Oh, un stlaker

par sungra


Oh, un stalker



________________________________________________________________________________




       Y'a un soleil de plomb éclatant dans le ciel bleuté qui recouvre le parc. Chaud. Il fait une chaleur à crever. La foule fuit la boule de feu, ils vont se cramer la peau sous les uv. Les passants inconscients cherchent de l'ombre, du froid, de la fraîcheur dans ce grand cagnard insupportable.  
Et y'a ce type qui s'en bat le cyphon. Ce gars là qui a déjà la peau cramée, naturellement mat, teintée d'une couleur caramel brune. Il secoue la tête en fermant les yeux, il se berce au son d'une musique muette lancinante. Il a chaud, il est en fusion et ça lui plaît de se consumer dans la chaleur incandescente. Ça lui rappelle le sexe, la luxure, le plaisir charnel et la brûlure au bas de son ventre. Il en sourit d'un air carnassier.

Jongin est un type que rien n'effraie. Pas même la glace, pas même le feu. Personne. Même pas l'apocalypse.


Il continue sa route droit vers la brûlure du soleil. Jongin sent une perle d'eau salée couler de son front. D'un geste majestueux de la main, il l'efface en sifflotant d'un air serein. Ce type dégage une aura à vous tuer sur place.


Clicliclic dans le buisson. 
Un type remet sa casquette à l'envers en place et sors de sa cachette avec un drôle d'air figé dans une assurance exaspérante. On le regarde bizarrement, il a une feuille ou deux qui flottent dans son dos. Il ignore les gens cachés à l'ombre qui le jugent du regard en se demandant ce qu'un gars bizarre faisait dans un buisson. Les yeux du stalker capturent la silhouette féline de Jongin le beau gosse. Un fin sourire apparaît sur ses lèvres, dévoreur. Il se pourlèche les babines lorsqu'il admire une goutte lascive de sueur qui dégouline dans son cou tendu sur cette chair brune. Un jour, jongin lui fera l'amour. Ou le baisera sauvagement. A voir. Tant qu'il le fait soumis, le mystérieux gars à l'appareil photo sera repu.


Y'a une meuf sans cervelle qui débarque en hurlant " OPPAAAAA " à Jongin. Le brun secoue la tête, exaspéré par la jeune fille dite casse-couille. Le stalker soupire aussi et se cache derrière un arbre en saisissant son appareil photo Canon bourré de clichés de son amour caché. La jeune fille fait la pipelette et Jongin ne l'écoute pas. Il veut une glace. Et en plus il est gay, qu'est ce que vous voulez faire d'une casse-pieds qui bat des cils en l'appelant Oppa comme si c'était une star de kpop pour gamine écervelée ? Jongin hoche la tête avec un faux sourire enjôleur sur la face. Le fanboy serait presque aussi fragile et se retient d'aller sauter dans les bras de Jongin et d'assouvir un besoin immuable en bafouant son visage de ses lèvres. Il miaule en fermant les yeux, s'imaginant bondir sur la face brune de l'affolant Jongin ; le stalker fantasme salement. C'est pire qu'un fanboy, c'est une sasaeng. 


Il connaît tout de Jongin, dans les moindres détails, jusqu'à l'heure à laquelle il bouffe et le nom de sa salade préférée. C'est pas sa faute, il l'aime tellement ce brun, ce gars trop sexy qui en un regard peut le tuer sur place. Jongin est baisable, qu'est-ce qu'on y peut ? Jongin est intelligent, Jongin est dragueur, Jongin est drôle, Jongin est beau, Jongin est parfait. Et le stalker le veut dans son lit. Le veut tout court. 
Il reprend désespérément son souffle haletant. Les fantasmes fatiguent. Il s'assure que sa casquette est toujours en place et revient de ses yeux de pervers scruter la discussion. 


Alors Jongin souffle, exaspéré par la gonzesse qui cause dans le vide. Il louche sur le marchand de glaces en sifflotant et d'un signe de main acculé d'un sourire affriolant, il congédie la meuf. Il a un sourire aussi ravageur qu'une tornade du Colorado. La meuf fond et retourne sur son chemin, pantelante. Le stalker en rigole, soulagé : sa proie est seule, à lui, rien qu'à lui. Il voit Jongin secouer la tête avec un air affligé et continuer sa route, les mains dans ses poches de jean méga moulant pour son cul rebondi. Le stalker veut le croquer. Il le suit, les yeux mangeur de peau brune et suante. 


Sauf que Jongin se sent mal à l'aise depuis quelque temps. Il a l'impression qu'on le regarde, et même aux chiottes. Il sent comme deux yeux qui le scrutent et le mangent et le dévorent. Il se sent observé. 


- C'est bizarre, cette impression. Grommelle-t-il, et il ne peut s'empêcher de s'arrêter pour se retourner, carrément inquiet.


Soit je deviens fou. Soit on me suit. Songe-t-il. Il plisse les yeux. 


Y'a une vieille avec son déambulateur qui crache un poumon. 
Y'a un couple énamouré de niais qui se balade. 
Y'a un type qui regarde des photos sur un Canon et qui passe à côté de lui sans ciller. 

Y'a une fille qui le regarde avant de s'étaler dans la poussière. 


- Je deviens fou. Se résume Jongin en soupirant, alors que son stalker vient de humer l'air à ses côtés pour enivrer ses sens.


Odeur sauvage de Jongin. Le fanboy sent sa tête tourner et derrière lui, il entend les pas de Jongin qui reprend sa route. 


Jongin fonce vers le marchand de glaces, il a faim, faim, faim. Il demande une saveur coco pistache, du n'importe quoi de goût dont il raffole. 
Le stalker avec son appareil pendu à son cou enlève sa casquette. Il sue et ça chauffe sur son crâne. Il la remet, la viscère toujours dans son cou. 


Oh, il sent que ça chauffe dans son ventre, il glapit comme un chiot et saisit son appareil. Il miaule. Il geint. Il sent que tout son corps s'embrase. Y'a Jongin qui lèche sa glace. La gorge du stalker devient sèche, il déglutit et sa glotte fait un bruit délicieux de désir. 


- Oh mon dieu, à ce rythme j'vais bander. Sa voix est rauque, son sourire carnassier. 


Clicliclic ; le cliché le plus orgasmique de Jongin qui sort la langue pour lécher goulûment sa glace. 


- Bientôt il léchera autre chose. Lâche la voix perverse du stalker, l’œil lubrique.


Il est en feu, il bouillonne, ses hormones se font une guerre fatale. Il s'imagine avec Jongin en lui et il devient soudainement trop serré dans son jean. Il tente de se calmer, c'est franchement pas sérieux. 


Clicliclic. Oups, y'a de la glace qui dégouline dans le cou de Jongin. Le beau brun jure en souriant de sa maladresse.


- Tendrement sexy.


Le stalker veut lécher cette perle délicate qui s'effondre sur cette peau brune. Il commence à devenir fou, y'a tout qui se remue en lui, il est excité et gémit de plaisir devant cet être éblouissant et diablement sexy devant lui. Il se lèche la lèvre et vient la capturer dans ses dents avec ce terrible regard dévoreur. 


Jongin retire la goutte avec son pouce et en suce l'extrémité. Le stalker en devient dingue il tombe dans le buisson en gémissant de plaisir. 


- Ah Jongin-ah, n'as-tu pas honte. 


Jongin se sent toujours observé, et penche la tête de tous côtés.


- Eh, je deviens dingue. S'inquiète-t-il avec son visage convulsionné par une drôle de crainte.


Ses yeux se perdent dans l'ombre des âmes sous les arbres fruités ; y'a que lui en plein cagnard et y'a personne pour le regarder. Il soupire et se lève en arrachant encore de sa glace du bout de sa langue ; le goût coco s'effondre en explosion dans sa bouche. 
Il gémit de plaisir en même temps que le stalker. 
Ca fait écho dans son être, il se retourne soudainement, l’œil suspicieux. Mais y'a personne. Il hausse les épaules, peu rassuré et reprend sa route. 


Le stalker le suit en soufflant, le voilà rassuré. Il n'est pas découvert. 


Jongin entend des pas. Jongin glapit, peu rassuré. Jongin lèche sa glace. Jongin trouve qu'il fait chaud soudainement. Eh, trop chaud. Jongin comprend qu'il est suivi. 
Le stalker ne se rend compte de rien. Le stalker est obnubilé par ce cul, cette silhouette élancée, et son tee-shirt suant qui colle à son dos pour en suggérer les muscles de la chute de rein. Il est obsédé, Jongin lui retourne le crâne et enivre ses sens. Il perd notion de tout.


Clicliclic. 


Jongin sent son coeur se tordre par la peur, il tourne rapidement au coin d'un bâtiment dans le parc et échappe à la vue de son stalker. Celui-ci grogne de mécontentement et s'empresse d'aller le retrouver en le suivant à la trace.


Rencontre foudroyante. Sehun manque l'arrêt cardiaque, Jongin l'attendait. Il a failli le percuter.


Les voilà nez à nez.


- Oh. Lâche Jongin, surprit du mec qui rougit devant lui. 


Oh, c'est le cas de le dire. Oh Sehun.  


- Oh Sehun. Hmm. Jongin l'observe avec un oeil suspect, puis lèche sa glace sans savoir que Sehun se fait violence pour refouler sa terrible virilité qui hurle à la liberté. 


Oh Sehun, oui, Oh Sehun le type qui observe langoureusement Jongin au lycée, chez lui, au café, au parc, et rêve de l'embrasser, de caresses voluptueuses, de sa langue partout et de choses sales. 
Oh Sehun est le stalkeur. Oh Sehun s'est fait griller. 


- Bien. Alors comme ça tu me suis ? Grogne Jongin, le regard lourd de reproches et il lèche encore sa glace. 
- Quoi. Je... Non. Il bafouille. 


Oh Sehun louche sur la glace pleine de baves de Jongin, il est tout tordu de l'intérieur ; il veut la lécher lui aussi. Et lécher Jongin. Et l'embrasser. Le problème, c'est qu'il s'est fait prendre, et qu'il est en train de se tuer, et que c'est mort pour lui. 
Eh, Jongin le regarde, Sehun devient un brasier ardent. Il évite son regard en se balançant maladroitement sur ses pieds, il tousse d'embarras. Y'a son coeur qui se serre sous l'émotion de cet amour découvert et de la honte suprême. Et parce que putain, Jongin est bandant avec sa glace et le bruit de suçon que ça provoque. 


- Eh, Sehun. Dis, je t'excite ? Sehun ne sait si la voix de Jongin tremble de peur ou d'autre chose. 


Oh en est cloué sur place, il plonge des yeux écarquillés sur le regard profond et suspect de son amour de toujours. Il vire au rouge, ça lui emplit la face. Il s'est fait cramer rien qu'en gardant le silence. Le coeur de Sehun s'emballe, il devient épileptique et il en tremble de partout. 


- Tu bandes. Jongin observe la bosse du pantalon et tire la langue sur sa glace avec un fier sourire sur sa gueule de beau garçon juvénile.


Jongin aime plaire, et tient, Jongin aime en jouer. Jongin lance un regard salace au type qui le suit, au type qui veut le baiser. Il connaît bien Sehun, ce mec fait tomber les filles en un coup de regard nonchalant. Il est grand et apparemment bien monté. Il est gay et sort des drôles de choses comme YEHET ou OHORAT et il traîne avec une diva du nom de Zitao.
Et en plus, il stalke Jongin. 
Et en plus, il bande allègrement sur lui. 


Ce mec est malade. Jongin en joue et lèche sa glace pour empourprer le plus jeune qui se racle la gorge, la bouche grande ouverte, la gorge asséchée, la langue prêt à sauter sur les lèvres du garçon couleur caramel. 


- Jongin... Ah... Euh...


Sehun a presque envie de se masturber pour calmer ses sens en alerte, pour apaiser ses hormones, pour jouir et se soulager de cette tension dans son corps. 


- C'est excitant einh. Jongin lèche encore. Jongin hausse les sourcils. 


Il trouverait presque ça excitant lui aussi. Il sentirait presque que ça se noue dans son ventre et qu'il embrasserait bien Sehun, tant qu'on y est. 
Mais Oh Sehun est un type louche qui le suit ; il n'aura que la frustration d'avoir effleuré l'utopie. 


- Dis que ça t'excite. La voix de Jongin se fait lourde et rauque ; sa langue se perd longuement sur le contour de la glace. 


Sehun hoche la tête, le cerveau embrumé, il miaule et il geint ; c'est une torture, ses sens sont tiraillés, son excitation est palpable. 


- Eh, Sehun. Va baiser Zi Tao la pédale pour te soulager. Grogne Jongin en lâchant sa glace. 


Sehun écarquille grand les yeux et descend de son nuage kinder. 


- Einh.. Einh ? 


Jongin s'éloigne en ignorant la respiration haletante du plus jeune qui vient de subir un orgasme visuel et est désormais tout pantelant. Jongin savoure sa glace noix et pistache pleine de bave acidulée au goût de victoire. 
Sehun est penaud, frustré, eh, c'était surréaliste. Il regarde Jongin repartir sous le soleil brûlant, il s'effondre en suffoquant de désir palpable. Il veut sa chair, il veut l'embrasser, il veut le prendre ou être pris ; Sehun bande encore. Son regard est flou. Il flanche. Il avance en s'adossant au mur. C'est l'excitation qui le retourne. 

Il veut Jongin. Il aura Jongin. 


Il le rejoint clopin-clopan, le souffle erratique, la tête embrumée par son regard carnassier qui glissait sur lui. Par sa langue qui léchait allègrement sa glace. Par ses yeux dans les siens. Par ce putain de désir qui le tenaille.


Jongin. Il veut Jongin. 


Il le rattrape avec un sourire alléché sur la face. Il pose sa main sur l'épaule de Jongin et enfouit son nez dans ses cheveux rebelles et brûlants. 


- Jongin-ah. Susurre-t-il avec cette tension dans sa voix. 


Le revoilà qui bande encore plus. Eh bah mince, Jongin lui fait trop d'effet. C'est son odeur musquée qui l'enveloppe et l'embrume.

Jongin soupire, lèche sa glace qui coule sur ses doigts et penche la tête en arrière pour s'amuser un peu encore ; il sent l'érection du stlaker dans son dos suant et ça le fait doucement rire. Un rire qui râle, un rire rauque, un rire qui geint presque. 

Bon ok, Jongin est peut-être un petit peu excité. Mais pas trop. Oh Sehun est malade quand même. 


- Qu'est-ce que t'as encore le fanboy... Lâche-t-il, le ton sec et coupant. La respiration se tend et son bas ventre s'emplit de cette chaleur terrible qui s'en va couler au bas de son ventre.


Ca va plus trop, il doit bien avoir les neurones grillés par le soleil qui le fait suer. 


Oh Sehun glisse un doigt derrière son dos, effleure sa sueur et le glisse dans son jean ; il le tire par la ceinture, Jongin glapit et se tend, Sehun se délecte de ce toucher. 

Y'a une certaine tension sexuelle plaisante pour les deux jeunes hommes. 


-Jongin, ton caleçon bleu c'est mon préféré. Un jour je te l'enlèverai.


Les dents de Sehun mordillent goulûment le lobe de Jongin dans ce murmure. 


Jongin s'échappe de ce fou, le souffle haletant. La glace tombe par terre. Il en reste sur ses doigts et dans son cou. Il lance un regard effrayé à son stalker. 

Sehun se lèche les babines. Clicliclic.


Oups, Jongin porte son caleçon bleu aujourd'hui. Il est trop serré. Jongin bande.