Chapitre 1

par Miss manuella

Luhan aimait Anna, Anna aimait Luhan xiumin lui …. l’ai détestait

Enfin c’est ce que chacun d'eux croient dure comme fer, sans avoir que la réalité pouvait les dépasser.


Lundi 21 juin


Encore une fois je mettait lever en retard, encore une fois je m'étais précipité vers l'arrêt de bus et encore une fois je l'avais raté. Essoufflé je m'écroule sur le banc en regardant l’heure qu’affichait ma montre accrochait à mon poignet.


Je roule des yeux fatigué en reconnaissant cette voix, je décide de me lever du banc pour éviter tout contact.


J’ouvre grand mes yeux surpris et mon cœur rate un battement juste en sentant sa mains sur moi, d’un geste brusque je retire ma mains de son emprise en hurlant un ” lache moi”! Il se met à rigoler puis me plaque contre la vitre arrière de l'arrêt de bus.



-Tu fais trop le malin Minseok, tu sais ce que j’aime pas chez toi ? Tu fais trop le mec alors que t'es une putain de tapette comme tous les autres couillons, tu veux pas faire comme les autres et ça m’énerve au plus haut point ! S’énerver l’ados en resserrant toujours son emprise

Pour une fois j’étais d’accord avec cette attardé mentale, alors si il y a bien une chose qui m’empoisonnai c’était ma fierté, combien de fois m’étais je retrouvé à poil dans les vestiaires à cause de ce mec, combien de fois m’avait -il volé mes affaires de cours mes montres, mon porte monnaie. Combien de fois m’avait-il humilié devant tout le lycée, je ne pourrais même pas compter, mais ce que je sais c’est qu'à chaque fois que je me retrouvé dans ce genre situation humiliante comme en ce moment même je ne me gênait surtout pas pour l’insulter. Me tabasser rien à foutre ça ne m’enlèvera pas ma grosse bouche, c’était vital pour moi d’avoir le dernier mot, me battre contre lui ? Jamais ! C’est faibles qui utilisent leurs point, vous me direz mais « on répond au imbécile par le silence Minseok ! » Pas chez moi !

- Rien à foutre Jackson ! Va te faire enculer !

Il se mit à rire tellement il était habitué, à entendre ce genre de réflexion de ma part et à chaque fois c’était la même chose il se mettait à rire et commencer à s’acharner sur moi en me martelant de coup de poing dans le ventre car oui il savait que s'il touchait à mon visage, il risquerait d’avoir de gros problèmes. Le premiers partit en plein milieu de mon abdomen, un cris étouffé sortit de ma bouche tellement le coups que je venais de recevoir était violent, trop douloureux je m’écroula à genou.

- Excuse-toi ! Me dit-il en rage

- Plutôt crever ! Réussis je à dire tout en me tenant le ventre

- Bonjour ! Dit une voix derrière nous

Je me retourne en même de temps que Jackson, un homme ou un jeune homme blond j’en sais trop rien se tenait devant nous tout souriant les mains dans les poche il s’approcha de Jackson.

- Tu devrais arrêter avant que le bus arrive !

- De quoi j'me mêle ! Hurla-t-il

- Oh calme ! Vu vos uniforme je pense que vous vous rendez au lycée? ! Moi je me rends au commissariat de police, je travaille la bas à moins que rester derrière des barreaux en compagnie d’ivrogne et de voleur te plaise je te conseil d’arrêter.

Jackson fit un pas en arrière, il me fixa puis fixa l’homme avant de déguerpir en courant de l’autre côté du trottoir. L’homme se mit à pouffer de rire, je décide de me lever car le bus allait bientôt arriver, mais la douleur était trop forte je grimace de douleur.

- Besoin d’aide ? Me dit-il en dirigeant sa main vers moi pour m’aider à me relever

Je le toise du regard avant de me lever sans son aide je prends mon sac et retourne m'asseoir sur le banc de l’abri de bus.

- Même pas un merci ! ? Me dit-il en s’asseyant à côté de moi

Etait-il sérieux ? Je n’étais pas du tout d’humeur à plaisanter, mon ventre me faisait atrocement mal, et puis quoi encore remercier qui ? Pour quoi ? J’ai toujours mal au ventre à moins qu’il n’est une solution pour faire disparaître la douleur directement je ne vois pas pourquoi je devrais le remercier. Pour me sentir encore plus pitoyable, encore plus minable encore plus faible, JAMAIS! Et encore une fois les morts sorti tout seul


Il se mit à rire rien encore une fois avant de me tapoter le dos légèrement, j’ouvre grand mes yeux avant de tourner ma tête vers sa direction, il a toujours ce fichu sourire accroché.


Puis il partit sans rien rajouter de plus, j'étais un peu perdu c'était je crois la première fois que je rencontrais un type comme lui en temps normal la personne m'aurait insulté ou je ne sais quoi après ça, mais là non il s'était juste contenté de sourire. Tellement en colère j’avais décidé de ne pas me rendre en cours.

J’étais surtout rentré, car je savais surtout que je n’aurais de compte a rendre a personne du moins jusqu’à ce soir. A cette heure si la maison était vide donc je n’avais pas à m’inquiéter enfin c’est ce que je croyais avant que je n’aperçois ma sœur avachi sur le canapé elle me toisa du regard avant de replonger ses yeux devant l’écran de son ordinateur.

- Qu’est-ce que tu fais la ? Me demanda-t-elle la bouche pleine

- …

- Hé ho je te parle ! Tes sourds?

- Je ne me sens pas bien.. Marmonnais je

- Tss mensonge, non sérieusement pourquoi tes la ?


Oh alala mais qu’elle est insupportable celle la, qu’est ce que j’aurais pas donné pour être fils unique parfois je me demande. Après 19 ans de vie communes elle n’a toujours pas enregistré dans sa minuscule cervelle que je n’aimais pas m’expliquer me justifier! Elle s’avance vers moi et commence à tourner tout autour de moi comme si je cachais quelque chose puis sans prévenir elle me saute dessus instinctivement je sers mon ventre avec mes bras de peur qu’elle appuie sur mes abdomen encore douloureux.



Je me précipite dans ma chambre et m’enferme à double tour, j'étais resté tout la journée blotti dans mon lit refusant tout contact avec l'extérieur. Vers 21 heures mon portable se mit à sonner. C'était un message de Anna.


De: Anna.


Je n’ai qu’une seul parole Xiu! Demain je vais choper le ou les personnes qui ton fait sa !


Ma soeur était idiote mais ce qui est sure c’est qu’elle avait qu'une seul parole!


Mardi 22 juin

Je traversais l'angle de la rue pour arriver l'arrêt de bus quand je la vie toujours avec ce sourire débile collé au visage. Elle était vraiment venu, alors ça non je refusait d'être encore plus humilié comme si j’avais besoin de ça comme si j'étais pas assé pitoyable comme ça. Je fit demi tour, fatigué de devoir supporter ce genre d'enfantillage, elle hurle mon nom et se met a courir vers moi.



Anna se fige et ne prononce plus aucun mot s'arrêtent en plein milieu du trottoir, j’en profite pour accélérer le pat. Je savais comment la blesser, je connaissais ses points faibles je lisais en elle comme d’en un livre ouvert. Derrière ce caractère fort se cache une fille sensible il suffisait juste de lui sortir de trois mots blessants pour la calmer c'était ma technique et je n'avais aucun remord à le faire car c’est elle, elle qui venait en permanence vers moi qui voulait tout connaître de moi alors que je ne me confiait à personne, elle le savait mais elle avait toujours ce petit espoir qu’un jour je m’ouvre à elle que je décide de lui faire confiance. Elle était tellement pitoyable naïf, gentille, tellement gentille que sa m'écoeurer.




Instinctivement je me retourne en cherchant ma soeur du regard, elle n’est pas la heureusement. Je décide de reprendre ma route comme si de rien n'était mais Jackson ne l’entend pas de cette oreille. Mais c’est qui les tenace ce merdeux, il me prend par le col et me plaque contre l’arbre le plus proche. Il me hurle dessus comme à son habitude, comme si tout ce qu’il lui arrivait était de ma faute comme si j'étais la source a tout ses problèmes.




Quand tout à coup sorti de nulle part arrive le blond de l’arrêt de bus je n’ai pas le temps de dire quoi que soit que Jackson se fait projeter au sol. Je sursaute de peur et me retourne Anna était devant moi, tout passa extrêmement vite elle sauta sur Jackson encore assommé par le coup qu’il venait de recevoir et le frappa sans pitié ! Je suis complètement abasourdi car c’est la première fois que je vois ma sœur se battre, je relève la tête le mec de l’arrêt de bus et aussi choqué que moi il ne réagit pas et préfère regarder seulement le spectacle, je m’approche d’Anna en la regardant avec mépris elle s’arrêter immédiatement sous les cris de Jackson et se relève, Il en profite pour s’échapper. Je reprends ma route vers l’abri de bus décidément cette journée commence bien ! Je suis énervé, énervé contre Anna, énervé car elle fait tout ça par pitié, elle a pitié de moi elle m’aide car elle pense que j’en ai besoin alors que non j’ai besoin de personne et personne n’a besoin de moi quand est ce que les gens vont se mettre sa dans la tête merde ! Assi sur le banc j’essaye de me calmer intérieurement car je sais que je vais exploser d’une minute à l’autre. Comme si ma colère n’était pas à son summum je sens un poids sur le banc. Je pris intérieurement pour qu’il ne s’agisse pas d’Anna. La personne à côté de moi se met à rire, je me retourne furtivement avant de tomber nez à nez avec ce mec. Encore et toujours lui.

- Alors la ! Je m’y attendais pas je comptais refaire le même coup que hier avec le poste de police, mais cette fille a été plus rapide !

Je souffle exaspéré par ce comportement immature, et je retiens pour ne pas l’insulter parce que moi ça ne me fait pas rire du tout.

- Est-ce que cava ?

Je l’ignore et me lève du banc en voyant le bus arrivée…



17H45 je descend du bus épuisé de cette journée, Encore et toujours lui , il est de l’autre côté du trottoir mais ne me vois pas je presse le pat avant qu’il ne remarque pas présence trop tard il m’a vu et m’attend de l’autre côté du trottoir, je l’ignore et continue mon chemin.

- Ok je vais être franc avec toi ! Ta sœur me plait !

Je me fige directement et me retourne en fronçant les sourcils, est ce que j’ai bien entendu, ce mec non non c’est une blague pour attirer mon attention.

- Ça fait un moment que je suis sûre elle et je n’ai jamais trouvé le moyen de lui parler et quand je l’ai vu l’autre fois tabasser ce mec je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. J’ai capté direct que c’était ta sœur vous vous ressemblez tellement c’est assez flippant !

Ma mâchoire se sert à l’entente de cette remarque désagréable.

- Aide-moi, s’il te plaît

- Débrouille-toi ! En reprenant ma route

- C’est ce que je fais depuis un moment, mais aujourd’hui la chance me sourit donc je veux pas rater cette occasion, on s’est parlé même pas deux seconde

- Et

- Et elle est adorable… Ça fait couille molle ce que je viens dire non ?


Je les toises du regard en acquissent, il se met rire, mais continue à me suivre, il continue à m’expliquer le pourquoi du comment il a rencontré ma sœur et patati patata. Sans me rendre compte j’arrive devant chez moi il s’arrête de parler en remarquant que je suis arrivée chez moi, je comptais me retourne pour lui sortir de trois mot blessant comme j’ai l’habitude faire pour que les gens me laisse tranquille quand ma sœur arrive plusieurs sachet de course à la main.

- Oh attend je vais t’aider Dit le blond en s’approchant de ma sœur pour la décharger

Elle sourit en le remerciant, il était tout heureux, tout souriant comme à chaque fois quand j’y repense et ça me donnait envie de gerber. Tous deux étaient en train de charger la voiture et de parler comme si il se connaissait depuis des années.

C’est à ce moment précis que je me suis souvenue que moi et ma sœur étions si différent. Anna a toujours était une personne joyeuse, souriante, conviviale et sociable. Toujours à s'intéresser sur tout le monde à se préoccuper de tout à aider le monde c’était même trop trop de trop que ça en devenait énervant. Peut-être que c’était normal et que c’était juste moi qui avait un gros problème avec le fait qu’elle soit aussi sociable c’était sans doute moi qui exagérer, vu que j’étais tout le contraire d’elle, froid, insociable et haineux.

J’étais resté planté là à les regarder charger la voiture sans rien dire

- Xiu je vais au centre tu m’accompagne ?

Je ne répondit pas car elle connaissait déjà ma réponse, elle ne me fit aucune remarque et monta dans sa voiture. Le blondinet était resté planté devant chez moi toujours en train de fixer la voiture qui s’éloigne petit à petit. J’étais resté la a le regarder, tellement je le trouvais pathétique.

- Ta sœur est vraiment cool !

- Comment tu peux être amoureux d’elle tu ne la connait même pas !

- Je n’ai jamais dit que j’étais amoureux, juste qu’elle me plaisait

- Encore plus pitoyable que je ne l’imaginais… Marmonnais-je en montant les escaliers

- C’est quoi ton nom ?

- Pourquoi ? Lui demandais sèchement

- Il faut bien que je sache le nom de mon nouveau pote non ? Me dit-il en souriant de toutes ses dents blanches

C’est ce jours-là que tout a commencé ce jour-là que tout a dérapé. Fin chapitre 1