa avec force son gobelet pour s'empêcher de se retourner et d'affronter ce regard qui n'allait que le faire tomber un peu plus dans les limbes de l'obsession. Ses doigts se crispaient sur le plastique brûlant et il se mordit la lèvre d’agacement.


Contrairement à ce qu'il aurait pensé, Chanyeol ne l'évitait pas. Au contraire, ses regards se faisaient de plus en plus pesant, de plus en plus forcé et dur. Comme s'il essayait de se convaincre de quelque chose et que la seule manière d'atteindre son but était de fixer Baekhyun.


Le cœur de ce dernier s'affola lorsqu'il se rendit compte qu'il mourrait d'envie de se retourner et d'affronter ses pupilles d'acier gravées dans son dos. Mais il continua de boire son café comme si de rien était, comme s'il n'était pas entrain de sombrer intérieurement. Il sentait sa volonté flanchée au fil des jours, son muscle vital se tordre dans la douleur de la distance.


Connaissez-vous le manque ? Certain répondrait dans une définition pure et simple d'une sensation de vide occasionné par l'absence de quelque chose ou de quelqu'un. Mais savez-vous ce qu'est le vrai manque ? Le manque qui vous tue, celui qui vous grignote petit à petit jusqu'à ne laisser qu'une simple silhouette de vous-même. Celui qui vous monte à la gorge, qui vous coupe la respiration et en vient à poser la question de votre existence sur Terre. Suis-je encore capable de vivre ? Ma vie a-t-elle encore un sens si je suis privé de ce qui m'est le plus chère ?


Pesant, n'est-ce pas ? Mais la chose la plus dur est sûrement d'y résister. De passer à côté, de faire comme si il ne se passait rien, comme si votre être tout entier ne vous criait pas de combler le vide logé en son intérieur. Cet espace infime qui vous sépare de votre désir, cette envie de le combler et de s'y abandonner jusqu'à périr en lambeau.


Baekhyun sentit soudain quelque chose d'humide sur sa peau. Il n'aimait pas pleurer, il ne voulait pas pleurer, encore moins pour lui. Il essuya rageusement de sa main les quelques perles salées qui avaient coulées alors qu'il sentait sa poitrine se serrée. Suffocant, le blond pinça ses lèvres afin de contenir ses soubresauts. Il était dans un lieu publique, il n'aurait pas dû craquer. Pas maintenant, pas ici.


Il continua de passer avec furie les extrémités de son sweat sur ses joues rougies jusqu'à les érafler, les abîmer autant que son être tout entier l'était. Détruit, souillé.


Il avait même fait voler en éclat sa fierté masculine en s'abandonnant à Chanyeol.


Il l'avait laissé le prendre et il en avait honte. Mais le pire était qu'il aimait ça, le pire était que ça l'excitait de sentir l'autre aussi proche de lui, autant en fusion avec son propre corps.


Et ce baiser, ce besoin commun qu'ils avaient exploité, tiraillé, vidé. Il en voulait encore, il le voulait bien plus que le plaisir charnel. Ce dernier n'était qu'un plus tandis que les lèvres de Chanyeol s'étaient posés dans son esprit pour ne plus jamais le quitter, envenimant ses pensées les plus secrètes.


Baekhyun voulait crier, hurler, renverser la table, cracher à la vie qu'il n'avait pas demandé ça, qu'il n'avait pas voulu ça, qu'il n'avait rien fait pour mériter cette torture immonde.


Il avait mal au cœur, et il se demandait si Chanyeol ressentait les mêmes choses que lui, si ils partageaient les mêmes émotions, les mêmes envies. Depuis le début, il s'était persuadé que c'était le cas, que le plus grand ne pouvait que ressentir cette douleur lui aussi. Il voulait qu'il la ressente, Baekhyun voulait que Chanyeol souffre autant que lui souffrait.


Mais désormais, c'était différent. Il ne savait plus, ne comprenait plus. Et si il était le seul à être dans cet état ? Et si Chanyeol ne ressentait pas lui-aussi cette attirance, ce désir incontrôlable ? Alors Baekhyun serait le seul perdant de l'histoire et la seule fin plausible serait son propre abandon.


Les larmes toujours au coin des yeux, le blond respirait fort, tentant désespérément de calmer les pulsations de son cœur déchiré. Les manches de son sweat trop grand cachaient ses poings serrés par la haine alors qu'il continuait de les passer sur ses yeux. Ça commençait à lui faire mal mais il n'y fit pas attention, aucune douleur ne pourrait être pire que son manque improbable qu'il ressentait pour son grand ami d'autrefois.


Soudain, il vit quelque chose passer devant ses yeux. Baekhyun sursauta en entendant le bruit de papier froissé atterrir dans un coin de sa table. Reconnaissant l'objet, il écarquilla les yeux et les releva pour apercevoir son origine. Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu'il tomba sur les yeux rougis du bourreau de son esprit. Son regard triste ne frôla qu'une simple seconde celui désespéré de Baekhyun avant qu'il ne s'en aille à grand pas vers la sortie la plus proche. Mais cela avait suffit pour faire exploser le cœur du petit blond en mille morceaux flamboyants.


Il resta pétrifié un instant, tiraillé entre l'image des yeux larmoyants de Chanyeol et celle de sa silhouette quittant la pièce. La respiration coupée, il passa longuement son regard sur la porte puis sur l'objet qui lui avait été lancé. Baekhyun fit quelques aller-retour entre les deux avant de finalement oser prendre le sachet dans sa main. Son poings trop longtemps serré lui fit mal lorsqu'il déploya ses doigts mais il n'y fit pas attention, tout comme il ne fit pas attention au regard perdu de Kyungsoo un peu plus loin.


Le blond observa longuement le sachet. Des mouchoirs. Chanyeol lui avait lancé des mouchoirs. Pourquoi ? Pourquoi avait-il eût cette attention envers lui ?


Et pourquoi ses yeux semblaient-ils avoir été rongés par les larmes ?



Kim Jongin s'inquiétait énormément pour son ami depuis la fois où il l'avait vu s'effondrer dans ses bras quelques nuits plus tôt. Ça l'intriguait car jamais il n'avait vu Byun Baekhyun aussi faible et inoffensif. Il avait essayé de lui en parler, de comprendre, de l'aider, mais à chaque fois il s'était fait rejeter. Il voyait que Kyungsoo s'inquiétait également, alors il avait essayé d'engager ce sujet avec lui, seulement ce dernier semblait étrangement pensif ces derniers temps.


Et quelques choses le titillait. Une sensation, un quelque chose qui n'allait pas. Un changement, une atmosphère différente. Il n'arrivait juste pas à mettre le doigt dessus. A part Baekhyun et Chanyeol qui semblaient au plus bas ces temps-ci, tout le monde vaquaient aux mêmes occupations.


Mais ça n'allait pas. Il manquait quelques choses.


Et finalement, Kim Jongin le comprit lorsqu'il vit Baekhyun barrer involontairement le chemin à Chanyeol qui voulait entrer dans le salon. Il les vit se regarder mais aucuns mots ne fût échanger avant que le plus petit ne finisse par s'écarter pour laisser passer l'autre.


Rien. Il ne s'était rien passer, seul le silence avait été maître de cet échange.


Aucune dispute, aucune provocation, aucune haine.


Byun Baekhyun et Park Chanyeol s'ignoraient comme des fantômes errants.


Et il ne savait pas si il devait s'en réjouir ou s’inquiéter encore un peu plus.



- Chanyeol ?


Le grand brun se trouvait assis sur son lit en tailleur, guitare en main. Il grattait quelques accords à la recherche d'une bonne mélodie, plus pour oublier que pour réellement composer. La musique avait toujours été un bon moyen d’échappatoire pour lui; se concentrer uniquement sur les notes et seulement sur les notes. Lorsque Kyungsoo referma doucement la porte de la petite pièce, il hésita un instant avant de finalement se lancer sous le regard suspicieux et fatigué de Chanyeol.


- J'aimerai te parler de Baekhyun, lâcha-t-il d'une traite avant de venir s'asseoir sur son propre lit.


Le plus grand sentit son cœur s'emballer à ce nom et serra un peu trop fort le manche de sa guitare acoustique, ce qui n'échappa pas aux yeux de l'autre.


- Pas envie, souffla Chanyeol pour seule réponse avant de commencer à jouer un morceau aléatoire, dans le but secret d'obliger Kyungsoo à lâcher l'affaire.


Mais celui-ci ne comptait pas s'arrêter à ça.


- Il n'a pas l'air bien ces temps-ci et-


- Qu'est-ce que c'est censé me faire ?


- Et toi non plus, finit tout de même le petit brun, ignorant le grand qui l'avait pourtant coupé sèchement.


Chanyeol ferma les yeux un instant, contrôlant tant bien que mal la colère qui commençait à s'insinuer dans le creux de ses veines. Il n'aimait pas qu'on se mêle de ses affaires avec Baekhyun, il n'aimait vraiment pas ça.


Bien sûr qu'il savait que Baekhyun n'allait pas bien ces temps-ci, ça crevait les yeux qu'il ne dormait plus et que quelques choses semblait lui bouffer l'esprit. Mais en quoi ça le concernait désormais ? Il ne pouvait pas s’inquiéter, il ne voulait pas s’inquiéter. Sa rancœur envers le blond était bien trop forte, bien trop ancrée en lui pour qu'il ne puisse ne serait-ce que faire attention à lui.


Baekhyun l'avait jeté, piétiné, ignoré comme s'il n'était rien. Comme s'il n'y avait jamais rien eût entre eux. Et il continu de le rejeter encore aujourd'hui, comment Chanyeol ne pourrait ne serait-ce que ressentir autre chose que de la haine envers lui ?


Il lui en veut. Il lui en veut tellement de les avoir brisé de cette manière.


Et il aimerait juste le faire sortir de son esprit. Parce que ça le ronge, le tiraille et que malgré lui, Baekhyun n'est rien d'autre que le centre de toute sa vie.


- Chanyeol, qu'est-ce que tu ressens pour lui ?


La question lui arracha un frisson. Ses poils se hérissèrent et son muscle vitale pulsa tellement fort dans sa poitrine qu'il douta que Kyungsoo puisse l'entendre. C'était la question qu'il redoutait, une question qu'il n'avait jamais réellement osé se poser à lui-même. Il y avait toujours eût quelques choses entre eux, quelques choses de différent, un quelque chose en plus. Ce n'était pas une simple amitié et Chanyeol s'en était rendu compte très tôt. Et il était persuadé que Baekhyun aussi. Seulement, aucun des deux n'avait jamais réussit à mettre un mot dessus.


Chanyeol avait toujours eu besoin de Baekhyun bien plus que n'importe qui. Ils s'étaient embrassés tous les deux et chacun avait mit ça sur le compte de l'attirance. Tout comme leur première fois. Et le plus grands frissonnait toujours a cette pensée. Un désir inassouvi ? De la frustration ? Peut-être que tous les deux s'étaient retrouvés en manque ce jour-là et que la trop forte quantité de haine dans l'air les avait irrémédiablement rapproché.


La haine est un aimant. Détester une personne d'une manière si forte qu'on finit par ne plus penser qu'à elle. C'est un cercle vicieux, une forme d'attirance malsaine.


- Je ne ressens rien pour lui, Chanyeol finit par répondre d'une voix enrouée.


- Vraiment?


- Qu'est-ce que tu insinues, Kyungsoo ?


L'intéressé sembla réfléchir un instant, les sourcils froncés. Peut-être aurait-il fallut qu'il ne soit pas aussi direct et qu'il passe par plusieurs chemin avant de venir à son but premier. Il haussa finalement les épaules et soupira:


- Rien, rien du tout.


Avant de s'allonger de tout son long sur son lit, fixant le plafond lascivement.


Il n'arrivait décidément pas à les comprendre.


Mais il restait persuadé qu'il ne connaissait même pas un dixième de leur histoire.


- Il… de la rancœur, voilà ce que je ressens pour lui.


Kyungsoo sursauta à l'entente de cette phrase, persuadé d'avoir clôturé le sujet. Il tourna la tête en direction d'un Chanyeol au regard fuyant, sceptique.


- Qu'est-ce que tu veux dire ?


- Il n'a pas su faire ce qu'il fallait quand il le fallait. Je lui en veux pour ça puisque maintenant, on en paie tous les deux les conséquences.


- Chanyeol, de quoi tu parles ?


Ce dernier soupira, passant une main dans ses cheveux.


- Laisse tomber.


Puis il sortit de la pièce, abandonnant un Kyungsoo encore plus perdu qu'avant. De quoi parlait-il ?


Et lorsque Chanyeol claqua la porte derrière lui, il tomba nez à nez avec un Baekhyun aux yeux écarquillés. Ce dernier n'était pas du genre à écouter au porte, mais quand il avait entendu son nom prononcé par Kyungsoo, il n'avait pas pu s'empêcher de s'approcher silencieusement, juste assez pour entendre ce qui se racontait à l'intérieur.


Et maintenant, avant même qu'il n'ait eu le temps de repenser aux paroles de Chanyeol, voilà qu'il se retrouvait planté en face de lui, pétrifié.


Trop proche.


La peur envahie le bas de son ventre lorsqu'il sentit le regard venimeux de Chanyeol sur sa peau, le fixant sans rien dire. Il décida de faire de même, de remonter son regard et de le regarder haineusement à son tour, même si il ne ressentait en rien ce sentiment à l'instant même.


Tout n'était que peur, incompréhension et panique de le voir si près de lui, de le sentir si près de lui.


Mais il réussit tout de même à se construire un regard noir qu'il planta dans celui tout aussi sombre de Chanyeol. Seulement, il ne s'attendait pas à ce que celui-ci ricane et ne pousse son front du bout de son index pour le faire reculer.


- Ne me regarde pas de cette façon si ce n'est qu'une couverture. Arrête de te cacher, Baek.


Il partit sur ses mots, sans un seul regard de plus pour le plus petit. Celui-ci ne comprenait pas ce qu'il se passait, c'était comme si la situation lui avait filée entre les doigts. Alors sans réfléchir, il cria pour que Chanyeol puisse l'entendre à l'autre bout du couloir:


- Des mouchoirs ? Vraiment ?


Le plus grand tressaillit mais ne s'arrêta pas, fermant les yeux un instant avant de soupirer et de finalement atteindre le salon où une grande partit du groupe se trouvait.


Baekhyun rigola nerveusement. L'esprit embué par tous ses sentiments contradictoires qui l'attaquaient, déferlant sur son cœur comme une vague empoisonnée. Ses poings se serraient et se desserraient et désormais, il pouvait sentir la vraie colère monter en lui.


Pourquoi c'était si compliqué ?


Pourquoi a-t-il fallut que tu sois un mec ?


Ces mots lui revinrent en tête comme un coup de poing au cœur.


Pourquoi a-t-il fallut qu'ils soient tous les deux des hommes ?


Alors tout ça n'aurait jamais eu lieu.


Et alors peut-être qu'ils ne se serraient jamais rencontrés.



Deux nuits plus tard, Byun Baekhyun repensait toujours à ce moment, aux mots de Chanyeol; ceux qu'il avait prononcé pour Kyungsoo et ceux qui lui était destiné.


Il n'a pas su faire ce qu'il fallait quand il le fallait.


Que voulait-il dire par là?


Ne me regarde pas de cette façon si ce n'est qu'une couverture.


Pourquoi Chanyeol arrivait-il a lire avec tant de facilité dans son esprit ? Comment arrivait-t-il a deviner ce qu'il pensait, ce qu'il ressentait ? Et pourquoi Baekhyun était-il capable de faire de même ?


Ce dernier souffla d'inconfort, tournant et tournant encore dans le creux de son lit.


Ses lèvres. Il avait besoin de ses lèvres.


Sa peau. Il avait besoin de sa peau.


Son odeur. Il avait besoin de sentir son odeur.


Ses lèvres. Ses lèvres. Ses lèvres.


Baekhyun grogna dans son oreiller. Le manque devenait intenable et sa barrière cédait, elle fondait comme de la glace sous la chaleur de son cœur ardent. Agacé de ne pas trouver le sommeil une nouvelle fois, il releva son buste afin de se retrouver en position assise entre les draps. Mais son estomac fit un tour sur lui-même lorsqu'il aperçu des ombres de pas derrière la porte, éclairé par la faible lueur de la lune qui devait avoir envahie l'espace de ses rayons.


Baekhyun se rallongea brusquement, les yeux grands ouverts, lorsqu'il entendit la poignée grincer. Ça ne pouvait pas être Jongin puisque celui-ci ronflait doucement sur le lit voisin. Il ferma les yeux, le plus légèrement possible pour qu'il ait l'air de dormir à points fermés tandis que des pas s'avançaient dans le milieu de la chambre et, contre toute attente, vers son lit.


Il sentit le matelas s'affaisser, tandis qu'une autre respiration se mêlait à l'air de la pièce.


La respiration coupée, il attendit.


Si Baekhyun avait ouvert les yeux, il aurait pu voir un Chanyeol au regard triste. Si il avait ouvert les yeux, il aurait vu cette main se lever dans l'espoir de venir frôler sa joue du bout des doigts. Il aurait pu voir Chanyeol hésiter, Chanyeol se renfrogner et se rembrunir. Il l'aurait vu froncer les sourcils d'inquiétude tandis qu'il tenait toujours sa main dans les airs, en attente de contact, toujours à une certaine distance de son but.


Peut-être aurait-il pu aussi sentir le cœur vibrant dans la poitrine du brun. Sentir son souffle s’accélérer tandis qu'il parcourait chaque trait du visage de Baekhyun de ses yeux hagards. Et si celui-ci avait tendu un peu plus l'oreille, peut-être aurait-il entendu le léger soupire franchir les lèvres de Chanyeol tandis qu'il se levait et sortait de la pièce, comme une plume dans la douceur de l'hiver. Il aurait vu ses poings serrés, ses épaules voûtés, ses traits tirés.


Et alors, peut-être qu'il aurait compris qu'il manquait à Chanyeol autant que Chanyeol lui manquait.


Et si Byun Baekhyun avait ouvert les yeux, peut-être aurait-il aperçu cette petite lueur fluette d'un sentiment caché et enfouis dans le fond des pupilles brûlante de Park Chanyeol.


Mais le si ne vint pas et laissa dans l'espace un échantillon de peur recouvrant la totalité des rayons lunaires, changeant leur beauté d'une noirceur dévêtu d'espoir.