Reset [ KAIBAEK ]

par sungra

Chapitre 02


- Reset -


________________________________________________________________________________




VERSION KAIBAEK





Jongin suçote sa sucette et Baekhyun mange le sol. 


Trente secondes de jeu. Jongin se marre, adossé tranquillement au banc des entraîneurs et secoue la tête en voyant le petit corps gisant au sol. Le jeu continue sans lui, le ballon passe d'une main à une autre. Les novices ont parcouru deux mètres à peine, plaqués sans vergogne, totalement dénués de stratégie de jeu et plutôt frétillants.


Un beau bordel. 


Yixing fait office de quarterback et vient de passer la balle à Jongdae. Le pauvre coréen se fige, crispé sur son ballon : un gros balourd se rue sur lui. Il galope en criant telle une fillette, hurle un prénom du genre Minsheok et lance aléatoirement la balle dans sa direction. Aussitôt, Jongdae se fait bazarder au sol comme un vulgaire bout de chiffon crasseux. Et Minseok veut relancer à Yixing qui peine à avancer. Deux secondes de courses et les deux se font plaquer ; la balle est arrêtée, rebondie maladroitement sur le gazon défoncé.


Out. 
Trois yards. Pas mauvais. 


Jongin hausse négligement les épaules en extirpant la sucette qui sucre un peu trop sa langue. Il place ses espoirs dans le duo de Jongdae et Yixing, plutôt fameux, relativement loquaces pour bien tirer et surtout athlétiques ( quoique Yixing ait un air de lutin sauteur ). Ils feront certainement de bons receveurs ; à surveiller. Le dénommé Minsheok ou Minseok ( va savoir ), avec sa tête un peu joufflue, lui semble être trop trapu pour courir vite et faire office de runningback. Ses muscles le ralentissent grandement, mais lui permettront sans aucun doute de tirer des feildowns à bonne distance ; avec un certain entrainement, il pourra intégrer la squad spéciale aux côtés de Junmyeon. Quant aux autres types du genre Kris, Zitao, Taehyung et Kyungsoo ; il ne perçoit en eux que des compétences quelconques. Pas mauvais, pas excellents, pas de pépites ou des graines de talent. On pourra peut-être néanmoins en tirer quelque chose. Peut être que le petit Kyungsoo qui court vite pourra être un runningback assez efficace. Ca ne saura de toute façon être pire que son runningback actuel, et jamais mieux que Oh. On remplace pas une légende.


Jongin a trop brusquement le cerveau un peu retourné, le coeur flanchant et une boule pesant dangereusement au creux de son estomac ; il vient de poser son regard sur Sehun, et ça lui défonce les artères. On se croirait dans les chimères du passé, on s'imaginerait que c'est un comeback foudroyant ; mais Sehun ne sourit pas, Sehun ne se pavane pas, Sehun ne s'amuse. Ce n'est plus Oh. Jongin soupire à cette constatation effroyable et sa main crispée s'attarde dans sa nuque transpirante. Y'a vraiment tout qui part en vrille et Jongin se sent terriblement mal à l'aise. 


Il soupire, les traits crispés, s'arrachant de la vue de son légendaire meilleur ami. Ca lui fait un peu de mal dans le fond de son coeur ; car Sehun n'a plus jamais été pareille depuis le drame. Et l'équipe entière s'est vue sombrer dans une déchéance affolante. Luhan était un tout, une cohésion ; ce n'était pas le quarterback, mais il avait la carrure d'un chef d'équipe. C'était lui le meneur. Jongin secoue la tête, l'esprit sombre et embrumé. Il doit se changer les idées, les étoile sont masquées par le soleil, alors Luhan doit dormir.


Son regard se pose plutôt sur un corps flasque allongé sur le sol, enterré dans sa honte. Il retrouve son sourire cynique au goût de fraise et le sang recommence à s'agglutiner dans son coeur un peu faible.

C'est une boule de gomme toute flasque nommée Byun Baekhyun. Et il ne lui donne pas cher de son casque. Casque que Baekhyun tape d'ailleurs contre le sol, frappant sa tête dans une motte de terre déjà défoncée. Jongin en rigole, il a toujours cet air hautain sur la face qui le rend beau mais fatalement chiant. Il secoue la tête, dépité, et remarque les poings serrés du petit, son ventre tout étripé par sa respiration saccadée, les spasmes nerveux de ses muscles fatigués ; et le casque qui continue la chanson entêtante de torturé. 


- Il est pas bien de ce type. Grogne-t-il en retournant sa sucette contre sa joue, tandis que le petit arrête sa mélodie douloureuse. 


Jongin le regarde se relever avec cette manière intense de contenir une folle colère. Il s'époussette rageusement, ses mains frôlant ses muscles - soit dit qu'il en est -, passant sur ses cuisses devenues vertes, remontant sur son ... fessier. Jongin déglutit, manque d'avaler de travers sa sucette et détourne vélocement les yeux en laissant sa salive perler sur la sucrerie. 
Quelque peu gênant. Jongin se racle la gorge et ingurgite un peu de bave acidulée. Ce n'est qu'après avoir rassemblé sa virilité et enfoui sa haine qu'il ose regarder encore le blondinet. Il se fait violence pour garder cet air insupportable de chef casse-couille sur la face, le regard fixé sur la grille de son casque, les yeux perçants.


Et puis la méfiance le surprend, l'agacement lui retourne les viscères : il va le virer, qu'il se casse, qu'il dégage de sa vue. « Sale impertinent que tu es, Byun Baek. » 


Et comme s'il avait sondé ses songes, Baekhyun tourne instinctivement le regard vers lui. Il l'affronte des yeux derrière ses barreaux, grimaçant de haine, plein d'amertume à cracher sur son teint halé. 


- Tu ne m'arrêteras jamais, Jongin. Siffle-t-il, le ton saccadé et la haine au coeur massacré. 


Il va y arriver, et c'est comme ça. 


Le basané tourne la tête d'un côté. Il le voit se rebeller et ça lui donne envie de vomir ; et de s'amuser un coup aussi. Il rit ironiquement et ça rend toujours Baekhyun un peu pantelant, ça entache sa fierté sauvage et sa détermination sans failles. Il grimace, tout tendu et tente se donner bonne contenance en bombant son maigre torse.

Jongin secoue la tête en se moquant allègrement de son geste inutile et ça déstabilise le petit gars qui sent son coeur se tordre et son ventre faire un looping. 



°



Coup de sifflet.


Balle aux novices, second kickoff. 


Yixing lance à Baekhyun. 


Le petit gars bloque le ballon avec une facilité surprenante et court à s'en arracher les jambes, s'en casser les chevilles, s'en tordre les orteils. Le souffle giflant du vent s'infiltre dans son casque et ostrue ses tympans. Sa respiration folle résonne en écho violent contre les parois ; on dirait une bête enragée. Ses yeux s'humidifient sous les bourrasques, sa bouche s'ouvre pour admettre l'entrée de l'air, son coeur éclate en giclée de sang dans tout son corps devenue trop chaud. Mais Baekhyun continue sa course endiablée. 


Un type grand, genre, vraiment grand fonce sur lui. Il sera là dans deux pas. Un pas à droite, un à gauche, alors il l'attrapera sur le flanc droit. « Je peux éviter ce plaquage si je me déhanche au dernier moment. », songe Baekhyun. A l'autre bout du terrain, Yixing hurle de lui relancer, un peu inquiet. Il voit le grand bouffer l'ombre du petit et s'abattre sur lui, le rattraper lentement, préparer un plaquage fatal. Yixing crie encore en galopant, Baekhyun est persuadé qu'il a gagné la partie. 

 
Saus que Baekhyun a peur soudainement ; il sait qu'il peut le faire, mais merde ce mec est bien trop grand avec ses jambes qui lui arrivent à la tête, et son impressionnante masse musculaire. Il flanche. Il panique de surcroît en voyant un autre le courser. 


Ah ça va pas, son cerveau s'embrouille, ses jambes ramollissent ; il lance in extremis à Yixing qui saute tel un lutin et réceptionne le ballon. 


Et après, noir. Bourdonnement. Acouphène. Un peu mal partout, écrasé, engloutit six pieds sous terre. Baekhyun se sent comme un marshmallow flasque qu'on a brûlé autour d'un feu de camp. Tout mou et déglutinant de guimauve. Il gémit, et ses yeux papillonnent, troublés par la cage environnante.


Lumière, noir, lumière, quadrillage, noir, étoile, noir, oh soleil !


Son cerveau tape contre sa boîte crânienne dans un bruit sourd et il en grimace. Y'a toujours cet infernal vrombissement dans ses oreilles, comme une vieille radio grésillante qui reçoit plus que le « mayday, mayday » ou un « game over ». Après quelques secondes, Baekhyun voit une ombre au-dessus de lui, lui couvrant le soleil ; peut-être un sourire, genre très grand et une main tendue. C'est un peu flou, brouillé. Il se lèche les lèvres sèches avec sa langue pâteuse et laisse le son de ses oreilles s'évanouir. 


- Yo, petit gars, ça va ? Byun Baekhyun non ? S'élève une grosse voix contre le bruit giflant. 


Le blond hoche la tête, et il entend un coup de sifflet qui le ramène sur terre. Il était juste un peu sonné. Un tout petit peu, se rassure-t-il en se donnant du courage. En se souvenant également qu'il a le culot de se présenter en tant que joueur alors que ce n'est qu'un nerd un peu trop passionné de Football Américain et qui n'a pour seule compétence utile que de savoir analyser les mouvements des autres. 


Le grand gars aux cheveux argentés le surplombant lui tend toujours la main et il la saisit. Il est hissé vivement vers le haut et il se rend alors compte du peu de réaction de ses muscles. 


- Est-ce que c'est mort pour moi ? Demande Baekhyun d'une minuscule voix tremblante. 
- J'sais pas petit gars. Ca dépend de Jongin. Allez, rate pas la troisème offensive, vous avez fait cinq yards, c'est plutôt pas mal. 


Chanyeol lui tappe amicalement sur le casque et s'en va se placer dans la mêlé en tendant le pouce vers Baekhyun, qui le regarde avec un fin sourire et un peu d'espoir. 


Jongin lui, croque sa sucette, hargneux. Il va le bouffer ce Baekhyun. 



°


Dernière offensive numéro 4 : échec. Balle aux professionnels. 

Souffle haletant et sueur perlante.


Guimauve au sol : Byun Baekhyun. Motif : putain d'échec de calcul de trajectoire. 


- Byun Baekhyun, tu sors ! Gueule Jongin derrière son mégaphone. 


Baekhyun se rassoit, et s'étouffe en se tournant vers le garçon debout au bord du terrain. Non. Jamais. Non ! Il secoue la tête, le cerveau carbonisé et la gueule cassée. Baekhyun est brisé, il crache de l'herbe, y'a de la terre dans son tee-shirt qui gratte sa nuque. Y'a une des chevilles avec des tendons tirés, ses épaules sont démembrées et sa poitrine brûle jusqu'à bloquer sa respiration de buffle. 

Il est en souffrance physique, en échec perpétuel ; mais merde, il est meilleur que tout, il peut dévier, sauter, bondir, enjamber, comprendre l'adversaire et le déjouer, le faire tomber en ruine comme une envolée de poussière. Il a juste trop peur, il a une trouille à vous faire frôler l'arrêt cardiaque. Et ça le bloque.


Mais il peut le faire, et il ne sortira pas de ce terrain. 


-  Byun Baekhyun ! Sors ! Vocifère le-dit Kai en tremblant d'énervement. 


Baekhyun secoue la tête. Il a un rire à la limite du machiavélisme et se lève vivement. Il flanche un peu, mais ne laisse rien percevoir. Ses poings serrés font éclater ses phalanges, les tremblements de son coeur résonnent comme une secousse de magnitude 10. 


Ne jamais abandonner, ne jamais abandonner, lutter jusqu'à finir brisé, lutter jusqu'à crever. Byun Baekhyun luttera comme son frangin. Jusqu'au bout de la mort. Il sera quarterback ! 


- Non ! Je reste ! Hurle-t-il frappant son casque pour se donner un peu de courage. Tous en place ! 


Jongin fulmine devant la résistance et l'impertinence intolérable de ce pauvre gamin qui vous rendra fou. Avec ses yeux de défis, sa gueule de gosse pas fini et sa putain de frange adorable. Et qui vous fera chier jusqu'au bout pour devenir quarterback. 


Le noiraud lâche vivement le mégaphone, plante sur le petit un regard mauvais et diabolique, le pointant d'un doigt accusateur. 


- Junmyeon, retourne dans la squad. Je vais m'occuper de ce mioche ! 


La foule en furie s'égosille jusqu'à se faire péter les cordes vocales, elle tape du pied, claque des mains, hurle et scande le nom du quarterback. Ca arrache un sourire de victoire frôlant la folie et le machiavélisme à Jongin. Ses yeux noirs et incandescents consument Byun Baekhyun qui se met à trembler, le coeur effondré dans sa poitrine, descendant dans son estomac papillonnant. 

Byun Baekhyun n'a pas peur ; non Byun Baekhyun est mort de peur. 


Ses deux petits yeux s'agrandissent bêtement, sa lèvre se met à trembler, toute son âme s'effrite un peu. Lambeaux de chair un peu chiffonés. Baekhyun sait très bien qu'il a franchit une limite, et ça, il va s'en bouffer les doigts. 


Junmyeon est parti, Jongin ne cesse de le fixer du regard avec ce rictus à vous faire tomber. 


- Donnez la balle à Zhang. Ordonne Jongin sur un ton cassant. 

- Jongin, arrête... Oh Sehun s'insinue près de lui et pose la main sur son épaule. 


Mais le quarterback ne veut plus rien entendre, rien voir, rien ressentir ; que cette haine pour cette petite merde trop insolente. 


- Range-toi, Oh. Grogne-t-il. 


Il ne voit pas le pauvre regard un peu triste de son ami. Il ne perçoit pas la douleur au coin de ses lèvres et n'entend pas son coeur tambouriner d'inquiétude. 


- Ne lui fais pas de mal, Jongin. Murmure-t-il. Il veut poser sa main dans sa chevelure, pour l'apaiser, mais le brun l'arrête en grognant. 

- Je me charge de lui. 


Et Sehun se reçoit comme une gifle avec ce ton tranchant. Il a un vif pincement au coeur, secoue la tête, baisse le regard et fais un pas en arrière. 


Sehun a trop de regrets, Sehun veut partir. Plus jamais revenir. Sehun veut casser son casque, hurler sa haine et sa tristesse et quitter à jamais ce terrain. Il lance un regard désolé au petit blond qui fuit leurs yeux en reculant à l'arrière de sa squad. Jongin s'en régale, le ballon est passé à Yixing qui s'inquiète de l'issue de ce match. Tout prend une drôle de tournure, il souffle comme un vent malsain qui bouffe la bonté de Jongin. Ca sent mauvais. 


- Yixing, tu passes à Baekhyun. Ordonne Jongin. Tenez-vous prêt. 


Yixing aimerait bien défier l'ordre du quarterback, et le plaquer, et lui faire du mal. La partie n'est pas juste, c'est une question d'honneur. 

Mais il se doit d'exécuter les ordres. 

Il fléchit ses genoux, regarde le pauvre blond, lui souffle un « hwaiting » silencieux et attend un fébrile hochement de tête du plus petit. 


Coup de sifflet, les coeurs sont tordus et les âmes épars. Une micro seconde, rien ne bouge, tous attendent le souffle coupés que l'hécatombe pour le pauvre Baekhyun commence ; personne ne veut assister à cette humiliation terrible. 

Mais le ballon est lancé. Baekhyun le rattrape. 


Un pas. Il court jusqu'à sentir que plus rien n'a de sens, juste le vent, la liquéfaction de son corps, la suspension de son âme affolée, la douleur dans son être perdu. 


Deux pas. Jongin est derrière lui. Il vacille, Baekhyun est mort de peur. 


Trois pas. Le quarterback avale la distance. Baekhyun a un regard effrayé. Il halète, son souffle l'engloutit dans un acouphène assourdissant et ça lui tourne le crâne. 


Quatre pas. Il voit la suspension de Jongin sur son flanc gauche. Il va attaquer. Il peut l'éviter. 


Cinq Pas. Baekhyun accélère, Jongin passe à l'assaut et le petit se déporte sur le côté. Un moment, le grand brun en est déstabilisé et le regarde avec cet air mauvais. Il porte pas de casque et ça transperce Baekhyun de partout. 


Six pas. Le quarterback rééquilibre la balance, il marque un arrêt d'une nanoseconde. Il va bondir. 

Sept pas. Le sourire carnassier du quarterback arrache un hoquet effrayé au blond. Il sait qu'il doit arrêter sa course juste avant que le félin bondisse ; arrête, et saute. Arrête et saute. Arrête et saute ! 


Mais il ne le fait pas, son corps est terrassé par Jongin. 


Il l'attrape à la taille et le choc est d'une violence rare. Baekhyun sent sa tête heurter de plein fouet le sol, sa joue s'écraser contre la paroi. Il est sonné, un acouphène assourdissant frappe ses oreilles, s'insinue dans son cerveau retourné, lui écrase les méninges toutes broyées par l'impact. Il a envie d'hurler, et de pleurer, et de se maudire pour sa connerie. 

Mais il arrive plus à rien. 


Il sent une masse lourde et brusque se poser sur son ventre, violemment, et ça lui coupe la respiration. Il crache un peu d'air, suffoquant et ça semble remettre la machinerie en route. Il ouvre grand les yeux, inspire un grand coup, comme si on le sortait d'une noyade certaine. Il halète, les bronches irritées et la gorge écorchée. 

On lui arrache violemment son casque et il lui semble que toute sa tête s'est envolée de son corps. Il pense plus à rien, il est tout secoué. 


Le soleil l'aveugle, mais ce qui lui fait mal aux yeux, c'est un visage un peu trop beau, un peu trop fier, un peu trop méchant qui le surplombe. C'est Jongin avec ce sourire mauvais sur la face et sa face halée perlée de sueur. C'est Jongin qui le prend par le col et le secoue, agitant toutes ses méninges, encombrant ses idées dans son cerveau ramolli. Le petit ne pense qu'à la haine qu'il éprouve pour ce quarterback. C'est pas un modèle ou une légende, c'est un connard arrogant. 


- Sors, Baekhyun. 

- Vire-moi. Ose me virer ! Crache le blond, mais ça lui fout le coeur en l'air et lui fait un sacré mal de crâne. 


Jongin a un rire cynique, il s'approche de lui un peu près et Baekhyun prend conscience de ses jambes bloquant sa taille, de son arrière-train sur son ventre et ça l'écoeur. Il gigote, les mains sur les avants bras de Jongin, le souffle coupé, la mâchoire crispée. Il secoue la tête et y'a le souffle brûlant du beau brun qui lui arrache la peau des joues. 


- Abandonne. Tu ne seras jamais... Jamais quarterback. 


Baekhyun a le coeur effondré, brisé, en miettes. C'est un game over, un reset sans play again, retour au niveau un. Il a envie de pleurer, et son regard devient tout sombre, effondré et profondément triste. 


Ses deux prunelles trop mélancoliques derrière sa frange blonde se plantent dans le regard méchant de Jongin. 


Et ça fait un peu de mal au basané, et il sait pas pourquoi et finalement, sa faiblesse finit par l'irriter un peu plus encore. Il geint. Il saisit la tignasse de blé pour le virer hors du terrain. 



° ° ° ° 


Un vestiaire vide et une petite âme enfouie dans un coin. Un petit Baekhyun tout avachi contre le mur, qui n'a plus envie de ressentir quelque chose et qui veut juste se frapper la tête jusqu'au traumatisme crânien, la perte de mémoire. 

Oublier tout. Même sa vie. 


- Baekhyun, qu'est-ce que tu fous encore là, bordel. 


Le petit blond ouvre soudainement les yeux, prit dans un tourbillon de colère, parce que Jongin vient le voir, adossé contre le casier, et les bras croisés, et cet air fier et hautain. 

Et il a ce pauvre rictus sur les lèvres, et il veut pas comprendre que Baekhyun a un devoir et un honneur à tenir. Il veut pas piger que Baekhyun est un petit gars brillant. 


- Prends-moi dans l'équipe... La voix de Baekhyun se veut suppliante, un brin soumise et ça ne plaît pas du tout au plus grand.

- Lève-toi. 


Le quarterback sent son ventre se tordre et celui du blond part en vrille. La colère semble planer entre eux, se suspendre dangereusement au dessus de leurs têtes et les transcender douloureusement dans leurs coeurs. Leurs pupilles s'afrontent, se défient, et se tuent lâchement avec un pincement de lèvres. 

Jongin claque la langue. Baekhyun obéit. 


Il aurait pas dû. Il sent la main de Jongin s'emparer de son col, broyer la chemise sous ses doigts, et il le secoue violemment au point de démembrer sa colonne vertébrale. Le petit gémit, sa tête dodeline, et il a un regard haineux tout blondit par sa frange ; et comme ça agace et titille un peu plus Jongin : 


- Tu sais ce que c'est un quarterback ? Tu le sais, vraiment, Baekhyun !? 

- Il met en place...Les... Les strat-tégies... Balbutie le petit, la voix houlée par ses secousses incessantes, avec encore cette idée de colère éclatée dans la tristesse. 

- Non, Baekhyun. Le quarterback, c'est la putain de cible à abattre ! Un adversaire à gauche, là, tu le vois... Lâche-t-il, la voix frénétique et le regard brûlant. 


Il a arrêté de secouer Baekhyun qui le regarde avec des grands yeux de hibou, un peu perdu parce que Jongin commence à faire n'importe quoi et qu'il devient inquiétant. Il se pince les lèvres et suffoque un peu en sentant la pression des doigts du grand mat qui se resserre contre sa gorge dégoulinante de sueur. 

Il déglutit. Il sait pas quoi faire et il va se faire démonter. 


- A gauche, là, regarde ton adversaire ! Vocifère Jongin en plongeant un peu trop son regard dans Baekhyun, comme s'il le transcendait rageusement.


Baekhyun a son coeur qui bat un peu fort, Jongin aussi et leurs respirations deviennent erratiques ; un truc ne va pas.


Baekhyun s'échappe de ce frisson étrange et tourne le regrard à gauche. Il lâche un cri de surprise. Son corps est jeté rageusement contre le casier, se cassant les os, déchirant ses muscles contre le fer qu'il vient de percuter avec une violence rare.


- Relève-toi ! Hurle Jongin dans la seconde, le reprenant par la nuque, et serrant fort, jusqu'à creuser des crevasses sur sa peau.


Baekhyun secoue la tête, il est tout sonné de son impact, le gong de fer résonne encore dans son crâne étourdi. Et le voilà qui sent une vive douleur irritant sa peau, griffant sa nuque tendue.


- Lâche-moi ! Gigote-t-il, mais Jongin est bien trop fort.

- A droite, là, un autre !


Et il l'éjecte contre le banc, ses côtes s'effondrent sur le bois et ça lui bloque la respiration. Baekhyun serre les dents, il comprend plus, il geint et il a envie de pleurer et il en marre, et il veut mourir et se faire enterrer vivant.


Que Jongin l'oublie.


- Arrête... Murmure-t-il dans un murmure effondré. 


Y'a une goutte de sang qui tombe sur le banc ; Baekhyun a toujours eu le nez un peu fragile. 


- C'est ça être quarterback. C'est se faire jeter sur le terrain. Grogne Jongin dans un souffle enragé, et il a pas vu qu'il saignait. 


Baekhyun hoche la tête, lui tourne le dos et plaque sa main sur son nez pour arrêter le saignement. Sa peau se gorge de rouge et ça lui rappelle sa défaite et son incapacité. Il sera pas quarterback, il sera jamais quarterback, il lui fera jamais honneur. 

Alors, il s'affaisse, le dos voûté et le voilà qui pleure silencieusement. Un peu d'eau salée se confond avec le sang au coin des lèvres. 


- Tout tes bleus sur ta peau, tes courbatures, tes muscles qui te font mal... C'est rien. C'est que le quart de ce que t'auras. Tu te feras réduire en miettes. 


Jongin a toujours ce ton un peu grincheux, mais il a vu les épaules voûtées du petit Baekhyun et ça lui a rappelé le petit garçon qu'il était à ses débuts. Un peu perdu dans les coups, dans son uniforme carré et dans les batailles incessantes. 

Ca lui a tellement rappelé Luhan qui l'avait maltraité tant de fois pour le hisser finalement en quarterback. Jongin, c'est un peu Baekhyun. Sauf que Baekhyun est un cas désespéré. 


- Tu es méchant. Lâche Baekhyun et sa voix cassante n'est que sanglots douloureux. 

- Je t'aide. Je te rends service. 


Et Jongin a une voix un peu douce et calme, la tension est redescendue, les nerfs sont lâchés et les âmes un peu recollées. 

La haine s'est effacée pour cette empathie qui vous fait du bien au coeur ; le grand brun n'est plus agacé, plutôt mélancolique de Luhan, du passé et il se demande pourquoi la machine à remonter dans le temps n'existe pas. 


- Je te hais, Kim Jongin. Je te hais ! Baekhyun sanglote et le sang tombe au sol. 


Il est terriblement fatigué de lutter, et d'être trop intelligent et pas assez fort. Luhan, il doit être fier de lui, et alors il pourra lever la tête vers le ciel et dire « j'ai réalisé ton rêve, frangin. T'es pas mort pour rien. » Sauf qu'il pourra jamais le faire, jamais effleurer que l'once de cette chimère, de ce songe éveillé et utopique. Y'a pas d'espoirs. Et ça le retord, le tend, l'effondre sur lui-même dans les pleurs, dans cette tristesse viscérale qui le tue et lui meurtrit encore un coeur un peu trop défoncé. 

C'est plus qu'une petite masse de tremblements, un petit gars trop tordu par sa peine, enroulé sur lui même comme un chaton miaule la mort de son frère. 


Et Jongin est un peu trop triste, parce que c'est comme ça que pleurait Luhan quand il avait un peu trop mal au coeur, des soirs où il allait pas bien et il disait pas pourquoi. 


Roulé en boule, une tête rousse entremêlée de doigts. 

Sauf que la petite tête là est blonde. 


Et il pose la main dans sa chevelure, et il caresse son crâne, et il sait pas pourquoi. Son coeur se met à battre un peu trop fort, le sang pulse un peu trop violemment dans ses veines, et ses traits se sont adoucis. 

Le voilà qui sourit tendrement lorsque des petits yeux de chiots tout embrouillés de larmes rencontrent les siens. Il a une petite moue tremblante de tristesse qu'il essaie de réfréner et Jongin se demande pourquoi il le trouve trop attendrissant ; et pourquoi ça lui donne envie de sourire au lieu de le haïr. 


- Va te débarbouiller. Lâche-t-il d'une voix un peu blanche et il parvient à ôter son sourire. 


Parce que c'est Baekhyun et qu'il est Jongin ; parce qu'ils se sont déclarés la guerre et que le regarder comme ça, c'est pas normal. 


- Arrête de pleurnicher, et ne reviens pas. Je ne veux plus te voir. 


Et c'est pas vrai du tout, parce que sa frange dorée retombe sur ses yeux brillants de larmes et que ça le rend un peu fou de le trouver trop mignon. Il arrive pas à détacher son regard de ce petit maigrichon un peu trop beau. 


Ce n'est que lorsque le petit chiot baisse la tête et s'éclipse sous ses yeux en grognant, qu'il rit d'un air cynique et se dit que ça vaut bien mieux comme ça. Plus jamais le revoir, c'est plus jamais être troublé. 


°


Dans le couloir, y'a Sehun qui tire sur sa clope, tout tremblant, et secoue la tête en la plaquant contre le mur froid. La fumée s'échappe dans un soupir plein de regret ; Sehun n'est pas heureux. 

Il balance son casque et arrache son tee-shirt, s'emmêle dans ses bras avec un souffle erratique ; ses ongles griffent l'air, sa peau, le tissus, et extirpent dans des crissements chiffoné, ce putain de tee-shirt qui lui colle à la peau. 


Sehun n'est plus Oh. Sehun est une ombre. 



° 


- Baekhyun, tu es rentré ? Comment se sont passées les sélections ?


Sa belle-mère a ce grand regard pleins d'espoirs et de douceur, des yeux de biche tout brillants et un sourire délicat. Sauf que tout est douloureux. Son père lève les yeux de son journal avec ce même sourire déchirant.

Baekhyun a honte, il secoue la tête devant l'élégante chinoise et il se pince les lèvres pour pas pleurer ; Luhan était fort, il doit être fort aussi. 


Sauf qu'il éclate dans sa honte de l'échec. L'âme disparaît dans ses pleurs, s'effaçant tel un tourbillon de la vue des adultes tellement attristés pour lui. 


La porte de sa chambre claque et il s'effondre dans son lit en fondant en terribles sanglots, laissant sa voix enragée se briser contre les murs. 

Il se roule en boule, secoue la tête en gémissant dans ses larmes ; et ses doigts serrent ce ballon de football américain en peluche, usé par les dents de Luhan. Toute tremblante, une main hasardeuse a se pose contre une photo usée sur le mur. Baekhyun se pince les lèvres et ses yeux tournent dans le vertige des larmes.


Luhan a un visage souriant et délicat. Il lui sourit tendrement, avec des yeux trop heureux.


- Je suis désolé, frangin. ( Pleure Baekhyun en reniflant. ) Je te promets que je vais continuer, je te promets que je vais devenir quarterback. Laisse-moi du temps.