Salive

par sungra

Chapitre 25


- Salive -


________________________________________________________________________________





Y a Baekhyun qui tombe, il se casse la gueule, et ses doigts, ils tirent, ils écartèlent deux grandes oreilles, et ya ses lèvres qui se détachent de Chanyeol, et ça brûle dans ses viscères et ça dégouline un peu partout, comme du soufre, entre les interstices de sa peau, et ses narines soufflent. 


Il est hors de lui. 


Ca l'éventre, et ça lui fait mal partout dans le bide, parce que ses mots, c'est que d'la connerie. 


Il fait mal aux oreilles du Grand Chanyeol, qu'a les yeux tout grands, injectés de sangs et ses lèvres elles coulent, elles coulent dans la salive âcre qui lui déchique un coin de bouche. 


Parce que y'a Baekhyun qui se tortille, ça lui brûle et les échiquette les côtes, il frappe le plus grand qui le maintient contre lui, il lui tape les clavicules, et ça casse des os, et ça vibre dans tout son corps, et Chanyeol il balbutie, les mots ils s'obstruent dans sa bouche, et dans sa gorge, c'est comme de l'acide. 


Il veut vomir, tellement qu'il comprend pas.


Il finit par lâcher Baekhyun, qui tombe et il s'est pété quatre côtes, et les cheville, et il respire plus vraiment, et il essuie des intermittences au coin de sa bouche. 


Il hurle, à se péter les cordes vocales, à se foutre en l'air la cage thoracique. 


- A quoi tu joues ? pourquoi, tu fais ça ? 


Il y a Chanyeol, qu'a mal au bide, qu'à les yeux qui piquent, qu'à la peau qui tiraille, et des rides et tout qui se déchessent en lui, parce que précisemment l'eau elle s'agglutine dans ses paupières.


C'est un peu trop qu'il comprend pas, pourquoi avec eux ça commence toujours bien, et puis ça part en n'importe quoi, ça part en cris, en griffure et en incompréhension.


Pourquoi ya Baekhyun qui attend une réponse, le souffle haletant, les narines dilatées et un peu d'eau à l'acide qui fait des grosses rayures sur ses joues. 


Ca fout en l'air. 


Ca fout en l'air, parce que ça a pas de sens. 


- Pourquoi tu me sors ça, alors que tu le penses pas ! Einh ? 


Chanyeol a pas la force de dire qu'il l'aime, il regarde impuissant une tornade de mains, de pieds, et des postillons qui envoient des éclairs autour de lui. Ya Baekhyun qui continue de vociférer et plus il crie et plus ça lui arrache les cordes vocales et plus il pleure comme un gamin, avec des doigts atrophiés dans les cheveux et des absences mentales. 


Il lui dit que c'est un connard, qu'il se fout de lui, depuis le début, qu'il s'amuse avec ses sentiments, qu'il savait bien que lui il l'aimait mais qu'il s'en foutait bien, que s'amuser avec lui c'est plus fun, qu'il en avait rien à foutre de quand il le regardait, rien à foutre quand il lui a demandé de l'aimer, rien à foutre de le frapper, le griffer, le mordre, le faire souffrir. Et maintenant quoi ? 


- Et maintenant tu me sors ce genre de connerie ?!


Il y a dans son regard comme du charbon, qu'a des odeurs de peste, de haine, de rage, et de beaucoup d'autres choses. Des trucs que Chanyeol voit pas, des trucs comme ce putain d'amour, qu'est une bombe à retardement ; c'est lui qui lui fait péter 20 000 boulons à la secondes. Cet amour qui l'a ravagé, trifouillé au plus profond de lui, et c'est que là, Baekhyun vient de marcher sur la mine qui l'a fait exploser en 223 morceaux. ou 222. Il sait plus trop. Mais ça fait mal.


Il en peut plus, l'air l'asphyxie, les particules de leurs souffles deviennent toxiques, brûlent sa gorge et sa trachée et ses poumons ; il y a des larmes ignobles qui tombent dans sa bouche tordue de douleur. 


Il crache : " T'es qu'un grand connard. Putain. "


Et il fuit, comme ça, il laisse Chanyeol qui fond comme la pluie, et qui pleure des gouttes amorphes, et ça fait comme de la morphine, il a l'impression d'être détaché du monde, de la plage, de lui, du sable qui gratte et de l'eau qui tape. 


Il regarde derrière son scaphandre de larmes la silhouette de Baekhyun, on dirait comme une algue qui dérive dans l'ocean. Qui s'en va, et qui part, et qui le quitte, et qui reviendra jamais, et il s'aimeront jamais alors. 


Jamais, c'est un peu pas possible. 


Alors, il fond en larmes, il veut Baekhyun près de lui, ça dégouline de ses yeux comme de la grosse pluie, de son nez comme une cascade, de son coeur comme du pétrole. 


Il hurle son prénom, et avance sur le sable, clopin-clopan, la sclérose lui déchire les articulations et la peau, et ses organes vitaux, et elle foudroie son corps. 


Non, pars pas, reviens, je t'aime comme un fou. 


- Baekhyun ! 


Ils sont quittes. 


Y'a Baekhyun qui se retourne, les bras croisés sur sa poitrine, le nez rouge et les yeux aquatiques, et les oreilles bouchées. Il est en train de se noyer pitoyablement. Il regarde ce pauvre type, et il a envie de tomber, ses jambes lâchent et son torse fait mal. Il y a Chanyeol qui titube comme un cadavre, qui sanglote son prénom, et on dirait qu'il va mourir. Il l'a jamais vu comme ça, en équilibre, sans honte, sans gêne, sans fierté, tout faible, croulant sous ses maux et affaissé. On dirait que le sable va l'engloutir, et ça brise le coeur du petit gars. 


T'es qui, à quoi tu joues, tu joues pas là ? Me fais pas perdre la tête, tu vas me rendre dingue. 


- Je t'ai détesté ... Autant que je t'aime ! Hurle Chanyeol, à bout de souffle, il y a des mètres infranchissables entre eux. 


Baekhyun déglutit, il veut pas y croire, il ferme ses paupières, et ses oreilles ; un peu mais pas trop quand même, il veut l'entendre. Et puis alors, y a ses artères qui se bouchent, il hoquette ; son nez pique, et fait mal un peu. 


Ca fait mal partout toute façon, même ses ongles dans sa chair. 


- Je t'aime comme un forcené ! Hurle Chanyeol.


Respiration qui fait mal. 


- Je t'aime, parce que t'as tout ce que j'ai pas. 


Yeux qui s'exorbitent et qui font mal. 


- T'es intelligent, trop intelligent, et drôle et - et - un pleurnichard, et - et... Je comprends pas, pourquoi je t'aime. Je sais pas. Mais c'est comme ça. Je... 


Ya Chanyeol qui commence à avoir des mots qui s'agglutinent dans sa gorge, et qui font un peu comme de la bouillie. Ils se mélangent, ils sont noirs et visqueux sur ses lèvres tombantes, et il finit par plus rien dire, que pleurer comme un couillon, un couillon qu'à tout fait foirer, parce qu'il savait plus comment l'aimer ou le détester, ce petit con est bête. 


Il est bête. 


Et il piétine, la douleur lui cisaille les os, le sable est comme des épines sur la plante de ses pieds, mais qu'importe, Baekhyun bouge plus, il peut le rattraper.  Il avance, ya que son souffle qui résonne dans ses oreilles et assaille son crâne, y'a que ses inconsistances, ses douleurs, ses cassures, et surtout ya Baekhyun qui renifle péniblement. Il pose sa main sur son nez et l'essuie comme un dingue. 


- Arrête de bouger. Tu te fais du mal. Dit le petit gamin entre deux sanglots, et la paume de sa main arrache les larmes accrochées à sa joue. 


Et c'est lui qui bouge, c'est lui qui avance, lui qui mange la distance entre eux deux. C'est lui qui commence à pleurer un peu, des petites gouttes qui tombent comme des stalactites et qui brûlent beaucoup, ces gouttes qui sont pleines de tristesse, de rage, d'amour à plus savoir qu'en faire. 


Et il dit à Chanyeol. 


- T'es qu'un grand con, stupide, arrogant, méchant, bagarreur, insolent et j'en passe, et - et -, je suis tombé amoureux d'un tel connard. Moi. Et je - j'en peux plus. 


Ils se regardent, mouillés, trempés dans leurs sueurs, l'eau salée et leurs larmes. Il y a des cernes sous leurs yeux, qui pèsent, qui font mal, ils se sont écorchés, mutilés, dévorés, et voilà ce qu'il en reste : deux types coincés entre le sable et la stratosphère, deux types qui s'aiment mais qui savent pas comment faire pour y croire. Y'a plus vraiment d'espoir, maintenant qu'ils ont goûté à la haine, hein ? 


Ils restent silencieux, à se regarder, les souffles hachés et les oreilles rouges. Ils restent là, ébaubis à plus savoir qu'en faire, de tout ces sentiments qui dégoulinent entre eux. 


Et puis, c'est Baekhyun qui craque, devant les inconsistances de Chanyeol, devant cette allure débraillée et cassée, devant ses sanglots qu'il avait jamais vus, et qu'il veut plus voir, ces lèvres ballantes, ses joues creusées, ses yeux rougies. On dirait un gamin orphelin, et ça lui brise le coeur.  Il y a quelque chose qui hurle alors à l'intérieur, qui hurle de le prendre contre lui, et de s'en battre les reins, l'aorte et le foie de tout ça : il veut se gaver de Chanyeol et en faire une intoxication.


Il se fourre alors contre son torse, et sa tête frappe contre la cage thoracique du plus grand. Ca fait un gros dong en Chanyeol, qu'à la respiration coupée, qui ouvre grand les yeux, et les doigts de Baekhyun l'aggrippent, et ils griffent sans faire attention ; mais le bonhomme est sauf, Chanyeol sourit. 


Il y a son nez qui s'enfuit dans les cheveux un peu trop courts de Baekhyun et ya un grand sourire qui envahit ses lèvres ; et il s'en fout des larmes du plus petit, il s'en fout du gamin qui lui murmure " t'es qu'un con ", il s'en fout de le sentir un peu violent dans son étreinte, tout ce qu'il dit c'est :



- Je t'aime, Byun Baekhyun, intello pleurnichard. Je t'aime.


Et Baekhyun il sourit dans un cou tordue de sclérose, il sourit comme un idiot, il y a des choses qui se refusent pas, il y a des choses qui se sentent, il sent que là maintenant, les doigts de Chanyeol qui roulent sur sa hanche ne le maltraitent plus, son nez, ses lèvres sur son crâne, qui glissent et déposent des petites étoiles, cette voix qui chantonne, cette étreinte maladroite, titubante, ces tremblements comme du papier qu'on a froissé, ces baisers dans son cou comme de l'écume.


Ces choses qui arrivaient pas, ces choses douces, ces inconnues, comme des croches rondes et des croches noires. 


Ils restent comme ça, jusqu'à avoir mal aux pieds, ils tournent dans les saveurs de l'été, dans les arômes dans leurs peaux, et puis, un peu plus tard, coincé près de la voix lactée, il y a Chanyeol qui embrasse Baekhyun, Baekhyun qui embrasse Chanyeol, ça a goût de larmes, de remords, de pardon, et puis de sucre, de nuage, de diiode, de rouge, de bleu.


Ils s'embrassent comme des gamins esseulés, comme des idiots pas finis, comme des amoureux qu'on a privés de sucre, comme des enfants dansent sur un carrousel. Ils s'embrassent comme ils s'aiment, cassé, tordus, incongrus. 


Bande d'idiots, c'est pas trop tôt. 




Ils finissent par s'asseoir, un peu béat, un peu la tête dans les étoiles et les orteils six pieds sous le sable. Y'a des sourires qui se perdent, y'a des mains qui commencent par se chatouiller, et puis qui finissent par s'enlacer. Ils parlent un peu, un peu de leurs vies, de ce qu'ils auraient aimé vivre. Baekhyun raconte à Chanyeol qu'il voulait être drôle comme lui, et Chanyeol intelligent comme lui. Ils se disent encore des contes de leurs vies, qu'ils ont déjà dit, mais qu'ils persistent à sortir. Ils se disent mille et une chose, mille et une cachées, mille et une tristesses, mille et une joies. 


Mille et une histoires de deux numéros qui s'aiment, enfin, un peu. 


Quelques heures après, c'est Chanyeol qui se met à sourire. Ils sont en train de parler de film, Baekhyun explique que les films de super héros c'est pas génial, qu'il préfère les bons trucs, les trucs qui sont un peu tordus, comme inception. Chanyeon a jamais pu rien y comprendre, lui qui peut pas se concentrer dessus. Alors il grogne un peu, il taquine le plus petit qu'il trait d'intello, et Baekhyun il rit, il fourre son nez dans son cou et il lui dépose un bisou. Un bisou esquimau avec le nez et les joue, qui lui effleure la chair et qui lui aspire la peau. 


Ca fout un frisson dans tout chanyeol, un frisson qui dégouline de partout, qui le fait trembloter, qui le fait mourir de plaisir, il titube, il titube dans ce souffle hasardeux qu'il aime un peu trop, parce que ça sent la coco et que c'est comme une caresse.


Il est accro à Baekhyun. 


Et soudain, il lui trouve son surnom, il lui saute au nez quand Baekhyun lui avance :


- Toute façon, t'es bien trop stupide pour apprécier ce genre de film. Je vais t'éduquer à la bonne culture.


Il essuie ses lunettes avant de les replanter sur son nez. 


Chanyeol sourit, il murmure :


- Je t'ai trouvé un surnom.


- Ah ? 


C'est un ah d'interrogation, ponctué de sourcils levés tout haut. 


- ParCoeur. 

- Parker ? S'étonne Baekhyun avant de pouffer de rire et de secouer la tête. C'est quoi le rapport, je suis pas Américan et j'ai pas une tête d'Américain non plus. 


Mais Chanyeol soupire, il grogne :


- Mais non, attends je t'explique.

- Bah oui explique-moi au lieu d'avoir ton air condescendant. 

- Pourquoi tu parles comme ça ? Se moque le plus grand en dodelinant de la tête. 


Ils rient, et se tapent les côtes, et c'est suave ce qui se passe ; les voilà fusionnels, qui ont trouvé leur diapason, leur corde de guitare, leur petite clochette. 


Ils s'aiment en riant ce soir. 


- Tu connais Peter Parker ? 

- Spiderman ? 

- Oui. C'est un intello à lunettes.


Baekhyun roule des yeux, on dirait des billes et ça fait marrer Chanyeol qui a les oreilles un peu rouges. 


- Des intellos à lunettes yen a partout, tout le temps, t'as d'autres clichés comme ça ? Cingle le plus petit, son museau trémoussant.

- Mais c'est un super héro à lunettes. 

- Pas convaincu. Je m'attendais à mieux. 

- Et tu apprends tes cours par coeur. Tu connais tout par coeur. Par coeur. Parker. Tu comprends. 


Baekhyun tourne la te^te vers lui et il s'illumine comme un feu-follet, il adore les jeux de mots alors il chuchote :


- oui, et en fait ça j'aime bien.




Et il aime quatre vingt milles choses en fait dans cette soirée, le soleil qui coule, les étoiles qui brillent sur le nez de Chanyeol, et son sourire de gamin, et ses grands yeux qui pétillent ; Chanyeol est heureux, et Baekhyun aussi, et tout ça, c'est grâce à eux. 




° ° ° °





Junmyeon sort les paquets de chipolatas et de merguez et les jette sur le sol sablé du lac.


- Ouah, t'es dingue, traites bien la nourriture s'il-te-plaît. Grogne Jongdae en reprenant les paquets et les empilant dans ses bras.


Le chef préfère ne pas relever et retourne s'assoir sous les rires séraphins d'une dizaine de garçon, agglutinés sur des chaises, qui parlent un peu fort et rient un peu fort mais ont surtout les estomacs vides. Jongdae met les paquets de saucisses sur son ventre, et Junmyeon s'affale à côté de lui. Il a faim, très faim.


- Bon, j'en ai marre d'attendre Baekhyun et Chanyeol, j'ai trop la dalle. Ils sont où à la fin ?


- Arrête d'être si aigri, vieux schnoque, on mangera sans eux au pire. Rigole jongdae avec ses mains dans son cou, qui glissent sur sa colonne vertébrale, et c'est le genre de truc qui remet Junmyeon à sa place, qui le fait souffler, et l'apaiser.


Au même moment, il y a Jongin qui revient en fourrant son téléphone dans la poche et qui s'assoit à côté d'un joli petit chinois tout blond.


- Ils sont à Busan, ils passent la nuit là-bas

- Impeccable, fais péter les saucisses ! S'exclame Junmyeon en piquant les paquets sur le ventre de Jongdae qui pouffe de rire.


Il est accompagné de nombreux autres acolytes, qui s'empressent de répondre au besoin primaire qui leur tenaille l'estomac. Les saucisses sont piquées sur des broches, ont fait des blagues, on les tend sur le feu, et puis, après s'être agités pendant 5 minutes, après s'être lancé des bières et des paquets de merguez, on attend.


On attend que ça cuise.


Et c'est là que Kyungsoo demande :


- Ils foutent quoi à Busan ?


Et c'est aussi là qu'il y a un silence qui s'installe, des regards qui s'échangent et des interrogations. Parce que après tout, ils ont vécu d'un oeil éloigné cette relation chaotique. Entre coups, haine, baiser et alcool : c'était un bordel dans lequel isl ont assez vites cessés de se mêler pour laisser la place à Jongin, un peu le seul à atteindre à Baekhyun.


- Je les comprends pas bien, eux deux. Moi j'ai arrêté de savoir ce qu'il se passait entre eux, ils sont tellement... Dans le bulle. Marmonne Xiumin, en avisant sa saucisse qui grille doucement.


C'est Luhan qui se marre et qui taqule :


- Ils s'aiment, bande d'abrutis.


Il y a encore un de ces silence indéfinissable qui s'installe, mais celui-là il est coupé, soufflé, tendu, il y a un long feu qui crépite entre eux, des interrogations au coin des lèvres et surtout des yeux grands écarquillés.


-Je t'avoue que je pige pas. T'aimes quelqu'un que tu frappes ? Assène Sehun, un goût amer dans la bouche.


- Ca fait un bail que Chanyeol a pas tapé Baekhyun, répond Luhan. Et ça fait un bail qu'ils savent juste pas comprendre que tout ce qu'ils ressentent, c'est lié à ... Ce truc qui fait qu'ils s'aiment... de cette manière si particulière.


C'est Jongin qui retire sa saucisse du feu et qui murmure :


-Baekhyun aime Chanyeol depuis longtemps. Il comprenait pas pourquoi d'ailleurs, mais il a vite réalisé que ce grand con l'attirait.


Il mord dans sa saucisse, et des paires innombrables d'yeux le fixent, avides de comprendre, avides de piquer des bouts de secrets.


Il continue, après avoir mâché :


- Je crois que c'est pour ça qu'il a détesté Chanyeol. Il devait penser qu'il jouait avec lui ou quelque chose comme ça. J'ai pas essayé de comprendre, je crois que ... On le maîtrise pas. C'est arrivé et puis c'est tout.


- Pour pas maîtriser, ils ont pas maîtrisé. Jamais vu deux mecs s'en foutre autant ras la gueule. Rigole Jongdae, et lui aussi il mord dans sa saucisse.


Il y a quelques rires, un peu tristes parfois, parce que voir deux amis se déchirer autant, c'est jamais une grande partie de plaisir.


- Je les trouve mignons, moi. Yixing hausse les épaules. " N'est-ce pas, " qu'il conclut en chinios, alors que Luhan, clope au bec, et la fumée dans le nez sourit d'un air appuyé.

- Ils sont fait l'un pour l'autre. Répond Luhan dans leur langue natal.


Les deux amis se regardent, hochent la tête, on les regarde de côté, qu'est-ce qu'ils se sont dit ? Sûrement qu'au délà des mots, ils ont tous les deux sus voir les regards de Chanyeol et Baekhyun, que les tremblements teigneux et toute cette tension, bah tout ça c'était que des sentiments.


On en parle un peu, on dit qu'ils formeraient un beau couple, mais que c'est un peu compliqué, Jongin dit rien de l'échange à la naissance, Yixing en dit rien non plus, Luhan a le nez qui tressaute, c'est pas à eux de confier ce genre de truc. Ils écoutent les débats, les envies de les voir ensemble, de les voir heureux, de les voir apaisés, de construire un truc, ou pas d'ailleurs, on finit par dire " c'est la vie, et de toute façon, on saura ça que quand Baekhyun reviendra de son voyage. Parce que c'est pour ça qu'il s'en va. "


A ce moment, ya Jongin qui s'accroche aux doigts de Yixing et Yixing qui dépose un baiser sur la joue de son beau mat et je vous jure, juré craché, promis, que son Je t'aime au creux de son oreille, il a remué le coeur de Jongin.


Et ça lui a fait une caresse piquante.



° ° ° °



- Ouvre pas les yeux. Il fait encore nuit.


Baekhyun rigole " Je sais qu'il fait jour, Chanyeol, je sens le soleil.


- Non, c'est une illusion. Il nous reste encore une nuit.


Baekhyun se marre. Devant ses yeux de chiots y'a des grands doigts informes qui diffractent partout sur ses paupières les rayons du soleil. Il a l'impression de regarder derrière des stores vénitiens, et derrière ce rideau, bientôt, y'a deux grands yeux très grands qui apparaissent et qu'il trouve très beaux, et qui rient un peu avec cette douleur que Chanyeol cache plus.

Il sent son souffle, brûlant comme du sable dans le désert, et ça lui fait quelque chose dans le bide et dans la pomme d'adam, ça picote et puis c'est acidulé, et puis ça descend un peu partout, ça vole dans ses veines.


Il est amoureux. Et il paraît que Chanyeol il est amoureux aussi.


Et c'est quoi ces conneries ; elles sont sympas ces conneries.


Baekhyun il aime ce genre de truc, alors il sourit, et sa petite main elle vient chercher la grande oreille de Park Chanyeol, et elle s'amuse à l'agrandir.


-Aish, lâche-moi sale mioche.


Ce grand dadais a toujours un mot mal placé pour Baekhyun, et le petit garçon adore ça dans le fond. Parce que c'est comme ça qu'il a détesté, aimé, haïe, aimé, trucidé Chanyeol.


Et un peu comme ça qu'il l'aime, mais aussi et surtout quand son gros rire résonne et que ses yeux ils disparaissent derrière ses paupières toutes plissées, comme un BN ; c'est un truc qui le fout en l'air.


-Eh, tu me fais mal. Grogne le plus grand en riant et secouant la tête.


Baekhyun s'était pas aperçu qu'il appuyait violemment sur son lobe d'oreille et glapit en sortant de sa torpeur. Le plus grand a enlevé sa main et le regarde d'en dessus. Ya le soleil qui fait un halo autour de ses cheveux, ya ses yeux qui dévorent à pleins cils le petit Baekhyun, qui se met à rougir de partout.


-On dirait t'as chopé des coups de soleil. Se moque Chanyeol avec un rictus.


Baekhyun se cache les joues, à peine gêné. Parce que maintenant qu'il fait jour et que ya les uv du soleil qui dégoulinent sur son corps frêle, et le sable chaud sous lui, il se sent plaqué, et tout mis à nu. Il a perdu sa ferveur, son insolence d'hier, et puis dis c'était vraiment vrai tout ça ? Et s'il avait pas rêvé, et si on l'avait pas drogué, et que c'était pas un vieux bad trip ?


-Hey, Parcoeur ? Se moque Chanyeol en agitant maladroitement ses doigts sous son nez.

-Hmm.


Baekhyun se sent tout bizarre en entendant le nom Parcoeur, il ouvre les yeux et le regarde d'un air encore plus ébaubi.


-A quoi tu penses ? T'as l'air d'être loin. Genre loin. Se marre le plus grand.

-Hier, c'était... Réel ?


Chanyeol part en fou rire, il se moque de lui, avec des dents blanches et un cou tressautant. Et alors, Baekhyun se sent bête, il se renfrogne, il secoue la tête, il regarde le plus grand avec des yeux perdus et cons, et il se met à rougir encore plus.


Quoi, y'a de quoi douter, un peu quand même, on sait jamais ?


Puis, il finit par sourire aussi, parce que Chanyeol cesse doucement de rire, et quand il finit par se calmer, il le regarde avec un genre de demi-sourire, qu'on cache dans un coin de lèvre.


-T'es vraiment pas futé. Ricane Chanyeo, il a cet air arrogant qui camoufle des choses.


Il rigole. Dans le genre, c'est pas vrai ce que je dis.


Et puis, c'est lui qui embrasse le plus petit, comme ça, sans rien demander, sans le regarder, sans parler, sans prévenir, bim, surprise, je t'ai eu.



Je t'ai eu, je t'ai dans la peau et dans les joues et dans le sang.







Baekhyun et Chanyeol finissent par avoir faim. Après avoir joué un peu dans l'eau ( c'est amusant, parce qu'ils arrêtent pas de s'insulter mais ça les fait beaucoup rire, parce que dans le fond, ils s'aiment comme ça. Dans la violence et la douceur. ), ils ressortent trempés, ramassent leurs affaires pleines de sables, ils en ont pleins le torse et les mollets, et y'a le soleil qui les gratouille. Ils finissent par se gratter, et puis par se tenir les doigts pour les occuper à autres choses. 

Chanyeol traîne Baekhyun derrière lui, au début, il fait le con agacé de sa lenteur, et Baekhyun piétine derrière ses grandes jambes, les doigts moites autour de sa main, et la bandoulière de son sac lui arrache la peau des épaules. 


Bientôt, c'est Chanyeol qui a mal, qui le dit pas, qui boîte et un gentil Baekhyun qui l'emmène avec lui, qui le fait tourbillonner dans un marché bondé, avec des gamins qui piaillent, des vieux qui font toc toc toc avec leur canne et des marchands qui braillent. Avec des éventails, ils inhibent l'air de senteurs qui leur ouvre les crocs. 


Ils finissent par manger une pomme d'amour, et Chanyeol embrasse le nez de son gamin préféré. 


Et c'est ça toute la journée, sur la plage, avec un gros sac à dos qui lui donne l'air d'une tortue, et Chanyeol derrière lui, avec sa sclérose qui lui donne l'air d'un malade, ou dans le marché, bousculé par la vie farouche de Busan, et eux deux qui sont comme des oisillons, qu'ont les ailes pétées, qui savent pas voler, et qui se font brinqueballer par leurs sentiments. 

Mais ça les plaît, d'être perdu dans ces odeurs, et ces couleurs, et ce tintamarre. 


J'ai faim, de toi, de moi, de nous, et ils s'embrassent dans des coins de rues, ou sur les lèvres, avec de la salive et des enzymes ou sur la joue avec des épidermes et une langue ( Chanyeol est crade, Baekhyun crie et le tape. )



C'est au crépuscule, à contre-coeur, qu'ils ont des boules de poils, de sable et de chichis dans la gorge, et un ventre tout tordu de douleur, qu'ils finissent par rentrer dans le bus. Ils ont pas envie, Chanyeol se prend les pieds dans un sac et tombe péniblement entre deux énormes rangées de sièges ( qu'il dit, en fait c'est la sclérose ). Baekhyun s'affole un instant, le relève, ça va, pas de casse, juste un bleu au niveau du genou. 

Ils finissent claqués entre deux sièges, qui leur paraissent plus durs que le sable, et derrière la vitre y'a la mer qui leur dit au revoir, elle salue avec son écume et son teint bleu ( elle a l'air malade de les regarder partir ). Ils se pincent les lèvres, faut abandonner des trucs en chemin et on veut pas. 


C'était cool leur boule de bonheur. 

Cette fois, le trajet est encore plus pénible dans les têtes, mais plus doux entre ces deux grands cons qui apprennent à s'aimer. Au bout d'une heure silencieuse, Baekhyun replie ses jambes contre son torse, coince sa tête précisément entre l'épaule et le cou du grand garçon, et ses lèvres un peu proches de la peau et il ferme les yeux, et il va s'endormir comme ça.

Chanyeol l'accueille, il le coince dans ses bras, embrasse ses cheveux, et les renifle, ils ont goût de miel. 


Ya dans les veines des bulles, et dans les coeurs des explosions. 


Encore plus quand inaudiblement, le gosse chuchote :


- Au fait, je t'ai pas dit. Mais moi aussi je t'aime.




° ° ° °



Lorsqu'ils rentrent, on les accueille avec de la nourriture autour d'un feu de camp. 


Luhan regarde Baekhyun et lui envoie un clin d'oeil, et le petit rougit mais lui rend un sourire amical. Jongin regarde les deux d'un air de dire qu'il est content, mais avec aussi pleins de peurs pour le pauvre petit gars, qui a déjà trop souffert avec Chanyeol alors bon, on sait jamais. 


Chanyeol et Baekhyun finissent par se mordre les joues de l'intérieur, parce que on les regarde avec amusement et sous-entendu, et que c'est un peu gênant,. Tout le monde a l'air de leur envoyer à la tête qu'ils sont un joli couple, mais eux ils savent pas trop ce qu'ils sont ; en fait, ils s'aiment un peu, beaucoup, ils savent pas mais c'est tout : ils s'aiment. 


Et puis, les voilà qui passent une soirée, à se passer des bières, où Baekhyun fait des blagues des fois, Chanyeol en fait beaucoup, il maîtrise l'air et l'espace autour de lui, et cette fois, le petit le regarde avec admiration et envie. 



La soirée se termine, un peu alcoolisée, coincée entre le lac, l'amazonie, et les envies de bizutages futurs. On se rappelle quand Yixing est arrivé, avec ses cheveux caramel et son air innocent, on rappelle le bizutage qu'il a vécu, et aussi comment Jongin a pété un plomb ; on rappelle où il en est maintenant, et que c'est cool. 

On se moque de Junmyeon qu'est un chef un peu nul, et de son secrétaire Jongdae qu'est un secrétaire inutile ( dans le fond, on pense le contraire mais c'est drôle de les voir s'égosiller ). 

On dit rien sur le départ, on dit rien sur Baekhyun et Chanyeol ensemble, on les prend séparément. 


Mais chacun sait que deux garçons vont partir à l'aventure, et que c'est toujours bien de se souvenir d'où on vient, ça permet de voir où on va, quelque chose comme ça.


 

La nuit se finit tard, Baekhyun il attérit dans son lit, et c'est Chanyeol qui allune dans ses draps moites et ça fini par des baisers dans le cou, et sur les joue et un peu dans les clavicules, et beaucoup sur les lèvres, et ça fait des effusions de chair partout, des brûlures comme des petites cloques sensibles, des pommades avec la salive, et les mains de Chanyeol qui s'aventurent aux reins du plus petit. 


Et ya Yixing qui atterrit dans le lit trop petit de Jongin, et qui finit par s'endormir dans une peau couleur chocolot au lait, qu'a goût de kinder.