Chapitre 9

par Scare.

Chapitre 9

[ point de vu de Suho ]

« Reste…Tu me dois bien ça. »

Je la regardai, ses yeux me transperçaient. Je hochai la tête avec un sourire chaleureux. Elle se recula et tapota doucement le devant du canapé. Je m’allongeais face à elle et entourai délicatement ses épaules avant de poser sa tête au creux de mes bras. Comme avant… Je fermai les yeux et caressai ses cheveux. Je sentais son souffle chaud et régulier sur mon torse, elle était près de moi, si près. Le fait qu’elle puisse disparaître me paraissait maintenant impossible, nous sommes tellement heureux que fuir cette bulle de douceur serait tout simplement idiot. Un sentiment d’immense légèreté m’envahi et je sombrai petit à petit dans un sommeil paisible.

[ point de vu de Sun’]

J’immergeai doucement de mon réveil et touchai la place à côté de moi. Vide. Je me redressai d’un seul coup et regardai frénétiquement dans la pièce. Où est-il ? Parti ? Non pas maintenant, il ne peut pas faire ça ! La panique me prit, je me levai et courrai vers la cuisine. J’arrivai dans la petite pièce et m’arrêtai brusquement, inconsciemment de minuscules larmes étaient venues sur mes joues et continuaient de couler. Pourquoi suis-je comme ça ? Je devrai lui en vouloir, le détester…mais je continuai à m’accrocher pitoyablement à lui comme ça.

« Sun Hee ? Pou…pourquoi pleures-tu ?

-J’ai..j’ai cru que tu étais parti…

Je sentai soudainement ses bras se refermer sur mon corps. Je sentais son souffle sur mon oreille, ce n’était pas désagréable…

-Désolé…je ne recommencerai plus. »

Nous sommes restés longtemps comme ça, à nous enlacer comme si cette étreinte allait effacer toute la souffrance, toute la haine que je n’arrivai pas à enlever de mes épaules pourtant si maigres. Je suis tellement désolée pour toi…Suho ne m’en veux pas, ne t’en veux pas. Ce n’est pas de ta faute si tout ton amour ne peux pas effacer toutes ces choses noires…Tu cesses de t’excuser mais au final je suis celle qui te doit le plus d’excuses, tu as fait tellement de choses pour moi…Tu m’as aidé à comprendre le monde qui m’entourait, à avoir espoir, tu m’as fait redevenir comme j’étais avant…Tellement de choses que tu as faites pour moi sans t’en rendre compte, et moi au final je n’ai rien pu te donner en retour…Maintenant tu te sens tellement coupable, tout ça par ma faute…Finalement maintenant la seule chose que je pourrai faire pour toi serait de te pardonner et de rester à tes côtés.

Un crissement de pneus nous sortis de nos rêveries. Je me dégageai et allai voir à la fenêtre d’où provenait ce son. Les phares de la voiture m’aveuglaient quand je vis une ombre passer précipitamment devant la lumière. De forts coups se firent entendre à la porte, Suho alla ouvrir et une expression perplexe s’afficha sur son visage pourtant paisible il y a encore peu.

Le manager Kim déboula dans l’entrée, son téléphone à l’oreille, ses traits étaient durs et son interlocuteur semblait l’agacer. Je regardai Suho lui aussi soucieux de la situation. Manager Kim criait presque au téléphone.

« Oui je vais le ramener ! Oui j’ai compris ! Arrêtez de crier ! Non je ne crie pas ! C’est ça à tout de suite ! »

Il raccrocha et se tourna vers Suho et moi. Nous faisions tous les deux de gros yeux au manager qui était d’habitude si calme et posé. Je sentis Suho se rapprocher et me prendre délicatement la main, il tentait de cacher son anxiété mais sa main était moite et trahissait son état d’esprit. Nous regardâmes le manager. Il avait l’air très embêté et ne cessait de jeter des coups d’œil nerveux tantôt vers moi, tantôt vers Suho. Il ne cessait de prendre de grandes inspirations et de se frotter le visage. Mes phalanges commençaient à blanchir tellement je serrai la main de Suho. Je ne voulais pas lui faire mal mais c’était la seule solution que j’ai pu trouver afin d’éviter de partir en courant tant j’avais un mauvais pressentiment. Le manager Kim prit enfin la parole.

« Désolé...je vous avais promis des vacances mais il faut croire que les promesses ce n’est pas pour moi ! Sun-Hee excuse-moi mais on va devoir rentrer, tous les trois…Suho ton manager est furieux, il faut à tout prix que tu retournes dans ton dortoir… Encore désolé…préparez vos affaires on part le plus vite possible. 

Je lâchai la main de Suho et parti en direction de la chambre lorsque j’entendis Suho, plein de conviction.

-J’emmène Sun’ au dortoir ! »