Chapitre 10

par Mask.A


Chapitre 10:


« Je mapprêtais à retirer ma main mais mon regard croisa le sien et il me retint fermement. Son pouce me caressant le dos de la main.


- Mais appelle moi Lay. »

_________________________________________


Il n’avait toujours pas lâché ma main et soutenait son regard. Un peu trop gêné je baissais les yeux.


- Je suis sur que l’on va très bien s’entendre toi et moi.


Ha ! Ha ! Bien sur, gros psychopathe.


- Bon, maintenant que les présentations sont faites, je vous propose de vous mettre au boulot.


Merci d’avoir enfin réagi Sehun. Je pleure de joie !


- Comme vous le savez tous, Jongin fait de la danse classique. Il est ici pour vous entrainer à exécuter vos pas de danse en souplesse et sensibilité. Jongin, tu vas devoir travailler avec Minyoung et Lay, ce sont les deux danseurs dont la chorégraphie comporte des mouvements de ballets. Je vous ai ouvert une salle juste à coté pour vous entrainer.


Magique, il manquait plus que ça. Pourquoi avec le psychopathe ?!


- Il n’y à que deux personnes que je dois entrainer ? Demandais-je.


- Chen, Xiumin et moi ne dansons pas le ballet dans la pièce. Nous intervenons lorsque la musique devient entrainante et rapide. Notre chorégraphie est différente. De plus, Chen doit entrainer sa voix, il est également chanteur dans la comédie. Il y a d’autres vocalistes dans le groupe que tu pourras rencontrer ultérieurement. En attendant, fais ton travail.


Wow. Ca, c’était froid. Minyoung m’offra un doux sourire et m’indiqua la porte du fond pour accéder à l’autre salle pendant que Yixing prenait leurs affaires pour se changer.


- Attend nous deux minutes le temps qu’on enfile nos justaucorps, tu peux t’échauffer si tu veux. Me dit-il en prenant ses affaires.


Une fois seul je m’approchais près d’une barre et la saisit pour m’étirer le dos. Ma sale douleur de sa race dans les reins devait absolument passer inaperçue. Je soufflais et tendait ma jambe en arrière. Ca va être long je sens. Le bruit de petit pas m’indiqua que Minyoung venait de finir de se changer. Je la vit apparaitre dans le coin de la pièce et elle s’avança toute gênée. C’est vrai que ces justaucorps était serrés ! Son regard croisa le mien et elle rougit. Au lieu de la regarder comme un gros porc tu pourrais dire un truc au moins Jongin, merde, je me flagelle intérieurement tellement je suis con !


- Allez viens t’échauffer, tu vas voir c’est comme une seconde peau. On se sent un peu nu mais on est tellement bien !


La remarque même de l’exhibitionniste… J’emmerde mon cerveau.


- On peut commencer ?


Ca, c’était Lay. Je me tournais vers sa voix en tapant des mains pour indiquer mon accord mais son boule fit bien vite retomber mon euphorie de la danse.


Dieu que… Oh mon dieu ! C’est vrai que ces putains de justaucorps étaient serrés ! Le sien était complètement noir et lui moulait parfaitement ses jambes musclées mais sveltes à la fois. Son col en v qui laissait légèrement voir ses pectoraux mettait extrêmement bien en valeur sa peau légèrement bronzée. Lay était un peu plus petit que moi mais son corps était tellement plus musclé que le mien, ce fut presque frustrant.


- On peut commencer ou il te faut des jumelles ?


Je relevais la tête rouge de honte et leur indiquait les premiers mouvements à suivre. D’abord une petite séance d’assouplissement. Mes deux élèves avait déjà l’air d’être souple donc pas besoin de forcer de ce coté. Je leur appris les mouvements de bases et quelques notions plus complexes sur la souplesse. Le temps passait à une vitesse folle et je me surpris à apprécier la compagnie de mes deux élèves, même le psychopathe. Ils étaient drôle, jovial et très travailleur.


- Tu es vraiment souple Minyoung, tu as déjà fait de la danse ?


Elle sourit, gênée.


- Je fais de la gymnastique depuis toute petite, ça m’aide.


- C’est bien continue comme ça. Maintenant mets toi de coté au miroir accroche toi à la barre et lève ta jambe gauche latéralement le plus haut possible et maintient la position.


Elle s’exécuta. Sa position était extrêmement gracieuse et parfaite, je ne compris même pas pourquoi j’avais besoin de la former. Je vis dans le miroir que Lay s’était arrêté pour la regarder faire. Son air complètement stone m’indiqua qu’il était perdu.


- A toi Lay !


Il me regarda surpris quand je passais derrière lui pour venir mettre une main sur sa hanche et l’autre sous sa cuisse. Sans arrière pensée, je lui levais la jambe et glissait ma main jusqu’à son talon. Sa jambe était parfaitement tendue et sa pose bien droite grâce à ma main.


- Voila, regarde c’est parfait, tu es déjà très souple ! Ca se voit que tu as l’habitude.


- L’habitude d’avoir les jambes en l’air ? Ouais, c’est vrai. Toi aussi je présume.


Minyoung pouffa de rire comme si cette remarque était absolument normale et saine d’esprit. J’ouvrais grand mes yeux comme mon prof de philosophie.


- Gros dégoutant !


- En même temps, dans la position dans laquelle on est, ça porte à confusion.


Dans ma précipitation je n’avais même pas remarqué que je m’étais collé au dos de Yixing, toujours en lui tenant la jambe en l’air. Je jetais un œil au miroir à coté de moi et constatais que pour n’importe quelle personne de constitution normale, cette position ressemblait étrangement à la position de la cuillère dans le Kamasutra mais debout. Charmant Jongin, tu peux mieux faire. Lay se raclât la gorge en m’intimant de regarder la porte d’entrée de la salle juste en face de nous.


- Je vois que ça s’amuse bien ici.


…….


Merde Sehun ! Je lâchais Lay qui reposa doucement sa jambe au sol tout en se collant encore plus à mon torse. Mon dos buta contre le miroir juste derrière et il saisit la main que j’avais laissé sur sa hanche et la porta à sa bouche. J’étais sans voix, il suça mon index juste devant Sehun, dont le visage ce décomposait peu à peu.


- En effet, Jongin m’apprends les positions rudimentaires de son art.


- Et vous avez besoin d’être collés comme ça ? Demanda-t-il sèchement.


- Non, bien sur que n… tentais-je pour me sortir du pétrin.


- Peu importe. Xiumin et Chen sont déjà parti, c’est l’heure.


Minyoung se pencha vers son sac pour attraper sa montre.


- Ho ! Mais il est déjà 23 heures !


Lay se retira et alla prendre ses affaires sans un mot sous le regard accusateur de Sehun qui n’avait pas bougé de l’encadrement de la porte. Sans ce changer Yixing pris ses affaires et s’arrêta devant Sehun pour qu’il débouche le chemin. S’en suivi un combat visuel muet. Sehun se décala légèrement et Yixing quitta la pièce suivi de Minyoung qui s’était faite toute petite. Il ne restait plus que moi, cloitré au fond de la pièce et Sehun les bras croisés.


- Je..Je vais aller me laver si tu permet…


- Tu ne vas nulle part.


Je déglutis. J‘ai l‘impression de m‘être pris une tornade à travers la tronche…


- C’était quoi ça ?


- De quoi tu parle..


- De toi et Lay. C’était quoi ça.


Il prend tous de travers ma parole…


- Je lui apprenait juste la bonne pose, c’est tout.


- Bien sur, avec vos corps collés l’un contre l’autre et ta main sur sa hanche.


Sa voix était rauque et le petit zozotement qui caractérisait sa voix en temps normal avait disparu. Il perdait visiblement patience.


- Sehun.. Je ne peux pas lui apprendre si je ne peux pas le toucher pour le corriger.


- Est-ce que tu as ne serrait-ce qu’un instant constaté la position dans laquelle vous étiez ?! C’était pas de la danse ça. C’était la position de deux chaudières qui flirtent.


- Tu m’énerves, j’ai pas à me justifier. Je ne flirtais pas avec lui, point. Je rentre chez moi maintenant.


Je pris mes affaires et pressais le pas vers Sehun qui n’avait pas bougé. Voyant qu’il ne me laisserait pas passer, je lui rentrais dedans et traversais la première salle de danse en direction du couloir. Quelque chose saisit mon bras et fit pression. Je savais qu’il essayait de me retenir.


- Sehun lâche moi !


- Mais Kai je…


- J’ai dit non !


Je tirais encore plus fort sur mon bras pour le faire lâcher prise.


- Mais je suis jaloux putain !



Lui, jaloux ? Naaaaan, pas possible. Je me tournais histoire de le regarder dans le blanc des yeux. Sehun…

Il avait les larmes aux yeux.


- Qu’est-ce que tu….?!


- Je suis jaloux Jongin.. Dés que je te vois habillé comme ça, j’ai envie de te prendre dans toutes les pièces et sur tous les meubles, et lui.. Lui il a le droit de te toucher sans que ça paresse bizarre. Et tu le touche aussi qui plus est ! Pourquoi j’ai pas le droit à ça moi aussi !


- Mais… C’est comme mon élève Sehun, c’est normal.. Enfin.


- Kris est ton prof d’anglais et il baise avec un de ses élèves.


- Bon, bah oui mais ça, c’est un cas à part..


- Tu le touche trop !


Quel gamin !! Je savais pas qu’il était capable de me taper une crise pour une jambe en l’air ! Il s’arrêta de trépigner sur place comme un gamin et imposa un blanc entre nous.


- Pourquoi tu ne me touche pas comme ça ?


Il déplaça ma main qu’il avait emprisonné dans la sienne quelque secondes auparavant et vint la poser sur sa fesse gauche. Il prit ma seconde main dans la sienne et vint, comme la précédente, la poser sur sa fesse droite cette fois-ci. J’avais sa belle paire de fesse dans mes mains et un Sehun aux yeux voilés juste en face de moi. Comme pouvais-je rester énervé devant un chef d’œuvre pareil. Roooh, allez on s’en bas les steaks de la colère, il est vraiment trop beau là ! Je commençais à malaxer vigoureusement son derrière, le caressant à travers son jogging, j’attrapais ses deux belles pommes rondes et charnues et venais le coller contre moi.


- Oui, comme ça… Plus fort..


Il avait les yeux clos et savourait au maximum ce tripotage intensif. J’introduisais mes mains sous son jogging.

Oh ! Mais c’est qu’il n’a rien dessous le coquin, je souris de plus belle, cette fois c’est moi qui tenait les rênes. Ses fesses étaient brûlantes et frémissantes d’impatience. Il passa ses bras autour de mon cou et colla son érection à la mienne.


- Jongin, dit moi que je suis à toi..


Je restais muet et insérais mon index dans son antre chaude. Il se colla brutalement à moi en gémissant et il jeta sa tête en arrière. Je me mis à suçoter sa pomme d’Adam. Il était à moi.


- J..Jongin, dit le moi..


J’encrais un second doigt que j’enfonçais progressivement plus profondément dans Sehun qui se tortillais en glapissant de bonheur. Ses mains était venues se loger dans mes cheveux, ses jambes tremblantes sous la douce torture. Mais ou était dont passé le mec qui se la pète ? Je l’avais réduit à l’esclavage avec seulement deux doigts ! Trop fier de moi ! J’insérais un troisième doigt pour plus d’effet. Sehun se cambra violement et ses jambes lâchèrent d’un coup. Je le suivis au sol en le mettant sur les genoux face au miroir. Il agrippa la barre juste en face pendant que je faisais aller et venir mes doigts en lui. Son jogging était descendu et j’avais la vue la plus magnifique qui soit. Lui, dos à moi, son sublime popotin en l’air qui se tortillait pour m’en demander plus et moi, et mes doigts, faisant des aller-retour dans ses fesses, dans son antre accueillante et humide. Je m’approchais doucement de lui en enfonçant bien mes doigts et de ma seconde main je lui prenait le menton pour qu’il regarde son propre reflet.


- Haaaa…. Jongin..


- Regarde toi, tout frémissant. Tu peux dire que c’est moi la salope. Si c’est la jalousie qui te rend si désirable alors je ne m’en priverais pas à l’avenir.


Je collais la bosse qui s’était formée sous mon justaucorps contre ses fesses. Il tortilla ses fesses sur mon bonbon encore enfermé dans son emballage pour me faire comprendre ce qu’il voulait.


- Fais le Kai, comme avant. Je t’y autorise pour cette fois…


Je sortis mes doigts de Sehun et me déshabillais pour laisser sortir la bête. Son regard sur moi dans le reflet du miroir était à mourir. Il avait la bouche ouverte et déglutissait bruyamment au fur et à mesure que mon corps se découvrait. Il fixait ma bosse comme s’il s’agissait de la cinquième merveille du monde. Quoiqu’il n’allait pas tarder à la trouver merveilleuse vu l’endroit ou j’allais lui mettre. Une fois ma seconde peau enlevée je me mettais à genoux derrière Sehun qui avait déjà fermé les yeux d’impatience. Je lui caressais doucement les hanches, puis le dos, puis le ventre. Sehun serrait la barre si fort que ses phalanges avaient blanchies.


- Jongin putain….prends moi vite..


- Mmm.. Si j’ai envie.


- Mais t’en à envie, regarde comme tu bandes !


En effet. J’usais du plus grand self contrôle du monde pour ne pas le prendre sauvagement comme Chanyeol m’avait si bien appris en me racontant ses ébats.

Je plaçais ma fierté devant son orifice et m’amusait à le caresser avec mon gland, de droite à gauche, de haut en bas. Sehun tremblait de tout son être.


- Mais merde Jongin, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça !


- Tu es trop jaloux.


- Et c’est une tare ?!


- Ecoute moi bien. Je me suis laissé prendre hier soir parce que tu m’attires profondément mais ça ne veux pas dire que je suis à toi mon ange. Par contre, toi.. Tu es à moi !


Et je m’enfonçais d’un coup de rein dans Sehun qui se cambra en hurlant son plaisir. J’agrippais fermement ses hanches et commençais à donner, sans retenue, de violents coups de reins qui projetait Sehun d’avant en arrière. Il était tel une poupée entre mes doigts.


- T’es si serré ….


- Plus fort Jongin, plus fort ! Haaaaan !


Mon sexe glissait en lui avec une vitesse et une force incroyable, ma peau claquant contre ses cuisses. Je le prenait plus fort qu’il ne l’avait fait la veille avec moi. Il allait s’en souvenir de celle là ! Je serrais les dents tellement la cadence était élevé et il s’accrochait comme il pouvait au miroir. Subjugué par le plaisir que je lui offrait, il se soumis totalement en s’empalant de lui-même sur mon sexe et il posa son torse sur le sol, écartant de lui-même ses deux fesses à l’aide de ses mains pour que je m’enfonce encore plus loin tandis qu’il criait son bien être dans toute la salle. Un coup plus fort qu’un autre le fit littéralement hurler. Je m’arrêtais de peur de l’avoir blessé.


- Sehun ? Ca va ? Je t’ai fait mal ??


- Oh oui… Jongin fait moi maaaaaal ! Ne t’arrête pas !


Je reprenais donc en essayant de glisser le plus profondément possible pour toucher son point sensible. Ses mains s’accrochèrent tant bien que mal au parquet, il y plantait carrément ses ongles pendant que je le pilonnais ardemment.


- T’es vraiment trop bon Sehun, j’en peux plus de toi.. Haaa..ha..


- Je viens Kai, je viens !


Il saisit son propre poireau et s’astiqua à grand coup de poignet. Son cul se resserrait sur mon pénis au fur et à mesure, il allait probablement venir et moi aussi d’ailleurs. Je gémissais tant bien que mal entre deux bouffées d’air. Il fallait que je le marque avant de venir. Je me penchais sur son corps bouillant tout en continuant de le fourrer bestialement et vint lui sucer la peau du cou comme je l’avais fait avec sa pomme d’Adam. Je lui donnais de langoureux coups de langue qu’il appréciait manifestement vu son sourire entrecoupé de grimaces de jouissance. Je sentais mon bas ventre me brûler, la fin était proche. Sehun haletait plus vite que d’habitude et en un cri peu masculin, il contracta tous ses muscles et se vida sur le parquet. Son antre s’était resserrée sur ma verge, je jetais ma tête en arrière en criant et offrais mes dernières force aux derniers violent coups de reins que je lui assenait. Son trou me happa une dernière fois dans un bruit mouillé et j’éjaculais en lui en tombant sur son dos. Ma salive coulait, de ma bouche entrouverte, directement sur son dos déjà humide par la sueur. Nos souffles étaient irréguliers voir erratique. Aucun de nous deux ne bougeaient. C’était..Waoouw. Chacun prenait le temps de reprendre son souffle.

Sehun avait tendu ses jambes pour être complètement couché sur le sol et je fis de même pour pouvoir rester sur son dos. Il gémissait un peu vu que je ne m’étais toujours pas retiré de lui.


- On est d’accord que ça reste entre nous. Me demanda-t-il en tournant un peu sa tête. Je n’aimerais pas que quelqu’un sache que j’ai été soumis, par toi en plus.


- Me dit pas que ça t’as pas plus, parce que je suis sur que vu le bruit que t’as fait, même tes voisins dirons pas le contraire.


Nous nous mîmes a rire comme deux débiles sur le sol.


- Sehun ?!


Nous ouvrîmes les yeux comme deux chouettes à l’entente de la voix. Pourquoi y’a toujours un casse couilles qui doit venir démonter nos plus beaux moments !


- Sehun tu es là ? C’est papa. Je devais te parler, tu te souviens ?


Des pas résonnait dans le couloir. Et là, le stress. Sehun s’excita la moule comme une vierge effarouchée en chuchotant bruyamment.


- Putain vite !! Sors de moooooiii ! C’est mon père !


Houla, mayday mayday, papa crocodile en approche ! Je me retirais de Sehun précipitamment pendant que son père entrait dans toute les pièces du bâtiment pour trouver son fils.

Sehun se leva pour se rhabiller mais du sperme s’écoula de ses fesses et vint faire une flaque au sol.


- Putain Jongin, merde !


- Bah quoi, c’est de ma faute maintenant ?! Je vais pas lécher le parquet pour nettoyer !


Je me rhabillais avec des affaires propres à moi qui avaient été amenées par je ne sais quel miracle avant que j’arrive dans la salle de danse. Sehun lui s’essuyait l’arrière train avec ce qu’il trouva par terre, soit mes fringues de danse. Très sexy, bravo.


- Sors par la fenêtre et rentre chez toi, vite !


Je me précipitais pour ouvrir la grande fenêtre qui menait à son jardin mais il me retint le bras quelque secondes. Je me tournais. Il déposa ces lèvres sur les miennes, tout en douceur. J’appréciais ce doux moment en sa compagnie puis il fit un pas en arrière décollant ainsi nos lèvres, ses yeux fixant les miens.


- Ce fut les deux plus beaux jours de ma vie depuis longtemps. Fais attention en rentrant.


Puis il me poussa hors du bâtiment, j’atterris dans un buisson et me mis à courir dans le jardin, mon sac sous le bras. Je regardais une dernière fois en arrière. Sehun avait disparu.

Je courais jusqu’à chez moi, un sourire niais illuminant mon visage. J’étais heureux.