Chapitre 6

par Scare.

Chapitre 6



[ point de vue de Suho ]


Après cette semaine chargée attendre me paraît quelque chose d'impossible. Dès que j'avais su qu'elle partait je n'ai pas pu m'empêcher de la suivre, je ne me suis pas posé de question. Je l'ai juste suivie. Je me retrouve maintenant coincée dans une maison perdue au milieu de nulle part à attendre désespérément quelqu'un qui ne viendra sûrement jamais...


Je me pose tellement de questions depuis le scandale...La question la plus persistante reste celle où je me demande pourquoi je l'ai laissée seule à un moment pareil. Je me dis que ça doit sûrement être à cause de ma culpabilité... J'avais peur de voir de mes propres yeux à quel point elle me déteste. A ce moment-là je m'en voulais tellement de l'avoir entraînée dans cette histoire surtout que tout empirait, les gens l'ont vite désignée comme la méchante fille m'ayant ensorcelée... On a passé son temps à la blâmer, à l'insulter, à lui en vouloir pour une erreur qu'elle n'avait pas commise...


Deux heures d'attentes. C'est tellement lent, je m'en veux un peu plus à chaque minute je me dis que je l'ai perdue. Je perds espoir. Je suis tellement impatient et en même temps tellement effrayé... Rester immobile ne m'aide pas vraiment à garder mon calme, je décide d'aller prendre une douche en attendant. Je me lève et je me retrouve ébloui par un éclat à la vitre. Je me tourne et aperçois des phares braqués sur la maison. Mon cœur fait un bond. Il s'accélère. Les phares s'éteignent. Je prends mon manteau et sort précipitamment de la maison. Je la vois sortir de la voiture. Elle est si pâle, si maigre... Le poids de ma culpabilité augmente de nouveau. Elle me déteste sûrement, elle ne me pardonnera jamais. Finalement je me dis que venir était une erreur. J'ai soudainement honte. Je baisse la tête et observe la neige briller sous la lune puis fondre sous mes pas. J’entends le moteur se rallumer et remonte vivement la tête. Elle ne peut pas partir !

Je me retrouve face à elle. Elle a dû s'approcher... Le manager sort la tête de la portière :

"Je vais acheter quelques trucs. En attendant essayer de discuter..."

Il rentre la tête et part en nous laissant. Seuls après l'enfer...


Après que les feux de la voiture aient été invisibles je me tourne vers elle. Ses yeux sont tellement sombres. Tellement haineux. Je frissonne et ... Une gifle. Le coup a été si violent et si inattendu que j'en ai le souffle coupé. Le paysage devient flou et mes larmes commencent à monter. Je ne lui en veux pas, c'était justifié. Ça fait mal...mal au cœur...tellement mal... Je remonte lentement la tête. J'appréhende un deuxième coup...qui ne vient finalement pas. Son regard porte tant de tristesse...de souffrance... Je m'approche d'elle. Un peu plus près. Elle me fixe avec ses yeux remplis de tristesse dans lesquels je ne vois aucun reproche, de minuscules perles s'en échappent avant de tombées sur son visage affaibli par tant de reproches. Ses sanglots sont doux et ne demande qu'à être écouté, c'est ce que j'ai toujours ressenti... Ce besoin d'écoute...juste ça. Ses lèvres commencent à bleuirent. J'enlève mon manteau et le lui dépose délicatement sur ses épaules devenues frêles et l'emmène vers la maison. Sur le seuil elle s'arrête fermement. Je la regarde et la revoie. La haine. Sun-Hee ferme les yeux et son visage se crispe. Elle rouvre les yeux. Je m'attends au deuxième coup que je n'ai pas reçu tout à l'heure mais finalement ce qu'elle me dit me fit bien plus mal...