Chapitre 16

par GoldFish

 

 

 

 

 

 

Nous sommes Lundi et cela fait bientôt vingt-quatre heure que j’attends un message de Sehun. Je ne sais pas comment il va, s’il se sent mieux, s’il se sent moins bien…

 

Je soupire, las, allongé sur mon lit en train de regarder encore et encore l’écran de mon téléphone comme si un message de lui allait soudainement s’afficher.

 

Aujourd’hui je ne suis pas allé en cours car mes parents ont voulus que je me repose après l’épisode d’hier. De toute façon, sans Sehun, je n’aurais pas voulu y aller. La solitude n’est finalement pas une chose si bien que ça…

 

Désespéré, je soupire une énième fois au même instant où l’écran de mon téléphone s’allume, indiquant la réception d’un nouveau message de Sehun. Je l’ouvre.

 

«  Hey ! Désolé de ne pas avoir pu te contacter plus tôt, ma mère m’a piquée mon téléphone pour que je me repose. Elle avait peur que je te parle toute la journée sinon… Bon, c’est vrai que ça allait être le cas mais bon L … Je reprendrai les cours que Mercredi parce que je me sens pas encore tout à fait bien mais je vais beaucoup mieux… Je suis juste un peu fatigué. J’ai hâte de te revoir. Tu me manques. Je t’aime ♥ »

 

Dans l’espace de notification, un second message s’affiche.

 

« Je t’aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime !!! ♥ »

 

Je ris devant ces deux messages plus que mignon en me blottissant sous ma couette, un immense sourire aux lèvres. Je réponds.

 

« Je suis content et soulagé que tu ailles mieux, j’étais tellement inquiet ! J’ai hâte de te retrouver, tu me manques tellement… Comment je faisais quand je ne t’avais pas encore ? ahah. Repose-toi, je t’attendrai. Passe une bonne nuit, je t’aime ♥ »

 

Je souris en envoyant le message puis dépose mon téléphone sur la table de chevet. Je m’installe confortablement dans mes draps qui ont encore son odeur. Soulagé d’avoir enfin eu de ses nouvelles, je sombre dans les bras de Morphée pour profiter d’une nuit où je le retrouverai dans mes plus beaux rêves.

 

_ _ _ _ _

 

Je crois que cette journée est la plus longue de toute ma vie… Les heures ne passent absolument pas rapidement et c’en devient une torture sans nom ! Je suis actuellement en cours d’histoire, matière dans laquelle je n’excelle vraiment pas et qui, par la même occasion, ne m’intéresse pas ! Assis sur ma chaise à regarder par la fenêtre, je rêvasse sur tout et rien. Qu’est-ce que je m’ennuie… Je reporte mon attention sur mon bureau et regarde discrètement l’écran de mon téléphone. Plus que quinze minutes avant la fin du cours et je serai libre pendant trois heures… Je m’avachis sur ma chaise. Même les messages de soutien de Sehun ne m’aident pas à survivre à cette journée… Heureusement, cette après-midi je n’ai qu’option danse alors ça passera rapidement.  Mais nous n’y sommes pas encore… Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire pendant trois heures… Rentrer chez moi ?

 

Plongé dans mes pensées les plus profondes quant à mon planning des prochaines heures, je sursaute lorsque la sonnerie qui annonce la fin de ma mort cérébrale raisonne dans toute l’école. Plus qu’heureux que ce soit enfin terminé, je décide d’appliquer l’idée que j’ai eue ! C’est ainsi que je range mes bouquins, que j’attrape mon sac et que je sors en courant de la salle de classe. Je passe rapidement à mon casier pour récupérer mon skate puis rejoins l’extérieur de l’établissement, m’élançant ainsi sur le trottoir pour rejoindre la ville. Quelques minutes plus tard, je m’arrête devant un restaurant faisant des plats à emporter puis j’entre pour passer commande. Une fois mon sachet de nourriture en mains, je me remets en route vers une destination qui me fait plus qu’envie depuis quelques temps.

 

C’est un bon quart d’heure plus tard que j’arrive devant cette immense maison qui m’a déjà accueillie une fois. Je descends de mon skate et m’avance vers la porte pour frapper. Je n’attends pas longtemps avant que celle-ci s’ouvre, dévoilant Mme Oh vêtue d’un tailleur qui lui va très bien.

 

_ Ah, Jongin ! Bonjour, comment vas-tu ? Me demande-t-elle alors qu’elle attrape son sac.

_ Bonjour Madame, ça va et vous ? Je me dem-

_ Je vais bien, merci. Je suis désolée de te couper mon grand, mais je suis très en retard ! Je suppose que tu viens pour voir Sehun ? Entre ! Il est dans sa chambre. Je dois y aller ! Me dit-elle alors qu’elle court à sa voiture. Ferme la porte derrière toi, bonne journée !

 

Je n’ai pas le temps de la remercier et de dire quoi que ce soit de plus que la voiture démarre et disparait au loin. D’accord… Merci… Je ris légèrement face à cette situation plus qu’embarrassante puis entre dans la maison en tentant de me faire le plus discret possible. Je referme derrière moi puis retire mes chaussures et dépose mon skate dans l’entrée. Je me rappelle vaguement l’organisation des pièces de la maison alors je trouve rapidement l’escalier qui mène) à l’étage. Une fois sur le pallier, je constate que la porte de Sehun est fermée. J’avance prudemment vers celle-ci et me cache contre le mur avant de me mordre la lèvre d’impatience. Je frappe à la porte.

 

_ Oui ? Entends-je brièvement provenir de l’intérieur.

 

La porte s’ouvre finalement à côté de moi. Je connais plutôt bien Sehun alors je sais qu’il va regarder à gauche et à droite pour voir qui à frapper à sa porte. C’est ce que tout le monde aurait fait d’ailleurs. Je choisi donc de brandir le sac de nourriture sous son nez.

 

_ J’ai cru entendre ton estomac crier famine depuis l’école, dis-je avant de me montrer devant lui, ne manquant pas son regard surpris qui se rempli rapidement de joie.

_ Jongin !

 

Son cri de joie me fait encore plus sourire. Mission accomplie, nous serons deux âmes plus qu’heureuse durant les prochaines heures. Il s’avance rapidement vers moi, m’enlace étroitement puis dépose délicatement mais passionnément ses lèvres sur les miennes dans un baiser rempli de manque et d’amour. Qu’est-ce qu’il m’a manqué… Sans plus réfléchir, je lâche le sac de nourriture et ramène mes bras autour de sa nuque pour appuyer notre échange qui se fait de plus en plus intense. S’en suit de nombreux autres baisers plus doux et calmes me laissant pleinement profiter de sa présence devenue indispensable. Nous finissons cependant par nous éloigner après de longues minutes.

 

_ Qu’est-ce que tu fais ici ? Me demande-t-il, à la fois surpris et heureux de me voir ici.

_ Je m’ennuyais trop et tu me manquais, alors j’ai eu cette idée de t’emmener à manger pour qu’on déjeune ensemble ! Annoncé-je en ramassant le sachet toujours par terre.

_ Et tu as eu une merveilleuse idée ! Je meurs de faim en plus ! T’es génial ! S’exclame-t-il en me prenant le sac des mains, s’installant sur la petite table basse de sa chambre. Tu reprends les cours à quelle heure ?

_ À 14h30, ce qui nous laisse… je regarde l’heure affichée sur mon téléphone puis calcule rapidement… plus de trois heures à passer ensemble ~  chantonné-je en venant m’assoir près de lui sur le canapé.

_ Que c’est intéressant tout ça ~

 

Il m’embrasse d’un long baiser puis se retourne face à la table pour déballer notre repas. Nous mangeons ensuite tout en parlant de nos journées passées sans l’autre. Il me raconté ce que le médecin lui a dit dimanche, les médicaments qu’il doit prendre mais il insiste surtout sur le fait qu’il s’ennuie beaucoup. Je lui raconte ensuite mon début de journée plus qu’horrible et il finit par me plaindre, m’offrant un petit coup d’épaule en guise de gentille moquerie. Finalement, rester chez soi, c’est quand même mieux ! Mais rester chez son chéri n’a pas de prix !

 

Je termine en premier mon repas alors je m’installe en tailleur et le regarde terminer le sien. Mon regard de dépose tout d’abord sur ses baguettes qui rencontrent ses magnifiques lèvres charnues. Celles-ci aspirent goulument les nouilles pleines de sauces qui glissent presque sensuellement entre elles. J’humecte mes lèvres lorsque mes yeux remontent sur sa mâchoire qui mastique les aliments. Quelle force, quelle musculature et cet angle si parfait me donne envie d’y goûter. Mais ce n’est rien comparé à ses yeux fermés par le plaisir de manger un bon repas qui ne cesse de me rappeller ces mêmes yeux lors de notre premier rapport intime. Mon regard continue sa route et longue sa gorge qui avale maintenant l’eau qu’il boit faisant monter et descendre sa pomme d’Adam tellement marquée qu’on a envie de la croquer.

 

Une pulsion non contrôlée se fait ressentir dans mon bas ventre. Légèrement troublé et gêné, je me mords violemment la lèvre pour tenter de la freiner. Trouvant ma gorge anormalement sèche, j’attrape ma bouteille d’eau et en boire une bonne partie. Je savoure le liquide frais qui glisse dans mon œsophage puis ferme les yeux pour apprécier l’effet du froid sur mon corps devenu bouillant de désir.

 

_ C’était trop bon ! Tu as vraiment eu une super idée ! Je vais jeter tout ça, attends-moi là ~

 

Il range tout dans le sachet et se lève pour sortir de la chambre. Désormais seul, je me lève à mon tour du canapé et fait un nouveau tour dans sa chambre. Pris de curiosité, je regarde plus en détail ses affaires en mémorisant chaque détail de son espace. Ayant rapidement fait le tour, je m’affale sur son lit de tout mon long. Je le trouve tellement confortable que je plonge mon visage dans l’un de ses oreillers pour humer son odeur, le serrant ensuite dans mes bras. Je ferme les yeux et m’imagine dormir dans les bras de Sehun comme je l’ai fait durant tout un weekend. Je sens soudainement le lit s’affaisser avant qu’un corps s’échoue à mes côtés.

 

_ Il te plait ? Me demande Sehun en riant doucement en posant son menton sur mon épaule.

_ Il sent trop bon… Lui réponds-je, la tête enfoncée dans l’oreiller.

 

Je sens une douce sensation frissonnante sur ma hanche découverte lorsque ses doigts y dessinent des formes.

 

_ Et moi je pue ? Me questionne-t-il d’un ton faussement choqué tout en commençant à doucement me chatouiller pour me punir.

_ Ah ! Sursauté-je en me tortillant, j’aime ton odeur à un point que tu ne peux même pas imaginer… Soupiré-je d’aise en respirant cet unique parfum.

_ Et… tu crois que je peux avoir autant d’attention que lui ? Continue-t-il son interrogatoire en remontant doucement le bout de ses doigts le long de ma colonne vertébrale y traçant un long et délicieux frisson sur son passage. 

_ Hm… Ça dépend… ? Un sourire excité et amusé se dessine sur mes lèvres cachées dans le coussin.

_ À moins que tu préfères… Il se colle contre mon dos et je peux percevoir son souffle contre mon oreille, que je te touche… me murmure-t-il au creux de l’oreille. Il se recule et dépose ses lèvres sur ma nuque, la dévorant sensuellement. Un violent frisson apparait où sa langue a laissée sa trace puis il retourne près de mon oreille, partout…

 

Il accompagne ses mots de ses doigts qui retracent le chemin inverse que précédemment, redescendant sur mes reins et suivant la ligne qui mène tout droit à l’endroit le plus intime de ma personne. Une intense vache de chaleur suit le cheminement de ses doigts puis me submerge. J’arque le dos contre son torse rien qu’à l’idée d’être totalement soumis et à son entière disposition. Je déglutis difficilement par le plaisir lorsque la grandeur de sa main remonte cette fois le long de mon dos, m’arrachant le peu de lucidité qu’il me reste.

 

_ Peut-être… Marmonné-je, toujours la tête dans l’oreiller, étouffant ma voix.

_ Pardon ? Je n’ai très bien compris… S’amuse-t-il en embrassant ma nuque encore et encore, me faisant perdre la tête. Tu peux répéter ?

 

Je sors la tête de l’oreiller et la tourne vers lui pour planter mon regard dans le sien à quelques millimètres de moi. Regard rempli de désir, d’amour et de luxure. J’ai tellement envie qu’il le fasse. J’en meurs d’envie…

 

_ Touche moi… Soufflé-je contre ses lèvres avant de les happer sensuellement pour entamer un baiser langoureux.

 

Notre échange devient rapidement indécent. Nos langues s’effleurent et se caressent pendant que nos lèvres tentent de s’attraper, en vain. Un baiser qui dur une éternité durant laquelle sa main gauche redescend pour passer sur mes fesses en ne manquant pas de les malaxer à son passage. Mon souffle s’accélère lorsque ses longs passent sur ma hanche, puis s’arrête sur mon bas-ventre tendu par l’excitation et la hâte.

 

En manque de lui, je romps le baiser et pivote pour me retrouver le dos collé contre son torse. Je me fais rapidement emprisonner entre ses deux bras musclés, ce qui ne manque pas d’accroitre mon excitation. Nos lèvres se retrouvent naturellement dans un échange plus doux. L’une de ses mains remonte sur mon torse alors que l’autre est toujours sur mon ventre. Je mords avec envie les croissants si délicieux qui me sont présentés lorsque ses longs doigts s’infiltrent sous la barrière de mon vêtement pour s’aventurer plus loin qu’autorisé.

 

_ Je peux… ? Me demande-t-il doucement en me regardant dans les yeux pour être sûr que je l’accepte.

_ Oui… Soupiré-je d’appréhension alors qu’un hoquet d’excitation me secoue en imaginant la suite.

 

Éperdument amoureux de cet homme, je capture goulument ses lèvres tout en glissant l’une de mes mains dans ses cheveux pour le rapprocher de moi. De mon autre main, je déboucle de moi-même l’attache de ma ceinture puis le bouton pendant que sa main s’aventure déjà entre ma peau et mes vêtements. Une violente décharge électrique me fait vibrer et arquer le dos à son paroxysme lorsque ses doigts effleurent mes parties intimes. Ce mouvement a pour effet de coller mon fessier tout contre les siennes ce qui nous provoque un gémissement commun qui enflamme notre baiser.

 

Un grognement se fait cette fois-ci entendre mais celui-ci ne provient pas de moi. Sehun empoigne la totalité de mon sexe qui prend du volume dans sa main au fur et à mesure des secondes. Ses doigts l’effleurent et le caressent dans l’espace clos que forme mes vêtements ce qui me procure de nombreux frissons et provoque de nombreux soupirs. Essoufflés, nous rompons notre baiser mais laissons nos visages blottis ensembles, soupirant, gémissant et grognant notre plaisir à l’autre dans une intimité plus qu’excitante.

 

N’en pouvant plus d’être enfermé dans un espace si étroit, je décide de baisser moi-même mes vêtements afin de libérer mon sexe qui devient de plus en plus douloureux à cause du plaisir qui pulse dans chacune de mes veines. Une fois délivré, je vois enfin Sehun l’empoigner plus fermement, laissant sa grande main enrober toute la longueur. Je hoquette de plaisir grâce à son touché mais surtout à cette vue tellement jouissive. Je peux d’ailleurs le percevoir se durcir contre mes fesses. Sa respiration se bloque puis il lâche un soupir tellement érotique à mon oreille que mon engin sautille entre ses doigts.

 

_ Qu’est-ce que j’aime te sentir durcir dans mes doigts… Gémit-il contre mon oreille, provoquant en moi une violente et délicieuse décharge qui me cambre tout contre lui.

 

Et à cet instant, mon esprit s’envole encore plus loin. Je perds pied et me laisse totalement faire, n’appréciant que la douce torture qui m’est affligée. Mes yeux se ferment et mes lèvres entre-ouvertes restent collées contre les siennes. Je me cramponne à son poignet toujours sur mon torse ainsi qu’à son deuxième bras pendant qu’il entame de lentes… très lentes caresses sur mon sexe. Mes soupirs se mêlent à la respiration haletante de mon homme dont les grognements raisonnent dans mon esprit. Mes soupirs deviennent des gémissements lorsque la pulpe de ses doigts remonte tout au bout et rencontre l’une des parties les plus sensibles de mon être. Mes plaintes indécentes au summum de l’érotisme raisonnent dans la pièce alors qu’il caresse sensuellement mon extrémité de sa paume. Quelle douce torture jouissive qui semble durer une éternité... Mon dos s’arque. Mon corps transpire mon plaisir. Mes muscles se contractent. Ma respiration se saccade sous l’intensité du plaisir se confondant parfois même en cris de pure jouissance. Finalement, la main de Sehun se détend et glisse d’une lenteur à vous faire hurler de frustration pour revenir à sa place initiale. Puis il reproduit ce même cycle, encore… et encore… et encore… jusqu’à ce que l’implosion soit au bout de mes doigts. Mais il libère totalement mon érection tendue à son maximum et débordante de plaisir.  

 

Frustré au plus haut point, je tente de reprendre mes esprits et une respiration décente. Le corps tremblant, je remonte ma main sur sa nuque pour l’embrasser de la façon la plus douce et désordonnée qui soit. Je veux lui transmettre tout mon amour, mon respect et mes remerciements pour s’occuper de moi en étant si doux. Mais je veux aussi qu’il comprenne à quel point je suis sur le point de jouir et ce dès l’instant où il me touchera… Enfin s’il le fait dans les secondes qui viennent… Mais je ne veux pas jouir tout de suite, je veux le faire avec lui…

 

Lorsqu’on ne fera qu’un.

 

Désireux de lui rendre le plaisir qu’il m’a offert, je me redresse rapidement suivi par Sehun. Celui-ci m’aide à me débarrasser de mes vêtements, les jetant au pied du lit. Mais lorsqu’il se retourne face à moi, je le plaque dos au le matelas et grimpe à califourchon sur son bassin. Ses deux mains prennent position sur mes flans qu’il caresse sensuellement. Quant à moi, je me penche au-dessus de lui avec un sourire en coin puis dépose un premier baiser des plus softs sur ses lèvres.

 

_ C’est à moi de m’occuper de toi, maintenant… Murmuré-je contre ses lèvres avant de faire glisser ma langue dessus, celle-ci rapidement aspirée par sa bouche.

 

Notre échange se fait long et interminable mais il déborde d’amour, de passion et d’envie. Pendant ce temps, je prends mon temps pour glisser mes deux mains sous son tee-shirt, les remontant jusqu’à son torse que je griffe doucement du bout de mes ongles. Orchestré par ses soupirs, je remonte finalement les pans de son vêtement avant de l’envoyer auprès des miens. Je pars ensuite à la découverte de sa peau si appétissante et retrace à l’aide de mes lèvres et de ma langue le chemin prit par mes yeux lorsque nous mangions. Je mordille ses lèvres. Je fais glisser le bout de mon nez contre le sien. J’embrasse ses yeux qui se ferment pendant que son souffle se répercute sur ma gorge. Je dévie sur le lobe de son oreille que j’aspire entre mes lèvres. Je longe sa mâchoire que je sens se contracter à mon passage. Je descends le long de sa pomme d’Adam qui bouge lorsqu’il déglutit. Je continue ma visite par ses clavicules, ses épaules, ses pectoraux dessinés comme je les aime, ses tétons que je m’amuse à malmener, puis son ventre, ses abdos saillant lorsqu’il contracte ses muscles par le plaisir ressenti.

 

J’arrive finalement sur son bas-ventre, mais je suis stoppé par son jogging qui recouvre quelque chose de bien plus appétissant. Je pose mon regard dessus et me mords la lèvre par l’envie. J’en ai l’eau à la bouche. Je perçois le regard de Sehun sur moi alors je suis curieux de connaître ses réactions. Je relève les yeux pour les ancrer dans les siens qui m’enflamment instantanément tant le désir est intense.

 

Et il ne fait qu’augmenter le mien.

 

Trop gourmand, j’attrape finalement les pans de son jogging afin de le lui retirer, emportant au passage son sous-vêtement. Une fois totalement nu, je l’admire encore une fois dans son intégralité. J’ai vraiment beaucoup de chance d’avoir un tel homme dans ma vie. Il a tout pour lui. Mais à l’heure actuelle, ce qui me fait le plus envie ce situe… ici. Je me replace correctement et admire l’unique spectacle qui se déroule sous mes yeux qui n’est autre que le sexe de mon amant qui prend doucement forme devant mon nez. Trop impatient à l’idée d’y goûter, je l’observe, l’admire et salive rien qu’à en imaginer son goût.

 

_ J’ai tellement envie de te goûter… Dégluti-je alors que mes doigts effleurent sa surface.

 

Je vois Sehun se soutenir de ses coudes pour mieux admirer la scène. Je ne le lâche pas du regard alors que mes lèvres déposent un baiser affamé sur son érection. Il ferme longuement les yeux tout en contractant ses muscles. Aimant particulièrement le tableau, je dépose un second baiser, puis un autre et encore un autre tout en descendant jusqu’à la base de son sexe. Une fois arrivé à cet endroit, je lui lance un regard des plus joueur et dépose ma langue tout contre lui puis la remontant lentement jusqu’à la pointe. Arrivé à l’extrémité, je l’enrobe entièrement de ma bouche avant de goulument l’aspirer, m’enivrant de son goût si délicieux. Les yeux fermés, savourant cet essence exquis, j’entends Sehun gémir sensuellement mon prénom. J’ouvre à nouveau les yeux et constate qu’il est entièrement allongé, l’une de ses mains cramponnés dans ses cheveux et le dos arqué. Satisfait, j’entame maintenant de lents va-et-vient sur sa verge tendue, m’amusant à chaque allé avec son gland que je sens perdre son liquide. Il est tellement bon… Tellement que j’en lâche un gémissement incontrôlé qui fait vibrer son érection dans ma gorge. Action qui a pour effet de le faire pousser un cri absolument non retenu.

 

Quel son exquis…  

 

J’allais reprendre mes activités mais il se redresse, ce qui attire mon attention. Comprenant qu’il est a bout, je fais de même et me me replace à califourchon sur lui. Je l’admire pendant un long momentet dépose ma main sur son visage afin de caresser sa joue. Qu’est-ce qu’il est beau… Qu’est-ce que je l’aime…  Mon regard posé sur lui déborde d’amour. Je capture ses lèvres de la plus tendre des caresses pour lui témoigner tous mes sentiments à son égard. Il enlace ma taille pour me coller davantage à lui tout en répondant à mon baiser. Un violent frisson me secoue lorsque je ressens l’amour qu’il me transmet.

 

Il est tellement fort…

 

Pendant notre échange, il inverse doucement nos positions, m’allongeant tendrement sur le matelas. J’écarte doucement les jambes pour qu’il prenne sa désormais nouvelle place. Ce qu’il fait. Il s’allonge sur mon corps, me surplombant de toute sa taille puis il soulève mon menton pour venir doucement m’embrasser dans un baiser calme et langoureux. Il finit par rompre le baiser avant de s’étirer vers sa table de chevet. Il ouvre son tiroir et semble chercher quelque chose mais je n’y prête pas attention. Au contraire, j’en profite pour embrasser de toute mon admiration et mon amour les parties du corps qu’il offre à mes lèvres.

 

Il revient à sa place initiale, et se tient sur un bras pour ouvrir le flacon de son autre main. Cependant il n’a pas le temps car je lui prends des mains avant qu’il le fasse. Je lui lance un petit regard joueur puis déverse le liquide dans la paume de ma main puis ramène celle-ci entre nous. Il se redresse légèrement pour laisser un passage qui facilite la recherche de son érection qui effleure au passage mon fessier. Je ne peux empêcher un gémissement de hâte de franchir mes lèvres tant j’ai envie qu’il me possède. J’applique soigneusement le gel sur son sexe et le caresse dans toute sa longueur. Je lui redonne un peu plus de vigueur puis Sehun me reprend la bouteille des mains. Il m’intime de me rallonger alors je lui obéis. Je ne m’attendais pas à sentir la caresse de son index contre mon intimité. La froideur du produit et le plaisir de son geste me font m’arquer une nouvelle fois, retenant un grognement de plaisir mais celui-ci ne peut que se faire entendre lorsqu’il me pénètre de son doigt, me préparant avec une douceur incomparable. Mais cet homme est vicieux… Il en profite pour me torturer de longues minutes en me pénétrant de ses longs doigts au point que si je ne l’arrête pas, je vais jouir uniquement grâce à eux…

 

Je me redresse subitement bien que l’effort de le stopper est tout bonnement une énième torture. C’est tellement bon ce qu’il me fait que j’en ai du mal à réfléchir. Mais je sais que la suite le sera davantage… Et je veux le faire avec lui. Je veux qu’il me fasse l’amour. Je veux jouir pour lui. Je veux qu’il jouisse pour moi. Je veux qu’on le fasse ensemble. Je ne veux pas prendre du plaisir seul alors qu’il fait tout le travail. Je veux qu’il me fasse l’amour…

 

J’attrape alors ses lèvres entre les miennes presque sauvagement tellement je suis frustré mais je m’adoucis vite, rendant notre échange plus sensuel.

 

_ Fais-moi l’amour, Oh Sehun… Murmuré-je contre ses lèvres, rouvrant les yeux pour les planter dans les siens.

_ Laisse-moi te faire l’amour, Kim Jongin… Me répond-t-il de la même façon

 

Il me rallonge dans la plus grande douceur alors que je l’enlace étroitement pendant qu’il se prépare à s’introduire en moi. J’ai tellement envie de le sentir… Il dépose son front contre le mien, caressant mon nez du sien avant de venir m’embrasser alors qu’il me pénètre lentement et doucement. Mon corps se met à trembler tant le plaisir est à son paroxysme. Je l’embrasse comme si ma vie en dépendait jusqu’à ce qu’il s’enfonce entièrement en moi.

 

Enfin. Il me possède et qu’est-ce que c’est bon…

 

Épris d’amour, je ressers mon étreinte dans son dos et le griffe doucement alors qu’il entame des vas et viens en moi. Lèvres contre lèvres, nos corps s’épousent à la perfection, se caressent dans ses mouvements de bassins et nos cœur battant comme s’ils n’étaient qu’un.

 

Tout est parfait.

 

J’ouvre difficilement les yeux pour admirer son visage déformé par le plaisir ce qui me fait d’autant plus gémir son prénom, l’obligeant à me regarder dans les yeux. C’est ainsi que nous gémissons à l’unisson, nous délectant du plaisir de l’autre, nous abreuvant de ce son si délicieux, avançant pas à pas vers l’extase qui est malheureusement très proche.

 

Trop proche.

 

Des picotements s’emparent de mon bas ventre et m’envahissent-en suivant chaque coup de la part de Sehun. Cette vague de plaisir remonte doucement jusqu’à ce que mon corps soit secoué de spasmes incontrôlés. Mon corps s’arque à son paroxysme rattrapé par de violents tremblements alors que je me déverse entre nous dans un grognement de pur plaisir. Je suis rapidement accompagné de Sehun que je sens se tendre puis se déverser en moi avant qu’il ne s’écroule dans mes bras. Nos visages, toujours proches de l’autre se blottissent l’un contre l’autre. Nous nous sourions, heureux, avant de nous embrasser de longues et interminables minutes tout en nous enlaçant amoureusement.

 

_ Qu’est-ce que je t’aime…

 

_ _ _ _ _

 

Les yeux fermés, je profite de ce moment plus qu’agréable tout en étant blotti dans les bras de l’homme que j’aime. Nous sommes allongés à moitié l’un sur l’autre les jambes entrecroisées et blottis dans les bras de l’autre. Ma tête repose dans le creux de son cou pendant que mes doigts caressent délicatement son épaule. Quant aux siens, ils s’amusent à rouler sur la totalité de mon dos. Bercé par ces mouvements apaisant et le rythme des battements de son coeur, je somnole sans me permettre de m’endormir car je sais que l’heure avance et que je vais devoir bientôt partir. Mais il me reste encore une bonne heure avant que ça n’arrive et je veux profiter au maximum de Sehun.

 

_ Jonginnie… m’appelle doucement Sehun, je peux avoir ton avis sur quelque chose ?

_ Mh… ? Lui réponds-je à moitié endormi.

_ Tu... Tu te souviens que je t’avais parlé de mon père la dernière fois… Commence-t-il avant de marquer une pause que je trouve anormalement longue.

_ Oui, je m’en rappelle… Marmonné-je contre sa peau avant d’y déposer un baiser pour l’encourager à me parler. Je relève finalement la tête pour le regarder. Ça va ? Le questionné-je, inquiet devant son expression.

_ Oui… ça va… C’est juste qu’il m’a appelé hier, m’avoue-t-il en se mordant la lèvre d’appréhension. Et il m’a dit qu’il voulait passer une journée avec moi pour… renouer un contact avec « son fils », dit-il en mimant les guillemets. Il m’a dit qu’il s’en voulait pour ce qu’il nous a fait et qu’il était désolé…

_ Mais c’est génial, ça ! M’exclamé-je tout à coup bien réveillé. Qu’est-ce qui te chagrine là-dedans ?

_ Je ne sais pas… Je trouve ça étrange qu’il revienne comme ça après tout ce temps. Enfin, je veux dire… qu’il se rende compte de son erreur si tard…

_ Il vaut mieux tard que jamais, tu ne crois pas ? Lui souris-je en venant caresser son menton pour le faire réagir.

_ C’est pas faux… Mais je sens qu’il cache encore quelque chose… J’ai pas envie de tomber dans le panneau…

_ Je comprends que ce soit difficile pour toi… Mais regarde le bon côté des choses, dis-je en lui grimpant dessus, tu n’as rien à perdre… lui avoué-je avant qu’il m’enlace.

_ C’est vrai, tu as raison. Je vais lui laisser une chance alors, merci…

 

Je lui souris puis il vient prendre possession de mes lèvres dans un doux baiser qui devient rapidement une lente avalanche d’amour qui dure encore et encore. Je lui offre un dernier baiser puis laisse courir doucement mon doigt sur ses lèvres tout en entrant dans mes pensées les plus profondes. Effectivement, il n’a rien à perdre étant donné qu’il a déjà perdu son père…

Mon sang se glace lorsque ces mots raisonnent dans ma tête. Perdu ?

 

Mince… nous sommes bientôt le 11 Juin…

 

_ Jongin, tu m’entends ?

 

Je sursaute puis relève les yeux de ses lèvres pour les ancrer dans les siens qui semblent être inquiets.

 

_ Hein ? Pardon, j’étais dans mes pensées… Réponds-je, troublé d’avoir été pris sur le fait.

_ J’ai vu ça, ça va ?

_ Hm oui… Je… Je me demandais si tu faisais quelque chose ce weekend ? Demandé-je en me redressant pour m’asseoir sur le lit.

_ Mhh, réfléchit-il avant de passer ses mains derrière sa tête pour la soutenir. Non, je ne fais rien, pourquoi ? Tu as quelque chose de prévu pour nous ? Me questionne-t-il en souriant.

_ Je… hésité-je à demander car après ça, je ne pourrais plus revenir en arrière. Je dois retourner à Chuncheon... Avoué-je légèrement anxieux. Tu sais, où je vivais avant de venir ici… Ce samedi pour faire… quelque chose… Mais je ne me sens pas capable d’y aller seul… Tu pourrais-

_ Venir avec toi ? Me demande-t-il en me jetant un regard pour me sonder alors j’hoche la tête pour lui répondre. Bien sûr, je viendrai avec toi mais… c’est quoi cette cho-

_ Je peux aller prendre une douche avant de retourner en cours ? Le coupé-je en me rappelant cette substance visqueuse sur mon ventre.

_ Euh, oui, allons-y ensemble, faut aussi que j’en prenne une…

 

J’allais me lever du lit mais il attrape mon bras pour me tirer sur lui. Par sa force, je m’étale de tout mon long sur son corps et me rattrape sur mes coudes de part et d’autres de son visage. Il m’enlace étroitement de ses bras musclés puis dépose tendrement ses lèvres sur les miennes. Il recule ensuite son visage et caresse mes cheveux, les dégageant de devant mon visage.

 

_ Je t’aime et je te soutiendrai peu importe ce que tu me demandes… Mais je sens que cette chose te tracasse et je n’aime pas ça… N’aie pas peur de m’en parler, s’il te plait… Me confie-t-il droit dans les yeux d’une voix rassurante.

 

Il embrasse une énième fois mes lèvres, tirant l’inférieur lorsqu’il qu’il se recule. Cependant je ne veux pas rompre notre étreinte maintenant donc j’avance mon visage et le colle contre le sien. Je l’y blottie pour chercher son réconfort, puiser dans ses forces, m’enivrer de son odeur et m’imprégner de sa douceur et de son amour.

 

_ Je ne pars pas d’ici sans t’avoir piqué un de tes vêtements…

 

Je l’entends rire avant de nous faire tourner pour qu’il se retrouve au-dessus de moi. Sur le coup, je ne comprends pas pourquoi il rit, puis je réalise ce que je viens de dire. J’éclate de rire et attrape l’un des oreillers à mes côtés avant de le mettre sur ma tête pour me cacher dessous. Je suis tellement niais, ce n’est pas possible ! Il se lève du lit et je l’entends ouvrir son armoire. Je sors ma tête de derrière l’oreiller et regarde ce qu’il fait. Il se retourne vers moi et brandit un de ses tee-shirts avant de revenir près du lit.

 

_ C’est un de mes préférés alors je l’ai souvent mis. Je pense qu’il te plaira… sourit-il en me tendant le vêtement.

 

Je l’attrape entre mes doigts et enfoui mon visage dedans afin de respirer son odeur. Je frôle de laisser échapper un gémissement de plaisir tant son odeur me fait perdre la tête. Ça sent tellement bon…

 

_ Satisfait ? Me demande-t-il avec ce sourire en coin qui ne me laisse pas indifférent.

_ Ça fera l’affaire en attendant que tu retrouves le chemin de mon lit, lui réponds-je en me redressant pour venir l’embrasser du bout des lèvres.

_ Si j’pouvais, j’y serai toutes les nuits dans ton lit… Mais comme je peux pas, moi aussi je veux quelque chose… croise-t-il les bras sur son torse, faisant la mine de bouder.

_ Attends…

 

Je descends du lit et rejoins mon sac dans lequel sont rangées mes affaires de danse. Tant pis, je danserai avec mon tee-shirt actuel, ce n’est pas un problème. Je me retourne alors vers lui et lui jette le vêtement qu’il attrape au vol.

 

_ J’ai que ça sous la main pour le moment, je t’en donnerai un autre la prochaine fois si tu veux, ris-je en pliant soigneusement celui qu’il m’a donné pour le ranger dans mon sac.

_ Mhhh… Sachant que tu danses les trois quarts de ta vie, je pense que c’est l’un des vêtements que tu as le plus porté… Alors ça me va.

 

Il s’avance vers moi et enserre à nouveau ma taille afin de m’embrasser d’un baiser passionné qui dure de longues minutes.

 

_ Tu te rends compte à quel point on est niais ? Lui fais-je remarquer avant de rire de notre misère.

_ Je m’en fou ! Rit-il à son tour, tous les nouveaux couples sont niais. Moi je t’aime et puis c’est tout ! Aller à la douche avant que ton corps nu ne me tente trop et que je te fasse à nouveau l’amour… Ta mère me tuera si je te fais louper les cours et là ce ne sera même pas la peine de penser au fait que je puisse retourner un jour dans ton lit !

 

_ _ _ _ _

 

Après le dîner, je salue mes parents puis monte dans ma chambre pour me reposer tranquillement. J’ouvre mon sac pour mettre au sale mes vêtements puis sort délicatement le haut que Sehun m’a donné. Je le déplie et enfoui mon visage à l’intérieur pour ressentir son odeur. Je ferme doucement les yeux et me laisse aller à imaginer qu’il est en ce moment même avec moi. Je l’éloigne finalement de mon visage avant de partir dans ma salle de bain pour prendre une douche avant de me coucher.

 

Une fois terminé, je me sèche et enfile un caleçon puis ce fameux vêtement. Rapidement, je me fais submerger par son odeur qui m’apaise au point que je pourrai m’endormir dans la seconde. Mais ce n’est pas l’endroit. Je fini ma toilette puis retourne dans ma chambre pour fermer les rideaux. Je m’avance vers ma commode où trône le magnifique sourire de Yixing. Je prends le cadre dans mes mains puis m’assois en tailleur sur le rebord de mon lit.

 

Je regarde sa photo durant de longues minutes, me rappelant le jour où elle a été prise. C’était il y a un an presque jour pour jour. C’était le 5 Juin 2015. Notre école avait organisé un concours regroupant plusieurs catégories pour fêter la fin de l’année. Yixing et moi y avions participés. Nous avions participé pour la catégorie danse en duo et il avait aussi participé pour celle concernant le chant étant donné qu’il excellait dans ces deux domaines. Je me rappelle encore de ces nombreux jours où il composait la chanson parfaite, comme il l’appelait, pour son passage. Il passait de nombreuses heures allongé sur mon lit à gratter le papier avant de se redresser pour voir ce que ça donnait à la guitare.

 

Et moi je l’admirais faire…

 

Il prenait tellement de plaisir à faire ça. Si j’avais su que c’était les dernières fois que je le voyais composer des chansons…

 

Une larme coule doucement sur ma joue. Je l’essuie du revers de la main puis laisse glisser mon pouce sur le contour de son visage, puisant mon énergie dans la force de son sourire.

 

Ce jour-là, nous n’avons pas remporté le trophée pour notre duo mais il l’a gagné en solo. Il était tellement heureux que je n’ai pas pu m’empêcher de tenter de le prendre en photo. Mais il n’aimait pas beaucoup ça alors c’était difficile, mais j’y suis quand même parvenu après maintes supplications… Il ne pouvait jamais résister à mes demandes même les plus puériles… Mais aujourd’hui je me dis que j’ai bien fait d’insister… Sans ça je n’aurais pas eu cette magnifique photo d’un des jours le plus heureux de sa vie.

 

Je renifle bruyamment avant de remonter sur le lit pour m’allonger dans mes draps. Je ne prends même pas la peine de regarder mon téléphone, le posant sur la table de chevet. Je dépose à ses côtés le cadre avant de laisser courir une nouvelle fois mes doigts sur le verre. Je m’allonge finalement puis me blotti sous ma couette, m’y cachant dessous comme pour former un cocon dans lequel je me laisse aller. Je ne lutte pas pour retenir mes larmes qui coulent doucement sur mes joues pour se noyer dans mon oreiller. Ces deux semaines à venir vont être des plus difficiles à vivre…

 

_ _ _ _ _

 

Le lendemain, je commence les cours à dix heures du matin et heureusement pour moi car ma nuit a été très difficile. Même avec le tee-shirt de Sehun, je n’ai pas réussi à trouver le sommeil, me repassant sans arrêt plein de bons comme de mauvais souvenirs. Ce n’est donc sans surprise que je me réveille avec des cernes jusqu’à par terre.

 

Après m’être préparé je regarde pour la première fois de la journée mon téléphone et constate que Sehun m’a envoyé un message hier soir. Je l’ouvre et le lis.

 

« Demain je commence à 8h, tu veux que je vienne te chercher ? »

 

Je soupire et me sens encore plus mal de l’avoir laissé comme ça sans réponse. Je compose alors un nouveau message à son intention, me rappelant qu’il est neuf heures et demi du matin.

 

« Je suis vraiment désolé… Je n’ai pas vu ton message et je me suis endormi… Je ne commence qu’à 10h aujourd’hui… je suis désolé… »

 

Je range mon téléphone dans ma poche et attrape mon sac. Je descends et rejoins l’entrée sans un mot. Je m’apprête à prendre mon skate mais renonce finalement. Marcher me fera du bien…

 

Vingt bonnes minutes plus tard, j’arrive enfin devant l’école. J’entre dans l’établissement et parcours mon chemin le plus discrètement possible, comme toujours. Cependant mon corps se fait stopper dans son ascension vers ma salle de cours. Je me retourne et tombe sur Sehun qui me tient le poignet.

 

_ Alors comme ça tu essaies de t’échapper ? Me demande-t-il en appuyant son épaule contre le mur. Ça fait depuis que t’es entré dans le couloir que je t’appelle mais tu ne t’es pas arrêté, et… dit-il en sortant mon téléphone de ma poche pour le déverrouiller. Tu n’as pas répondu à mon dernier message…

_ Je… Pardon… Je… tenté-je de trouver une excuse, mais en vain. Je suis nul et je n’ai pas d’excuses.

 

Il me rend mon téléphone et écarte ses deux bras au niveau de ma nuque, m’invitant à me blottir contre lui. Ce que je ne refuse absolument pas. Je m’avance doucement et m’échoue contre son torse. J’enlace sa taille et dépose ma tête contre son cou, inspirant profondément son odeur en fermant les yeux alors qu’il referme ses bras autour de ma nuque. Je souffle tout l’air de mes poumons pour me ressourcer, me reposant un long moment contre lui.

 

_ Je suis tellement désolé… Murmuré-je pour que seul lui m’entende tout en resserrant mon emprise sur sa taille. J’ai passé une nuit horrible… Chouiné-je, épuisé et désemparé.

_ Oh… Et comment tu te sens maintenant ? Me demande-t-il en me caressant le dos, inquiet.

_ Je me sens mieux maintenant que t’es là… avoué-je en inspirant encore son odeur comme si celle-ci rechargeait mes batteries.

_ Alors reste contre moi le temps qu’il te faudra… Me rassure-t-il alors que la cloche se met à sonner.

 

Je m’éloigne finalement de lui à contre cœur, ne voulant pas être en retard en cours. Il le comprend et ne s’y oppose pas. Je m’avance vers lui pour lui embrasser la joue avant de commencer à partir.

 

_ Je viendrai te chercher dans ta classe tout à l’heure ! M’informe Sehun alors que je me retourne pour lui offrir mon premier sourire de la journée.

 

Lorsque le cours se termine, je range mes affaires et sors de la classe. Mais je n’ai pas le temps de franchir la porte que je me fais attraper puis doucement plaquer contre le mur, Sehun collé tout contre moi. Je tente de dire quelque chose mais ses lèvres s’échouent de façon presque brusque contre les miennes, m’offrant un baiser passionné auquel je ne m’attends pas du tout. Pris au dépourvu je ne peux que répondre à son geste, plus qu’en manque de son attention. Cependant je le repousse au bout de quelques secondes lorsque je vois au loin, Baekhyun passer. Ce dernier tourne la tête vers nous au moment où Sehun s’éloigne. Mon petit ami comprend que quelque chose m’interpelle puis il tourne la tête et remarque Baekhyun qui lui fait un signe de la main en guise de salutation. Il la lui rend avant de reporter son attention sur moi.

 

_ Pas devant lui s’il te plait… Lui demandé-je alors que je suis son ex des yeux jusqu’à ce qu’il disparaisse de mon champ de vision. Je me sens déjà coupable de lui avoir piqué son mec alors je ne veux pas le mettre mal à l’aise en nous affichant devant lui… Avoué-je en reportant mon attention sur lui, me mordant la lèvre d’appréhension.

_ Mon petit ami est vraiment une personne génial tu sais ? Il faudrait que tu le rencontres un jour ! S’exclame-t-il d’un air sérieux, ce qui me fait éclater de rire en enlaçant sa nuque pour le rapprocher de moi.

_ Et le mien est totalement puéril, lui réponds-je en venant doucement frotter mon nez au sien.

_ Et… devant lui… Dit-il en désignant Kyungsoo d’un signe de tête, je peux t’embrasser ? Me demande-t-il en me plaquant davantage contre le mur à l’aide de son corps alors que je jette un œil à ce qu’il me montre, souriant en coin.

_ Tu as le droit de me faire tout ce que tu veux devant lui, lui intimé-je alors qu’il reprend possession de mes lèvres dans un long baiser langoureux voire presque indécent.

_ Les jeunes, prenez une chambre, vous êtes dans un établissement universitaire ici. Nous interromps un surveillant, nous faisant nous écarter avant de partir en courant, laissant nos rires trancher tous les autres bruits du couloir.

 

_ _ _ _ _

 

C’est enfin le weekend… Je ne sais pas si je peux vraiment dire « enfin » sachant que plus on s’en approche, plus le souvenir du jour le plus douloureux de ma vie arrive à son tour. Demain je pars pour Chuncheon avec Sehun que j’ai d’ailleurs convié à passer la nuit à la maison.

 

Demain fera un an jour pour jour que Yixing est parti…

 

Sehun ne le sait pas encore et le fait que les heures approchent l’heure de la révélation me rend très anxieux. C’est donc avec de nombreuses émotions que m’allonge dans les bras de mon cher et tendre. Sachant pertinemment que celle-ci va être difficile, je crois en l’effet que Sehun a sur moi pour essayer de la rendre meilleur. Apaisé par ses caresses, je m’endors rapidement car malgré tout, toutes les autres nuits de la semaine ont été difficiles.

 

Je suis épuisé…

 

Mais mon sommeil décide encore une fois de me malmener. Mon esprit passe en boucle les images de ce jour de malheur. Mon corps se met à transpirer abondamment et ma respiration se fait difficile. Mon cœur m’oppresse au fur et à mesure des souvenirs plus que douloureux. Je m’entends gémir dans mon sommeil alors que mon corps est secoué de légers sursauts. Je fini par me réveiller en sursaut et me redresse en position assise pour prendre mon visage dans mes mains, soufflant toute l’air que possède mes poumons pour me soulager du mauvais rêve que je viens de faire. Je me rallonge enfin, m’installant contre Sehun, endormi sur le dos. Je pose ma tête sur son épaule et passe mon bras sur son ventre. Ventre que je sens étrangement recouvert d’un liquide. Surpris, je laisse glisser ma main pour comprendre de quoi il s’agit lorsque je sens quelque chose. Je me redresse vivement et allume la lumière se trouvant de mon côté du lit. Je me retourne face à lui et découvre une scène des plus cauchemardesques. Je pousse un cri d’effroi tout en portant mes mains devant ma bouche en voyant Sehun, allongé sur le dos, les yeux ouverts et une lame plantée dans l’abdomen. 

 

_ Non… Non… NON !! SEHUN !!

 

Je hurle son nom alors que les larmes dévalent mes joues en un violent torrent. Le corps tremblant, la respiration courte et le cœur en miette, j’essaie de faire un point de compression comme si j’espérais un miracle. Mais Sehun ne répond pas. Il ne bouge pas. Et j’hurle, je pleure et gémis comme si l’on venait de m’arracher le cœur. Pas lui ! Je vous en supplie, ne me l’enlevez pas lui aussi !

 

_ SEHUN !! SEHUN RÉPOND MOI JE T’EN SUPPLIE !! SEHUN !! SEHUN !! Hurlé-je en secouant son corps pour qu’il me réponde. Sehun… Réveille-toi… Réveille-toi… Le supplié-je, la tête tombant contre la sienne, mes larmes noyant son visage. Me laisse pas… T’as pas le droit… Gémis-je douloureusement d’une voix brisée, me cramponnant au tissu de son tee-shirt. SEHUN !!

_ Jongin… Jongin ! JONGIN !!

 

Le corps recouvert de sueur, j’ouvre enfin les yeux et me retrouve face à Sehun, à moitié au-dessus de moi. À peine ai-je croisé la lumière et son visage que je m’effondre en larmes, me redressant pour le serrer le plus fort possible dans mes bras. Comme pour réaliser qu’il est bien là. Qu’il est bien vivant…

 

_ C’est fini mon ange… C’était un cauchemar, je suis là… Je suis là mon cœur… Répète-t-il alors que je pleure toutes les larmes de mon corps dans ses bras en des sanglots tranchants, le corps tremblant comme une feuille et la respiration bloquée de peur de l’avoir lui aussi perdu. Respire mon ange… Fais comme moi… Me dit-il en inspirant et expirant profondément. Je tente de l’imiter, tremblant, jusqu’à ce que ma respiration reprenne un rythme de plus en plus normal mais ce n’est pas pour autant que mes larmes cessent. Voilà, comme ça… Respire calmement, tout va bien…

 

Après presque une heure à être cramponné à lui de peur qu’il s’en aille et de peur d’être encore dans un cauchemar, je me détache finalement de lui afin de me lever du lit.

 

_ Ça va ? me demande-t-il aux aguets.

_ Je… Je vais aller prendre une douche bien fraiche pour me changer les idées… Réponds-je d’une toute petite voix cassée.

_ D’accord… Tu veux que je vienne avec toi ?

_ Je n’en ai pas pour longtemps… Rendors-toi…

 

Il me regarde et m’offre un petit sourire que j’essaie de lui rendre afin de le remercier. Je disparais ensuite derrière le mur, rejoignant la salle de bain. J’attrape mon verre et le rempli d’eau afin de boire une bonne gorgée pour me changer les idées. J’allume ensuite la douche et retire le peu de vêtement qui me recouvre. J’entre enfin sous l’eau froide qui me saisit immédiatement puis me laisse glisser contre la paroi de verre, prenant mon visage entre mes mains. Je ferme longuement les yeux pour tenter d’oublier tout ça mais c’est impossible. Les larmes refont surface et se déversent à nouveau, se mêlant aux gouttes d’eaux.

 

En ayant plus que marre de ses images qui passent en boucle, je bascule la tête contre la vitre, ouvrant péniblement les yeux sur mes mains qui recueillent lascivement l’eau qui s’écoule. Mais un détail me frappe.

 

_ AHH !! Hurlé-je alors que mes mains sont recouvertes de sang.

 

Je me lève précipitamment, manquant de glisser dans la douche lorsqu’un corps m’attrape et me sers contre lui comme si sa vie en dépendait. Je cache mon visage dans sa nuque et perds à nouveau le peu de contrôle que j’avais sur moi-même, sanglotant violemment contre lui.

 

_ Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Ça va ?! Me questionne-t-il tout autant paniqué que moi.

_ Mes mains… ! Mes mains… ! Tenté-je d’articuler alors qu’il attrape mes mains probablement pour les regarder.

_ Qu’est-ce qu’elles ont tes mains ?!

_ Du sang… Réponds-je en me mettant à trembler en me rappelant les scènes que j’ai pu voir dans mon passé.

_ Il n’y a rien sur tes mains Jongin… Tente-t-il de me rassurer.

_ Je l’ai vu…

_ Jongin… tu me fais confiance, pas vrai ? Me demande-t-il alors qu’il me recouvre d’une serviette.

_ Oui…

_ Alors crois-moi… Elles n’ont absolument rien tes mains, regarde… Me dit-il en me reculant de lui pour que je les regarde.

 

Je dépose alors à contre cœur mes yeux sur mes mains, les découvrant tout à fait normales. Aucune trace de sang. Me sentant alors honteux et totalement stupide, je dépose mon front contre son torse, tentant de me faire tout petit alors que je me confonds en excuse pour me faire pardonner de l’avoir réveillé et de lui faire passer une horrible nuit. Je suis à bout…

 

_ Arrête de t’excuser, tout va bien… 

 

Il me sourit et m’essuie le corps puis les cheveux, les ébouriffants avant de venir m’embrasser tout doucement les lèvres pour ne pas me brusquer.

 

_ J’en peux plus Sehun… chouiné-je en le regardant dans les yeux d’un air désespéré, fais quelque chose, je t’en supplie…

 

Il se mord un instant la lèvre probablement pour réfléchir à une solution pour me changer les idées. Il dépose finalement la serviette sur l’étendoir puis s’avance vers moi. Il passe ses bras autour de ma taille pour me rapprocher de lui puis il m’embrasse dans un baiser d’abord doux puis de plus en plus passionné. Comprenant son idée, je l’accepte sans piper mot, jouant le jeu en entourant sa nuque de mes bras. Je me retrouve rapidement soulevé alors j’entoure sa taille de mes jambes jusqu’à ce que mon dos se retrouve allongé sur le matelas. Il me rejoint rapidement et c’est ainsi que nous nous laissons aller à notre amour alors que nous sommes au beau milieu de la nuit. Mais qu’importe. Il a rendu ma nuit plus belle et plus paisible et m’a permis un sommeil quelque peu réparateur. Et pour ça je lui en serais toujours reconnaissant.

 

_ _ _ _ _

 

On y est. Je ne peux plus faire marche arrière. Je ne peux plus changer d’avis.

 

Nous venons d’arriver à Chuncheon après plusieurs heures de routes. Avant de partir, Sehun m’a proposé de prendre le volant suite à ce qu’il s’est passé cette nuit. Certes j’ai finalement réussi à trouver un sommeil paisible mais ce n’est pas pour autant que celui-ci ait été long… Durant tout le trajet je n’avais qu’une seule pensée en tête.

 

C’est aujourd’hui.

 

C’est aujourd’hui que Sehun apprendra mon histoire… Aujourd’hui que j’en parlerai pour la première fois à quelqu’un… C’est aujourd’hui, qu’il y a un an, mon cœur m’a été arraché.

 

J’indique à Sehun de se garer sur un parking public à quelques pas du cimetière afin de ne pas entrer directement dans le vif du sujet… Et surtout car je redoute le moment où je devrai tout lui avouer, tout me remémorer… Et ce moment où je me trouverai face à lui… Yixing, que je n’ai pas vu depuis maintenant un an.

 

La voiture s’immobilise et le silence dans l’habitacle est très pesant pour moi. Sehun me regarde et me sonde alors que je regarde droit devant moi. Je réfléchis à ce que je vais dire, comment le dire, et que faire. Mon expression est décomposée depuis quelques jours et Sehun ne me pose pas plus de questions, mais bientôt il aura ses réponses.

 

J’ouvre finalement ma porte et sors de la voiture, rapidement rejoint pas mon petit ami qui en fait le tour pour venir me rejoindre. Je regarde enfin autour de moi et titube violemment lorsqu’une avalanche de souvenirs tous plus désagréables les uns que les autres m’envahie brutalement.

 

_ Ça va ? Me demande-t-il en me tenant pour que je ne tombe pas.

_ Faisons-ça vite… Prononcé-je tout bas en m’agrippant à lui.

 

Il acquiesce, ignorant totalement ce que nous faisons là. Je lui indique alors le chemin à prendre et nous marchons dans cette direction. Je me tiens à son bras et marche doucement, le corps tremblant. Il sent qu’il se passe quelque chose et me soutien par le simple biais de ses gestes mais surtout par sa présence. Je me sens désolé de ne pas lui parler et de devoir le laisser se poser des questions, mais je suis incapable de parler à qui que ce soit. Même mes parents… Cela fait quelques jours que je ne leur ai pas adressé plus de quelques mots… Seul Sehun arrive à m’arracher des mots ou encore des petits sourires. Il m’apaise rien que par son touché ou son odeur. S’il n’avait pas été là, j’ignore si j’aurais été capable de revenir ici…

 

Nous arrivons finalement devant cet endroit lugubre qui n’aspire pas vraiment à ce qu’on le visite par choix. Nous nous arrêtons devant l’immense portail dont les portes sont ouvertes. Je regarde longuement les moulures du fer ainsi que ce qui se trouve derrière, essayant de trouver le courage d’y mettre un pied. Totalement pétrifié, je n’arrive plus à bouger. Je me mords la lèvre alors que des larmes remplissent doucement mes yeux. Et c’est alors qu’un tas de questions surviennent dans mon esprit. Où suis-je ? Qu’est-ce que je fais ici ? Pourquoi suis-je ici ? Où dois-je aller ? Je ne sais pas… Je me cramponne à Sehun qui est immédiatement alerté sur mon état second. Où dois-je aller… ? Je ne sais même pas où il est… Comment je peux le trouver ? Paniqué, ma gorge se serre, ne facilitant pas ma respiration alors que je regarde partout autour de moi à la recherche de réponses. Sehun m’attire contre lui et m’enlace soudainement mais délicatement, me serrant contre lui dans ses bras se voulant rassurant. À cet instant, toutes mes questions s’envolent et je respire enfin…

 

_ Calme toi Jongin… Je suis là, tout va bien… Me rassure-t-il en caressant doucement mon dos pour m’apaiser. On doit aller vers où ? Me demande-t-il en regardant les différents chemins.

_ Je ne sais pas… Soufflé-je, exténué et désemparé. Je… Je ne suis encore jamais venu…

_ D’accord… Je vais demander au gardien, comment s’appelle la personne que tu viens voir et en quelle année est-elle… ? Se racle-t-il la gorge par la gêne de prononcer ce mot.

_ Z… Zhang Yixing… 2015… Murmuré-je difficilement, retenant furieusement mes larmes de couler.

_ Ok… Ne bouge pas, j’arrive tout de suite.

 

Il dépose un doux baiser sur mon front avant de s’éloigner vers le bureau à l’entrée. Quant à moi, je m’assoie sur un banc non loin de moi afin de ne pas m’écrouler sous le poids de mon corps tremblant. Je ferme les yeux vers le ciel pour ressentir le vent frais caresser mon visage par ce temps pluvieux. Cependant il revient rapidement alors de les rouvre et le rejoins, m’agrippant à son bras. Il m’indique la route à prendre et nous la suivons d’un pas plus que lent. Effectivement, j’essaie de retarder le moment où je serai face à lui.

 

Nous marchons au milieu de cet immense espace vert parsemé de pierres tombales. Nous croisons certaines personnes qui cherchent eux aussi une personne qui leur est cher. Malheureusement pour moi, nous arrivons un peu trop rapidement dans la zone recherchée. Constatant ce fait, je me cramponne davantage au bras de Sehun, ne voulant pas le lâcher. Nous avançons d’encore quelques mètres, marchant entre les tombes à la recherche de la plus importante à mes yeux...

 

Lorsque son visage souriant attire mon attention.

 

Et là tout disparait autour de moi. Je lâche doucement la main de Sehun qui ne me retient pas et fait les derniers pas jusqu’à arriver face à Yixing. Son sourire si resplendissant m’attire jusqu’à lui, ses yeux me crient tous les souvenirs que nous avons eu ensemble. Mes larmes roulent sur mes joues comme un doux ruisseau. Mon corps perd le peu de force qu’il lui reste et s’écroule à genou dans l’herbe face à ce portrait si joyeux au milieu de cet endroit si triste.

 

À partir de ce moment, je ne fais plus attention à ce qui m’entoure. Je me penche en avant et pose mon front sur mes mains à plat sur le sol puis laisse aller mes pleurs trop longtemps retenus. De violents sanglots tranchants raisonnent autour de moi mais je m’en fiche… Ça fait du bien de se laisser aller sans avoir peur de quoi que ce soit. J’agrippe l’herbe comme s’il s’agissait de ses mains, comme pour me raccrocher à quelque chose qui n’existe plus. Je sens soudainement une bourrasque de vent m’enrober chaleureusement comme s’il était là, près de moi. Comme s’il voulait me rassurer, me consoler, me protéger…

 

Un gémissement de pure souffrance m’échappe alors que je sens soudainement une main se poser dans mon dos et le caresser doucement. Je relève la tête et remarque que Sehun vient de me rejoindre. Il s’agenouille à côté de moi pendant que je viens me blottir contre lui, enlaçant sa taille pour pleurer à nouveau toute ma peine dans ses bras. Le silence fait place et le vent nous enlace encore. Cependant, Sehun prend la parole.

 

_ Alors c’est ce fameux danseur, c’est ça ? Me dit-il la voix rauque.

 

Surpris par le ton de sa voix, je relève la tête pour regarder son visage et constate qu’une larme menace de couler. J’attrape alors son visage entre mes mains, chassant cette vilaine larme du bout de mon doigt.

 

_ Tu pleures ? Pardon… Je suis désolé…

_ C’est parce que je suis ému… Me rassure-t-il en m’offrant un léger sourire. Je ne t’en veux absolument pas, ne t’inquiète pas… Continue-t-il en chassant les larmes de mon visage, sortant un mouchoir pour me le tendre. Il reporte son attention sur la tombe se tenant face à nous. Zhang Yixing… Commence-t-il en venant doucement poser sa main sur le sommet de la pierre. Enchanté de te rencontrer, moi c’est Sehun… Jongin ne m’a pas beaucoup parlé de toi car c’est très difficile pour lui mais je suis heureux d’avoir eu la chance de venir faire ta rencontre. Dit-il alors que je porte mon regard sur lui en serrant sa main dans la mienne. J’ignore encore qui tu es à ses yeux mais sache qu’il te porte énormément dans son cœur et que… même si c’est la première fois qu’il vient te voir depuis ta disparition, il ne t’oublie pas. Il marque une longue pause durant laquelle il remonte sa deuxième main dans mes cheveux pour venir embrasser mon front. Ne t’inquiète pas. Il est entre de bonne main. Je m’occupe de lui et je le protègerai quoi qu’il arrive. Je l’aime tellement…

_ Sehun… dis-je doucement, gêné par tout ce qu’il dit mais énormément touché par son geste qui me va droit au cœur.

_ S’il reste gravé dans ton coeur jusqu’à la fin de ta vie, je me dois de faire sa connaissance !

 

Je souris avant d’enlacer sa nuque de mes bras, le serrant le plus étroitement possible. Je le remercie inlassablement alors qu’un rayon de soleil tranche les épais nuages. Je ferme les yeux pour ressentir et savourer sa chaleur qui nous entourent ainsi que son amour. Mais le faisceau disparait cependant rapidement alors j’ouvre à nouveau les yeux, découvrant au loin une silhouette de brume que je connais bien trop. Il est appuyé contre un arbre, me regarde et me sourit de son plus beau sourire. Il semble heureux… Il lève ses deux pouces dans ma direction avant de secouer sa main comme pour me dire au revoir. Doucement, je tends ma main vers lui, agitant les doigts de la même façon, un paisible sourire sur les lèvres. Je dépose la tête contre celle de Sehun tout en le regardant disparaitre dans un nuage de brume.

 

Je me recule enfin et me poste devant le visage de Sehun. Je dépose mon front contre le sien tout en caressant son nez du mien. J’effleure ses lèvres puis l’embrasse délicatement dans un baiser qui transmet tous mes sentiments à son égard.

 

_ Je t’aime Sehun… Lui avoué-je alors qu’il m’embrasse une nouvelle fois.

 

Notre échange cesse et je dépose ma tête dans le creux de son cou, observant le visage souriant de Yixing devant nous. Les doigts de Sehun caressent les miens et ses lèvres embrassent mon front. Je ne pleure plus… À vrai dire, j’ai l’impression que toute cette pression sur mon cœur s’est envolée avec lui… Comme s’il m’avait soigné de toute cette peine. Je profite donc de cet état pour me lancer dans l’explication derrière toutes les questions qu’il doit se poser.

 

_ C’était il y a un an… Commencé-je, sans lâcher le regard de celui qui fut autrefois mon petit-ami. C’était un Jeudi et on sortait de cours. On rentrait chez moi et il était vraiment très heureux et excité à l’idée de m’annoncer qu’il avait réussi à convaincre ses parents pour m’emmener avec eux en Chine pendant les grandes vacances d’été. Ses parents m’aimaient beaucoup mais ils rentraient pour voir leurs familles et d’avoir le petit ami de leur fils n’était pas forcément accepté par tout le monde. Mais ils avaient finalement acceptés et il me l’avait annoncé alors qu’on marchait sur le trottoir. J’étais tellement heureux de pouvoir enfin rencontrer les membres de sa famille dont il ne faisait que me parler sans jamais les avoir vus une seule fois. Mais si j’avais su que ce jour n’arriverai jamais…

 

Je marque une longue pause pour essayer de retenir mes larmes qui se logent dans mes yeux. Je sens la main de Sehun monter puis descendre lentement sur mon dos afin de me rassurer et me conforter dans ma confession.

 

_ L’homosexualité n’était pas vraiment acceptée dans mon école, voire même pas du tout. Alors avec Yixing, on évitait d’être trop proche lorsqu’on était en cours… Mais parfois c’était difficile… C’est comme si on me demandait de ne pas t’approcher dans notre école… J’en mourrai d’envie… Mais on ne pouvait pas… Je soupire pour reprendre contenance. Mais quelqu’un l’a su… Quelqu’un a dû nous voir lorsqu’on sortait tous les deux… Et le mot a tourné dans toute l’école… Rapidement j’ai particulièrement été pris pour cible. Yixing l’était moins et j’ignore pourquoi mais il était près de moi. Il me soutenait, il me protégeait, il me défendait. Tous les jours j’étais insulté, menacé et toutes ces bêtises… Mais au bout d’un moment on s’y fait et on apprend à vivre avec et à ne plus les entendre. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, comme on dit… Je marque une nouvelle petite pause. Ce jour-là, cette même bande qui nous harcelait nous est tombé dessus d’on ne sait où… Yixing m’avait fait entrer dans une petite ruelle vide pour m’embrasser mais on s’est fait encerclé par ces mecs. Je ne sais même pas combien ils étaient… Mais ils étaient nombreux…

 

Mes mots s’estompent dans un souffle de douleur alors que mes sanglots me rattrapent. Je me rappelle cette horrible scène comme si c’était hier et ce souvenir me tue. Ma gorge se serre et des spasmes secouent douloureusement mon corps. Sehun resserre son étreinte autour de moi et continue d’embrasser mon front tout en caressant ma nuque pour m’apaiser.

 

_ Ils nous ont attrapés et séparés pour nous tabasser chacun de notre côté… Avoué-je en m’agrippant maintenant à son tee-shirt en me rappelant la douleur que c’était. Ça faisait tellement mal… Ils étaient trois sur moi… Ils m’ont jeté par terre et m’ont donné des coups de pieds, des coups de poings… Je renifle bruyamment. Mais je ne pouvais voir que Yixing qui essayait de se défendre comme il le pouvait… Il avait fait de la boxe dans sa vie alors il connaissait un peu les techniques de défense contrairement à moi… Il arrivait à parer leurs coups et essayait de venir m’aider mais il se faisait toujours rattraper par l’un d’eux. Il criait mon prénom… soufflé-je, secoué de sanglots incontrôlables, revivant tous les détails de ce chaos. Ils m’ont attrapé et m’ont relevé en me maintenant à deux… Le troisième était devant moi… Je n’ai pas compris ce qu’ils ont dit mais celui devant moi a sorti un couteau de sa poche. Mon sang s’est glacé et mon cœur a cessé de battre pendant un long instant. Je me voyais déjà me vider de mon sang par terre… J’étais terrorisé, je n’arrivais plus à respirer… Ma vue s’est floutée et j’ai entendu Yixing hurler mon prénom…

 

Un sanglot tranchant fend l’air pour raisonner bruyamment alors que ma peine est atrocement douloureuse. Sehun tente de m’apaiser mais je ne sens plus ses mouvements sur moi, trop absorbé par la douleur dans mon cœur…

 

_ Je… J’ai fermé les yeux pour fuir cet instant avant d’entendre le bruit du métal s’enfonçant dans de la chaire. Ce bruit était tellement sinistre… Mais je n’avais pas mal… Je ne sentais rien. J’ai ouvert les yeux lorsque j’ai entendu le cri d’une femme, au loin. Et tout est allé très vite… Nos agresseurs se sont enfuis et j’ai rapidement réalisé que…

 

Je m’effondre encore une fois, le souffle court, la gorge serrée et le cœur en miette comme écrasé à coup de marteau…

 

_ Ce n’était pas moi qui avais reçu le coup… Yixing s’était interposé entre le type et moi… Il m’a protégé au dépend de sa vie… Il a donné sa vie pour sauver la mienne… Murmuré-je à bout de force et pleurant violemment… Il s’est écroulé dans mes bras… Il se vidait de son sang, ça coulait même de sa bouche… J’essayais de faire un point de compression pour stopper l’hémorragie pendant que la femme appelait les secours… Je lui hurlais de s’accrocher, de rester avec moi, de ne pas fermer les yeux mais je voyais qu’il souffrait, qu’il était faible… Mais je ne voulais pas qu’il me quitte ! Il n’avait pas le droit ! Crié-je en agrippant mes cheveux, me tournant vers la photo en me levant brusquement. T’avais pas le droit de faire ça ! T’avais pas le droit mourir pour me sauver la vie ! T’avais pas le droit !! Hurlé-je vers la tombe, t’avais pas le droit de m’abandonner… T’avais pas le droit Yixing ! T’avais pas le droit… m’effondré-je en pleur au sol, le corps secoué de violents spasmes. Il avait pas le droit de me dire qu’il m’aime dans un moment pareil ! Non… Il avait pas le droit de me demander… de me supplier de l’embrasser une dernière fois… Je voulais pas que ce soit la dernière fois… Gémissé-je dans un cri de désespoir. Mais je l’ai fait… Je l’ai embrassé mais si j’avais su que c’était un baiser d’adieu je ne l’aurai pas fait ! Parce que je ne voulais pas qu’il meurt… soupiré-je en un souffle lourd de sentiment. QU’IL MEURT DANS MES BRAS ! Pleuré-je en m’effondrant encore un peu plus vers le sol. Il était de plus en plus faible…Il m’a pris la main… Il m’a fait promettre de me protéger… de faire attention à moi… Je ferme les yeux vers le ciel en gémissant d’une douleur insoutenable. Il m’a souris et m’a dit qu’il était heureux d’avoir tenu sa promesse… La promesse de me protéger jusqu’à la fin… Il a tenu sa promesse mais… il m’a dit qu’il espérait que je tiendrai la mienne… Mais je lui répétais que ce n’était pas fini, que les pompiers allaient arriver et qu’ils allaient le sauver mais son regard ne me quittait pas. Je souffle profondément tout l’air de mes poumons pour me calmer. Il serrait ma main de moins en moins fort… J’entends encore ses derniers mots en boucle dans ma tête… Il m’a dit qu’il m’aimait dans son dernier souffle… Et puis ses yeux se sont fermés… Et ils ne se sont plus jamais ouverts… J’hurlais son prénom pour qu’il se réveille ! Pour qu’il me réponde ! Pour qu’il me dise encore qu’il m’aime ! Mais il ne bougeait plus…

 

Je m’enfonce au plus profond de ma peine et ma douleur lorsque Sehun me rejoint une nouvelle fois pour m’attirer dans ses bras. Il me sert contre lui en usant de toutes ses forces pour me montrer qu’il est là pour me soutenir.

 

_ Les pompiers sont arrivés mais il était trop tard… Ils m’ont attrapé pour m’éloigner de son corps mais je luttais pour rester près de lui. Je ne voulais pas qu’il me soit enlevé ! Ils l’ont recouvert d’un drap blanc avant de l’emmener dans le camion… J’hurlais encore son prénom comme si j’espérais qu’il me réponde… Puis d’autres pompiers m’ont emmené dans un autre camion… Ils m’ont installé et ont pris mes mains pour les nettoyer… C’est là que j’ai réalisé qu’elles étaient pleines de sang… de son sang…

 

Je m’arrête un moment et essaie de reprendre contenance. Sehun se lève et m’aide à en faire de même. Il m’invite à aller marcher un petit peu pour me détendre alors j’accepte tout en restant accroché à lui. Je respire profondément pour tenter de me ressaisir et de calmer les battements de mon cœur ainsi que mes larmes. Après de très longues minutes, je reprends.

 

_ Après ça j’ai passé un mois enfermé dans sa chambre, dans son lit… Je ne réalisais pas qu’il n’était plus là et je ne voulais pas l’admettre. Pendant les mois qui ont suivis, j’ai été emmené plusieurs fois à l’hôpital à cause de problèmes de cœur… Ils appellent ça le syndrome du cœur brisé… Je ne pensais pas que ça existait mais apparemment ça arrive suite à une peine émotionnelle trop intense… J’en ai fait trois et les médecins avaient peur que je ne survive pas à la prochaine. Avoué-je en baissant la tête. Je t’avoue qu’à l’époque, ça m’était totalement égale de mourir… Ça m’aurait presque arrangé pour être honnête… Mais je te rassure, maintenant ce n’est plus le cas. Je suis heureux avec toi… Tu m’as fait remonter à la surface de cet immense gouffre… Et pour ça je t’en serai éternellement reconnaissant, dis-je en m’arrêtant pour lui faire face. Je t’aime… Et je veux vivre une nouvelle histoire avec toi… Mais je ne pourrai jamais l’oublier…

 

Il me caresse la joue en m’offrant un petit sourire. Il essuie l’une de mes larmes de son pouce avant de venir déposer un baiser sur mon front, puis mon nez, puis mes lèvres. Je l’embrasse à mon tour, en fermant les yeux pour apprécier la douce caresse de ses lèvres.

 

Un réconfort sans nom…

 

_ Il mérite qu’on se souvienne de lui, dit-il enfin après de si longues minutes pendant lesquelles il m’a écouté parler. Je t’interdis de l’oublier… Continue-t-il en déposant délicatement ses deux mains de part et d’autre de mon visage pour m’embrasser à nouveau. Et jamais je te demanderai de le faire…

_ Merci… Murmuré-je de soulagement avant de fondre dans ses bras, rapidement enserré par ces derniers.