Épilogue.

par ShiFlesia


Épilogue.



«  L'amour est un vaste sujet que tout le monde croit connaître. Même à notre âge, peu d'entre nous peuvent se vanter d'avoir aimé quelqu'un de façon sincère, et encore moins d'avoir été aimé en retour. Selon nos parents ou les plus anciennes générations, aimer est quelque chose qui passait après les profits des familles des deux premier concernés. Si l'amour naissait entre eux, tant mieux et si non, tant pis. Mais l'amour n'est pas une histoire de compromis et de calculs, c'est une histoire de coeur et de sentiments. Personne ne peut dire qu'il tombe amoureux sur commande et en général, personne ne peut deviner à l'avance de qui il tombera amoureux. Mais qu'est-ce que c'est vraiment, l'amour ?

Selon les dictionaires, l'amour désigne un sentiment d'affection et d'attachement envers un être, un animal ou une chose qui pousse ceux qui le ressentent à rechercher une proximité physique, spirituelle ou même imaginaire avec l'objet de cet amour et à adopter un comportement particulier. L'amour ne se limiterait donc pas au sens romantique mais engloberait jusqu'à l'amour maternel, ou entre ami. Si on se concentre sur le sens romantique, l'amour serait le fait de vouloir inlassablement voir la personne et ressentir ce que beaucoup appellent « les papillons », cette sensation de fourmillement au creu de l'estomac propre aux amoureux. Mais si personne n'a « les papillons » au contact de sa mère ou de ses mais, celà entraîne qu'il y aurait plusieurs type d'amour.

Tout d'abord, il y a évidemment l'amour romantique. Pouvoir sortir avec quelqu'un, devenir presque accro à cette personne, peut importe les distances et les obstacles. C'est le type d'amour auquel tout le monde pense quand on évoque ce mot, et c'est de loin le plus connu et apprécié. Aimer et être aimé en retour est décrit, selon nos sources, comme un sentiment de légèreté infinie. Et puis il y aurait l'amour familial. Quoi de plus fort que l'amour d'une mère envers son petit. C'est quelque chose d'animal, que tous les êtres vivants ressentent, contrairement au premier type. Et puis il y aurait l'amour amical. Le fait de ne pas voir sa vie sans tous les amis qui nous entourent est plus que fréquent, et nous pouvons affirmer que c'est déjà une forme d'amour en soi.

L'amour ne se résumerait-il qu'à une affection pour une personne, où irait-il bien au delà ? L'amour est aussi un sujet fréquent dans la littérature, les films, etc. Il est l'unique source d'inspiration de beaucoup d'auteurs qui l'idéalisent et pourraient discuter de ce sujet bien mieux que nous pendant des heures. Si ces quelques paragraphes servent à donner réponse à la première partie du titre, qu'en est-il de la deuxième ? Y a-t-il moyen de savoir à l'avance quand l'amour tombera, et donc de soit s'en protéger, soit de faire ensemble que ce jour arrive plus tôt ?

La réponse est évidemment non, il est impossible de savoir à l'avance quand on tombera amoureux et encore moins de qui. Le plus souvent, Cupidon décide seul de ses coups de foudre et ne demande l'avis de personne au préalable. Il est donc impossible de prévoir quoi que ce soit, et donc d'agir en conséquence. Tout ce qu'il nous reste à faire est attendre que, par le plus grand des hasards, ça nous tombe dessus un matin, en croisant un inconnu. Cependant, une fois que le processus a commencé, il est plutôt facile de mettre un nom sur ce qui est en train de nous arriver. L'amour est ce besoin irrépressible de connaître quelqu'un, de le voir le plus souvent possible, tout en se stressant des jours à l'avance sur la meilleure façon d'agir en face de l'élu de notre coeur.

Mais comment nait-il ? Dans quelles conditions, entre quelles personnes, à quel âge ? La réponse à ces questions est très simple sans l'être vraiment : « Tout. ». L'amour nait dans toutes les conditions, entre toutes les personnes, quelles que soit leurs différences, et à tous les âges. Il n'y a pas un moment dans la vie où on est plus apte à tomber amoureux qu'un autre. Parfois, tomber amoureux d'une certaine personne nous apparraît alors comme un fardeau, car ça semble impossible, mais le fait de se raccrocher de cette façon à quelqu'un permet avant tout de se sentir vivant et heureux. Le plus souvent, l'amour frappe deux personnes n'ayant rien à voir l'une avec l'autres, même si les exceptions à cette règle sont nombreuses, et les rapproche justement. C'est l'amour qui a rapproché nos ancêtre et encore ce même sentiment qui rapproche les gens aujourd'hui. Quelque chose à propos duquel tout le monde s'accorde à dire la même chose.

L'amour approte effectivement sa part de négatif, surtout s'il n'est pas partagé, mais il approte aussi une grande majorité de retombée positives non négligeables. Se sentir à la fois libre d'être exactement qui on est et protégé dans les bras de quelqu'un est le sentiment désigné comme étant l'un des plus agréable au monde par nos sources. Les personnes qu'on aime auraient la possibilité de nous faire sourire à longueur de journée, de nous faire sentir plus léger. Ces mêmes personnes qui nous englobent de bien être car elles apporte quelque chose d'agréable. L'amour donne à la vie la peine d'être vécue, juste pour avoir connu ces personnes, familles ou romances, qui représentent une part importante de nos vie, tout comme nous représentons une part importante de la leurs. »


Luhan finit de relire le début de son texte de devoir, inspiré de son expérience personnelle et de l'aide de ses parents. Il n'avait écrit que sa partie, et le professeur avait bien précisé qu'il voulait l'avis des deux partenaires séparés et que le fait de les mettres en groupe ne servait qu'à les faire débatre entre eux. Le petit blond se leva finalement de la chaise de bureau de son petit ami et alla trouver ce dernier, dans la cuisine, en train de préparer le repas.


« Qu'est-ce que tu me fais de bon ? demanda-t-il en lui faisant un câlin de dos.

- Un bulgogi. C'est Minseok qui m'a donné la recette, tu m'en diras des nouvelles.

- Ok. Il alla s'assoir dans le canapé. J'ai fini ma partie du devoir, plus qu'à faire la tienne.

- Je m'y metterais ce soir, promis. Je sens que j'ai beaucoup d'inspiration. »


Le plus vieux esquissa un sourire et pris le petit chien, toujours sans nom, dans ses bras. Il le caressa et joua avec pendant quelque minutes pendant que son dongsaeng finissait de cuisiner. Une fois sa besogne terminée, il alla s'asseoir à côté de Luhan et déposa un petit baiser sur ses lèvres.


« On va manger, maintenant ? demanda Sehun.

- D'accord. Il alla s'asseoir à table. Dis, il s'appelle comment, ton chien ?

- Je lui ai toujours pas trouvé de nom. J'y réfléchis, je te promet, mais je trouve rien... »


Sehun mit la viande sur le grill et servit du kimchi à Luhan qui commença à manger avec appétit le plat de son cadet. Une fois la viande cuite, ils se servirent de nouveau en discutant de tout et de rien, malgré que le sujet du petit chien restait dans la tête de Luhan. Il trouvait ça triste que ce dernier n'ait pas de nom, et voullu engager de nouveau le sujet, mais Sehun coupa le silence avant lui. Le plus jeune sembla réfléchir quelques instants avant de se mettre à parler.


« C'est mignon, Taro, tu ne trouve pas ?

- Tu parles du nom de ton chien ? Oui, c'est mignon. Ça vient d'où ? »


Sehun pointa du bout du doigt la tasse ayant contenu le Bubble Tea de Luhan durant l'après-midi. Comme d'habitute, c'était une boisson au Taro, sa saveur préférée.


« Le Taro est ton parfum préféré, alors j'ai pensé à ça. Et puis ça sonne bien, non ? Il afficha un grand sourire. Et puis comme ça, chaque fois que je l'appellerais, je penserais à toi.

- T'es vraiment trop mignon, Sehun.

- Si tu le dis. Il haussa les épaules en souriant. »


Sehun se leva et alla chercher la petite boule de poil et demanda à Luhan de prendre une cuillère dans l'armoire. Le plus petit s'exécuta et lui apporta l'objet à son dongsaeng. Ce dernier lui donna le chiot, en lui précisant de bien le garder, et pris la cuillère qu'il remplis d'eau. Il se ravança alors vers ceux qu'il appellait « Son couple préféré » et embrassa Luhan en posant une main sur ses hanches avant de se décoller de lui et de verser les quelques mililitres sur la tête du chien.


« Je te baptise officiellement Oh Taro, fils de Oh Sehun et Xi Luhan.

- Pourquoi son nom de famille ce serait Oh, alors que j'ai inspiré son prénom ?

- Parce qu'il habite chez moi, c'est moi son père.

- Je trouve pas ça très juste... dit Luhan en faisant semblant de bouder.

- Écoute, quand on aura des enfants, ils pourront s'appeller Xi, mais ce chien s'appellera Oh, un point c'est tout. »


Un grand sourire béat inonda le visage d'ange du plus jeune. Depuis bientôt deux mois, il avait vécu une vie parfaite entre ses études qui prendraient bientôt fin, son petit ami parfait et son meilleur ami – maintenant en couple – qu'il avait retrouvé avec joie. Rien que l'idée d'imaginer un futur avec Sehun, et que celui-ci s'en imagine un aussi le rendait plus heureux que jamais.