Petit Ange

par La déesse de la mort

Je regarde les gouttes tomber une à une, le temps est encore triste aujourd'hui. Je soupire, lacé par ma vue, avant de récupérer ma tasse vide sur le rebord du balcon et de me diriger vers la cuisine pour la mettre dans l'évier. Je ferais la vaisselle plus tard sinon je vais arriver en retard à la fac comme quatre jours sur cinq. Je prends donc rapidement mon sac avant de le mettre sur mon épaule droite et de quitter mon appartement.


Je cours en direction de l'établissement pour ensuite trouver ma salle. Je commence par cours de musique, durant toute la matinée, et cours de danse l'après midi. Pas de cours chiant comme le français ou les mathématiques, juste des cours basé sur ma passion, la musique. Voilà pourquoi j'ai tout fais pour entrer dans cette fac de musique.


Je rentre en hâte dans ma salle me rendant compte que le cours à déjà commencé… Merde ! Le prof me regarde, sans un signe de surprise, avant de lever les yeux au ciel.


-Oh Sehun, comme toujours en retard. Allez vous asseoir, et en silence, je ne mettrais peut-être pas de mot si vous êtes impeccable pendant mon cours.


Je le salue poliment, signe de remerciement, avant de me diriger vers le fond de la salle afin de retrouver ma chaise. Je remarque que Jongin, mon meilleur ami, est encore absent. Il a sûrement dût passer sa soirée dans une fête. Il a toujours voulu m'embarquer dans ses affaires, prétextant que je devrais vivre un peu plus la vie comme un jeune adolescent, que je suis trop sérieux. Mais j'ai toujours refusé, l'alcool, le surplus de personne, les filles, tout ça c'est pas pour moi. Je suis plus quelqu'un de solitaire, même timide, et homosexuel. Je ne le cache pas, même si c'est mal vu en Corée du Sud, c'est ma façon à moi de « vivre ».


Je passe la matinée à écrire quelques paroles d'une chanson sur mon cahier sans vraiment faire attention au cours qui se déroule autour de moi. La vie de Mozart n'a jamais était un centre d’intérêt pour moi. La sonnerie de midi résonne, tous les élèves se lèvent machinalement, attrapent leur sac et sortent de la salle. Je les suis, avançant tranquillement vers le self. Je vois Jongin au loin courir pour me rejoindre, les cheveux décoiffés et des cernes sous les yeux. Sale fêtard.


-Salut mec, c'était bien hier soir ? Je lui demandes un sourire aux lèvres, sachant qu'il souffre le martyre avec la gueule de bois qu'il doit avoir.


-Oui, même un peu trop, j'ai un de ces mal de tête. Bon, on va bouffer ?


-Je te suis.


Il passe devant et nous allons nous servir avant de nous asseoir à notre table habituelle, au fond près de la fenêtre. Je mange en écoutant les aventures folles de Jongin. Ce gosse trouve toujours un moyen d'être dans les plans les plus foireux du monde, je ne sais pas comment il fait, à se demander s'il n'est pas maudit.


-Et toi, ça avance niveau coeur ?


Je grimace à sa question et tourne la tête vers la fenêtre. Pour être sincère, je déteste cet question comme je déteste l'amour.


-Comme d'habitude. Pourquoi tu me poses chaque jour la même question, Jongin ?


-Car j'espère toujours que un jour tu me répondes « J'ai enfin osé adressé la parole à Lu Han. ». Faudrait que tu te bouges mec, ça fait bientôt un an que tu baves sur lui, et tu lui as toujours pas dit un seul mot. Je suis sûr qu'il n'attend que ça.


Il me fait un clin d'oeil auquel je réponds pas un grognement. Je sais qu'il a raison, mais c'est pas si facile que ça. Depuis le premier jour, je vois cet bouille d'ange dans notre classe. Depuis le premier jour, je n'ai qu'une envie, l'embrasser. Mais comme depuis le premier jour, je ne fais que le regarder. Han est un des rares personnes que l'on appelle toujours par son nom complet, en même temps il est tellement beau. Son nom hein, quoi que lui aussi, et il a aussi une voix magnifique. Mais je ne vois pas pourquoi je lui parlerais. Il doit être hétéro, comme tout le monde de cette fac sauf moi, alors si je lui parle je risque juste de m'accrocher encore plus et de souffrir plus. Mais Jongin n'est pas de cet avis, me rétorquant toujours son « qui ne tente rien n'a rien ».


Nous allons déposer nos plateaux puis nous dirigeons vers la salle de danse. Les cours de danse ne sont pas vraiment des cours. Un professeur est là, mais nous dansons chacun de notre côté et il vient juste nous donner des conseils ou nous aider sur des mouvements. Mais j'ai l'habitude d'être aidé plus par mon meilleur ami que par mon professeur. Jongin a un vrai don pour la danse, à côté je ne suis rien et mes pas de danse sont ridicules. Mais je ne cherche même plus à le dépasser, j'ai abandonné cette idée. Je me contente de refaire ses mouvements le mieux possible, en vain.


Au bout de trois heures de danse intensifs, le professeur nous arrête, ayant apparemment une nouvelle à nous annoncer. Je n'ai jamais aimé ce genre de moment, m'attendant toujours au pire. Tous les élèves se regroupent alors autour de lui, attendant cette fameuse nouvelle. Il nous demande alors le silence avant de commencer à parler.


- Vos professeurs ont décidé de vous faire faire un projet par duo pour améliorer vos relations et entre camarades et entre personnes de même passion. Mais les duos sont déjà décidés. Nous ne vous avons pas mit avec vos amis, pour vous entraîner à travailler avec des personnes n'aillant pas les même techniques et capacités que vous. Vous devrez créer une musique, avec paroles et danse. Vous découvrirez votre partenaire sur les listes affichés à côté de la porte. Sur ce je vous souhaite une bonne soirée et à dans une semaine pour voir vos projets. Vous êtes dispensés de cours durant ce temps pour vous concentrer sur ce travail noté. Bonne semaine et bonne imagination.


Il part avant que tous les élèves ne se mettent à parler entre eux et à se diriger vers la porte, pour découvrir avec qui ils vont passer leur semaine. Jongin et moi ne bougeons pas, on attend que notre partenaire vienne à nous, pas besoin d'être deux à se chercher. Jongin à l'air plutôt motivé par ce projet alors que moi, je n'ai pas d'avis. C'est une bonne idée et j'espère avoir un bon partenaire. Alors que l'on parle tous les deux, une main se pose sur mon épaule. Je me retourne et découvre le visage d'ange, avec ses cheveux teintés d'une couleur rose, me regarder quelque peu gêné.


-Hum, tu es bien Oh Sehun, non ?


-Hum, je, oui, et toi Lu Han si je ne me trompe pas ?


J'entends Jongin pouffer de rire derrière moi. Bien sûr que non je ne me trompe pas, mais j'allais pas dire « Et toi Lu Han, je le sais car je t'observes depuis le début de l'année, sors avec moi. »


-C'est exacte, je viens te dire que nous allons être partenaire pour une semaine. J'espère que ça va bien se passer.


Il me sourit avant de me tendre un papier et de retourner avec ses amis. Je vois Jongin dire au revoir à Kyungsoo je crois puis se retourner vers moi. Je ne fais pas attention à lui et lis le petit papier que m'a donné Luhan, dix chiffres, sûrement son numéro. Je le range précieusement dans ma poche de jean avant que mon ami me saute dessus.


-Bravo, tu as enfin parlé à ton crush. Et en plus, tu vas passé une semaine avec lui. Jackpot mon frère !


Je lui donne un léger coup dans les côtes avant de me diriger vers la sortie de la salle de danse, suivit par un Jongin souffrant le martyre, pour mon plus grand plaisir.


J'ai hâte de faire ce projet et en même temps, je n'en ai aucune envie. Je sais que LuHan est quelqu'un de sérieux, le résultat risque d'être vraiment bien, mais c'est une mauvaise nouvelle pour mon coeur. Une semaine à se parler, à être ensemble, une semaine à se rapprocher. J'ai envie qu'elle passe vite et en même temps lentement. En gros, c'est le bordel dans ma tête.


Je salue Jongin avant de partir en direction de mon appartement. Je passe rapidement au supermarché sur le chemin pour acheter un plat préparé, la flemme de cuisiner. Je rentre chez moi, dépose mon sac près de l'entrée et mes courses sur la table de la cuisine avant de m'effondrer sur mon canapé. Je regarde l'écran de la télévision éteint en face de moi, mais vu l'heure il n'y aura rien d'intéressant. Je mets mes mains dans mes poches et saisis le papier de l'ange pour le lire. Il a une belle écriture, à penser que tout est parfait chez lui. Je sors mon téléphone de ma poche pour créer un nouveau contact. J'hésite quelques secondes avant de me décider à lui envoyer un message, il faut que l'on décide de où et quand on va se retrouver, pour le projet.


De : Moi

À : LuHan


Bonsoir Lu Han,

Je suis désolé de te déranger mais je voulais savoir où nous pourrions nous retrouver et quand pour commencer notre projet.

Si besoin, nous pouvons le faire chez moi sans problème, après c'est comme tu le souhaites.

Bonne soirée,

Oh Sehun.


Je l'envoie, plutôt fier de moi. Je pose mon téléphone sur la table et me dirige dans ma cuisine pour réchauffer le plat de pâte acheté. J'allume finalement l'écran face au canapé pour divertir ma vue le temps de mon repas. Alors que je finis mon assiette, mon téléphone vibre sur le bois, faisant un bruit assez...spécial. Je le récupère, voyant que j'ai une réponse de Han.


De : LuHan

À : Moi


Bonsoir Sehun,

Tu ne me déranges pas, ne t'inquiètes pas. Chez toi sera parfait, il me faut juste ton adresse. Je pense venir chez toi vers 14 heures si ça te va ? Comme ça nous pourrons travailler l'après-midi, tout en aillant la matinée de libre.

Merci et à toi aussi.

Lu Han.


Je souris doucement avant de lui répondre que c'est parfait et de lui donner mon adresse. Je laisse tomber ma tête contre le canapé, j'espère que tout va bien se passer. Je me lève et vais faire la vaisselle, me motivant à faire le ménage pour demain. Je ne me dis pas que je vais le faire demain matin car je risque de me réveiller trop tard pour avoir le temps.


Deux heures plus tard, tout mon appartement est rangé, propre, et prêt à accueillir toute personne. Je regarde l'heure et voit que la nuit est déjà tombée. Je me décide donc à aller me coucher, ou alors je… Ouai en faites j'ai rien à faire. Je me dirige donc dans ma chambre, me change avant de me coucher.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Dix heures du matin, je suis déjà levé depuis au moins deux heures. Mes rêves de cette nuit étaient plutôt… mouvementés… Si on peut dire ça comme ça. Je suis actuellement dans mes pensées, le regard vide vers l'écran de la télévision. Depuis hier soir, j'ai imaginé à peu prêt dix milles scénarios par rapport à cet après-midi, depuis hier soir, toutes mes pensées sont dirigés vers lui. Et punaise, mon cerveau va exploser.


Je me lève pour me faire un thé, en espérant que ça va calmer mon imagination. J'attends que l'eau bout en regardant le paysage par ma fenêtre. La rue est vide, aucun enfant ou adulte ne passe sur ces trottoirs. En même temps, je ne vois pas qui pourrait avoir besoin de passer ici un mardi matin. J'arrête mon admiration lorsque j'entends ma bouilloire s'éteindre, signe que l'eau m'attend. Je me sers avant de retourner dans mon salon, ma tasse à la main. Encore un peu moins de quatre heures, que faire…


Je décide donc de rédiger une liste de différents thèmes pour notre future création. Amour, déception, solitude, amitié, abandon, révélation, absurdité, naïveté, différence… Les idées fusent dans mon esprit, il me suffit de regarder un objet pour trouver un nouveau sujet. J'espère que LuHan en trouvera un à son goût.


Après deux heures à gribouiller, écrire, composer, je décide d'aller cuisiner mon déjeuner. Je me dirige donc vers les fourneaux pour préparer le seul repas que je sais faire, des spaghettis bolognaise. Nul n'est-ce pas ?


Je déguste mon repas tranquillement avant de tout bien ranger, enfin le peu de chose que j'ai dérangé. J'attends maintenant mon invité, dans moins de vingt minutes il sera là, s'il est à l'heure. Mon dieu, j'ai peur.


Quatorze heures et vingt trois secondes, deux coups se font entendre contre la porte. Je me lève et vais ouvrir la porte, une boule au ventre. Je découvre ce petit ange, là, devant chez moi, un sourire entre les lèvres. Je me décale pour le laisser entrer.


-Bonjour Sehun, ça va ?


-Bonjour LuHan, bien sûr et toi ?


-Oui merci, j'ai hâte de commencer ce projet.


Je lui souris timidement avant de prendre son manteau pour le déposer sur le porte manteau derrière moi. Après qu'il ait enlevé ses chaussures, je lui montre le chemin vers mon salon. Enfin, le chemin, il a juste à faire deux pas mais c'est pas grave.


-Assis toi, tu veux quelque chose à boire ?


-Non c'est bon, merci.


Je le vois s'asseoir et le rejoins pour lui montrer mes petites créations. On passe une demi-heure là dessus, j'ai fais vraiment trop de trucs… Mais ça semble lui faire plaisir, alors je me dis que j'ai bien fais. Je ne sais pas pourquoi mais quand j'ai dis le thème « différence » il m'a coupé la parole, déclarant que « Ce sujet sera parfait ». Nous sommes donc actuellement en train de chercher des paroles.

-Tu veux qu'on parle de quelle différence ?


Je le vois réfléchir suite à ma question, il n'a pas dût y penser. Je décide donc de l'aider.


-On peut parler des différences de religion, de pays, d'orientation, de…


-D'orientation ?


-Hum oui, orientation niveau futur, travail, études… Ou l'orientation… Sexuelle.


-C'est une bonne idée, surtout qu'en ce moment, on en parle beaucoup, tu ne trouves pas ?


Je souris, comme pour lui répondre oui, avant de commencer à écrire. Je le vois tendre le cou pour lire, mais je n'y fais pas tellement attention. Il ne le sait pas, mais il vient de me donner une putain de source d'idée. Je veux dire… Je la vie tous les jours cette différence alors il me suffit juste de m'exprimer en rime, et le tour est joué. Au bout d'une dizaine de lignes, je m'arrête, plus par mal au poignet que par manque d'inspiration. LuHan me regarde alors, un peu bouche bée.


-Tu écris vachement bien, ça t'arrive souvent cet élan de rime ?


-Ah heu, je pense que le sujet est assez facile donc je me suis mis à la place d'une personne dans ce cas, enfin je pense..


-Je vois, tu permets ?


Il me montre mon ordinateur et je lui donne l'autorisation d'un hochement de tête. Il ouvre alors mon logiciel de composition et se met à composer aussi vite que j'ai écris. C'est à mon tour de rester bouche bée… Moi qui pensais que ce projet allez nous prendre la tête et être compliqué, au final, en une après-midi, tout est déjà lancé. Je ne sais pas trop quoi faire, je retourne donc à mon écriture, le laissant faire sa musique. Mais mon regard est plus posé sur son visage que sur ma feuille. Quand il est concentré, il se mord la lèvre et fronce légèrement les sourcils… Et putain, quand il est concentré, il devient un putain d'ange sexy, bordel.


Je secoue la tête pour essayer de me concentrer sur mes paroles, je repense alors à ce que je viens de vivre, et les mots s'écrivent tous seuls. La tentation, la peur d'être surpris, d'être rejeté, d'être mal, juste car la personne n'est pas du sexe opposé. J'arrête d'écrire, je suis plongé dans mes pensées.


Je me suis toujours demandé pourquoi tout le monde dit que c'est mal. Comme tant de personne le dise, on tombe amoureux de la personne, et non de son physique. La différence entre un homme et une femme est principalement visuelle, alors si on suit la première logique, tomber amoureux d'une personne de même sexe devrait être bien vu. Cela prouve que l'on aime vraiment le caractère, l'esprit de la personne, qu'elle ait une poitrine développée ou non.


J'ai déjà parlé de cette hypothèse à trois personnes : mes parents et Jongin. Ce dernier n'a fait qu'approuver, mes parents m'ont déshérités.


Je sers fort mon stylo entre mes mains, je me souviens de leurs regards remplis de dégoût. Les insultes de mon géniteur, je m'étais attendu à ça mais je n'ai pas pu retenir mes larmes à ce moment.


Tout d'un coup je sens une pression sur mon poignet, je secoue ma tête pour retourner à la réalité et lève les yeux. Je vois LuHan avec un regard rempli d’inquiétude à mon égard.


-Ça va ? Tu bougeais plus et tu avais l'air ailleurs…


-Heu.. Oui je… C'est rien j'étais dans mes pensées. Tu me disais quelque chose ?


-Je te demandais si tu pouvais me donner ton avis sur l'instrumental…


-Bien sûr.


Il me sourit légèrement avant d'appuyer sur play, lançant la mélodie. Je suis directement entraîné par le rythme et le félicite, disant que c'est parfait, ce qui le fait rougir, enfin je crois. Il continue alors sa création pendant que je décide d'aller chercher deux verres d'eau, histoire de me vider l'esprit un petit moment.


Je reviens deux minutes plus tard, les verres d'eau en main, un sourire bien faux placé sur mon visage. Mais bon, personne ne sait faire la différence entre un vrai et un faux… Nous passons donc le reste de l'après-midi à être chacun de notre côté, à réaliser la musique, sans vraiment se parler. Je ne sais pas si je dois en être attristé ou soulagé.


Le soir arrive assez vite, LuHan est reparti, après s'être mit d'accord sur l'heure à laquelle il revenait demain, soit la même qu'aujourd'hui.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


La semaine est passée, nous sommes aujourd'hui lundi, les projets vont être montrés devant nos professeurs. Ma relation avec LuHan n'a pas changé, pour le malheur de mon coeur. Le résultat de cette semaine est une composition avec chorégraphie réalisée par deux connaissances. Je ne peux pas dire que nous sommes amis, car je ne le supporterais pas. C'est si douloureux d'avoir la cible de notre coeur si proche mais de ne même pas pouvoir le toucher.


J'arrive dans la fac et voit Jongin prêt de l'entrée, un grand sourire aux lèvres… Il m'avait manqué celui là ! Une semaine sans nouvelle, sans sa gueule de merde, c'est long. Je m'approche de lui et il vient me prendre dans ses bras.


-Ah tu m'as manqué, j'ai tellement de choses à te dire !, me dit-il.


Je le laisse commencer son -long- récit alors que je suis plus dans mes esprit, un petit cerf, LuHan… Cette journée risque d'être longue et douloureuse… J'ai juste compris que contrairement à moi, il s'est rapproché de Kyungsoo, ils sont d'ailleurs en couple…


Tout va bien jusqu'au moment où Jongin décide de me poser la mauvaise question…


-Et toi ?! Avec Han ?! Comment ça s'est passé ?! Vous êtes en couple ?! J'espère bien d'ailleurs !!!

-Ferme la.

-*après un petit silence* T'as pas osé n'est-ce pas ?

-J'ai dis ferme la.

-Courage.


Dans ses moments là, je ne sais jamais si c'est bien ou nous que Jongin me comprenne aussi facilement…


Le microphone de l'établissement appelle tous les élèves de notre classe dans une salle. On se dirige alors petit à petit vers la salle en silence, se concentrant chacun de notre côté sur notre future performance. Arrivé devant la salle, j’aperçois LuHan au loin tandis que mon meilleur ami me lâche pour retrouver son « ami ».


Alors que je me remémore mes mouvements à faire, mon camarade s'approche de moi et me sourit. Je le lui rend et nous restons en silence.


-Faisons de notre mieux.


Je relève la tête vers lui après qu'il ait dis ça. Puis je hoche la tête pour montrer mon accord. Oui, faisons de notre mieux, et si j'arrive à ne faire aucune faute, alors je me forcerais à avouer mes sentiments.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Nous venons de finir notre performance. Les paroles ont apparemment touché nos spectateurs et nos professeurs ont été ravi de notre collaboration. Cool… Maintenant je n'ai plus qu'à aller lui parler… Ou alors j'abandonne ? C'est bien aussi comme option… Ouai, je vais abandonner. Enfin…


-Sehun ?


Je sursaute et me retourne rapidement. Un petit ange me regarde.


-Oui ?

-Je pourrais te parler s'il te plaît…

-Heu, oui bien sûr.

-Allons au café.


Je le suis sans rien dire, me demandant pourquoi il veut me parler. Je ne sais pas si je stresse ou pas, si je suis content ou pas…


Arrivés devant le café, nous prenons une table près de la fenêtre puis commandons tous les deux chocolats chauds… Nous sommes de grands enfants. Je le regarde, attendant de savoir ce qu'il voulait me dire.


-Je t'aime.


J'ouvre grand les yeux d'un seul coup. Je deviens fou je crois.


-Je ne rigole pas Sehun, je t'aime. Et tu sais… J'ai vu quand tu mentais dans tes paroles, j'ai remarqué comment tu me fixais, je veux dire… Je sais ce que les paroles de notre chanson signifie vraiment pour toi. Et je te comprends mieux que quiconque, car je suis comme toi…


Je mets bien cinq minutes avant de réaliser et de sourire.


-Je t'aime aussi Lu Han. Alors vivons notre différence ensemble.