Start [ CHANBAEK ]

par sungra

Chapitre 04




________________________________________________________________________________



version chanbaek





La semaine s'est enchaînée. 


Baekhyun se recroqueville dans les couloirs lorsque Chanyeol le croise avec amusement et qu'il lui lâche un vaste sourire aux lèvres. Elles sont humides et il a la chevelure indomptée. Le blondinet se mordille alors la lèvre et se met à rougir, parce que son coeur qui fait n'importe quoi et ses jambes comme des guimauves, c'est pas franchement normal. Et c'est de la faute de Chanyeol.


Surtout quand les entraînements finissent en étreintes, que les lèvres de Chanyeol s'égarent sur son crâne et que son nez se loge dans ses cheveux crasseux de sueurs. Et que ses mains le couvent, et que Baekhyun se sent trop bien dans ses doigts rêches. 


Baekhyun aime ces mains serrées, ces câlins de sueurs et ces rires échangés qui font échos aux étoiles. Il aime quand Chanyeol le bouffe du regard et que c'est carnassier, que ses yeux pénètrent entre les sinuosités de sa peau et les dénivelés de son visage rougie. Des choses que fait Chanyeol d'un air taquin et malicieux, quand tous deux sont encrassés de terre et d'herbe humide. 


Ce que Baekhyun préfère, c'est quand le géant s'allonge à côté de lui sur le terrain, qu'il lui prenne la main, et la serre fort, jusqu'à blanchir leurs phalanges. Elles deviennent pâles, et c'est comme des comètes brûlantes. Il en frissonne toujours, et Baekhyun a toujours sa peluche mâchouillée dans ses petits bras mollassons. Certains soirs, ils sont près de s'embrasser, mais sûrement que c'est pas le moment. Alors ils ne le font pas. Baekhyun, pourtant, adore dévorer des yeux la chair porcelaine du type à ses côtés, ses lèvres aguicheuses et son nez qu'il s'amuse à écraser en se dandinant comme un gosse. Le blond se délecte de cette vue qui le chamboule ; et ce sont des feux d'artifice explosifs quand il le regarde aussi. 


Sauf que dans les couloirs du lycée, Baekhyun n'ose pas se montrer près de Chanyeol - le grand, beau, fort, populaire, adulé quarterback. Il se renfonce dans ses cahiers de cours, et mâchouille ses stylos nerveusement en oubliant que peut-être, ce grand gaillard lui plaît. Et qu'ils se retrouvent tous les soirs, sans exception, jusqu'à finir souillés de transpirations. 




°




Ce soir là, après un entraînement sous les yeux admiratifs - pardon, carnassier - Chanyeol, Baekhyun sautille vers son ami ; avec ses toujours aussi fins muscles et toujours aussi mollasson tendon. Il lève les bras au ciel, et ses doigts goutent le lait dans l'espace. La lumière tombe toujours aussi bien sur ses courbes osseuses. 


- Chanyeol, je me suis améliorée ! 


Le grand aux cheveux argents rit d'un genre de voix toute grave et toute puérile en même temps. A peine la pile électrique a-t-elle gigoté devant lui, qu'il ne peut s'empêcher de coller leur paume entre elles.


Un petit jeu comme ça, sans aller trop loin. Mais juste nécessaire pour sentir des frissons qui dégoulinent dans tout son être. Surtout quand leurs mains sont moites et fripées. 


- Je pense que bientôt, on te trouvera une petite place dans l'équipe. Peut-être pas pour le prochain match, mais bientôt. Susurre-t-il, aussi bas que possible parce qu'il veut entendre le glapissement qui jaillit de la gorge de Baekhyun. 


Et pas loupé, le petit blond ouvre des yeux de poisson, et sa bouche qui laisse échapper un couinement enfantin. Il faut un moment au petit pour sauter de joie, et pas une seconde de plus à Jongin pour éclater de rire, ou quelque chose comme ça du moins. Les sautillements de Baekhyun finissent en petits bras autour des hanches du quarterback. 


- C'est vrai, pour de vrai ? S'extasie le blond. 

- Juré, promis. 


Le menton de Baekhyun se plante contre la poitrine de Chanyeol pour observer le plus grand avec un air malicieux. Le quarterback voit le coup venir, fait un claquement de langue amusé, et laisse sa main s'engouffrer dans les cheveux toujours aussi trempés et fous du petit blond. Son plaisir tendre. 


- Et quarterback, je peux être quarterback ? Sourit le petit blond, tirant vers une moue suppliante. 

- Tais-toi, microbe. 


Finalement, Baekhyun replonge dans l'étreinte et tout s'apaise, tout devient doux et délicat, quand les chairs se fondent et se confondent, que la crasse dégouline sur  les coeurs avec la transpiration, et que Chanyeol dépose un baiser dans le cuir chevelu du petit Baekhyun. 


- Tu es moins entêté.


Baekhyun tremblote imperceptiblement, frotte son nez contre le t-shirt et finit par hausser les épaules avec une fausse nonchalance. Chanyeol ne voit rien, il se contente de se balancer d'un pied sur l'autre, les mains englobant toujours plus ce petit garçon trop mignon dans ses bras. 


- Faire partie de l'équipe, c'est déjà beaucoup. Tant pis si je suis pas quarterback. 


Et c'est vrai ; surtout quand il murmure d'une voix inaudible : " Je sais qu'il est fier de moi là-haut. Même si je suis pas quarterback. " 


Et un sourire nostalgique inonde ses lèvres quand ils sent la brise du géant dans son cou. 


° 


Le second match de l'équipe de football a lieu une semaine plus tard, et Chanyeol est angoissé, terriblement angoissé.


Le soir de la rencontre, il tourne dans les vestiaires, entre les rires revanchards et nerveux de son équipe, les crissements des crampons contre le sol carrelé et les claquements de casiers au bruit assourdissant. Jongin le regarde faire des allers et retours et se demandent ce qui va pas. Junmyeon hausse les sourcils, tapant contre son casque avec un peu d’appréhension dans le regard et au coin des lèvres. 


Ils s'échangent un regard, du genre, " on devrait peut-être aller lui causer " parce que un Chanyeol qui hurle pas et s'égosille pas et monte pas sur les bancs en levant le poing pour motiver son équipe, c'est vraiment bizarre. 


Mais à peine une syllabe de son prénom a été annoncée par Jongin qu'il lève un doigt fulgurant et pas gentil du tout - un gros fuck, en gros - vers son ami. 


- Je veux rien entendre. Grogne-t-il. 


Et il reprend sa course, entre se bouffer les doigts, claquement de langue, arrachement de cheveux, et estomac retourné. Il a jamais été aussi tendu de toute sa vie, et toute sa tension se résume en l'absence de son partenaire de jeu favori : Oh Sehun. Goutant il y a peu l'espoir de le revoir sur le terrain, et c'était bien là une des rares motivations à ne pas faire flancher l'équipe, l'abandon de ce dernier l'a largement retourné. 

Surtout pour un match qui doit qualifier l'équipe pour les régionales, stade qu'ils ne pourront jamais passer sans un runningback solide. 


Or, ils ont tout ce qu'il faut : des receveurs pas manchots, une squad spéciale tenace, et des joueurs bornés à réussir. Sauf qu'aucun de ces garçons, aussi talentueux soient-il, ne peut endosser le rôle de Running Back. Le pauvre Kyungsoo mange le sol trop souvent. 


Et ça craint. 


- Eh Chanyeol. Chanyeol, t'es le meilleur. Oublie jamais, play again. 


Une main longue et filasse vient trouver la sienne, et ça arrache un violent sourire à Chanyeol. Il se tourne vers la petite silhouette frémissante derrière-lui, un petit sourire aux coins des lippes, et une frange blonde qui lui mange des yeux en amande. Sa casquette à l'envers est toujours écornée, et son petit nez rougi demande à être embrassé. 


Beakhyun est à côté de lui avec un grand sourire, et il y a que ça pour lui enlever son angoisse. Chanyeol sent son coeur palpiter, les noeuds de ses muscles s'étioler et il se sent tomber dans ce quelque chose de doux et gargarisant. 


Il serre les doigts vivement, et puis le petit se colle contre lui. On sent des yeux qui les observent et c'est drôlement mignon comment Chanyeol a retrouvé le sourire. 


- T'es le meilleur, microbe. 


Baekhyun rigole, et il y a alors toute une envolée de papillon délicieux qui court dans les organes de Chanyeol, jusqu'à le rendre trop niais dans un sourire, et trop doux dans un baiser sur la frange du petit blond. 


Quelques secondes plus tard, Baekhyun pique une sucette dans le casier de son grand crétin préféré. Il la dévore quand Chanyeol saute sur les bancs et lâche des cris de guerres stupides qui raffermissent les coeurs de l'équipe. 


Baekhyun a un fin sourire aux lèvres : bientôt, il sera de la partie.


A côté de lui, Sehun fume sa clope et le couve d'un regard protecteur. 


° 


Exoplanète perd. 

Inévitablement, et fatalement, le pauvre Kyungsoo est un receveur de génie, mais piètre runningback. 


C'est à cet instant que Chanyeol se mord la lèvre, qu'il piétine sur place et que le coup de sifflet hurle la mi-temps. Il est temps de réagir, là, maintenant, tout de suite ; sinon, c'est l'équipe qui coule. Et on ne la refera pas cette fois.


Alors il prend une décision sur un coup de tête, et peu importe parce qu'il a toujours un instinct de génie. 


Et que son instinct, il lui crie de se ruer dans les tribunes. 


Son équipe se rattrape les uns les autres, se fait des accolades flemmardes, et se tapent sur les épaulettes avec des paroles réconfortantes. Sauf que si rien ne change, la qualification tombe forcément à l'eau. 


Chanyeol avance avec peine vers les tribunes, se sent aveuglé par les lampadaires, et son cerveau a des vertiges crasseux. Il se mord la lèvre, arrache son casque rageusement. 


- J'espère que je fais pas une connerie Luhan, si c'est le cas, t'as intérêt d'envoyer une pluie de météorite sur terre ce soir. Rugit-il. 


Son casque fait des bonds entre les trous de la pelouse humide, et ses chaussures de foot aux crampons aiguisés font des cratères enragés. Il a les poings serrés et les yeux ancrés dans ceux d'un petit blond sur un banc qui sursaute à ce regard enflammé. Parce que Chanyeol est tout frénétique. 

Le grand quarterback sait qu'il va peut-être faire une connerie. Une grosse connerie. 


Sauf que c'est leur seul espoir. Le calme revient dans les gradins quand le quarterback se précipite devant la barrière, qu'il enjambe avec l'agilité d'un félin. Son souffle est erratique quand il monte les marches du gradin, que ses narines expulsent de l'air plein de sueur et que son regard pétrifie un petit gars à casquette. 


Chanyeol Baekhyun, enjambe les marches et plante ses crampons dans le béton. 


Quand il se pose devant le petit blond, y a une douceur insoupçonnée qui traverse ses traits, un sourire à la vomissure et on y mettrait bien un bout de sucette à la fraise. Baekhyun hoquette et il a des petites joues rougies qui le rendent mignon. Chanyeol y succombe avant de reprendre ses moyens. 

Il entoure le bras de Baekhyun, y laisse de la terre et de l'herbe avant de chuchoter pour eux deux : 


- Tu viens jouer. 

- Qu-Quoi ? S'étouffe le blond. 


Baekhyun a pas le temps de comprendre que Sehun, assit à ses côtés, lui prend la peluche mâchouillée et lui donne une tape dans le dos. 

Son regard protecteur est essoufflant, Baekhyun ouvre des grands yeux surpris. Il est perdu, et Sehun murmure : 


- Luhan sera fier de toi.


Et sur ces mots, les phalanges de Chanyeol serrent doucement sa prise, il laisse des frissons et du sucre rose, des choses qui rendent le blondinet pantelant et plus apte à réfléchir. 


Il glapit quand Chanyeol fend la foule et l'entraîne à sa suite, dans un sillon fait de nostalgie et de sueur. 


° 



Baekhyun s'est jamais senti aussi mou et flasque qu'une liqueur de sucette qu'à cet instant précis où les spots lui brûlent la rétine, qu'on scande son nom de nouveau runningback, et que Chanyeol agrippe sa nuque et entrechoque leur casque dans un bruit de ferraille. Ca fait dong dans sa tête et vient bousiller ses neurones. 


Il est dans une merde pas possible, enlisé jusqu'aux genoux. La rotule fond. 


- Je-Je peux pas. Chanyeol. Miaule Baekhyun. 


Derrière le grillage du casque, le petit a des yeux effrayés et le grand a quelque chose de fier et attendri. 


- T'es le meilleur Baek. Toi et moi, d'accord. C'est toi et moi sur le terrain. Tu vas les exploser. 


Et puis, ses doigts se crispent contre les nerfs dans la nuque blonde de Baekhyun, et il y fait des relaxations et des caresses qui apaisent le plus petit. Leurs fronts se collent aux parois, quand ils respirent, il y a un bruit de souffle bestial et fragile. Baekhyun ferme les yeux, son doigt est venu titiller les côtes du beau géant.


Et puis, ils se séparent, y'a un vide moléculaire et une intense envie de tout recommencer. Chanyeol prend sa place, se retourne à chaque pas vers la silhouette frémissante de Baekhyun. Et aujourd'hui, il y a quelque chose de sombre et triste chez le blond, la lumière camoufle ses formes, adsorbée par la frayeur. Lorsqu'il lève la tête vers le ciel et murmure quelque chose, alors il semble encore plus malingre.


Chanyeol le regarde faire et fronce les sourcils, les poings serrés à s'en blanchir les doigts ; quelque chose disjoncte. 


Mais son instinct ne trompe pas. 


Il prie silencieusement, s'en remet à Luhan. 






La partie à peine repartie, Chanyeol s'empare du ballon, traverse deux yards avec aisance, les muscles tranchant l'air et un ricanement au coin des lèvres. 


Et quand on le pourchasse, il lance un regard affolé à côté de lui. Il évite un joueur adverse trop prévisible qui tombe à ses pieds. Un crétin qui frétille. Et puis, il comprend qu'il est dans un piège, deux assaillants le prennent de face et un ou deux sont à ses basques - il est la cible à abattre, il s'en sortira pas comme ça. Son regard rencontre une silhouette, un petit gars qui court et le regarde aussi. Il se passe un truc. C'est maintenant ou jamais : il passe à Baekhyun, et le petit bondit. Et il attrape le cuir entre ses mains, et il commence sa course effrénée. Y'a personne, le petit blond court bêtement sur le terrain, la gorge serré, et les larmes tombant des cils. Il pense à Luhan, et son sang se met à battre fort, tout se bouche en lui, les artères, les veines, les poumons, et les écoutilles des oreilles. Il a perdu notion de la pluie ou de tout et rien, il pleure et ses sens se perdent. 


Sans comprendre, il est plaqué au sol avec violence, les côtés enfoncées dans ses poumons par des épaulettes pointues. Et il a le souffle coupé, un geignement étouffe ses cordes vocales, une grande douleur lui traverse l'estomac et remonte de la bile écoeurante dans sa gorge. 

Il se retrouve fondu au sol, un sale bourdonnement dans ses oreilles et le cerveau étourdi de la chute. Il a l'impression que ses neurones sont en train de couleur de ses tympans et se déverser contre les parois de son casque. 


Il comprend plus rien quand on le retourne comme une crêpe, qu'une tête argentée agrippe rageusement le col de son tee-shirt jusqu'à en craquer les fils. 

On le secoue, faisant une bouillie de méninges et Baekhyun se demande pourquoi il fait ça. Sa tête frappe contre le sol. 


- Baekhyun, t'es un idiot. Un putain d'idiot que j'aime, alors tu vas te bouger le cul et montrer à ces têtes de bites que tu peux les enculer en leur plantant tes crampons dans le dos. 


C'est Chanyeol qui crache, il a un regard étincelant de tendresse mesquine et un rictus cynique aux lèvres.

Et il a dit qu'il aimait Baekhyun, alors le petit blond sourit bêtement, il se met même à rire comme un idiot, le torse devenue un frétillement de peaux et de sueurs. 


Chanyeol se relève, lui tend la main, et leurs doigts agrippent, il y  a un amalgame de peau et d'empreintes digitales. Le quarterback tire son runningback vers l'avant, le remettant sur ses pieds.

Les mains sont moites de sueurs, et pleines de terres. Et leurs yeux sont des échanges mélodramatiques de sucette à la fraise et pomme d'adan croquée. 


Alors, petit Baekhyun sautille sur place, la douleur de ses tendons s'est évanoui, parce que Chanyeol serre fort sa main et lui sourit. 


- Je vais leur montrer ce que je peux faire. Je vais leur montrer ce que petit Baekhyun peut faire ! 


" Et luhan sera fier de moi. " 


Chanyeol a sa main contre la nuque du blond, et il a envie d'embrasser cette bubble gum qui lève le poing au ciel. 


Il faut un second kickoff, un coup de sifflet plus tard, une course affolée avec un sourire et des cils en pleures, des larmes au coin des oreilles et des dents rieuses, et pleins d'adrénaline pour que la tornade Baekhyun passe et trépasse. 


Il évite un joueur qui tombe derrière, puis se pavane au corps à corps avec une brute, avant de filer comme une étoile filante - ou météorite, parce que c'est plus puissant -, vers un touchdown certain. Le quarterback de l'équipe adverse fonce sur lui, et il est tellement prévisible que le blond sautille et ricane tel un enfant. 


Il lève la main avec le ballon de cuir, et le quarterback fronce les sourcils. Encore plus déstabilisé par ce geste stupide, il commet l'erreur de planter trop tôt son pied droit dans la pelouse. On entend un cri de rage, et un gros ploum. Le quarterback est tombé au sol et Baekhyun vient de poser son pied sur son échine dorsale. Il la casse sous ses crampons, s'appuie sur le dos vouté, et s'envole. Une petite étoile blonde cri de joie et d'euphorie. 


Touchdown ! 


° 


Ce soir-là, alors que exoplanète fête sa victoire, à coup d'épaulettes et de t-shirt crasseux dévoilant les chairs, dans les exclamations et les montées en héros du petit Baekhyun, il y a quelqu'un qui profite pas de la victoire. 


Il est tout recroquevillé dans un coin, coulant contre un casier avec un autocollant de cerf dessus, et il est jauni, et il lui râpe la peau. Une coulée de peau blanche fond et tombe au sol, et des mains agrippent les cheveux pleins de sueurs et des pupilles sont éclatées, elles s'égosillent. 


Chanyeol comprend plus rien, il suffoque, et tout prend un sens, et la casquette écornée et le doudou mâchouillé. 


Il entend vaguement les cris de joie, les bouchons de champagne, les chants et les folies. Ses oreilles bourdonnent, ne laissant que dans son crâne torturé, la phrase grésillante de Sehun. " T'as pas compris ? C'est le frère de Luhan. T'es vraiment un crétin. "




Lorsque les joueurs sont reparti, que Yixing a encensé Baekhyun en lui faisant une sincère accolade suivit d'un " t'as du talent. " et que Kyungsoo s'est penché vers lui avec un sourire agréable en sortant un truc comme " content que tu sois running back. J'étais pas de taille. ". Une fois que tout le monde l'a acclamé, et que les vestiaires se sont vidés de testostérone pour finir au bar où Baekhyun a suggéré qu'il les rejoigne, eh bien le petit blond se ronge les ongles. 


- Chanyeol ! Appelle-t-il. 


C'est là que la silhouette effacée du géant dont il est fou apparaît, derrière des casiers où on va plus trop parce que c'est le casier de Luhan et que c'est sacré. 


Et Baekhyun s'approche lentement, et il comprend plus, tout ses muscles tremblotent et même son coeur a des frissons. Il fait froid. 

Et Chanyeol a les poings serrés, et il secoue la tête et quand ils se regardent, il y a un mélange de confusion et de douleur, de nostalgie et de tendresse. C'est un bordel de sentiments quand il souffle au blondinet : 


- Pourquoi tu ne m'as pas dit que Luhan était ton frère ? 


Baekhyun reste stone. Il y a tout qui flanche et s'arrête, le temps se suspend et lui il tombe sur le banc en soupirant. Et quoi, il pouvait garder ce secret stupide indéfiniment, oublier et rien aurait plus d'importance ? 


- Pourquoi ? Réitère Chanyeol, et son ton strict est juste plein d'incompréhension. 


Parce qu'il partage la même douleur et la même mélancolie. A l'instant, tout vient d’exploser. 


- Pourquoi ? S'emporte Baekhyun, et il se lève soudainement alors que ses jambes sont des guimauves fondantes. Je voulais mériter cette qualification, comme Luhan ! Je voulais juste qu'on m'accepte parce que je suis talentueux, et pas le demi-frère du grand Luhan. Je voulais que tu sois le connard arrogant que tu étais avec moi, parce que c'était ainsi que les choses devaient se passer. Tu comprends ? 


Chanyeol a des yeux tout sombres et des spasmes sur les joues. Baekhyun soupire, parce que ce regard le rend tout pantelant et que les larmes tristes menacent d'envahir ses joues, humidifiant ses yeux rougies. Il passe une main rageuse contre ses yeux tout hasardeux. 


- Tu m'aurais traité différemment, Chanyeol. Tu m'aurais fait un traitement de faveur parce que je suis fragile, ou un truc du genre. Je voulais pas ça ! Hurle le blond, et il trépigne sur place. 


Puis, il pleure, et soudain, une main empoigne sa paume, enlace leurs doigts avec précision. Il y a un frisson contre leurs peaux et ça a un arôme de fraise. 


Lorsque Baekhyun renifle et pose ses yeux sur le beau quarterback, il voit son dos et une chevelure désordonné. Chanyeol l'entraîne hors de la salle avec frénésie, et le petit blond hoquette derrière lui, il piétine en séchant ses larmes inutiles du dos de la main. 


- Tu dis des conneries. Crache Chanyeol. J'aurais été un vrai con avec toi. Qui que tu sois. Parce que je sais que t'es pas une guimauve fragile, crétin. 


Lorsqu'il arrête sa course, ils sont au milieu du terrain, l'herbe est humide et le ciel a des saveurs de mélancolie. 


- Regarde la voie lactée. Luhan est fier de toi. Et moi aussi. Murmure doucement Chanyeol. 


Ils lèvent tous deux des yeux humides vers le ciel étoilé, les étoiles brûlent leurs peaux, ça leur fait du bien. Il y a des réflexions de lumières dans leurs larmes nostalgiques. 

Un murmure inaudible glisse contre leurs oreilles, ils y comprennent rien. C'est Luhan, et il est fier d'eux, et c'est tout ce qu'il y a à savoir. 


Jongin fait des tourbillons avec son pouce sur la peau de Baekhyun, et ils se regardent d'un même mouvement. Ils s'abandonnent, ils se mettent à pleurer pour de vrai, sans vraiment se retenir, et tout tombe dans leurs lèvres frémissantes. 


- Il me manque beaucoup tu sais. Miaule Baekhyun, serrant ses fins doigts contre les siens, tout effondré dans cet apaisement que provoquent les yeux scintillants de Chanyeol.


- Il était formidable. Sussure Chanyeol, et le voilà qui se tourne vers son petit blond préféré, un sourire éclatant sur ses lèvres charnues. 


Y'a plus de larmes au coin des yeux, plus que ce sentiment qui lave la peine et racole le coeur et les artères. Ils ont chaud, de la fièvre sur les tempes et contre les lèvres. Aux coins des yeux, y'a des rides de sourires amoureux. 

Leurs torses s'entrechoquent, et voilà qu'une pluie d'étincelles s'envole de leurs peaux et c'est tout un feu d'artifice qui incendie le ciel. 


Baekhyun glapit, une larme s'échoue dans son cou et l'index de Chanyeol joue avec. 


- Arrête de pleurer.

- Je t'aime aussi, tu sais. Murmure le petit blond, la voix si basse qu'elle est inaudible, la voix si flanchante que c'en est adorable.

- Je te l'ai déjà dit ? Rit le plus grand, cachant le rouge qui lui monte aux joues. 

- Sur le terrain. 

- Vrai. Viens que je t'embrasse, parce que c'est du temps perdu. 


Et l'index devient main, Chanyeol s'accroche à la joue du blond, fond sur ses lèvres, il y a des amalgames de peaux et de douceurs. Baekhyun sursaute mais les doigts sur sa hanche le clouent sur place et l'enfournent contre son torse moelleux, cette chaleur enivrante où on s'abandonne et s'incendie.


Après la stupeur, le petit blond oublie tout. Il se laisse aller, à ces gémissements qui deviennent râles de satisfaction, à l'emprise de ses lèvres, qui s'écorchent et se guérissent entre elles, à cette langue amusante qui joue avec la sienne. Les mains se touchent, se caressent, se quittent et viennent nouer des tissus musculaires et de la sueur. 


Baekhyun sautille, il susurre quelque chose comme : " Tes lèvres ont un goût de fraise. " 


Et Chanyeol lui dit de se taire dans un grognement félin, les mains sous son tee-shirt s'engluent au bas du dos et plaquent vivement la petite bubble gum frétillante contre lui. Ils se mettent à rire, et c'est une mélodie harmonieuse que casse Jongin dans un geignement râleur. 


Ses dents mastiquent la lèvre inférieure du blond qui casse sa tête en arrière, laissant un souffle ardent glisser sur la tempe fiévreuse du quaterback. Il a la tête qui tourne, il mange goulûment cette douceur sucrée qu'est Baekhyun et piaille comme un gamin :


" T'es mon play again et ma sucette à la fraise. "