Chapitre 25 Bonus

par myra16

Chapitre 25 bonus











Une page blanche ne sera jamais laissée à l’abandon.

C’est difficile de jeter les premiers mots,

Car on sait qu’on ne pourra pas les effacer.

Alors on prend tout notre courage

Pour coucher ce qu’on cherche tant bien que mal à cacher.

Dans l’espoir qu’un jour une personne comprenne le réel nous,

Voit la vérité derrière ce qui était tracé.











« Tu te souviens de ce que tu m’avais dit à l’époque.

Et ?

Fait ce que je ne dis pas ce que je fais.

Non, c’est plus compliqué que ça, moi il ne m’a jamais regardé. »













Junmyeon dégluti devant un Luhan au bras croisé qui le passer à l’interrogatoire dans la cuisine de leurs appartements. Pas qu’il était effrayant sur le moment mais Junmyeon avait commencé à apprendre à connaître le personnage, et il savait désormais de quoi ce dernier pouvait être capable surtout quand il était question de Yixing.





Luhan s’était levé et avait appuyé sur la tête de son vis-à-vis à chaque mot qu’il avait martelé, histoire que ce dernier comprenne bien qu’il n’avait plus le droit de commettre d’erreur. Il s’était alors dirigé vers la sortie laissant un Junmyeon qui pouvait enfin souffler.





Tao avait lancé ça sur un ton totalement désinvolte alors qu’il venait se prendre une bière dans le frigo. Ce grand chinois était un ami proche de Yixing, et depuis quelque temps il venait de plus en plus squatté à la colocation, comme si il cherchait à fuir quelque chose.





Tao qui venait d’ouvrir sa bière avec ses dents, le regarda en souriant, c’est vrai qu’il était mignon dans le genre naïf et innocent.





Même si il avait posé une question, Junmyeon savait qu’il ne pouvait pas s’y soustraire. Pas qu’il n’en avait pas envie mais il voulait vraiment se rattraper auprès de son élève. Il espérait vraiment que Yixing arrive de nouveau à lui faire confiance. Alors il le suivit afin de reprendre ses cours car le plus jeune en avait définitivement besoin.





Les semaines s’étaient écoulés, et finalement Yixing avait pardonné à Junmyeon, et il faisait toujours tout pour satisfaire son professeur, quitte à passer des nuits blanches et à harceler Luhan pour qu’il l’aide quand son hyung n’était pas là. Avec le temps Junmyeon avait été totalement intégré aux petits groupes des colocataires et il lui arrivait assez souvent de se joindre aux soirées qu’ils avaient l’habitude de faire quasiment tous les weekends.





C’est sur ses paroles énigmatiques que Luhan prit alors congé. Les deux semaines qui avaient suivi étant des congés, Junmyeon n’avait pas eu l’occasion de revoir les chinois de la collocation. Et c’est sans surprise qu’il les retrouva le jour de la rentrée devant les panneaux d’affichage.





Mais aujourd’hui le plus jeune semblait encore plus renfermé que ce qu’il avait l’habitude d’être en présence de son professeur. Pourtant il ne le lâchait pas des yeux, il semblait le regarder comme si c’était la première fois, comme si il le voyait vraiment et ça perturba Junmyeon qui ne comprenait pas.





Il savait qu’il devait être stressé, et même si il avait fait d’énormes progrès en Coréen, il n’était pas encore totalement bilingue.





Junmyeon lui offrit un magnifique sourire comme pour le rassurer.





Les deux jeunes hommes se tournèrent vers la voix mignonne d’une jeune fille qui n’était pas vraiment inconnu à l’un d’eux. Jinwoo, elle était devenue vraiment belle en l’espace de quelques mois et ses cheveux ondulés lui tombaient à présent dans le dos tel une cascade.





Elle commença à se dandiner d’un pied sur l’autre alors que Junmyeon ne savait pas quoi répondre. Certes ça lui faisait plaisir mais d’un autre coté il n’arrivait pas à se réjouir totalement de ce qu’elle venait de lui annoncer, comme si quelques choses avaient changé, comme si rien n’était plus pareil.





Et sur ces mots, elle vint lui offrir un tendre baiser sur la joue qui surpris tout le monde et Junmyeon le premier. Puis elle repartie aussi vite qu’elle était arrivé, laissant un Junmyeon souriant et un Yixing au visage fermé.



Et Yixing acquiesça alors que la sonnerie retentissait et qu’ils devaient se diriger vers leurs classes respectives.



La soirée était vite arrivée et comme l’avait précisé Yixing, avait été en comité réduit. Cinq personnes en comptant Junmyeon, ils avaient mangé, bu, joué, et le fameux jeu de la bouteille était rentré en action sous les rires tonitruants.





Tout le monde rigola, tout le monde sauf Yixing qui se sentie pâlir à ses mots.





Encore une fois, tout le monde rigola, sauf le principal concerné et Junmyeon qui se sentait mal pour son ancien élève.





La soirée se finissa après encore quelques bouteilles d’alcool et jeu de plus en plus débile faisant naître des crises de fous rire, jusqu’à ce que tout le monde se couche. Junmyeon était resté sur place, trop fatigué pour rentrer et surtout il avait cédé au demande incessante d’un Yixing un peu bourré qui insisté pour qu’il dorme à la collocation.



La nuit battait son plein, mais Junmyeon n’arrivait toujours pas à fermer l’œil. Du moins techniquement, il les avait fermé c’est surement pour ça que la personne qui s’approcha de lui avait dû croire qu’il dormait. Mais ça lui était impossible, il n’avait plus tellement l’habitude de dormir à même le sol. Donc il ne se rendit pas compte qu’on le croyait dormir à poings fermés jusqu’à ce qu’il sente quelque chose sur ses lèvres, doux, léger, éphémère, quelque chose à laquelle il ne s’y attendait pas. Il n’ouvrit pas tout de suite les yeux, trop choqué dans un premier temps de se rendre compte qu’on venait de lui offrir un baiser, mais il les ouvrit assez tôt pour voir la silhouette qu’il reconnut comme celle étant de Yixing, retourner rapidement à sa place qui était à l’ opposer de la sienne.



Il ne sut pas quoi penser et c’est à ce moment-là que les paroles de Luhan réfèrent surface dans son esprit : «  Je te laisse une semaine pour aller embrasser la personne qui fait battre ton cœur ou je me verrais dans l’obligation d’aller tout lui relever. »



Junmyeon se retourna alors rapidement, ça ne pouvait être vrai, ça ne pouvait être ça, il avait dû rêver. C’est ce qu’il tenta de se persuader tout le reste de la nuit avant qu’il soit obligé de retourner à l’école.



Et c’est cette nuit blanche qui lui fit prendre la pire des décisions. Car dès le lendemain, il accepta la proposition de Jinwoo et la semaine d’après Yixing disparaissait. Car la Chine ce n’était pas la porte à côté.









Les décisions sont parfois comme des fruits empoisonnés,

De l’extérieur, ils nous paraissent être les meilleurs

Mais à l’intérieur c’est comme si ils voulaient nous punir.

Et ce n’est qu’après y avoir gouté qu’on se rend compte de notre erreur.