Kray -Celui qui se battait avec un téléphone

par Septième Étage

Le leader des M rentra complétement énervé au dortoir ce soir-là, il ne prit même pas la peine de tenir la porte à ceux qui le suivaient et continua de fulminer tout seul en marmonnant des choses incompréhensibles. Il était comme ça depuis qu'ils avaient quitté le plateau de Happy Camp, s'étant retenu pendant une bonne partie de l'émission de ne pas frapper (ou du moins tenter de faire mal) tout ce qui bougeait. Les membres poussèrent Yixing -qui était le dernier à rentrer dans l'appartement- vers son petit-ami en lui demandant de calmer le bébé dragon qui leur servait de leader (parce que Yixing avait beau être 'en dessous', il n'en restait pas moins celui qui portait la culotte).

Lay s'approcha doucement, comme pour ne pas effrayer le petit animal qui continuait de pester contre la Terre entière et programmer la destruction de l'humanité ; il s'assit tout naturellement sur ses hanches et passa ses bras travaillés autour du cou du grand blond. Le danseur se fit un plaisir de couper les incessantes remontrances de l'autre en l'embrassant tendrement. Kris en oublia le reste et profita de la chaleur que lui offrait son partenaire. Il glissa ses grandes paumes sur les hanches de l'autre et lui rendit son baiser, tentant de faire abstraction des blagues vaseuses de Jongdae à l'autre bout de la pièce.

Lorsque Lay s'éloigna enfin de lui, laissant tout de même peu de distance entre eux, il lui sourit et passa une main dans ses cheveux pour le calmer (Comme on calmerait un enfant, parce que Kris n'en est pas vraiment loin):



"Pourquoi tu es dans cet état-là?"



Le visage de Yifan se referma instantanément et il se leva, forçant son amant à quitter ses hanches. Comme un fou (qu'il était) il se remit à marcher dans tous les sens dans la pièce faisant soupirer Yixing de desespoir -pourquoi sortait-il avec lui déjà?-. Au bout de quelques temps, le blond sortit son téléphone portable et sembla bidouiller quelque chose dessus puis attendre. Il demanda ensuite au plus petit de venir et pointa son portable vers lui, étonnant l'autre.



"Qu'est-ce que tu fais? Demanda le brun d'un air supris devant celui concentré de son petit-ami

-Je refais ce test complétement nul de beauté faciale! Il y a dû y avoir un problème! Ce n'est pas possible que tu aies 5 !!"



Yixing hésita entre se facepalmer ou facepalmer son vis-à-vis. Le bruit de l'appareil photo se déclencha et le plus grand attendit quelques instant, les sourcils toujours froncés.



"MAIS C EST PAS POSSIBLE LEUR LOGICIEL A UN PROBLEME!! Comment ils peuvent te donner un 5 puis un 7?! Donner un 10 à Jongdae je peux comprendre, mais PAS TOI!!

-Eh! Entendirent-ils le-dit Jongdae protester puis murmurrer qu'il le dirait à Junmyeon-hyung

-ON RECOMMENCE, s'énnerva Yifan, TU FAISAIS UNE TETE ETRANGE LA PHOTO N ETAIT PAS BIEN PRISE!

-Mais calmes-t

-NON JE NE ME CALME PAS! PERSONNE N A LE DROIT DE DIRE QUE TU AS BESOINS DE CHIRURGIE ALORS QUE TU ES PARFAIT!!"



Il repointa son téléphone sur son amant, le serrant si fort que ses jointures blanchirent. Encore une fois le bruit du déclencheur se fit entendre et, encore une fois, les yeux de Kris semblèrent sortir de leurs orbites. Il serra la mâchoire tout en sifflant:



"Un 9 ... ils...osent...te mettre ... UN NEUF!! "



il rapprocha son téléphone de son visage, semblant le mettre en pièces détacées avec ses yeux sombres et profonds. il garda les dents serrées et marmonnant les lèvres pincées:



"Tu te fous de ma gueule, n'est-ce pas? Tu es en train d'user mes nerfs. Tu OSES dire que MON petit-mi est laid?"



Ses phalanges blanchirent de nouveau. Nul doute que si le téléphone avait eut des jambes ou aurait été un humain, il serait repartit la queue (ou l'application) entre les jambes. Yixing restait à l'observer, tentant de trouver intérieurement si son amant était fou ou juste un peu débile ; mais il était clair que l'autre était dans une colère noire pour un fait aussi ... inutile.



"Yifan, c'est pas la fin du monde, c'est pour rire.

-ça ne me fait pas rire du tout!! Aboya l'autre

-...tu-

-Écoutes moi bien espèce de téléphone merdique! Tu crois que c'est parce que tu es fait en Chine que tu peux tout dire, et surtout n'importe quoi, sur les chinois? PARCE QUE C EST TOI ET MOI LA DEHORS! JE TE PRENDS QUAND TU VEUX ET JE TE METS EN PIECES DETACHÉES! TOI. MOI. DEHORS. MAINTENANT!"



Les cinq autres membres du groupe regardaient leur leader avec un "What-the-fucking-Hell look", se disant que vraiment, le grand blond était très fatigué par leur comeback pour parler ainsi à son téléphone.

Mais Yifan était bien loin de voir ce qu'ils pensaient, et de toutes manières il s'en fichait car l'honneur de son petit ami était en jeu. Il jeta son téléphone à terre et s'apprêta à l'attaquer (avec une prise de catch, positionnant déjà son coude en l'air). Mais le petit brun qui partageait sa vie -et son lit- posa sa main sur son bras, le faisant se stopper dans son action. Yifan le regarda avec ses orbes sombres et les traits de son visage toujours colérique, mais l'expression de Lay l'étonna. L'autre avait sa tête légèrement basculée en arrière et son regard noir comme l'encre planté dans le sien, il se mordait doucement la lèvre comme si il était excité par quelque chose. Kris ne comprit pas (et les autres non plus) mais il oublia absolument tout lorsque 4 mots franchirent ces lèvres qu'il aimait tant abuser:



"Toi. Moi. Chambre. Maintenant."