Chapitre 1

par Scare.

Chapitre 1


1 semaine…1 semaine que je suis sûrement la personne la plus haïe du monde ou du moins de Corée...


Cela fait 4 ans que je suis idole, 7 ans que je travaille jusqu'à ce que le soleil se lève pour annoncer une nouvelle journée et 1 semaine que tout s'est écroulé...

Je me sens étouffée, tous ces photographes, ces injures, ces regards haineux...toute cette haine pour une seule personne. Et leur seule idée était une conférence ! Comme si me faire asseoir sur une chaise pour qu'on me dise que j'ai brisé le cœur de millions d'adolescentes, qu'on me reproche d'avoir des sentiments, de me comporter comme une humaine allait changer les choses.

En rentrant on me reprochera encore de m'être enfuie, que ça ne va faire qu'empirer les choses, qu'on ne va que plus me détester même si je pense que l’être plus qu’actuellement est tout simplement impossible car peu importe ce que je fais tout empire et je fini toujours par fuir... Fuir quoi? La haine? Le présent? Moi-même? Oui sûrement moi-même... On ne peut pas fuir éternellement il faudra bien que j'affronte la réalité mais je ne peux pas, je ne suis pas assez forte...

Je ne suis qu'une humaine, il faut croire que le masque d'idole vous colle à la peau dès qu'on vous le met, qu'à partir de là tout s'arrête...vous n'êtes plus qu'un robot, une machine à fric, un corps sans âme, sans sentiments...


Vous êtes vidé de toute humanité.


Il fait froid, la neige recouvre le sol. Tout est blanc, tout brille... Tout est calme, auparavant ce silence m'effrayait, l’agitation était devenue mon quotidien et m’en éloigner c’était aller vers l’inconnu. Maintenant le calme m'apaise, me rassure presque.

Je me retrouve sur un des ponts près du fleuve Han, je ferme doucement les yeux, je me vide... J'entends l'eau couler, des voix lointaines, sûrement des personnes dans un restaurant, des bruits de pas... J'ai tellement de choses dans ma tête, en tant qu'idole je n'ai pas le droit de faire le vide, je devrais penser à mon manager qui doit sûrement essayer de me joindre avant de s'apercevoir que je n'ai pas pris mon téléphone dans ma fuite pour finalement essayer de réparer ma gaffe et raisonner les journalistes en leurs disant que j'ai eu une journée difficile et que j'ai eu un trop plein d'émotions...Un trop plein d'émotions, si seulement ils savaient ce que je ressens vraiment peut-être qu'ils s'acharneraient moins sur moi. Avant, mon frère les comparaient à des vampires assoiffés de sang cherchant désespérément à détruire leurs victimes avant de leurs voler tous leurs souvenirs. Il est mort il y a 3 ans d'un cancer, je ne l'ai jamais vraiment accepté...personne ne connait son existence car c'est mon frère et je suis la seule qui ai le droit de lui prendre ses souvenirs, la seule à avoir le droit de lui demander ce qu'il pense de moi... Ils n'ont pas le droit de me le prendre...


Enfin seule une personne connait son existence...LUI.