Chapitre 44

par miku13

J'ouvris les yeux et me relevais dans mon lit d'un bond, des perles de sueur perlaient sur mon front, ma respiration était haletante, mon cœur essayait de reprendre un rythme cardiaque calme mais je n'arrivais pas à m'ôter ce rêve horrible de la tête. Je n'avais pas bougé pour les aider, j'étais complètement paralysée par la peur et la poigne de la chimère exercée sur moi. Ils mourraient un à un sous mes yeux et j'étais impuissante, trop choquée pour faire quelque chose. Alors c'est ce qui allait se passer, ils allaient tous perdre la vie ? Avais-je rêvé de l'avenir ? De l'issue du combat ? Non je ne laisserai jamais ce cauchemars se produire, je vais tout faire pour trouver un moyen d'arrêter tout ça avant qu'il ne soit trop tard. Mais pour trouver une solution à ce problème je devais avoir les réponses à toutes mes questions et pour cela il n'existait qu'une seule personne, je devais entrer en contact avec elle. Je m'habillais sans faire de bruit pour ne réveiller personne, je bénissais SuHo d'avoir eu l'idée que nous revenions tous à Séoul cinq jours avant l'éclipse, je n'aurais donc pas besoin de demander à Kai de m'emmener là où je voulais aller car je savais qu'il ne voudrait pas. Je sortis de la chambre et marchais sur la pointe des pieds en direction de la porte de sortie. J'y étais presque et allais toucher la poignet quand je sentis une légère pression sur mon épaule, je sursautais et me retournais, Kris me faisait face et n'avait vraiment pas l'air content de me voir jouer la fugueuse.


Kris: Tu comptes aller où à cette heure tardive et sans prévenir personne ?

LanXi: Voir une personne qui pourra m'aider à avoir des réponses.

Kris: Des réponses à quoi ?

LanXi: Sur certaines choses sur lesquelles je doute.

Kris: Je vois. Je viens avec toi !

LanXi, le regarde surprise: Tu ne vas pas m'empêcher de partir et m'obliger à rester en disant que c'est dangereux comme les autres l'auraient fait ?!

Kris: Non car ce serait peine perdue. LuHan m'a prévenu que tu étais têtue et n'écoutais personne donc je ne vais pas essayer de te raisonner pour rien. Bon allons-y !


Il me prit la main et m’emmena devant la fenêtre, je le regardais sans comprendre. Il me dit qu'il ne va pas m'empêcher de partir mais il m'éloigne de la sortie.


LanXi: Euh la porte d'entrée est là-bas...

Kris: Je sais mais c'est trop risqué d'y aller à pied donc nous irons en volant.

LanXi: Quoi ?! Non je préfère marcher.


Il approcha son visage vers le mien et fit un sourire espiègle, mon cœur se mit à accélérer de plus en plus, je ne voulais pas perdre tout contrôle de moi, je devais calmer mon cœur et arrêter de le fixer comme je le faisais.


Kris: Tu as si peu confiance en moi ? Je ne te lâcherai pas si c'est ça qui te fait peur.

LanXi: Je n'ai pas peur ! Je préfère marcher c'est tout !


Je me retournais pour retourner près de la porte et sortir, j'allais faire un pas en avant quand je sentis deux bras me soulever et me porter, Kris se mit sur le rebord de la fenêtre puis sauta, je m'accrochais de toutes mes forces à son cou et fermais les yeux pour ne pas voir la distance qui nous séparait du sol, j'avais une peur bleue du vide. Je l'entendis rire, si nous n'étions pas dans cette situation je l'aurais frappé pour avoir oser se moquer de moi. Je resserrais ma prise autour de son cou, j'avais peur de tomber.


Kris: Tu m'étrangles... J'arrive plus à respirer...


Il resserra sa prise un peu plus sur moi pour me faire comprendre qu'il me tenait et qu'il ne me lâcherait pas, je desserrais un peu la pression de mes bras sur son cou mais gardais les yeux fermés. Être si près de lui me troublait, je perdais le contrôle sur moi et mes idées devenaient floues, impossible d'avoir les idées claires et de calmer les battements de mon cœur qui s'affolaient à chaque fois qu'il resserrait sa prise sur moi.


Kris: Où dois-je t'emmener ?


Je ne répondis pas sur le coup, trop perturbée par cette proximité trop proche entre nous.


Kris: Lan Xi ?

LanXi: Oh pardon... Dépose moi à l'université.


Le vol ne fut pas très long, quand il se posa au sol, j'étais soulagée de quitter enfin ses bras, foutu cœur à battre pour rien. Je m'inclinais en face de lui.


LanXi: Merci. Tu peux partir maintenant.

Kris: Je ne te partirai pas.

LanXi: S'il te plaît...


Je l'implorais du regard, je ne voulais pas qu'il apprenne en même temps que moi ce que je redoutais tant, ce que je voulais savoir ne concernait que moi, c'était mon histoire.


Kris, soupire: D'accord, mais je reviendrai te chercher dans une heure.

LanXi: Merci.


Il soupire une deuxième fois puis partit en me laissant seule devant la porte que je redoutais de franchir, j'avais peur que mes craintes se confirment. Je respirais un grand coup puis ouvrit la porte et m'avançais vers le bureau. Le dos d'un fauteuil me faisait face, une tête dépassée de celui-ci, je m'assis sur la chaise et attendis que le silence se brise, le fauteuil se tourna. Le professeur Choi me fit un sourire triste avant de reporter son attention vers un papillon noir et blanc qui était sur le bureau.


Siwon: Il est temps qu'elle sache tout et c'est à toi de lui dire.


Je le regardais, intriguée par sa phrase. A qui s'adressait-il ? Nous n'étions que deux dans cette pièce pourtant. Y avait-il une autre personne que je ne pouvais voir ? Il me sourit comme s'il avait entendu ma question muette. Le papillon prit la forme d'une femme aux longs cheveux noirs, ils lui descendaient jusqu'au bas du dos et était lisse, elle portait une simple robe blanche et avait un sourire réconfortant sur les lèvres. Je crus rêver, cette femme se tenait devant moi, la femme qui avait sacrifier sa vie pour me protéger.


LanXi: Ma...Maman...

Lin: Désolée je ne suis pas ta mère. Mais elle a toujours été à tes côtés et te protège de là où elle est.


Elle me sourit puis s'assit sur le bureau et me regarda longuement avant de ne reprendre la parole.


Lin: Tu dois avoir beaucoup de questions qui te trottent en tête. Je vais tout t'expliquer depuis le début enfin je vais reprendre là où s'est arrêté Siwon.


Le professeur Choi avait un air mélancolique sur le visage, son regard était remplis de tristesse.


Lin: Après ma mort, Siwon et les 12 forces ont essayé d'arrêter mon frère qui était devenu encore plus fou. Malheureusement MAMA est très faible sans son cœur et mon frère a réussis à les repousser et séparer les forces à chaque fois. Il y a 22 ans, il a réussis à sortir du monde des rêves en sacrifiant beaucoup d'innocents. A cette époque il a croisé ta mère peu après Siwon, il a pensé que c'était moi, que j'étais revenue du monde des morts. Mais non je ne suis qu'un simple esprit dont il ne peut voir. Il est allé voir ta mère croyant que c'était moi mais a vite compris son erreur. Il est resté de long mois dans ce village pour se cacher de Siwon qui était repartis à la recherche avec ton grand-père, de la personne qui pourrait réunir les 12 forces. Ta mère allait souvent le voir et est tombée amoureuse de lui sans savoir qui il était en réalité, il s'est servis d'elle pour se divertir. Elle a appris qu'elle attendait un enfant de lui, au même moment ton grand-père est revenu et a appris pour ta mère malgré ses efforts pour le cacher. Il est allé voir mon frère croyant que c'était un homme qui ne prenait pas ses responsabilités mais il a compris qui il était. Il a tout de suite contacté Siwon, qui est venu le plus vite possible qu'il put. Nam Soo a bien sûr répliqué face aux attaques de Siwon mais il était affaiblis et ce qu'il ne savait pas encore c'est que ta mère lui avait volé le cœur de MAMA. Quand elle a su pour l'enfant, elle a compris que quelque chose clochait et a finis par apprendre qui était vraiment Nam Soo, elle lui a volé le cœur avant de s'enfuir. Ta mère étant chaman, elle était au courant de la légende. Elle est allée se cacher tandis que Siwon réussit à enfermer une nouvelle fois mon frère dans le monde des rêves. Elle a attendu que tu naisses avant de changer ton cœur par celui de MAMA.


Je la fixais, ce qu'elle venait de me dire ne pouvait pas être vrai, je ne pouvais pas être la fille de cet homme terrifiant. Et mon cœur, celui qui battait dans ma poitrine ne serait pas le mien ? Non tout ça était impossible, je devais sans doute imaginer tout ça. Oui, c'est ça j'étais entrain de rêver, toute cette histoire me montait à la tête.