Chapitre 19 (Seconde partie) - FIN

par GoldFish

 

 

15H22.
Baekhyun et Chanyeol ne sont pas restés longtemps mais j’apprécie qu’ils soient venus rendre visite à Sehun. Je suis sûr qu’il en est aussi ravi.

 

Mes parents sont, eux aussi, venus prendre des nouvelles. Ils en ont profité pour ramener quelques objets histoire d’égayer un peu la pièce. Au bout d’un moment, mon père et moi avons fini par sortir de la chambre pour que je me dégourdisse les jambes, mais aussi pour laisser ma mère et Hyomi entre elles. Nous avons longuement marchés dans les couloirs de l’hôpital et discuté de ce qui arrivait à Sehun, de ce que je ressentais et aussi de Yixing. Avant de retourner dans la chambre, je l’ai pris dans mes bras pour relâcher toute la pression qui s’était accumulée jusqu’ici et surtout pour puiser ma force dans la sienne. C’était la première fois que je me livrais à lui depuis la veille et au final ça m’a fait beaucoup de bien. 

 

16H48.

Je suis seul dans la chambre d’hôpital. L’unique son qui raisonne autour de moi est toujours celui des diverses machines. Hyomi est sortie se dégourdir les jambes après être restée plusieurs heures sans bouger du chevet de Sehun. Je pense que la présence de ma mère lui a aussi fait beaucoup de bien. Je pense qu’elles vont rapidement devenir de bonnes amies.

 

Quant à moi ? Je ne suis plus sorti d’ici depuis le départ de mes parents, gardant un œil attentif sur mon bien aimé. Il doit tellement souffrir de rester allongé pendant des heures dans cette position. Son corps doit être si engourdi…

 

Je me lève donc de mon siège, me postant devant ses longues jambes inanimées puis soulève doucement le rebord de la couverture glissée sous le matelas. Doucement, je glisse mes mains vers ses cuisses uniquement recouvertes du tissu.  

 

_ J’espère que mes mains ne sont pas trop froides… Lui dis-je tout en commençant à masser soigneusement ses muscles pour les détendre et faire circuler le sang. Tout va bien se passer, je m’occupe de toi, ne t’inquiète pas… Continué-je en descendant sur ses mollets, Ne pense qu’à te reposer et prendre des forces pour me revenir au plus vite, d’accord ? Lui demandé-je en massant ensuite son pied. Je n’ai pas l’habitude de ne pas entendre tes bêtises pendant plus de dix minutes, souris-je tristement en changeant de jambe, m’appliquant pour lui faire le plus de bien possible. Tu me manques tellement… Lui intimé-je en caressant doucement son tibia de mon pouce. Pour le meilleur et pour le pire, pas vrai ? Le questionné-je en replaçant soigneusement la couverture sous le matelas pour qu’il n’ait pas froid avant de m’asseoir près de lui pour lui masser les mains. Je serais près de toi pour te soutenir même dans le pire du pire… Kim Sehun…

_ Qu’est-ce que tu peux être niais…

 

Je tourne vivement la tête vers l’entrée de la chambre, surpris par la voix grave de notre visiteur. Je m’attendais à voir Hyomi, mais à la place, mes yeux se posent sur cette ordure qui ne mérite même pas le respect qu’on accorde à un déchet. Je serre furieusement et inconsciemment la main de Sehun entre les miennes, lançant un regard meurtrier à ce type qui n’a rien à faire ici.

 

_ Qu’est-ce que vous faites là ? Lui demandé-je sur un ton haineux.

_ Je n’ai pas le droit de venir rendre visite à mon enfant ? Me répond-t-il avec un sourire en coin, s’avançant lentement vers le lit de Sehun.

_ Ne le laisse pas m’approcher… ressenté-je la voix de Sehun raisonner en moi.

 

Par reflexe, je tourne la tête vers lui mais constate qu’il n’a pas bougé d’un poil. Troublé, comme si mon cerveau me jouait des tours, je lâche doucement la main de Sehun pour prendre place devant Monsieur Oh.

 

_ Partez d’ici, lui ordonné-je en le regardant froidement dans les yeux. Sehun ne veut plus de votre présence dans sa vie, continué-je sans ciller alors qu’il s’avance d’un pas, réduisant la distance entre notre corps.

 

La tension dans la pièce ne fait qu’augmenter et je ne compte pas m’aplatir devant ce monstre qui se croit tout permis. S’il pensait tomber sur un faible, il a tort. Certes je ne suis pas l’homme le plus viril du monde, je pleure beaucoup et je suis très sensible mais lorsqu’il s’agit de choses qui touchent à la prunelle de mes yeux, je peux devenir incontrôlable. Et ça il l’ignore. Je ferais tout pour protéger Sehun.

 

 _ Je ne le répèterais pas une troisième fois, repris-je calmement alors qu’il perdait patience, sortez d’ici tout de suite.

_ Qui es-tu pour me parler sur ce ton ? Me questionne-t-il en se saisissant de mon col pour me rapprocher de lui, mais je ne perds pas mon sang froid.

_ Qui êtes-vous pour prétendre être son père alors que vous n’avez jamais rien fait pour lui, si ce n’est de l’acheter pour qu’il vous suive ? Lancé-je à mon tour alors qu’il resserre sa prise sur mon tee-shirt. Dégagez, lui craché-je presque au visage en serrant les dents pour me contrôler.

_ Sinon quoi ? Rétorque-t-il avec un sourire en coin.

_ J’appelle la sécurité et vous n’aurez plus le droit d’approcher cette chambre, l’informé-je en perçant son regard noir.

_ Toi, tu vas appeler la sécurité ? Ricane-t-il en s’approchant de mon visage.

_ Si tu ne le lâches pas tout de suite, j’appelle la police et tu pourras dire adieux à Sehun, intervient Hyomi qui venait d’entrer dans la pièce, se plaçant près de nous pour le faire lâcher prise.

_ Je suis son père, argumente-t-il en me lâchant finalement, se reculant d’un pas.

_ Tout ce que vous avez fait pour lui est de le faire souffrir. Quel père peut faire ça à son fils ? Lui lancé-je en reculant, restant sur mes gardes.

_ Je n’ai jamais demandé à avoir cet enfant… lâche-t-il finalement sur un ton rempli de haine en dévisageant Hyomi tout en serrant violemment les dents.

_ Dégagez… Réponds-je sur le même ton en serrant les poings pour me retenir de le frapper. Oubliez-le… Continué-je en le regardant d’un air vraiment mauvais.

 

Il prend finalement la fuite alors que Hyomi sort de la chambre pour aller voir la sécurité. De mon côté, tout mon corps tremble. C’était quoi ça ? Comment ose-t-il dire des choses aussi atroces devant Sehun ? La haine que je ressens à ce moment est si intense que j’en ai la nausée. Je suis tellement hors de moi que je pourrais tout casser autour de moi, mais c’est fini, je dois me calmer.

 

Je me retourne finalement vers Sehun, m’approchant doucement de lui. Je prends délicatement sa main et la serre tendrement entre mes doigts. Mon regard remonte sur son visage où je peux discerner une larme couler sur sa joue. Mon cœur se serre violemment. Il est conscient. Il entend tout ce qu’il se passe autour de lui et il a assisté aux mots destructeurs de cet homme dans lequel il avait placé tant d’espoir par ma faute… Lentement, ma main libre remonte pour essuyer tendrement la douleur sur son visage. Je me penche vers lui et embrasse amoureusement sa joue humide, puis remonte sur son œil. J’entoure délicatement mes bras autour de son visage en faisant attention à ne pas lui faire mal. Je blotti mon visage contre son oreille :

 

_ C’est fini mon cœur… Je suis tellement désolé que tu ais du assister à ça… Mais c’est fini, il ne te fera plus jamais de mal, je te le promets…

 

 

18H25.

_ Je suis désolée de vous déranger, mais les heures de visites sont terminées… Nous avertis l’infirmière en charge de Sehun en entrant doucement dans la chambre. Vous pourrez revenir demain, je vous laisse cinq minutes pour lui dire au revoir, nous sourit-elle avant de sortir de la pièce en fermant la porte derrière elle.

 

Hyomi et moi nous regardons comme pour avoir le feu vert de l’autre. Finalement, je prends les devant et m’avance vers mon amour, toujours allongé devant moi.

 

_ On doit partir, mon cœur, lui annoncé-je en caressant le dos de sa main. Mais je serai là à la première heure demain, je te le promets… Continué-je en embrassant ses doigts. Et toi tu te reposes de toutes tes forces pour me revenir en forme comme jamais d’accord ? Lui demandé-je en caressant doucement ses cheveux avant de me pencher pour embrasser le plus délicatement possible et avec tout mon amour, sa joue. Je t’aime Sehun, lui murmuré-je au creux de l’oreille avant de blottir mon visage contre le côté de sa tête en fermant les yeux, je t’aime, ne l’oublie jamais. Je me redresse finalement pour retirer ma veste que je dispose soigneusement près de son épaule avant d’embrasser son front, Je te confie ça pour que tu ne te sentes pas trop seul. Bonne nuit, mon amour… Terminé-je en inspirant longuement son odeur pour me donner suffisamment de force, avant de sortir de la chambre pour laisser la place à Hyomi.

 

02H34.

Après avoir quitté Sehun, j’ai tenté de me résigner à rentrer chez moi pour me reposer, mais ça n’a pas marché. Je me suis donc rendu sur la falaise pour regarder la ville évoluer, pour essayer de trouver la paix, comme cet endroit nous en apporte tant en temps normal. Sauf qu’aujourd’hui Sehun n’est pas avec moi pour m’aider à aller mieux. Je me rappelle que, lorsqu’il m’y avait emmené pour la première fois, il m’avait dit que ça lui arrivait d’y aller pour hurler. J’ai essayé mais mes forces n’étaient pas suffisantes pour y parvenir.

 

Il s’est ensuite mis à pleuvoir alors je suis rentré chez moi. J’ai essayé de manger quelque chose, légèrement contraint par mes parents, mais rien n’a voulu rentrer. Je n’avais qu’une envie : vomir. L’odeur de la nourriture me dégoutait violemment. J’ai donc fini par monter dans ma chambre pour m’allonger sur mon lit et tenter de trouver le sommeil mais les heures se sont écoulées sans que rien ne se passe.

 

C’est à ce moment-là que j’ai décidé de retourner à l’hôpital pour rejoindre secrètement Sehun.

 

Le hall est désert et heureusement. Les lumières sont allumées mais personne ne se trouve dans l’immense pièce. Je profite donc de l’absence de tout employé pour suivre le chemin qui mène aux chambres, longeant silencieusement les murs dépourvus de couleurs. Je continue ma progression jusqu’à ce que j’entende quelqu’un s’approcher de ma position. Par chance, certaines portes sont situées dans un léger renfoncement, ce qui me permet de facilement me cacher. Les lampes des couloirs sont partiellement allumées ce qui rend mon acheminement plus facile.

 

C’est après dix bonnes minutes de camouflage que j’arrive finalement devant la chambre de Sehun. J’ouvre doucement la porte et me faufile à l’intérieur de la pièce, refermant derrière moi pour ne pas me faire repérer. La pièce est plongée dans le noir, il n’y a qu’une veilleuse placée derrière le lit de mon amour.

 

D’ici on pourrait presque croire qu’il dort paisiblement.

 

J’avance lentement vers lui et retire mes chaussures avant de grimper à ses côtés, m’allongeant doucement contre lui dans la plus grande douceur. Je le regarde longuement, détaillant son visage qui semble si paisible alors qu’une larme coule silencieusement de mon œil. Je prends délicatement sa main dans la mienne, caressant amoureusement ses doigts tout en plongeant mon visage dans son cou, le recouvrant de légers baisers pour le rassurer et cacher mes larmes. Je ferme les yeux, exténué, et trouve enfin la paix. Je caresse de mon nez la peau douce de son cou comme je le faisais pour l’aider à s’endormir lorsque ses nuits étaient agitées. Je respire doucement sa délicieuse odeur et soupire d’aise. À cet instant je me sens bien. Je sens doucement les battements de mon coeur se calmer pour ne faire finalement qu’un avec les siens. Il me manque terriblement. J’aimerais tellement qu’il ouvre les yeux et me prenne dans ses bras, qu’il me serre si fort que j’en étoufferais sous la puissance de ses muscles. J’aimerais tellement entendre sa voix, croiser son regard rempli d’amour. J’aimerai tellement qu’il me revienne… Dans mon endormissement, je perçois une infime pression contre mes doigts, comme s’il tentait de les serrer, mais je ne suis pas suffisamment conscient pour croire que ce soit vrai.

 

03H20.

Un bruit étranger me tire de mon sommeil. Surpris, je relève vivement la tête pour identifier qui en est l’auteur. Je perçois finalement l’infirmière en charge de Sehun refermer la porte derrière elle. Nos regards se croisent et mon sang ne fait qu’un tour. Prit de panique, je me confonds en excuses et m’apprête à me redresser, pensant me faire chasser, mais rapidement, elle s’avance vers moi :

 

_ Non ! Non ! Ne bougez pas ! m’indique-t-elle en m’invitant à rester auprès de Sehun d’un charmant sourire. Je viens juste m’assurer que tout va bien, me rassure-t-elle en avançant vers l’écran aux côtés du lit. Si l’on me demande, je n’ai rien vu du tout, promis ! Continue-t-elle en prenant des notes.

_ Vous voulez peut-être que je m’écarte pour vous laisser travailler ? Lui proposé-je en la regardant faire.

_ C’est gentil, mais ça ira, refuse-t-elle en se tournant vers moi, j’ai toutes les réponses qu’il me fallait ! S’exclame-t-elle joyeusement malgré l’heure tardive.

_ Quelles réponses ? Est-ce qu’il va bien ? Paniqué-je en regardant Sehun, terrorisé à l’idée de le perdre.

_ Ne vous inquiétez pas, au contraire c’est très positif ! Tente-t-elle de me rassurer en s’asseyant un instant sur le fauteuil de l’autre côté du lit afin d’exposer ses fameuses réponses. J’ai remarqué quelque chose d’unique dans le comportement de Sehun, m’annonce-t-elle en regardant mon petit ami endormi alors que je faisais de même.

_ Comment ça ? Demandé-je, perdu par son récit.

_ Je m’occupe de lui depuis son arrivée dans l’hôpital et j’ai remarqué de violentes fluctuations dans ses constantes alors je me suis penchée sur la question : Pourquoi ? S’exclame-t-elle doucement en écartant les mains, et maintenant tout est plus clair… Sourit-elle en posant son regard chaleureux sur moi. Vous êtes Jongin, je me trompe ? Me questionne-t-elle en penchant légèrement la tête sur le côté.

_ Oui… réponds-je simplement, attendant la suite.

_ Avant qu’on ne le plonge dans le coma, il ne cessait de vous appeler, me rappelle-t-elle, provoquant en moi un violent coup dans le cœur. Je suis désolée de devoir vous parler de ça, mais il était vraiment paniqué et terrorisé. Il ne voulait pas se laisser faire alors nous avons fait ça pour le protéger. Tout ça pour vous dire que son état était vraiment au plus bas, mais lorsque vous êtes venu lui rendre visite, ses constantes étaient parfaites et très encourageantes ! C’était même à se demander pourquoi il était dans notre service, tellement il allait bien ! C’était incroyable ! Se réjouit-elle en serrant ses mains l’une à l’autre. J’ai analysé ces fluctuations et j’ai remarqué que lorsque vous étiez loin de lui, il rechutait et ce n’était vraiment pas bon.

_ Ça veut dire que, là, maintenant… il va bien ? Questionné-je, la voix enrouée par les larmes que je retiens difficilement suite à ses paroles.

_ Il semble comblé, m’annonce-t-elle en souriant, remarquant soudainement quelque chose. Vous savez, lorsque vous êtes parti, vous avez laissé un vêtement près de lui, commence-t-elle en désignant ma veste posée de l’autre côté de sa tête. Lorsque je suis rentrée dans la chambre après votre départ, sa tête s’était légèrement tournée pour se blottir contre. Et regardez… Me dit-elle en désignant Sehun qui avait la tête tournée à l’opposé, vers moi. Il a beau être dans un coma artificiel, il est assez fort pour que son subconscient agisse seul. Termine-t-elle en se levant finalement alors que je regardais Sehun amoureusement. Je ne suis pas en capacité à comprendre le lien qui vous uni, mais vous êtes plus que bénéfique pour lui. C’est comme s’il puisait ses forces en vous pour pouvoir se battre… Sourit-elle tristement face à la situation. Vous comprenez donc que pour le bien de mon patient, je ne peux pas vous demander de partir, clos-t-elle la conversation d’un clin d’œil avant de rejoindre la porte. Passez une bonne nuit Jongin, vous devez vous reposer pour deux, me souhaite-t-elle avant de finalement partir.

 

09H09.

Je profite que Hyomi entre dans la chambre pour sortir me dégourdir les jambes même si, avec ce que j’ai appris cette nuit, l’idée d’être loin de Sehun m’inquiète énormément. Je vais tenter de faire au plus vite. C’est ainsi que je décide de sortir m’aérer dans le petit parc qui longe l’hôpital. Après une bonne demi-heure, je décide de remonter, croisant par la même occasion l’infirmière qui s’occupe de Sehun au détour d’un couloir. Je m’arrête donc pour la saluer :

 

_ Bonjour, excusez-moi de vous déranger, est-ce que je peux vous poser une question ? Lui demandé-je timidement de peur de l’importuner.

_ Bonjour Jongin ! S’exclame-t-elle joyeusement, vous ne me dérangez pas du tout, je vous écoute ! M’invite-t-elle gentiment à parler.

_ Est-ce que vous pouvez m’expliquer le processus d’une greffe ? Questionné-je nerveusement, j’aimerai savoir qu’est-ce qui fait que quelqu’un soit compatible avec une autre personne…

_ Suivez-moi, me guide-t-elle vers la salle d’attente dans laquelle nous prenons place afin qu’elle m’explique tout en détail. Pour qu’un donneur soit compatible avec le receveur, il faut tout d’abord que les groupes sanguins soient compatibles, de la même manière qu’une transfusion sanguine, par exemple. Ensuite, lorsque ce critère est respecté, nous faisons pratiquer au donneur tout un tas de tests afin d’évaluer son état de santé, car il faut bien évidemment que le donneur soit en parfaite santé. Nous évaluons, bien entendu, la fonction des reins car si l’un est endommagé, nous ne pouvons pas le greffer sur une autre personne. Nous faisons des analyses pour nous assurer que le donneur ne soit pas non plus contaminé par une éventuelle maladie. Et pour finir, nous nous assurons que le donneur soit bien conscient de son choix et qu’il soit cent pour cent sûr de ce qu’il souhaite.

_ Ça fait beaucoup de choses… soupiré-je en prenant ma tête dans mes mains, est-ce qu’il y a des potentiels donneurs pour Sehun ? Questionné-je à nouveau, totalement désespéré.

_ Je ne peux malheureusement pas communiquer cette information, je suis désolée…

_ Je… J’ai le même groupe sanguin que lui… Annoncé-je en la regardant droit dans les yeux. Je veux le sauver, affirmé-je sans une once de doute.

_ Vous souhaitez faire les tests, c’est bien ça ? M’interroge-t-elle, surprise.

_ S’il vous plait, confirmé-je à nouveau alors qu’elle regardait sa montre.

_ Nous pouvons démarrer l’évaluation dans une heure. Il me reste dix minutes avant ma prochaine visite, alors en attendant je vais vous faire une prise de sang pour envoyer l’échantillon au laboratoire, m’annonce-t-elle en m’invitant à la suivre.

 

11H34.

_ Jongin ? M’interpelle ma mère alors que je rejoignais la chambre de Sehun après avoir effectué les tests de compatibilité. Où étais-tu ? Me demande-t-elle inquiète, Hyomi nous a dit que ça fait presque deux heures que tu es sorti !

_ J’étais-

_ Qu’est-ce que tu as fait Kim Jongin ? Me coupe-t-elle en prenant mon bras où loge le pansement que l’infirmière a posé après ma prise de sang.

_ Jongin ? Renchérit mon père pour avoir des explications, m’offrant un regard inquiet. Est-ce que ça va ?

_ Je faisais juste des tests pour voir si je suis compatible avec Sehun, leur avoué-je en retirant le pansement de mon bras.

_ Tu as fait quoi ? Tu peux répéter ? Je ne suis pas certaine d’avoir bien compris, Jongin, me questionne-t-elle visiblement énervée.

_ Je veux donner mon rein à Sehun, expliqué-je, confiant face à ma décision.

_ Pourquoi tu ne nous en as pas parlé ? M’interroge mon père alors que ma mère commençait à faire nerveusement les cents pas.

_ C’est hors de question que tu fasses ça, tu m’entends ? M’ordonne-t-elle autoritairement.

_ Je suis désolée si je vous déçois mais je suis majeur, c’est mon choix, leur réponds-je en levant les yeux au ciel.

_ Est-ce que tu es conscient des risques que ça peut engranger ?! S’exclame-t-elle en se saisissant tristement des pans de ma chemise. S’il t’arrive quelque chose, qu’est-ce qu’on va faire ? Ce sera toi qui auras besoin d’être sauvé ! Me secoue-t-elle, les yeux remplis de larmes.

_ Aujourd’hui c’est Sehun qui a besoin d’être sauvé, lui réponds-je en la regardant droit dans les yeux, la faisant lâcher sa prise. Si c’était papa qui était allongé dans ce lit, tu ferais exactement la même chose, alors ne me fait pas la morale, pesté-je en la contournant, les yeux remplis de larmes par la douleur que ses paroles provoquent sur moi. Jamais je l’abandonnerai, soufflé-je à bout de force mentale.

_ Jongin, je t’en prie… Je ne veux pas prendre le risque de perdre mon unique fils… Sanglote-t-elle en attrapant mon bras pour ne pas que je m’éloigne.

_ Si Sehun meurs, tu me perdras, lui confirmé-je d’un regard décidé avant de tirer brusquement mon bras, reprenant mon chemin sans me retourner.

_ Jongin… Gémit-elle sans réussir à attirer mon attention, mais je suis trop blessé pour la regarder.

 

Je ferme la porte de la chambre derrière moi, leur interdisant d’entrer dans la pièce. Seule Hyomi est présente. Je m’appuie contre la paroi et ferme les yeux pour tenter de retenir mes larmes qui trouvent quand même le moyen d’être filtrées. Est-ce que mes parents viennent réellement de me tourner le dos ? ‘Est-ce que je viens vraiment de perdre le seul pilier qu’il me restait face à tout le malheur qui s’abat sur moi ?

 

22H47.
Plongé dans un état second, je fixe Sehun d’un regard vide. À cet instant, j’ai le sentiment de percevoir tout ce qu’il ressent. Je sens la douleur qui tiraille son corps, la peur qui le terrorise, lui qui est seul dans cette obscurité menaçante. Mais je ressens surtout l’espoir qui s’estompe en lui. Je sens ses forces s’amenuiser comme s’il abandonnait et ne souhaitait plus se battre contre ses démons. Les larmes coulent sur mes joues sans que je ne puisse les contrôler, se perdant sur l’oreiller qui se trouve sous ma tête. Une profonde rage s’empare soudainement de moi alors je rassemble mes dernières forces physiques et mentales, puis dépose ma main gauche contre sa joue, la caressant tendrement avant de remonter dans ses cheveux pour l’apaiser. Mes lèvres se posent près de son oreille alors que mon front est collé contre son crâne.

 

_ Je sais que tu es épuisé de te battre… Soufflé-je doucement à son oreille, frôlant mon nez contre sa peau. Je t’interdis de tout arrêter maintenant, tu m’entends ?! Lui ordonné-je en agrippant nerveusement mes doigts dans ses cheveux. Je t’en prie, n’abandonne pas ! Gémissé-je de douleur contre son oreille. Tout va bien se passer, je te le promets, mais je t’en supplie, bat toi ! M’exclamé-je la voix brisée par la peur de le perdre. Je t’aime et on rentrera tous les deux à la maison… Chez nous… juste nous deux, tenté-je de le motiver pour qu’il se reprenne. On aura même un chien, je sais que tu adores ça… hoqueté-je en me mordant les lèvres pour, moi aussi, me battre jusqu’au bout. Je sais que tu m’entends, Sehun… Je le sais…

 

La porte s’ouvre soudainement :

 

_ Jongin, excusez-moi de vous déranger… S’excuse l’infirmière pour tenter d’attirer mon attention bien trop brouillée par ce trop plein d’émotions. Nous avons les résultats de vos examens, m’annonce-t-elle, me faisant enfin tourner la tête vers elle et le médecin de Sehun.

 

Je me lève alors doucement du lit pour me tenir debout devant eux puis renifle bruyamment sans lâcher une seule seconde la main de Sehun.

 

_ Bonsoir Jongin, comme l’a dit Mademoiselle Kang, nous avons vos résultats et ils sont, sans grande surprise, positifs ! S’exclame le médecin avec un grand sourire. En même temps, vu votre lien, nous aurions presque pu éviter de faire les tests, rajoute-t-il en lançant un regard à sa collègue.

_ Comment ça ? Demandé-je en essuyant mes larmes à l’aide de la paume de ma main.

_ Des jumeaux sont obligatoirement compatibles l’un avec l’autre car tout est similaire chez eux, s’explique-t-il alors que je deviens livide.

 

Le temps semble s’arrêter autour de moi. Mes doigts précédemment enlacés à ceux de Sehun perdent de leur force et s’éloignent de leurs doubles, effleurant sa peau jusqu’à perdre totalement le contact. Ma main est maintenant posée contre mes lèvres alors que mon cœur, qui avait cessé de battre pendant quelques secondes, reprend un rythme désordonné. C’est impossible… Sehun ne peut pas être… Je tourne doucement la tête vers mon… Mon frère… ?... Ma respiration se déchaîne douloureusement et ma tête commence à tourner violemment, me donnant presque la nausée. C’est une catastrophe… Je l’aime trop pour que ce soit réel… Sentant mon corps chanceler, je tente de me rattraper au bord du lit mais tout devient noir et je m’effondre lourdement sur le sol.

 

Mes yeux s’ouvrent lentement puis papillonnent pour s’habituer à la douce lumière filtrée par les rideaux dansant au grès du vent. Un silence rassurant m’accueille de même que la douceur des draps dans lesquels je me trouve. C’est si confortable… Étrangement, je ne ressens aucun sentiment négatif, aucune peur, aucune douleur… Je ne perçois que de la bienveillance, du bonheur, du calme…

 

Je ferme les yeux un nouvel instant pour me rendormir lorsque je sens quelque chose bouger à mes côtés. Je me tourne en toute légèreté vers ma droite et tombe face au visage souriant de Sehun qui me regarde avec tant d’amour. Il mène sa main contre ma joue, me faisant fermer les yeux sous la douceur de ses gestes et la chaleur de sa peau contre la mienne. J’ai l’impression que ça fait si longtemps qu’il ne m’a pas touché…

 

_ Enfin, tu es là… M’accueille-t-il en souriant, tu m’as tellement manqué… T’entendre sans pouvoir te répondre ou te toucher était horrible… Me confie-t-il en remontant ses doigts dans mes cheveux alors que je baisse les yeux pour ne pas croiser son regard.

_ Sehun… l’appelé-je en blottissant inconsciemment ma tête contre sa main. On est-

_ Jumeau ? Me demande-t-il en me lançant un regard sincère en retirant sa main de mon visage. J’ai entendu le médecin te le dire…

_ Ça veut dire que je suis amoureux de mon frère… Prononcé-je à voix haute pour la première fois avant de tourner le visage vers lui. Et ça veut dire qu’on ne pourra plus jamais être ensemble, lui exposé-je tout naturellement comme si nous pouvions parler de tous les sujets tabou sans honte et sans peine. Ça me fait trop mal de devoir me séparer de toi… Continué-je en le regardant dans les yeux. Je ne veux pas te perdre… Je ne peux pas te perdre… Pas toi…

_ Est-ce que je te dégoute ? Me demande-t-il sérieusement, faisant sauter mon cœur par la surprise face à sa question.

_ Jamais…

 

Un rictus satisfait apparait sur son visage alors qu’il se redresse et se penche légèrement au-dessus de moi. Nos regards sont encrés l’un dans l’autre.

 

_ Jongin, je t’aime… se déclare-t-il en avançant doucement son visage du mien. Et… Personne ne sait que nous sommes frères à part nous deux… m’intime-t-il alors que son souffle se répercute contre mes lèvres, et le médecin… ponctue-t-il d’un rictus amusé tout en remontant sa main contre ma joue pour la caresser tendrement.

 

Mon cœur bat si fort. J’ai tellement envie de l’embrasser. Il m’a tellement manqué…

 

_ On est arrivé en tant que frère alors personne ne sait la vérité… Nos nez se frôlent presque sensuellement, unissant nos souffles devenus presque erratiques par le manque de l’autre.,

_ Mais-

_ On s’est rencontré en tant que Kim Jongin et Oh Sehun, me coupe-t-il en lançant son regard vers mes lèvres avant de me regarder à nouveau. Deux parfaits inconnus qui se rencontrent à l’université… Explique-t-il en frôlant ses lèvres aux miennes. Alors oui, dans le sang, t’es mon double, reprend-t-il en s’allongeant tout contre moi, me faisant ressentir la délicieuse chaleur de son corps, mais dans mon cœur, t’es l’homme que j’aime… Il effleure mes lèvres des siennes avec gourmandises, et je suis tombé amoureux de l’homme, pas du frère… T’es bien plus que tout ça pour moi… Me confie-t-il en plongeant son regard sincère dans mes yeux. Enfin… Seulement si tu es d’accord… ? Me demande-t-il en remuant doucement son pouce contre ma joue.

 

Je ne réfléchis pas une seconde de plus et happe ses lèvres avec envie, lui donnant tous les accords du monde. Nos lèvres plongent les unes sur les autres pour s’épouser, s’unir et se faire l’amour de la plus amoureuse des façons. Je soupire de bienêtre, ça fait tellement de bien de retrouver ces sensations. Au fond, il a raison sur toute la ligne. Personne ne sait notre condition et personne ne le saura jamais. Notre entourage nous connait en tant que couple et notre intimité ne les regarde pas.

 

Baissant totalement ma garde, je m’emporte dans notre échange, entourant mes bras fermement autour de son cou pour le rapprocher de moi. C’est tellement bon de le sentir contre moi, de sentir ses lèvres au bout des miennes, comme si rien n’était arrivé. Son corps se fond contre le mien, c’est tellement satisfaisant, et unique. Je ressens toutes ces choses que je ne comprenais pas auparavant. L’embrasser est tellement plus intense quand il s’agit de lui, et tout est décuplé lorsqu’il me fait l’amour si passionnément. La vie avec lui est si belle et si parfaite ! C’est indescriptible. C’est merveilleux… Qu’est-ce que je l’aime…

 

_ Je t’aime Sehun… Lui soufflé doucement contre les lèvres lorsque nous nous séparons, ouvrant finalement les yeux pour le regarder d’un doux sourire.

 

Mais il s’efface rapidement. Tout est soudainement devenu plus sombre. L’aura qui se dégage de Sehun est… différente, inquiétante. Son regard ne me quitte pas mais la lueur dans ses yeux a disparu. Il est comme… mort. Qu’est-ce qu’il se passe… ? Sehun ?

 

_ Sehun… L’appelé-je sans recevoir de réponses

_ Jongin !

_ Sehun…. ?! Répété-je à nouveau mais il ne semble pas m’entendre.

_ Jongin ! Réveillez-vous ! Entends-je au loin une voix féminine m’appeler. Jongin ! J’ouvre finalement les yeux et tombe sur le regard bienveillant de Mademoiselle Kang. Est-ce que ça va ? Vous vous êtes évanouie…

_ Sehun est en train de mourir, prononcé-je d’une voix monotone, le sentant s’éteindre au fond de moi.

 

Lendemain – 21H02.

Reprenant doucement conscience, je peine à ouvrir les yeux par l’épuisement et la chirurgie que j’ai subis. Mon corps est engourdi et une légère douleur me tiraille. Je ressens lentement une douce chaleur se propager dans tout mon corps. Quelqu’un est allongé contre moi.  Ma respiration s’affole violemment lorsque je sens le parfum de Sehun m’envelopper. Ses doigts caressent tendrement la paume de ma main alors que je ne peux retenir mes larmes de couler. J’ouvre finalement les yeux et tombe sur le visage souriant de l’homme que j’aime. Un gémissement de soulagement se mêle à un violent soubresaut alors que je colle mon front contre lui, serrant sa main le plus fort possible.

 

_ T’es vivant… Pleuré-je à chaudes larmes en réalisant qu’il était bel et bien devant moi, sauvé.

_ Grâce à toi… Me répond-t-il en blottissant son visage dans mes cheveux. Tu m’as sauvé…

_ J’ai eu tellement peur de te perdre… ! Gémissé-je en me rappelant la douleur que j’ai ressentie ces derniers jours. Ne me refais plus jamais ça, je t’en supplie…

_ Je suis tellement désolé de t’avoir rendu si triste et de t’avoir fait si mal… Me réconforte-t-il en embrassant doucement mon crâne, mais maintenant on est là tous les deux… vivants… Me rappelle-t-il en remontant sa main contre ma joue pour essuyer mes larmes. Je t’aime au-delà de tout, Kim Jongin et je veux faire ma vie avec toi sans aucune hésitation, m’avoue-t-il en me regardant sérieusement. Et pour répondre à tes paroles, je veux qu’on vive ensemble et qu’on ait un chien… Me sourit-il en frôlant son nez au mien. Enfin, si tu es toujours d’accord… ?

_ T’aurais pu mourir dans mes bras. Il est hors de question que je passe plus de temps loin de toi… Lui annoncé-je en remontant ma main contre sa joue pour la caresser, le regardant amoureusement. Je t’aime Oh Sehun… lui murmuré-je contre ses lèvres avant de les capturer le plus doucement possible.

 

Un long soupir se répercute contre nos lèvres par la satisfaction de l’échange. . Une violente décharge électrique me traverse tant le plaisir de le retrouver en chair et en os est présent. Ma main remonte lentement dans ses cheveux pour approfondir notre baiser alors que nos langues s’accueillent à bras ouverts dans une douce et amoureuse valse interminable. De très longues minutes s’écoulent durant lesquels nous nous embrassons avec autant de tendresse, profitant du moment présent et rattrapant celui que nous avons perdu. Nous nous embrassons à en oublier qui nous sommes juste pour sentir l’autre un peu plus longtemps.

 

_ Je t’aime aussi, Kim Jongin, sourit Sehun en blottissant son visage contre le mien.

 

Quelques mois plus tard.

_ JONGIN ! ON Y VA DÉPÊCHE TOI !

 

Mon père cri ces mots tout en claquant le coffre de la voiture. Quant à moi, je fais un dernier tour dans cette maison qui m’avait accueilli durant ces derniers mois. Je me remémore les souvenirs que j’ai vécu ici puis souris face à tous ceux qui m’attendent, me préparant à continuer ma vie ailleurs. Je lâche un soupir nostalgique alors que ma mère m’appelle, pénétrant à l’intérieur de ma désormais, ancienne maison.

 

Elle me regarde un instant avant de venir me prendre la main, m’accompagnant dehors tout en me rassurant sur mon futur. Je ne peux que lui offrir un immense sourire en imaginant ce qu’il sera. Je monte finalement dans ma voiture et démarre, nous lançant tous les trois vers mon nouveau chez moi.

 

À partir de maintenant, je démarre une nouvelle vie pour la cinquième fois.

 

Après une vingtaine de minutes de routes dans les hauteurs de la ville, je gare la voiture devant une petite maison qui donne directement sur la ville en contrebas. Nous sortons de la voiture et sommes accueillis par Hyomi qui vient nous aider à décharger mes affaires. Tirant ma valise et un sac de voyage, je traverse le petit portillon de bois puis le chemin de gravillon qui mène à la grande porte d’entrée ouverte. Je pénètre enfin dans ma nouvelle maison puis pose mes affaires au milieu du salon à peine meublé, quand soudain, deux bras musclés m’enlacent par derrière Je me retourne dans les bras de Sehun et lui souris tendrement.

 

_ Bienvenu chez nous, mon amour, me chuchote-t-il avant de m’embrasser amoureusement.

 

 

FIN.